Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie II : Occupations et transferts d’expérience : d’un front à l’autre, d’une guerre à l’autre

La juste sévérité : pacifier la zone française en Allemagne occupée, 1945-1949

Drew Flanagan
Traduction de Élise Julien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En mars 1945, la Ire Armée française traverse le Rhin et s’enfonce dans le sud-ouest de l’Allemagne. La France s’empare alors d’un territoire qui devient ensuite la base de la zone française d’occupation (ZFO) en Allemagne. À l’été 1945, les troupes françaises d’occupation en Allemagne proviennent de la Ire Armée. Celle-ci résulte d’une fusion de l’ancienne armée de Vichy en Afrique, rentrée d’Afrique du Nord, des forces de la France libre de métropole et d’outre-mer et des unités résistantes des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Ces troupes ont pour mission de contrôler une zone frontalière habitée par près de six millions d’Allemands et incluant des parties des länder actuels de Bade-Wurtemberg, de Rhénanie-Palatinat et de la Sarre1. Au départ composée de 387 000 hommes, l’armée d’occupation est réduite à 50 000 en 1950. Elle constitue néanmoins la part la plus importante de la présence française en Allemagne pendant une décennie d’occupation.

À la sortie de la Première Guerr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540