Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie II : Occupations et transferts d’expérience : d’un front à l’autre, d’une guerre à l’autre

Regards croisés sur le traitement des occupés et les renversements d’occupations

James Connolly

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette dernière partie, qui s’attache au sort réservé aux occupés par les occupants, élargit doublement la perspective. Sur le plan géographique, elle s’ouvre à des situations d’occupation synchronique de différentes régions du continent européen. Sur le plan chronologique, elle s’ouvre à des situations d’occupation répétée ou encore d’occupation inversée qui se produisent au cours de ce que Nicolas Beaupré appelle « l’ère des occupations1 », c’est-à-dire la période allant de 1914 à 1945, et même au-delà dans le cas de la zone française d’occupation.

La contribution de Leonid Rein s’inscrit dans une tendance historiographique récente qui entend faire le lien entre les expériences vécues en Europe de l’Est pendant la Grande Guerre et celles du conflit mondial suivant2. Il souligne ce faisant l’importance du retour sur les lieux et la généalogie des attitudes qui ont contribué à la logique génocidaire des nazis. Il s’attache en l’occurrence aux contacts qui ont lieu entre les occupants ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540