Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie II : Occupations et transferts d’expérience : d’un front à l’autre, d’une guerre à l’autre

Du patriotisme à l’accommodation : autorités locales et occupations à Bruxelles

Chantal Kesteloot et Bénédicte Rochet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En l’espace de 25 ans, la capitale belge est envahie à deux reprises. Ces situations d’occupation modifient les pratiques des pouvoirs locaux. Les communes bruxelloises doivent non seulement exercer des responsabilités inhabituelles mais l’occupant allemand leur impose en outre de travailler ensemble. Même si pour un certain nombre de questions, les communes bruxelloises ont géré conjointement certaines compétences au sein de la Conférence des Bourgmestres1, l’autonomie communale est, selon la Constitution belge, une notion essentielle. Or en temps de guerre, comme l’a relevé Nico Wouters, la fragmentation de l’administration locale et les obstacles législatifs sont autant de freins à une action commune2. Qu’advient-il dès lors d’une part de l’autonomie communale et d’autre part de ces mécanismes de concertation dans le contexte de la Belgique occupée ? À partir de la capitale, nous évoquerons les pratiques administratives et les marges de manœuvre des autorités locales sous occupat...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540