Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie II : Occupations et transferts d’expérience : d’un front à l’autre, d’une guerre à l’autre

Les expériences belges d’occupation autour de la Grande Guerre : quelle mobilisation du Règlement de La Haye ?

Thomas Graditzky

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’occupation militaire de la quasi-totalité de la Belgique lors de la Grande Guerre, suivie de celle du territoire belge dans son intégralité lors du second conflit mondial, est généralement bien connue. L’intérêt d’un examen du cas de la Belgique entre 1914 et 1918 dans le cadre de travaux relatifs à l’histoire du droit de l’occupation militaire a, par ailleurs, été souligné par des experts tant historiens que juristes1. Mais le début du XXe siècle n’a pas placé la Belgique uniquement dans la position de l’occupé ; elle fut également puissance occupante, en Afrique orientale allemande à partir de 1916 ainsi qu’en Allemagne même à l’issue de la Première puis de la Seconde Guerre mondiale. La diversité de ces expériences invite à comparer les caractéristiques respectives de ces situations, les défis principaux rencontrés et les chemins suivis par la Belgique en matière d’invocation du droit international. Cette contribution se concentre sur les événements directement liés au premier ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540