Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie II : Occupations et transferts d’expérience : d’un front à l’autre, d’une guerre à l’autre

Des « Streifkorps » au « Werwolf » ? Arthur Ehrhardt et le transfert diachronique des savoirs austro-hongrois en matière de contre-insurrection

Heiko Brendel
Traduction de Emmanuel Debruyne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant la Première Guerre mondiale, les forces d’occupation austro-hongroises affrontent une série de rébellions dans les Balkans. Le soulèvement de la Toplica, qui secoue la Serbie en février et mars 1917, constitue la plus sévère insurrection de la guerre. Bien que son épicentre soit situé dans les territoires occupés par la Bulgarie, l’armée austro-hongroise – de même que des unités allemandes – est engagée dans les opérations de contre-insurrection. La révolte la plus prolongée est cependant celle qui agite le Gouvernement général militaire établi au Monténégro : déclenchée à la mi-juin 1916, elle prend de l’ampleur au début de l’année 1918 et se poursuit jusqu’à la fin de la guerre. Enfin, dans la partie de l’Albanie occupée par l’Autriche-Hongrie, la guerre irrégulière est la règle plutôt que l’exception, et ce tant sur le front que sur ses arrières. Entre 1914 et 1918, l’armée austro-hongroise accumule probablement plus d’expérience en matière de contre-insurrection que n’imp...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540