Version classiqueVersion mobile

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie I : Expériences d’occupations lors de la Première Guerre mondiale sur le front Ouest

Peut-on faire une lecture sociale de l’expérience d’occupation ?

Philippe Salson

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le regain d’intérêt historiographique, à la fin des années 1990, pour l’occupation sur le front Ouest pendant la Première Guerre mondiale1 s’est appuyé sur la redécouverte et la publication de témoignages de civils occupés2. Ce matériau a été exploité, dans le cadre d’une lecture culturelle de la guerre mettant en exergue la violence de l’occupation, voire parfois l’unanimisme de la population civile dans un combat souterrain contre l’occupant. L’ancrage social des témoins est alors trop souvent passé au second plan3. Dans les travaux récents sur l’occupation comme dans les travaux plus anciens, le témoignage est effectivement une source importante, parfois exclusive, utilisée pour illustrer et justifier le propos par des citations plus ou moins courtes dont le contexte d’énonciation n’est pas toujours explicité. Finalement, le témoignage apparaît moins comme un matériau travaillé par l’historien que comme un outil rhétorique. Michel Dobry ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme :

«...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search