Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie I : Expériences d’occupations lors de la Première Guerre mondiale sur le front Ouest

À contre-courant : les agents du contre-espionnage allemand en Belgique occupée durant la Première Guerre mondiale

Mélanie Bost et Élise Rezsöhazy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre 1914 et 1918, l’occupation militaire projette la population belge dans une expérience inédite1 : la vie « à l’heure allemande2 ». Face à la présence étrangère, l’attitude de la population occupée est loin d’être univoque3. Des formes variées de comportement – docilité, accommodation, esquive, opposition, rébellion, etc. – voient le jour. Aux deux extrêmes du « spectre (anti-)patriotique », des individus s’engagent dans une guerre clandestine : si, d’un côté, se développe un premier phénomène de « résistance4 », de l’autre, une première forme de « collaboration5 » policière s’établit pour assister le contre-espionnage allemand, chargé de traquer et de neutraliser l’action des « patriotes ».

Ainsi, dans les zones d’étape des armées allemandes et dans le Gouvernement général installé sur les deux tiers du territoire occupé, deux polices secrètes allemandes distinctes sont mises en place : la Geheime Feldpolizei pour les Étapes et la Zentralpolizeistelle pour le Gouvernement généra...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540