Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En territoire ennemi

 | 
James Connolly
, 
Emmanuel Debruyne
, 
Élise Julien
, 
et al.

Partie I : Expériences d’occupations lors de la Première Guerre mondiale sur le front Ouest

Occupation et rapprochements avec l’ennemi

Annette Becker et Emmanuel Debruyne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toute situation d’occupation militaire implique la coexistence sur un même espace de deux catégories de populations – elles-mêmes hétérogènes –, les occupants et les occupés, que lient de multiples interactions. L’hétérogénéité de chacun de ces groupes se manifeste dans l’éventail des rapprochements possibles ou pas, de la fréquentation a minima à la collaboration perçue comme trahison. Ces rapprochements peuvent être jugés inévitables ou insignifiants par certains contemporains, ou revêtir un caractère utile et profitable pour les uns, et néfaste et scandaleux pour les autres.

Du point de vue des occupés hostiles aux occupants, la ligne de démarcation – sans cesse renégociée – séparant l’acceptable de la trahison dessine les contours de ce que l’on nommera « collaboration » à partir des années quarante du XXe siècle. L’acception actuelle de ce terme – souvent péjorative – remonte en effet à la Seconde Guerre mondiale, le mot apparaissant notamment en France à l’occasion d’épisodes f...

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540