Version classiqueVersion mobile

La formation d’ingénieurs en alternance

 | 
Abdelkarim Zaid
, 
Joël Lebeaume

Partie 2. Temps prescrit et temps vécu. Entrée par les écrits des acteurs

Chapitre 5. Analyser les rapports d’alternance d’apprentis ingénieurs et explorer leur écriture et leurs écrits

Dominique Lahanier Reuter et Isabelle Delcambre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Dans leur formation, les apprentis-ingénieurs peuvent être considérés en tant que sujets didactiques confrontés, du fait de leur statut d’apprenant, à une double tâche : la première, inhérente à tout projet didactique, est celle de construire ou reconstruire des structures aux contenus enseignés afin de se les approprier. La seconde, au cœur de l’alternance, est celle d’articuler des contenus, enseignés ou appris, alors même qu’ils sont dissociés par les espaces où ils surgissent. Les caractéristiques de la première tâche ont fait l’objet d’innombrables recherches et théories, dont ne sont indiqués ici que quelques repères. Le concept didactique de chronogenèse (Chevallard, 1991) analyse et discute la congruence éventuelle entre les temps des enseignements et des apprentissages. Cette perspective permet de considérer que contenus enseignés et contenus appris ne coïncident jamais exactement, et ce malgré le fait qu’enseignants et élèves sont amenés à agir comme s’il n’y a...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search