Version classiqueVersion mobile

La formation d’ingénieurs en alternance

 | 
Abdelkarim Zaid
, 
Joël Lebeaume

Partie 1. Temps prescrit et temps vécu. Entrée par les discours des acteurs

Chapitre 2. Les rythmes d’alternance : ce qu’en disent les apprentis ingénieurs, les tuteurs ingénieurs, les formateurs académiques et les employeurs

Abdelkarim Zaid et Catherine Couturier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Comme le note le rapport de l’AERES1 (2010) sur la formation universitaire au métier d’ingénieur par apprentissage, les périodes de formation académique et industrielle sont toutes les deux des périodes de formation, sans quoi le diplôme d’ingénieur serait délivré après 18 mois d’études en moyenne. C’est en ce sens que le rythme, ou plus globalement le temps, qui structure l’association des deux modalités de formation, à l’université et en entreprise, est crucial et doit être pensé avec un véritable objectif conjoint de formation d’un ingénieur.

Ce chapitre porte spécifiquement sur la perception par les acteurs (apprentis, tuteurs ingénieurs, formateurs et employeurs) de la durée des périodes d’alternance et de leur rythme. Ces deux paramètres du temps de l’alternance, la durée et le rythme2, sont analysés à travers les discours des acteurs de la formation au CFA Ingénieurs 2000 (CFA). Trois questions orientent l’analyse : comment se positionnent les différents acteurs du...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search