Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature, linguistique et didactique du français

 | 
Caroline Masseron
, 
Jean-Marie Privat
, 
Yves Reuter

En quel sens peut-on bien parler de « phrase sans texte » ?

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1Une manière de s’interroger sur la notion de texte – et par là de rendre un hommage paradoxal à la linguistique du texte – est de s’interroger sur les limites de son empire. C’est en fait un exercice auquel je me trouve contraint, dans la mesure où depuis quelques d’années je m’intéresse (voir Maingueneau 2006, 2012) aux « phrases sans texte », notion qui, de prime abord, semble dépourvue de sens à qui travaille dans le domaine de la linguistique textuelle ou de l’analyse du discours.

2Pour la linguistique textuelle, l’idée même d’une phrase sans texte est de l’ordre de l’impensable, puisque son objet, ce sont précisément les relations interphrastiques. Pour les analystes du discours, en revanche, les choses sont moins évidentes. Certes, ils ne cessent de dire qu’ils étudient des textes, indissociables de genres de discours, mais ils ne peuvent ignorer que circulent partout des phrases qu’on pourrait dire « sans texte », et de toutes sortes : slogans, maximes, épitaphes, épigraphes, titres d’articles dans la presse, proverbes, « petites phrases »… Dans cet ensemble hétérogène, certains catégories sont traditionnellement un objet d’étude privilégié chez les linguistes : les énoncés qu’on pourrait dire autonomes par nature (proverbes, slogans, maximes, devises….). Les autres, ceux qui ont été détachés d’un texte, sont renvoyés à la problématique du discours rapporté.

3L’étude des phrases sans texte autonomes par nature a pleinement bénéficié des recherches sur le figement, des apports des courants pragmatiques et de la linguistique cognitive. P. Cadiot et Y.-M. Visetti (2008), par exemple, dans le cadre d’une étude du « sens commun », les intègrent dans un ensemble plus vaste, celui des « formulations sentencieuses » :

Les formulations sentencieuses en général – dicton, maxime, sentence, adage, précepte, aphorisme, prière… et jusqu’à l’insulte rituelle – forment un lieu privilégié pour une articulation entre l’analyse linguistique et celle des représentations et routines collectives. (2008 : 79)

4À l’intérieur de ces « formulations sentencieuses », ils dégagent diverses classes d’énoncés, caractérisés tantôt comme « genres » (ainsi le « genre parémiologique » (2008 : 80)), tantôt comme « micro-genre » :

Contrastant avec d’autres micro-genres plus ésotériques (prières) ou délimités (salutations), le proverbe sera donc vu en première approche comme emblème d’un sens commun ressaisi dans sa facture langagière. (2008 : 80)

5Cadiot et Visetti ne sont pas les seuls à parler de « micro-genres » pour les énoncés sentencieux figés. Cette étiquette est commode, mais elle donne le sentiment qu’il y aurait une continuité entre « macro-genres » et « micro-genres », qu’une formule sentencieuse constituée d’une seule phrase n’est pas de nature foncièrement différente d’un texte, à partir du moment où on peut lui attribuer une certaine valeur communicationnelle.

  • 1 Il a paru en 1979 mais a été écrit en 1952-1953.

6Mais des problèmes surgissent immédiatement. À supposer que les « salutations », par exemple, soient un « micro-genre », elles ne peuvent pas être un genre au même titre que la lettre ou la conversation dans lesquelles elles apparaissent. En revanche, même si une prière est courte, elle constitue un genre de discours autonome, une activité communicationnelle complète. On retrouve d’ailleurs là une difficulté qui était présente déjà chez Bakhtine (1984) dans son célèbre article « Problèmes des genres du discours »1. Le penseur russe passe pour y avoir formulé le postulat qu’il faut étendre la catégorie du genre de discours à l’ensemble de la production verbale : « Nous ne parlons que dans des cadres de genres déterminés, c’est-à-dire que tous nos énoncés se caractérisent par des formes typiques, relativement stables, de construction d’un tout » (1984 : 257). Mais force est de reconnaître que sa conception du genre est pour le moins floue :

On est d’abord frappé par la disparité des « genres primaires » : Bakhtine range sous ce terme d’une part « propos de table, entretiens amicaux, conversations familiales intimes » (259/287, « récits familiers, lettres privées, journaux intimes, procès-verbaux » (279/307), c’est-à-dire des classes de textes, et d’autre part des « genres quotidiens de salutation, d’adieu, de congratulations, de vœux de différentes sortes, de questions sur la santé et la marche des affaires » (258), ainsi que des formules standard d’énoncés évaluatifs, autrement dit, de genres exprimant des valeurs telles que louange, approbation, admiration, blâme, injure : « Parfait ! », « Bravo ! », « quelle horreur ! », « imbécile ! » (265/288). Il y inclut même « les phrases interrogatives, exclamatives et incitatives » (269/292), c’est-à-dire des classes d’énoncés élémentaires définies avant tout (sinon uniquement) par les intentions du locuteur. (Dolinine 1999 : 27)

7On le voit, Bakhtine, comme Cadiot et Visetti, mêle dans la catégorie du genre des énoncés qui se situent à des niveaux distincts.

8Cette difficulté se nourrit d’une autre, qui résulte de la polyvalence de la notion de « texte », dont nous pouvons grouper les usages autour de trois axes majeurs :

  • On peut parler de « texte-archive » quand l’énoncé est traité comme quelque chose qui, écrit ou mémorisé, demeure : transmis, conservé, transformé, découpé, commenté… il n’est plus corrélé à une activité de discours, mais appréhendé comme quelque chose qui peut circuler à travers le temps et l’espace. C’est l’objet privilégié des spécialistes de certains types de discours (juridiques, religieux, littéraires...) et, bien sûr, des historiens, dont c’est le matériau essentiel.
  • Le « texte-structure » est l’objet de la linguistique textuelle. Le texte y est pensé comme un réseau de connexions activables par des procédures linguistiquement et cognitivement réglées aux niveaux micro et macro.
  • Le « texte-produit », c’est le texte écrit ou oral référé à un genre de discours, à une activité de communication culturellement déterminée dont il est la trace. C’est de cette façon que les manuels d’analyse du discours présentent communément les choses :

For a given language and culture, many texts fall into recognizable types (…) Each text type has a particular social or cultural purpose, around which clusters a characteristic combination of linguistic or textual properties (…) The types of text which can be characterized in this way, as recognizable combinations of textual properties in pursuit of a particular cultural goal, are called GENRES. (Dooley et Levinsohn, 2001: 7)

9On notera que cette définition du texte ne préjuge pas de la taille des unités : un texte-produit peut n’être constitué que d’une seule phrase, ou, à l’opposé, de divers textes-structures (c’est par exemple le cas d’un journal, qui intègre un grand nombre d’articles).

10À mon sens, il vaut mieux se passer de la notion de « micro-genre » pour désigner les phrases autonomes par nature et réserver la notion de genre : a) soit aux genres de discours, c’est-à-dire aux activités communicationnelles autonomes associées aux textes-produits ; b) soit aux genres de texte, qui ne sont que partiellement autonomes.

11Qu’il s’agisse de proverbes, ou de phrases qui sont censées avoir été détachées d’un texte, les phrases sans texte ne sont pas un genre de discours : elles font seulement partie d’un genre de discours (ainsi l’épigraphe entre guillemets fait partie du livre qu’il ouvre). Les choses sont plus compliquées quand par exemple on a affaire à une phrase entre guillemets qui sert de titre à un article de journal : cette phrase hors d’un texte-structure fait partie de l’article, qui lui-même n’est pas à proprement parler un genre de discours, mais un genre de texte inclus dans ce genre de discours qu’est le journal.

12Mais s’il est nécessaire de séparer conceptuellement les notions de texte comme structure transphrastique et de texte comme produit d’un genre de discours ou d’un genre de texte, il est indéniable qu’on rencontre peu de genres qui ne seraient composés que d’une seule phrase. Ici il faut distinguer entre les genres qui de manière contingente ne contienne qu’une seule phrase (ainsi une lettre très brève) et les genres dont par nature les textes-produits seraient constitués d’une seule phrase : la devise sur le blason d’une ville ou d’une famille, ou sur un drapeau, la citation sur un tee-shirt, l’épitaphe sur une tombe… Mais on voit aisément que ces phrases sont en fait indissociables d’un support (le blason, le tee-shirt, la tombe…), d’ordre non verbal, dont elles sont seulement un composant.

L’énonciation aphorisante

13On le voit, ce que j’appelle une phrase sans texte échappe à la fois à la logique du texte-structure (il n’y a qu’une seule phrase) et à la logique du texte-produit (elle n’est qu’un composant d’un genre). En revanche, bien qu’elle ne soit pas un texte, elle relève d’une logique d’« archive », puisqu’elle entretient un rapport essentiel avec la conservation, la mémoire.

14Pour caractériser linguistiquement ces phrases sans texte, il ne suffit pas, de raisonner en termes de genres de discours ou d’organisation transphrastique : il faut faire intervenir des paramètres d’ordre énonciatif.

15La question de la spécificité énonciative des phrases sans texte, à ma connaissance, n’a pas été abordée frontalement par les linguistes. Comme je l’ai souligné plus haut, cela tient sans doute pour une bonne part au fait que les données pertinentes ont été tacitement divisées en deux ensembles qui ont subi des traitements séparés : d’une part les énoncés sentencieux figés, d’autre part les citations. En divisant ainsi le travail, on a rendu très difficile une réflexion qui porterait sur cet ensemble, au-delà de son évidence diversité.

16À cet égard, l’attitude du principal inspirateur des théories de l’énonciation, E. Benveniste, est révélatrice. Il n’a pas abordé directement cette question des phrases sans texte, mais on la voit affleurer dans l’article qu’il a consacré à la phrase nominale en indo-européen (1966 : 151-167). Dans cette étude, il s’attache à montrer que ces phrases à prédicat nominal sans verbe et leur contrepartie à copule (par exemple pour le latin « Homo homini lupus » et « Homo homini lupus est ») ne doivent pas être opposées par des critères syntaxiques, comme le fait la tradition grammaticale qui voit dans la phrase nominale une phrase en quelque sorte incomplète.

Il apparaît d’abord que la phrase nominale ne saurait être considérée comme privée de verbe. Elle est aussi complète que n’importe quel énoncé verbal. On ne saurait non plus la tenir pour une phrase à copule zéro, car il n’y a pas lieu en indo-européen d’établir entre phrase nominale et phrase verbale à « être » une relation de forme zéro à forme pleine. Dans notre interprétation, omnis homo – mortalis devient symétrique à omnis homo – moritur et n’est pas la forme à copule zéro de omnis homo mortalis est. Il y a bien opposition entre omnis homo mortalis et omnis homo mortalis est ; mais elle est de nature, non de degré. Au point de vue indo-européen, ce sont deux énoncés de type distinct. (1966 : 159)

17Cette opposition « de nature » s’établit pour Benveniste entre « deux modes d’énonciation distincts » (1966 : 166). La démarche qu’il suit ici ressemble par certains aspects à celle développée dans sa célèbre étude sur le verbe français, où il avance que la différence entre passé simple et passé composé en français est d’ordre énonciatif, et non d’ordre aspectuel ou temporel (1966 : 237-250).

18Benveniste spécifie ainsi les caractéristiques énonciatives de la phrase nominale : elle constitue « une assertion nominale, complète en soi », qui « pose l’énoncé hors de toute localisation temporelle ou modale et hors de la subjectivité du locuteur. » (1966 : 159) La phrase nominale et la phrase avec le verbe être au présent

n’assertent pas de la même manière et n’appartiennent pas au même registre (…) L’une pose un absolu ; l’autre décrit une situation. Ces deux traits sont solidaires et ils dépendent ensemble du fait que, dans l’énoncé, la fonction assertive repose sur une forme nominale ou sur une forme verbale. La liaison structurale de ces conditions ressort à plein. Etant apte à des assertions absolues, la phrase nominale a valeur d’argument, de preuve, de référence. On l’introduit dans le discours pour agir et convaincre, non pour informer. C’est hors du temps, des personnes et de la circonstance, une vérité proférée comme telle. C’est pourquoi la phrase nominale convient si bien à ces énonciations où elle tend d’ailleurs à se confiner, sentences ou proverbes, après avoir connu plus de souplesse. (1966 : 165)

19Les phrases nominales en indo-européen sont ainsi à la fois des énoncés généralisants (dimension référentielle) et des énoncés qui font autorité, dont la responsabilité est attribuée à une instance qui ne coïncide pas avec le producteur empirique de l’énoncé (dimension modale). C’est sur ces deux propriétés que se focalise l’argumentation de Benveniste, qui laisse dans l’ombre une troisième propriété : le fait que ces phrases ne ressortissent pas à la logique du texte, que ce soient des énoncés en quelque sorte détachés. Pourtant, à notre sens cette propriété est étroitement liée à la valeur pragmatique de ces « assertions absolues » qui ont le statut « d’argument, de preuve, de référence ».

20Dans la mesure où Benveniste a affaire à des « sentences » ou à des « proverbes », on comprend qu’il soit naturellement amené à négliger la spécificité énonciative d’une phrase sans texte. C’est quand on embrasse les phrases sans texte dans toute leur diversité, sans créer une frontière infranchissable entre ceux qui sont détachés par nature, comme les proverbes, et ceux que l’on a détachés d’un texte, qu’on peut s’interroger sur les conséquences d’ordre énonciatif attachées à l’affranchissement de la textualité et admettre que l’opposition entre modes d’énonciation ne se fait pas seulement entre deux types de phrase, nominale et verbale, mais aussi entre les phrases insérées dans des textes-structures et relevant d’un genre et celles qui sont soumises à un autre régime.

  • 2 Ce terme n’est pas totalement satisfaisant d’un point de vue étymologique puisqu’en grec ancien aph (...)

21Plutôt que de « phrase sans texte », caractérisation négative, je préfère parler d’« aphorisation »2, produit d’une « énonciation aphorisante » qui s’oppose à l’énonciation « textualisante », assujettie à la fois à l’ordre de la structuration textuelle et celui du genre de discours. L’énonciation aphorisante recouvre deux cas de figure, selon qu’elle résulte du détachement d’un fragment de texte (aphorisation secondaire) ou qu’elle est telle par nature (aphorisation primaire : proverbes, devises, slogans…).

22En opposant ainsi énonciations aphorisantes et textualisantes, on peut donner l’impression que le locuteur choisit entre deux manières de parler placées sur un même plan. En réalité, rappelons-le, l’énonciation aphorisante n’intervient qu’à l’intérieur d’une énonciation textualisante. Sa situation est paradoxale : par nature, elle s’oppose à la textualisation, mais elle s’inscrit inévitablement « dans » un texte, qui relève d’un genre de discours ; l’épigraphe fait en un sens partie du livre où elle figure. Ici les guillemets sur la préposition « dans » s’imposent, pour souligner qu’il s’agit d’une inclusion sourdement conflictuelle : il existe une tension entre ces deux régimes énonciatifs, qui pourtant ne sont pas sur le même plan. D’une certaine façon, l’énonciation boite. Le règne du texte a beau être sans partage, il est miné par un régime d’énonciation aphorisante qu’il inclut mais qui le conteste.

23Cette distinction entre les deux régimes énonciatifs, aphorisant et textualisant, oppose deux manières d’envisager la communication verbale et le sujet parlant qui, dans l’aphorisation, de locuteur devient aphoriseur.

24Tout genre de discours implique deux positions corrélatives, de production et de réception, qui interagissent. L’énonciation aphorisante, en revanche, institue une scène de parole où l’énonciateur, l’aphoriseur, est présenté comme s’adressant à une sorte d’auditoire universel, et non à un rôle spécifié par le genre de discours concerné. Ce type d’énonciation sans allocutaire spécifié n’est pas sans évoquer le dispositif de la rhétorique classique, où l’orateur s’adressait à un destinataire au-delà de son public immédiat, délivrait une parole sans réplique à l’ensemble d’une communauté soudée par des valeurs : « le locuteur crée une scène de parole ‘décalée’, sans véritable interlocution, où il y a à la fois dire et représentation, au sens théâtral, mise en spectacle exemplaire de ce dire » (Grinshpun 2008 : 143). 

25Dans l’aphorisation c’est l’individu « lui-même » qui est censé s’exprimer, au-delà des limites qu’impose la localité de chaque genre de discours, qui relève d’un secteur déterminé de l’activité sociale. L’aphoriseur n’assume pas un rôle : c’est quelqu’un qui prend de la hauteur, qui est censé énoncer sa vérité, soustraite à la négociation, exprimer une conviction, une expérience, un mot d’ordre... Un texte est un réseau de pensées articulées à travers les contraintes de jeux de langage de divers ordres. Dans l’aphorisation, en revanche, l’énonciation prétend seulement exprimer la pensée de l’aphoriseur, en deçà de tout jeu de langage : ni réponse, ni argumentation, ni narration, mais pensée, thèse, proposition, conviction, affirmation… L’aphorisation se donne comme une sorte de parole pure, au plus près de la conscience de l’aphoriseur. Alors que le texte se déploie, investit l’espace, l’énonciation aphorisante ne se déploie pas, elle conteste l’inévitable spatialisation du texte. Elle implique l’utopie d’une parole vive, pure expression du soi. L’aphorisation prétend ainsi être affranchie de la nécessité pour toute parole d’être relative au lieu où elle se profère. Avec elle le texte se défait, l’énonciation se tient au plus près de l’intériorité d’une conscience.

26C’est que l’aphoriseur n’est pas un simple énonciateur, le support d’opérations référentielles et modales, mais ce qu’on pourrait appeler un Subjectum : Sujet responsable qui prend position dans un conflit de valeurs. En lui coïncident sujet d’énonciation et Sujet au sens juridique et moral qui affirme des valeurs à la face du monde. Etymologiquement, le Sujet, le Sub-jectum, ce qui est placé au-dessous, se définit comme ce qui ne varie pas : par-delà la diversité des situations de communication et des moments, il peut répondre de ce qu’il dit. Quand la justice entend condamner des propos, ce ne sont pas en général des textes mais des aphorisations qui sont visées : il n’est pas question de rabattre sur la relativité d’un genre de discours la culpabilité d’un Sujet responsable.

27Dans un passage célèbre, M. Bakhtine évoque la figure illusoire d’un « Adam mythique », seul être parlant qui échapperait au dialogisme constitutif du discours :

Le discours rencontre le discours d’autrui sur tous les chemins qui mènent vers son objet, et il ne peut pas ne pas entrer avec lui en interaction vive et intense. Seul l’Adam mythique, abordant avec le premier discours un monde vierge et encore non-dit, le solitaire Adam, pouvait vraiment éviter absolument cette réorientation mutuelle par rapport au discours d’autrui, qui se produit sur le chemin de l’objet. (Bakhtine, dans Todorov 1981 : 98).

28L’énonciation aphorisante nous révèle une autre facette de cet « Adam mythique » : un être qui parlerait hors du texte et du genre de discours, qui dirait pleinement, au lieu de déployer un texte adressé à tel ou tel, défini par un rôle prescrit par un genre de discours.

29Si l’aphoriseur possède ce statut singulier, c’est qu’il n’est pas un véritable locuteur. Sa parole doit être reprise pour pouvoir être pleinement dite. Dans l’énonciation aphorisante « secondaire » – celle qui implique le détachement préalable d’un fragment de texte – l’aphoriseur est en fait le produit de l’intervention d’un agenceur invisible, qui a détaché la phrase. Cela vaut également, sur un autre mode, des aphorisations primaires, qui ne sont pas référées à un aphorisateur individué, mais à un « esprit » associé à une communauté imaginaire. Par exemple, une devise – « Faire face » (devise de l’École de l’Air de Salon-de-Provence), « Dieu et mon droit » (devise de la monarchie britannique), « Ordre et progrès » (devise du Brésil), etc. – est soutenue par l’« esprit » de la communauté correspondante. Phénomène porté à son paroxysme quand le Saint-Esprit, justement nommé, habite le croyant qui profère quelque aphorisation tirée du Livre saint. En la reprenant, la répétant, chaque membre de la communauté est supposé faire parler par sa bouche cet « esprit » et manifester par là son appartenance. Cet « esprit » peut également se manifester plus prosaïquement sous la forme de « l’esprit du Droit », source des adages des hommes de loi, voire dans l’ensemble d’une société sous la forme de la « Sagesse populaire » qui soutient les proverbes. Dans ses travaux sur le vocabulaire des institutions indo-européennes, Benveniste a mis en évidence ce glissement de la voix anonyme à l’autorité dans les sociétés traditionnelles :

vox populi, vox dei, la « voix » du peuple a quelque chose de divin. C’est pourquoi aussi le fatum est une énonciation qui n’a pas de source personnelle, qui n’est pas rapportée à un homme et qui tire de cette origine supra-humaine quelque chose de mystérieux, de fatal, de décisif. (1969 : 139)

Conclusion

30L’aphorisation n’est pas réservée à un stade archaïque du langage ; elle prend seulement des visages très variés selon les configurations historiques et les genres de discours dont elle participe : adage, titre d’article, épitaphe, maxime, titre de presse, petite phrase, tatouage, slogan... Dans un univers où domine l’oralité, elle entretient une relation privilégiée avec la mémoire, les formes poétiques, les genres sentencieux, l’autorité des anciens. Dans une société où dominent les médias audiovisuels et Internet la tension entre les deux régimes d’énonciation se manifeste sous des modalités nouvelles. Mais il s’agit toujours de la même tension avec l’ordre du texte, auquel tout à la fois elle se soumet et qu’elle défie.

  • 3 On trouvera quelques réflexions qui vont dans ce sens chez M.-A. Paveau (2010), qui conteste ce qu’ (...)

31Au-delà, une réflexion sur l’énonciation aphorisante amène à s’interroger sur la conception que l’on se fait communément de la communication verbale, dont le prototype est le face à face entre un locuteur et un allocutaire en chair et en os ou le texte monologal en contexte institutionnel, à la fois structure transphrastique et manifestation d’un genre de discours. À ce niveau, que le locuteur et l’allocutaire soient ceux de la théorie de l’information ou ceux, beaucoup plus sophistiqués, des courants pragmatiques, ne change pas foncièrement la donne. Ce modèle simple et puissant renvoie à la périphérie ce qui relève d’une autre économie. Sans doute ne peut-on se passer d’un tel modèle, mais il faut aussi savoir en prendre la mesure.3

Bibliographie

Bakhtine, M. (1984), « Les genres du discours », in Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 263-308.

Benveniste, É. (1966), Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Benveniste É. (1969), Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Minuit.

Cadiot, P., Visetti, Y.-M. (2008), « Proverbes, sens commun et communauté de langage », Langages, 170, p. 79-91.

Dolinine, C. (1999), « Quarante-cinq ans après Bakhtine », Langage et société, n° 87, p. 25-40.

Grinshpun Y. (2008), Ô : entre langue(s), discours et graphie, Paris, Ophrys.

Maingueneau, D. (2006), « Les énoncés détachés dans la presse écrite. De la surassertion à l’aphorisation », in Interdiscours et intertextualité dans les médias, M. Bonhomme et G. Lugrin (éds), Travaux Neuchâtelois de linguistique, 44, p.107-120.

Mainguenau, D. (2012), Les phrases sans texte, Paris, Armand Colin.

Paveau, M.-A. (2010), « La norme dialogique. Propositions critiques en philosophie du discours », SEMEN, 34, p. 93-105.

Todorov, T. (1981), Mikhaïl Bakhtine - le principe dialogique, Paris, Seuil.

Notes

1 Il a paru en 1979 mais a été écrit en 1952-1953.

2 Ce terme n’est pas totalement satisfaisant d’un point de vue étymologique puisqu’en grec ancien aphorizo se définit comme une opération de détermination. L’usage contemporain voit plutôt dans l’aphorisme « une phrase d’allure sentencieuse, qui résume en quelques mots une vérité fondamentale ». (Grand Larousse de la langue française). C’est dans le prolongement de cette acception que nous inscrivons. Mais l’aphorisation telle que nous l’entendons n’est pas réservée aux énoncés sentencieux : elle s’applique à l’ensemble des phrases sans texte.

3 On trouvera quelques réflexions qui vont dans ce sens chez M.-A. Paveau (2010), qui conteste ce qu’elle appelle la « norme dialogique ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site