Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature, linguistique et didactique du français

 | 
Caroline Masseron
, 
Jean-Marie Privat
, 
Yves Reuter

En quel sens peut-on bien parler de « phrase sans texte » ?

Dominique Maingueneau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une manière de s’interroger sur la notion de texte – et par là de rendre un hommage paradoxal à la linguistique du texte – est de s’interroger sur les limites de son empire. C’est en fait un exercice auquel je me trouve contraint, dans la mesure où depuis quelques d’années je m’intéresse (voir Maingueneau 2006, 2012) aux « phrases sans texte », notion qui, de prime abord, semble dépourvue de sens à qui travaille dans le domaine de la linguistique textuelle ou de l’analyse du discours.

Pour la linguistique textuelle, l’idée même d’une phrase sans texte est de l’ordre de l’impensable, puisque son objet, ce sont précisément les relations interphrastiques. Pour les analystes du discours, en revanche, les choses sont moins évidentes. Certes, ils ne cessent de dire qu’ils étudient des textes, indissociables de genres de discours, mais ils ne peuvent ignorer que circulent partout des phrases qu’on pourrait dire « sans texte », et de toutes sortes : slogans, maximes, épitaphes, épigraphes, t...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540