Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature, linguistique et didactique du français

 | 
Caroline Masseron
, 
Jean-Marie Privat
, 
Yves Reuter

Quand le nom métaphore se met lui-même à être… métaphorique

Georges Kleiber

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Comment peut-on encore parler de métaphore, alors que le terrain a été labouré dans tous les sens, avec toutes les charrues et socs théo/rhétoriques possibles ? Rassurons tout de suite le lecteur. Si nous allons bien parler de métaphore, ce n’est pas la métaphore elle-même, c’est-à-dire la figure rhétorique ou le trope de la stylistique, qui nous intéressera au premier chef. Loin de nous l’intention, ni la prétention, d’en proposer une nième nouvelle – bien entendu toujours jugée meilleure – définition1. Une telle entreprise aurait toutes les (mal)chances de connaître l’échec. Nous nous occuperons pourtant bien de ce redoutable et puissant trope, mais non pas pour en remodeler la « figure » et pour jauger son pouvoir de séduction rhétorico-cognitif. Ce qui retiendra notre attention, c’est le mot de métaphore lui-même. L’examen de ses emplois fait apparaître, à côté de son emploi standard de « procédé de langage » (Le Petit Robert) par lequel un mot ou une expression pren...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540