Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature, linguistique et didactique du français

 | 
Caroline Masseron
, 
Jean-Marie Privat
, 
Yves Reuter

Flottements génériques entre conte, arrêté communal, histoire drôle et anecdote

Jean-Michel Adam

Texte intégral

1Cet article est un clin d’œil à un article d’André Petitjean : « Les histoires drôles : “Je n’aime pas les raconter parce que…” », paru dans le n° 30 de Pratiques (1981 : 11-25) que nous avions coordonné ensemble autour de la question du pouvoir des discours. En souvenir de cette exploration de l’histoire drôle et de la question du genre que nous ne posions pas alors de façon frontale, j’ai choisi de m’intéresser à la transformation d’un arrêté communal en histoire drôle dans Le Canard enchaîné et à la façon dont certains « contes » d’Henri Pourrat ressemblent à des anecdotes très proches d’histoires drôles. Ces deux études de cas me permettront de revenir sur la réflexion développée avec Ute Heidmann sur la question de la généricité et des discordances entre les catégorisations auctoriale, éditoriale et lectoriale d’un même texte.

La transformation générique d’un avis communal

2Partons d’un corpus minimal de textes ordinaires consultables sur les sites de mairies et communes françaises. J’en retiens peu car mon propos n’est pas ici la description fine de ce genre de discours, mais seulement l’identification de ses grandes caractéristiques :

T1   SITE DE LA VILLE DE TROYES
La loi n° 2008-582 du 20 juin 2008 établit de nouvelles contraintes pour la détention de chiens de 1re et 2e catégorie :
Finie la simple déclaration en mairie ! Les propriétaires et détenteurs de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être obligatoirement titulaires d’un permis de détention délivré par le maire où réside le propriétaire ou détenteur de l’animal. Ce permis de détention prendra la forme d’un arrêté municipal et les références de l’arrêté seront inscrites dans le passeport européen du chien.

T2    Les services de l’État dans l’Hérault

Création du permis de détention

Création du permis de détention

(ce document se substitue au récépissé de déclaration actuel)

(code rural/article L211-14 modifié)

La détention d’un chien de 1re ou 2e catégorie est subordonnée à la délivrance d’un permis de détention par le maire de la commune où le propriétaire ou le détenteur de l’animal réside. Ce permis se présente sous la forme d’un arrêté du maire.
Les propriétaires de chiens de 1re ou 2e catégorie à la date de publication de la loi (21 juin 2008) devront obtenir ce permis avant le 31 décembre 2009 (article 17 de la loi susvisée).

T3   Les angles, site officiel de la mairie
Loi sur les chiens de catégories 1 et 2
Depuis le 1er janvier 2010 les propriétaires ou détenteurs de chiens de 1re ou 2e catégorie devront obligatoirement être titulaires d’un permis de détention qui leur sera remis par le maire de leur commune. Des chiens de catégorie 1 (chiens d’attaque, de type Pitbulls, Boer bulls ou Tosa) ou de catégorie 2 (chiens de garde et de défense, de race American Staffordshire Terrier ou Tosa, de race ou de type Rottweiler) sont le plus souvent impliqués dans ces graves incidents ; c’est pourquoi les nouvelles dispositions concernent spécifiquement leurs propriétaires ou détenteurs. Seule exception : l’obtention du permis n’est pas requise pour les personnes qui détiennent un chien de ces catégories à titre temporaire, à la demande du propriétaire ou du détenteur habituel du chien.

3Ces textes présentent des caractéristiques communes d’un genre identifiable comme celui de l’avisémanant d’une instance administrative (préfecture ou mairie) et visant à informer les citoyens de l’entrée en vigueur d’une loi ou d’un arrêté. La présence, fin octobre 2013, de ces avis sur les sites de la ville de Troyes, de la mairie des Angles et de la préfecture de l’Hérault signifie que l’information était toujours valable et que les citoyens devaient toujours s’y soumettre. L’action et la formation socio-discursives impliquées sont évidentes et identifiables sans ambiguïté, à partir d’énoncés caractéristiques, comme ces phrases des deux premiers textes qui mentionnent techniquement et de manière chiffrée les textes de loi de référence :

T1   La loi n° 2008-582 du 20 juin 2008 établit de nouvelles contraintes pour la détention de chiens de 1re et 2e catégorie :
T2   Les propriétaires de chiens de 1° ou 2° catégorie à la date de publication de la loi (21 juin 2008) devront obtenir ce permis avant le 31 décembre 2009 (article 17 de la loi susvisée).

4La parenthèse du chapeau de T2 est un bel exemple de cette phraséologie juridique : « (code rural/article L211-14 modifié) ». Par ailleurs, l’obligation légale est modalisée par le déontique devoir, présent dans chacun des textes et, par deux fois (en T1 et T3), accompagné de l’adverbe obligatoirement. L’objet de l’avis est précisé dans le péritexte : titre ou sous-titre de T2 et T3, chapeau de T1.

T1   […] nouvelles contraintes pour la dÉtention de chiens de 1re et 2e catégorie
T2   […] Création du permis de détention
T3   […] Loi sur les chiens de catégories 1 et 2

5Des énoncés sinon communs, du moins similaires semblent correspondre à trois réécritures d’un même texte de loi (je souligne en gras) :

T1   Finie la simple déclaration en mairie ! Les propriétaires et détenteurs de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être obligatoirement titulaires d’un permis de détention délivré par le maire où réside le propriétaire ou détenteur de l’animal. Ce permis de détention prendra la forme d’un arrêté municipal et les références de l’arrêté seront inscrites dans le passeport européen du chien.
T2   La détention d’un chien de 1re ou 2e catégorie est subordonnée à la délivrance d’un permis de détention par le maire de la commune où le propriétaire ou le détenteur de l’animal réside. Ce permis se présente sous la forme d’un arrêté du maire.
Les propriétaires de chiens de 1re ou 2e catégorie à la date de publication de la loi (21 juin 2008) devront obtenir ce permis avant le 31 décembre 2009 (article 17 de la loi susvisée).

T3   Depuis le 1er janvier 2010 les propriétaires ou détenteurs de chiens de 1re ou 2e catégorie devront obligatoirement être titulaires d’un permis de détention qui leur sera remis par le maire de leur commune. Des chiens de catégorie 1 (chiens d’attaque, de type Pitbulls, Boer bulls ou Tosa) ou de catégorie 2 (chiens de garde et de défense, de race American Staffordshire Terrier ou Tosa, de race ou de type Rottweiler) sont le plus souvent impliqués dans ces graves incidents ; c’est pourquoi les nouvelles dispositions concernent spécifiquement leurs propriétaires ou détenteurs. Seule exception : l’obtention du permis n’est pas requise pour les personnes qui détiennent un chien de ces catégories à titre temporaire, à la demande du propriétaire ou du détenteur habituel du chien.

6L’avis T3 prend plus de liberté que les deux autres en expliquant (c’est pourquoi) les raisons de la loi et en insistant sur la dangerosité des races de chiens mentionnées.

7L’apparition, dans un texte T4, d’une phrase comme : « Les propriétaires de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être titulaires d’un permis de détention délivré par le mairede leur commune » est immédiatement interprétée comme relevant du même genre de discours. Elle apparaît même comme une synthèse des énoncés communs aux trois textes de référence. Très proche de T1, cette phrase corrige même le glissement métonymique de la très maladroite relative finale :

T1   Les propriétaires et détenteurs de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être obligatoirement titulaires d’un permis de détention délivré par le maire où réside le propriétaire ou détenteur de l’animal.

8T4 ajoute une seconde phrase qui introduit une obligation absente des trois autres avis :

T4   [P1] Les propriétaires de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être titulaires d’un permis de détention délivré par le maire de leur commune. [P2] En outre, ils doivent être tenus en laisse.

9Cet enchaînement P1 en outre P2 présente un défaut de connexité dans la conduite de la chaîne anaphorique :

Les propriétaires de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être titulaires d’un permis de détention délivré par le maire de leur commune. En outre, ils doivent être tenus en laisse.

10Certes, du point de vue de la cohérence sémantique lexicalement construite, l’association lexicale « laisse »-« chien » est isotopiquement établie et ils ne peut, du point de vue logique, dans ce contexte, que renvoyer au référent « chiens ». Mais la tête nominale, thème de P1 Th1-les propriétaires de chiens est associée à l’anaphore pronominale fidèle en position thématique. Il faut dissocier le thème en deux sous-thèmes : les propriétaires humains (sous-th1) et leurs chiens de compagnie (sous-th2) pour que ils ne reprenne que le second sous-thème. L’interprétation non dissociative est induite par l’anaphore interne à P1 : « le maire de leur commune ». Le possessif leur renvoie au Thème compact « propriétaires de chiens », seuls à même d’être « titulaires d’un permis de détention ». Dans la foulée, ILS est interprété sur le modèle de leur et engendre ainsi un quiproquos savoureux.

11La présence du déontique devoir (« doivent être titulaires d’un permis de détention » et « doivent être tenus en laisse ») est conforme à ce que nous avons identifié comme une caractéristique du genre avis communal ou municipal. Toutefois, ce n’est pas dans un organe de cette formation socio-discursive (journal communal, affiche ou site internet) que j’ai trouvé T4, mais page 6 du Canard enchaîné du 19 décembre 2012, où ce texte était cité dans une brève entre filets :

T5   Vu dans « Le Dauphiné libéré » (1/12) :
« Les propriétaires de chiens de 1re ou 2e catégorie doivent être titulaires d’un permis de détention délivré par le maire de leur commune. En outre, ils doivent être tenus en laisse. »
Et lire la presse de caniveau ?

12Nous sommes confrontés ici à un très intéressant processus de reconfiguration éditoriale d’un texte et de son genre. Avec le commentaire en forme de question, le texte bascule dans un autre genre que celui de l’information-service ou du communiqué. T4 n’est plus là pour informer sur les contraintes de la loi, mais dans un autre but interactionnel.

13Le traitement typographique de T4 est important : T4 est cité entre guillemets et en italiques, encadré par deux énoncés et délimité. Italiques et guillemets isolent un discours rapporté non pris en charge par la rédaction du Canard. L’indication de régie en gras : « Vu dans “Le Dauphiné Libéré” (1/12) », qui tient lieu de titre, renvoie à un organe de presse de la région Rhône-Alpes et non pas à l’instance préfectorale ou municipale propre au genre. Un organe de presse satirique national, Le Canard enchaîné, cite un journal provincial, Le Dauphiné libéré, citant lui-même un avis présent vraisemblablement dans la rubrique consacrée à ce genre de communiqué et très proche de T2. La presse écrite (Adam 1997) comporte un ensemble de genres de l’information dont les journalistes ne sont pas la source : le communiqué, l’annonce ou l’information-service. Une indication typographique permet d’appuyer cette interprétation : la présence du filet à gauche et à droite de T5. L’entrefilet est, en effet, une unité rédactionnelle séparée des autres informations. Mais alors que le filet impose au journaliste une énonciation distanciée et impersonnelle, évitant tout commentaire, la phrase interrogative de clôture : « Et lire la presse de caniveau ? » est un commentaire satirique. Très elliptique, cette question semble s’appuyer sur la répétition du déontique et pouvoir être entendue comme : Et doit-on aussi lire une presse aussi mal écrite ?

14En mettant en retrait l’information pratique destinée aux propriétaires de chiens au profit de l’anaphore défaillante de la deuxième phrase, Le Canard enchaîné transforme T4 en perle du genre histoire drôle et du sous-genre bêtisier du langage administratif. De ce fait, la généricité initiale, identique à celle de T1, T2 et T3, passe au second plan et le cotexte de T5 change le modèle du contexte en introduisant une instance énonciative citante ironique. Le cadre interprétatif du texte T4 s’en trouve modifié. On peut parler d’ironie car, outre la critique de la presse régionale, c’est le langage de l’administration qui est tourné en dérision et la force de la Loi s’en trouve indirectement ridiculisée et son sérieux tourné en dérision. Le co(n)texte journalistique de la presse satirique permet l’accomplissement d’un acte d’impertinence critique qui n’a plus rien à voir avec le genre d’origine de T4.

15On voit ainsi que la mutation générique d’un texte est une pratique courante et que le rôle de l’instance éditoriale est déterminant.

Ceci n’est pas un conte

16Lors de la lecture-interprétation, le jugement de généricité peut converger avec les deux instances de production auctoriale et éditoriale ou diverger, tout simplement parce que les représentations de la textualité et les systèmes de genres ont changé ou parce que les objectifs divergent. Ces tensions entre systèmes de genres sont banales dans le champ littéraire, dans la mesure où un texte se définit comme littéraire précisément en raison de la complexité de sa genèse, l’ampleur de sa circulation éditoriale et traductoriale dans le temps, sans parler de sa double inscription dans le système des genres littéraires en constante évolution et dans la mémoire intertextuelle d’une communauté culturelle.

17Je prendrai ici l’exemple de certains petits textes du Trésor des contes d’Henri Pourrat que Bernadette Bricout, spécialiste de l’auteur auvergnat, semble ranger dans la catégorie un peu fourre-tout des « contes facétieux », à côté des contes merveilleux, des contes religieux et des légendes, des contes d’animaux, des chansons et de ce qu’elle appelle les contes romanesques (1992 : 108-127). Dans les « contes facétieux », elle distingue les facéties anticléricales, les contes de la naïveté et les facéties érotiques ou scatologiques. Un peu mal à l’aise parce que ces textes n’entrent pas dans la classification folkloristique des contes-types, elle reconnaît qu’un grand nombre de courts textes prennent la forme d’anecdotes :

[…] 41 contes n’ont pu être situés dans la classification internationale, ce qui représente un nombre important d’unica. La plupart de ces récits se présentent sous la forme de courtes anecdotes mais certains obéissent à une structure complexe […]. (1992 : 111)

18C’est cette piste que je vais explorer en prenant appui sur les quatre textes suivants :

T6   Le conte du berger à confesse
Il y avait une fois un berger, par là-haut. Sous son bonnet de peau de renard et dans sa limousine bourrue, on n’y voyait que de la bourre ou du poil. Mais l’année de la mission, ma foi, il voulut aller à confesse avec les autres.
   « Eh bien, voyons, lui demanda le missionnaire, les commandements de Dieu, les avez-vous gardés ? — Oh, pour ça non ! — Comment, les commandements de Dieu, pas gardés ? et les commandements de l’Église ? — Oh, non plus, oh, pour ça non plus ! — Vous n’avez donc gardé aucun commandement ? Mais qu’avez-vous gardé, alors ? — Oh, ma foi, moi, je n’ai gardé que les ouailles ; et dans le pâturage, avec le loup, les orages, et le reste, j’y ai eu assez de peine ! »
Tome I, Livre IV, 1953, du Trésor des contes, éd. Omnibus 2009 : 692

T7   Le conte de la fille à marier
Il y avait une fois un paysan qui songeait à marier son garçon.
   Un dimanche, après la grand’messe, en buvant chopine à l’auberge, il entre en propos avec un autre de par là, qui se trouvait avoir une fille à marier.
   On parla d’abord, comme il se doit, du temps, des récoltes. Puis, poussant le verre pour trinquer :
   « Et autrement, combien ferais-tu à ta fille ?
   — C’est vite compté : quand elle se marie, je lui donne cinquante pistoles par année d’âge.
   — Ah, oui… Et quel âge a-t-elle, ta fille ? Ma foi, je crois que nous pourrions faire affaire. Je la vois bien en ménage avec notre garçon.
   — Ma fille ? Quel âge ? Hé, dix-sept ans, tout juste.
   — Dix-sept ans ? Attends que je compte… Alors, pour le garçon, elle est un peu jeunette. »
Tome II, Livre XIII, 1962, du Trésor des contes, éd. Omnibus 2009 : 1347

19On trouve également des textes cumulant les incipit en « il était une fois » et le marqueur « un jour ». Je n’en cite que deux :

T8   Le conte du maître de la maison
Il y avait une fois un fermier qui parlait en haut ton quand il donnait des ordres, ha, il fallait l’entendre. Mais le valet, un gaillard un peu simple et têtu comme une mule, ne faisait guère état de ses commandements.
   Un jour, dans la morte-saison, le maître lui avait dit qu’il ébranchât la haie. Il le trouve qui refaisait les rases, les rigoles du pré, taille-pré à la main.
   « Eh, dis, grand porc ! qui commandera dans cette maison ?… Oui, est-ce moi ? Ou si c’est toi, peut-être ? »
   L’autre, continuant de railler dans le pré, hausse l’épaule.
   « Si vous voulez savoir, maître, ni vous ni moi : c’est la maîtresse. »
Tome I, Livre III, 1951, 2009 : 570

T9   Le conte des fous
Il y avait une fois un paysan qui demeurait dans la montagne au-dessus d’Ambert, en ce lieu de Jarrix où les eaux passent pour rendre les gens fous – peut-être que c’est le vent. Un jour, il fut verbalisé par les gendarmes pour délit de chasse.
Comme il avait connu le garde des Eaux et Forêts, alors que ce garde résidait près de chez lui, dans le pavillon des bois, il alla à la ville lui demander d’arranger cette affaire.
   « Eh bien, je ferai ce qui se pourra, dit le garde, en retirant sa pipe de sa bouche et en lui envoyant une bourrade dans les côtes. Ne te tracasse pas, mon vieux, ça n’ira pas chercher si loin… Et là-haut, quoi de neuf ? Toujours autant de fous ?
   — Toujours bien quelques-uns, répondit le paysan : pas autant que quand vous y étiez ! »
Tome I, Livre IV, 1953, 2009 : 800

20En intitulant « conte » chacun de ces textes et en les faisant commencer par la formule « Il était une fois… », Pourrat les catégorise génériquement. Mais ces quatre textes apparaissent, à la lecture, très différents du Conte de Marie-Cendron (Livre I, 1948), du Conte du Chaperon rouge (Livre II, 1949), du Conte de la Belle au bois dormant (Livre IV, 1953), du Conte de Chaton-Minet (Livre IV, 1953) et du Conte de la Barbe-Bleue (Livre VIII, 1957), pour ne citer que ceux qui récrivent des contes de Perrault déjà repris par les Grimm. Ces quatre textes ont une caractéristique commune : le dialogue y occupe une place importante dans le déroulement du récit, en permettant chaque fois une chute en forme de plaisanterie ou de réplique amusante, impertinente, inattendue. De ce point de vue, ces « contes » ressemblent à des histoires drôles.

21C’est ce que confirme l’analyse de T6 : un premier paragraphe narratif commence par deux phrases présentant les imparfaits typiques d’une situation initiale de récit à la troisième personne et formant la première macro-proposition narrative. La première phrase s’ouvre par la formule du genre déclaré de ce texte : « Il y avait une fois… » complétée par un déictique spatial vague : « Là-haut », repère énonciatif commun à tous les contes du recueil de Pourrat : les monts d’Auvergne. La seconde phrase développe la description du berger mentionné dans le titre et introduit dans P1 ; elle en fait un véritable sauvage couvert de peaux de bêtes et poilu. Suit une phrase au passé simple, introduite par un mais ; passé simple et connecteur mettent en évidence le déclencheur du récit (nœud de l’intrigue, deuxième macro-proposition narrative) : si le berger n’avait pas voulu aller, comme tout le monde, se confesser, rien ne serait arrivé.

22La troisième macro-proposition narrative (ré-action) est transformée en dialogue, par insertion d’une séquence dialogale très strictement construite sur le modèle des échanges complets, à savoir une suite de répliques articulées en trois séquences-échanges et permettant d’accomplir des actes de discours liés : actes initiatifs de Question (1) et acte réactif de Réponse (2) suivi d’un acte de clôture de l’échange (3) :

Échange 1   1. Intervention initiative de l’échange
      M-Q1 Eh bien, voyons, lui demanda le missionnaire, les commandements de Dieu, les avez-vous gardés ?
         2. Intervention réactive
      B-R1 — Oh, pour ça non !
         3. Intervention conclusive de surprise de l’échange 1
      M-Q/exclamation2
         — Comment, les commandements de Dieu, pas gardés ?

Échange 2   1. Intervention initiative de relance de l’échange
      M-Q2 et les commandements de l’Église ?
         2. Intervention réactive
      B-R2 — Oh, non plus, oh, pour ça non plus !
         3. Intervention conclusive de surprise de l’échange 2
      M-Q/exclamation3 — Vous n’avez donc gardé aucun commandement ?

Échange 3   1. Intervention initiative de relance de l’échange
      M-Q3 Mais qu’avez-vous gardé, alors ?
         2. Intervention réactive
   B-R3 — Oh, ma foi, moi, je n’ai gardé que les ouailles ; et dans le pâturage, avec le loup, les orages, et le reste, j’y ai eu assez de peine ! »
         3. (Absence d’intervention conclusive de l’échange 3)

  • 1 Il le fait également avec un signe comme « limousine », cape typique des bergers de la Haute-Vienne (...)

23Le dernier membre du dernier échange produit un effet de chute qui interrompt brusquement la narration. Ce procédé est, lui aussi, conforme au genre de l’histoire drôle qui fait souvent reposer la chute sur une question de langage, de quiproquo. T6 illustre bien les difficultés du partage interdiscursif des langues et des genres en mettant en scène un désaccord sur le sens d’un lexème, la création d’un malentendu de contextualisation des mots. Ce texte illustre métadiscursivement la résistance du réel de la langue sous la forme d’un décalage sociolectal entre des représentants de communautés discursives différentes. Comme le dit Vološinov : « En se réalisant dans l’échange social, tout signe idéologique, y compris le signe verbal, est déterminé par l’horizon social d’une époque et d’un groupe social donnés » (2010 : 157). L’horizon social du prêtre et l’horizon social du berger ne convergeant pas, le texte joue sur cette pluri-accentuation sociale des signes1. Le verbe garder fonctionne co(n)textuellement dans deux pratiques discursives différentes : celle du prêtre missionnaire et de la confession, d’une part, et celle du métier du berger auvergnat, d’autre part. Dans le premier cadre discursif, le verbe garder, dans la collocation « garder les commandements », a le sens d’avoir suivi et respecté la loi religieuse. En revanche, le verbe garder, dans la collocation « garder les ouailles » du sociolecte paysan, a le sens de garder les brebis. Dans l’interdiscours de la société française que décrit Pourrat, le discours religieux fait intertextuellement du prêtre le « bon berger » des âmes qui lui sont confiées. C’est le cas dans la « parabole du bon pasteur » (Évangile de Jean 101-18) et dans le Psaume 23 de David, qui proclame métaphoriquement : « L’Éternel est mon berger ». Mais ces deux représentations allégoriques n’interviennent pas pour réduire l’écart interlocutif entre le missionnaire-berger des âmes et le berger auvergnat. Le « malentendu », placé au cœur de la communication, clé d’un fonctionnement de type histoire drôle, déconstruit la représentation imaginaire d’une langue homogène, débarrassée des différences sociales. Ce qui est en jeu ici, c’est l’écart entre deux sujets dans la langue, et cet écart met en péril l’évidence d’un discours religieux universel : le missionnaire se trouve en présence d’un indigène sauvage, aussi exotique et distant de lui que ceux des continents lointains de l’exercice habituel de son ministère. Rivé dans son sociolecte, il est incapable d’ajustement interactionnel avec celui qui vient se confesser à lui. On ne sait trop de qui cette histoire se moque. Elle se moque certes du berger inadapté aux règles de la confession (comme le « ma foi » de l’échange 3.2 le laisse attendre par la désémantisation humoristique de l’expression), mais elle se moque tout autant du religieux bloqué dans la langue de son ministère et incapable d’adaptation.

24Le fait que le récit soit un récit de paroles qui se termine par une chute qui tient lieu de dénouement fait de T6 et des trois autres textes des exemples prototypiques du genre de l’histoire drôle. Mais plusieurs indices signalent un autre genre de récit bref. Dans ses travaux sur le genre de l’anecdote et des recueils d’ana de la fin du xviie siècle jusqu’au milieu du xviiie, et dans un précédent numéro de Pratiques, Karine Abiven (2013 : 119-132) a mis en évidence un fonctionnement générique qu’elle caractérise par quatre composantes : a) Un récit qui prétend à la relation d’une vérité (petit fait prétendument vrai). b) Un récit minimal dépourvu de complexité. c) Une chute en forme de discours rapporté qui tient lieu de dénouement du récit et qui doit produire sur l’auditoire un effet généralement d’amusement. d) Le cadratif type d’ouverture « Un jour » isole l’anecdote du corps du texte dans lequel elle est souvent insérée, comme c’est le cas en T8 et T9 :

« Un jour » est le « il était une fois » du micro-récit historique : ces incipit (au sens large) sont clairement liés à la généricité. Aussi prototypiques l’une que l’autre, ces formules suffisent à signaler l’entrée dans un récit, à cette différence que la seconde opère une suspension de l’univers de croyance du récepteur, et ouvre un horizon d’attente générique de type fictionnel. L’anecdote n’est pas le conte, et le cadratif « un jour », s’il implique une semblable sollicitation d’un horizon d’attente générique, renvoie plutôt au monde de référence, à un petit fait (prétendument) vrai. (Abiven 2013 : 125)

25En jouant sur le glissement du « Il était une fois » fictionnel au « Un jour », explicite ou non, nos quatre textes possèdent les caractéristiques de l’anecdote et ne relèvent donc pas de l’histoire drôle, dont ils ne possèdent d’ailleurs pas une caractéristique générique très importante : le présent de l’indicatif.

26En va-t-il autrement dans cette anecdote de Quoi ? L’Eternité de Marguerite Yourcenar, qui semble glisser de l’anecdote vers l’histoire drôle et dont le bref examen me servira de conclusion :

T10 Le curé du village est un brave type qui aime bien manger et qu’on invite le dimanche. Il n’a qu’un répertoire de trois ou quatre sermons qu’il a potassés au séminaire et qui ennuient ses ouailles […]. Cette bonne pâte de curé n’est pas un saint, et Michel est un de ces incroyants exigeants qui voudraient que chaque ecclésiastique fût un saint. Un jour (j’étais trop jeune pour me souvenir de cet incident, que Michel m’a raconté par la suite), la foudre tomba sur l’église du village pendant la grand-messe, peu après l’Elévation. Les fidèles décampèrent, crainte d’incendie. Le curé, effondré dans le fauteuil réservé aux visites de l’évêque, demande pour se réconforter un verre de vin de la Communion.
   — Monsieur le Curé, dit gravement Michel, c’eût été une belle mort.
   Le curé le regarde, interloqué. Mourir l’ostensoir en main ne lui eût rien dit.
M. Yourcenar, Quoi ? L’Eternité, Folio 2161, 1988 : 13

27En mêlant le passé composé dans la parenthèse, le passé simple et le plus-que-parfait du subjonctif (dans la continuité du subjonctif imparfait qui précède l'anecdote et qui pose un irréel du passé), cette anecdote exemplaire semble se rapprocher de l’histoire drôle. En fait, le cotexte narratif dominé par le présent me pousse à interpréter les deux présents narratifs qui suivent les deux passés simples comme un retour au temps dominant de cette autobiographie familiale. Cotextuellement, l’anecdote au passé simple apparaît comme une rupture de la continuité verbo-temporelle et générique par l’introduction locale d’un genre narratif avec ses propriétés micro-linguistiques. C’est cette solution de continuité qu’atténuent les présents qui entourent le discours rapporté direct.

Bibliographie

Abiven Karine 2013 : « Un genre de discours miniature : pour un modèle de l’anecdote », Pratiques 157/158, 119-132.

Adam Jean-Michel 1997 : « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », Pratiques 94, 3-18.

Adam Jean-Michel 2011a [1992] : Les textes : types et prototypes, Paris, A. Colin.

Adam Jean-Michel 2011b : Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve, Academia.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute 2004 : « Des genres à la généricité. L’exemple des contes (Perrault et Grimm) », Langages 153, 62-72.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute 2006 : « Six propositions pour l’étude de la généricité », La Licorne 79, coordonné par Raphaël Baroni et Marielle Macé, P.U. Rennes, 21-34.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute 2009 : Le texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Adam Jean-Michel, Herman Thierry & Lugrin Gilles 1997 : « Genres de la presse écrite », Pratiques 94, Metz.

Adam Jean-Michel, Herman Thierry & Lugrin Gilles 2000a : « Genres de la presse écrite et analyse des discours », Semen 13, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Adam Jean-Michel, Herman Thierry & Lugrin Gilles 2000b : « La presse écrite : des genres aux mélanges de genres », Études de Lettres 3-4, Lausanne.

Bricout Bernadette 1992 : Le Savoir et la Saveur, Paris, Gallimard.

Petitjean André 1981 : « Les histoires drôles : “Je n’aime pas les raconter parce que…” », Pratiques 30, 11-25.

Volochinov Valentin N. 2010 [1929] : Marxisme et philosophie du langage, Limoges, Lambert-Lucas.

Notes

1 Il le fait également avec un signe comme « limousine », cape typique des bergers de la Haute-Vienne, transparent pour un lecteur auvergnat du milieu du XXe siècle, mais opaque pour un lecteur francophone du XXIe siècle qui pense plus à une automobile et ne voit pas ce que ce mot fait là.

Table des illustrations

Titre Création du permis de détention
Légende (ce document se substitue au récépissé de déclaration actuel)
Crédits (code rural/article L211-14 modifié)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site