Version classiqueVersion mobile

Dans l'ombre des élus

 | 
Willy Beauvallet
, 
Sébastien Michon

Partie 3. Les entreprises politiques comme antichambres du métier politique

Chapitre 9 : De nouvelles carrières électives : le renouvellement du personnel politique local socialiste par les auxiliaires d’élus à l’épreuve des configurations locales (1988-2012)

Grégory

Résumé

Sur la base d’une enquête de terrain croisant plusieurs méthodes (entretiens, observations, archives et base de données prosopographiques), cet article explore les transformations du recrutement du personnel politique socialiste de la fin des années 1980 jusqu’en 2012 en établissant le renouvellement des élus et cadres partisans par les auxiliaires d’élus. L’approche localisée montre néanmoins que ce renouvellement peut être réfréné selon les configurations politiques locales par le maintien durable d’élus entrés en politique dans les années 1970-80, en raison d’une crise de leadership politique et/ou par le niveau d’accès aux ressources des institutions politiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est un constat désormais bien connu que le parti socialiste (PS) est d’abord « un parti d’élus et d’électeurs » (Sawicki, 2004). Les travaux récents montrent d’ailleurs que le poids des élus s’est encore accru ces dernières années (Lefebvre et Sawicki, 2006 ; Bachelot, 2008 ; Barboni, 2008), ce qui va de pair avec une professionnalisation de son personnel, au sens d’une autonomisation et d’une monopolisation des activités politiques (Gaxie, 1973). Vivant de et pour la politique, pour reprendre la formule de Weber, les dirigeants socialistes considèrent de plus en plus la politique comme une carrière, rythmée par diverses séquences et l’acquisition de compétences successives : socialisation au sein des organisations de jeunesse (Michon, 2006 ; Bargel, 2009 ; Argibay, 2011), acquisition de diplômes orientant vers l’activité politique (Hû, 2014), expérience préalable en cabinet (Lefebvre et Sawicki, 2006 ; Bachelot, 2008) ou en tant que collaborateur d’élus, détention durable de mand...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search