Version classiqueVersion mobile

Dans l'ombre des élus

 | 
Willy Beauvallet
, 
Sébastien Michon

Partie 3. Les entreprises politiques comme antichambres du métier politique

Chapitre 8 : Collaborateurs d’élu-e(s) écologistes à l’Assemblée nationale : une voie toute tracée ?

Vanessa Jérome

Résumé

Les profils et les modes de recrutement des collaborateurs d’élu-e(s) de l’Assemblée nationale ont beaucoup évolué ces dernières années. Apprenant le métier autant que le (dé)goût de la politique, les entrants, de plus en plus formés dans les IEP et dans le cadre de l’organisation de jeunesse écologiste, acquièrent des savoirs et des savoir-faire reconvertibles dans diverses professions. Si nombre d’entre eux exerceront dans le monde associatif ou celui des ONG, si tant est que le stigmate politique, auquel s’ajoute ici celui de « l’être vert », ne perturbe pas outre mesure leurs chances de trouver un emploi, l’activité politique ne sera accessible qu’à ceux qui pourront vivre leur professionnalisation sur le mode partisan le plus légitime : celui du rapport paradoxal au champ politique et aux institutions.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Figure à la fois professionnalisée et privilégiée, détentrice de savoirs et de savoir-faire spécifiques dont la maîtrise permet d’envisager des carrières politiques ascendantes et relativement durables, le collaborateur symbolise tout à la fois l’excellence en politique et la monopolisation du pouvoir par un nombre restreint et peu renouvelé de représentants1. Loin d’incarner à lui seul l’« entourage » de l’élu-e, il s’impose néanmoins comme objet de recherche pour qui s’intéresse à la formation et à l’exercice du métier politique, et, par-delà, à la (trans)formation des rapports au politique et à la (dé)légitimation des élites. Pourtant, l’attention qui lui a été accordée ces dernières décennies est restée marginale, alors même que l’augmentation du nombre des auxiliaires politiques et leur professionnalisation croissante permettaient de percevoir que s’instaurait, avec la présidentialisation du régime politique, une « République de conseillers » (Eymeri-Douzans, Bioy et Mouton, 20...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search