Version classiqueVersion mobile

Cinéma russe contemporain, (r)évolutions

 | 
Eugénie Zvonkine

Chapitre 4. Générations

L’espace comme piège dans les films russes contemporains

Eugénie Zvonkine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Oui, j’aime ma patrie : étrangement je l’aime,
D’un amour que ne peut étouffer ma raison.
Mikhaïl Lermontov, Ma Patrie (1840)1

Une minute plus tard, la calèche se mit en route. Comme si elle s’en retournait au lieu de poursuivre son chemin, les voyageurs voyaient la même chose qu’avant midi. Les collines se noyaient toujours dans les lointains lilas et on n’en voyait pas la fin.
Anton Tchekhov, La Steppe2

Alors, comment trouver sa place en Russie, si à Norilsk on est mal
et qu’à Moscou, à tout moment, on peut recevoir un coup de bouteille sur le crâne ?3
Question d’un critique de cinéma à une réalisatrice et scénariste russe contemporaine.

Le passé soviétique comme piège

Au moment de la perestroïka, le cinéma soviétique tardif, puis le jeune cinéma postsoviétique s’attachent avec ferveur à repenser l’expérience soviétique. Les cinéastes font à l’avenant et parmi les films réalisés entre 1987 et 1994, pléthore cherchent à mettre au grand jour les monstrueuses et souvent sanglantes expérie...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search