Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Troisième partie – Écouter et voir les corps à l’ouvrage

Quand les corps parlent : faire de l’histoire orale pour étudier la santé et l’invalidité au travail dans les houillères britanniques au vingtième siècle1

Arthur McIvor

Texte intégral

  • 1 Texte traduit de l’anglais par Frédérique Amselle et Aude Ferrand.
  • 2 Bar associatif tenu par les mineurs [NDLT].
  • 3 Alan Napier, dans un entretien conservé au Scottish Oral History Centre (Glasgow), SOHC/C43, 31.3.2 (...)

Le bar de l’amicale2 où j’avais l’habitude d’aller boire un verre, on l’appelait « Le banc des condamnés » : quand on rentrait, y avait un banc avec une dizaine de mineurs assis dessus… Et on voyait que ça passait de dix à neuf, puis à huit, à sept… Et ce qui les tuait tous c’était, presque toujours, des blessures ou des maladies liées à la mine. Et vous pouvez voir ceux qui ont eu la chance de rester en vie, mais ils ne peuvent pas parler, ils ne peuvent pas respirer normalement… Alors, vous voyez l’héritage, l’héritage que nous a laissé la mine. Alors vous pouvez comprendre notre colère3.

  • 4 Je souhaite remercier chaleureusement mon collègue Ronnie Johnston (avec qui j’ai collaboré étroite (...)
  • 5 Voir A. McIvor, Working Lives: Work in Britain since 1945, Palgrave Macmillan, 2013, en particulier (...)

1C’est à Alan Napier, un ancien mineur de charbon du nord-est de l’Angleterre, que l’on doit cette anecdote, dans le cadre d’un entretien oral réalisé en 2004. Ce dernier révèle non seulement l’impact du travail à la mine sur les corps, mais aussi la dimension émotionnelle et psychologique des souvenirs évoqués. Cette contribution entend démontrer tout l’intérêt de l’entretien oral en histoire et en tant que démarche méthodologique dans le cadre de l’étude des questions de santé au travail et de maladies professionnelles. Il s’appuie à cet effet sur un corpus de plus de cinquante entretiens réalisés sur le terrain, portant à la fois sur la vie privée et professionnelle des mineurs de charbon dans le nord-est de l’Angleterre, l’Écosse et le sud du Pays de Galles, ainsi que sur d’autres formes de témoignages personnels hors de la Grande-Bretagne. Les entretiens ont été réalisés entre 2000 et 2005 dans le cadre d’un projet qui a donné lieu à un ouvrage coécrit avec Ronnie Johnston, Miner’s Lung (2007)4. Cet essai s’inscrit dans un travail critique en cours depuis plusieurs années qui consiste à réexaminer les témoignages (et en collecter de nouveaux) à la lumière du corpus déjà existant sur la théorie et la pratique de l’histoire orale, et de l’intérêt que j’accorde à la question de la culture du travail et de la santé au travail au XXsiècle5.

2Nous entendons démontrer que les témoignages oraux permettent de recentrer l’histoire sur le corps et les émotions des mineurs. Cette méthodologie permet de mieux comprendre le lien entre corps et travail et ce que ce lien représente pour les travailleurs, mais également de mieux voir comment ces derniers ont été affectés et ont réagi face au risque et au danger, à l’invalidité et la mort qui s’en suivent. Cette démarche nous donne la possibilité de replacer les travailleurs touchés par les maladies professionnelles chroniques au sein des espaces socio-culturels spécifiques qu’ils occupaient à l’époque. Si l’analyse de ce matériau que constituent les enquêtes orales requiert une approche critique et sensible (qui demande une évaluation réfléchie de la manière dont les souvenirs se construisent et dont le passé émerge), ces récits personnels fournissent un large aperçu de l’interaction travail–santé. Nous pouvons ainsi aller au-delà des statistiques sur la santé et la sécurité (« le comptage des morts ») pour approfondir notre connaissance de la culture du travail et de la santé dans les communautés minières, du corps au travail, ainsi que de l’évolution des identités (y compris l’impact sur la masculinité) après une blessure grave ou la contraction d’une maladie professionnelle chronique. Ces récits donnent à entendre une dimension émotionnelle et morale et nous permettent de mieux comprendre ce qu’impliquait d’exposer son corps au danger, à la blessure et à la maladie.

Théorie et pratique de l’histoire orale

  • 6 Linda McCray Beier, For Their Own Good, Ohio State University Press, 2008 ; Michael Bloor, « No Lon (...)

3L’histoire orale existe depuis longtemps déjà : puisant ses racines dans la tradition orale, la pratique contemporaine de l’histoire orale est apparue dans les années 1960 et 1970 avec la révolution technologique de l’enregistrement sur cassette audio. Parmi les premiers pionniers britanniques, on peut compter ceux qui ont enregistré les témoignages des mineurs de charbon, comme Ian MacDouglas en Écosse ou David Smith et Hywel Francis au sud du Pays de Galles dans les années 1970. Ceci nous permet de poser la première limite évidente de la méthodologie de l’histoire orale : l’enregistrement et l’archivage de la vie des mineurs sont relativement récents et les nouveaux projets sont restreints à la mémoire vivante – permettant de remonter jusqu’aux années 1930 au maximum, même si des archives orales déjà existantes (comme la South Wales Coal Collection, la Collection du charbon du sud du Pays de Galles, à l’université de Swansea) peuvent faire l’objet de recherches. Dans le champ des études sur la perception de la santé en Grande-Bretagne, Linda McCray Beier fournit un bon exemple de cette nouvelle utilisation des témoignages oraux déjà archivés, tout comme le sociologue Michael Bloor pour l’exploitation minière du sud du Pays de Galles6. Les adversaires de cette méthode ont critiqué l’histoire orale, mettant en cause le caractère peu fiable de la mémoire et la subjectivité du matériau. Les acteurs sont accusés de mal se souvenir, de ne pas dire la vérité ou de l’embellir, déformant ou exagérant ainsi leur rôle (et l’importance de celui-ci) dans le déroulement des événements. De surcroît, les historiens de l’oralité ont été accusés d’accorder plus d’importance aux récits individuels et personnels qu’ils ne le méritent et de généraliser à outrance à partir d’un nombre de cas relativement faible et pas toujours représentatif. Le regretté Eric Hobsbawm faisait partie de ces sceptiques.

  • 7 Voir Luisa Passerini, Fascism in Popular Memory, Cambridge University Press, 1987 ; Alessandro Port (...)
  • 8 Cette théorie a été développée par Alistair Thomson, Anzac Memories: Living with the Legend, Oxford (...)
  • 9 À ce sujet, voir Lynn Abrams, Oral History Theory, Routledge, 2010 ; Paul Thompson, The Voice of th (...)

4C’est en partie en réponse à des critiques de cet ordre, mais aussi pour renforcer sa position, que l’histoire orale a évolué, passant de ce que l’on a appelé l’histoire orale « reconstructive » (généralement, lorsque le témoignage était pris pour argent comptant, sans aucune approche critique) pour aller vers une approche plus « interprétative ». Cette dernière a été influencée par le tournant post-moderne et par le travail influent des représentants italiens de l’histoire orale, en particulier Luisa Passerini et Alessandro Portelli7. S’en est suivie une période d’introspection pour la discipline, ce qui a donné lieu à une histoire orale plus solide sur le plan théorique et plus rigoureuse sur le plan méthodologique. À cet effet, elle a emprunté à la fois aux sciences sociales et à d’autres disciplines (dont la sociologie, l’anthropologie, la psychologie et la linguistique) et les a mises à l’épreuve de la pratique. En résumé, les études sur la mémoire ont confirmé le caractère fondamentalement fiable de la mémoire, et le caractère subjectif des témoignages, jusqu’à présent considéré comme une faiblesse, a été reconnu comme une force. Les silences et l’inexactitude des souvenirs dans les récits de vie ont été reconnus comme ayant une valeur à part entière et considérés comme pleinement signifiants. L’intersubjectivité a également été étudiée de près : on a ainsi pu noter que les témoignages sont élaborés et construits à la fois par la subjectivité des enquêteurs, par le dialogue avec la personne interviewée (à travers les notions de genre et de classe sociale par exemple) et par la culture et les médias dominants – autrement dit le « circuit culturel »8. Il a été établi que les répétitions, les métaphores et les anecdotes dans les témoignages oraux comptent énormément et que le récit de sa propre histoire obéit à des structures narratives et des « règles » qui varient selon les sociétés et les cultures. On observe également un processus d’adaptation dans la mesure où les interviewés jaugent leur public immédiat (l’enquêteur) et, plus largement, les destinataires tels qu’ils se les représentent (c’est-à-dire les utilisateurs et lecteurs du document final archivé). En se remémorant leur passé dans le cadre d’une interview, les témoins filtrent les souvenirs, construisent et composent leurs récits, mêlant des éléments factuels à leur propre interprétation à mesure qu’ils s’efforcent de comprendre leur vie dans un effort actif, dialogique et réflexif de remémoration9.

5Ainsi, les études et les méthodes en histoire orale se sont affinées. Le caractère unique des témoignages oraux et leur véracité sont désormais largement reconnus. Les historiens de l’oralité ont maintenant une approche beaucoup plus critique et réfléchie de leur matériau et reconnaissent l’influence de leur propre subjectivité sur l’enquête et la manière dont les personnes se positionnent dans leur récit, utilisant parfois l’entretien comme un moyen de donner une certaine image d’eux-mêmes. La « nouvelle histoire orale » qui est ainsi née a été largement influencée par la pensée post-moderne, qui est venue se greffer à une tradition plus radicale de l’histoire orale. À l’origine de cette dernière, on compte une première génération d’historiens de l’oralité socialistes et féministes mus par la volonté de donner une voix et une place aux personnes marginalisées, dans la perspective essentielle de démocratiser l’histoire. Ces historiens ont posé comme principe que ce dont les personnes se souviennent et la manière dont elles s’en souviennent ont une valeur intrinsèque et en disent beaucoup sur la manière dont les témoins perçoivent leurs vies, interprètent le passé et, enfin, trouvent une forme de confiance grâce au récit.

6Si l’histoire orale est un médium exigeant, ce n’en est pas moins un domaine de travail enrichissant et passionnant, notamment parce que l’on peut poser les questions que l’on souhaite aux personnes interrogées et avoir un dialogue constructif au sujet du passé. Les sources écrites ne peuvent pas répondre, elles ! Fondamentalement, l’approche qu’offre l’histoire orale permet de se focaliser sur l’intime (ce que l’articulation entre vie privée et travail signifiait pour les gens) et de faciliter un recentrage de l’histoire qui peut ainsi à la fois traiter et remettre en question les stéréotypes, les conservatismes et les hypothèses. Cette méthode a été appliquée ici à l’étude de la santé et de la sécurité au travail (le corps au travail) dans les mines de charbon britanniques au vingtième siècle. Dans un premier temps, je souhaite livrer quelques brèves observations sur l’exploitation minière du charbon en Grande-Bretagne et sur l’interaction corps-travail dans les métiers de la mine, afin de contextualiser mon propos.

Travail à la mine et corps des mineurs en Grande-Bretagne au vingtième siècle

7Au cours du premier quart du vingtième siècle, plus d’un million d’hommes sont employés dans l’exploitation du charbon en Grande-Bretagne. À partir des années 1920, les effectifs diminuent, mais il reste néanmoins 700 000 salariés au début des années 1960. Plusieurs changements fondamentaux ont lieu au cours du vingtième siècle, non sans conséquences, sur le corps des mineurs. Premièrement, l’organisation du travail est largement modifiée par le passage de techniques artisanales (le pic et la pelle) à des tâches d’abattage et de chargement entièrement mécanisées. De plus, avec la nationalisation de 1947, on passe d’un système de propriété privée à une exploitation publique. Enfin, les mineurs s’organisent de manière particulièrement efficace, établissant ainsi l’un des syndicats les plus influents et les plus engagés du pays, responsable de plus de la moitié des jours de grève du vingtième siècle en Grande-Bretagne.

8Cependant, il apparaît également évident que les mineurs représentent une communauté d’individus complexe et diverse, avec des différences très marquées dans les cultures minières selon les régions. Des travaux de recherche récents contribuent à affiner le stéréotype du prolétaire archétypal, ainsi qu’à montrer comment les mineurs participent d’une communauté hétérogène dont les cultures de travail varient sensiblement selon les bassins. Il en va de même en ce qui concerne l’impact du travail sur les corps : les conditions sociales, économiques et environnementales diffèrent considérablement d’un bassin à l’autre et même d’un puits à l’autre. Les puits poussiéreux, par exemple, n’ont pas les mêmes conséquences sur les corps que les puits humides, et une galerie étroite n’affectera pas la posture de la même manière qu’une galerie plus haute.

  • 10 Données recueillies par A. McIvor, A History of Work in Britain, 1880-1950, Palgrave Macmillan, 200 (...)
  • 11 Tim Wright, The Political Economy of the Chinese Coal Industry, Routledge, 2011.

9Toutefois, il est évident que le travail dans les houillères reste l’un des plus dangereux, mettant en péril la santé mais aussi la vie des mineurs. L’expression fréquemment employée de « sang sur le charbon » repose sur une dure réalité. Si le taux de mortalité due à des traumatismes décline après un pic au milieu du dix-neuvième siècle (grâce au développement de nouvelles technologies, à l’intensification de la pression des syndicats – et du public – et à une plus grande efficacité de la réglementation gouvernementale des puits), le travail à la mine demeure néanmoins risqué. Les statistiques du Ministère des mines (Mines Department) et du service versant des indemnités aux victimes d’accidents du travail (Workmen’s Compensation) montrent que le travail charbonnier représentait la majeure partie des décès dus à des accidents du travail en Grande-Bretagne : 40 à 50 % du total alors que ce secteur n’employait que 5 à 7 % de l’ensemble des travailleurs. Au cours de la première moitié du vingtième siècle, les mineurs britanniques sont quatre fois plus représentés dans les accidents et huit fois plus dans les décès liés au travail que les ouvriers travaillant en usine10. Cette structure de la mortalité au travail est typique de la plupart des nations productrices de charbon. De nos jours en Chine, par exemple, l’extraction de charbon est dix fois plus risquée que le travail à l’usine11.

  • 12 « Major Issues in Miners’ Health », Environmental Health Perspectives, Volume 106, Number 11, 1998, (...)
  • 13 Picture Post, 27 January 1945, p. 16-18. Je remercie mon collègue Steven Thompson pour cette référe (...)
  • 14 Dr Barnett-Stross in Hansard, 30 July 1958, p. 1540-1541.

10Quel que soit l’endroit du monde où elle a lieu, l’exploitation des ressources souterraines est reconnue comme l’un des métiers les plus dangereux. C’est également un métier qui met en péril la santé, bien que cette dimension reste moins étudiée et mal comprise, surtout dans des pays en développement tels que l’Inde ou la Chine. Les mineurs sont sujets à des maladies des yeux à force de travailler dans la pénombre (nystagmus), à des maladies rhumatismales ou arthritiques dues à l’atmosphère humide, à des troubles musculo-squelettiques liés à des traumatismes ou à un effort répété (bursite de la main ou du genou, tendinite, syndrome des « doigts morts »). Mais, par-dessus tout, les mineurs souffrent de maladies respiratoires (telles que la pneumoconiose, la bronchite et l’emphysème chronique), dues à l’inhalation excessive de poussière sur leur lieu de travail. L’Organisation internationale du Travail a calculé par exemple en 1994 que 2,5 millions de mineurs souffraient de maladies liées à la poussière à travers le monde, y compris de la pneumoconiose (lorsque le tissu pulmonaire devient fibreux ou est obstrué à la suite d’une inhalation excessive et répétée de poussière)12. Durant la période contemporaine de l’exploitation minière en Grande-Bretagne, après la Seconde Guerre mondiale, davantage de mineurs deviennent invalides ou meurent à cause de maladies chroniques qu’à cause d’accidents. Un éditorial publié en janvier 1945 dans le Picture Post, magazine populaire britannique, en fait une démonstration émouvante en présentant l’équipe de football d’une communauté minière du sud du Pays de Galles (Aberpergwm). Le journaliste y suit le déclin de la santé des joueurs de 1930 jusqu’au point où, en 1945, plus aucun n’était physiquement capable de travailler à la mine et la plupart étaient atteints, à des degrés divers, de silicose13. En Grande-Bretagne, dans les années 1960 et 1970, quatre fois plus de mineurs meurent de pneumoconiose que dans des accidents. Ces exemples participent d’une problématique plus large concernant les maladies respiratoires dues à un environnement pollué et à l’inhalation de poussière au travail. En 1950, un médecin estime qu’environ deux millions de Britanniques souffrent de problèmes respiratoires dus à l’inhalation de poussière sur leur lieu de travail14. La toux était un mal endémique des communautés ouvrières.

11Cependant, tout cela était dans une large mesure considéré parmi les ouvriers comme faisant partie des conditions de vie normales et habituelles. On constate chez les hommes de ces communautés ouvrières une disposition culturelle à accepter leur sort stoïquement, à ne pas « en faire toute une histoire », ainsi qu’une réticence marquée à s’en plaindre à leur médecin. Les risques pour les mineurs de contracter une maladie respiratoire grave sont souvent minimisés : les effets pouvaient ne se faire ressentir que dans un futur lointain et pouvaient être considérés comme moins préoccupants que le fait de gagner davantage tant que cela était possible, dans un marché du travail précaire caractérisé par les fermetures de puits et les licenciements (le nombre d’employés des houillères britanniques a chuté d’environ 700 000 en 1950 à moins de 10 000 en 2000). En outre, les médecins du travail, le Bureau national des charbons britanniques (NCB) et les responsables politiques tenaient des positions contradictoires au sujet des maladies respiratoires. Les mesures préventives étaient perverties et leur mise en place retardée par la culture productiviste dominante qui donnait la priorité au rendement plutôt qu’à la protection de la santé des mineurs. C’est pourquoi la bronchite et l’emphysème ne furent reconnus comme maladies du travail qu’à la fin des années 1990, malgré les campagnes menées sur le sujet par syndicats et communautés depuis les années 1950. Incidemment, après une longue période de déclin à partir des années 1970, le taux d’incidence de la pneumoconiose a de nouveau augmenté en Grande-Bretagne (et aux USA) à partir de la fin des années 1990, après les vagues de privatisation, de dérégulation et une nouvelle phase d’intensification du travail dans les puits. L’ampleur du problème dans les communautés minières est démontrée par le nombre de mineurs ayant demandé des dommages après qu’une décision de justice a déclaré en 1998 que la British Coal, société des charbonnages britanniques, avait fait preuve de négligence, l’obligeant ainsi à leur verser des indemnités. Le total des demandes (en 2004) était de 547 342 (dont environ 300 000 provenaient de familles de mineurs déjà décédés). Les communautés minières du Royaume-Uni et d’ailleurs ont été ravagées par les maladies respiratoires et d’autres maladies invalidantes. On retrouve ce type de situation dans tous les pays miniers, et la situation est sans commune mesure dans les régions actuellement en voie d’industrialisation comme l’Inde et la Chine.

Mémoires du corps au travail dans les mines de charbon

  • 15 Hywel Francis and David Smith, The Fed: A History of the South Wales Miners in the Twentieth Centur (...)

12Que peuvent, alors, apporter au champ d’étude les récits de témoins de première main et en quoi approfondissent-ils notre compréhension du sujet ? Ce genre de témoignages remet en question à la fois le point de vue « bourgeois », faisant état d’une amélioration progressive, et les pronostics structuralistes à propos du caractère foncièrement aliénant des formes capitalistes d’organisation du travail. Se placer du point de vue des travailleurs permet de mieux appréhender les limites en terme d’efficacité des cadres réglementaires, tout en saisissant la complexité des cultures du corps, l’interaction des identités (comme le sexe et la classe). Cela permet également de comprendre la manière dont les travailleurs naviguent au travers de relations sociales dominées par l’exploitation et une culture du travail où prévalent des visions gestionnaires et productivistes. Quantité de travaux ont utilisé les témoignages oraux afin de mieux comprendre le travail et la santé des travailleurs dans l’industrie minière. Parmi eux, on trouve pour le Royaume-Uni les études de Francis et Smith, Bloor, Perchard, ainsi que celles de McIvor et Johnston, tandis que Nichols et Kahveki ont interrogé des mineurs turcs et Portelli des employés des mines de charbon du comté de Harlan aux États-Unis15. L’étude la plus complète et la plus sensible est sans aucun doute celle de Portelli. Cette monographie tient lieu de modèle en terme d’enquête orale en milieu minier : elle comprend plus de 200 entretiens menés sur le terrain sur plus de vingt ans. La santé et le corps y sont des thèmes centraux.

  • 16 William Ashworth, The History of the British Coal Industry, Vol. 5, 1946-1982, Oxford University Pr (...)

13En ce qui concerne l’exploitation houillère en Grande-Bretagne, le discours « officiel » visible dans les documents d’archive datant des années 1930 et émanant de l’État – y compris des institutions chargées de faire respecter les règles de sûreté (Mines Inspectorate), des compagnies minières et des houillères nationalisées (National Coal Board, NCB) –, affirme que ces instances s’attaquaient activement au problème des maladies professionnelles et à la question de la sécurité et étaient en passe de les surmonter. Ces affirmations sont acceptées sans réserve par certains travaux historiques, en particulier la somme d’Ashworth sur l’histoire de la NCB16. Les témoignages oraux contestent ce discours et suggèrent que la réalité des mines faisait preuve de davantage de complexité et de diversité. Les travailleurs sont des agents actifs et leurs réactions se doivent d’être envisagées dans le contexte de la culture et de l’environnement spécifiques à leur lieu de travail et à leur communauté. Dans Miners’ Lung, Johnston et moi-même avançons que les propriétaires houillers indépendants et le Bureau national des charbons britannique (NCB) ont été coupables de négligence et sont responsables de l’épidémie de maladies liées à la poussière. En outre, le système productiviste a miné la santé des travailleurs, même si la NCB s’est préoccupée dans une plus large mesure du bien-être des travailleurs que les entreprises charbonnières privées. Elle était davantage à l’écoute des corps au travail et a sensiblement amélioré les normes de sécurité et de santé au travail, notamment de la période qui a suivi la nationalisation jusqu’au milieu des années 1960 environ. Le Service médical des mines (Mines Medical Service), pionnier en la matière, en est la preuve, tout comme le sont les ressources allouées à la réduction des particules en suspension (par exemple en injectant de l’eau directement dans la veine). Dans les entretiens, les mineurs font immanquablement état des avantages et des améliorations apportés par la nationalisation. En outre, les notions de classe sociale et de sexe s’entrecroisent de manière complexe et l’un des éléments révélé par les témoignages directs est l’importance du genre dans la construction des perceptions de la santé et de l’invalidité. Cet aspect sera analysé en détail plus bas.

Travail dans la poussière et réglementations inefficaces

  • 17 Economic and Social Data Service, Qualidata Archive ; 100 Families Project (SN4938) ; Int166 David (...)

14Dans les témoignages oraux des mineurs, le souvenir du lieu où ils ont travaillé péniblement et de l’environnement où leurs corps étaient mis à l’épreuve reste très vif. Les conditions de travail étaient très variables, mais la poussière, la mort et l’invalidité reviennent de manière récurrente dans les récits de vie personnelle et professionnelle des mineurs. Dans un entretien réalisé en 1986, un travailleur se souvient de son grand-père : « Il est mort de ce dont meurent tous les mineurs, la pneumoconiose, la silicose ou un truc comme ça, tu vois »17. Mostyn Moses, dont le père est mort d’une pneumoconiose à 53 ans, a travaillé au fond de la mine de Pentrecalywda, au sud du pays de Galles, à la fin des années 1930 :

  • 18 Cité dans « The Price of Coal », Saga Magazine, March 1998. Mostyn souffrait de bronchite, d’emphys (...)

Je travaillais avec un mineur, j’étais galibot, quoi. Il creusait le charbon et je pelletais toute la journée, remplissant une berline de charbon, et puis ils en apportaient une autre. On n’y voyait même pas ses mains. C’était terrible de travailler comme ça, toute la journée18.

  • 19 Andrew Lyndsay, interview SOHC/C4, 29.6.2000. La roche basaltique (« whin stone » en anglais) est u (...)
  • 20 Andrew Lyndsay, interview SOHC/C4.
  • 21 Alan Winter, interview SOHC/C42, 27.4.2004.

15Dans les années 1930, l’abattage mécanique et le minage (à l’aide d’explosifs) dégageaient d’immenses nuages de poussière. Un mineur écossais qui a commencé au fond de la mine dans les années 1930 se souvient des opérations de forage à sec et souligne que « même quand on forait dans la roche basaltique, on était comme un boulanger quand on sortait du puits la nuit »19. Puis il rappelle qu’avant la nationalisation, c’était majoritairement les entrepreneurs privés qui étaient responsables de l’abattage et que la santé et la sécurité étaient largement ignorées dans la course à la maximisation de la production : « ils perçaient ces trous et tiraient des explosifs et ensuite, c’est nous qui descendions au fond et on avalait cette poussière puante. Eux, ils avaient peut-être bien une livre par jour de plus que nous, mais, pour nous, c’était le bagne »20. La métaphore du bagne revient régulièrement dans la bouche des travailleurs lorsqu’ils évoquent l’ère qui précède la nationalisation. Andrew poursuit, significativement, en affirmant qu’« après la nationalisation, il semblait que les choses s’amélioraient ». Un mineur de Durham relève quant à lui la présence de la poussière dans les années 1950. Il était à l’extrémité du convoyeur de taille : « Oh, c’était terrible, cette poussière, et, oh la vache, c’était noir, noir, noir, du noir toute la journée »21. De même, un mineur écossais, Tommy Coulter, décrit la pire expérience de poussière de sa vie professionnelle dans les puits, à l’intersection de trois convoyeurs de taille au fond d’un puits :

  • 22 Tommy Coulter, interview SOHC/C21, 12.01.2005.

Il y avait un appel d’air entrant et absolument aucune élimination des poussières, et c’était une houillère très sèche, et la poussière était absolument épouvantable. Si vous alliez en dessous du point de chargement, vous n’y voyiez rien. Et vous savez, vous vous habituiez à tout ça et ça faisait partie du boulot22.

16Dans cet extrait, Tommy montre comment il a assimilé de manière presque inconsciente des conditions de travail insalubres, ce à quoi les personnes interviewées font fréquemment référence.

17John Orr, un autre mineur d’Ayrshire, qui a commencé à travailler dans la mine en 1934, se souvient comment les mineurs essayaient de se protéger quand ils foraient.

  • 23 John Orr, interview SOHC/C3, 19.6.2000.

Il n’y avait aucune élimination des poussières, si ce n’est qu’on portait tous un grand mouchoir, souvent un grand foulard à pois rouges, qu’on trempait dans l’eau et qu’on attachait autour de la bouche et de la gorge. Et à la fin d’un cycle de perçage, on aurait dit que le devant du mouchoir avait été trempé dans du béton. C’était notre seule protection. À mon avis, les périodes les pires pour la poussière, c’était dans les années 30 et 4023.

18Cette personne se souvient également de la pression exercée sur la production en temps de guerre et de la plus grande concentration en poussière provoquée par certaines opérations, comme l’abattage à l’explosif :

  • 24 John Orr, interview SOHC/C3.

Quand les coups partaient, on n’y voyait pas à un mètre. Il fallait y retourner parce que les conduits d’aération qui amenaient l’air à l’intérieur étaient mal fixés, réduits en lambeaux par l’explosion, et celui qui était le plus proche de la paroi devait être remplacé. Il fallait donc faire ça tout en suffoquant et en haletant. C’est un facteur qui a largement contribué aux lésions pulmonaires… Et puis il faut aussi se souvenir qu’on travaillait sous la pression, il fallait avancer, il ne s’agissait donc pas de dire « Bon, on va attendre une heure que ça se dégage. » On n’avait pas le droit de faire ça. Il fallait y retourner et avancer24.

19Le dernier commentaire concerne lui aussi un thème récurrent dans les témoignages et montre clairement les relations de pouvoir qui prévalaient et les choix pour le moins restreints des mineurs au sein d’un régime de travail productiviste dans lequel ils savaient devoir supporter des conditions de travail insalubres. Tommy Coulter se souvient :

  • 25 Tommy Coulter, interview SOHC/C21.

Quand votre salaire dépendait de ce que vous aviez produit, c’était toujours, que vous en soyez conscient ou non, c’était toujours une motivation. Je veux dire par là que si vous ne faisiez pas le boulot, vous n’étiez pas payé : vous aviez un salaire minimum qui était une misère. Il fallait donc bien le faire, il n’y avait pas d’alternative… On connaissait les règles, mais si on les appliquait, on n’était pas payé25.

20En passant du pic et de la pelle à la haveuse (avec des haveuses électriques et des convoyeurs à partir des années 1950), on est entré dans une période où la poussière dans l’atmosphère de la mine atteignait des quantités considérables. John Evans a connu les machines de havage et la transition vers les convoyeurs mécaniques au puits de Ferndale, au sud du Pays de Galles, à cette période. Il se souvient :

  • 26 John Evans, interviewé par Hywel Francis, 13 juin 1973 (South Wales Coal Collection Archive).

C’est là que la poussière a commencé : des convoyeurs et du découpage à sec de 1,40 mètre de coupe… Avec les machines on y allait encore plus fort parce qu’on nous donnait tellement à faire et qu’il fallait l’faire. La poussière était terrible… L’exploitation minière traditionnelle était beaucoup plus saine26.

  • 27 David Carruthers, interview SOHC/C23, 12.01.2005.
  • 28 William Dunsmore, interview SOHC/C16, 11.07.2000.

21Un houilleur écossais commente succinctement les conditions de travail à la taille quand une haveuse mécanique était utilisée : « et avec la poussière, on n’y voyait rien du tout. D’ailleurs, quand on mangeait un morceau, on pouvait carrément la sentir dans la bouche »27. Un autre remarque : « Et puis le machiniste était là, et j’étais à l’arrière de la machine, vous voyez. Et, c’est vrai, je ne voyais même pas la lumière du mécanicien avec toute cette poussière »28.

22Pour résoudre ce problème, des méthodes de réduction de la poussière, mises en place de façon volontaire ou réglementaire, se sont multipliées après la Seconde Guerre mondiale. Elles consistaient notamment en l’injection d’eau dans les veines, la projection de jets d’eau afin d’éliminer la poussière sur les machines servant à la coupe et au chargement du charbon, ainsi que l’utilisation d’appareils de mesure de la poussière ambiante. Mais tout cela, une fois sous terre et loin du regard des inspecteurs, était régulièrement contourné au détriment de la santé. Les témoignages oraux mentionnent fréquemment ce fossé entre les lois, les normes réglementaires sur le papier et l’expérience réelle des pratiques de travail. Les mineurs se souviennent d’avoir reçu des primes, en cas d’empoussiérage, pour travailler sans eau et pointent du doigt l’inefficacité des mesures préventives :

  • 29 William Dunsmore, interview SOHC/C16. Voir également David Hendry, interview SOHC/C15, 05.07.2000.

Ils ont commencé à introduire de l’eau pendant la coupe, ils ont même essayé de mettre du savon dans l’eau pour qu’elle mousse et pour arrêter la poussière. Ca ne servait pas à grand chose… S’il y en avait beaucoup, j’emmenais les hommes de l’autre côté de la machine. C’était pas toujours possible parce que… les chefs étaient sur mon dos pour le rendement. Il fallait produire toujours plus, plus, plus…29

  • 30 John McKean, Interview SOHC/C10, 29 June 2000.
  • 31 Billy Affleck, interview SOHC/C2 ; 19.06.2000 ; John Orr, interview SOHC/C3, 19.06.2000 ; Alan Napi (...)

23Un mineur du Lanarkshire se souvient de problèmes liés à la pression de l’eau : « Putain, y avait toujours de l’eau qui coulait, vous voyez. Qui coulait des p’tits trous… De là où je suis, j’aurais pas pu vous voir »30. Certains mineurs coupaient l’eau et abattaient à sec pour éviter d’être trempés et parce qu’ils avaient l’impression qu’elle les ralentissait31. Même si la mise en place d’un personnel d’encadrement dédié à l’élimination de la poussière dans les années 1960 contribua à améliorer la situation, le contournement systématique des réglementations perdura. Un mineur du sud du Pays de Galles remarque :

  • 32 Gareth Golier, interview SOHC/C25, 11.05.2004. C’est le témoin qui souligne.

Eh bien on avait des responsables de l’élimination de la poussière dans chaque puits, mais la plupart du temps, ils ne descendaient sous terre qu’une fois par mois. C’était pas évident de les voir… De mèche avec la direction. On le voyait pas pendant un certain temps, à moins qu’il y ait un problème et qu’on doive le forcer à descendre32.

  • 33 Alec Mills, dans un entretien avec Harry Steel, SOHC/C9, 29.06.2000.
  • 34 John Orr, interview SOHC/C3.

24Voilà ce qu’un mineur du Ayrshire déclare sur les responsables de la réduction de l’empoussiérage : « Des employés du Bureau des charbons. Un de ces boulots qui ont été inventés… C’était soi-disant des responsables de l’élimination de l’empoussiérage… Ils disaient en haut que les taux de poussière étaient en baisse. Mais les chiffres étaient, euh… truqués. Ils étaient truqués »33. Un autre mineur écossais note : « Croyez-moi, ils avaient plein de combines pour faire baisser les taux de poussière »34. Billy Affleck évoque l’une de ces « combines » :

  • 35 Billy Affleck, interview SOHC/C2. « Stoor » est un mot écossais qui signifie « poussière ».

Alors vous voyez, ils avaient un tout p’tit truc comme ça que les hommes prenaient pour mesurer le taux de poussière. Alors les hommes débarquaient, et c’était horrible, plein de poussière, et on risquait de devoir arrêter l’abattage, alors ils balançaient leur veste sur l’appareil, vous savez. Ce genre de trucs… Ils mettaient leurs vestes par-dessus ces machines pour qu’il n’y ait presque pas de poussière dedans35.

25David Guy se souvient :

  • 36 David Guy, interview SOHC/C44, 08.03.2004.

Si les taux n’étaient pas bons dans une des sections, la personne chargée des prélèvements était, dans de nombreuses occasions, renvoyée à la mine pour faire un autre relevé et on l’y renvoyait quand la production était plus calme et même, dans certains cas, quand l’abattage était arrêté36.

26De tels témoignages directs indiquent donc clairement les limites des réglementations de l’État et des efforts en matière de réduction de l’empoussiérage de la part du NCB au cours des trente ans qui suivirent la Seconde Guerre mondiale. Ce genre de témoignages peut laisser penser que les mineurs étaient victimes de la répression et de la manipulation d’une direction pour qui le rendement l’emportait sur les questions de santé, d’où les dégâts considérables subis par les corps. Il ne fait aucun doute que la direction décidait, faisait des choix stratégiques, et que les relations de pouvoir dans les puits définissaient ces choix. De plus la convention collective, en indexant le salaire sur le rendement, constituait pour les hommes une importante incitation à préférer la production à leur santé. En revanche, il serait faux de présenter ces hommes uniquement comme des victimes sans défense, n’ayant pas leur mot à dire ni aucune maîtrise de l’organisation de leur travail. On trouve des exemples où les hommes acceptent volontiers de pratiquer l’abattage à sec ou de manipuler à leurs fins les appareils de mesure et de suppression de la poussière car, dans les mines où salaires et rendement étaient liés, ils gagnaient à optimiser la production. Il se pourrait bien également que les fermetures programmées de puits et la précarité engendrée par celles-ci aient favorisé cette attitude. Cela n’est pas surprenant et le principal coupable n’est pas à chercher parmi les hommes eux-mêmes mais dans le système de rémunération, qui encourageait de tels manquements à la règle, ainsi que dans l’instabilité et la précarité économiques caractéristiques de ce secteur à partir des années 1920.

Hommes au travail

  • 37 Robert W. Connell, The Men and the Boys, Polity Press, 2000.
  • 38 Joe Kenyon, A Passion for Justice, Trent Editions, 2003.
  • 39 Daniel Wight, Workers Not Wasters, Edinburgh University Press, 1994.

27Les témoignages directs mettent également en évidence l’existence d’un certain machisme, caractéristique individuelle au sein de la culture des mineurs qui coexiste avec la conscience de classe collective typique de ces communautés militantes. Cette activité forge la virilité et les hommes ont développé une relation complexe avec ce travail manuel risqué et dangereux pour la santé au point, comme le note Connell, de se rallier à, dans une certaine mesure, l’organisation qui précisément les tuait à petit feu, afin de s’accomplir en tant qu’hommes37. La pression sociale dicte les conduites des hommes et les pousse à prendre des risques. Ceux qui gagnent le mieux leur vie (les « gros abatteurs ») sont admirés dans les communautés ouvrières, tandis qu’il arrive que l’on fustige et stigmatise ceux qui ne veulent pas prendre de risques pour gagner davantage d’argent : ils passent pour efféminés, on les traite de « poules mouillées », de « mauviettes » qui auraient besoin de « fortifiants », comme s’en souvient un mineur du Yorkshire dans son autobiographie38. Portelli souligne également ce phénomène dans son étude du comté de Harlan aux États-Unis. Ces attitudes sont liées à une éthique professionnelle puissante, très répandue et ancrée. Endosser le rôle du chef de famille confère un statut dans les communautés minières, comme le démontre l’étude ethnographique majeure de Wight, Workers not Wasters39. Le sacrifice de leur propre corps par ces hommes peut en retour justifier l’autorité de l’homme à la maison et au sein de la famille.

  • 40 Robert Clelland, interview SOHC/C22, 12.01.2005.

28Être un « gros abatteur » est source d’admiration et ces hommes sont vénérés par la communauté. En chemin, il se peut que les normes de santé et de sécurité soient mises à mal. Au sein de cette culture productiviste et dominée par l’esprit de compétition, les dommages corporels sont encouragés. Les cicatrices teintées par le bleu du charbon qui constellaient le corps des mineurs (le « fromage de Roquefort », selon la célèbre description qu’en a fait George Orwell) sont des signes de virilité. Les mineurs essaient de se surpasser les uns les autres et de produire davantage. Un mineur écossais se souvient : « Beaucoup de rivalité. Il (en référence à un autre mineur présent) était dans une équipe de fous… “Qui est le meilleur pelleteur ?” “Ah, lui, il peut pelleter plus vite que toi” »40. Cela a mené les deux amis à se battre alors qu’ils étaient en vacances ensemble. Interrogé sur les horaires de travail, un mineur répond :

  • 41 William Clough, interview SOHC/36, 28.04.2004.

Pfff, moi j’ai bossé des semaines entières, cinq rotations de douze heures… j’y retournais le samedi et le dimanche… Je respirais deux fois plus de cette saloperie (l’air) que les autres, parce que certains ne voulaient pas le faire… J’étais con, en fait, mais ça payait, parce que je gagnais plus d’argent41.

  • 42 Tom McMurdo, interview SOHC/C20, 11.07.2000.

29Le sujet souffre d’emphysème et son père est mort de silicose chronique à 100 %. Un autre évoque avec fierté de la manière dont le travail a façonné son corps : « Je tirais 100 wagons par jour. Je vous mens pas, j’avais un corps d’acier. J’étais un dur à l’époque »42. Et Tommy Coulter se souvient :

  • 43 Tommy Coulter, interview SOHC/C21.

On était un peu macho et on se prenait pour les meilleurs et on savait que c’était vrai… S’il fallait en venir aux mains, on s’en sortait plutôt bien parce qu’on était des gros durs et on se battait, j’ai pas peur de le dire, comme des soldats43.

  • 44 Bert Coombes, These Poor Hands, 1939, p. 121 (réédité chez Clarke Press, 2007). C’est moi qui souli (...)

30Dans son autobiographie, un mineur du sud du Pays de Galles (Bert Coombes) note que, bien qu’ils ne soient pas épargnés par la peur, les hommes sont endurcis par le rapport quotidien au risque : « Quand on l’échappait belle, ça nous rendait nerveux pour un moment, surtout si on pensait à ce qui aurait pu se passer. Pendant un moment, on voyait le danger dans chaque morceaux de roche, et puis on se blindait à nouveau »44.

  • 45 Howard Jones, interview SOHC/C25, 11.05.2004.
  • 46 David Carruthers, interview SOHC/C23, 12.01.2005.

31Les témoignages directs des mineurs employés à l’extraction du charbon soulignent également le rôle actif et progressiste des syndicats de mineurs (tant au niveau national que régional ou local). Ceux-ci réalisent des campagnes de prévention et de promotion de l’indemnisation. Sur les lieux de travail, ils veillent au maintien de la solidarité, à l’application des réglementations et travaillent au changement des mentalités concernant la santé et la sécurité au travail. Ces syndicats représentent une force d’opposition essentielle. Ils s’attaquent à la culture machiste, enracinée, et à l’acculturation menant les hommes à accepter toujours plus de risques. Dans les galeries, les inspecteurs syndicaux jouent un rôle clé dans la protection des travailleurs. Comme le dit un mineur du sud du Pays de Galles : « C’est grâce à la pression des syndicats qu’il y a eu des améliorations »45. Cependant, cela ne va pas sans tensions ni conflits et on ne doit pas en conclure que les mineurs suivent systématiquement les directives du syndicat, surtout quand elles entrent en concurrence avec leur tendance à optimiser les gains, dans un secteur caractérisé par une grille de revenus basée sur le rendement. Cela peut mener à des alliances « verticales », entre la direction et les travailleurs, contre les « bureaucrates de la commission santé et sécurité ». Ainsi, les inspecteurs des mines suscitent la méfiance, comme le remarque un mineur : « Dans notre esprit, il représentait l’ennemi, celui qui nous freinait dans notre travail »46. On considère parfois les responsables de la réduction de l’empoussiérage (qui était là, au vu de tout le monde, pour faire appliquer la réglementation sur les taux maximaux de poussière autorisés) comme des « administratifs » qui viennent s’ingérer dans le travail. Cette anecdote rapportée par un mineur écossais est particulièrement révélatrice :

Q : Est-ce qu’il y avait un responsable de l’empoussiérage dans votre puits ?

  • 47 William Dunsmore, interview SOHC/C16. « Du boulot pour la clique » [« Jobs for the boys »] est une (...)

R : Il (le responsable de l’empoussiérage) descend… « Arco, arrête cette machine, y’a trop de poussière, trop de poussière. » Bon, j’arrête la machine. « Tu coupes trop dans de la terre. » Je lui dis : « Je coupe dans de la terre », je lui dis : « Oui, je coupe dans de la terre c’est vrai mais le plafond est fragile et il faut que je laisse un peu de charbon là-haut. Si je l’enlève, vous pourrez pas me faire continuer avec un soutènement. » Alors je me faufile jusqu’en haut, où y a le téléphone, et j’appelle le directeur. « Eh ben voilà, j’ai dû arrêter ma machine. » « Qu’est-ce qui va pas ? » « Oh, » je fais, « Le responsable de l’empoussiérage a arrêté ma machine parce qu’y a trop de poussière, et vous connaissez l’endroit, si je remonte cette machine, je pourrai pas continuer avec un soutènement. » « Ok. Appelez-moi le responsable de l’empoussiérage. » Je me refaufile jusqu’en bas. « On vous demande au téléphone. » Alors il monte et j’imagine que le directeur lui a passé un savon. Moi, j’étais assis sur cette machine, à rien faire, (le responsable de l’empoussiérage) redescend, « Ok, Arco, démarre ta machine. » « Ah non… je coupe trop de terre. » « Allez, démarre-la. » « Non, non : vous m’avez dit de l’arrêter. Je coupe trop de terre. » « Non, hum, démarre ta machine. » (rires) Donc bien sûr qu’il fallait que je redémarre la machine. Voilà ce que c’est, la nationalisation. Du boulot pour la clique. Du boulot pour la clique.47

  • 48 A. Portelli, They Say in Harlan County…, op. cit., p. 139, 143.

32Les mineurs sont empêtrés dans une double relation d’exploitation : d’un côté la pression d’une culture productiviste et, de l’autre, celle d’une idéologie sexuelle qui glorifie le travailleur stakhanoviste, dur à cuire et ne reculant pas devant le danger. Il arrive aux syndicats de mineurs de s’attaquer à ce problème, mais ils le tolèrent et le justifient également parfois. Par exemple, ils soutiennent le système qui prévoit une compensation financière pour ceux qui travaillent dans la poussière. Sur le lieu de production, des tensions se jouent entre la nécessité de protéger les corps, de préserver la main-d’œuvre et celle de prendre des risques et de pousser les corps jusqu’à l’extrême afin d’optimiser la production et donc les revenus. Tout cela va de pair avec l’impératif de se comporter en homme. Le machisme est très répandu dans la communauté, tout comme dans l’ensemble de l’industrie lourde à une époque où le marché du travail est dominé par les hommes. Portelli met également cela en évidence dans son enquête magistrale auprès des mineurs du comté d’Harlan, aux États-Unis. Il montre que l’exploitation patronale dans un contexte libéral rencontre ce qu’il nomme une « disposition culturelle » de la part des hommes à maximiser leurs revenus et faire preuve de virilité48. Dans la même veine, un mineur afro-américain rapporte son état d’esprit dans son autobiographie :

  • 49 Robert Armstead, Black Days, Black Dust: the Memories of an African-American Coal Miner, Knoxville, (...)

Il me tardait d’entrer dans une mine de charbon et de travailler avec de vrais hommes. Un nouveau mot, qui évoquait la puissance virile et la force, décrivait ce que je ressentais. J’étais macho… J’allais avoir vingt ans dans quatre mois. Pour la première fois de ma vie j’avais l’impression d’être un homme49.

33Aux États-Unis, au Royaume-Uni comme ailleurs, cela a pour conséquences des niveaux de mortalité et d’invalidité inégalés dans aucune autre communauté ouvrière.

Hommes invalides et récits d’invalidité

34L’épistémologie de l’histoire orale permet d’explorer les conséquences des blessures et des maladies et de voir la manière dont les mineurs parlent des ravages physiques et psychologiques. Parler à ceux qui sont directement impliqués permet un recentrage de l’histoire qui en dit alors bien plus sur le parcours émotionnel que représente, pour un travailleur capable et en bonne santé, le fait de devenir invalide et dépendant, avec tout ce que cela peut représenter pour l’identité masculine. Les historiens de la santé et la sécurité au travail ne sont pas toujours allés au-delà d’un simple « comptage des morts ». Mais le fait de pouvoir échanger avec ceux qui ont souffert nous emmène au plus intime, nous informe des répercussions sur l’individu, la famille et la communauté : les conséquences physiques et socio-psychologiques, ainsi que les répercussions économiques d’une baisse de salaire et, pour beaucoup, un glissement vers une certaine pauvreté.

35Ce qui ressurgit est très souvent une histoire intime et personnelle de blessure, de perte, de douleur et d’ajustement, mais aussi de modification des identités. Si les industries lourdes traditionnelles comme l’exploitation minière, offraient un cadre où se forgeait la masculinité, elles pouvaient aussi émasculer dans la mesure où l’invalidité croissante entravait la capacité des hommes à agir « en hommes » : c’est-à-dire être un père qui subvient aux besoins sa famille, un partenaire sexuellement actif, un homme qui aide ses enfants et petits-enfants. Dès lors, les vies devenaient plus étriquées, les individus, les partenaires et les familles devant s’adapter à mesure que les blessures ou les maladies chroniques invalidaient les travailleurs.

36Les répercussions peuvent varier considérablement selon différents facteurs, parmi lesquels le degré d’invalidité, les aptitudes, l’âge, les ressources et les réseaux de soutien. Toutefois, les témoins reviennent fréquemment sur le fait qu’ils ont dû réduire la pratique d’activités sociales courantes (comme la promenade, la danse et le sport) dans la mesure où l’aptitude physique se détériore et la mobilité diminue. Un mineur écossais se souvient :

  • 50 Pat Ferguson, interview SOHC/C12, 05.07.2000.

Je nageais beaucoup. Je jouais au golf. Je n’étais pas un mauvais golfeur. Et c’est fini tout ça maintenant. Je ne peux plus participer à tout ça. Tu n’y arrives plus, t’es limité… C’est comme pour tapisser une maison, je ne peux plus tenir une machine pour décoller le papier peint, et du coup, t’es frustré50.

  • 51 Cité dans « The Price of Coal », Saga Magazine, March 1998.

37La référence au fait de ne pas se sentir capable de « participer/défendre sa place » est signifiant, car cela participe de la masculinité. Mita Moses, la femme d’un mineur du sud du Pays de Galles qui souffre de maladies respiratoires multiples explique : « Il n’y a aucune qualité de vie pour lui. Il adorait jardiner, aller se promener et boire un verre, maintenant il ne peut presque plus rien faire…51 » Un ancien mineur des mines de charbons de Durham qui souffre d’emphysème a lui aussi souligné la manière dont son état a restreint son indépendance et l’a confiné à la maison :

  • 52 Frederick Hall, interview SOHC/C41, 29.03.2004.

Déjà, à cause de ça, on a arrêté de sortir et je sors juste une fois, une fois par semaine, et il faut qu’on m’emmène en voiture et qu’on me ramène. Si je marche dix mètres, je dois m’arrêter. Voilà comment cela m’a affecté. Et puis il faut que je me couche avec ce truc [une sonde]… enfoncé dans le pif toute la nuit (rires), donc, j’ai vraiment… bon, voilà comment ça m’a affecté en tout cas. Avant j’étais un gars actif, vous savez52.

38Cette aggravation de l’invalidité pouvait provoquer une véritable évolution de l’identité des mineurs dont l’émasculation n’est pas la moindre : en effet les travailleurs masculins faisaient l’expérience d’une perte d’indépendance, quittaient un environnement de travail extérieur pour rester à la maison et subissaient une baisse de ressources financières qui ne permettait plus de conserver un schéma de consommation conforme à l’identité masculine (comme la consommation excessive d’alcool et de tabac). On pourrait voir ce phénomène comme une perte de l’identité professionnelle et de l’ensemble des avantages intrinsèques et extrinsèques associés au travail (comme la camaraderie, la fierté dans le travail, l’estime de soi). Passer du travail au fond de la mine à un emploi moins pénible à la surface était une chose courante pour les mineurs invalides (et plus âgés). Tommy Coulter se souvient :

  • 53 Tommy Coulter, SOHC/C21.

C’était la honte. Et puis c’était encore pire s’ils devaient aller à la surface. Comme mon père, il était malade des poumons, il a dû aller bosser à la surface et ça en a fichu un coup à son prestige53.

39William Dunsmore fait la réflexion suivante :

  • 54 William Dunsmore, interview SOHC/C16.

En tant que meneur, je n’ai jamais demandé à aucun homme de faire quelque chose que je ne pouvais faire moi-même. J’étais gêné quand j’étais dans la deuxième galerie dans les années 70, et j’essayais d’entrer avant que les hommes n’arrivent parce que si ils avaient entendu que j’étais essoufflé, ils auraient dit « il est fichu », ce que j’étais sans doute, mais j’étais gêné54.

40La répétition du mot « gêné » montre bien le profond impact émotionnel qu’a représenté l’invalidité pour ce mineur. De la même manière, Marshall Wylde décrit l’état de santé de son père :

  • 55 Marshall Wylde, SOHC/C35, 10.03.2004.

Ce qui était horrible, c’est que mon père était un homme costaud et trapu… mais quand il était à l’étage, il devait descendre sur son derrière, et quand il voulait monter, il devait ramper. Sur le plan médical, ça allait, mais mental, non : il était si fier et il devait demander qu’on fasse les choses pour lui. C’était dur de voir mon père se détériorer parce que c’était un homme en bonne santé et qui a toujours joué un rôle très actif dans la famille55.

  • 56 John. M. Rogan, Medicine in the Mining Industries, Heinemann Educational Books, 1972, p. 89.
  • 57 George Bolton, interview SOHC/C23, 12.01.2005.
  • 58 John Jones, interview SOHC/C27, 15.09.2002.
  • 59 David Carruthers, interview, SOHC/C23 ; Harry Steel, interview SOHC/C9, 29.06.2000.

41Là encore, il y avait là une organisation, même si c’était mu par la contrainte de devoir gagner sa vie. Par exemple, certains mineurs décidaient de cacher leur invalidité et de continuer à travailler aussi longtemps qu’ils le pouvaient56. George Brown observe : « Nous étions tous touchés : vous deveniez de moins en moins en forme, la poussière vous diminuait physiquement, mais tant que vous pouviez, vous le cachiez »57. John Jones a continué à travailler neuf ans après le diagnostic d’une pneumoconiose en 1971. Lorsqu’on lui demande pourquoi, il répond (après un silence éloquent) : « De jeunes enfants. L’argent. Je n’étais pas gourmand, mais, vous savez. Pas d’argent. C’était une grosse baisse de salaire, quoi. Ouais. Un salaire minimum comparé à celui d’un piqueur ou un foudroyeur. Une sacrée différence même »58. Il arrivait souvent que les mineurs plus jeunes et plus vaillants aident les mineurs plus âgés et invalides dans leur travail. Comme un mineur le rappelle : « On soutenait les hommes quand ils commençaient à vieillir », ou encore, ajoute un autre : « quand on vieillissait, dans la mine, les plus jeunes hommes veillaient sur les plus vieux, en quelque sorte »59.

  • 60 Mildred Blaxter, The Meaning of Disability, Heinemann Educational Books, 1976.

42Les témoignages oraux montrent aussi combien les mineurs que le travail avait rendus invalides n’étaient pas simplement des victimes passives. Leur expérience pouvait les conduire à se radicaliser, à s’impliquer de plus en plus dans le syndicat et à militer pour une indemnisation, par exemple. Les réseaux de soutien communautaires étaient aussi très implantés dans les communautés minières, ce qui vient quelque peu atténuer l’idée d’une exclusion sociale caractéristique considérée comme un aspect typique de l’invalidité, selon la célèbre définition de Mildred Blaxter60. L’Organisation d’aide sociale de l’industrie du charbon et les syndicats des mineurs sont des institutions qui ont largement aidé et soutenu les mineurs invalides grâce, par exemple, à l’Institut du Mineur, aux associations et aux équipements financés par les syndicats pour l’aide à la rééducation et la convalescence.

Conclusion et ultimes réflexions

43La mise en place d’une épistémologie de l’histoire orale présente un grand potentiel pour le développement d’une histoire du travail à la mine et de la mine comme lieu de travail, ainsi que les différentes répercussions que l’emploi dans les mines pouvait avoir sur les corps. En parcourant une nouvelle fois les entretiens que nous avons menés avec les mineurs dans le cadre de ce projet, il est frappant de voir à quel point les récits sur les corps sont fréquents : des corps forts et en bonne santé, des corps malades, blessés ou invalides, des corps morts. Les corps blessés forment un thème récurrent, ce qui n’est pas très surprenant compte tenu de notre sujet de recherche. Toutefois, Portelli a pu faire la même observation pour le comté de Harlan, notant qu’il n’était pas un seul de ses sujets (sur 200) qui n’ait mentionné l’impact du travail sur son propre corps, celui d’un membre de sa famille ou d’un ami.

  • 61 Daniel James, Dona Maria’s Story, Duke University Press, 2001.

44Pourquoi nous a-t-on raconté ces histoires ? Dans ce processus où les sujets se dévoilent, ils nous disent bien évidemment ce qu’ils souhaitent : les souvenirs sont filtrés, les anecdotes sélectionnées, même si cela signifie qu’ils ont parfois ignoré ou digressé à partir d’une question posée (comme nous avons pu le voir de manière évidente dans le cas de William Dunsmore et de la suppression de la poussière). Les mineurs n’avaient pas peur de fixer l’ordre du jour et d’exercer une forme de contrôle sur le déroulement de l’entretien. Les anecdotes et les histoires qu’ils nous ont racontées avaient un sens pour eux. Nombre de nos témoins ont construit et composé leurs récits afin de souligner l’injustice sociale, les mauvais traitements et les inégalités (comme l’a fait Dona Maria dans l’ouvrage d’histoire orale autobiographique magnifiquement réalisé par Daniel James61). Et, soit directement, soit par association, nos témoins se sont faits les avocats des changements de politique, nous pressant de tirer des leçons du passé et d’informer afin d’éviter la répétition d’un tel carnage, pour mieux réglementer, ou encore pour indemniser les victimes complètement. Il y a très certainement eu des récits moraux de patrons sans scrupule (des malhonnêtes) dressés contre des travailleurs exploités représentés par les syndicats « héroïques » (ici les récits d’« activistes » comme ceux de Alan Napier et Alec Mills se distinguent, laissant voir la colère et la frustration). Toutefois, tous les témoins ne se conforment pas à une manière unique de raconter leur histoire. Différents styles de récits se sont fait entendre dans le groupe, dont les récits « macho », plus individualistes, plaçant la question du genre au-dessus de l’identité de classe et des pratiques professionnelles dangereuses (Tommy Coulter en est un exemple) ou enfin, le récit de la « victime », dont le ton est plus passif et plus stoïque, où le sujet est désorienté et tend à exprimer un sentiment d’émasculation (comme Frederick Hall).

  • 62 Alec Mills, interview SOHC/C1, 19.06.2000.

45Il est également évident qu’à travers leurs témoignages, les mineurs se construisent des identités (en tant que bourreau de travail, collègue conciliant, bon syndicaliste et homme « digne de ce nom ») au fil d’histoires qui mettent l’accent sur le professionnalisme et la virilité dans un contexte dur, dangereux et mettant leur santé à mal. Leurs récits sont empreints de la dignité du travail. Les mots employés sont évocateurs : par exemple l’utilisation des images relatives à « l’esclavage » et à « l’enfer ». Cette construction est en partie influencée par le circuit culturel : les interviewés essaient de contrecarrer l’idéologie qui domine depuis Thatcher dans les années 1980, celle d’ouvriers tire-au-flanc et fainéants, se reposant sur des syndicats corrompus et trop influents. Les récits de mineurs sont construits au sein de ce cadre, mais sont majoritairement conçus pour le réfuter. Comme le dit l’un d’entre eux : « On n’était pas des voyous, mais on défendait nos droits »62. Ces histoires sont imprégnées de la volonté de construire une contrepartie au discours thatcherien et d’offrir un récit alternatif mettant l’accent sur la dignité du travail et le sacrifice des corps dans un système productiviste d’exploitation des travailleurs.

  • 63 Voir Catherine H. Riessman, Narrative Methods for the Human Sciences, Sage Publications, 2008.

46L’analyse des récits rencontre de plus en plus d’intérêt dans le champ de l’histoire orale et Catherine Riessman figure parmi ceux qui appliquent cette pratique à ce qu’elle nomme « les récits de maladie ». Elle affirme de manière convaincante que, bien qu’il soit important de passer au crible les récits de maladie et d’invalidité, ceux-ci doivent être resitués au sein d’une véritable expérience vécue. Le sexe, la classe sociale et le contexte historique en font partie intégrante63. Lors d’entretiens oraux, il est peut-être nécessaire de se concentrer davantage sur ce que Riessman appelle le « moi performatif » plutôt que sur un moi « essentialiste ». Le risque est néanmoins de se préoccuper exagérément de la langue, du récit et de l’intersubjectivité. En ce qui concerne les perceptions de la santé et de la sécurité dans l’industrie pétrolière de la Mer du Nord, Brotherstone et Manson ont récemment souligné :

  • 64 Terry Brotherstone, Hugo Manson, « Voices of Piper Alpha: Enduring Injury in Private Memory, Oral R (...)

Les historiens qui mènent des enquêtes orales en faisant usage de techniques d’analyse toujours plus sophistiquées, ne doivent jamais perdre de vue le contexte général, la manière dont les récits de vie personnels peuvent mettre à mal l’opinion dominante et nécessitent l’élaboration de productions critiques alternatives à propos du passé récent et du sens de celui-ci64.

  • 65 Carol Wolkowitz, Bodies at Work, Sage publications, 2006.

47Presque tous les mineurs que nous avons interrogés portent les stigmates de leur travail au cœur même de leurs corps blessés et mutilés. En outre, par l’explicitation éloquente de ce que cela signifie pour eux, ils révèlent quelque chose d’eux-mêmes ainsi que, dans une large mesure, de la manière dont leurs corps ont été affectés par l’éthique productiviste et les normes culturelles qui prévalaient sur ces lieux de travail souterrains. Les corps, comme le remarque Carol Wolkowitz, en ont « fait les frais »65. Que ce qui nous préoccupe soit la mise en mots du récit ou bien la réalité matérielle, le témoignage direct est éloquent et l’histoire orale en tant que méthode mérite d’être plus largement suivie lorsque l’on s’intéresse à l’histoire du travail ou à la santé et la sécurité au travail. L’on parvient mieux à comprendre l’expérience vécue des personnes touchées par des maladies professionnelles et ce qu’ont pu signifier la prise de risques et le handicap au cours du passé récent en élaborant un dialogue, en tant que spécialistes d’histoire orale, avec ceux qui sont directement concernés et affectés.

Notes

1 Texte traduit de l’anglais par Frédérique Amselle et Aude Ferrand.

2 Bar associatif tenu par les mineurs [NDLT].

3 Alan Napier, dans un entretien conservé au Scottish Oral History Centre (Glasgow), SOHC/C43, 31.3.2004. L’acronyme SOHC sera désormais utilisé. Le SOHC est un centre de recherche et de formation pour l’histoire orale, établi en 1995 au Département des Sciences Humaines de l’Université de Strathclyde, Glasgow, en Écosse. Les archives des entretiens d’histoire orale sont ouvertes au public, les interviews avec les mineurs auxquels il est fait référence dans cet article peuvent être consultées : www.strath.ac.uk/humanities/research/history/sohc/. Arthur McIvor, directeur du SOHC, peut être contacté par courriel à l’adresse suivante : a.mcivor@strath.ac.uk. Pour toute question au SOHC : sohc@strath.ac.uk

4 Je souhaite remercier chaleureusement mon collègue Ronnie Johnston (avec qui j’ai collaboré étroitement jusqu’à son départ à la retraite en décembre 2010), ainsi que l’ensemble des enquêteurs du SOHC pour notre projet sur les mines (Neil Rafeek, Hilary Young and Susan Morrison).

5 Voir A. McIvor, Working Lives: Work in Britain since 1945, Palgrave Macmillan, 2013, en particulier le chapitre 5, « Bodies », p. 149-200.

6 Linda McCray Beier, For Their Own Good, Ohio State University Press, 2008 ; Michael Bloor, « No Longer Dying for a Living », Sociology, 36, 1 (2002), p. 89-105.

7 Voir Luisa Passerini, Fascism in Popular Memory, Cambridge University Press, 1987 ; Alessandro Portelli, The Death of Luigi Trastulli and Other Stories: Form and Meaning in Oral History, SUNY Press, Albany (USA), 1991.

8 Cette théorie a été développée par Alistair Thomson, Anzac Memories: Living with the Legend, Oxford University Press, Melbourne, Australia, 1994 et Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, Manchester University Press, 1998.

9 À ce sujet, voir Lynn Abrams, Oral History Theory, Routledge, 2010 ; Paul Thompson, The Voice of the Past, Oxford University Press, 3e édition, 2000 ; Robert Perks and Alistair Thomson (eds), The Oral History Reader, Routledge, 2e édition, 2006 ; P. Summerfield, Reconstructing…, op. cit.

10 Données recueillies par A. McIvor, A History of Work in Britain, 1880-1950, Palgrave Macmillan, 2001, p. 118-120.

11 Tim Wright, The Political Economy of the Chinese Coal Industry, Routledge, 2011.

12 « Major Issues in Miners’ Health », Environmental Health Perspectives, Volume 106, Number 11, 1998, p. 538.

13 Picture Post, 27 January 1945, p. 16-18. Je remercie mon collègue Steven Thompson pour cette référence.

14 Dr Barnett-Stross in Hansard, 30 July 1958, p. 1540-1541.

15 Hywel Francis and David Smith, The Fed: A History of the South Wales Miners in the Twentieth Century, University of Wales Press, 1980 ; Michael Bloor, « No Longer Dying »…, art. cit. ; Andrew Perchard, The Mine Management Professions in the Scottish Coal Mining Industry, Edwin Mellen Press, 2007 ; Arthur McIvor, Ronald Johnston, Miners’ Lung, Ashgate Publishing Limited, 2007 ; Theo Nichols, Erol Kahveci, « The Condition of Mine Labour in Turkey: Injuries to Miners in Zonguldak, 1942-90 », Middle Eastern Studies, vol. 31, 2, April 1995, p. 197 ; Alessandro Portelli, They Say in Harlan County: An Oral History, Oxford University Press, 2010.

16 William Ashworth, The History of the British Coal Industry, Vol. 5, 1946-1982, Oxford University Press, 1986.

17 Economic and Social Data Service, Qualidata Archive ; 100 Families Project (SN4938) ; Int166 David Darbishire (b1938).

18 Cité dans « The Price of Coal », Saga Magazine, March 1998. Mostyn souffrait de bronchite, d’emphysème et de pneumoconiose.

19 Andrew Lyndsay, interview SOHC/C4, 29.6.2000. La roche basaltique (« whin stone » en anglais) est une roche dure et très sombre, similaire au basalte.

20 Andrew Lyndsay, interview SOHC/C4.

21 Alan Winter, interview SOHC/C42, 27.4.2004.

22 Tommy Coulter, interview SOHC/C21, 12.01.2005.

23 John Orr, interview SOHC/C3, 19.6.2000.

24 John Orr, interview SOHC/C3.

25 Tommy Coulter, interview SOHC/C21.

26 John Evans, interviewé par Hywel Francis, 13 juin 1973 (South Wales Coal Collection Archive).

27 David Carruthers, interview SOHC/C23, 12.01.2005.

28 William Dunsmore, interview SOHC/C16, 11.07.2000.

29 William Dunsmore, interview SOHC/C16. Voir également David Hendry, interview SOHC/C15, 05.07.2000.

30 John McKean, Interview SOHC/C10, 29 June 2000.

31 Billy Affleck, interview SOHC/C2 ; 19.06.2000 ; John Orr, interview SOHC/C3, 19.06.2000 ; Alan Napier SOHC/C43.

32 Gareth Golier, interview SOHC/C25, 11.05.2004. C’est le témoin qui souligne.

33 Alec Mills, dans un entretien avec Harry Steel, SOHC/C9, 29.06.2000.

34 John Orr, interview SOHC/C3.

35 Billy Affleck, interview SOHC/C2. « Stoor » est un mot écossais qui signifie « poussière ».

36 David Guy, interview SOHC/C44, 08.03.2004.

37 Robert W. Connell, The Men and the Boys, Polity Press, 2000.

38 Joe Kenyon, A Passion for Justice, Trent Editions, 2003.

39 Daniel Wight, Workers Not Wasters, Edinburgh University Press, 1994.

40 Robert Clelland, interview SOHC/C22, 12.01.2005.

41 William Clough, interview SOHC/36, 28.04.2004.

42 Tom McMurdo, interview SOHC/C20, 11.07.2000.

43 Tommy Coulter, interview SOHC/C21.

44 Bert Coombes, These Poor Hands, 1939, p. 121 (réédité chez Clarke Press, 2007). C’est moi qui souligne.

45 Howard Jones, interview SOHC/C25, 11.05.2004.

46 David Carruthers, interview SOHC/C23, 12.01.2005.

47 William Dunsmore, interview SOHC/C16. « Du boulot pour la clique » [« Jobs for the boys »] est une expression méprisante et péjorative qui fait référence à la tendance de la NCB à faire travailler ce que les mineurs considéraient comme des « bureaucrates » ou des « travailleurs non productifs » (il s’agit ici du responsable de l’empoussiérage).

48 A. Portelli, They Say in Harlan County…, op. cit., p. 139, 143.

49 Robert Armstead, Black Days, Black Dust: the Memories of an African-American Coal Miner, Knoxville, University of Tennessee Press, 2002, p. 91.

50 Pat Ferguson, interview SOHC/C12, 05.07.2000.

51 Cité dans « The Price of Coal », Saga Magazine, March 1998.

52 Frederick Hall, interview SOHC/C41, 29.03.2004.

53 Tommy Coulter, SOHC/C21.

54 William Dunsmore, interview SOHC/C16.

55 Marshall Wylde, SOHC/C35, 10.03.2004.

56 John. M. Rogan, Medicine in the Mining Industries, Heinemann Educational Books, 1972, p. 89.

57 George Bolton, interview SOHC/C23, 12.01.2005.

58 John Jones, interview SOHC/C27, 15.09.2002.

59 David Carruthers, interview, SOHC/C23 ; Harry Steel, interview SOHC/C9, 29.06.2000.

60 Mildred Blaxter, The Meaning of Disability, Heinemann Educational Books, 1976.

61 Daniel James, Dona Maria’s Story, Duke University Press, 2001.

62 Alec Mills, interview SOHC/C1, 19.06.2000.

63 Voir Catherine H. Riessman, Narrative Methods for the Human Sciences, Sage Publications, 2008.

64 Terry Brotherstone, Hugo Manson, « Voices of Piper Alpha: Enduring Injury in Private Memory, Oral Representation and Labour History », Scottish Labour History, 46, 2011, p. 71-85.

65 Carol Wolkowitz, Bodies at Work, Sage publications, 2006.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search