Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Troisième partie – Écouter et voir les corps à l’ouvrage

Observer les corps, délier les langues, ou comment dévoiler les interactions entre travail et santé dans les mines de cuivre de l’Arizona (États-Unis, 1919)

Judith Rainhorn

Texte intégral

1Alors que Paris voit s’ouvrir la Conférence de la Paix qui met fin au Premier conflit mondial, le Département du Travail du gouvernement fédéral des États-Unis confie en janvier 1919 au Dr Alice Hamilton la mission d’enquêter sur les conditions de travail dans les mines de cuivre de l’Arizona et, en particulier, sur les effets sanitaires de l’usage du marteau à air comprimé dans cette activité. La guerre est terminée : fondamentale pendant le conflit pour son rôle dans la fabrication des munitions et des câbles de communication, l’industrie du cuivre – dont l’Arizona couvre alors environ un tiers de la production nationale, les États-Unis fournissant à eux seuls plus de la moitié de la production mondiale du minerai (1910) – perd de son importance stratégique immédiate. Remettre en cause les conditions de travail dans les mines de cuivre ne revêt plus le même caractère séditieux, voire anti-patriotique, que lors des grandes grèves qui ont secoué la Copper Belt du sud-ouest américain, à l’été 1917.

2Chargée de faire la lumière sur les conditions sanitaires des mineurs de cuivre dans le grand bassin cuprifère de l’Arizona, le Dr Hamilton n’est pas une inconnue dans le domaine du travail industriel. Médecin et pensionnaire de longue date de la communauté de Hull House à Chicago, elle a déjà dirigé plusieurs enquêtes sanitaires dans divers secteurs industriels où l’usage de produits toxiques est soupçonné de mettre en danger la santé des ouvriers : les effets délétères du plomb sur les peintres et les émailleurs de baignoires, ceux du benzène et de l’aniline chez les travailleurs du caoutchouc et des plastiques, ou encore ceux du dinitrophénol dans les manufactures de munitions et d’explosifs sont au cœur de ses recherches depuis le début de la décennie 1910. Depuis une décennie déjà, nommée enquêtrice sur les maladies professionnelles pour le Département fédéral du Travail, elle parcourt les ateliers, les chantiers et les puits de mine des États-Unis pour y traquer les déplorables conditions sanitaires dans l’industrie, au plus près de l’ouvrier et de son environnement au travail. À l’instar de l’enquête qu’elle a menée en 1918 dans les carrières de calcaire de l’Indiana et de l’Ohio, où elle a mis en évidence des lésions aux mains provoquées par un déficit de la contraction artérielle périphérique des doigts des ouvriers utilisant des marteaux à air comprimé, c’est désormais aux gestes et à l’outil du travail minier plus qu’au poison industriel qu’elle s’attèle. Dans un contexte de développement phénoménal de l’économie américaine, Alice Hamilton propose, à contre-courant du discours et de l’idéologie dominante qui voit alors dans l’industrialisation la source du progrès humain, une analyse critique de la machine industrielle américaine, génératrice de maladie et de mort.

  • 1 Expression forgée à partir de la formule imagée de « shoe-leather epidemiology » désignant l’épidém (...)
  • 2 Un dossier spécifique est consacré, dans ses papiers privés, à l’enquête d’Alice Hamilton dans les (...)

3L’objet de cet article est d’éclairer le caractère novateur de la pratique scientifique mise en œuvre par Alice Hamilton : plongeant ses racines dans la tradition de l’enquête épidémiologique et des travaux des médecins européens confrontés aux grandes épidémies infectieuses du XIXe siècle, elle déplace la focale vers un nouveau patient – le monde ouvrier américain – et une affection mal connue – la maladie professionnelle. Médecin aux pieds nus avant l’heure, Hamilton initie en cela une lente révolution culturelle en matière de prévention et de prise en compte de la santé au travail dans un pays alors aveugle et sourd aux désastres sanitaires générés par le secteur industriel. Quoique jamais explicitement théorisée dans ses écrits – qu’il s’agisse de ses notes manuscrites de travail, de sa correspondance, de son autobiographie ou de ses publications pour les administrations sanitaires –, l’enquête de terrain est aux yeux d’Hamilton le seul moyen de débusquer et de révéler le scandale des conditions de santé dans le monde industriel, d’élaborer un savoir pragmatique tourné vers l’action. Alliant délibérément connaissance scientifique et savoir profane sur le travail, son « épidémiologie de la bottine »1 fait la part belle à l’observation du corps au travail et à la parole de l’ouvrier et du mineur. Faire parler les corps et délier les langues, voilà bien en effet l’objectif épistémologique mis en œuvre. Partir soi-même à la source de l’information, aller voir de l’autre côté du miroir déformant que se tend la société américaine afin de dépasser apparences et faux-semblants, mettre la science au service de la réforme sociale : pour cela, écouter les mots posés sur les maux s’avère fondamental. Or, la mine est un espace qui se prête particulièrement bien à cette entreprise : microcosme tourné vers une activité unique – l’extraction – elle permet de dévoiler les interactions entre travail et santé à travers la diversité des acteurs et des rôles qu’ils tiennent. À ce titre, parce qu’elle est paradigmatique de sa pratique médicale et scientifique, l’enquête qu’Hamilton mène dans les mines de cuivre en janvier 1919 mérite qu’on s’y arrête2.

  • 3 Les travaux pionniers en la matière sont ceux de David Rosner et Gerald Markowitz : Dying for work: (...)
  • 4 Voir notamment Naomi Rosenthal, Meryl Fingrudt, et al., « Social Movement and Network Analysis: A C (...)
  • 5 Voir par exemple Edna Yost, American women of science, Philadelphia, New York, Frederick A. Stokes (...)
  • 6 L’autobiographie d’Alice Hamilton a été publiée en 1943 sous le titre Exploring the Dangerous Trade (...)

4Après des années de mutisme, l’historiographie a fait, depuis deux à trois décennies déjà, une part à l’émergence des maladies professionnelles et des risques sanitaires au travail comme problème social et politique aux États-Unis au tournant du XXe siècle3. Rares sont cependant les travaux qui mettent en perspective les conditions de la naissance de la médecine industrielle et de l’affirmation de ses acteurs au sein d’une société largement imprégnée de son incontestable puissance industrielle. Pourtant, le tournant des XIXe et XXe siècles est également l’âge d’or de la réforme sociale en actes, qu’une historiographie américaine pléthorique a amplement évoquée4. Mobilisant les milieux progressistes et radicaux qui émergent alors au sein de la bourgeoisie américaine, la question du travail industriel devient centrale, à travers les problèmes de l’immigration européenne, du travail des enfants ou de la santé publique. Quoique personnalité de second plan comparée aux Jane Addams, Josephine Lowell, Florence Kelley ou Frances Perkins, Alice Hamilton, profondément insérée dans ces réseaux réformateurs dont Chicago est l’un des foyers majeurs, n’est donc pas tout à fait une inconnue pour qui s’est penché sur cette histoire. Pourtant, outre les quelques mentions qui lui sont consacrées dans des ouvrages célébrant des scientifiques ou des femmes éminentes ayant marqué le XXe siècle américain5, malgré la publication de son autobiographie dès 1943 et d’une partie de sa correspondance6, Hamilton n’est jamais évoquée que brièvement au détour de travaux sur les pollutions industrielles ou les risques sanitaires au travail.

  • 7 Ce travail se fonde sur des archives variées et largement inédites issues du fonds déposé par A. Ha (...)

5Le propos de cet article prend donc place dans un projet plus vaste, qui vise à replacer le parcours d’Alice Hamilton dans le mouvement éminemment collectif de la réforme sociale, dans les débats croisés et les institutions emblématiques qui sont ceux de la modernité américaine au début du XXe siècle, tout en clarifiant le caractère profondément individuel et franc-tireur de son itinéraire dans le secteur de la médecine industrielle7. En l’occurrence, notre propos est, dans l’espace restreint de cet article, de chercher à éclairer comment Alice Hamilton reprend à son compte la tradition de l’enquête épidémiologique en l’adaptant à un nouvel objet, l’espace du travail industriel, et en mettant au cœur de son approche pratique et de sa réflexion la parole des acteurs du travail dans leur diversité. Un détour par ce qui constitue le socle intellectuel de cette actrice de la réforme sociale américaine permettra donc de comprendre l’importance du terrain minier dans son entreprise de dévoilement des enjeux sanitaires au travail dans l’Amérique du premier XXe siècle.

L’itinéraire intellectuel d’une enfant de la réforme sociale

Des laboratoires de Leipzig aux taudis de Chicago

  • 8 Elizabeth Blackwell fut, en 1849, la première femme médecin diplômée aux États-Unis. Alors qu’Alice (...)
  • 9 Hamilton rapporte dans son autobiographie qu’à Leipzig comme à Munich, universités qui sont alors f (...)

6Lorsqu’Alice Hamilton entame sa formation médicale en 1892, être une étudiante en médecine ne relève déjà plus de l’exception aux États-Unis : dans sa promotion à l’université de Michigan (Ann Arbor), plus du quart des étudiants sont des étudiantes8. Après son cursus médical initial, elle réalise son Internat successivement au Northwestern Hospital de Minneapolis (Minnesota) et au New England Hospital de Boston (Massachussets), avant de gagner enfin la prestigieuse université médicale Johns-Hopkins de Baltimore. Deux années de spécialisation en bactériologie et en microbiologie dans les universités allemandes de Leipzig et de Munich (1895-1896) lui permettent de compléter une formation médicale remarquable, en même temps qu’elle expérimente déjà l’ostracisme réservé aux jeunes filles dans le monde universitaire9. Tout au long de son parcours estudiantin, Alice Hamilton s’est, de son propre aveu, sentie hésitante entre les deux pôles de la carrière médicale, entre savoir théorique d’une part, et pratique thérapeutique et hospitalière de l’autre : fuyant délibérément dans sa jeunesse la clinique à l’égard de laquelle elle ne dissimule pas, du moins dans sa correspondance privée, une certaine aversion et la crainte qu’elle lui inspire, Hamilton se réfugie volontiers dans le quotidien rigoureux et désincarné du laboratoire de microbiologie.

  • 10 L’expression, désormais entrée dans le vocabulaire commun des historiens et des sociologues, est de (...)
  • 11 Jane Addams (1860-1935), radicale, féministe et pacifiste américaine, futur Prix Nobel de la paix e (...)
  • 12 C’est après la visite de Toynbee Hall, dans l’East End de Londres, le premier des settlements brita (...)
  • 13 Lettre d’Alice Hamilton à sa cousine Agnes Hamilton, Fort Wayne, June 1902, publiée dans B. Sicherm (...)
  • 14 Sur la juriste Florence Kelley (1859-1932), voir Kathryn K. Sklar, Florence Kelley and Women’s Poli (...)

7À partir de 1897, pourtant, son séjour et son travail pendant plus de deux décennies dans la communauté de Hull House, en même temps qu’ils font d’elle un membre à part entière de cette « nébuleuse réformatrice »10 issue de la classe moyenne éduquée américaine, modifient profondément son rapport à la pratique médicale. C’est là en effet, dans un quartier périphérique de Chicago principalement habité par des migrants d’Italie, de Bohême et de Russie, que la réformatrice radicale Jane Addams11 a réuni depuis 1889 quelques dizaines de femmes profondément investies dans la réforme sociale en action, sur le modèle du settlement britannique : consultations médicales, pratique artistique et sportive destinées aux enfants, soutien aux mères célibataires et aux familles déshéritées, aide juridique aux migrants, cours d’alphabétisation et activités culturelles diverses sont proposés gratuitement à tous ceux que la société américaine en marche vers la prospérité laisse sur le côté du chemin12. Ainsi, de 1897 à 1919, soit pendant plus de vingt ans, Alice Hamilton a résidé à Hull House, a participé activement au creuset réformateur de Hull House, y a institué une consultation maternelle et infantile, rencontré les femmes du peuple de l’Amérique urbaine, visité des centaines de foyers ouvriers dans les quartiers déshérités de Chicago, découvrant les désastres sanitaires liés au travail industriel, écoutant, soignant, apportant réconfort et soins. De cette longue et riche expérience communautaire, elle écrit avoir retiré une profondeur humaine tout à fait exceptionnelle qui lui a permis de donner « enfin, un aspect pratique à [son] savoir qui [lui avait] toujours semblé abstrait et académique »13 ; par cette longue et riche expérience communautaire au cours de laquelle elle côtoie presque quotidiennement les Jane Addams, Florence Kelley, Julia Lathrop14 et tant d’autres figures célèbres de la réforme sociale aux États-Unis, Hamilton s’est incontestablement insérée dans la « nébuleuse réformatrice » américaine en pratiquant l’enquête sociale de terrain.

  • 15 L’université de Chicago a été fondée en 1892 grâce aux fonds du magnat du pétrole John D. Rockefell (...)
  • 16 M. Halbwachs, Lettre à sa mère, 20 novembre 1930, citée dans Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique, (...)
  • 17 Robert Ezra Park (1864-1944) est recruté à l’université de Chicago en 1913 et publie avec Ernest Bu (...)

8Si Chicago est l’un des foyers les plus actifs du mouvement de la réforme sociale américaine dans la dernière décennie du XIXsiècle, c’est aussi parce que sa jeune université joue désormais un rôle fondamental dans le remue-méninges radical de l’Amérique, en particulier dans le secteur des études urbaines15. Chicago, que Maurice Halbwachs décrit rétrospectivement comme une « grande usine intellectuelle »16, est en effet au tournant du siècle le lieu d’élaboration de la sociologie urbaine dont l’école fondatrice prendra le nom. Or, dans l’opposition qui se structure peu à peu entre empirisme et quantitativisme et dont le Département de Sociologie est le théâtre, c’est bien Robert E. Park, partisan d’une sociologie d’observation et de terrain dont Chicago serait le laboratoire, qui domine dans les années 1910 et participe aux débats locaux sur la réforme sociale dans lesquels plusieurs résidents de Hull House sont d’ailleurs très impliqués17. Lui-même ancien journaliste d’investigation, Park pratique et théorise une sociologie dont les acteurs doivent user leur fond de culotte et leurs semelles au contact du terrain pour mettre au jour la réalité sociale.

L’enquête, une tradition séculaire

  • 18 Hull House Maps and Papers: A Presentation of Nationalities and Wages in a Congested District of Ch (...)
  • 19 On consultera avec profit l’ouvrage récent qui fait le point sur cet outil dans le monde réformateu (...)
  • 20 Dominique Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête” au XIXsiècle », Romantisme, 2010/3, n° 149, (...)

9C’est donc dans ce contexte intellectuel et matériel, au cœur des quartiers d’immigrants de la périphérie de Chicago, qu’Alice Hamilton a participé, dans cette première décennie du XXe siècle au cours de laquelle se développent l’étude et l’intervention sociale d’origine privée, à plusieurs enquêtes de terrain concernant la santé et, plus généralement, les conditions d’existence, de logement et de travail de la population. Hamilton s’installe à Hull House deux ans à peine après la publication de Hull House Maps and Papers, sous la direction de Florence Kelley – explicitement sous-titré A Presentation of Nationalities and Wages in a Congested District of Chicago – dont la préface revendique explicitement la filiation avec la grande enquête de Charles Booth sur l’East End de Londres (Life and Labour of the People, 1889), jusqu’au maintien de la palette des couleurs utilisée par Booth pour la représentation des faits sociaux18. À travers l’héritage assumé de Booth, la communauté de Hull House se situe donc clairement dans la longue tradition des enquêtes sociales qui ont essaimé le XIXe siècle européen. En effet, depuis les années 1830 – qu’on songe, parmi de nombreux autres exemples, aux enquêtes d’Edwin Chadwick sur le fonctionnement des Poor Laws (1834), au Tableau de l’état physique et moral des ouvriers de René Villermé dans la France de la Monarchie de Juillet (1840) ou aux monographies sur les Ouvriers européens de Le Play (1855) –, l’enquête sociale est devenue l’un des outils de connaissance et d’action les plus usités dans l’Europe industrielle, plus particulièrement encore dans le monde anglo-saxon19. Ainsi, au cours du XIXe siècle, expliciter le fait social à partir de l’observation, de la traduction et de la transmission de la réalité est devenu un topos de l’action sociale. Le domaine de l’enquête est si étendu, ses champs de mise en œuvre si variés, ses acteurs si différents alors, que « son territoire apparaît incommensurable »20.

  • 21 John Snow, On the Mode of Communication of Cholera, London, Churchill, 1849 ; Ignace Semmelweiss, D (...)
  • 22 A. Hamilton, « The Fly as a Carrier of Typhoid. An inquiry into the part played by the common house (...)

10C’est dans les années 1820-1840 également que le champ médical émerge incontestablement comme l’un des lieux privilégiés de l’enquête, qu’elle prenne la forme des premières topographiques médicales érigeant le milieu environnant en facteur de morbidité – telle la fameuse Topographie médicale de Paris de Claude Lachaise en 1822 –, qu’elle porte sur une épidémie particulièrement violente – le choléra à Londres, étudié et expliqué par John Snow en 1849 – ou sur une affection spécifique – telles les fièvres puerpérales des femmes en couches qu’étudie Ignace Semmelweiss à l’hôpital de Pest (1861)21. La plupart des grands fléaux sanitaires du XIXe s. donnent lieu à une profusion d’enquêtes dans lesquelles s’invitent avec plus ou moins de bonheur une étiologie souvent hésitante et une science statistique encore balbutiante : hygiénistes et médecins du XIXe siècle ont longtemps tenté de mettre en mots et en chiffres les maladies fréquentes et les épidémies pour tenter d’en contrôler la survenue et la virulence. Alice Hamilton se situe initialement dans la droite ligne de cette tradition d’enquêtes médicales portant sur un problème épidémiologique précis : sa première enquête, dont les résultats sont publiés dans le Journal of American Medical Association en 1903, ne s’intéresse-t-elle pas au rôle de la mouche comme vecteur de la fièvre typhoïde lors de la récente épidémie qui a ravagé Chicago22 ?

11Comme l’Angleterre, l’Allemagne et la France notamment, les États-Unis ont donc vu fleurir dès les années 1860 et surtout 1880-90 de nombreuses enquêtes sociales dans lesquelles les préoccupations de santé publique apparaissent primordiales. Les liens entre milieux réformateurs et sphère politique permettent une institutionnalisation précoce en matière de conditions sanitaires de la population urbaine, dans le cadre des Bureaux de la Santé (Boards of Health) qui travaillent à recueillir, compulser et agréger des données statistiques souvent issues des recensements ou d’enquêtes partielles. En marge de ces institutions étatiques à l’échelle locale et fédérale, le mouvement des Settlement houses, directement hérité de la tradition britannique et dont le Hull House de Jane Addams est un exemple emblématique, a très largement contribué à renforcer la connaissance des conditions de vie, de logement et de santé des populations dans l’Amérique urbaine du début du XXe siècle.

  • 23 Dangerous Trades, publié sous la direction de Sir Thomas Oliver (1853-1942), est la première somme (...)
  • 24 Daniel Rodgers a montré l’importance de ces transferts culturels et intellectuels entre l’Allemagne (...)
  • 25 Voir Ellen C. Langemann, A Generation of Women. Education in the Lives of Progressive Reformers, Ca (...)

12À ce titre, les enquêtes sanitaires qu’Alice Hamilton entreprend à partir de 1911 se placent dans une tradition déjà presque séculaire. Imprégnée de la réforme sociale allemande et des travaux d’investigation européens – elle assure avoir puisé sa vocation dans la lecture des Dangerous Trades de Sir Thomas Oliver23 –, Hamilton constitue par conséquent un véritable chaînon dans les circulations transatlantiques qui caractérisent la fin du XIXe siècle en cette matière, des transferts d’idées et de pratiques sociales qui prennent très largement, jusqu’à la Première Guerre mondiale, le chemin Europe-Amérique – la prééminence du trajet inverse viendra ensuite. À ce sujet, le rôle de l’Allemagne et de l’Angleterre comme viviers intellectuels et politiques n’est plus à démontrer24. Germanophone et germanophile, comme nombre d’Américaines réformatrices de sa génération25, Hamilton construit donc sa pratique professionnelle à travers une matrice européenne patiemment digérée.

  • 26 En particulier Émile Cheysson (1836-1910), qui la théorise dans « La monographie d’atelier », La Ré (...)
  • 27 Alice Hamilton témoigne de ce contexte désertique dans son autobiographie, notamment lorsqu’elle me (...)

13Le caractère novateur de sa démarche ne réside par conséquent pas dans le fait même d’enquêter, mais dans le choix du terrain d’enquête : non plus le quartier ouvrier ni l’espace urbain affecté par une maladie particulière, ni même le groupe social défini par des caractéristiques de sexe, d’âge ou de revenus ; avec elle, ce sont l’usine, l’atelier et le puits de mine, jusque-là très largement transparents en tant que tels, qui deviennent l’objet principal de l’investigation. Si des revues européennes spécialisées, telles que les Annales d’hygiène publique et de médecine légale en France ou Zeitschrift für Hygiene und Infektionskrankheiten en Allemagne, parmi de nombreuses autres, ont publié tout au long du XIXe siècle des articles scientifiques sur les maladies des artisans et des ouvriers liés à l’emploi de certaines substances déjà identifiées comme toxiques (plomb, mercure, arsenic, phosphore blanc, etc.), nombre d’entre elles reposent cependant sur des informations de seconde main et sur une compilation de la littérature existante. Les quelques « monographies d’atelier » menées par des leplaysiens des dernières années du siècle, qui se tiennent le plus souvent éloignées du monde de l’industrie pour se limiter à l’artisanat et au commerce, ne suscitent pas, quoi qu’il en soit, l’intérêt escompté26. Dans l’ensemble, peu nombreuses sont alors les enquêtes qui pénètrent l’espace confiné de l’usine ou de la mine, se bornant bien souvent à mettre en forme des observations réalisées à l’extérieur du lieu de travail. C’est d’autant plus vrai de l’autre côté de l’Atlantique, où jusqu’à l’aube du XXe siècle, les conditions sanitaires de travail ne sont pas identifiées comme problème social et les politiques d’hygiène industrielle sont quasiment inexistantes27.

Nouveaux champs d’enquête

  • 28 A. Hamilton, « Nineteen Years in the Poisonous Trades », Harpers Magazine, October 1929, p. 580.
  • 29 Pionnier des Bureau of Labor Statistics, celui du Massachussetts (créé en 1869) publie son premier (...)
  • 30 Par exemple William B. Hard, « Making Steel and Killing Men », Everybody’s Magazine, Nov. 1907.
  • 31 New Jersey Bureau of Statistics of Labor and Industry, Annual Report, 1889, 1890 et suivants.
  • 32 Les États-Unis sont en effet demeurés à l’écart de la convention de Berne qui a, en 1906, exclu le (...)

14Ainsi, développée depuis quelques décennies déjà sur le vieux continent européen, la pratique de l’enquête de terrain sur le lieu de travail est peu développée au début du XXe siècle au sein du milieu médical américain pour qui le monde industriel constitue largement une terra incognita et qui témoigne d’un intérêt faible, voire inexistant, pour les maladies professionnelles. Hamilton se lamente fréquemment de la méconnaissance dans laquelle se trouve le corps médical à propos des conditions sanitaires de travail dans les États-Unis de l’aube du XXe siècle, selon l’antienne « We knew little and cared less »28, relevant à l’envi la circulation trop ténue de l’information à ce sujet, entre une Europe à ses yeux très préoccupée de santé et de sécurité au travail et une nation américaine presque complètement ignorante de ces enjeux. Le refrain désespéré entonné par Hamilton semble cependant faire fi d’une pratique de l’enquête épidémiologique encouragée par un certain nombre d’agences locales et fédérales, qui cherchent à constituer un corpus de savoirs sur cette question afin de préparer la voie législative. Ainsi, au cours du dernier quart du XIXe siècle – le mouvement s’accélérant dans la décennie 1900-1910 –, les états industrialisés, par l’intermédiaire du Bureau of Labor Statistics qui existe dans nombre d’entre eux29, publient de nombreuses études locales destinées à établir les causes et à participer à la prévention des accidents du travail. Le secteur de la sidérurgie attire en particulier les projecteurs peu bienveillants d’une opinion publique mobilisée par de nombreux accidents dont la presse populaire se complaît à relater la cruauté30. Cependant, si les accidents du travail sont amplement décrits – quoique scientifiquement mal documentés et plus rarement encore quantifiés –, le mouvement est plus long à démarrer en ce qui concerne les maladies professionnelles. La plupart des études sont à la fois locales et sectorielles, le plus souvent impressionnistes et peu étayées scientifiquement : elles peinent de ce fait à donner une image globale de la réalité des conditions sanitaires de travail dans l’industrie américaine, même si l’étude pionnière du Bureau of Statistics on Labor and Industry du New Jersey, menée entre 1889 et 1895, introduit une amorce de réflexion sur les effets de la pénibilité du travail sur la santé et la longévité des ouvriers31. Ainsi, mises à part quelques initiatives à l’échelle des états, il faut attendre 1909 pour voir publiée une grande enquête médicale diligentée par les autorités fédérales, qui établit l’ampleur de la nécrose phosphorée de la mâchoire chez les ouvriers en allumettes ; l’impact de ce rapport, confié à John M. Andrews, est suffisamment important pour que le Congrès démocrate adopte en 1912 une législation menant à l’abandon du phosphore blanc dans cette industrie – amenant de fait les États-Unis à se conformer à la convention de Berne signée quelques années plus tôt par plusieurs pays européens32.

15À bien des égards, on le voit, l’échelle décisionnelle des états apparaît à l’avant-garde des mobilisations sur l’hygiène industrielle : c’est précisément dans ce cadre local qu’Alice Hamilton entame sa carrière d’enquêtrice sur les conditions sanitaires de travail, lorsque le gouverneur démocrate de l’Illinois Charles Deneen la nomme en 1910 responsable de l’équipe chargée d’étudier la prévalence du saturnisme dans les industries de cet état industrialisé. L’Illinois Survey est fondateur dans la carrière d’Hamilton : confortant sa vocation pour l’épidémiologie de terrain, il lui confère également une légitimité institutionnelle et contribue ainsi à la camper dans le paysage de la réforme sanitaire, à tel point que, l’année suivante (1911), le Bureau fédéral du Travail la nomme « enquêtrice spéciale sur les maladies professionnelles ». Munie de ces mandats officiels à l’échelle de l’état local, puis de l’état fédéral, qui constituent autant d’encouragements à la recherche et à l’action sanitaire, Alice Hamilton élabore et affine donc, au cours de la décennie qui s’ouvre, sa pratique épidémiologique.

  • 33 Lettre d’Alice Hamilton à Agnes Hamilton, El Paso, 26 janvier 1919, publiée dans B. Sicherman, Alic (...)

16Pas plus qu’en Europe, bien entendu, la médecine du travail n’est alors institutionnalisée aux États-Unis. Certaines grandes entreprises industrielles, en particulier les compagnies minières, ont « leur » médecin, choisi avec précaution et appointé par l’entreprise ; mais ce n’est pas le cas de la plupart d’entre elles qui font simplement, en cas de nécessité et souvent dans l’urgence, appel au médecin de ville. Lorsque Hamilton réalise une enquête dans un secteur industriel particulier, elle ne dispose d’aucun droit juridique pour pénétrer dans l’enceinte privée de l’établissement industriel, et sa visite a bien souvent le parfum de l’effraction. Lorsqu’elle est dotée d’un mandat du gouverneur de l’Illinois, lors de la grande enquête sur le plomb en 1910-11 par exemple, ou du gouvernement fédéral de Washington lors de ses enquêtes postérieures, la plupart des portes s’ouvrent – mais c’est parfois seulement pour s’entrouvrir : on lui met des bâtons dans les roues, on lui fait visiter l’établissement sous escorte afin d’éviter tout faux pas ou intrusion malencontreuse, ou encore on met en congé pour une journée ou deux les ouvriers visiblement malades le jour où la « dame de Washington » annonce sa venue. Alice Hamilton n’en poursuit pas moins son opiniâtre travail, visite les installations, arpente les ateliers, interroge et examine les ouvriers dans et hors de l’entreprise, leurs responsables syndicaux, leurs femmes… ou leurs veuves. C’est dans cette perspective qu’en janvier 1919, elle quitte Chicago pour l’état méridional de l’Arizona, mener ce qu’elle qualifiera elle-même comme « l’enquête la plus intéressante qu’[elle ait] jamais faite »33.

La mine, lieu de dévoilement des enjeux sanitaires du travail ouvrier

  • 34 Hamilton nomme cette affection « spastic anemia », désignant une altération de la vascularisation e (...)
  • 35 Cité dans W. Taylor, W., et al., « Effect on the air hammer… », art. cit., p. 289.
  • 36 Voir la lettre de J. Ignacio Garcia, secrétaire du « Local » n° 80 de l’International Union of Mine (...)

17Au début de l’année 1919, cette petite femme cinquantenaire à l’allure austère quitte donc Chicago et traverse la totalité du territoire des États-Unis jusqu’au sud de l’Arizona, parcourant tour à tour déserts arides semés de bourgades minières et campements apaches, afin d’enquêter sur les conditions de travail des mineurs dans les principaux centres d’extraction du cuivre que compte la région. L’année précédente, c’est dans les carrières de calcaire de l’Indiana et de l’Ohio qu’Alice Hamilton s’est rendue, où elle a mis en évidence les lésions aux mains provoquées par un déficit de la contraction artérielle périphérique des doigts des ouvriers utilisant des marteaux à air comprimé34. Une fois encore, ses résultats n’avaient pas été sans susciter quelque dédain, y compris de la part de certains de ses commanditaires : « Une quantité disproportionnée de temps et de talent a été dépensée à l’étude des “doigts morts”, une maladie professionnelle relativement anodine », peut ainsi écrire – sans craindre l’oxymore – R. Meeker, le Commissaire au Bureau des Statistiques du Département fédéral du Travail35. C’est pourtant ce même Département du Travail de Washington qui envoie Hamilton évaluer, à la demande d’un syndicat ouvrier local36, l’existence d’une affection similaire chez les mineurs de cuivre qui utilisent, eux aussi, un marteau-piqueur pneumatique.

Un microcosme paradigmatique des tensions sociales

  • 37 A. Hamilton, Exploring the Dangerous Trades…, op. cit., p. 210.
  • 38 Sur cette question des « déportations de Bisbee », encore peu documentée par l’historiographie amér (...)
  • 39 Lettre d’Alice Hamilton à sa cousine Agnes Hamilton, El Paso, 26 janvier 1919, publiée dans B. Sich (...)

18En ce début de 1919, le contexte social des zones cuprifères de l’Arizona est particulièrement tendu : Alice Hamilton n’hésite pas à le qualifier de « trêve armée »37 entre ouvriers et patrons des mines. Moins de deux ans plus tôt, en effet, une puissante grève des mineurs en faveur de l’amélioration des salaires et des conditions de travail a quasiment paralysé la production pendant trois mois alors même que le cuivre s’avérait une production hautement stratégique après l’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917. Encouragés par une opinion publique locale défavorable à cette grève « anti-patriotique » et très largement hostile à la main-d’œuvre majoritairement mexicaine des mines, les propriétaires-exploitants arment des milices privées afin de transporter de force, le 12 juillet 1917, avec la complicité des compagnies ferroviaires, 1 186 mineurs grévistes qu’ils abandonnent dans le désert du Nouveau Mexique sans eau ni abri. Cette déportation au mépris de toutes les lois de l’état et garanties de la Constitution américaine, à laquelle l’intervention rapide des troupes fédérales met fin, est certes condamnée par les autorités de Washington mais aucune action légale ni pénale n’est intentée contre ses responsables38. Dix-huit mois plus tard, le clivage politique est donc à son comble : entre les deux parties, « pas d’autre classe, pas de spectateur neutre, pas de public concerné, chacun appartient soit à la compagnie, soit au monde du travail »39. Le fossé est encore plus profond lorsque la main-d’œuvre est d’origine mexicaine – ce qui est le cas pour 30 à 80 % d’entre elle, selon les puits, dans ce bassin minier.

Itinéraire d’Alice Hamilton au sein du bassin du cuivre de l’Arizona, janvier 1919.

Itinéraire d’Alice Hamilton au sein du bassin du cuivre de l’Arizona, janvier 1919.

Source : et rapports de visite des puits de mine, Alice Hamilton Papers, Carton 1, dossier 37.

19De fait, les bourgades minières qu’elle visite (Ajo, Miami, Globe, Clifton-Morenci) ressemblent bien souvent à des villes-champignons poussées depuis peu autour du puits de mine. Dans ce Far South-West désertique, les micro-sociétés locales sont toutes entières tournées autour de l’activité de l’extraction, le bureau du sheriff, le siège du journal local, le saloon et l’édifice religieux constituant bien souvent les seuls éléments d’une vie urbaine encore embryonnaire. Un peu comme dans l’enclave du quartier ethnique de Chicago, la société est ici largement close sur elle-même, constituant un observatoire privilégié de rapports sociaux scrutés à la loupe.

La « boîte à outils » de l’enquête

20L’enquêtrice s’engage totalement dans son terrain d’observation, dans le cadre et hors du lieu de travail, au mépris des convenances sociales et du danger réel. Ses écrits, qu’il s’agisse de notes prises sur le vif ou de son autobiographie reformulée postérieurement, sont truffés d’anecdotes et de récits témoignant de son implication physique sur le terrain. Observant avec attention les postures des ouvriers, elle essaie elle-même les outils pour reproduire, sur leurs indications, les gestes du travail – d’où la fréquente mention « j’ai essayé » [« I tried it »] dans ses rapports écrits. De tout cela, elle prend des notes précises sur le vif, qui constituent autant de précieux témoins d’une pratique épidémiologique en actes :

  • 40 Rapport de visite à la Miami Copper Company Mine, Miami, 18 janvier 1919, p. 1, AHP, Carton 1, doss (...)

J’ai vu deux Américains ou Espagnols utilisant un marteau à air comprimé équipé avec de l’eau. L’eau arrive par un petit tuyau qui s’adapte au marteau et envoie un jet d’eau à la tête de l’outil. Presque impossible d’empêcher les fuites. […] J’ai essayé une machine non équipée, l’ai tenue contre mes jambes, mon ventre, ma poitrine. Ça va contre les jambes, quoique la vibration soit très nette, mais contre le ventre et la poitrine, l’effet est très étrange. C’était trop lourd pour moi…40.

  • 41 Voir Bernard-Pierre Lécuyer, « Médecins et observateurs sociaux : les Annales d’Hygiène publique et (...)

21Le récit qui est fait de la confrontation physique, parfois violente, avec la réalité qu’elle entend comprendre et décrire constitue un élément fondamental de l’enquête d’Hamilton. En effet, si cette phase initiale d’observation directe représente un passage obligé de la méthode de l’enquête telle qu’elle a été théorisée au cours de l’élaboration de ce siècle d’investigations sociales qu’est le XIXe, elle tend de plus en plus souvent, avec la profusion d’enquêtes, à céder le pas à un travail de lecture et de compilation des données disponibles41. Ce n’est pas le cas ici, où l’observation directe demeure une phase-clé de l’enquête épidémiologique.

  • 42 Rapport de visite à la Old Dominion Mine, Globe, 16 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/37.

22C’est bien grâce à l’observation que, venue dans le bassin cuprifère de l’Arizona pour enquêter sur la maladie des « doigts morts » des mineurs, le médecin comprend rapidement que celle-ci ne constitue pas le problème sanitaire majeur, mais met le doigt sur la dangerosité des poussières de cuivre produites par l’usage du même marteau-piqueur et inhalées par les ouvriers qui travaillent dans un espace considérablement empoussiéré : « La poussière avait l’air fine et tombait en pluie devant son visage »42, ou encore :

  • 43 Rapport de visite à la Miami Copper Company Mine, Miami, 18 janvier 1919, p. 2, AHP, 1/37.

J’ai vu deux hommes portant des masques. La poussière produite par leur marteau automatique était excessivement importante et se trouvait à la hauteur du visage ou légèrement au-dessus. Ce type de travail se fait quasiment en continu, l’homme s’interrompant seulement pour disposer le marteau dans un nouveau trou43.

  • 44 Rapport de visite à la Old Dominion Mine, Globe, 16 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/ 37.
  • 45 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, novembre  (...)

23Chaque implantation minière, chaque puits de mine fait ainsi l’objet d’une visite et d’un rapport dactylographié spécifique qui tente de relever les particularités et les constantes observées : du 11 au 23 janvier 1919, Alice Hamilton visite sept puits de mine. Elle dresse des descriptions d’une précision clinique sur les outils utilisés, les modalités de leur utilisation par les ouvriers, les gestes exacts que ceux-ci exercent, les accommodements et diversions qu’ils disent inventent pour se protéger de manière pragmatique des dangers du travail : « Il déclara (il s’agissait d’un Scandinave parlant l’anglais) qu’il préférait de loin utiliser de l’eau [pour humidifier la paroi], même s’il était tout mouillé, plutôt que de respirer une telle poussière, ce qui était très mauvais »44. Toute trace, tout signe, est noté : on est bien là dans le « paradigme indiciaire » relevé par Carlo Ginzburg comme matrice de l’enquête45.

  • 46 D’après le témoignage d’Allen William à propos de l’atelier de traitement par l’acide, Rapport de v (...)

24Outre l’observation attentive du procédé productif et de ses modalités, la valorisation du savoir profane sur le travail est un autre élément fondamental et profondément novateur de l’« épidémiologie de la bottine », dont l’expression prend ici tout son sens. Arpentant inlassablement et en tous sens le bassin minier de l’Arizona (environ 700 kilomètres d’Ajo à Morenci, en passant par Phoenix et les Copper Hills), Hamilton multiplie les lieux de son investigation. Loin de se borner à l’espace de travail stricto sensu, elle étend son enquête à tous les espaces connexes, voire périphériques, qui peuvent porter un discours sur les conditions locales de travail : administration de l’entreprise, local syndical, espaces sociaux environnants (cité ouvrière, gare, etc.) et lieux de sociabilité (église, saloon, etc.). S’entretenant tour à tour avec les ouvriers mineurs et leurs responsables syndicaux, les directeurs et ingénieurs des mines, les médecins des compagnies, les pharmaciens, sheriffs, prêtres ou pasteurs des bourgades minières, Hamilton offre un tableau composite de la multiplicité des expériences humaines et des opinions qui gravitent autour du lieu et des conditions de travail. À partir de l’ensemble de ces entretiens, Hamilton observe la réalité de l’industrie locale en même temps que le gouffre qui sépare ouvriers et employeurs – un gouffre qui, selon elle, équivaut à celui qui séparait les paysans et les nobles dans l’Europe monarchique. Ce faisant, elle met au centre de ses interrogations le savoir et le récit profane des acteurs du travail (ouvriers, syndicalistes, contremaîtres, ingénieurs, patrons) et de ceux qui les entourent (femmes, prêtres, etc.), en miroir avec le savoir et le discours scientifique des médecins, perspective radicalement novatrice dans le champ de l’enquête épidémiologique. En même temps qu’elle observe, elle écoute les hommes parler et note toute mention, même anodine, et pourtant signifiante : « Il y a tant de fumées acides dans l’air que les hommes doivent prendre garde au type de nourriture qu’ils prennent dans leur gamelle. Le pain grillé n’absorbe pas les fumées mais c’est le cas du pain, qui devient alors vraiment immangeable »46. On pourrait multiplier les citations à l’envie. Il importe surtout de considérer que chaque témoignage contribue à dessiner le tableau composite de la réalité épidémiologique et humaine complexe de l’établissement minier.

  • 47 Rapport de visite de New Cornelia Mine, Ajo (Az), 11 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/37. Hamilton a publ (...)

25Vient ensuite le second temps de l’enquête, qui consiste en l’interprétation rationnelle des signes relevés : analyse, comparaison, classification sont les opérations intellectuelles mises en œuvre dans la démarche cognitive du médecin. C’est là que la constitution d’un savoir cumulatif hérité à la fois du savoir scientifique et de la mémoire des enquêtes déjà effectuées constitue un atout de premier ordre. En effet, forte de son expertise tirée d’une décennie de visites d’usines, Hamilton établit des comparaisons entre secteurs industriels pathogènes : « L’air est décidément meilleur ici que dans l’atelier d’enduisage ou dans la salle de charge d’une usine de batteries de voitures »47. Ainsi, dans une attitude dénuée de tout préjugé, elle analyse les résultats de ses observations : en l’occurrence, dans le cas arizonien, Hamilton est venue chercher un geste supposé dangereux (l’usage du marteau-piqueur à air comprimé) et conclut à sa relative innocuité ; elle observe, en revanche, dans le travail de la mine des substances extrêmement nuisibles (poussière de cuivre et fumées arsenicales), à qui elle attribue une toxicité insoupçonnée jusqu’ici dans ce secteur. Sans recourir à des outils statistiques complexes, Hamilton met en évidence, avec la patience tranquille et rigoureuse du travail de laboratoire qu’elle a longtemps pratiqué, la répétition des cas avérés de maladie qui se présentent à l’observation. Compilant les diagnostics, établissant des corrélations étayées entre les affections observées et les procédés industriels employés, elle dresse dans ses rapports un tableau accablant de la morbidité au travail.

  • 48 Sur les outils intellectuels et pratiques de la New Public Health américaine, en particulier dans l (...)
  • 49 Bernardino Ramazzini, considéré comme l’un des pères de la médecine du travail, s’est intéressé à l (...)
  • 50 Les événements de Bisbee, qui ont eu lieu dix-huit mois auparavant (voir note 38) pourraient nous a (...)

26La démarche méthodologique de terrain pratiquée par Alice Hamilton va de pair avec une perspective globalisante de l’espace minier, qui n’est pas vu seulement comme une succession de gestes ou de temps d’exposition à des substances nuisibles, mais comme un ensemble exclusif de conditions d’existence plus ou moins adaptées à l’être humain qui les pratique. Perspective néo-hippocratique qui promeut l’espace de travail au rang de milieu hautement pathogène, elle est également « environnementaliste », décrivant l’entreprise comme un tout et mettant en relief l’ensemble des éléments qui peuvent nuire à la santé des ouvriers dans cet environnement. Ce faisant, elle rompt partiellement avec une vision proprement médicale, essentiellement toxicologique, de l’espace de travail, qui était alors celle des inspecteurs d’usines et des médecins en général, contribuant à élaborer les outils de la New Public Health en voie de constitution48. Plongeant ses racines dans la toxicologie industrielle, qu’elle avoue trouver particulièrement gratifiante en ce qu’elle est centrée sur une relation de cause à effet relativement simple entre un toxique/un geste et une affection, la pratique d’Hamilton prépare donc une attention plus grande à l’environnement du travail et aux pollutions diverses qui peuvent affecter celui-ci. À ce titre, on peut dire qu’elle réconcilie par sa pratique deux traditions de la médecine du travail : la tradition ramazzinienne, d’une part, qui place au fondement de la maladie professionnelle la substance nuisible ou le geste dangereux49 ; la tradition hygiéniste, d’autre part, qui prend en compte l’espace de travail et celui de la vie quotidienne, dans une perspective globalisante au cœur de laquelle se trouvent les données générales de l’environnement humain (lumière, air, humidité, conditions de logement, mais également maîtrise de la langue, passé migratoire, etc.), pour conclure, par l’exemple, que les uns et les autres peuvent être, de façon concomitante, à l’origine de la maladie professionnelle. Ainsi, mettant en évidence le caractère toxique du lieu de travail, elle insiste également sur l’importance du facteur migratoire pour comprendre l’organisation de l’activité productive et, partant, la morbidité et la forte incidence des accidents dans l’espace de la mine. L’importance de la main-d’œuvre étrangère, avec son cortège connu de faible qualification, méconnaissance de la langue et incompréhension des consignes, faiblesse de la revendication sociale50 et puissance du turn over des ouvriers, constitue selon Hamilton, un élément essentiel du contexte social et humain et, du même coup, un instrument important de prophylaxie dans la machine industrielle américaine.

  • 51 Sur cette distinction et les types de récit d’enquête à la fin du XIXsiècle, voir C. Topalov, « R (...)

27Enfin, parce que le but de l’enquête médicale est d’être utile à l’action sociale et politique, la troisième phase de l’enquête consiste à convaincre. En la matière, Hamilton refuse de céder au récit pittoresque et met la description monographique au service d’une quantification rudimentaire qui, à l’échelle d’un secteur industriel, permet d’évaluer la nature et l’ampleur des problèmes sanitaires rencontrés. Se démarquant très nettement en la matière du récit lyrique de voyage dans les bas-fonds, en vogue au tournant du siècle, Hamilton prend au contraire sa place dans l’affirmation de l’enquête comme instrument scientifique des sciences sociales et non comme genre littéraire51. Si elle conserve descriptions pathétiques et exclamations lyriques pour un autre registre de récits (articles de presse, autobiographie), Hamilton confère au contraire aux résultats de l’enquête médicale une rigueur et une sécheresse toute factuelle.

Conclusion : plonger dans la mine pour sortir du ghetto

28En braquant sans relâche un projecteur peu complaisant sur les conditions sanitaires désastreuses qui règnent dans une immense part des établissements industriels dans le pays, Alice Hamilton démontre que les usines et les mines américaines ont des taux de morbidité et de mortalité généralement supérieurs à ceux de leurs équivalentes européennes, notamment britanniques et allemandes. Inventant le champ, quasiment désertique alors de ce côté-là de l’Atlantique, de la santé au travail et des maladies professionnelles, elle contribue très largement à écorner le mythe contemporain de la toute-puissance industrielle des États-Unis. À ce titre, elle occupe une place fondamentale dans le monde diffus de la réforme sociale. Ainsi, le caractère novateur de sa démarche, allié à la prudence scientifique de ses affirmations toujours étayées, contribue à accroître considérablement la notoriété des travaux d’Alice Hamilton, dont l’investigation dans les mines de cuivre de l’Arizona en 1919 est l’un des exemples les plus aboutis. En raison du caractère emblématique de la mine dans l’industrie, de la charge symbolique des mineurs dans le monde du travail, cette enquête connaît un retentissement important : c’est à ce moment précis que les enquêtes d’Hamilton sortent du milieu confiné des revues médicales et des bulletins du Département du Travail pour investir le champ des publications destinées à un lectorat averti mais non spécialiste, dans de prestigieuses revues telles que Harper’s Magazine ou The Atlantic Monthly. Une transformation qui témoigne de la publicisation et, partant, de la politisation des débats sur la santé au travail dans la société américaine des années 1910 et surtout 1920.

29C’est également au moment même où elle réalise cette enquête dans la Ceinture du cuivre de l’Arizona qu’Alice Hamilton se voit nommée à la faculté de Médecine de l’Université de Harvard, appelée à participer à l’embryon de la future École de Santé publique en voie de constitution au sein de l’université. Cette nouvelle position institutionnelle constitue bien sûr pour Hamilton une tribune exceptionnelle pour tenter de faire partager à la profession médicale son intérêt pour la toxicologie et la médecine industrielles. Ainsi, en érigeant celles-ci en objet d’étude et, partant, en élément du débat social, Alice Hamilton ouvre une brèche dans la muraille hermétique qui sépare très efficacement encore l’espace public d’une part, et l’espace privé de l’établissement industriel d’autre part. En s’introduisant sur le lieu du travail, au cœur même de la mine, en observant très précisément les procédés industriels à l’œuvre, les substances employées et les postures au travail, en prêtant une oreille attentive aux discours sur le travail, elle cherche les causes toxicologiques, physiques et sociales de l’état de santé déplorable imputable à l’activité industrielle chez nombre d’ouvriers. L’espace minier, par son caractère paradigmatique des rapports sociaux, constitue à n’en pas douter le terrain privilégié de la révélation de la souffrance des corps à l’ouvrage.

Notes

1 Expression forgée à partir de la formule imagée de « shoe-leather epidemiology » désignant l’épidémiologie de terrain au cours de laquelle les enquêteurs usent leurs semelles ; voir J. Rainhorn, « L’épidémiologie de la bottine ou l’enquête médicale réinventée. Alice Hamilton et la médecine industrielle dans l’Amérique du premier XXsiècle », Gesnerus. Swiss Journal of the History of Medicine and Science, vol. 69/2, 2012, p. 330-354.

2 Un dossier spécifique est consacré, dans ses papiers privés, à l’enquête d’Alice Hamilton dans les mines de cuivre de l’Arizona en 1919 : Alice Hamilton Papers (Arthur and Elizabeth Schlesinger, Radcliffe College, Harvard University, désormais AHP), Carton 1, dossier 37 « Arizona Copper Mines, 1917-1919 ».

3 Les travaux pionniers en la matière sont ceux de David Rosner et Gerald Markowitz : Dying for work: workers’ safety and health in twentieth-century America, Bloomington, Indiana University Press, 1987 ; Deadly dust: silicosis and the on-going struggle to protect worker’s health, Princeton, Princeton University Press, 1991, repr. Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Deceit and denial: the deadly politics of industrial pollution, Berkeley, University of California Press, 2002. On citera également les importants ouvrages de Christopher Sellers : Hazards of the Job: from industrial disease to environmental health science, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1997 ; Allison Hepler : Women in labor: mothers, medicine, and occupational health in the United States, 1890-1980, Columbus, Ohio State University Press, 2000, ou encore de Christian Warren sur le plomb : Brush with death. A social history of lead poisoning, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2000.

4 Voir notamment Naomi Rosenthal, Meryl Fingrudt, et al., « Social Movement and Network Analysis: A Case Study of Nineteenth-Century Women’s Reform in New York State », The American Journal of Sociology, 90, 5, 1985, p. 1022-1054 ; Ellen Fitzpatrick, Endless, Crusade: Women Social Scientists and Progressive Reform, New York, Oxford University Press, 1990 ; Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Age, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1998.

5 Voir par exemple Edna Yost, American women of science, Philadelphia, New York, Frederick A. Stokes Co., 1943 ; David K. Boynick, Women who led the way; eight pioneers for equal rights, New York, 1972 ; Regina M. Morantz-Sanchez, Sympathy and Science: Women physicians in American Medicine, New York, Oxford University Press, 1985 ; Zach, Kim K., Hidden from history: the Lives of Eight American Women Scientists, Greensboro (NC), Avisson Press, 2002 ; Benjamin F. Schearer, Barbara S. Schearer, Notable Women in the Life Science. A Biographical Dictionary, Westport, Greenwood Press, 1996.

6 L’autobiographie d’Alice Hamilton a été publiée en 1943 sous le titre Exploring the Dangerous Trades (Boston, Little, Brown and Co., rééd. Boston, 1985) ; une partie de sa correspondance privée (essentiellement familiale) a été publiée dans Barbara Sicherman, Alice Hamilton. A Life in Letters, Urbana, University of Illinois Press, 1984 (repr. 2003). Quant à l’ouvrage de Madeleine P. Grant (Alice Hamilton. Pioneer Doctor in Industrial Medicine, London, New York, Abelard-Shuman, 1967), il s’agit d’une biographie hagiographique fondée sur des discussions informelles de l’auteur avec Hamilton qui s’apprêtait alors à souffler ses cent bougies.

7 Ce travail se fonde sur des archives variées et largement inédites issues du fonds déposé par A. Hamilton au Radcliffe College (Harvard University, Cambridge, États-Unis), qui comprend de nombreux agendas et notes personnelles, comptes-rendus manuscrits et dactylographiés de visites de sites industriels, courriers privés et professionnels avec des industriels et des chercheurs, brouillons et manuscrits de discours et d’interventions publiques, documentations sur divers sujets de toxicologie industrielle, ainsi qu’une partie des publications issues des travaux d’Hamilton. Ces documents sont regroupés sous le nom Alice Hamilton Papers et conservés à la Arthur and Elizabeth Schlesinger Library on the History of Women in America du Radcliffe College. Avec d’autres fonds de moindre importance (en particulier Alice Hamilton Collection de l’University of Illinois at Chicago et les dossiers concernant A. Hamilton dans Hull House Collection de la même institution), ils constituent la source principale d’un travail en cours sur le rôle d’Alice Hamilton dans la naissance et le développement de la médecine industrielle aux États-Unis.

8 Elizabeth Blackwell fut, en 1849, la première femme médecin diplômée aux États-Unis. Alors qu’Alice Hamilton entame ses études médicales, il y a déjà environ 5 000 femmes médecins dans le pays : elles constituent environ 4 % du corps médical américain, proportion stable jusque dans les années 1960. Voir R. Morantz-Sanchez, Sympathy and Science…, op. cit.

9 Hamilton rapporte dans son autobiographie qu’à Leipzig comme à Munich, universités qui sont alors fermées aux Allemandes, elle est systématiquement placée par ses professeurs dans un coin réservé à l’écart des étudiants masculins, escortée par le professeur pour entrer et sortir de l’amphithéâtre, et l’objet d’une curiosité désagréable au sein de l’université (A. Hamilton, Exploring the Dangerous Trades…, op. cit., p. 45-46).

10 L’expression, désormais entrée dans le vocabulaire commun des historiens et des sociologues, est de Christian Topalov dans Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

11 Jane Addams (1860-1935), radicale, féministe et pacifiste américaine, futur Prix Nobel de la paix en 1931.

12 C’est après la visite de Toynbee Hall, dans l’East End de Londres, le premier des settlements britanniques, que Jane Addams implante cette maison communautaire dans la périphérie de Chicago. Ses membres ne sont pas rémunérés et participent aux charges du foyer communautaire. En 1913, on compte plus de 400 settlements dans 32 états des États-Unis. Hull House a compté environ 250 membres résidents (partiels ou à temps complet) sur la période 1889-1929 : voir « List of Hull House Residents, 1889-1929 », dans University of Illinois at Chicago, Hull House Collection, folder 294. Sur l’expérience de Hull House, on consultera bien entendu l’autobiographie de Jane Addams (Twenty Years at Hull House, with Autobiographical Notes, New York, McMillan, 1912, repr. 1998), mais également Eleanor Stebner, The Women of Hull House. A Study of Spirituality, Vocation and Friendship, Albany, State University of New York Press, 1997 ; Katherine K. Sklar, « Hull House in the 1890s. A Community of Women Reformers », in Leonard Dinnerstein, Kenneth T. Jackson, éds, American Vistas: 1877 to the Present, New York, Oxford University Press, 1995, p. 108-127 ; ainsi que la passionnante contribution de Kathryn Sklar, « Hull House Maps and Papers », dans Martin Bulmer, Kevin Bales, Kathryn Kish Sklar, The Social Survey in Historical Perspective, 1880-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 111-146.

13 Lettre d’Alice Hamilton à sa cousine Agnes Hamilton, Fort Wayne, June 1902, publiée dans B. Sicherman, Alice Hamilton…, op. cit., p. 143.

14 Sur la juriste Florence Kelley (1859-1932), voir Kathryn K. Sklar, Florence Kelley and Women’s Political Culture: Doing the Nation’s Work, 1820-1940, 1992 ; sur Julia Lathrop (1858-1932), voir Kriste Lindenmeyer, A right to childhood: the U.S. Children’s Bureau and child welfare, 1912-1930, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1997.

15 L’université de Chicago a été fondée en 1892 grâce aux fonds du magnat du pétrole John D. Rockefeller.

16 M. Halbwachs, Lettre à sa mère, 20 novembre 1930, citée dans Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique, édition établie et présentée par C. Topalov, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 178.

17 Robert Ezra Park (1864-1944) est recruté à l’université de Chicago en 1913 et publie avec Ernest Burgess (1886-1966) un manuel de sociologie que les étudiants appellent alors The Green Bible : Introduction to the Science of Sociology, Chicago, University of Chicago Press, 1921. Sur l’équilibre entre les écoles et les méthodes sociologiques à l’université de Chicago au cours du premier XXsiècle, voir l’introduction lumineuse de C. Topalov, « Maurice Halbwachs, une expérience américaine », in Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique…, op. cit., notamment p. 20-36.

18 Hull House Maps and Papers: A Presentation of Nationalities and Wages in a Congested District of Chicago, Together with Comments and Essays on Problems Growing out of the Social Conditions, by the residents of Hull-House, a social settlement, Urbana, University of Illinois Press, 2007 [1re éd. 1895]. Le document est disponible en version électronique sur http://florencekelley.northwestern.edu/historical/hullhouse/ [consulté le 01.04.2014]. Christian Topalov note l’importance des travaux de Booth dans le développement de l’enquête sociale au sein du mouvement de la réforme sociale anglaise et américaine au cours du premier XXsiècle : voir « La ville, “terre inconnue”. L’enquête de Charles Booth et le peuple de Londres, 1886-1891 », Genèses, 1991, 5, p. 4-34.

19 On consultera avec profit l’ouvrage récent qui fait le point sur cet outil dans le monde réformateur britannique et américain : M. Bulmer, K. Bales, K. Sklar, The Social Survey in Historical Perspective…, op. cit.

20 Dominique Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête” au XIXsiècle », Romantisme, 2010/3, n° 149, p. 5. Voir les numéros spéciaux « Enquête sur l’enquête », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 22, 2004 et « L’enquête », Romantisme (2010/3, n° 149).

21 John Snow, On the Mode of Communication of Cholera, London, Churchill, 1849 ; Ignace Semmelweiss, Die Aetiologie, der Begriff und die Prophylaxis des Kindbettfiebers, Pest-Wien-Leipzig, 1861 [rééd. New York-London, 1966].

22 A. Hamilton, « The Fly as a Carrier of Typhoid. An inquiry into the part played by the common house fly in the recent epidemic of typhoid fever in Chicago », Journal of the American Medical Association, 1903, vol. XL (9), p. 576-583.

23 Dangerous Trades, publié sous la direction de Sir Thomas Oliver (1853-1942), est la première somme sur les conditions sanitaires de travail dans l’industrie en Angleterre, qui réunit 38 experts médicaux : Dangerous Trades. The historical, social, and legal aspects of industrial occupations as affecting health, by a number of experts, London, J. Murray, 1902, 891 p.

24 Daniel Rodgers a montré l’importance de ces transferts culturels et intellectuels entre l’Allemagne et les États-Unis dans Atlantic Crossings…, op. cit. D’autre part, l’histoire des ligues d’acheteurs, récemment éclairée par l’ouvrage de Marie-Emmanuelle Chessel, témoigne de l’importance fondamentale de ces circulations transnationales dans le domaine de la réforme sociale, en particulier féminine, de l’Europe vers les États-Unis, puis des États-Unis vers l’Europe : voir Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue sociale d’acheteurs, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

25 Voir Ellen C. Langemann, A Generation of Women. Education in the Lives of Progressive Reformers, Cambridge, Harvard University Press, 1979.

26 En particulier Émile Cheysson (1836-1910), qui la théorise dans « La monographie d’atelier », La Réforme sociale, 1er décembre 1896, p. 781, ou encore Pierre du Maroussem (1862-1937).

27 Alice Hamilton témoigne de ce contexte désertique dans son autobiographie, notamment lorsqu’elle mentionne le Second Congrès international sur les Accidents du travail et les maladies professionnelles tenu à Bruxelles, en 1910. En tant que l’une des deux délégués américains au congrès européen, elle se dit « mortifiée » par le retard américain en matière de connaissance et de régulation des nuisances industrielles au travail (Exploring the Dangerous Trades…, op. cit., p. 127-128).

28 A. Hamilton, « Nineteen Years in the Poisonous Trades », Harpers Magazine, October 1929, p. 580.

29 Pionnier des Bureau of Labor Statistics, celui du Massachussetts (créé en 1869) publie son premier rapport en 1870 : il s’intéresse aux accidents du travail dont sont victimes les enfants dans les filatures textiles et les fabriques de papier en particulier.

30 Par exemple William B. Hard, « Making Steel and Killing Men », Everybody’s Magazine, Nov. 1907.

31 New Jersey Bureau of Statistics of Labor and Industry, Annual Report, 1889, 1890 et suivants.

32 Les États-Unis sont en effet demeurés à l’écart de la convention de Berne qui a, en 1906, exclu le phosphore blanc des allumettes fabriquées en Europe ; le Esch Act de 1912, instaurant une taxe prohibitive sur les allumettes au phosphore blanc, bannit de fait leur production et leur usage dans le pays.

33 Lettre d’Alice Hamilton à Agnes Hamilton, El Paso, 26 janvier 1919, publiée dans B. Sicherman, Alice Hamilton…, op. cit., p. 214.

34 Hamilton nomme cette affection « spastic anemia », désignant une altération de la vascularisation et une décoloration des doigts qui tiennent le burin frappé par le marteau à air comprimé, provoquant désensibilisation et paralysie partielle de la main. Les symptômes en avaient été décrits pour la première fois par le professeur Giovanni Loriga, en Italie, en 1911, mais Alice Hamilton est la première à faire le lien entre l’utilisation des outils vibrants et les symptômes décrits. Assimilée à un phénomène de Raynaud d’origine professionnelle, cette affection a ensuite (1970) été dénommée « maladie des engins vibrants » (ou Vibration Induced White Fingers). Voir A. Hamilton, Effect of the air hammer on the hands of stonecutters, Bureau of Labor Statistics, 236, Washington, Governement Printing Office, July 1918, 149 p ; voir également W. Taylor, Wasserman D., Behrens V., et al., « Effect on the air hammer on the hands of stonecutters. The limeston quarries of Bedford, Indiana, revisited », British Journal of Industrial Medicine 41, 1984, p. 289-295.

35 Cité dans W. Taylor, W., et al., « Effect on the air hammer… », art. cit., p. 289.

36 Voir la lettre de J. Ignacio Garcia, secrétaire du « Local » n° 80 de l’International Union of Mine, Mill and Smelter Workers, 30 octobre 1918, AHP, Carton 2, dossier 37.

37 A. Hamilton, Exploring the Dangerous Trades…, op. cit., p. 210.

38 Sur cette question des « déportations de Bisbee », encore peu documentée par l’historiographie américaine, on se reportera au rapport original de la Commission de médiation (United States President’s Mediation Commission, Report on the Bisbee deportations, made by the President’s mediation commission to the President of the United States. November 6, 1917, Washington, Government Printing Office, 1918). L’épisode est évoqué dans l’ouvrage récent de Katherine Benton-Cohen, Borderline Americans: Racial Division and Labor War in the Arizona Borderlands, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2009.

39 Lettre d’Alice Hamilton à sa cousine Agnes Hamilton, El Paso, 26 janvier 1919, publiée dans B. Sicherman, Alice Hamilton…, op. cit., p. 216.

40 Rapport de visite à la Miami Copper Company Mine, Miami, 18 janvier 1919, p. 1, AHP, Carton 1, dossier 37 « Arizona Copper Mines, 1917-1919 ».

41 Voir Bernard-Pierre Lécuyer, « Médecins et observateurs sociaux : les Annales d’Hygiène publique et de Médecine légale, 1820-1850 » dans Bédarida, François, et al., Pour une histoire de la statistique, vol. 1, Paris, Insee, 1977, p. 445-475.

42 Rapport de visite à la Old Dominion Mine, Globe, 16 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/37.

43 Rapport de visite à la Miami Copper Company Mine, Miami, 18 janvier 1919, p. 2, AHP, 1/37.

44 Rapport de visite à la Old Dominion Mine, Globe, 16 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/ 37.

45 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, novembre 1980, p. 3-44.

46 D’après le témoignage d’Allen William à propos de l’atelier de traitement par l’acide, Rapport de visite de New Cornelia Mine, Ajo (Az), 11 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/37.

47 Rapport de visite de New Cornelia Mine, Ajo (Az), 11 janvier 1919, p. 1, AHP, 1/37. Hamilton a publié une étude sur les usines de batteries d’automobiles, voir Lead poisoning in the manufacture of storage batteries, Washington, Government Printing Office, 1915, 38 p.

48 Sur les outils intellectuels et pratiques de la New Public Health américaine, en particulier dans le domaine de la santé au travail, voir C. Sellers, « The Dearth of the Clinic: Lead, Air and Agency in Twentieth Century America », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 2003, 58(3), p. 255-291.

49 Bernardino Ramazzini, considéré comme l’un des pères de la médecine du travail, s’est intéressé à l’extrême fin du XVIIsiècle aux maladies des artisans, démontrant le lien entre gestes ou substances utilisés et affections atteignant les ouvriers de l’artisanat. Voir Bernardino Ramazzini, Essai sur les maladies des artisans (1700), trad. française Paris, 1777 (rééd. Montauban, AleXitère, 1990).

50 Les événements de Bisbee, qui ont eu lieu dix-huit mois auparavant (voir note 38) pourraient nous amener à relativiser en cette matière, mais il faut savoir que les grévistes déportés ont tous été licenciés et que les mineurs employés en 1919 sont certainement nourris de ce précédent et, partant, moins revendicatifs que leurs aînés.

51 Sur cette distinction et les types de récit d’enquête à la fin du XIXsiècle, voir C. Topalov, « Raconter ou compter ? L’enquête de Charles Booth dans l’East End de Londres (1886-1889) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2004/1, n° 22, p. 107-132.

Table des illustrations

Titre Itinéraire d’Alice Hamilton au sein du bassin du cuivre de l’Arizona, janvier 1919.
Crédits Source : et rapports de visite des puits de mine, Alice Hamilton Papers, Carton 1, dossier 37.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540