Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Troisième partie – Écouter et voir les corps à l’ouvrage

Corps meurtris. Genre et invalidité dans les mines de charbon d’Écosse au milieu du dix-neuvième siècle1

Angela Turner
Traduction de Delphine Silberbauer

Texte intégral

Introduction

  • 1 Texte traduit de l’anglais par Delphine Silberbauer, revu par Judith Rainhorn.

1Le travail dans les mines de charbon au XIXe siècle a de profondes répercussions sur le corps de ceux qui y travaillent. Ces derniers sont sujets à de fréquents accidents industriels et à des taux excessifs de maladies professionnelles conduisant à des affections chroniques invalidantes. Les blessures, fréquentes, entraînent souvent la perte de membres, des lésions de la colonne vertébrale et des traumatismes oculaires ; les mineurs souffrent de taux élevés de maladies respiratoires – telles que « l’asthme des mineurs » – provoquées par l’inhalation de la poussière de pierre et de charbon. L’invalidité et les troubles de santé ont, par ailleurs, divers effets sur les identités sexuées des hommes et femmes des communautés charbonnières de l’époque.

2Cette contribution s’intéresse au cas régional des bassins houillers de l’Est de l’Écosse : elle est cependant représentative et exemplaire dans la mesure où, pendant la première moitié du XIXe siècle, cette région présente les taux les plus élevés d’emploi féminin dans l’industrie charbonnière britannique. Ainsi, cet article examine en quoi les conditions pénibles dans lesquelles les femmes de ces régions travaillent façonnent leur corps ainsi que leur conception de la féminité ; il montre le lien entre ces conditions de travail, la vie familiale et le travail des enfants. Nous nous intéressons également aux conséquences de l’invalidité sur les conceptions de la masculinité à cette période, en mettant l’accent sur des maladies telles que « l’asthme des mineurs » et sur l’impact des affections invalidantes sur les modes de travail et la vie familiale ainsi que sur l’identité masculine des mineurs. Nous examinons également l’incidence de ces maladies en fonction du sexe. Les femmes sont exposées au risque d’accidents mortels ou invalidants tout autant que les hommes, mais ces derniers souffrent davantage de troubles respiratoires, tandis que les femmes – particulièrement les « porteuses » – sont plus susceptibles de souffrir de traumatismes de la colonne vertébrale, de troubles posturaux ou du système reproductif. Des enquêtes publiques telles que celle conduite par la Commission sur le travail des enfants en 1842 donnent un aperçu des effets négatifs du travail minier sur le développement physique des enfants ainsi que sur la santé des adultes pendant cette période. Les travaux de la Commission suscitent à l’époque l’intérêt de la presse pour les conditions de travail et la santé des mineurs, et pour des modifications par voie législative de leurs conditions de travail.

  • 2 Joanna Bourke, Dismembering the Male: Men’s Bodies, Britain and the Great War, London, Reaktion Boo (...)
  • 3 Angela V. John, By the Sweat of their Brow: Women Workers at Victorian Coal Mines, London, Croom He (...)
  • 4 Peter Kirby, « Early Victorian Social Investigation and Mines Commission of 1842 », Manchester Pape (...)
  • 5 Laurie Mercier, Jaclyn Gier, « Reconsidering Women and Gender in Mining », History Compass, Vol 5 ( (...)
  • 6 Nancy Forestell, « The Miner’s Wife: Working Class Femininity in a Masculine Context, 1920-1950 », (...)

3Des historiens tels que Bourke se penchent sur les questions liées à la masculinité et au corps masculin, mais on trouve peu d’écrits s’intéressant à la relation entre corps et travail à cette époque2. L’ouvrage précurseur de John, By the Sweat of their Brow, est l’étude la plus célèbre sur les questions liées au genre et au travail dans les mines3. Cet ouvrage attire l’attention sur le taux élevé d’emploi des femmes dans les mines pendant cette période et sur la façon dont le corps des femmes était présenté par les observateurs et réformateurs de la classe moyenne. Les recherches de Kirby sur le travail des enfants apportent également des éclairages sur la moralité des ouvrières des mines et sur leurs conditions de travail4. Mercier et Gier ont plus récemment effectué des travaux sur les questions relatives aux femmes et aux sexes dans les mines, soulignant une évolution dans le caractère genré du travail dans ce secteur, et remettant en question l’image essentiellement « masculine » de cette industrie5. Des historiens tels que Nancy Forestell suggèrent également que « si les historiens reconnaissent et évoquent depuis longtemps les dimensions dangereuses du travail minier, peu ont étendu leur analyse […] à l’étude des implications de genre de l’invalidité et de la maladie »6.

  • 7 Cf. Nancy M. Forestell, « “And I feel like I’m Dying from Mining for Gold”: Disability, Gender and (...)
  • 8 Alan Campbell, The Scottish Miners, 1874-1939, Volume 1 : Industry, Work and Community, Ashgate, 20 (...)
  • 9 Ibid., p. 234.

4Un certain nombre d’études sur la santé professionnelle des mineurs de charbon – notamment les travaux de McIvor et Johnston sur les maladies respiratoires – s’intéressent aux « corps handicapés » et au vécu des personnes concernées, mais elles portent essentiellement sur le XXe siècle7. L’étude de Campbell sur les mineurs écossais traite de la question du genre dans l’industrie minière8. Cet auteur souligne l’interdépendance des espaces traditionnellement féminins, domestiques et familiaux, et le monde masculin du travail et du syndicalisme. Son travail, qui porte sur les bassins miniers écossais à partir de 1874, met l’accent sur les mauvaises conditions de vie et de logement à la fin du XIXe et début du XXe siècles. Il attire également l’attention sur la manière dont l’invalidité est vécue collectivement au sein de ces communautés où « on doit si souvent ramener chez eux des corps brisés de mineurs » et il montre que les familles minières dépendent de la « bonne santé et de la force physique des mineurs »9. Son étude ne traite cependant pas explicitement de l’invalidité et de la maladie et se concentre principalement sur le travail domestique des femmes et les relations hommes-femmes au début du XXe siècle. L’étude de Humphries, quant à elle, s’intéresse à la réglementation des mines et à la décision d’exclure les femmes des puits de mine au milieu du XIXe siècle. Son travail offre une nouvelle perspective sur la place importante du travail féminin dans l’économie familiale de la classe ouvrière, mais ne s’intéresse explicitement ni aux corps de ces hommes et femmes, ni à l’impact des affections invalidantes sur la manière dont le corps physique des personnes était perçu, présenté et compris par les différents groupes.

5Ainsi, ma contribution pose les prémices d’une nouvelle histoire de l’invalidité axée sur la santé et le corps des mineurs et mineuses de fond au XIXe siècle. Une enquête sur ces ouvriers et leur corps apporte de nouveaux éléments pour comprendre la nature de leur travail et de l’invalidité. Elle offre par ailleurs de nouvelles perspectives sur l’histoire de la famille et sur la manière dont l’invalidité est vécue collectivement, à cette période.

Les mines de charbon écossaises au XIXe siècle

  • 10 Ibid., p. 23.

6Les mines de charbon en Écosse au XIXe siècle sont essentiellement localisées dans la région centrale du pays. Les principaux bassins miniers se trouvent dans les comtés d’Ayrshire et du Fife, ainsi que dans les Lothians et le Lanarkshire, et dès 1900, emploient plus de 100 000 personnes10.

  • 11 Ian Levitt, Christopher Smout, The State of the Working Class in 1843: A Statistical and Spatial En (...)

Schéma 1 : Carte des Champs Miniers Écossais11

Schéma 1 : Carte des Champs Miniers Écossais11

Source : http://d-maps.com/​carte.php?num_car=15867&lang=fr

  • 12 Report by Thomas Tracred to the Employment of Children and Young Persons in Collieries and Iron Wor (...)
  • 13 Jane Humphries, « Protective Legislation, The Capitalist State and Working Class Men: The Case of t (...)

7En Écosse12, pendant la première moitié du XIXe siècle, un nombre élevé de femmes et d’enfants travaillaient dans les mines de charbon. Les enfants étaient souvent employés comme « trappers » dont la tâche consistait à ouvrir et fermer les portes pour réguler l’air dans les galeries. Au fur et mesure qu’ils grandissaient, ils étaient employés pour d’autres tâches comme par exemple celle d’aider à tirer ou pousser les berlines. La grande majorité des femmes étaient « traîneuses » ou « herscheuses » et transportaient le charbon du front de taille vers les chevaux de trait ou au fond du puits d’où il était remonté à la surface13.

  • 14 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 22.
  • 15 Robert Bald, A General View of the Coal Trade of Scotland, chiefly that of the River Forth and Mid- (...)
  • 16 Ibid., p. 48.
  • 17 Christopher A. Whatley, Scottish Society 1707-1803: Beyond Jacobism, towards industrialisation, Man (...)

8Les femmes employées dans les houillères écossaises avaient cependant des fonctions différentes d’une région à une autre. Dans l’Est de l’Écosse les femmes étaient « porteuses », et « chargées d’un sac de charbon sur le dos, gravissaient des escaliers raides et tortueux, jusqu’aux piles de charbon à l’entrée des puits »14. Les mineuses de fond de l’Est écossais, contrairement à celles de Glasgow ou d’Angleterre, étaient chargées d’emporter les sacs de charbon du front de taille jusqu’au pied des puits, voire même de les transporter jusqu’au sommet, à l’entrée des puits15. Dans une étude conduite en 1808, Bald décrit le travail de ces porteuses qui devaient porter « d’énormes charges […] sur le dos, et ces femmes opprimées, gémissant sous le poids de leur fardeau, avançaient péniblement jusqu’à l’entrée des fosses pour y déposer le charbon »16. Les femmes étaient traditionnellement employées dans ces mines en raison de la géologie des puits dans les régions de l’Est où les veines étaient étroites et escarpées, mais également, en raison de la pratique traditionnelle du servage dans ces régions. Le servage avait été pratiqué jusqu’à la fin du XVIIIe siècle et avait constitué une forme d’esclavage à travers laquelle les familles restaient fortement dépendantes de leurs employeurs17. Le Commissaire Thomas Franks de la Commission sur le travail des enfants de 1842 a attiré l’attention sur les conditions de travail des porteurs et porteuses de charbon des mines du Fife et de l’Est.

  • 18 Robert Hugh Franks on the Employment of Children and Young Persons in the Collieries and Iron Works (...)

L’esclavage barbare et cruel que ce travail dégradant constitue est une véritable honte pour l’humanité ; c’est un travail qui heureusement, est aboli depuis longtemps en Angleterre et dans la plus grande partie de l’Écosse, et qui je crois n’est maintenant pratiqué que dans les Lothians. C’est un vestige esclavagiste d’une époque dépravée.18

  • 19 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 24.
  • 20 J. Humphries, « Protective Legislation »…, art. cit., p. 7.
  • 21 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 38.

9Les données concernant le nombre de femmes travaillant dans les mines à cette période varient. Le recensement de 1841 estime à 767 le nombre de mineuses en Écosse, tandis que le rapport de la Commission sur le travail des enfants signale que 2 341 ouvrières, dont 1 189 adultes, sont employées dans les mines de l’Écosse orientale19. Humphries souligne que la Commission sur le travail des enfants estime à 338 pour 1 000 le taux de femmes dans les mines de l’Est, contre seulement 22 pour 1 000 dans le Yorkshire20. John constate également que la proportion de femmes dans la main-d’œuvre totale varie d’un comté à l’autre pendant la première moitié du XIXe siècle. Elle estime que les puits de mine de l’Écosse orientale (les Lothians du Centre, de l’Ouest et de l’Est ainsi que le Fifeshire) présente des taux d’emploi féminin parmi les plus élevés du Royaume-Uni21. Le Commissaire Robert Franks rassemble, pour la Commission de 1842, des données chiffrées détaillées sur le nombre de femmes employées dans les mines de l’Écosse orientale, et constate lui aussi un fort taux d’emploi féminin dans les bassins houillers des Lothians et de Forth.

  • 22 Franks on the Employment…, op. cit, p. 379-381.

Tableau 1 : Nombre de personnes employées dans les bassins houillers des Lothians et de Forth22

Comté Ouvriers de sexe masculin Ouvriers de sexe féminin
Adultes Moins de 18 ans Moins de 13 ans Adultes Moins de 18 ans Moins de 13 ans
Lothian du Centre 1 024 313 135 341 189 54
Lothian de l’Est 322 107 53 109 95 35
Lothian de l’Ouest 338 98 61 65 52 37
Stirlingshire 928 263 171 212 120 99
Clackmannashire et Perthshire 775 190 110 157 165 68
Fife 1 659 413 166 305 181 57
  • 23 Report by Thomas Tracred to the Employment of Children and Young…, op. cit., p. 318-319.

10Thomas Tracred, le commissaire responsable de l’enquête en Écosse occidentale, enregistre de la même manière les données concernant les femmes et enfants travaillant dans les puits de mine sur lesquels il a enquêté. Son inventaire ne couvre pas toutes les zones de la région de l’Ouest, mais les mines visitées donnent un aperçu de la proportion de femmes dans la main-d’œuvre totale. Ces données, ainsi que d’autres sources d’information, montrent clairement que les mines du Fife et des autres zones houillères de l’Est présentent une proportion de main-d’œuvre féminine beaucoup plus élevée que les autres régions de l’Écosse23.

Femmes, corps meurtris et travail au fond

  • 24 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 24-26.

11Des enquêtes consacrées à la moralité du travail au fond et aux dégradations corporelles qu’il cause, ainsi que l’introduction d’une législation visant à en protéger les victimes, soulèvent l’intérêt des réformateurs du milieu du XIXe siècle pour ces femmes et pour leur corps. Comme Humphries le montre, nombreux sont les membres de la Commission de 1842 qui sont obnubilés par la question de la moralité des mineuses de fond24. Le Commissaire Robert Franks souligne par exemple que :

  • 25 Franks on the Employment…, op. cit, p. 386-396.

Le travail des femmes dans les mines les éloigne du domaine dans lequel leur influence est normalement si clairement ressentie […]. Cette négligence déplorable des tâches domestiques courantes se perpétue de famille en famille, de mère en fille […]. Donnons au mineur le confort d’un foyer propre et gai, la compagnie d’une femme sobre et bien élevée, et non pas abrutie par le travail dégradant de la mine.25

  • 26 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 48.
  • 27 P. Kirby, « Early Victorian Social Investigation… », art. cit., p. 17.

12Franks et d’autres estiment que le travail minier endurcit ces femmes dans le sens où il endommage leur corps et nuit à leur capacité de remplir leur rôle de femme au foyer. John évoque une mobilisation de l’opinion publique contre le travail des femmes dans les mines et l’émergence d’un sentiment de panique morale dans la presse26. Un facteur particulièrement important de cette « panique morale » est le recours à des descriptions et images particulièrement crues de mineuses de fond, aussi bien dans les rapports que dans les journaux. Certaines illustrations présentent, par exemple, des mineuses dans des postures inhabituelles, penchées en avant et portant des vêtements peu féminins. Kirby fait également remarquer qu’à cette période, les rapports de presse ou des commissions gouvernementales concernant les zones houillères tendent à être « effrayants ou désapprobateurs » dans la mesure où ils s’intéressent particulièrement aux lieux où le taux d’emploi féminin est élevé27.

  • 28 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 11.
  • 29 Ibid., p. 11.

13Humphries, quant à elle, cherche à montrer qu’une distinction est souvent faite entre le travail des femmes (moralement inacceptable) et celui des enfants de sexe féminin qui est parfois perçu comme un mal nécessaire28. Filles et garçons travaillent dans les mines et remplissent des fonctions relativement similaires jusqu’à l’âge de 17 ans environ29. Lorsque les filles atteignent cet âge, elles doivent (de l’avis des observateurs extérieurs tout au moins) devenir des « femmes » et assumer leurs rôles d’épouse et de mère au foyer. Pourtant, dans les communautés minières d’Écosse, la réalité est souvent bien différente.

14Bald a, en 1808, mené une enquête sur les communautés particulières des zones minières écossaises ; il évoque l’isolement de ces communautés et décrit comment ces dernières développent leurs propres traditions de travail et de famille. Il nous apprend, par exemple, que les mineurs :

  • 30 Robert Bald, A General View of the Coal Trade…, op. cit., p. 72.

… ont développé des habitudes et une société bien particulières ; ils vivent ensembles dans des maisons à l’écart des villes, se mélangent peu avec les autres groupes de la communauté, et se marient généralement entre eux, particulièrement dans les zones où les femmes sont employées comme porteuses de charbon, car en effet, il fallait être fille de mineur pour pouvoir envisager de devenir femme de mineur.30

  • 31 Ibid., p. 130.
  • 32 Ibid., p. 139.

15Il s’inquiète tout particulièrement du fait que « les femmes mariées restent dans cette situation de servitude, au même titre que les plus jeunes »31 et évoque l’effort physique nécessaire à l’accomplissement de leur besogne de porteuse, les charges énormes qu’elles transportent et les maigres salaires qu’elles reçoivent. Il se penche également sur les problèmes associés à la négligence du foyer, un thème qui suscitera plus tard l’intérêt des réformateurs. Bald estime qu’il faut remplacer les femmes par des chevaux pour effectuer ce travail afin de permettre à celles-ci de s’occuper de leur maison et de leurs enfants32.

  • 33 Jane Peacock, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 387.
  • 34 Edward Bennet, 17 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 440.
  • 35 Joseph Fraser, 37 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 442.

16La question de la femme « endommagée » par le travail minier est courante à cette période. La Commission de 1842 a produit quelques-unes des meilleures descriptions des conditions de travail de ces femmes et des répercussions de ce travail sur leur corps. Un certain nombre de témoignages de médecins, de mineurs et mineuses évoquent les conséquences physiques de ce type de travail. Une porteuse de charbon déclare par exemple : « C’est un travail de cheval, pas de femme ; ça leur détruit le corps, leur broie les hanches et leur tord les chevilles. Elles sont vieilles à 40 ans »33. Un jeune mineur souligne que « les femmes ont le corps tout disloqué à force de porter le charbon »34 ; une autre explique que « leurs articulations gonflent et les font souffrir sous le poids de leur fardeau ; et dès 35 ans, elles ne sont plus en état de travailler. »35

  • 36 Ellspee Thomson, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 450.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.

17Un grand nombre de femmes parlent des dégâts physiques causés par leur travail, ajoutant que leur capacité à supporter de telles charges ne dure qu’un temps. Une porteuse explique que « le poids des sacs de charbon sur leur dos est tellement oppressant physiquement que les femmes en souffrent jusque dans l’au-delà, et rares sont celles qui n’ont pas les jambes ou les hanches blessées avant trente ans »36. Mais elle ajoute que les dégâts ne sont pas uniquement corporels et que le métier de ces femmes a également des effets négatifs sur leur santé mentale et leur comportement. Cette porteuse aurait déclaré que « beaucoup de femmes quittent la mine pour travailler comme domestiques, mais comme elles manquent d’instruction, elles n’arrivent pas à garder leur place : elles ont des mœurs trop libres pour se comporter avec retenue »37. De son point de vue, « les filles de mineurs ne sont pourtant pas moins vertueuses que les autres femmes. Mais leurs habitudes sont différentes du fait d’avoir été envoyées à la mine si jeunes »38.

18Un contremaître interrogé par la Commission sur le travail des enfants (1842) évoque lui aussi les effets néfastes du travail au fond sur les femmes. Il raconte que :

  • 39 William Hunter, contremaître, mines de charbon de Arniston, Franks on the Employment…, op. cit, p.  (...)

C’était toujours les femmes qui portaient les charges, et qui effectuaient les corvées les plus pénibles ; partout où ils travaillaient – dans les mines ou ailleurs – les enfants tout comme les femmes étaient traités comme des sous-humains. Les femmes travaillaient à des postes où aucun homme – jeune ou vieux – n’aurait accepté d’être envoyé. Elles trimaient, courbées en deux dans des galeries insalubres, de l’eau jusqu’aux genoux ; et elles y restaient jusqu’aux derniers moments de leur grossesse. Elles souffraient des hanches ; leurs chevilles enflées étaient douloureuses, et on les amenait à leur tombe prématurément, ou pire encore, elles continuaient de vivoter misérablement39.

  • 40 S. Scott Alison, MD, Hon. Sec. Medical Society of London, « On the Diseases, Conditions, and Habits (...)

19Ce qui semble préoccupant, ici, c’est que les risques ne concernent pas uniquement la santé physique des femmes mais aussi leur identité féminine. Un article médical du docteur Scott Allison, utilisé par le Commissaire Francks dans son rapport, attire l’attention sur les dégâts physiques, mentaux et moraux dont les jeunes hommes et jeunes femmes sont victimes. Il explique que les mineurs qu’il a examinés sont devenus « des bêtes de somme ou de mine plutôt que des êtres pensants – des machines plutôt que des créatures rationnelles »40. Il poursuit en notant que le corps de ces ouvriers est le symbole même de la blessure et de la destruction, et explique que :

  • 41 Ibid.

Plusieurs d’entre eux [sont] devenus bossus et souffrent de déformation rachidienne… J’ai soigné un grand nombre de jeunes garçons et de jeunes filles souffrant de contusions et de lacérations aux jambes et aux bras. Les doigts et les orteils sont souvent violemment sectionnés, ou si sévèrement lacérés et endommagés qu’il faut les amputer immédiatement. Ils subissent souvent des blessures oculaires… des inflammations se produisent, et il n’est pas rare qu’elles conduisent à la perte d’un œil41.

  • 42 Mr John Wright, directeur des mines de charbon de Rosewell et Barley Dean, Franks on the Employment(...)

20D’autres témoignages suggèrent en effet que les mineuses de fond se distinguent des autres femmes par leur physique « endommagé ». Un chef de mine, par exemple, fait remarquer que « les filles qui travaillent comme porteuses souffrent de malformations sévères des chevilles, des pieds et des hanches et dès l’âge adulte, en portent les marques ».42

  • 43 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 22

21Un autre type de trouble physique courant dont souffrent les mineuses de fond concerne les grossesses et fausses couches. Dans son ouvrage sur les mines et les femmes, Humphries note que de nombreuses femmes enceintes continuent de travailler dans les puits pendant toute leur grossesse ; elles sont fréquemment victimes de fausses couches et donnent souvent naissance à des enfants morts-nés43. On retrouve en effet de nombreux exemples de fausses couches dans les témoignages donnés à la Commission par les mineurs d’Écosse orientale.

  • 44 Jane Peacock, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 387.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid.

22Une femme, par exemple, raconte qu’elle a donné naissance à « deux [bébés] mort-nés, et [pense que] c’est à cause de ce travail oppressant ; les grossesses se terminent bien souvent par des naissances de bébés mort-nés et des fausses couches. Les femmes ne peuvent pas reprendre le travail immédiatement après des fausses couches, ce qui ajoute à leurs difficultés »44. Ces fausses couches sont souvent attribuées au fait que les femmes continuent de travailler pendant leur grossesse, certaines accouchant même dans la mine, dans les cas extrêmes. Une porteuse de charbon raconte qu’elle « n’avait pas le choix » et qu’elle continuait « à travailler dans la mine jusqu’au moment où il fallait que j’aille accoucher de mon môme ; et c’était pareil pour toutes les femmes »45. « On retourne toutes au boulot dès qu’on en est capable ; après 10 ou 12 jours tout au plus, et souvent avant si on a besoin de nous. »46

  • 47 Isabel Hogg, 53 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.

23L’importance du travail des femmes, en tant que porteuses notamment, est telle que les familles limitent autant que possible la durée de leur absence suivant un accouchement. Les femmes servent à produire de nombreux enfants, qu’on envoie dès que possible dans la mine pour contribuer aux revenus de la famille. Et il est courant pour les filles de se « marier tôt », car, comme l’explique une porteuse, « du temps où les femmes portaient le charbon, les hommes avaient besoin de nous »47. Mais cette porteuse, Isabel Hogg, ajoute qu’une conséquence de ce travail est que les « fausses couches [sont] fréquentes et très dangereuses »48. Isabel donne l’exemple de sa propre famille, racontant qu’elle a « quatre filles, toutes mariées ; elles restent dans la mine jusqu’à l’heure où elles accouchent de leur gosse. Une de mes filles est en très mauvaise santé, désormais, parce qu’elle a travaillé pendant qu’elle était enceinte ; elle a fait une fausse couche et ne s’en remettra sans doute pas »49.

  • 50 Jessie Coutte, 13 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 458.

24Les toutes jeunes filles expliquent qu’en raison du grand nombre de fausses couches, elles doivent aussi travailler dans les mines pour aider à subvenir aux besoins de leur famille. Ainsi, une jeune porteuse de 13 ans explique qu’on l’a envoyée dans la mine pour aider sa mère, qui « a fait une fausse couche… c’est à cause de ce travail, si pénible et oppressant. Elle n’est plus la même depuis »50.

  • 51 Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.

25On pourrait citer bien d’autres exemples de mères qui avaient besoin de l’aide de leurs filles dans les mines, lorsqu’elles tombaient malades ou devenait invalides. Un exemple est donné par cette jeune porteuse qui explique que : « Mon travail, c’est de tirer le charbon de mon frère. Avant, ma mère m’aidait, mais à force de trimer dans la mine, elle est devenue aveugle, et maintenant elle peut plus travailler »51. Ainsi, les dures réalités du travail familial dans les mines amènent les femmes à avoir beaucoup d’enfants. Pourtant les dommages physiques que les femmes et leurs enfants à naître ou très jeunes subissent ont un impact négatif sur la capacité des familles minières à subvenir à leurs besoins.

  • 52 Joseph Fraser, 37 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.
  • 53 Henry Naysmith, 65 ans, mineur, Franks on the Employment…, op. cit, p. 452.
  • 54 Joseph Fraser, 37 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.

26Tous les mineurs écossais ne sont pas favorables au travail des mères et des épouses dans les mines. Un mineur, Joseph Fraser, explique par exemple : « Dès que ma femme est tombée enceinte, je ne l’ai plus laissé travailler dans les puits »52. Un autre mineur, plus âgé, et travaillant dans une mine qui évite d’employer les femmes fait remarquer que « la plupart des mineurs ici sont contents que les patrons ne laissent pas les femmes venir ; les hommes raisonnables préfèrent que leurs épouses restent à la maison au lieu d’aller trimer comme des bêtes de somme »53. Le nombre de femmes porteuses reste pourtant très élevé en Écosse orientale, ce qui a un impact néfaste sur les relations entre les hommes et les femmes de ces communautés minières. Fraser souligne, par exemple, que trop souvent les hommes de sa communauté « épousent des femmes, non pas parce qu’ils les aiment bien, mais parce qu’elles peuvent travailler »54.

 

  • 55 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 14.

27Ainsi, au-delà des nombreuses références aux effets néfastes du travail de fond sur le physique des femmes, on trouve également des éléments probants suggérant que cet état de choses conduit à des pratiques matrimoniales spécifiques dans les communautés minières. Les partenaires potentiels des femmes envisagent le physique de ces dernières de la même manière qu’on envisage traditionnellement celui des hommes ; ainsi un homme considère la robustesse et la vigueur d’une femme avant de la demander en mariage. Ceci s’explique par un certain nombre de facteurs. Le travail dans les mines est communément une affaire de famille. Les hommes sont piqueurs, et leurs épouses, enfants et autres membres de leur famille travaillent à leurs côtés et les secondent. Ce système est propice aux mariages précoces et incite les couples à avoir de nombreux enfants, qui représentent une source supplémentaire de main-d’œuvre nécessaire au fonctionnement des mines. Humphries a ainsi découvert que le critère habituel de sélection d’une femme est sa « robustesse », plutôt que son « attitude envers les tâches ménagères » ou « le degré d’affection que [le mineur] ressent pour elle »55.

  • 56 Janet Selkirk, 18 ans, rouleuse, Franks on the Employment…, op. cit, p. 457.
  • 57 Andrew Grey, 57 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 463.

28Un certain nombre de témoignages de l’époque expriment leur préoccupation quant à ce critère de choix en matière de mariage. Janet Selkirk, une rouleuse de 18 ans, déclare par exemple : « Comme pour toutes les autres filles, il faut bien que ce travail me plaise. Les hommes ne peuvent pas le faire eux-mêmes alors c’est à nous, les filles, de le faire à leur place. Ils nous épousent tôt parce qu’on est un atout pour eux »56. Un autre mineur, du nom d’Andrew Grey, offre une description similaire et soutient que « les femmes travaillent dans les mines, ce qui pousse les hommes à se marier tôt ; ils ont besoin de leur force de travail. J’avais 17 ans quand je me suis marié, et ma femme avait à peu près le même âge »57.

29Dans son témoignage, John Wright, directeur des houillères Rosewell and Barley Dean dans l’Est de l’Écosse, raconte que dans sa communauté, un changement important s’est produit lorsque les femmes n’ont plus été employées dans la mine ; il souligne que les gens se marient désormais plus tard et que moins d’enfants naissent hors mariage. Il explique que :

  • 58 Mr John Wright, directeur des mines de Rosewell & Barley Dean, Franks on the Employment…, op. cit, (...)

Depuis que les femmes ne sont plus employées dans cette mine, les hommes et femmes choisissent leurs futurs époux avec un plus grand soin et de manière plus adéquate ; peu se marient avant 23 ou 24 ans, et on ne compte aucune naissance de bâtard depuis que les femmes ne travaillent plus au fond. Dans l’ancien système, les hommes choisissaient leur femme davantage en fonction de leur force physique que du degré d’affection qu’ils leur portaient58.

  • 59 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 100-105.
  • 60 Jaclyn J. Gier et Laurie Mercier, Mining Women: Gender in the Development of a Global Industry, 167 (...)
  • 61 Ibid., p. 93.

30Ainsi, ces femmes des mines sont à la fois recherchées par les hommes de leurs communautés pour leurs aptitudes et leur force physique, et présentées comme des exemples de femmes abîmées. La féminité de ces femmes est menacée par les dommages corporels dus à leur travail et par leur éloignement du milieu domestique. À la fin du XIXe siècle, des observateurs comme Arthur Munby photographient, non sans un certain voyeurisme59, ces corps à l’ouvrage. Dans leur recueil sur les Femmes de la Mine, Gier et Mercier notent que « les femmes des mines sont des objets de fascination, voire de répulsion pour les observateurs de la classe moyenne des deux sexes de la fin du XIXe siècle »60. Ils soulignent que ces femmes, « dépourvues de tout signe extérieur de féminité », « incarnent la peur la plus profonde des observateurs bourgeois face au monde ouvrier de l’ère victorienne : la femme-homme »61.

  • 62 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 182.
  • 63 Frances Hodgson Burnett, That Lass O’ Lowrie’s, 1877 (consultable à l’adresse http://digital.librar (...)
  • 64 Ibid.

31Ces mineuses de fond sont donc souvent perçues comme masculines, fortes et sans morale. John s’est intéressée aux trieuses ou cafuts (« pit brow lassies ») qui travaillent dans les mines de la région de Wigan dans les années 1870 à 1900, et évoque comment leur masculinité se manifeste physiquement de plusieurs manières, notamment, par le fait qu’elles portent des pantalons62. Le magasine Punch a publié en feuilletons l’histoire de « Lass O’Lowrie’s », une parodie mettant en scène une « cafut » de l’époque. L’identité masculinisée de ces « cafuts » et les dégâts causés par leur travail se manifestent sur le physique de ces filles des mines. Le récit met en scène des femmes « aux visages sales et insolents » et « sans aucune douceur pour les guider ou même les influencer dans leur existence d’êtres demi-sauvages »63. Du point de vue des autres gens, ces ouvrières n’ont guère l’air de femmes car elles « portent des habits qui ressemblent fort à ceux des hommes […] et leur visage est aussi dur et brutal que les plus rustres de leurs frères, maris ou bon-amis mineurs »64. Ainsi, ces femmes et leur physique font à la fois peur aux observateurs extérieurs et sont une partie intégrante du fonctionnement des mines de charbon à cette période.

Masculinité et invalidité dans les puits de mines

  • 65 Joanna Bourke, Dismembering the Male…, op. cit., p. 12.
  • 66 Report by Thomas Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 345.
  • 67 Ibid., p. 345.
  • 68 J. Tatham, « Dust-producing Occupations », T. Oliver (éd.), Dangerous Trades, Londres, 1902, p. 157
  • 69 Laurie Mercier, Jaclyn Gier, « Reconsidering Women and Gender in Mining »,art. cit., p. 997.

32Les mineurs doivent avoir des corps robustes et souples pour supporter la pénibilité du travail de fond ; et ces corps sont façonnés par la nature même de leur besogne. Bourke fait remarquer que peu de connaissances sont disponibles sur le corps des hommes du XIXe siècle, mais que le physique miséreux des pauvres qui s’engagent dans l’armée de l’empire contraste avec la constitution héroïque des mineurs, dockers et boxeurs65. Les mineurs sont, à l’époque, souvent perçus comment des hommes forts, virils et courageux face aux dangers auxquels ils sont exposés sous terre66. Le commissaire Tracred note, par exemple, dans son rapport de 1842 que les mineurs d’Écosse occidentale sont « d’apparence assez athlétique »67. Au début du XXe siècle, John Tatham, un médecin spécialiste en mortalité industrielle, décrit le métier des mineurs comme étant « si pénible que seuls ceux qui sont dotés d’une résistance physique exceptionnelle sont capables de poursuivre ce travail de forçat »68. Mercier et Gier montrent que les mineurs développent une culture de « combativité professionnelle fondée sur une virilité exagérée, ce qui leur est nécessaire pour poursuivre ce labeur éreintant, […] et diriger leur foyer, femme et enfants »69.

  • 70 Alan B. Campbell, The Lanarkshire Miners, Edinburgh, John Donald Publishers Ltd, 1979, p. 39.
  • 71 Robert Bald, A General View of the Coal Trade…, op. cit., p. 73.
  • 72 Ibid., p. 75.

33Il est commun de penser que le travail dans les mines de charbon nécessite une souplesse musculaire qui ne peut s’acquérir qu’à un très jeune âge. William Dixon, des houillères de Govan, aurait déclaré en 1834 que « peu d’hommes sont capables de forcer et maintenir leur corps dans les positions nécessaires s’ils n’ont pas démarré dans le métier avant 22 ou 24 ans »70. Bald explique en 1808 que « travailler dans les mines de charbon écossais – qui est plus dur et donc plus difficile à casser – exige une telle résistance à la douleur et à la fatigue et de telles torsions du corps, qu’on ne peut se soumettre à cet exercice que si on y a été habitué dès le plus jeune âge »71. En effet il explique dans son rapport que « pour être mineur de houille, il faut entrer dans le métier dès qu’on est capable de se glisser dans la fosse »72.

  • 73 A. Campbell, The Lanarkshire Miners…, op. cit., p. 41.
  • 74 Ibid.

34Si, face aux réformateurs réclamant une réglementation du travail dans cette industrie, les patrons ont avancé cet argument pour justifier en partie le travail des enfants, il n’en est pas moins vrai que le travail précoce des enfants dans les mines fortifie, modèle, sculpte et transforme leur corps pour qu’ils s’adaptent à leur environnement. Les hommes des communautés minières passent par différentes étapes et observent plusieurs rituels avant d’être reconnus comme mineurs à part entière. Campbell explique par exemple que les jeunes garçons sont appelés quarter men (ou quarts d’hommes) jusqu’à l’âge de 12 ans et demi, puis half a man (demi-homme) entre 12 ans et demi et 15 ans ; ils sont three quarters of a man (trois quart d’homme) jusqu’à 17 ans. Et enfin, à 17 ans, ils acquièrent le statut de full man (homme complet) et les droits associés73. Les fils apprennent généralement le métier en travaillant en équipe avec leur père, et le passage au statut de « full man » est marqué par une cérémonie appelée brothering (initiation dans la fraternité)74. Ainsi, l’acquisition d’une identité d’homme à part entière constitue une étape significative pour les mineurs et la place de leur corps dans cette évolution est centrale.

  • 75 A. McIvor et R. Johnston, « Voices from the Pits »…, art. cit., p. 130.
  • 76 Extrait du Rapport sur le District Minier, 1949 1b, par le Commissaire chargé d’enquêter sur l’appl (...)
  • 77 John Rodie, Songs of the Stoor, 1970, publié par l’auteur lui-même, Scottish Mining Museum Archives

35McIvor et Johnston ont cependant suggéré que cet état de fait est marqué par un paradoxe essentiel, en ce que ce dangereux métier « renforçe l’identité masculine des mineurs mais l’ébranle cruellement lorsque ces derniers sont grièvement blessés ou frappés de graves maladies »75. Les mineurs handicapés se sentent émasculés. Les corps des hommes sont présentés comme des modèles de force et de vigueur, mais cette virilité se voit continuellement menacée dans la mesure où ces mineurs sont fortement exposés aux risques d’accident et de maladies chroniques. Ainsi, par exemple, l’incidence d’accidents invalidants parmi les mineurs écossais est si élevée qu’elle a donné naissance à la coutume consistant à ne pas se laver le dos dans l’espoir de ne pas affaiblir sa colonne vertébrale et conserver ses forces76. John Rodie Ayrshire fait référence à cette coutume dans un de ses poèmes où il évoque des mineurs qui « se lavent le torse, mais point le dos, de peur de perdre leur force »77. Cette tentative superstitieuse de préserver leur force masculine témoigne de leur peur de devenir invalide et par là même de compromettre leur capacité à gagner leur vie. Elle illustre à quel point l’essence de la masculinité réside dans la capacité de l’homme à remplir son rôle de gagne-pain principal du foyer.

  • 78 Forestell, « And I feel like I’m Dying from Mining for Gold »…, art. cit., p. 80.
  • 79 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 25.
  • 80 Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 345.

36L’étude de Forestell sur les mineurs d’or du Nord de l’Ontario au début du XXe siècle montre quel impact l’invalidité, et particulièrement l’incidence élevée de silicose parmi ces mineurs, ont sur les ménages et les communautés établis autour des mines. Elle constate qu’« une des préoccupations principales des mineurs est de s’assurer de la bonne santé physique des travailleurs de la famille afin de préserver la capacité de ces dernières à gagner leur vie »78. Lorsque les mineurs des communautés charbonnières écossaises sont victimes d’accidents ou tombent malades, les femmes et les enfants prennent la place de l’homme en tant que gagne-pains de la famille. Un des problèmes de santé les plus fréquents affectant les mineurs est « l’asthme des mineurs ». Comme le fait remarquer John, les femmes de mineurs écossais ont « témoigné de l’incidence élevée des maladies respiratoires dues à la respiration d’air impur »79. Tracred note en effet que « la pénibilité de leur besogne, ainsi que l’air et la poussière qu’ils respirent dans l’espace confiné où ils travaillent, sont de nature à les rendre asthmatiques »80.

  • 81 Ellspee Thomson, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit.
  • 82 D. Hunter, Diseases of Occupations, Londres, 1975, p. 994 ; A. Derickson, Black Lung: Anatomy of a (...)
  • 83 Buchanan, Esq. [médecin de la houillère de Govan], Tracred to the Employment of Children…, op. cit. (...)
  • 84 M. Gibson [médecin de la houillère de Ayr], Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 37 (...)
  • 85 S. Scott Alison, MD, Hon. Sec. « On the Diseases, Conditions, and Habits… », art. cit., Franks on t (...)
  • 86 Robert Hogg, 17 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employmentop. cit., p. 442.
  • 87 A Working Man, Hamilton Advertiser, 25/4/1863.

37L’invalidité respiratoire touche les hommes beaucoup plus que les femmes, du fait, d’une part, que les hommes remplissent des fonctions différentes de celles des femmes, et de l’autre, parce que les femmes travaillent dans les puits de mine moins longtemps que les hommes. Une des personnes interrogées par les membres de la Commission de 1842 sur le travail des enfants a déclaré : « Je ne connais pas de femme qui soit très malade à cause de l’air impur, mais la plupart des hommes commencent à en souffrir à l’âge de 30-35 ans et sont obligés d’abandonner dès qu’ils ont la quarantaine »81. La corrélation entre le travail de mineurs de fond et les troubles respiratoires est reconnue depuis bien longtemps et évoquée dans les traités sur les activités minières datant de la période médiévale classique et du début de l’époque moderne, tels que l’ouvrage d’Agricola. En 1831, un médecin écossais s’appuyant sur des témoignages en provenance de Dalkeith en Écosse, montre que l’incidence des maladies respiratoires est particulièrement élevée dans les communautés charbonnières. Deux ans plus tard, en 1833, un autre médecin écossais effectuant une étude sur les mineurs du Lanarkshire, appelle cette maladie « black spit » (ou « toux noire ») et souligne le lien entre les maladies respiratoires et les niveaux élevés de poussière dans les mines, particulièrement celles de Lanarkshire dont le charbon est sec et dur. D’autres médecins écossais exerçant à la même époque, distinguent des symptômes nodulaires qui deviendront plus tard caractéristiques de la « silicose » (maladie courante parmi les maçons et tailleurs de pierre) de ce qu’ils appellent l’anthracose, une maladie propre aux mineurs de charbon82. En Écosse, les données médicales recueillies par la Commission en 1842 montrent que la prévalence élevée des maladies respiratoires chez les mineurs de charbon de sexe masculin est chose connue. Un médecin raconte par exemple que « les gens qui travaillent dans la mine sont sujets à une forme particulière de phtisie (ou tuberculose pulmonaire), appelée phtisie melanotica dont les symptômes sont une toux et l’expectoration d’un mucus noirâtre, censées être causées par les lampes et la poussière de charbon »83. Un médecin de la mine attire également l’attention sur la prévalence élevée de maladies pulmonaires chez les mineurs et remarque que « la bronchite – ou asthme des mineurs – est très répandue parmi les mineurs les plus âgés » ; un autre médecin remarque que les « mineurs sont particulièrement vulnérables à l’asthme »84. Le docteur Alison, qui a fourni un rapport sur les mineurs du Lothian oriental à la Commission sur le travail des enfants, ajoute que « l’on ne guérit jamais, ou très rarement, complètement de cette maladie ; et si un autre type de lésion ne vous tue pas, c’est cette maladie persistante qui finit par vous entraîner dans une mort lente et pénible »85. Ceci est apparent dans le témoignage apporté par Robert Hogg, un jeune mineur de la région, qui décrit comment « les mineurs de l’Est souffrent de troubles tels que le manque de souffle parce qu’il n’y a pas assez d’aération. L’asthme du mineur a fini par emporter mon père, après l’avoir fait énormément souffrir pendant trois ans. Il avait 40 ans. Il y en a des masses qui n’atteignent pas 35 ans »86. De même, un article intitulé « A Working Man » (un homme à l’ouvrage) et paru dans le Hamilton Advertiser attire l’attention sur les effets néfastes du travail de fond, et souligne que « les effets deviennent plus marqués au fur et à mesure des nombreuses années passées sous terre ; leur teint est pâle, leur corps délabré et leurs poumons malades les font constamment souffrir d’essoufflement »87. Cependant, si ces exemples et bien d’autres démontrent les liens existant entre les lésions pulmonaires et le travail dans les mines de charbon, il faut attendre le début du XXe siècle pour que les professionnels de la santé et les syndicats commencent activement à mettre en œuvre des pratiques de travail plus sécuritaires ou des indemnisations pour maladies professionnelles.

  • 88 Glasgow Royal Infirmary, Registre des admissions et sorties, Archives NHS de Greater Glasgow and Cl (...)
  • 89 Voir par exemple, Blantyre Parochial Board, Register of Poor, 1845-1864, Mitchell Library Glasgow, (...)

38Les dossiers médicaux et les dossiers relevant de la loi écossaise sur les indigents en vigueur à l’époque témoignent du grand nombre d’hommes souffrant de maladies pulmonaires chroniques, telles que l’asthme des mineurs. Les dossiers médicaux hospitaliers montrent que bon nombre de ces travailleurs souffrent de bronchite, de phtisie et de toux chronique, ainsi que de blessures orthopédiques ou de traumatismes médullaires causés par des chutes88. L’« essoufflement » ou « asthme » est un trouble de santé courant au titre duquel les mineurs tentent d’obtenir des indemnités dans le cadre de la loi sur les indigents (« Poor Law »)89. Dans des rapports datant du milieu du XIXe siècle, un certain nombre de cas sont examinés qui donnent des indications sur les taux de troubles respiratoires chez les mineurs. Le tableau ci-dessous (Tableau 2) présente un certain nombre d’exemples de mineurs évoqués dans les registres d’une paroisse située dans le bassin minier du centre, et indique qu’un grand nombre d’entre eux étaient « handicapés » par des troubles respiratoires chroniques.

  • 90 Parish of Carluke, Record of Application for Relief, Years 1866-1877, GCA, CO1 27 91, et Parish of (...)

Tableau 2 : Demandes d’aide dans la paroisse de Carluke, 1855-187790

Date de la demande Nom Pays de naissance Âge Commentaires de l’inspecteur des demandes d’aides soumises dans le cadre de la « Poor Law »
2 oct. 1860
24 déc. 1861
James Griffin Écosse 41 Il est déclaré être frappé d’incapacité totale en raison de troubles bronchitiques et asthmatiques.James a déposé une nouvelle demande ; il semble ne plus être capable de travailler. Et sa femme semble incapable de dépenser leur argent sagement.
7 fév. 1862 Felix Reilly Irlande 34 La maladie dont il souffre actuellement (troubles pulmonaires) semble être temporaire. Et, bien qu’il soit un travailleur assidu, la famille dont il a la charge est telle qu’il n’est pas en mesure d’épargner de l’argent pour s’en sortir quand la maladie frappe.
21 juin 1862 Samuel Donaldson Écosse 31 Nous avons ici un cas typique de mineur dont le système respiratoire est endommagé par le travail avant qu’il atteigne l’âge de la maturité.
25 août 1862 Andrew Dempster Écosse 24 Les poumons d’Andrew semblent usés. Il peine et travaille un ou deux jours de temps en temps. Il a la volonté de travailler mais n’en a plus la capacité. Sa femme a également la santé fragile. Il a deux filles, employées dans la mine, qui l’aident un petit peu.
15 déc. 1862 Archibald’Allen Écosse 56 Archie a résisté à la tentation de demander la charité pendant un temps, mais une crise d’asthme des mineurs le force à rester alité.
5 juin 1866 Samuel Harris Écosse 49 Samuel souffre d’asthme chronique et n’a pas travaillé depuis 14 jours.
8 août 1866 William Taylor Écosse 62 William est inapte à travailler en raison d’une maladie pulmonaire.
13 août 1866 Alexander Platt Écosse 42 Alexander est un cas similaire à ceux décrits ci-dessus [asthme].
28 déc. 1867 James Donnelly Écosse 38 James souffre d’asthme chronique.
5 déc. 1870 Robert Gilbert Écosse 49 Robert souffre actuellement de l’asthme des mineurs.
21 fév. 1872 John Shannon Irlande 43 John souffre de l’asthme des mineurs.
25 avril 1871 William Scott Écosse 54 William souffre de l’asthme des mineurs – Il reçoit 2 shillings et 6 pence par semaine (de l’institution)
19 avril 1872 John McDonald Frame Écosse 43 John souffre de l’asthme des mineurs ; il a un fils de 12 ans qui fait partie du ménage et gagne environ 10 shillings par semaine.
20 mai 1872 James Gilfillan Écosse 55 James souffre de l’asthme des mineurs.
  • 91 James Foster, 13 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 457.
  • 92 Franks on the Employment…, op. cit., p. 404.

39Demander de l’aide de la paroisse n’est pas chose simple, et dans les rares cas où une aide est accordée, elle correspond à une maigre somme versée pendant une courte durée. Les cas où la paroisse refuse d’octroyer une aide sont nombreux. Un jeune garçon interrogé en 1842 raconte par exemple que son père n’est « plus capable de travailler parce qu’il n’a plus de souffle : il attend son heure à la maison avec sept enfants. La paroisse refuse de lui donner de l’aide ; ça fait deux ans qu’il demande »91. En effet, le Commissaire Franks constate que nombre de mineurs souffrants ne demandent aucune aide et comptent plutôt sur leur famille ; il note que « peu de mineurs coûtent cher à la paroisse, parce que tant qu’ils ont des enfants travaillant à la mine, ce sont ces derniers qui mettent le pain sur la table »92. Un autre mineur, âgé de 60 ans explique que ce sont ses deux fils qui subviennent aux besoins de sa femme et de lui-même et ajoute :

  • 93 Duncan M’Kinley, 60 ans, mineur, Franks on the Employment…, op. cit., p. 486.

Une fois qu’on ne peut plus travailler, autant mourir ! Le Conseil presbytéral n’se soucie guère de nous. Il y a beaucoup de vieux couples qui n’ont pas de gosses auprès d’eux, alors ils sont bien obligés de demander de l’aide à la paroisse ; on finit par leur donner tout juste 2 shillings et 6 pence par mois. Mais ces sous là, ils viennent de la caisse des pauvres. Mes fils préfèrent encore nous aider plutôt que de nous laisser mendier auprès de la paroisse, qui ne nous aidera pas93.

  • 94 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 25.
  • 95 Nancy Morrison, 17 ans, herscheuse, Franks on the Employment…, op. cit., p. 454.
  • 96 Katherine Logan, 16 ans, herscheuse, Franks on the Employment…, op. cit., p. 454.

40Ainsi, on compte sur les plus jeunes membres des familles pour soutenir les personnes âgées, malades ou invalides. John a souligné le grand nombre de femmes et d’enfants contraints de travailler dans les puits en raison de la mauvaise santé de leur mari ou père, et de leur incapacité à subvenir aux besoins de leur famille94. L’asthme des mineurs, ou ce qu’on appelle « le manque de souffle », est de loin la raison la plus fréquente pour laquelle les hommes dépendent soit du travail de leur femme ou de leurs enfants, soit d’aides pécuniaires ». De nombreux exemples de ce type de situation sont mis en exergue dans les témoignages, recueillis pour la Commission de 1842, de jeunes herscheuses racontant que leur père n’avait « plus de souffle dans la poitrine »95 ou avait « le souffle court »96.

  • 97 George McCulloch, 37 ans, mineur, Franks on the Employment…, op. cit., p. 455.
  • 98 James Foster, 13 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 457.
  • 99 John Selkirk, 14 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 457.
  • 100 John Duncan, 57 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 464.
  • 101 John Duncan, 57 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 464.
  • 102 M. Robert Henderson, directeur de la mine de Pencaitland, Franks on the Employment…, op. cit., p. 4 (...)

41On comptait donc souvent sur ces jeunes femmes pour contribuer aux revenus de la famille. Ainsi, par exemple, un mineur du nom de George McCulloch qui « comme tous les hommes du quartier souffre de la poitrine » explique qu’il est dépendant de ses enfants97. Un autre jeune piqueur raconte qu’il « taille le charbon avec son frère et [que] sa mère pousse la berline jusqu’au fond de la fosse » parce son père « n’est pas capable de travailler du fait qu’il n’a plus de souffle »98. Un autre raconte que « [son] père prend [sa] paie, parce qu’il ne peut plus travailler à cause de ses poumons malades »99. Les pères eux-mêmes expriment parfois leur mécontentement de devoir dépendre ainsi du travail de leurs enfants. Comme le confie, John Duncan, un piqueur de charbon, « il faut bien dire que les enfants sont malheureusement bien surmenés. Ça me donne bien du souci que mes propres mômes soient obligés de travailler si dur, mais j’ai besoin de leur aide »100. Il explique que « c’est le manque de souffle qui me rend presque invalide », ajoutant qu’il n’a pas d’autre choix que de dépendre de sa femme et ses enfants101. Ces mineurs ne sont donc plus capables de travailler et il est fréquent de les voir « traîner en surface, impuissants »102.

  • 103 Royden Harrison, The Independent Collier: the coalminer as archetypal proletarian reconsidered, The (...)
  • 104 Forstell, « The Miner’s Wife », art. cit., p. 147.
  • 105 Ibid.

42Comme dans le cas de traumatismes graves, l’infirmité que les maladies respiratoires provoquent peut être dévirilisante à plusieurs égards. Ces hommes invalides perdent leur identité en tant que travailleurs et ne peuvent plus rivaliser avec les autres hommes de la mine. Ils perdent l’estime de soi, la fierté et le sentiment de satisfaction que leur dur travail leur procurait, à une époque – le XIXe siècle – où le travail est une valeur profondément ancrée. Ils perdent invariablement l’indépendance dont ils jouissaient en tant que mineurs pour devenir plus ou moins dépendants des réseaux de soutien publics ou familiaux103. En termes d’espace, leur vie se déplace d’un lieu de travail dominé par les hommes à l’univers féminin du foyer familial, avec tout ce que cet environnement suppose. Ainsi, les privilèges que leur confère leur position de principal soutien de famille se voient menacés et l’essence même du pouvoir patriarcal masculin au sein du foyer est de ce fait mise en danger. Ces hommes « diminués » finissent donc par devoir s’appuyer sur le corps des femmes – de leur épouse aussi bien que de leurs filles – pour subvenir aux besoins de la famille. L’étude de Forstell sur le travail dans les mines et les sexes révèle certains effets similaires de l’invalidité sur l’identité masculine des hommes dans les communautés minières du Canada au XXe siècle104. Elle montre en effet comment l’invalidité met en péril la position des mineurs en tant que soutien de famille et nuit à leur force physique, tant valorisée. Elle propose cependant un portrait plus nuancé des relations hommes-femmes en faisant remarquer que « bien que les hommes frappés d’incapacité soient nombreux à se sentir émasculés, [… cela] n’a pas provoqué une crise des sexes », dans la mesure où les hommes restent « au moins symboliquement, les chefs de famille »105.

  • 106 Franks on the Employment…, op. cit., p. 402.
  • 107 Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 327.

43Les institutions de la Poor Law n’accordent pas facilement d’aides sociales, les mineurs de charbon sont réticents à l’idée d’être vus en train de « mendier » auprès de la paroisse et les personnes demandant des aides ont tendance à être stigmatisées. Les familles de mineurs constituent donc souvent des équipes dont les membres travaillent à l’unisson pour maintenir l’économie familiale. Si, donc, ces solides réseaux de soutien et stratégies de survie qui caractérisent les familles et communautés de mineurs compensent l’impact des invalidités dues au travail, ils minimisent peu les effets émasculants des maladies respiratoires chroniques et des graves blessures invalidantes. Par ailleurs, les mineurs contribuent souvent à des sociétés de secours mutuel ou autres caisses de protection mutuelle. Ainsi, lorsqu’ils souffrent de maladies invalidantes ou sont victimes d’accidents handicapants, ils peuvent bénéficier d’une aide financière. Franks a évoqué ces sociétés en 1842, s’y référant comme ces « associations d’auto-assistance et autres organisations, courantes dans cette communauté »106. Il montre que « ces sociétés d’aide mutuelle jouent un rôle important dans le soutien aux nécessiteux, en particulier aux mineurs appauvris »107. Cependant, en raison des dangers associés au travail dans les mines, les mineurs de fond étaient généralement exclus de ces organisations caritatives, à l’exception des associations constituées spécifiquement par et pour les mineurs. Ces derniers ne pouvaient donc compter que sur eux-mêmes, par l’intermédiaire de ces fonds mutuels, pour subvenir à leurs propres besoins et à ceux des autres. Ainsi, ces sociétés et associations contribuaient à compenser les effets de l’invalidité, et y adhérer constituait une solution plus attrayante et moins émasculante que le recours à la paroisse pour obtenir de l’aide.

Conclusion

44Au XIXe, tout comme au XXsiècle, les communautés minières sont caractérisées par un pourcentage excessivement élevé d’infirmes. Ces dommages corporels sont le prix payé pour l’industrialisation d’un secteur dont les activités sont extrêmement dangereuses, néfastes à la santé et dévoreuses de main-d’œuvre. Cette contribution montre l’importante interaction entre l’invalidité et les sexes dans les communautés minières d’Écosse au milieu du XIXsiècle. Le nombre élevé d’ouvrières employées dans les mines de l’Écosse orientale offre de multiples exemples de femmes physiquement diminuées et dont l’identité en tant que femmes est menacée par leur travail au fond des mines. Nombre de ces porteuses de charbon souffrent de blessures musculaires et de traumatismes médullaires causés par les lourdes charges qu’elles doivent porter. Ces femmes sont également victimes d’un taux élevé de fausses couches en raison du fait qu’elles continuent à travailler pendant leurs grossesses. Des observateurs extérieurs constatent que ce travail nuit non seulement à la santé physique de ces femmes mais également à leur moralité et à leur foyer. Les enfants, tout comme les logements, paraissent négligés, en raison de l’absence des femmes de la sphère domestique. Pourtant, ce sont les membres des communautés minières eux-mêmes qui comptent sur le corps de ces femmes pour produire de grandes familles et fournir la main-d’œuvre nécessaire au fonctionnement des mines de charbon. Les femmes de forte constitution sont très prisées dans la mesure où les hommes ont besoin de leur assistance et de celle de leurs enfants dans les mines, notamment pour porter les paniers de charbon.

45Les hommes sont également victimes de dommages corporels. Et bien que les qualités masculines des mineurs soient souvent prisées et célébrées dans les communautés minières, ce sont les hommes qui souffrent le plus d’invalidité et de maladie. Les troubles respiratoires qu’on appelle « asthme » ou « souffle court » sont particulièrement répandus parmi les hommes. Ils deviennent lorsqu’ils sont frappés de maladies et/ou d’invalidité, dépendants de leur femme et de leurs enfants pour subvenir aux besoins de la famille. Les témoignages personnels recueillis dans le cadre d’enquêtes gouvernementales telles que celle de la Commission sur le travail des enfants en 1842 en disent long sur la manière dont les troubles respiratoires et les graves traumatismes nuisent à l’identité masculine des mineurs. Les problèmes de santé dont de nombreux mineurs sont victimes ont des effets clairement émasculants, particulièrement lorsque ces mineurs passent du statut de travailleur actif et de chef de famille indépendant subvenant aux besoins de sa famille à une existence de confinement, d’isolement social et de dépendance. La perte et l’érosion du rôle de l’homme en tant que chef de famille subvenant aux besoins de ses proches frappent au cœur même de ce qui lui confère son identité d’homme.

46D’autres travaux permettraient d’examiner plus finement ces taux élevés d’invalidité et de maladies chroniques, et la manière dont elles sont vécues culturellement, en particulier de mieux comprendre l’effet négatif de l’invalidité sur l’identité des individus, au cours de l’industrialisation du XIXe siècle. Les principales sources existantes ne semblent pas se prêter facilement à une telle étude recentrée sur l’invalidité au XIXe siècle. Le défi qui se présente désormais est d’examiner ces corps usés et endommagés non plus seulement dans la perspective du lieu de travail mais dans le cadre de leurs familles, foyers, communautés ; et ce, afin d’analyser ce que l’invalidité signifiait pour les individus. Une partie de ce travail devra se pencher sur les effets de l’invalidité sur les différents rôles des individus dans les familles ainsi que sur les identités de genre des femmes et des hommes.

Notes

1 Texte traduit de l’anglais par Delphine Silberbauer, revu par Judith Rainhorn.

2 Joanna Bourke, Dismembering the Male: Men’s Bodies, Britain and the Great War, London, Reaktion Books, 1996.

3 Angela V. John, By the Sweat of their Brow: Women Workers at Victorian Coal Mines, London, Croom Helm, 1984.

4 Peter Kirby, « Early Victorian Social Investigation and Mines Commission of 1842 », Manchester Papers in Economic and Social History, n° 6, septembre 2009.

5 Laurie Mercier, Jaclyn Gier, « Reconsidering Women and Gender in Mining », History Compass, Vol 5 (3), (2007), p. 995-1001.

6 Nancy Forestell, « The Miner’s Wife: Working Class Femininity in a Masculine Context, 1920-1950 », in Kathryn Mcpherson, Cecilia Morgan et Nancy M. Forestell, Gendered Pasts: Historical Essays in Femininity and Masculinity in Canada, Oxford University Press, 1999, p. 145.

7 Cf. Nancy M. Forestell, « “And I feel like I’m Dying from Mining for Gold”: Disability, Gender and the Mining Community, 1920-1950 », Labour: The Study of the Working Class in the Americas, vol. 3.

8 Alan Campbell, The Scottish Miners, 1874-1939, Volume 1 : Industry, Work and Community, Ashgate, 2000.

9 Ibid., p. 234.

10 Ibid., p. 23.

11 Ian Levitt, Christopher Smout, The State of the Working Class in 1843: A Statistical and Spatial Enquiry based on data from the Poor Law Commission Report of 1844, Scottish Academic Press, 1979, p. 19.

12 Report by Thomas Tracred to the Employment of Children and Young Persons in Collieries and Iron Works in the West of Scotland and on the State, Condition, and Treatment of such Children and Young Persons, dans Children’s Employment Commission, Appendix to First Report of Commissioners, Mines, Part I, Reports and Evidence from Sub-Commissioners, London, Her Majesty’s Stationary Office, 1842, p. 317.

13 Jane Humphries, « Protective Legislation, The Capitalist State and Working Class Men: The Case of the 1842 Mines Regulation Act », Feminist Review, 7, 1981, p. 8 ; Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 20-21.

14 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 22.

15 Robert Bald, A General View of the Coal Trade of Scotland, chiefly that of the River Forth and Mid-Lothian, to which is added an inquiry into the condition of these women who carry coals under ground in Scotland, known by the name of Bearers, Edinburgh, 1808, p. 129.

16 Ibid., p. 48.

17 Christopher A. Whatley, Scottish Society 1707-1803: Beyond Jacobism, towards industrialisation, Manchester University Press, 2000, p. 122-123.

18 Robert Hugh Franks on the Employment of Children and Young Persons in the Collieries and Iron Works of the East of Scotland and on the State, Condition, and Treatment of such Children and Young Persons, in Children’s Employment Commission, Appendix to First Report of Commissioners, Mines, Part I, Reports and Evidence from Sub-Commissioners, London, HMSO, 1842, p. 384.

19 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 24.

20 J. Humphries, « Protective Legislation »…, art. cit., p. 7.

21 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 38.

22 Franks on the Employment…, op. cit, p. 379-381.

23 Report by Thomas Tracred to the Employment of Children and Young…, op. cit., p. 318-319.

24 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 24-26.

25 Franks on the Employment…, op. cit, p. 386-396.

26 Angela V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 48.

27 P. Kirby, « Early Victorian Social Investigation… », art. cit., p. 17.

28 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 11.

29 Ibid., p. 11.

30 Robert Bald, A General View of the Coal Trade…, op. cit., p. 72.

31 Ibid., p. 130.

32 Ibid., p. 139.

33 Jane Peacock, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 387.

34 Edward Bennet, 17 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 440.

35 Joseph Fraser, 37 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 442.

36 Ellspee Thomson, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 450.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 William Hunter, contremaître, mines de charbon de Arniston, Franks on the Employment…, op. cit, p. 453-454.

40 S. Scott Alison, MD, Hon. Sec. Medical Society of London, « On the Diseases, Conditions, and Habits of the Collier Population of East Lothian », Franks on the Employment…, op. cit, p. 371.

41 Ibid.

42 Mr John Wright, directeur des mines de charbon de Rosewell et Barley Dean, Franks on the Employment…, op. cit, p. 451.

43 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 22

44 Jane Peacock, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 387.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Isabel Hogg, 53 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Jessie Coutte, 13 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 458.

51 Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.

52 Joseph Fraser, 37 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.

53 Henry Naysmith, 65 ans, mineur, Franks on the Employment…, op. cit, p. 452.

54 Joseph Fraser, 37 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 460.

55 J. Humphries, « Protective Legislation… », art. cit., p. 14.

56 Janet Selkirk, 18 ans, rouleuse, Franks on the Employment…, op. cit, p. 457.

57 Andrew Grey, 57 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit, p. 463.

58 Mr John Wright, directeur des mines de Rosewell & Barley Dean, Franks on the Employment…, op. cit, p. 451.

59 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 100-105.

60 Jaclyn J. Gier et Laurie Mercier, Mining Women: Gender in the Development of a Global Industry, 1670-2005, Introduction de la 2e partie, Palgrave Macmillan, 2006, p. 93.

61 Ibid., p. 93.

62 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 182.

63 Frances Hodgson Burnett, That Lass O’ Lowrie’s, 1877 (consultable à l’adresse http://digital.library.upenn.edu/women/burnett/lass/lass.html).

64 Ibid.

65 Joanna Bourke, Dismembering the Male…, op. cit., p. 12.

66 Report by Thomas Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 345.

67 Ibid., p. 345.

68 J. Tatham, « Dust-producing Occupations », T. Oliver (éd.), Dangerous Trades, Londres, 1902, p. 157.

69 Laurie Mercier, Jaclyn Gier, « Reconsidering Women and Gender in Mining »,art. cit., p. 997.

70 Alan B. Campbell, The Lanarkshire Miners, Edinburgh, John Donald Publishers Ltd, 1979, p. 39.

71 Robert Bald, A General View of the Coal Trade…, op. cit., p. 73.

72 Ibid., p. 75.

73 A. Campbell, The Lanarkshire Miners…, op. cit., p. 41.

74 Ibid.

75 A. McIvor et R. Johnston, « Voices from the Pits »…, art. cit., p. 130.

76 Extrait du Rapport sur le District Minier, 1949 1b, par le Commissaire chargé d’enquêter sur l’application de Loi « Act 5 and 6 c99 » (Loi 99 votée lors de la session parlementaire de la 5/6e année du règne de la Reine Victoria), connue sous le nom de « Loi de 1842 sur les mines et houillères » et sur les conditions de vie de la population des districts miniers de Lanarkshire, consultable à l’adresse : http://scottishmining.co.uk/111.html.

77 John Rodie, Songs of the Stoor, 1970, publié par l’auteur lui-même, Scottish Mining Museum Archives.

78 Forestell, « And I feel like I’m Dying from Mining for Gold »…, art. cit., p. 80.

79 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 25.

80 Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 345.

81 Ellspee Thomson, 40 ans, porteuse de charbon, Franks on the Employment…, op. cit.

82 D. Hunter, Diseases of Occupations, Londres, 1975, p. 994 ; A. Derickson, Black Lung: Anatomy of a Public Health Disaster, Ithaca, New York, 1998, p. 5 ; A. McIvor et R. Johnston, Miners’ Lung…, op. cit., p 64-65.

83 Buchanan, Esq. [médecin de la houillère de Govan], Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 360.

84 M. Gibson [médecin de la houillère de Ayr], Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 373.

85 S. Scott Alison, MD, Hon. Sec. « On the Diseases, Conditions, and Habits… », art. cit., Franks on the Employment…, op. cit., p. 373.

86 Robert Hogg, 17 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employmentop. cit., p. 442.

87 A Working Man, Hamilton Advertiser, 25/4/1863.

88 Glasgow Royal Infirmary, Registre des admissions et sorties, Archives NHS de Greater Glasgow and Clyde, 1846-1849, HH67/56/16.

89 Voir par exemple, Blantyre Parochial Board, Register of Poor, 1845-1864, Mitchell Library Glasgow, Glasgow city Archives (GCA) CO1 22 44 Parish of Carluke, Record of Application for Relief, Years 1855-1865, GCA, CO1 27 90.

90 Parish of Carluke, Record of Application for Relief, Years 1866-1877, GCA, CO1 27 91, et Parish of Carluke, Record of Application for Relief, Years 1855-1865, GCA, CO1 27 90.

91 James Foster, 13 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 457.

92 Franks on the Employment…, op. cit., p. 404.

93 Duncan M’Kinley, 60 ans, mineur, Franks on the Employment…, op. cit., p. 486.

94 A. V. John, By the Sweat of their Brow…, op. cit., p. 25.

95 Nancy Morrison, 17 ans, herscheuse, Franks on the Employment…, op. cit., p. 454.

96 Katherine Logan, 16 ans, herscheuse, Franks on the Employment…, op. cit., p. 454.

97 George McCulloch, 37 ans, mineur, Franks on the Employment…, op. cit., p. 455.

98 James Foster, 13 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 457.

99 John Selkirk, 14 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 457.

100 John Duncan, 57 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 464.

101 John Duncan, 57 ans, piqueur de charbon, Franks on the Employment…, op. cit., p. 464.

102 M. Robert Henderson, directeur de la mine de Pencaitland, Franks on the Employment…, op. cit., p. 463.

103 Royden Harrison, The Independent Collier: the coalminer as archetypal proletarian reconsidered, The Harvester Press, Sussex, 1978.

104 Forstell, « The Miner’s Wife », art. cit., p. 147.

105 Ibid.

106 Franks on the Employment…, op. cit., p. 402.

107 Tracred to the Employment of Children…, op. cit., p. 327.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Carte des Champs Miniers Écossais11
Crédits Source : http://d-maps.com/​carte.php?num_car=15867&lang=fr
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 846k

Auteur

University of Strathclyde, Glasgow (Royaume-Uni)

Delphine Silberbauer (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search