Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Troisième partie – Écouter et voir les corps à l’ouvrage

Introduction

Texte intégral

1La maladie tient une place prépondérante dans l’expérience du travail minier. Par-delà les époques et les lieux, par-delà la nature minéralogique qui produit des effets différents, c’est une constante : que ce soit le risque de contracter une maladie chronique ou fatale – telles que les pneumoconioses dues aux poussières ou les cancers liés aux radiations –, ou celui de souffrir de différentes affections temporaires (intoxications, malaises, maux de tête, dermatites, etc.), la maladie professionnelle est un horizon partagé par l’ensemble des mineurs.

2Depuis le milieu du XIXe siècle, des acteurs ont observé les corps des mineurs au travail et écouté leurs voix, riches d’enseignements sur la réalité laborieuse des métiers de la mine, du galibot au haveur, de la « porteuse » du fond à la trieuse au jour. Ces récits racontent les gestes du travail, les corps tordus et meurtris, les charges excessives, la poussière, le manque d’hygiène, les blessures. Ils éclairent ceux qui les recueillent, qu’ils soient des officiers gouvernementaux, des réformateurs sociaux ou encore des historiens, sur le regard que les mineurs portent sur leurs tâches et, au-delà, sur leur condition. La prise en compte de ces récits constitue, à tout le moins, une méthode d’enquête originale qui contraste avec le discours majoritaire sur le monde ouvrier. Pour la pionnière américaine de la santé au travail, Alice Hamilton, l’observation des corps des mineurs, l’expérimentation des gestes et le recueil de leurs récits sont les piliers d’une enquête épidémiologique renouvelée sur laquelle se fonde la dénonciation de la machine industrielle américaine au début du XXsiècle (Judith Rainhorn).

3Les récits des mineurs disent aussi beaucoup de la réalité anthropologique et des rapports de sexe au sein du monde minier, au fond de la mine comme au jour. Car le travail au fond de la mine fut aussi une affaire de femmes, jusqu’au deuxième tiers du XIXsiècle en Europe occidentale, un peu plus tardivement au Japon comme dans d’autres espaces. Les deux contributions sur l’Écosse et le Pays de Galles, quoiqu’éloignées chronologiquement de plus d’un siècle, témoignent toutes deux de l’importance de l’usure des corps dans la construction des rapports de sexe au sein des communautés minières, dans et hors du travail. Les pathologies spécifiques des femmes à la mine – liées en particulier à la sphère reproductive – émergent grâce à la parole des ouvrières recueillie par les grandes enquêtes britanniques des années 1840 (Angela Turner). Celles-ci témoignent également de la transformation du rôle social et familial des femmes, souvent très jeunes, qui sont amenées à pallier la défaillance des hommes usés par le travail. De même, l’« émasculation » dont disent souffrir les mineurs atteints de pneumoconiose, invalidés dans tous les gestes quotidiens par leurs difficultés respiratoires, aboutit à une redéfinition des rapports sociaux et de genre au sein de la société minière (Arthur McIvor).

4On voit que le recueil de la parole des mineurs permet, bien au-delà de la sphère du travail, d’approcher des questions majeures pourtant occultées par une longue histoire de déni individuel et collectif.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search