Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Deuxième partie – Invisibilité et invisibilisation du champ sanitaire

Les victimes invisibles de la pneumoconiose dans les mines de charbon au Japon

Bernard Thomann

Texte intégral

1L’extraction du charbon a une longue histoire au Japon, étant une des rares ressources naturelles présente dans le sous-sol du pays. Jusqu’au XIXe siècle, son utilisation principale était de type domestique, comme combustible de chauffage pour les maisons, mais il fut aussi utilisé pour la production de sel dans les régions côtières. Après la restauration Meiji, en 1868, des réserves importantes furent découvertes et développées à un rythme rapide pour fournir l’énergie nécessaire à l’émergence d’une nation moderne et industrialisée. Une des priorités du gouvernement japonais, de la fin du XIXe siècle jusqu’au début des années 1950, fut, comme dans beaucoup d’autres nations, de tendre vers l’autosuffisance pour ses besoins énergétiques. Le Japon subvenait ainsi à plus de la moitié de ses besoins jusqu’en 1962. Les mines fournissaient en particulier les ressources pour la croissance des grands conglomérats industriels (zaibatsu), ces derniers étant ainsi très présents dans l’extraction elle-même. Mais il y avait également une coexistence entre des grandes mines détenues par ces zaibatsu et des unités beaucoup plus modestes. Ces petites mines à faibles capitaux, employant souvent moins de cent salariés, appartenaient à des entrepreneurs locaux et exploitaient des veines avec des réseaux de galeries peu profondes et en plan incliné. À l’époque du pic de production de l’industrie minière suivant la Seconde Guerre mondiale, il y avait ainsi environ 900 mines de charbon au Japon, plus de la moitié se trouvant dans le Kyûshû. Parmi les principaux bassins miniers (Hokkaidô, Jôban, Ube, Chikuhô, Miike, Saga et Nagasaki), la croissance du bassin minier de Chikuhô dans le Kyûshû fut particulièrement remarquable, et il resta le district minier principal du pays jusque dans les années 1960, époque où il fut dépassé par les districts d’Hokkaidô, beaucoup plus mécanisés.

  • 1 Gerald Markowitz and David Rosner, Deadly Dust: Silicosis and the Politics of Occupational Disease (...)
  • 2 Isamu Ebihara, Shokugyô byô undôshi (2 vols), Tôkyô, Iryô tosho shuppansha, 1976 ; Toyohiko Miura, (...)
  • 3 Bernard Thomann, « L’hygiène nationale, la société civile et la reconnaissance de la silicose comme (...)

2Les pays abritant des mines de charbon ont tous connu ou connaissent aujourd’hui une épidémie massive de pneumoconioses parmi leurs mineurs, mais la reconnaissance de ce mal en tant que maladie professionnelle, engageant la responsabilité de l’employeur, s’est heurtée à d’importants obstacles, comme le travail pionnier de Gerald Markowitz et David Rosner l’a par exemple mis en lumière dans le cas des États-Unis1. De plus, l’histoire de la pneumoconiose et de sa reconnaissance comme maladie professionnelle est de façon générale absente de l’historiographie du travail au Japon. Et les quelques travaux traitant de l’histoire de la santé au travail, écrits par des médecins du travail comme Toyohiko Miura et Isamu Ebihara, centrent leur récit du processus de reconnaissance, non pas sur les mines de charbon, mais sur les mines métallurgiques2. Comme nous avons pu le développer ailleurs3, si l’industrie minière métallurgique fut le lieu principal de ce processus de reconnaissance, c’est en raison d’un certain nombre de ses particularités : une industrie ancienne, la présence d’organisations professionnelles bien structurées – les tomoko – qui purent être, dans une certaine mesure, des vecteurs de diffusion d’une épidémiologie populaire. Les mécanismes de solidarité dispensés au sein des tomoko purent néanmoins retarder l’intérêt des employeurs pour l’état de santé de leurs salariés. De plus, cette épidémiologie populaire fut confrontée à un processus accéléré de normalisation de la connaissance scientifique de la maladie sous l’influence de l’Organisation internationale du Travail, processus dans lequel la traduction littérale de la silicose en caractères chinois – keihai – tendit progressivement à remplacer tous les autres termes qui avaient été utilisés jusque-là. Mais malgré ce processus de normalisation, le terme issu de l’épidémiologie populaire – yoroke – continua à jouer un rôle dans la mobilisation des travailleurs des mines métallurgiques. On peut finalement considérer que c’est aussi parce que les mineurs avaient de longue date une connaissance du lien entre leur environnement de travail et les risques sanitaires auxquels ils étaient exposés que l’expertise scientifique, stimulée par une circulation transnationale des savoirs, put finalement se marier avec une mobilisation sociale d’ampleur qui aboutit à l’institutionnalisation de mécanismes de protection et de réparation financière. Cependant, ce récit se déroulant dans une industrie d’extraction des métaux bénéficiant d’un contexte historique et social particulier est-il reproductible pour une industrie minière du charbon qui tint une place au moins aussi considérable dans l’histoire industrielle du Japon ? Ou bien le contexte social particulier de l’extraction du charbon fait-il apparaître une interaction quelque peu différente entre savoir, mobilisations sociales et reconnaissance institutionnelle ?

Le contexte social de l’extraction du charbon

  • 4 Terme désignant les communautés des anciennes populations parias qui restaient, dans les faits, dis (...)
  • 5 Nagahide, « Chikuhô o chûshin to shita shihonshugi no hatten to buraku mondai –Chikuhô ni okeru sek (...)
  • 6 Shigeru Nomura, « Tankô shûnin rôdô to Miike shûjikan Kikuchi Yôki ishi », Sangyô igaku, 1984, vol. (...)

3Il n’y a pas, pour la période proto-industrielle au Japon, trace d’une véritable épidémiologie populaire pour les maladies respiratoires liées à l’inhalation de poussière dans les mines de charbon, comme ce fut le cas pour les mines métallurgiques. Le travail de l’extraction du charbon pendant cette période, particulièrement dans la région de Chikuhô, était lié à un statut social proche de celui de paria. Selon le penseur confucéen Ekiken Kaibara, au début de la période Edo, l’extraction et la commercialisation du charbon était l’affaire de ceux qu’il appelait senmin, terme vague désignant des personnes appartenant aux couches les plus basses de la société. Il ne s’agissait pas nécessairement de la population des parias eta à proprement dit, mais sans doute de personnes ordinaires des communautés villageoises qui n’avaient pas de terres, qui louaient leurs services comme journaliers, ou bien encore d’ouvriers artisans. Mais lorsque l’extraction du charbon commença à avoir la réputation d’être rémunératrice, des paysans ordinaires se lancèrent également dans cette activité. Cependant, le seigneur du domaine de Fukuoka, craignant que les paysans délaissent l’agriculture sur laquelle reposaient les impôts, imposa un système d’autorisation par le chef de village (shôya) et prit aussi la mesure discriminatoire de ne plus accepter les personnes qui extrayaient le charbon au sein du village. De plus, à cette époque, dans les représentations religieuses populaires, le charbon lui-même tendait à être considéré comme un combustible plus impur que le bois. Le charbon, qui était extrait près de la surface, contenait en effet beaucoup de sel et, ainsi, sentait mauvais et dégageait énormément de fumée lorsqu’il brûlait. Il était donc considéré comme donnant un feu impur, utilisé seulement pour chauffer l’eau du bain et ne devait pas être utilisé à l’intérieur du foyer pour la cuisine. Avec l’industrialisation de l’extraction après la restauration Meiji, les mines ne drainèrent pas seulement les populations des buraku4 qui vivaient à proximité depuis la période Edo, mais aussi des régions avoisinantes du Kyûshû. Dans les grandes mines, les burakumin (habitants des buraku) ne travaillaient pas dans la mine elle-même et étaient confinés aux tâches de transport ou de triage du charbon au dehors, mais dans les nombreuses petites mines, ils participaient sans doute directement à l’extraction5. Les burakumin pouvaient également être utilisés comme hitoguri, réveillant les mineurs et les envoyant au travail, ou comme superviseurs. Les autres mineurs avaient tellement peur d’être touchés par un burakumin qu’aucune violence n’était en général nécessaire pour les faire obéir aux ordres de leurs gardiens parias. Les superviseurs burakumin prirent également part à l’exploitation des travailleurs coréens, participant par exemple à des voyages vers la Corée pour recruter des travailleurs forcés pendant la Seconde Guerre mondiale. En fait, dès les années 1930, pour remplacer les femmes et les enfants qui ne pouvaient plus travailler dans les galeries d’extraction après les réformes inspirées par l’OIT, il y eut une utilisation massive de ces travailleurs coréens. Par exemple, dans une mine de la compagnie Asô, les Coréens étaient souvent envoyés dans des endroits où les Japonais n’allaient pas, comme les zones sensibles aux accumulations de gaz en raison d’une mauvaise ventilation. Dans les mines de charbon, il y avait enfin un large et ancien usage du travail forcé. Par exemple, dès 1900, Yôki Kikuchi, médecin à la mine de charbon de Miike, dénonçait l’utilisation des prisonniers comme l’une des raisons des mauvaises conditions de travail et du manque d’attention porté à la santé, dans un mémoire intitulé « Rapport sur la nocivité de l’utilisation des prisonniers dans l’industrie de l’extraction du charbon »6.

  • 7 Rôdô tôkei jitchi chôsa hôkoku, 1924.

4Plus que toute autre catégorie de travailleurs industriels, les mineurs de charbon étaient caractérisés par un niveau très faible d’alphabétisation. Ainsi, selon une enquête de 1924, si seules 6,5 % des ouvrières du textile n’avaient pas d’éducation du tout, alors qu’elles étaient également issues de milieux ruraux, c’était le cas de 35,5 % des mineurs de sexe féminin7. Illustrant la stigmatisation dont était victime cette population, la réformatrice sociale Shizue Ishimoto, dont le mari travaillait dans les districts miniers de charbon du nord de Kyûshû, décrivait, en 1915-1917, la vie et les mœurs des mineurs en s’interrogeant : « les mineurs sont-ils des êtres humains ? » :

  • 8 Shizue Ishimoto, Facing two ways: The story of my life, London, Cassel, 1933, p. 167-169.

Il serait difficile de faire la différence entre la vie des porcs et la vie de ces mineurs. Ces êtres humains vivaient comme les animaux dans des porcheries… Les femmes, déjà fatiguées de leur longue journée de travail dans la mine, ne rentraient chez elles que pour porter des seaux d’eau depuis de lointains points pour les amener à leur cuisine. Elles cuisinaient, faisaient la lessive et s’occupaient de leurs enfants comme les autres femmes dont l’énergie est uniquement consacrée à ces tâches domestiques. Naturellement, elles étaient anormalement nerveuses et épuisées. Elles battaient ainsi souvent leurs enfants… Rien ne peut être comparé au spectacle de ces nids bondés d’ignorance, de pauvreté et de misère8.

  • 9 Naoki Tanaka, Kindai nihon tankô rôdôshi kenkyû, Tôkyô, Sôfukan, 1984.
  • 10 Matthew Allen, Undermining the Japanese Miracle, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 11 (...)

5Outre leur statut social très bas, les travailleurs étaient soumis à un système appelé naya-hanba, particulièrement oppressif. Dans ce système, un sous-traitant, connu sous le nom nayagashira, surveillait jour et nuit les travailleurs qui étaient placés sous son autorité, il les logeait et les nourrissait dans une sorte de baraque dortoir appelé hanba9. Avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, ce système pouvait être lié, dans certaines petites mines notoirement violentes, à un système de superviseurs (rômugakari) parfois liés à la pègre locale. Le nayagashira était en général chargé de recruter les travailleurs, souvent à ses propres frais. Une fois qu’il avait réuni un groupe de travailleurs, il leur assignait leur tâche sur la veine, sur la base des commandes de l’entreprise. Même au sein de la même mine, il était relativement facile de retirer le charbon sur certaines parois alors que c’était plus difficile sur d’autres, ce qui conduisait à de grandes différences de rémunération. Ce pouvoir de placer les mineurs aux différents endroits de la paroi donnait une puissance considérable aux nayagashira car la rémunération reposait sur la quantité de charbon extraite. Et ce pouvoir était encore accru par le fait qu’ils calculaient et versaient le salaire des mineurs, leur vendait le matériel dont ils avaient besoin pour travailler et leur faisait souvent crédit. Ils étaient présents dans tous les aspects de leur vie quotidienne. Cela laissait le mineur moyen dans un état d’endettement perpétuel, à la fois financièrement et socialement, vis-à-vis de cet intermédiaire. Sakubei Yamamoto, qui travailla comme mineur pendant cinquante ans, décrit ces conditions très difficiles et les coutumes violentes dans une série de 700 peintures qui ont été récemment inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Dans la région de Chikuhô, les entretiens conduits par Matthew Allen révèlent même que, jusque dans la période de l’après-guerre, selon la mine où il travaillait et la gravité de l’infraction, le mineur pouvait être soumis à toute une série de punitions corporelles. Un mineur qui s’échappait pouvait même être pendu, ou frappé à mort avec un sabre ou un couteau pour l’exemple10.

  • 11 M. Allen, Undermining the Japanese Miracle…, op. cit., p. 62-63.
  • 12 Ibid., p. 175.
  • 13 Fukuoka chihô saibansho, Songai baishô seikyû jiken, junbi shomen (48) (kigyô sekinin kakuron), p.  (...)

6Dans ce contexte social très violent, la perception du risque tendait à être monopolisée par les explosions accidentelles, indissociables de l’extraction du charbon. Les mines du bassin de Chikuhô, par exemple, où environ la moitié des veines de charbon se trouvaient entre 300 et 1 200 mètres sous terre, étaient soumises à un risque particulièrement élevé de pénétration de gaz et d’eau en raison de l’activité de la croûte terrestre et du caractère volcanique de la région. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà noté plus haut, les exploitants de mines avaient eu tendance à ne pas investir suffisamment dans leurs mines pour l’amélioration des normes de sécurité et à essayer d’augmenter la production avec les installations et la main-d’œuvre existantes. Peu (ou pas) de formation était, par exemple, prévue pour l’utilisation de l’équipement de sécurité disponible, en particulier pour les nouvelles recrues. Matthew Allen a ainsi noté que, dans une mine de Chikuhô, il y avait une galerie de sécurité, comme dans toutes les mines, mais les nouveaux mineurs n’étaient malheureusement pas au courant de l’emplacement de ces issues de secours. Le taux d’accident dans les mines de la région de 1950 à 1960 est ainsi remarquablement élevé. On estime qu’il y eut 5 000 décès par accident dans l’industrie houillère japonaise au cours de cette période11. Sur le long terme, on peut estimer le nombre total de décès, dans la seule région de Chikuhô, à plus de 11 000 pour la période de 1922 à 1965, sans tenir compte des petites mines12. Cette négligence s’étendait d’ailleurs à la prévention des émissions de poussière. Dans la mine de Tagawa, une des plus importante de la région de Chikuhô, selon une enquête annexée au dossier de la défense lors du procès sur la pneumoconiose au tribunal de région de Fukuoka, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, 29 marteaux-piqueurs à l’eau étaient utilisés contre 116 sans eau. Pourtant, l’enquête montrait aussi que 59 marteaux-piqueurs avec eau existaient mais n’étaient pas mis en service13.

La connaissance scientifique et l’expertise professionnelle dans les mines de charbon japonaises de l’avant-guerre

  • 14 William Johnston, « A genealogy of Tubercular Diseases in Japan », Social History of Medecine, 1994 (...)
  • 15 Shûan Ôtani, « Haitan soshô no jikken », Tôkyô igakukai zasshi, 1888, vol. 2, n° 17, p. 919-920.
  • 16 Chikahiko Koizumi, Yotarô Inaba, Jitsuyô kôgyô eisei gaku zen, Tôkyô, Nankôdô, 1916, p. 119-125.
  • 17 Hisachi Shiragawa, « Taihai to haikekkaku », Tôkyô iji shinshi, 1929, vol. 53, n° 26, p. 1-12.
  • 18 Eiji Ariba, Hisachi Shirakawa, « Tanhai no rentogen gakuteki kenkyû », Nihon rentogen gakkai zasshi(...)

7Si leur statut social très bas et la violence des conditions de travail à laquelle ils étaient soumis constituaient sans aucun doute pour les mineurs des obstacles à une prise de conscience des dangers des poussières de charbon et de silice qu’ils respiraient, des publications scientifiques firent néanmoins mention très tôt de ces dangers. Des médecins font le lien entre les poussières de charbon et les maladies pulmonaires dès la période proto-industrielle. C’est le cas, par exemple, de Tô Komori, étudiant de Philipp Franz von Siebold qui écrit, en 1827, un ouvrage intitulé Discours sur l’étiologie (Byôin seiji), dans lequel il évoque le caractère nocif de la poussière de charbon. Comme thérapie, il préconise les plantes médicinales chinoises, un régime de viande, d’œufs, de lait, de fruits et de riz, et un changement de résidence pour un environnement en plein air dans un climat sec et ensoleillé, les exercices physiques, les voyages et la musique14. Avec le développement spectaculaire de l’extraction du charbon après la restauration Meiji, des études de médecine occidentale font l’objet de publications scientifiques précoces au Japon. Les premiers travaux scientifiques révélant, parmi les mineurs de charbon, des cas de malades présentant les symptômes de la pneumonie chronique sans être néanmoins touchés par le bacille de Koch, sont l’œuvre d’Ôtani, professeur à l’école de médecine de Nagasaki. Publiés en 1888, ces travaux mettent en évidence le fait que quatre mineurs de la mine de charbon de Miike sur les cinq qu’il a étudiés, ne sont pas affectés par la tuberculose malgré les symptômes qu’ils présentent. Après avoir analysé les crachats des mineurs, il juge que leurs symptômes sont dus à des poussières de charbon et que l’on doit diagnostiquer une « anthracose ». Il estime ainsi nécessaire de développer des instruments de dépistage autres que la recherche du bacille de Koch15. L’usage des rayons X pour diagnostiquer une pneumoconiose est pour la première fois préconisé dans une publication de 1916. Cette publication de Chikahiko Koizumi et Yotarô Inaba, médecins militaires, est fortement influencée par les publications allemandes. Elle utilise pour la première fois le terme de jinpai (pneumoconiose) qui est encore en usage aujourd’hui, et déclare que l’examen radiographique est nécessaire pour le diagnostic de la pneumoconiose et qu’il représente un excellent moyen de dépister la maladie à un stade encore précoce, ce qui permet ainsi de décider d’un changement préventif de poste de travail16. C’est cependant à partir de la fin des années 1920 que la mention des rayons X devient plus systématique dans les publications scientifiques, celles-ci jouant un grand rôle dans la prise de conscience de la nocivité des poussières de charbon. Un des meilleurs exemples est celui des recherches de Shiragawa qui montrent, en utilisant les statistiques de mortalité mais aussi un grand nombre de radiographies qu’il a effectuées comme médecin des mines, que la poussière de charbon n’a pas d’effet positif sur la tuberculose comme beaucoup de médecins le pensent à cette époque-là. Il fait d’ailleurs valoir que cette opinion a un effet négatif sur la reconnaissance de la poussière de charbon comme agent néfaste sur la santé des mineurs17. Dans une autre publication, en 1930, Shiragawa rend compte d’une enquête au cours de laquelle il a soumis 663 mineurs et autres travailleurs des mines de charbon à un examen radiographique. Il montre que l’anthracose (tanjin) produit une image radiographique particulière et qu’il est possible de faire une différence entre une anthracose pure, une silicose pure (sekihai – il utilise le terme seki « pierre » au lieu de kei « silice ») et le résultat d’un mélange d’inhalation de poussières de charbon et de pierre, auxquelles sont souvent simultanément soumis les mineurs de charbon, et qu’il y a ainsi différents types d’anthracoses. Il montre également la relation entre le nombre d’années d’exposition et d’inhalation aux poussières de charbon et l’image radiographique produite. Il propose même une classification des trois étapes de l’anthracose selon l’image radiographique. Il s’agissait là d’une des premières tentatives d’appréhender la pneumoconiose dans son ensemble18.

  • 19 Naoki Tanaka, Yoshihiro Ogino, « Hogo Kôfu mondai to saitan kikô no gôrika », Nihon daigaku seisan (...)

8L’ajout de la silicose à la liste des maladies professionnelles reconnues par l’État japonais, en 1930, s’opéra sous l’influence de l’Organisation internationale du travail, et fut essentiellement le résultat d’une prise de conscience de la gravité de la situation dans les mines métallurgiques. Si elle fut sans conséquences majeures sur les conditions de travail extrêmement défavorables des mineurs de charbon, elle stimula néanmoins une expertise professionnelle qui se développa en particulier dans le cadre du grand mouvement de rationalisation des houillères qui se développa à cette époque. Ce mouvement de rationalisation était d’ailleurs lui-même, en partie, une conséquence de l’adhésion du Japon à l’OIT. En effet, en tant que participant à la première Conférence internationale de l’OIT en octobre et novembre 1919, le Japon s’était engagé à transcrire dans sa jeune législation du travail l’interdiction du travail de nuit et du travail souterrain des femmes et des enfants. Le 1er septembre 1928, ces réformes furent finalement intégrées au droit du travail par le ministère de l’Intérieur. Bien qu’il y eût une période de grâce de cinq ans, jusqu’en 1933, ces mesures contribuèrent à accélérer la mise en œuvre de réformes technologiques dans l’industrie. Elles obligeaient en particulier les entreprises à renoncer à un certain modèle de travail intensif qui avait fait un important usage des enfants et des femmes et les obligeait ainsi à moderniser leur système de gestion des ressources humaines. Elles sapaient en particulier la structure de base de la main-d’œuvre dans les mines de charbon, le couple de travail, le recrutement familial ayant été la norme dans beaucoup de mines. Pour les opérateurs de mines, la réforme, signifiant de nouvelles contraintes financières, était inacceptable. Par exemple, le syndicat des mines de charbon de Chikuhô, qui comportait de nombreuses petites et moyennes unités, amorça un mouvement d’opposition19. Mais du point de vue des propriétaires des mines les plus grandes, l’interdiction de l’emploi des femmes et des enfants dans les puits de mine était aussi l’occasion de mettre en œuvre un changement technologique inéluctable pour accroître la productivité et réduire les coûts.

  • 20 Yutaka Nishinarita, « The Coal-mining », in Masanori Nakamura (éd.), Technology Change and Female L (...)

9La première grande réforme qui accompagna ce processus fut celle de la méthode d’extraction, avec un abandon progressif de la méthode par « chambres et piliers » pour la méthode « longwall » qui permettait de travailler la veine sur tout son long. Cela changea la nature de la tâche avec l’abandon du travail par petites équipes, qui travaillaient dans l’isolement, pour un nouvel environnement de travail dans un espace considérablement élargi, et dans lequel le travail de groupe et l’utilisation de machines étaient grandement facilités. La pioche et le pic étaient rendus obsolètes par l’adoption d’outils mécanisés mais aussi par l’utilisation de la dynamite. Le nombre de nouvelles machines minières (marteaux-piqueurs, foreuses, haveuses…) augmenta ainsi de manière spectaculaire à partir de la fin des années 1920. Cette mécanisation du travail d’extraction eut pour résultat une augmentation spectaculaire de la productivité par mineur, en particulier dans les grandes mines. Par exemple, dans la préfecture de Fukuoka, pour un indice 100 en 1920, cette productivité avait atteint plus de 260 en 1933. Cette croissance fut encore plus spectaculaire dans la préfecture de Hokkaidô, où, dans le même temps, la productivité par mineur passait de 100 à 32020.

  • 21 « Gaipô tekiroku », Sekitan jihô, novembre 1928, p. 10-16.
  • 22 Minoru Nakagawa, Hirotsuke Harada, « Kaisei kôgyô keisatsu kisoku narabi ni sekitankô bakuhatsu tor (...)
  • 23 « Kanfun chinseihô », Sekitan jihô, 1935.
  • 24 Nihon kôzan kyôkai, Kônai kûki no eisei ni kansuru chôsa hôkoku (Fukuoka chihô), Tôkyô, 1933.
  • 25 Nihon kôzan kyôkai, Kôzan eisei kôshûkai kôenshû, Tôkyô, 1938.

10Ce nouvel environnement de travail incita les employeurs des charbonnages à s’intéresser davantage aux maladies liées à la poussière. En novembre 1928, la Fédération des mines de charbon, à travers sa principale publication, Sekitan jihô (Le bulletin du charbon), déclarait qu’avec le forage à sec, les émissions de poussières pouvaient atteindre 9 810 particules par cm3 et que l’eau devait être utilisée quand on forait avec des marteaux-piqueurs mécaniques21. En 1930, à l’occasion de la révision de la Réglementation de police sur les mines (Kaisei kôgyô keisatsu kisoku) et l’introduction de l’article 63 sur la « prévention des émissions de poussières dans les travaux miniers », le même type de recommandations fut largement diffusé dans les publications professionnelles22. Sekitan jihô présenta aussi à ses lecteurs, dans son numéro d’octobre 1935, la législation sud-africaine sur les nouvelles mesures de prévention des émissions de poussières : par exemple, l’utilisation de rideaux couverts d’huile pour limiter la propagation des poussières dans les galeries de mines23. En 1933, l’Association minière japonaise (Nihon kôzan kyôkai), émanation du mouvement pour la rationalisation qui avait été lancé par le gouvernement au début des années 1930, publiait une étude sur l’hygiène de l’air dans les mines. L’étude était menée dans huit mines de charbon du district de Fukuoka, et mesurait l’effet de cette mauvaise qualité de l’air sur la fatigue et la productivité. Les principaux critères en étaient cependant la température et le degré d’humidité, pas la poussière24. Toutefois, en 1935, l’association publiait une série de quinze conférences sur l’hygiène dans les mines, trois étant consacrées au diagnostic de la silicose, une aux émissions de poussières et une autre au diagnostic de l’anthracose. Ces conférences, dont le principe avait été décidé lors d’une conférence des chefs des bureaux de l’inspection des mines en mai 1934, furent données de juin à septembre 1934, dans cinq districts miniers, par des experts appartenant à diverses institutions : ingénieurs du Bureau des mines du Ministère du Commerce et de l’Industrie, du Bureau social du Ministère de l’Intérieur, professeurs d’université, directeur ou membres du bureau d’inspection des mines, chercheurs du Centre de recherche sur les sciences du travail de Kurashiki, directeurs des hôpitaux des mines d’Ashio et de Yubari et vice-directeur de l’hôpital de la compagnie sidérurgique Yahata. Ces conférences étaient principalement suivies par des médecins ou des ingénieurs spécialistes en hygiène des sociétés minières. Par exemple, lors de la conférence de deux jours qui eut lieu dans le district de Fukuoka, les 17 et 18 septembre 1934, 52 médecins du travail, 67 ingénieurs en hygiène et 55 directeurs des ressources humaines assistèrent à la première journée de la conférence25.

L’après-guerre et la loi sur les pneumoconioses de 1960

  • 26 Isamu Ebihara, Shokugyô byô undôshi (vol. 1), Tôkyô, Iryô tosho shuppansha, 1976, p. 62, p. 107.

11Pendant la Seconde Guerre mondiale, la militarisation de l’organisation industrielle et l’utilisation importante de travailleurs forcés coréens et chinois dans les mines de charbon contribuèrent à la perte de visibilité des questions liées aux maladies professionnelles. Cependant, après la guerre, le développement des syndicats et l’influence du mouvement pour la reconnaissance de la silicose qui se développait dans les mines métallurgiques permirent à l’expertise accumulée avant la guerre d’alimenter un mouvement pour la reconnaissance et l’indemnisation des pneumoconioses des mineurs de charbon. En effet, si la mobilisation pour le vote d’une loi spéciale sur la silicose en 1955 fut principalement le fait de la Confédération japonaise des syndicats des travailleurs des mines de métaux (Zen Nihon rôdô kinzoku kôzan kumiai rengôkai), l’industrie de l’extraction du charbon ne fut pas totalement absente. La Confédération japonaise des syndicats des travailleurs des mines de charbon (Tanrô), formée au cours de la période de l’occupation américaine, et qui avait, en 1948, réussi à organiser environ 50 % des mineurs de charbon, même si elle ne joua pas un rôle moteur, s’associa tout de même aux revendications des syndicats de travailleurs des mines métallurgiques26. En outre, la question du danger des poussières dans les mines de charbon commença à être davantage évoquée par les experts de la silicose. La Commission sur les mesures contre la silicose fit ainsi, en 1954, une nouvelle estimation de la situation de la silicose prenant en compte les houillères. L’évaluation du nombre total de travailleurs souffrant de la maladie était de 40 606 et ce nombre était le plus élevé dans l’industrie du charbon avec 11 730 victimes, d’avantage que dans l’extraction des métaux qui comptait 7 200 travailleurs malades. Le Ministère du Travail, dans une estimation du nombre de travailleurs exposés au risque de silicose, menée en 1955, savait, comme le montre le tableau ci-dessous, que les mineurs des houillères étaient exposés aux risques de silicose en plus grand nombre que les mineurs des mines de métal.

Nombre de travailleurs exposés aux risques de silicose au Japon

Domaine d’activité Nombre de compagnies Nombre de travailleurs Estimation du nombre de travailleurs concernés
Mines Mines de métal
Mines de charbon
Autres mines
420
1 280
420
68 900
437 000
19 200
35 000
243 000
9 800
Céramique
Industries en relation avec la pierre et la terre
Industrie du verre
Industrie de la céramique, porcelaine…
Briqueries
Cimenteries
Tailleurs de pierre
590
2 820

750
190
2 230
30 700
50 700

16 800
25 100
21 800
5 000
18 000

7 000
6 400
15 000
Métallurgie Industrie de l’acier
Fonderies
350
5 900
133 100
113 300
15 000
34 700
Machines et outils Chantiers navals
Industrie automobile
Autres machines et outils
110

230
6 210
117 000

87 300
257 200
4 200

5 900
27500
Chimie Engrais chimiques
Caoutchouc
Industrie chimique de la silice
80

360
30
40 000

46 300
6 600
2 600

7 900
500
Tunnels 330 55 700 20 600
Autres activités 310 19 000 3 900
Total 22 610 1 546 900 462 000

Source : Rôdôshô, 1953.

  • 27 Archives du procès de la pneumoconiose de Chikuhô.

12Toutefois, les mineurs des mines de charbon durent attendre jusqu’en 1960 pour voir une loi sur les pneumoconioses (Jinpaihô) adoptée et prendre également en compte l’anthracose en plus de la silicose. Après le passage de cette loi, Tanrô mena une campagne pour la signature de conventions collectives. Par exemple, en décembre 1962, une convention collective fut signée entre l’entreprise Asô et le syndicat de l’entreprise (Asô kôgyô rôdô kumiai rengôkai). Un mineur malade qui consentait à être transféré sur un emploi à l’extérieur de la mine recevrait l’équivalent de 90 jours de salaire d’un mineur de fond au moment du transfert. Cette convention collective prévoyait également que des masques devaient être distribués gratuitement à des mineurs qui étaient sur les postes de travail désignés par la loi sur la pneumoconiose comme étant exposés à la poussière. Mais l’utilisation des masques relevait des mineurs eux-mêmes27.

  • 28 M. Allen, Undermining the Japanese Miracle…, op. cit., p. 84.

13Cependant, dans le même temps, le caractère stratégique du charbon pour la nation continua de peser d’un grand poids dans les priorités des syndicats et les rapports de force entre ces derniers et l’industrie. Les mineurs furent, successivement, d’abord soumis à un état d’esprit très productiviste, puis placés sur la défensive avec le déclin de l’industrie à partir de la fin des années 1950, laissant peu de place pour une prévention et des procédures de dépistage efficaces malgré la reconnaissance institutionnelle en 1955 puis en 1960. À la fin de 1946, les forces d’occupation, avec l’approbation de la Diète, adoptèrent une législation donnant la priorité de production au charbon. À l’échelle des travailleurs, certaines mesures incitatives furent introduites pour faire gonfler la main-d’œuvre dans les mines. L’une de ces mesures était par exemple la « ration de riz bento », qui était fournie aux mineurs de charbon à un moment où la population générale souffrait de pénuries alimentaires. D’autres mesures pour attirer la main-d’œuvre étaient par exemple le logement gratuit et un salaire relativement élevé quand il s’agissait de grandes entreprises. Mais, à côté de ces efforts visant à assurer une main-d’œuvre suffisante, les exploitants de mines n’investirent généralement pas dans leurs mines, et n’améliorèrent pas les normes de sécurité. Au contraire, ils essayèrent d’augmenter la production avec les installations qui existaient à l’époque. Des entretiens, réalisés par Matthew Allen, indiquent que les travailleurs, en particulier dans les petites mines, travaillaient habituellement dans les galeries entre 12 et 15 heures quotidiennes par rotation28.

  • 29 Ibid., p. 68

14Devant cette situation, les syndicats représentèrent un très faible contre-pouvoir et une étude attentive des revendications du principal syndicat indépendant des mineurs de charbon (Tanrô) révèle la place finalement assez périphérique des thèmes liés à la santé au travail. Depuis les années 1950, à l’exception de la campagne de signature des conventions collectives dans les années 1960, les principaux thèmes de revendication syndicale furent, en fait, soit politiques – liés à l’opposition communiste et socialiste à l’alliance militaire nippo-américaine –, soit centrés sur les plans de rationalisation qui se succédèrent à partir des années 1950 et qui menaçaient l’emploi. Ce phénomène peut s’expliquer par le fait que la montée en puissance des syndicats fut immédiatement suivie, dès les années 1950, par un début de déclin de l’industrie minière et une surabondance de main-d’œuvre qui restreignit assez largement leur pouvoir de négociation. Les menaces de grève furent très facilement contrées par les compagnies minières, qui recoururent aux mineurs de charbon d’autres régions à la place des mineurs dissidents et qui encouragèrent tous ces nouveaux salariés à rejoindre des syndicats d’entreprise aux ordres de la direction. En outre, comme nous l’avons déjà noté, les syndicats devinrent obsédés par le problème du chômage alors que l’industrie faisait l’objet de plans de rationalisation successifs. Le boom dit de Jimmu (Jimmu keiki) qui vit la production des mines de charbon augmenter de 40 % en 1956-1957, représenta la dernière période de prospérité pour le charbon. À partir de 1959, ce secteur industriel commença à s’effondrer. Tout au long de cette période, les grands keiretsu poursuivirent leur stratégie d’investissement dans d’autres activités, plutôt que d’investir de l’argent dans une industrie qui était intrinsèquement instable. À Chikuhô, entre 1956 et 1959, 22 900 travailleurs de la région perdirent leur emploi29. En 1970, il y avait seulement cinq mines en exploitation dans cette région, alors qu’il y en avait eu jusqu’à 256 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, s’il peut être tentant de voir la loi sur la pneumoconiose de 1960 et la signature de ces conventions collectives dans la foulée, comme le dénouement de l’histoire de la reconnaissance de la silicose et de l’anthracose comme maladie professionnelle, la faiblesse des compromis passés dans ces années de l’après-guerre induisit une faiblesse des mécanismes de dépistage et de d’indemnisation des victimes de pneumoconiose. L’invisibilité des victimes de pneumoconiose ne s’arrêta en fait pas avec la loi de 1960.

Sous-enregistrement statistique et invisibilité des victimes

  • 30 Hidenobu Ueno, Owareyuku kôfutachi, Tôkyô, Iwanami shoten, 1960.
  • 31 M. Allen, Undermining the Japanese Miracle…, op. cit.
  • 32 Suzanne Culter, Managing Decline: Japan’s Coal Industry Restructuring and Community Response, Honol (...)
  • 33 Paul André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle. La fabrication du nom (...)

15Il existe une abondante littérature sur l’histoire sociale de l’extraction du charbon. On peut citer les très épais volumes sur l’histoire de la préfecture de Fukuoka, où l’histoire de l’exploitation minière occupe plusieurs tomes. Il y a aussi les descriptions d’Hidenobu Ueno, qui fut mineur lui-même, des conditions de vie misérables des habitants de la région de Chikuhô30. On trouve également des études portant sur ces communautés face au déclin de l’industrie minière depuis les années 1950, comme celui de Matthew Allen, sur la même région minière de Chikuhô31, ou la recherche de Suzanne Culter sur les mines de charbon de Yûbari32. Mais il est très étonnant de constater l’absence de toute mention de la pneumoconiose dans ces travaux, alors que la question des explosions est abondamment traitée, comme si cette maladie professionnelle n’avait jamais tenu aucune place significative dans l’arène publique de ces communautés minières. Au-delà de cette absence surprenante de la pneumoconiose de l’histoire sociale du charbon au Japon, et en dépit d’un grand nombre d’études scientifiques démontrant la réalité de cette épidémie, l’invisibilité sociale de la maladie se traduit aussi par un sous enregistrement dans les statistiques officielles qu’il y a tout lieu de considérer comme massif. S’il ne s’agit pas là d’un phénomène particulier à l’archipel, ayant été finement observé et analysé pour la France par Rosental et Devinck33 par exemple, il obéit au Japon à des mécanismes assez singuliers.

  • 34 À partir de 1929, il y a une cause de décès « pneumonie chronique incluant les maladies professionn (...)
  • 35 Zenkoku jinpai kanja dômei, Jinpai kanja shibô jittai hôkoku, 1985.

16Il existe au Japon trois types de statistiques. Tout d’abord, il y a les statistiques sur le nombre de travailleurs qui touchent les assurances sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (Rôdôsha saigai hoshô hoken), publiées chaque année par le Bureau des standards du travail du Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales. En second lieu, il y a les statistiques sur la pneumoconiose, publiées chaque année sur la base des données recueillies par les Bureaux départementaux du travail à travers le pays. Ce sont les résultats des examens périodiques menés dans les entreprises pour dépister les pneumoconioses chez les travailleurs exposés à la poussière. Enfin, troisièmement, il y a les statistiques vitales qui incluent, comme une cause de décès, à partir de 1979, une catégorie « pneumoconiose du mineur » et une catégorie « pneumoconiose due à la silice »34. Ces statistiques vitales sont cependant très peu fiables, la mort de nombreuses victimes de pneumoconioses étant enregistrées comme cause de décès différente, comme cela a été montré par une vaste enquête entreprise entre 1980 et 1984 par la Fédération nationale des victimes de pneumoconiose35.

  • 36 Iwamizawa se trouve à proximité de Yûbari, un des principaux districts miniers, qui employait envir (...)
  • 37 Kiyonobu Kimura, Ikuo Nakano, Hiroshi Takeuchi, Ichirô Sakai, Takeshi Igarashi, Jun’ichirô Kojima, (...)
  • 38 Nous avons utilisé les statistiques non publiées du ministère du Travail que nous a fourni l’ONG Ré (...)

17Les statistiques sur le nombre de travailleurs qui touchent les assurances sur les accidents du travail et les maladies professionnelles laissent apparaître des indices significatifs de sous-enregistrement lorsqu’on les croise avec d’autres types de statistiques. C’est le cas par exemple, lorsque l’on compare le nombre de cas détectés de pneumoconiose dans le seul hôpital spécialisé dans les accidents du travail et les maladies professionnelles d’Iwamizawa (Iwamizawa Rôsai byôin)36 avec le total des cas de pneumoconiose indemnisés au niveau national. Dans ce seul hôpital, depuis le milieu des années 1950, environ 20 000 cas de pneumoconiose ont été diagnostiqués, la plupart étant au surplus déjà à un stade avancé puisqu’ayant nécessité une hospitalisation37. Cependant, au cours de la période de 1960 à 2000, dans l’ensemble du pays, seuls 35 651 victimes de la pneumoconiose ont bénéficié du régime d’assurance sociale sur les maladies professionnelles à long terme38.

Figure 1. Évolution de l'incidence de la pneumoconiose dans l'industrie japonaise de l'extraction charbonnière [1961-1991]

Figure 1. Évolution de l'incidence de la pneumoconiose dans l'industrie japonaise de l'extraction charbonnière [1961-1991]

Examen de dépistages périodiques menés dans les entreprises, Ministère du travail

  • 39 Ministère du travail et Réseau national des centres pour la sécurité et l’hygiène au travail.
  • 40 Kiyoshi Suzuki, « Kaisei jinpaihô no ni, san no mondaiten », Aoyama keiei ronshû, 1978, vol. 13, n° (...)

18Les statistiques sur l’incidence de la pneumoconiose basées sur les examens périodiques pour les travailleurs exposés à la poussière, présentées ci-dessus pour l’extraction du charbon (figure 1), présentent également des indices de sous-enregistrement. Un simple regard à ce graphique révèle qu’il y a une rupture très spectaculaire, avant et après le tournant des années 1970-1980. Il apparaît évident que le bond spectaculaire de l’incidence de la pneumoconiose après 1978 est davantage lié au changement des normes de dépistage qu’à une augmentation brutale du nombre de victimes. La révision en 1978 de la Loi sur la pneumoconiose introduisit en effet des normes plus sévères pour l’interprétation des opacités sur les radiographies des poumons, suite aux recommandations de l’OIT. Cette révision prévoyait notamment la classification dans la catégorie de supervision 2 (Kanri 2) des cas de pneumoconiose très légers. Avant la révision, ces cas très légers étaient placés en classe 1 (Kanri 1), ce qui signifie qu’ils n’étaient pas enregistrés dans les statistiques de la pneumoconiose. En second lieu, cette révision en 1978 de la loi de 1960 sur la pneumoconiose introduisit également la possibilité pour le travailleur, en sus des examens périodiques effectués dans l’entreprise, d’être examiné à sa propre demande. Un nombre très important de nouveaux cas avancés ont été ainsi découverts grâce à cette nouvelle procédure. Par exemple, en 1978, 286 travailleurs furent diagnostiqués avec une pneumoconiose de classe 4 (le stade le plus avancé) à travers l’examen périodique régulier, mais, en 1979, pas moins de 1 309 travailleurs furent diagnostiqués avec une pneumoconiose de classe 4 grâce à la nouvelle procédure d’examen à la demande de l’ouvrier. Ces 1 309 cas doivent être rapprochés des 198 cas diagnostiqués par l’examen périodique régulier de cette même année39. Enfin, il apparaît que, jusqu’à la révision de 1978, les seuils fixés pour les examens fonctionnels des poumons qui accompagnent les examens radiologiques étaient trop élevés. La valeur de la limite pour une gazométrie artérielle (pression partielle exercée par le dioxyde de carbone dissout dans le sang artériel) fixée par la loi était beaucoup trop élevée. Les personnes qui présentaient de telles valeurs n’étaient non seulement plus capables de travailler, mais à peine capables de marcher. Il était ainsi difficile dans la pratique pour un travailleur déjà très essoufflé d’être classé dans la catégorie 4 qui ouvre à réparation40.

  • 41 Michael R. Reich and Howard Frumkin, « Commentary An Overview of Japanese Occupational Health », Am (...)
  • 42 Archive des procès en réparation au tribunal de région de Fukuoka. Fukuoka chihô saibansho, Songai (...)
  • 43 K. Suzuki, « Kaisei jinpaihô no ni… », art. cit.
  • 44 J.C. Devinck, P.A. Rosental, « Statistique et mort industrielle… », art. cit.

19Même si la loi de 1960 sur la pneumoconiose imposait une définition médico-légale de la maladie qui tendait à désavantager les travailleurs malades, la procédure pour la détermination du classement du travailleur sur l’échelle de prise en charge de la pneumoconiose aurait au moins dû, en théorie, présenter des garanties d’objectivité scientifique. Selon la loi, l’employeur ayant procédé à un examen médical sur la pneumoconiose doit en effet soumettre sans délai la radiographie et le commentaire écrit du résultat de l’examen médical (et les autres documents concernant le travailleur qui a été diagnostiqué comme étant affecté par la pneumoconiose) au directeur général du Bureau départemental du travail. C’est ce dernier qui doit déterminer le classement de la supervision de la pneumoconiose sur la base des documents soumis par l’entreprise et qui peut alors ordonner à l’employeur de prendre une autre radiographie ou d’effectuer un nouvel examen et de le lui envoyer de nouveau. Lorsqu’il a pris la décision concernant la classification, il doit alors aviser l’employeur de la teneur de la décision et lui renvoyer sans délai la radiographie et les autres matériaux soumis. À la réception de l’avis, l’employeur doit alors informer le travailleur concerné (y compris s’il a cessé d’être un salarié de l’entreprise) de son classement. Et c’est à ce salarié, informé du résultat de son examen, de faire une demande de réparation financière. Cependant, dans la pratique, ce processus, dont les syndicats sont absents, relève de l’arbitraire administratif. Et si un travailleur insatisfait de la décision a la possibilité de faire appel devant le Conseil des assurances sur les accidents du travail de Tokyo, en 1986, par exemple, 86 % des travailleurs ont vu leur demande rejetée41. En outre, les procès de la pneumoconiose de Chikuhô, que nous évoquerons plus précisément ci-dessous, ont révélé que, dans nombreux cas, dans les petites mines mais aussi dans les mines exploitées par les grandes entreprises, les examens périodiques n’avaient pas eu lieu du tout, ou que les travailleurs n’avaient tout simplement pas été informés des résultats de l’examen et qu’ils n’avaient pu ainsi faire une demande de réparation financière aux assurances sociales42. D’autre part, alors que pour un dépistage efficace de la pneumoconiose, il faudrait, dans l’idéal, un appareil radiologique de haute définition de plus de 100 kv, même les grandes entreprises ne sont parfois pas équipées d’un tel matériel43. Cette absence, dans de nombreux cas, des procédures les plus élémentaires prévues par la loi, combinée à des normes d’examen clinique très défavorables aux travailleurs et à l’arbitraire administratif qui prévaut dans l’examen des cas, est compatible avec la thèse de Rosental et Devinck selon laquelle la silicose peut être interprétée comme une maladie négociée qui reflète la faiblesse de la position des syndicats et des travailleurs face au monopole de l’expertise par l’industrie et l’administration44.

20Cette faiblesse de la position des mineurs, produisant l’invisibilité de la maladie, a été mise en lumière par les « procès de la pneumoconiose » (jinpai soshô). Le 26 décembre 1985, 84 victimes et les familles de 39 victimes décédées, originaires de la région minière de Chikuhô, soutenues par un groupe d’avocats déjà liés à d’autres affaires, telle que l’affaire de la pollution de Minamata, intentèrent un procès contre l’État et six grandes compagnies minières. Après presque dix ans de procédure, le 20 juillet 1995, le tribunal de district de Fukuoka ordonna aux six sociétés minières de payer 197 millions de yens environ en dommages-intérêts pour 104 victimes de pneumoconiose qui avaient travaillé dans les mines, mais ne reconnut pas la responsabilité de l’État. Après des règlements à l’amiable avec Mitsubishi, Sumitomo et Furukawa en appel, le 19 juillet 2001, la Haute Cour de Fukuoka ordonna aux trois entreprises restantes et à l’État de payer 1,91 milliards de yens en réparation aux anciens mineurs. Le 27 avril 2004, après un règlement à l’amiable avec deux autres compagnies, la Cour suprême du Japon se prononça contre Nittetsu et l’État et accorda un total de 566 millions de yens en dommages-intérêts aux plaignants. Ce procès est en lui-même révélateur de la faiblesse des mineurs de charbon dans le compromis qui a été incarné par la loi de 1960 sur la pneumoconiose. Il a aussi produit une grande masse de documents qui nous donnent des indices sur les mécanismes sociaux à l’œuvre dans l’invisibilité sociale des maladies. Conservées à l’Université du Kyûshû, où nous avons pu les consulter, ces archives sont constituées de documents préparatoires assemblés par la défense, de l’audition des témoins (mineurs, experts, membres de la direction, etc.), de statistiques et d’enquêtes, de fiches d’inspection des mines et d’éléments biographiques sur les victimes. Grâce à ces derniers documents, nous avons pu reconstituer les trajectoires individuelles des victimes de pneumoconiose impliquées dans le procès. Nous avons reproduit quelques-unes d’entre elles dans le tableau ci-dessous (figure 2).

Figure 2. Trajectoires individuelles des victimes de pneumoconiose plaignantes lors du procès de Fukuoka

Figure 2. Trajectoires individuelles des victimes de pneumoconiose plaignantes lors du procès de Fukuoka
  • 45 Nakuse jinpai Chikuhô no kai-hen, Bokutachi ha bota janai- Chikuhô jinpai soshô 18 nen 4 kagetsu no (...)
  • 46 Nakuse jinpai Chikuhô no kai-hen, op. cit., p. 37.

21On peut voir dans ces trajectoires individuelles que certains travailleurs ont eu plusieurs employeurs alors que d’autres ont eu une carrière plus stable, la situation de ces mineurs reflétant les pratiques d’emploi des grandes firmes plus que celles des petites firmes qui sont restées dans l’ombre lors de ce procès. Mais ce qui est le plus frappant dans ces trajectoires individuelles, c’est que très peu de cas de pneumoconiose ont été détectés au cours de la période d’emploi, avec même une très longue période – plus d’une décennie dans certains cas – entre la fin de l’emploi et le diagnostic. Cet état de fait traduit l’insuffisance, ou même parfois l’absence de visites médicales conduites par les entreprises, ces négligences ayant été mises en lumière par des témoignages au cours du procès. Les parties civiles purent néanmoins bénéficier du jugement, rendu en mars 1985, d’un premier procès sur la pneumoconiose qui avait eu lieu à Nagasaki, impliquant la mine de Kitamatsu, au nord de la ville, et qui avait permis aux victimes de franchir l’obstacle de la prescription de dix ans. Jusque-là, selon la Loi sur la pneumoconiose et la jurisprudence, la victime perdait tout droit à une indemnisation si elle faisait sa demande plus de dix ans après que la maladie eut été diagnostiquée la première fois ou après qu’elle eut quitté son employeur45. De plus, avant que l’affaire ne débute, des mineurs et leurs familles furent victimes de pressions de la part de certaines entreprises mises en cause, celles-ci allant jusqu’à envoyer certains de leurs cadres au domicile même de leurs anciens salariés ou de membres de leurs proches. C’est une fois l’affaire devenue publique, grâce à l’action des avocats activistes, que beaucoup d’anciens mineurs furent en mesure d’émerger de l’isolement dans lequel ils étaient plongés46. On peut noter que le caractère public de l’affaire, largement relayée par les médias, même nationaux, incita les anciens mineurs à passer des visites médicales de leur propre initiative, aucune visite médicale n’étant prévue pour les travailleurs ne travaillant plus dans les mines. Le tableau des trajectoires présenté ci-dessus nous montre en effet que de nombreux cas ont été diagnostiqués après le début du procès (1985). Une grande proportion de cas détectés l’ont d’ailleurs été à un stade déjà très avancé de la maladie, et dans la plupart des cas, un traitement a été nécessaire dès que les premiers diagnostics ont été faits.

22Ces révélations sur l’incroyable négligence des entreprises qui alimenta l’invisibilité des victimes de la pneumoconiose, même après sa reconnaissance institutionnelle en 1960, doivent être comprises à la lumière du caractère négocié de la définition médico-légale de la maladie. On doit aussi prendre en compte, comme nous l’avons fait plus haut, la culture spécifique du travail dans les mines de charbon, avec une violence omniprésente et une perception du risque monopolisée par les explosions, le contexte économique spécifique de l’industrie minière du charbon, hautement stratégique, qui contribua à l’atmosphère d’impunité des entreprises et son déclin qui fit du maintien de l’emploi la priorité des syndicats. Mais il est un autre facteur extrêmement important : celui de la mobilité importante des travailleurs et du caractère migrant de beaucoup d’entre eux.

  • 47 Fujii Masanori, « Homuresu mondai no ichisokumen- rôjô seikatsusha kara hakken sareta jinpaishô no  (...)

23Une enquête publiée en 2004 permet d’entrevoir cette réalité. Elle est fondée sur des visites médicales conduites depuis 1996 dans des centres d’accueil pour personnes sans domicile fixe, à raison d’environ 30 par an. Ces visites médicales ont révélé qu’environ 30 % des cas examinés par radiographie souffraient de pneumoconiose. Tous, ou presque, étaient des travailleurs migrants ayant accumulé les emplois dans divers endroits du Japon dans les industries de la construction, des tunnels ou de la mine. Sur les cinq cas présentés plus précisément, aucun n’avait jamais eu de pneumoconiose diagnostiquée alors qu’il travaillait. Leur pneumoconiose n’a été dépistée que lorsqu’ils ont commencé à avoir des difficultés respiratoires, au point d’être dans l’incapacité de travailler et de se retrouver finalement à la rue. D’ailleurs, la plupart de ces personnes ne s’attendaient pas à souffrir d’une pneumoconiose, ils avaient tendance en premier lieu à attribuer à l’âge leur difficulté à respirer et ne connaissaient en général pas leurs droits à une indemnisation et à des soins. Lorsqu’ils furent reconnus comme ayant une pneumoconiose relevant du niveau de prise en charge 4, ils étaient déjà sans abri. Ces « sans-abris » malades se sont fait relativement aisément reconnaître comme malades par le directeur général du Bureau départemental du travail après que leur cas eut été détecté, mais la question de leur indemnisation est beaucoup plus compliquée même s’ils sont formellement identifiés comme nécessitant des soins. Comme ils ont occupé de multiples emplois dans diverses parties du pays, il leur faut beaucoup de temps pour réunir toutes les pièces du dossier, les attestations d’emploi pouvant s’avérer très difficiles à obtenir. Ainsi, une reconnaissance effective avec indemnisation peut prendre des années. En conséquence, il apparaît que, face aux difficultés et à la lenteur de cette procédure, de nombreux « sans-abris » souffrant de pneumoconiose renoncent à demander une reconnaissance pour être indemnisés et préfèrent demander le revenu minimum d’assistance sociale (Seikatsu hogo), suivant souvent en cela les conseils des travailleurs sociaux47.

  • 48 Une Hiroshi, Kenzo Wake, « Suidôkôji dekasegi rôdôsha no kyôkyûchiki ni okeru jinpaishô ni kan suru (...)

24D’autres études ont mis en avant ce facteur de la migration dans le sous-enregistrement des cas de pneumoconiose. Ces recherches ont été conduites sur les tunneliers, mais peuvent être considérées comme éclairantes pour les mineurs de charbon également. D’autant plus que beaucoup de migrants travaillent successivement au creusement des tunnels et dans les mines. Il apparaît que le système de sous-traitance qui a prévalu dans ces activités entretenait l’invisibilité de la question de la santé au travail pour deux raisons principales. Tout d’abord, comme le travailleur n’était là que pour une tâche limitée et que, celle-ci terminée, il partait, même s’il était déjà atteint, il rentrait dans sa région natale sans que la maladie se déclare au sein de l’entreprise. En second lieu, dans un tel système, la position du travailleur était très fragile et il n’était pas en mesure de se présenter et de s’affirmer comme victime des conditions de travail. En effet, le recrutement se faisait souvent par relation familiale ou locale. Ainsi, 89,3 % des travailleurs approchés dans l’enquête n’avaient jamais fait appel à une agence pour l’emploi pour trouver du travail. Le rêve de tout travailleur impliqué dans un tel système était de gravir les échelons au sein de ce système de sous-traitance pour devenir un jour oyakata, c’est-à-dire directement l’interlocuteur de grandes firmes clientes. Mais pour pouvoir progresser, il avait besoin de la recommandation de son ancien oyakata avec lequel il devait se montrer docile. De plus, cette relation occupait une place d’autant plus importante dans l’environnement professionnel du travailleur migrant que ce dernier n’avait pas beaucoup de relations horizontales avec les autres travailleurs, ceux-ci relevant d’oyakata différents. Ainsi beaucoup de ces travailleurs victimes de pneumoconioses ont répondu que les questions et revendications concernant les conditions de travail, ou la révélation des troubles respiratoires dont ils souffraient, auraient pu gêner l’oyakata ou lui « faire perdre la face en tant qu’oyakata bienfaiteur » (ongi no aru oyakatano ko ni doro wo nuru)48.

Conclusion

  • 49 David Leadbeater (éd.), Mining town crisis: globalisation, labour and resistance in Sundbury, Fernw (...)

25L’étude du processus de reconnaissance de la silicose centré sur le cas des mines de métal au Japon montre à quel point la connaissance par les mineurs eux-mêmes de la relation entre les poussières et les maladies respiratoires depuis les temps pré-industriels stimula les mouvements sociaux pour la reconnaissance de la silicose. En revanche, dans l’industrie charbonnière japonaise, les connaissances sur la silicose et l’anthracose eurent tendance à être monopolisées par l’expertise professionnelle. La recherche médicale japonaise, financée par l’État et l’industrie, et l’influence des normes définies par l’Organisation internationale du travail finirent par déboucher sur une loi sur la silicose en 1955 puis une loi sur la pneumoconiose en 1960, qui formalisèrent un processus de dépistage et de réparation financière. Bien sûr, les syndicats jouèrent également un rôle dans le processus de reconnaissance des pneumoconioses comme maladies professionnelles, notamment par le biais des conventions collectives. Mais le statut social très bas des mineurs, la situation de migrant vécue par nombre d’entre eux, la pression exercée par le caractère stratégique de l’industrie et les menaces sur l’emploi qui se dessinèrent dès la fin des années 1950 les mirent en position de grand désavantage face à la puissante expertise professionnelle de l’industrie et de l’État. Ce rapport de force défavorable se traduisit par un phénomène massif de sous-enregistrement. Avec les « procès sur la pneumoconiose », des groupes d’anciens mineurs de la région de Chikuhô ou leur famille essayèrent de retrouver la citoyenneté sociale dont ils avaient été privés en obtenant enfin une indemnisation équitable. Mais ce procès mit aussi à jour deux types d’enseignements sur les mécanismes à l’œuvre dans l’invisibilité sociale de la pneumoconiose des mineurs de charbon. Premièrement, donnant en quelque sorte raison à Antonio Gramsci, les procès de la pneumoconiose nous révèlent qu’un mécanisme de pouvoir ne peut être surmonté que s’il y a assez d’aide éclairée de l’extérieur, même pour un groupe aussi sérieusement désavantagé que les mineurs de charbon japonais. Ce n’est qu’avec une aide venue de l’extérieur, de la part d’activistes et d’avocats ayant mené le combat pour d’autres affaires de pollution industrielle, que les mineurs et leur famille purent s’extraire du rapport de domination dans lequel ils étaient retenus. Deuxièmement, le caractère très tardif de ce procès montre aussi qu’il ne fut pas possible, aussi longtemps que les travailleurs malades étaient employés par une société minière, et qu’ils étaient membres d’une communauté locale dépendante de l’industrie du charbon. Ayant travaillé sur la communauté minière de Sudbury, David Leadbeater estime ainsi que l’idée de dépendance ne va pas assez loin, et met à jour un très haut niveau de subordination entre l’industrie dominante et la communauté dont elle dépend49. Ainsi, à Chikuhô, la plupart des mineurs ont commencé à poursuivre les anciennes sociétés minières et à rendre leur maladie socialement visible, une fois seulement que ces sociétés avaient complètement abandonné la région de Chikuhô et à un moment où ils étaient devenus entièrement dépendants de l’aide sociale publique. Le paradoxe de cette situation est que si ces communautés minières ont été en mesure de parvenir à une citoyenneté sociale que l’expertise scientifique et professionnelle n’a jamais été en mesure de leur donner, cette victoire est finalement arrivée dans un monde qui avait déjà disparu.

Notes

1 Gerald Markowitz and David Rosner, Deadly Dust: Silicosis and the Politics of Occupational Disease in Twentieth Century America, Princeton, Princeton University Press, 2005.

2 Isamu Ebihara, Shokugyô byô undôshi (2 vols), Tôkyô, Iryô tosho shuppansha, 1976 ; Toyohiko Miura, Rôdô to kenkô no rekishi (vol. 4), Kawasaki, Rôdô kagaku kenkyûjo, 1981.

3 Bernard Thomann, « L’hygiène nationale, la société civile et la reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle au Japon (1868-1960) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2009, n° 56-1, p. 142-176 ; Bernard Thomann, « Yoroke : la silicose au Japon », in Annie Thébaud-Mony, Paul Jobin, Véronique Daubas-Letourneux, Nathalie Frigul (éd.), Santé au travail : approches critiques, Paris, La Découverte, 2011, p. 59-82.

4 Terme désignant les communautés des anciennes populations parias qui restaient, dans les faits, discriminées malgré l’abolition des castes après la restauration Meiji.

5 Nagahide, « Chikuhô o chûshin to shita shihonshugi no hatten to buraku mondai –Chikuhô ni okeru sekitan sangyô to buraku mondai », dans Fukuoka burakushi kenkyûkai (éd.), Fukuokaken hisabetsu burakushi no shosô, 1979, p. 343-370.

6 Shigeru Nomura, « Tankô shûnin rôdô to Miike shûjikan Kikuchi Yôki ishi », Sangyô igaku, 1984, vol. 26, n° 6, p. 249.

7 Rôdô tôkei jitchi chôsa hôkoku, 1924.

8 Shizue Ishimoto, Facing two ways: The story of my life, London, Cassel, 1933, p. 167-169.

9 Naoki Tanaka, Kindai nihon tankô rôdôshi kenkyû, Tôkyô, Sôfukan, 1984.

10 Matthew Allen, Undermining the Japanese Miracle, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 115.

11 M. Allen, Undermining the Japanese Miracle…, op. cit., p. 62-63.

12 Ibid., p. 175.

13 Fukuoka chihô saibansho, Songai baishô seikyû jiken, junbi shomen (48) (kigyô sekinin kakuron), p. 103.

14 William Johnston, « A genealogy of Tubercular Diseases in Japan », Social History of Medecine, 1994, vol. 7, n° 2, p. 247-267.

15 Shûan Ôtani, « Haitan soshô no jikken », Tôkyô igakukai zasshi, 1888, vol. 2, n° 17, p. 919-920.

16 Chikahiko Koizumi, Yotarô Inaba, Jitsuyô kôgyô eisei gaku zen, Tôkyô, Nankôdô, 1916, p. 119-125.

17 Hisachi Shiragawa, « Taihai to haikekkaku », Tôkyô iji shinshi, 1929, vol. 53, n° 26, p. 1-12.

18 Eiji Ariba, Hisachi Shirakawa, « Tanhai no rentogen gakuteki kenkyû », Nihon rentogen gakkai zasshi, 1930, vol. 8, n° 3, p. 1-34.

19 Naoki Tanaka, Yoshihiro Ogino, « Hogo Kôfu mondai to saitan kikô no gôrika », Nihon daigaku seisan kôgakubu kenkyû hôkoku, 1978, vol. 11, n° 1, p. 33-49.

20 Yutaka Nishinarita, « The Coal-mining », in Masanori Nakamura (éd.), Technology Change and Female Labour in Japan, Tokyo, New-York, Paris, United Nations, University Press, 1994, p. 59-96.

21 « Gaipô tekiroku », Sekitan jihô, novembre 1928, p. 10-16.

22 Minoru Nakagawa, Hirotsuke Harada, « Kaisei kôgyô keisatsu kisoku narabi ni sekitankô bakuhatsu torishimari kisoku no setsumei », Sekitan jihô, 1930, p. 4-14.

23 « Kanfun chinseihô », Sekitan jihô, 1935.

24 Nihon kôzan kyôkai, Kônai kûki no eisei ni kansuru chôsa hôkoku (Fukuoka chihô), Tôkyô, 1933.

25 Nihon kôzan kyôkai, Kôzan eisei kôshûkai kôenshû, Tôkyô, 1938.

26 Isamu Ebihara, Shokugyô byô undôshi (vol. 1), Tôkyô, Iryô tosho shuppansha, 1976, p. 62, p. 107.

27 Archives du procès de la pneumoconiose de Chikuhô.

28 M. Allen, Undermining the Japanese Miracle…, op. cit., p. 84.

29 Ibid., p. 68

30 Hidenobu Ueno, Owareyuku kôfutachi, Tôkyô, Iwanami shoten, 1960.

31 M. Allen, Undermining the Japanese Miracle…, op. cit.

32 Suzanne Culter, Managing Decline: Japan’s Coal Industry Restructuring and Community Response, Honolulu, University of Hawai Press, 1999.

33 Paul André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle. La fabrication du nombre de victimes dans les houillères en France de 1946 à nos jours », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2007, n° 95, p. 75-91.

34 À partir de 1929, il y a une cause de décès « pneumonie chronique incluant les maladies professionnelles pulmonaires » (Shokugyôteki haishikkan o fukumitaru mansei kanshitsu haien). En 1948, une catégorie « silicose » (keisekishô) est adoptée. Depuis 1950, il y a une catégorie « Pneumoconiose due à la silice » divisée en deux sous catégories : « silicose » et « autres ». Entre 1968 et 1979, il y a une catégorie « silicose, pneumoconiose due à la silice », avec quatre sous catégories : « silicose », « silicose du charbon » (tankeihai), « asbestose » (sekimenhai) et « autres ».

35 Zenkoku jinpai kanja dômei, Jinpai kanja shibô jittai hôkoku, 1985.

36 Iwamizawa se trouve à proximité de Yûbari, un des principaux districts miniers, qui employait environ 17 000 mineurs en 1960.

37 Kiyonobu Kimura, Ikuo Nakano, Hiroshi Takeuchi, Ichirô Sakai, Takeshi Igarashi, Jun’ichirô Kojima, « Coal Workers’ pneumoconiosis in Japan », Japanese Journal of Occupational Medecine and Traumatology, 2005, vol. 53, n° 3, p. 123-127.

38 Nous avons utilisé les statistiques non publiées du ministère du Travail que nous a fourni l’ONG Réseau national des centres pour la sécurité et l’hygiène au travail (Zenkoku rôdô anzen eisei sentâ renraku kaigi).

39 Ministère du travail et Réseau national des centres pour la sécurité et l’hygiène au travail.

40 Kiyoshi Suzuki, « Kaisei jinpaihô no ni, san no mondaiten », Aoyama keiei ronshû, 1978, vol. 13, n° 3, p. 56-65.

41 Michael R. Reich and Howard Frumkin, « Commentary An Overview of Japanese Occupational Health », American Journal of Public Health, 1988, vol. 78, n° 7, p. 811.

42 Archive des procès en réparation au tribunal de région de Fukuoka. Fukuoka chihô saibansho, Songai baishô seikyû jiken, junbi shomen (48) (kigyô sekinin kakuron), p. 73.

43 K. Suzuki, « Kaisei jinpaihô no ni… », art. cit.

44 J.C. Devinck, P.A. Rosental, « Statistique et mort industrielle… », art. cit.

45 Nakuse jinpai Chikuhô no kai-hen, Bokutachi ha bota janai- Chikuhô jinpai soshô 18 nen 4 kagetsu no kiseki, Tosho shuppan kaichôsha, 2006, p. 34-35

46 Nakuse jinpai Chikuhô no kai-hen, op. cit., p. 37.

47 Fujii Masanori, « Homuresu mondai no ichisokumen- rôjô seikatsusha kara hakken sareta jinpaishô no 5 5 rei », Rôdô no kagaku, 2004, vol. 59, n° 1, p. 25-33.

48 Une Hiroshi, Kenzo Wake, « Suidôkôji dekasegi rôdôsha no kyôkyûchiki ni okeru jinpaishô ni kan suru shakai igakuteki kenkyû », Rôdô kagaku, 1984, vol. 60, n° 1, p. 27-33.

49 David Leadbeater (éd.), Mining town crisis: globalisation, labour and resistance in Sundbury, Fernwood, Halifax, 2008.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de l'incidence de la pneumoconiose dans l'industrie japonaise de l'extraction charbonnière [1961-1991]
Légende Examen de dépistages périodiques menés dans les entreprises, Ministère du travail
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 2. Trajectoires individuelles des victimes de pneumoconiose plaignantes lors du procès de Fukuoka
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 843k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540