Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Troisième partie. De nouveaux chantiers pour la politique éducative des Archives nationales

Chapitre 10. La classe « Archives » : un parcours culturel

Texte intégral

  • 1 L’impulsion de ce projet revient à Mme Ariane James-Sarazin, conservateur en chef du patrimoine, re (...)

1Née en 20071, la classe « Archives » permet à de jeunes lycéens de découvrir, chaque année, les Archives nationales. Au fil des séances, l’objectif est de les familiariser au travail des historiens en les initiant à l’analyse et à la critique des sources, tout en leur permettant d’entrer dans « l’intimité des archives » grâce à la rencontre de professionnels dans leur pratique quotidienne.

2Elle est l’illustration de cette dynamique entreprise aux Archives nationales qui, depuis plus de cinquante ans, expérimente des dispositifs pédagogiques novateurs, destinés à toujours mieux répondre à la mission initialement confiée aux services éducatifs d’archives par Charles Braibant : mettre à la disposition du public jeune les documents d’histoire originaux conservés aux Archives nationales.

Aller au-delà des dispositifs existants

3Comprendre dans quel contexte s’inscrit la classe « Archives » et quels en sont les objectifs nous oblige à faire le point sur cinquante années d’expérimentations pédagogiques, avec des projets qui nous paraissent aujourd’hui parfois désuets, mais qui, à l’époque où ils ont été mis en place, tenaient toujours compte des méthodes pédagogiques les plus avancées, voire les anticipaient.

  • 2 La circulaire ministérielle du 20 mai 1912 prescrivait aux archivistes de faire des conférences aux (...)
  • 3 Braibant C., La classe d’histoire aux archives, Paris, Direction des Archives de France, 1957, p. 5
  • 4 Les archives du service éducatif ont conservé la mémoire des noms de Mesdames Stoyanovitch, Vaichiè (...)
  • 5 Pernoud R., « L’expérience pédagogique du Musée de l’histoire de France », Museum, volume V, no 4, (...)
  • 6 On trouve ainsi, parmi les sélections de documents, les thématiques suivantes : Les villes médiéval (...)
  • 7 C’est sous ce nom que l’Éducation nationale désignait alors ses professeurs détachés au musée.
  • 8 Cartonnage, rhodoïd et, surtout, plaques de plexiglas soudées ensembles constituaient ces premiers (...)
  • 9 Pernoud R., op. cit., p. 219.

4Jusqu’au milieu du siècle dernier, les liens entre les archives et l’enseignement se limitaient aux seuls étudiants du supérieur, aux quelques leçons données dans les écoles normales à destination des futurs instituteurs2, et à quelques rares visites organisées pour des groupes d’élèves du secondaire. La création du service éducatif, en 1950, en instaurant une collaboration étroite des archivistes, qui connaissaient leurs fonds, et des professeurs, qui apportaient leurs compétences pédagogiques, ouvre une longue période d’innovations sur le plan éducatif3. Charles Braibant confie la responsabilité du musée et du service éducatif à l’historienne Régine Pernoud qui est assistée, dès l’automne 1950, par des enseignants mis à disposition4. Dès son ouverture, le service éducatif entend s’inscrire dans « la tendance qui se manifeste de plus en plus au sein de l’enseignement à substituer aux méthodes purement livresques des méthodes plus actives, à mettre l’écolier, l’étudiant en contact direct avec l’objet de ses études5 ». Durant ses deux premières années d’exercice, le service éducatif propose, pour l’essentiel, des visites guidées des bâtiments des Archives, des dépôts et des salles du musée de l’histoire de France. Même si le contact avec le document source est privilégié, l’approche pédagogique s’apparente à un exposé magistral. Afin de répondre davantage aux demandes des enseignants, sont proposées, dès le mois de mars 1952, des Expositions pédagogiques prêtes à l’emploi, sous forme de corpus d’une quinzaine de documents, relatifs à des questions du programme6. En fonction de la demande, les documents sont extraits de leur carton et disposés dans une salle du service où les élèves peuvent les découvrir et bénéficier des explications du professeur d’accueil7. C’est dans ce contexte que les documents, conditionnés dans des systèmes de protection spéciaux8, passent de mains en mains, afin que « les élèves [puissent] à leur gré les examiner, les manipuler, les étudier9 ».

  • 10 L’hôtel de Boisgelin se situe dans l’angle nord-est du « Quadrilatère » des Archives nationales, lo (...)

5L’action du service éducatif se poursuit, dans les années qui suivent, avec la diffusion de pochettes de reproduction de documents, de coffrets de moulages de sceaux et de films historiques, soit mis à disposition des élèves et des enseignants qui ne peuvent se déplacer aux Archives, soit projetés dans le cadre du « cinéma scolaire », localisé jusqu’au milieu des années 1970 dans l’hôtel de Boisgelin10. Les ateliers pédagogiques, tels que nous les connaissons aujourd’hui, ne voient le jour qu’à la fin des années 1980. Ils ont été précédés par la mise en place de « travaux dirigés », organisés pour les lycéens dans le Cabinet du prince. L’objectif est alors de faciliter le travail de groupe à partir des documents originaux, de façon plus concrète que dans les espaces d’exposition.

  • 11 Pernoud R., op. cit., p. 221.

1952 : « un groupe d’élèves de cours complémentaire découvre l’exposition pédagogique consacrée à La société médiévale. Une charte du XIe siècle, munie d’une protection spéciale va circuler parmi les élèves11 »

1952 : « un groupe d’élèves de cours complémentaire découvre l’exposition pédagogique consacrée à La société médiévale. Une charte du XIe siècle, munie d’une protection spéciale va circuler parmi les élèves11 »

© Atelier photographique des Archives nationales

  • 12 Braibant C., op. cit., p. 7.
  • 13 Archives du service éducatif, dossiers « concours de l’historien de demain », non cotées.

6Un dernier dispositif, remarquable par son audience, est le concours de l’historien de demain. Il est mis en place, en 1953, par Régine Pernoud sous le nom de concours des historiens en herbe. Cette « idée charmante de Mademoiselle Pernoud [qui] ne constitue pas moins un moyen fructueux d’intéresser la jeunesse des écoles à l’histoire de sa patrie12 », est, dans sa première édition, un simple questionnaire sur les documents exposés dans la nouvelle salle du musée dédiée au Moyen Âge. Le deuxième concours s’inspire de la salle consacrée à la Révolution française ouverte au public en 1954 et s’adresse aux élèves de troisième : il leur est proposé de réaliser, à la manière d’un hebdomadaire, un reportage illustré de la prise de la Bastille. Le concours s’aine dans les éditions suivantes, devient annuel mais ne concerne encore que les élèves de Paris et de sa région. Les créations progressives de services éducatifs dans les archives départementales amènent bientôt l’extension du concours à l’ensemble du territoire pour une tranche d’âge de plus en plus large (collégiens et lycéens dès 1958). Ce déploiement change l’esprit du concours puisque les élèves doivent, à partir d’un thème national, utiliser les documents mis à leur disposition soit aux Archives nationales, soit aux archives départementales. L’objectif en est de « susciter une nouvelle forme d’enseignement de l’histoire plus vivante et plus concrète […] en faisant participer activement l’élève à la recherche de documents originaux sur un thème qui l’intéresse […] ; aider les jeunes à s’enraciner dans leur culture régionale en les sensibilisant à la richesse du passé de l’endroit où ils vivent […], leur donner le goût de l’histoire et de la recherche personnelle, et susciter ainsi des vocations d’historiens13 ».

Le concours des jeunes historiens dans les années soixante-dix
Guy Putfin

ancien attaché au musée de l’histoire de France, membre du jury du concours des jeunes historiens.

1972 marque un tournant dans l’organisation du concours des jeunes historiens. Jusque-là, les professeurs du service éducatif des Archives nationales présentaient une sélection de documents pour illustrer le thème du concours. Cela se tenait dans la chambre du prince, au rez-de-chaussée de l’hôtel de Soubise, alors hors des circuits de visite. Après le remplacement de deux salles permanentes du musée de l’histoire de France, en 1971, par une exposition temporaire sur La Cour de France au XVIIIe siècle, une autre salle du musée est renouvelée l’année suivante, et présente une exposition sur La Belle Époque. La nouveauté tient à ce que cette salle du musée, comme l’explique le directeur général des Archives de France, Guy Dubosq, dans l’introduction du catalogue, répond à un double objectif : présenter aux candidats du concours des jeunes historiens des documents sur le sujet choisi, et offrir au public du musée une exposition, d’une durée d’au moins un an, sur les débuts du XXe siècle.
En 1973, l’exposition La vie quotidienne à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle remplace, dans la salle d’Assemblée, l’exposition sur la Cour de France. Elle illustre pour Paris le thème du XXe concours des jeunes historiens. En 1976, cette même salle du musée accueille une nouvelle exposition La France de 1789 d’après les cahiers de doléances. C’est aussi le sujet du XXIIIe concours des historiens de demain. En 1977, dans les deux dernières salles du musée est ouverte une nouvelle exposition sur Les débuts du chemin de fer en France, 1831-1870. Les candidats au concours sont invités à décrire « les résistances, les oppositions ou l’enthousiasme que l’installation du chemin de fer a provoqués, et les transformations économiques, sociales et géographiques qu’elle a entraînées ». En 1978, c’est le XXVe concours de l’historien de demain (nouvel intitulé du concours). Une exposition est organisée dans les dernières salles du musée sur le travail des enfants au XIXe siècle. Pour l’occasion, c’est le ministre de la Culture, Jean-Philippe Lecat, qui invite à la réception donnée pour la remise des prix aux lauréats. L’année suivante, cette exposition est remplacée par une autre sur le sport de 1870 à 1914, sujet du XXVIe concours. Ce travail d’organisation d’expositions temporaires de longue durée, dans le musée, sur le thème du concours impliquait une grande coordination entre le service du musée et le service éducatif notamment pour l’élaboration du plan des expositions (choix des aspects à traiter), et les recherches documentaires. Il s’agissait de réaliser des expositions intégrées à la visite du musée, ouvertes au public pour un an ou plus, et présentant entre 200 et 300 documents provenant quasi exclusivement des fonds des Archives nationales. Ces expositions devaient répondre à un souci pédagogique, intéresser les visiteurs du musée et aussi attirer pour elles-mêmes un public spécifique.

  • 14 Beaucoup de services d’archives ont prôné le maintien d’un concours à l’échelon régional. C’est d’a (...)
  • 15 Les dossiers du Concours de l’historien de demain, conservés dans les archives du service éducatif, (...)
  • 16 On le constate régulièrement quand, dans le cadre des travaux personnels encadrés (TPE des classes (...)

7Après une refonte au début des années 1980, le concours est définitivement abandonné au milieu des années 1990. La réunion d’un groupe de travail de l’Association des Archivistes français, tenue en 1980, a dégagé plusieurs raisons qui expliquent la désaffection du concours puis son abandon définitif. Les sujets devaient tenir compte des richesses des dépôts des Archives départementales et nationales et il était devenu de plus en plus difficile, faute de moyens matériels et humains supplémentaires, de mettre chaque année à disposition des élèves une sélection de documents, sur une thématique commune, dans chaque service d’archives. Se posait également le problème de départager, pour les membres du jury, des travaux dont ils ignoraient les sources véritables14 et dont il était difficile de vérifier le caractère personnel et original. Le concours, par ailleurs, privilégiait les élèves à proximité des centres d’archives et motivaient des jeunes gens déjà intéressés par l’histoire15. De plus, au sein du système éducatif français, la « sélection » par les mathématiques, faite au détriment des disciplines littéraires, a commencé à se faire ressentir dès les années 1970, et le nombre de candidats au concours a alors fortement chuté. Enfin, dernier écueil, difficilement surmontable aujourd’hui, et qui ne va pas dans le sens de la restauration d’un concours de ce type : garantir l’accès direct aux sources. Une forte proportion d’élèves, dans les dernières sessions du concours, ne travaillait plus que sur des sélections de documents préparées par l’archiviste ou l’enseignant, paraphrasait le document, voire recopiait le commentaire d’accompagnement rédigé par l’archiviste, même s’ils faisaient encore la démarche de venir aux Archives. La publication aujourd’hui de brochures pédagogiques à destination des professeurs et de leurs élèves, relayées souvent sur les sites Internet des institutions, éloigne les jeunes lecteurs, qui travaillent en autonomie, des centres d’archives16 et de la consultation des documents originaux. L’Internet, formidable moyen de diffusion de l’information, constitue, si on en limite l’usage à ce type de publications, un obstacle à l’esprit même du concours.

  • 17 Archives du service éducatif, dossiers « concours de l’historien de demain », non cotées.

8Le dispositif de la classe « Archives » constitue un moyen de revenir à certains « fondamentaux » à l’origine de la création du concours, en particulier « faire participer activement l’élève à la recherche de documents originaux sur un thème qui l’intéresse […] ; en les sensibilisant à la richesse du passé de l’endroit où ils vivent17 ». Loin de renier l’ensemble de l’héritage que constituent les expériences pédagogiques passées, la classe « Archives » perpétue au contraire une dynamique insufflée il y a maintenant plus de soixante ans, même si les problématiques ont bien sûr évolué.

Un ancrage fort dans le territoire

  • 18 Les classes du patrimoine s’inscrivent dans le dispositif des classes culturelles (Circulaire inter (...)
  • 19 Gautier-Desvaux É., « L’action culturelle aux archives », La Gazette des Archives no 141, Les Archi (...)
  • 20 Quatre lignes de métro et la ligne B du RER relient directement plusieurs communes du département a (...)
  • 21 Les Archives nationales proposent une réduction de 50 % – soit des ateliers à 25 euros – aux établi (...)
  • 22 Le dernier en date est la participation des Archives nationales au dispositif Mon corps, mon lieu, (...)

9Quand, dans le courant de l’année 2006, le service éducatif est missionné pour créer une classe « Archives », la question des modalités de fonctionnement, des contenus et des finalités d’un tel projet se pose. Des expériences de ce type ont déjà été menées dans d’autres services d’archives, dans le cadre de classes du patrimoine18 en particulier, dont peu ont fait l’objet de publications19. Les points de comparaison manquaient donc. La première question fut de définir le public visé. La décision prise par le président de la République, en mars 2004, de construire un nouveau centre pour les Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, et le constat fait par le service éducatif de la faiblesse du taux de fréquentation des élèves en provenance de ce département, ont orienté nos choix. En effet, malgré la proximité de Paris, une relative facilité de transport20 et une politique tarifaire incitative21, la part des élèves en provenance d’établissements situés en Seine-Saint-Denis dépassait à peine les 10 % en 2006. La politique du service a donc été de développer une série d’actions destinées à faire connaître les ressources pédagogiques des Archives nationales : délocalisation d’ateliers pédagogiques dans les mairies et centres de loisirs du département ; invitation des classes sur le site de Paris dans le cadre de semaines banalisées ; multiplication des journées de formation ou d’information à destination des enseignants, en particulier néo-titulaires ; implication dans des partenariats culturels22. La classe « Archives » a naturellement trouvé sa place dans ce dispositif destiné à préparer l’arrivée des Archives en Seine-Saint-Denis, sur le site des Tartres, localisé à la jonction des communes de Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis et Stains. Déjà, le projet suscite de nombreuses interrogations de la part de la population, et en particulier des jeunes gens, qui voient dans l’installation de ce pôle culturel et scientifique une promesse de décloisonnement du territoire.

10Restait le choix de la classe et de l’établissement. Le projet, tel qu’il prenait forme, semblait s’adresser davantage à une classe de seconde, d’abord en fonction du contenu des programmes scolaires, ensuite parce qu’il nécessite une certaine maturité de la part des élèves, enfin parce qu’il s’agit d’une classe de détermination, année où les élèves font le choix de leur orientation, voire pour certains, de leur réorientation. Il fallait ensuite contacter un établissement et une équipe éducative qui accepterait de porter avec le service éducatif le projet durant une première année d’expérimentation, l’idée étant de faire bénéficier du dispositif « classe Archives » un nouvel établissement, chaque rentrée scolaire. Le choix s’est porté sur le lycée Henri-Wallon d’Aubervilliers, dont nous avions déjà reçu les élèves. C’est avec cet établissement que le projet se poursuit, depuis 2007, grâce à l’adhésion de l’équipe enseignante. Lancé avec des élèves de seconde, le projet, enrichi d’une année sur l’autre a été reconduit jusqu’en 2010 et se poursuit aujourd’hui avec une classe de première, et bientôt une autre de terminale, afin d’aborder de nouvelles problématiques.

 

  • 23 L’expression est utilisée, depuis le milieu des années 1990, pour désigner les publics qui n’ont pa (...)
  • 24 BOEN, circulaire no 2008-092, du 11 juillet 2008. Le parcours a été mis en place à la rentrée 2008 (...)

11Quel que soit le niveau envisagé, il n’est pas question de créer une option « histoire » ou « archives » dans l’établissement, mais bien de recevoir une classe, dans sa diversité, composée dans le cas présent, dans sa grande majorité, de jeunes gens « éloignés de la culture23 ». L’objectif est de leur faire découvrir la fonction des archives et le patrimoine écrit de la nation, de leur proposer des visites du site et des ateliers pédagogiques fondés sur la découverte de documents originaux, tout en s’inscrivant dans la progression prévue par leurs enseignants, en histoire, en histoire des arts et en sciences. Une autre dimension du projet est de faire découvrir la richesse et la variété des métiers présents aux Archives nationales, démarche qui anticipait la mise en place, aujourd’hui, par l’Éducation nationale du Parcours de découverte des métiers et des formations : ce parcours « concerne tous les élèves de la classe de cinquième à la terminale de lycée. Pendant son cursus, l’élève découvre un panel de métiers et les différentes voies de formation24 ». Ce n’est pas moins d’une trentaine d’agents des Archives nationales qui prêtent de leur temps pour la réalisation et le succès de la classe « Archives » : personnels scientifiques des Archives (conservateurs, chargés d’études documentaires, secrétaires de documentation en charge des fonds), personnels techniques (chefs de travaux d’art, techniciens d’art, équipes de magasinage), personnels en charge de la valorisation des fonds auprès du public et personnels d’accueil. Tous ont su adapter, pour ces jeunes gens, parfois en grande difficulté scolaire, un discours souvent complexe pour expliquer leur formation et leur mission au sein des archives. Une des forces du projet est de pouvoir réunir un large éventail de compétences au service des élèves.

Inscrire sa classe dans un projet culturel
Aude van Kerckhove

professeur d’histoire et de géographie au lycée Henri-Wallon, Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)

Deux modalités d’organisation sont possibles : soit l’on inscrit le projet dans des heures fléchées « accompagnement personnalisé » ou « module d’exploration » en seconde, à raison d’une heure par semaine ou deux heures par quinzaine ; dans ce cas, la découverte pédagogique se rapproche plus d’une démarche illustrative mais s’ouvre plus facilement à une interdisciplinarité (avec la physique-chimie ou les lettres par exemple) ; soit l’on inscrit le projet dans le cadre d’une classe à PAC (projet artistique et culturel) financée par le rectorat ; dans ce cas, les heures « archives » s’inscrivent dans les heures réglementaires d’histoire et de géographie. La démarche pédagogique peut être alors réellement inductive, ce qui semble plus approprié pour le niveau « première ».
La fréquence et la régularité des sorties ou ateliers liés à la classe « archives » permettent à la fois aux élèves de devenir véritablement familiers de nouveaux lieux, de nouveaux territoires, mais aussi familiers de l’archive sous sa forme originale, répondant ainsi à l’objectif premier de ce projet qui est d’éveiller une émotion à l’égard de ce qui, pour la majorité des élèves, n’est qu’une reproduction dans un manuel.
Afin de diversifier les approches pédagogiques et de jouer sur les changements d’échelles, il est souhaitable d’alterner les séances dans l’établissement, celles aux Archives nationales à Paris, et celles qui sont situées dans le territoire propre des élèves (sortie urbaine dans leur ville, archives municipales, archives départementales).

  • 25 Brunet R. [sous dir], Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Reclus-La documentation fra (...)
  • 26 Les travaux d’Hervé Vieillard-Baron ont montré comment le poids de ces représentations négatives es (...)
  • 27 BOEN no 9 du 30 septembre 2010.

12« Le territoire propre des élèves », « le territoire des élèves »…, au fil des premières séances passées avec eux, il nous est effectivement apparu que le lien fédérateur entre eux, parce qu’ils viennent d’horizons géographiques très différents, est le territoire qu’ils habitent. La définition que donne Roger Brunet du territoire semble particulièrement appropriée puisqu’elle recouvre des dimensions à la fois juridique, sociale, culturelle mais aussi affective que l’on retrouve dans la relation particulière que ces jeunes gens ont nouée avec « leur » territoire : « Le territoire tient à la projection sur un espace donné des structures spécifiques d’un groupe humain, qui incluent le mode de découpage et de gestion de cet espace. Il contribue en retour à fonder cette spécificité, à conforter le sentiment d’appartenance, il aide à la cristallisation des représentations collectives, des symboles qui s’incarnent dans les hauts lieux25 ». Cette notion s’est retrouvée au centre d’une grande partie du travail et de la réflexion menés avec les élèves. Souvent coupés de leurs racines familiales, parfois en pleine crise identitaire, ils habitent un territoire, qui semble, lui aussi privé d’histoire, du fait de la rapide transformation de son paysage. En effet, le passage d’une banlieue rurale et maraîchère à une banlieue fortement marquée par l’industrialisation du XIXe siècle puis par la construction des grands ensembles dans les années soixante, rend difficilement perceptible la richesse culturelle et historique de ces villes, d’autant qu’elles sont ressenties par beaucoup – y compris par nombre de leurs habitants – comme un lieu de marginalisation et d’exclusion26. Cette thématique s’inscrit aujourd’hui dans le premier thème du nouveau programme de géographie de la classe de première27 : « Comprendre les territoires de proximité », question appréhendée sous le double aspect des « territoires du quotidien » et des « territoires de vie, territoires aménagés ». Un autre angle d’étude envisagé par les programmes est la relation entre « territoires, appartenances et identité », approche qui se révèle particulièrement sensible avec les élèves de la classe « Archives ».

13La richesse des fonds d’archives permet ainsi d’appréhender le territoire sous les angles historiques, administratifs et géographiques, sans en négliger l’approche sociologique, en confrontant des documents de natures variées, au premier rang desquels se trouvent les cartes.

Les cartes et plans : des sources pour l’approche du territoire
Cécile Souchon

conservateur général, responsable jusqu’en 2010 de la Section des cartes, plans et photographies des Archives nationales

Il n’existe pas dans chaque dépôt d’archives public de service dévolu spécifiquement aux documents figurés, cartes, plans ou photographies, comme il en existe un aux Archives nationales, même s’il existe bien des documents figurés de ces différentes sortes dans tous les dépôts d’archives. La masse et l’importance des documents figurés ont été perçues dès l’origine de l’organisation moderne des Archives nationales (époque révolutionnaire) comme devant donner lieu à conservation, communication et même considération particulières. Réunis en un unique dépôt, les documents de gestion domaniale des seigneurs renversés, et les cartes du nouveau découpage territorial de la nation, les atlas royaux et les calques du ministère des Travaux publics, les collections princières confisquées par les conquêtes et les pièces de procès, ont servi à asseoir des droits et soutenir des projets, ils sont maintenant les alliés de la recherche et de l’histoire.
Plus encore que des textes à déchiffrer, ce sont des documents que l’on doit regarder de près.
Les différents niveaux de lecture ne se révèlent qu’à ce prix. L’esthétique des documents figurés arrête souvent le regard à la surface. De toutes les sortes de terrains à l’abstraction cartographique, il faut pourtant passer la barre des conventions, de tous ces signes et signaux exprimant les tâtonnements et le savoir - ou l’imagination - d’une époque : perspective, systèmes de mesure, échelles, orientation, formats, couleurs, dédicace, graphismes semés en pluie ou soigneusement hiérarchisés, message clair ou involontaire, présence et plus encore absence de légende, évoquant un espace devenu transportable… sur le papier.
La carte, le plan, à la fois descriptifs et synthétiques, invitent au déplacement virtuel, enclenchent le mouvement. À ce titre, ils répondent bien au besoin des élèves – souvent malheureux de la position d’écoutant ou peu enclins au silence et à la concentration – de comprendre « comme s’ils y étaient » de quels quartiers, parcelles, terroir, configuration du terrain ils sont spectateurs ou visiteurs ; dans leur usage intensif de l’image, l’impression de survol leur est en outre devenue familière, ce qui étonnerait bien les cartographes du passé, contemplateurs d’étoiles, mais cavaliers ou arpenteurs émérites de la terre !

14Les cartes, et en particulier les cartes anciennes, qu’elles soient manuscrites, gravées ou imprimées, laissent rarement indifférent. Ces mondes colorés – la technique utilisée est souvent, pour les cartes d’époque moderne, l’aquarelle ou l’encre et le lavis – parviennent toujours, au hasard d’un dessin, d’un figuré ou d’un nom connu, par accrocher le regard et, du même coup, à susciter l’intérêt. Les élèves, appréhendent grâce à ce type de document, les évolutions du territoire, les transformations urbaines, et, en les croisant avec d’autres sources, mesurer la profondeur de leur histoire. Il ne s’agit pas pour autant de le traiter comme un isolat, mais bien comme le composant d’espaces englobants, aménagés par des acteurs institutionnels, caractéristiques particulièrement perceptibles dans cette partie de la région parisienne.

Étude de cartes originales du terroir d’Aubervilliers puis restitution des conclusions en séance plénière.

Étude de cartes originales du terroir d’Aubervilliers puis restitution des conclusions en séance plénière.

© Service éducatif des Archives nationales

Ressources incontournables : la Section des cartes, plans et photographies aux Archives nationales
Nadine Gastaldi

conservateur en chef, responsable de la Section des cartes, plans et photographies des Archives nationales

La Section des cartes, plans et photographies a pour origine la Section topographique créée en 1795 aux Archives nationales. Sous l’égide du géographe Pierre de Belleyme, elle eut alors deux missions : conserver les documents sur les nouveaux découpages administratifs de la France (par exemple départements ; aujourd’hui sous-série D IVbis) ; recueillir des collections de cartes et plans confisquées, à partir de 1791, au roi et aux institutions d’Ancien Régime (civiles, militaires ou religieuses) puis aux émigrés (aujourd’hui séries N et NN). Cette Section disparut en 1823. Cartes et plans relèvent ensuite des Sections domaniale puis ancienne. En 1948, Charles Braibant, directeur des Archives nationales, recrée un Service des cartes et plans et, en 1959, il inaugure ses locaux, encore usités (1 000 m2 de magasins, 2000 tiroirs, 350 ml de rayonnages (1) ; une salle de lecture, la Rotonde). En 1994, redevenu « Section », il reçoit la charge des documents photographiques des Archives nationales (site de Paris) puis, en 2011, celle des archives audiovisuelles (sites de Paris et Fontainebleau).
Ces compétences étendues confirment son expertise sur des documents « spécifiques » par leurs dimensions – jusqu’à 15 m de long ou 21 m2 –, leurs supports ou leurs techniques. Il doit les conserver (conditionnements, restaurations ou numérisations), les communiquer et les mettre valeur (inventaires, conférences, expositions, etc.), mais aussi offrir un conseil sur leur traitement matériel et intellectuel, aux Archives nationales comme en dehors.
En 2011, hors audiovisuel, la Section conserve au moins 200 000 documents correspondant à une centaine de séries ou sous-séries des Archives nationales. Les plus anciens datent du XVe siècle et les plus récents du XXIe siècle ! Ils concernent les cinq continents, voire l’univers (cartes du ciel…). Ils offrent une multiplicité de :
- supports (parchemin ; papiers et/ou supports photographiques variés, parfois très fragiles tels calques ou plaques de verre) ;
- conditionnements (feuille isolée à plat, rouleau, cahier, album, atlas, etc.) ;
- techniques (relevant des arts graphiques, de l’estampe ou de la photographie). Comme la plupart des documents d’archives, ils sont en général uniques.
Citons parmi les plus remarquables :
- les 7 000 cartes cotées 6 JJ Marine sur les voyages de circumnavigation des XVIe-XIXe siècles, dont ceux des explorateurs français, de Bougainville à Dumont d’Urville (1768-1839) ;
- les documents des Travaux publics (F14) : atlas des routes de France de Trudaine, XVIIIe siècle ; plans et photographies du métro parisien, vers 1900 ; cartes et plans de chemins de fer, de ports, de ponts, de mines, d’usines etc., XVIIIe-XXe siècles ;
- le cadastre de Paris avant Haussmann (F31), 1809-1855 ;
- les plans de l’architecture publique en France ou à l’étranger, dont les palais de Versailles ou du Louvre (notamment O, VA et F21), XVIe-XXe siècles ;
- des fonds publics ou privés d’architectes ou d’agences d’architecture, XIXe-XXe siècle : Louvre (avec les photographies de Baldus, Second Empire), Invalides, Panthéon, etc. (série AJ) ; Laprade, Tournon, Destailleurs etc. (série AP) ;
- les 31 365 plaques de verre de l’identité judiciaire du ministère de l’Intérieur (F7), 1907-1963.

Notes
(1) Les archivistes utilisent le mètre linéaire (ml) pour comptabiliser les archives.

  • 28 Né, en 1964, du découpage des départements de Seine-et-Oise et de la Seine, le département de Seine (...)

15Étudier le territoire amène à s’interroger sur les notions d’emboîtements d’échelles, elles aussi affichées dans les nouveaux programmes de géographie de première et dans les tableaux « capacités et méthodes » des programmes d’histoire et de géographie de seconde. La confrontation de plusieurs cartes représentant le même espace à différentes échelles, ou à différentes périodes, permet d’expliquer le fonctionnement des territoires. Ce travail sur les jeux d’échelles prend une toute autre mesure quand il s’appuie sur le réseau des archives. En confrontant les sources conservées respectivement aux Archives nationales, dans les archives départementales et dans les archives municipales, on entre dans de nouveaux jeux d’échelles, tour à tour spatiales, institutionnelles et temporelles. Aux Archives nationales sont rassemblés les documents qui proviennent des organes centraux de l’État, et les cartes qui concernent le territoire de Seine-Saint-Denis remontent aisément au XVIe siècle. Les archives départementales conservent les archives des institutions provinciales d’Ancien Régime et des services de l’État en département, mais une des spécificités des archives de ce département, de création récente28, est de disposer de fonds iconographiques et audiovisuels exceptionnels sur l’aménagement du département. Sont conservées enfin dans les archives municipales les documents issus de l’administration communale et, à ce titre, les élèves peuvent travailler sur l’histoire de leur quartier, voire de leur établissement scolaire.

Aux Archives départementale de Seine-Saint-Denis situées à Bobigny, les élèves de la classe « Archives » découvrent les fonds touchant à l’aménagement du département et à l’histoire de leur commune.

Aux Archives départementale de Seine-Saint-Denis situées à Bobigny, les élèves de la classe « Archives » découvrent les fonds touchant à l’aménagement du département et à l’histoire de leur commune.

© Service éducatif des Archives nationales

Une précieuse complémentarité des fonds
Sébastien Colombo

médiateur culturel aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis

Depuis plusieurs années, le service éducatif des Archives nationales propose un « parcours archives » aux établissements scolaires de la Seine-Saint-Denis. À cette occasion les classes visitent plusieurs services d’archives qu’ils soient nationaux, départementaux ou bien encore municipaux.
En associant les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis à cette initiative, les Archives nationales permettent aux historiens et archivistes d’aborder avec les élèves l’histoire d’un territoire souvent stigmatisé qui possède pourtant des richesses insoupçonnées. En outre, lors de leur visite, lycéens et collégiens sont sensibilisés aux enjeux des métiers et des missions qui constituent la chaîne archivistique.
En visitant le bâtiment, les élèves découvrent ainsi la diversité des documents d’archives, leur provenance, mais aussi les moyens mis en œuvre pour assurer leur meilleure conservation, leur meilleur classement et leur meilleure communication. La rencontre avec les professionnels est l’occasion, pour eux, d’échanger sur des pratiques de travail qui évoluent en fonction des avancées technologiques et des exigences d’informations de notre monde contemporain. À travers l’exemple de la commune d’Aubervilliers, les élèves étudient un florilège de documents d’archives qui dévoilent les modalités de l’urbanisation qui s’est amorcée au XIXe siècle. Cette approche reflète les influences réciproques de l’histoire locale et de l’histoire nationale. Cette étude témoigne également de la complexité des rapports qu’entretiennent les territoires de « banlieues » avec la ville capitale. En étudiant des dénombrements de populations depuis la fin du XIXe siècle jusque dans les années 1930, les élèves constatent l’accroissement exceptionnel du nombre d’habitants. Ils établissent les causes de ce phénomène, lié à l’arrivée massive de migrants d’abord venus des départements ruraux, puis des pays européens limitrophes de la France et, finalement, du monde entier.
Ces informations, confrontées aux cartes et plans des cadastres napoléoniens et de ceux rénovés des années 1930 et 1940, leur permettent de constater le développement industriel concomitant à l’implantation du chemin de fer sur le territoire. Ils peuvent ainsi lier les phénomènes migratoires aux besoins considérables de main-d’œuvre durant la « Révolution industrielle ».
Enfin, la projection d’extraits de films, choisis parmi les 65 000 documents du fonds audiovisuel des Archives départementales, offre une vision incarnée des bouleversements historiques et sociologiques du département de l’après-guerre jusqu’à la fin des « Trente Glorieuses ».
L’implantation en Seine-Saint-Denis des Archives nationales, ainsi que celles du ministère des Affaires Étrangères, ajoute le prestige de leurs fonds à la diversité et à l’originalité de ceux conservés par les services d’archives départementales et municipales. Leur complémentarité permet aux services éducatifs de ces différentes institutions de proposer aux établissements scolaires des parcours et des ateliers qui invitent les enseignants et leurs élèves à une découverte insolite d’un territoire marqué par les soubresauts de l’Histoire.

16Cette démarche, qui conduit les élèves d’un centre d’archives à l’autre, en comptant sur la complémentarité et la variété des documents d’archives mis à leur disposition, a aussi pour objectif de donner aux futurs ou jeunes adultes la capacité d’apprécier les enjeux de la gestion et de l’aménagement des territoires de la cité, de les faire passer ainsi du statut d’habitant à celui de citoyen. Enfin, appréhender l’histoire de leur « territoire de vie », c’est toucher directement à leur quotidien et les faire s’interroger sur la notion plus subtile de l’existence d’histoires individuelles – les leurs, celles de leurs ascendants ou de leurs proches – qui se confondent avec l’histoire collective.

L’original comme fil conducteur

17Le projet initial, défini en 2006, comportait cinq séances de travail réparties de janvier à mai, permettant de découvrir les lieux, les missions de collecte, de classement, de conservation et de communication des Archives, puis de s’initier à la recherche, tout en privilégiant la rencontre avec des professionnels des Archives. La sixième et dernière journée mettait l’accent sur les sources de proximité, fonds des archives départementales, municipales et ressources que constituent les associations d’histoire locale. D’une année à l’autre, le projet s’est étoffé, les rendez-vous sont devenus plus fréquents et les cheminements de découvertes se déclinent en fonction de différents niveaux et des programmes correspondants.

  • 29 Duchein M. et Rumeau S., La classe d’histoire aux archives, Paris, Direction des Archives de France (...)

18Les élèves bénéficient, dans le cadre de ce projet, d’une sélection d’ateliers pédagogiques, fondés sur l’exploitation et l’analyse de documents originaux, en lien avec les programmes d’histoire, de géographie et de sciences et choisis en collaboration avec l’enseignant en fonction de sa progression. Il est essentiel également de leur faire découvrir l’original dans son lieu de conservation. Analyser une charte médiévale ou n’importe quel autre document d’archives original, dans les espaces du musée, provoque certes une émotion, mais celle-ci est bien plus forte encore au sein des Grands dépôts, où l’on visualise vraiment « l’épaisseur des archives ». Dans la mesure du possible, et dans le plus grand respect des règles de la conservation, le Service éducatif s’attache à mettre à disposition sous vitrine le ou les quelques documents originaux sur lesquels se fondent les ateliers. La pratique a été systématique en direction de la classe « Archives ». Il s’agit aussi, par la visite d’espaces totalement fermés au public cette fois, de les sensibiliser aux problématiques de conservation des archives pour leur faire davantage comprendre la fonction historique et civique de ces dernières. On a renoué ici avec une pratique qu’avaient inaugurée Charles Braibant et Régine Pernoud dans les années cinquante quand la visite du musée était suivie de celle des Grands dépôts et de « certaines installations des Archives nationales susceptibles d’intéresser des élèves : service photographique, minutier central, service sigillographique, service de restauration des documents29 ».

Le Département de la conservation des Archives nationales
Emmanuel Rousseau

conservateur en chef, responsable du Département de la conservation des Archives nationales

Afin de garantir la transmission des documents d’archives qui constituent les différents fonds des Archives nationales, le Département de la conservation, créé en 2000, propose les orientations et met en œuvre les actions des Archives nationales en matière de conservation préventive : contrôle des conditions environnementales des magasins, fourniture de matériels et équipements de conservation et de conditionnement. Il veille aussi à la sauvegarde et à la mise en valeur des documents par la restauration et les techniques de reproduction.

Dans les Grands dépôts, la mise sous vitrine de documents originaux nécessite l’intervention de nos collègues de l’atelier du musée dont la fonction principale est le montage des expositions (première photographie). L’accueil des élèves dans les magasins se fait systématiquement par demi-groupe pour un plus grand confort de visite (seconde photographie).

Dans les Grands dépôts, la mise sous vitrine de documents originaux nécessite l’intervention de nos collègues de l’atelier du musée dont la fonction principale est le montage des expositions (première photographie). L’accueil des élèves dans les magasins se fait systématiquement par demi-groupe pour un plus grand confort de visite (seconde photographie).

© Service éducatif des Archives nationales

Il est en outre chargé du récolement général et permanent des archives et de la gestion des espaces dans les magasins du site de Paris.
Conservation préventive

La conservation préventive regroupe un ensemble de mesures destinées à assurer la conservation matérielle des documents à long terme en luttant contre les différents facteurs de dégradation : l’environnement climatique et lumineux, les infestations et le développement de moisissures, les matériaux de conditionnement, la manipulation des documents, la poussière, les sinistres, etc., et en adoptant une veille sanitaire. Gestion de l’espace
La gestion de l’espace consiste à organiser le rangement des archives dans les magasins afin d’optimiser et de rationaliser les espaces de conservation. Le Département gère le récolement topographique des archives (recensement précis, exhaustif et permanent des unités matérielles de conditionnement, magasin par magasin) et détermine, en concertation avec les sections, l’implantation des archives en fonction de la configuration des magasins, des conditions climatiques et des espaces disponibles.
Atelier de restauration

L’atelier de restauration de documents, de reliure et de dorure est chargé de restaurer les documents d’archives pour limiter leurs dégradations et assurer leur pérennité. Les documents traités sont pour l’essentiel des liasses de papier, des parchemins, des registres reliés ou brochés, des plans sur papier, des calques, etc.
Atelier de photographie

L’atelier de photographie est chargé de reproduire les documents d’archives par différents procédés de capture photographique, de traitement de l’image et de communication. Les documents photographiés sont des écrits manuscrits, dactylographiés ou imprimés, plans, dessins, photographies, objets (pièces à conviction judiciaires, étalons des poids et mesures, sceaux et chartes scellées, etc.).
Ainsi le Département de la conservation est au cœur des activités des archives. Pôle d’excellence, reconnu tant au niveau national qu’international, il est aussi un lieu de formation pour ceux qui souhaitent travailler dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine écrit. Il est enfin un des partenaires du service éducatif des Archives nationales en accueillant des élèves, soit en groupe soit individuellement, pour les sensibiliser aux méthodes de conservation et aux bonnes pratiques en la matière.

19La visite des différents services qui composent le Département de la conservation, qui avait été totalement abandonnée devant l’affluence croissante des groupes, est rendue complexe par l’exiguïté des lieux et la fragilité des documents qui y sont restaurés. Ce type d’interventions, qui demande à la fois une très grande vigilance des agents et une non moins grande disponibilité de leur part, ne peut qu’être ponctuelle. Il n’en est pas moins très apprécié des élèves, d’abord parce qu’il les inscrit dans de nouveaux rapports de civilités, et que ces jeunes gens sont toujours touchés de la grande disponibilité des personnes mobilisées, qui ont toutes comme point commun de vivre leur métier avec passion, ensuite parce qu’ils abordent des notions concrètes, des démonstrations voire des manipulations faisant suite aux présentations théoriques.

Un défi à relever !
Anne Lama

chargée de mission, responsable de la conservation préventive aux Archives nationales

La conservation préventive est un vaste domaine dont l’objectif principal est de prévenir la dégradation des documents patrimoniaux. Les facteurs d’altérations sont nombreux et pour la plupart connus de tous : lumière, température, humidité, insectes, moisissures, etc. La conservation préventive agit sur l’environnement des documents pour améliorer leurs conditions de conservation grâce aux instruments de mesure climatique, à des méthodes scientifiques d’identification de micro-organismes et parfois à des traitements curatifs de masse. La reproduction des documents est aussi une mesure préventive qui permet d’accéder au contenu tout en préservant le support matériel d’origine. Cette discipline prend de plein droit sa place au sein de la chaîne de traitement des documents d’archives. Son action sur une masse de documents prévient les dégradations qui pourraient être irréversibles. À la portée de tous, la conservation préventive concerne l’ensemble des acteurs du patrimoine ainsi que ses utilisateurs.
Peu connue, et contrairement à la restauration, la conservation préventive est une tâche ingrate dont les fruits ne se recueillent que tardivement. C’est pourquoi l’exercice, proposé par le service éducatif des Archives nationales, de présenter à de jeunes gens les missions d’un chargé de conservation préventive, fut un défi pour moi. J’ai préféré l’envisager sous la forme d’un parcours initiatique, de la recherche d’une filière qui me corresponde à la réalisation de l’idée que je me faisais de la vie active. Le message que je souhaitais faire passer aux élèves dans la recherche de leur futur métier était qu’importe les détours et le temps investi, l’important est d’y parvenir enrichi de ces hésitations !
La première année, la forme de la présentation était quelque peu scolaire avec projection d’un diaporama. La seconde année, nous innovions en emmenant la classe dans les magasins d’archives non « visitables » car peu praticables pour le public.
Malgré le désintérêt de certains, les échanges ont été en général fructueux. La question la plus fréquente – et la réponse a déçu la plupart du temps – portait sur notre salaire, reconnaissons-le. Mais alors, est-ce que ce défi a été relevé ? Oui – quand une année, un élève dessinait sans aucun intérêt pour ma présentation et qu’il a subitement levé le nez, comme frappé d’une révélation. J’évoquais ma passion précoce pour l’art (et le dessin en particulier) ainsi que ma persévérance à réussir dans ce domaine, en dépit de tous, pour finalement travailler sur ce qui me passionne et permet la transmission d’un patrimoine aux générations futures.

 

La classe « Archives » au sein du Pôle restauration de documents, de reliure et de dorure des Archives nationales
Nelly Cauliez

chef de travaux d’art, responsable de l’atelier de restauration de documents, de reliure et de dorure des Archives nationales.

Myriam Kriche

technicienne d’art, atelier de restauration de documents, de reliure et de dorure des Archives nationales.

Dans le cadre de la journée pédagogique de découverte des métiers des Archives, l’atelier de restauration reçoit chaque année depuis février 2008, une classe de seconde d’un lycée de Seine-Saint-Denis. Le Département de l’action culturelle et éducative souhaite y faire découvrir les métiers de la restauration du patrimoine, souvent méconnus voire inconnus des lycéens. À cette occasion, les élèves rencontrent des restaurateurs de l’atelier.
Dans un premier temps, par le biais d’un exposé oral, un restaurateur-relieur et un restaurateur-doreur présentent leur parcours scolaire ou professionnel. Ils abordent les différentes formations initiales, la durée d’apprentissage, souvent longue, de techniques complexes, la passion d’un métier d’abord manuel mais qui requiert aussi un goût prononcé pour l’histoire, l’histoire de l’art et les sciences exactes appliquées à la restauration, les qualités et les compétences indispensables pour l’exercer.
Les élèves sont ensuite invités à poser des questions. Le plus fréquemment, le métier de restaurateur de documents et de reliure est pour eux une découverte car ils pensent que la restauration ne s’applique qu’à la peinture. Le temps de traitement d’un document d’archives, qui se compte parfois en mois, les laisse souvent perplexes. Passer des dizaines d’heures à dépoussiérer, gratter, décoller des papiers, restaurer des déchirures leur semble parfois fastidieux voire ennuyeux.
La deuxième partie de la journée est consacrée à une visite et une présentation du travail de l’atelier. C’est aussi l’occasion d’expliciter la méthode pour sélectionner les documents à restaurer. Une restauration peut être réalisée dans le cadre du traitement complet d’une série, d’une demande de communication par un lecteur, d’une demande de prêt pour une exposition (interne ou externe, nationale ou internationale) ou pour la préparation d’une campagne de numérisation ou de reconditionnement. Les élèves sont aussi sensibilisés à la nécessité prégnante, pour les restaurateurs, de parfaire leur formation initiale en continuant, tout au long de leur carrière, à se tenir informés des nouvelles avancées, tant en matière d’études des supports que dans l’apprentissage de nouvelles techniques et ce afin d’assurer une restauration pérenne et respectueuse de l’intégrité plastique, esthétique, scientifique et historique du document. La formation d’élèves restaurateurs ou de collègues est également abordée, car elle fait partie intégrante du travail de l’atelier, qui est considéré comme un conservatoire des savoir-faire.
La visite s’achève par la présentation de l’atelier de dorure. Les élèves découvrent l’exceptionnelle collection de fers et d’outils à dorer et la mission de l’atelier : retrouver une vision globale de ce qu’était un décor de reliure lors de sa création et confectionner des titrages ou des cotations, deux éléments indispensables pour identifier le contenu d’un document ou d’une boîte d’archives.
La conclusion de cette journée permet de résumer pour les élèves la réalité du métier de restaurateur de documents et de reliure : un métier rare, précieux qu’il faut protéger et transmettre.
C’est le plus souvent lors de la découverte de l’atelier que les questions des élèves fusent, sur l’utilisation des feuilles d’or et des fers à dorer, du parchemin et du cuir, de la couture des cahiers. Les restaurateurs ont alors le sentiment d’avoir réussi à éveiller un intérêt certain pour leur métier voire peut-être de nouvelles vocations.

20Ces premières séances avec les élèves permettent de mesurer les missions fondamentales d’un service d’archives : collecter auprès des administrations de l’État les archives publiques, et certaines archives privées présentant un intérêt public ; classer et élaborer des instruments de recherche pour les rendre accessibles à tous ; conserver, c’est-à-dire assurer des conditionnements des archives qui les mettent à l’abri des dégradations, quand cela s’avère nécessaire restaurer et produire des copies de substitution pour la communication.

21Ce dernier aspect fait l’objet d’une journée tout à fait particulière avec les élèves de la classe « Archives », l’objectif étant de leur faire découvrir le fonctionnement du Département de l’orientation et de la communication au sein du Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN), et de leur permettre de faire une recherche sur des documents d’archives dans les mêmes conditions qu’un chercheur.

Présentation du Département de l’orientation et de la communication (DOC)
Magali Lacousse

conservateur en chef au Département de l’orientation et de la communication des Archives nationales

Ranger les archives en ordre et rédiger un « répertoire » (la description de leur contenu accompagnée d’un numéro d’identification appelé « cote ») constituent le cœur et le préalable indispensables à leur exploitation.
Mettre ces archives conservées aux Archives nationales à la disposition des chercheurs est la mission du Département de l’orientation et de la communication (DOC). Dans ce but, les chercheurs sont invités à se rendre au CARAN, sis au 11 rue des Quatre-Fils à Paris.
L’orientation :

La première responsabilité du DOC consiste à informer le chercheur de l’existence (ou non) et du lieu de conservation des documents. En effet, les Archives nationales à Paris ne conservent pas la totalité des documents : c’est le cas des archives militaires, de l’état civil et des archives diplomatiques.
Deux salles spécialisées, la « salle des inventaires » et l’« espace multimédia » contiennent toutes les informations utiles pour trouver le document qui intéresse le chercheur, sous forme d’ouvrages, de fiches d’aide thématiques ou de bases de données sur Internet ou sur l’intranet des Archives.
Sont également proposées des aides plus personnalisées, comme les visites de groupes (deux options : nouveaux lecteurs ou généalogistes) et les séances mensuelles de présentation de thèmes de recherche.
La communication :

Une fois que le chercheur a trouvé le document qui l’intéresse, il doit d’abord en vérifier la « communicabilité », qui est la durée légale du délai à l’issue duquel le document devient librement accessible (loi sur les archives du 15 juillet 2008).
Cela réglé, le chercheur peut alors passer à la « communication » du document : c’est-à-dire le commander. Il peut le faire soit pour le jour même soit en le réservant par avance.
En fonction de leur nature, les documents se consultent dans des salles différentes : les documents originaux (papiers, plans, enregistrements sonores) sont communiqués dans la « salle de lecture » et les microfilms dans la « salle des microfilms ».
Le chercheur peut obtenir des copies des documents, soit faites sur place soit demandées par courrier. Les copies sont de toute nature : photographies, photocopies, microfilms, cassettes audio. Il n’y a pas d’interdiction à faire des copies, sauf si l’état matériel du document est trop fragile ou bien s’il existe une interdiction juridique.

  • 30 La question du choix du document d’archives fait réagir certains didacticiens pour lesquels le docu (...)

22La définition du corpus mis à la disposition des élèves se fait largement en amont de la séance, sur le thème du territoire où ils vivent. Il s’agit de proposer des documents variés et de servir des problématiques qui dépassent la seule histoire locale. Les seules contraintes sont, dans ce type d’activité, de proposer des documents30 susceptibles de répondre à la grande hétérogénéité de la classe et d’en trouver en nombre suffisant pour permettre à plusieurs petits groupes d’élèves de travailler indépendamment les uns des autres. Au final, le corpus se compose d’une douzaine de documents - manuscrits ou imprimés, chartes, registres, circulaires ou dossiers administratifs, lettres, cartes, plans - dont les dates s’échelonnent de la fin du XIIIe siècle, pour le plus ancien, au milieu des années cinquante pour le plus récent.

  • 31 D’autant que la pratique a montré que ce ne sont pas systématiquement les meilleurs élèves, souvent (...)

23La répartition des documents d’archives entre les élèves ne se fait pas au hasard. Les séances préliminaires d’initiation à la recherche historique et à la paléographie permettent, au fil des séances, de repérer les élèves ayant le plus de facilités avec cet exercice. Le travail de paléographie sur des documents originaux, loin de rebuter les élèves, contribue au contraire à les mobiliser, tout en les valorisant31. Ceux d’entre eux qui ont des facilités prennent logiquement en charge l’étude des documents les plus complexes à la lecture, transcriptions et traductions étant mis à leur disposition si cela s’avère nécessaire.

24Chaque groupe d’élèves dispose d’un dossier documentaire destiné à apporter des éclaircissements sur le document à exploiter (descriptif du fonds d’archives d’où provient le document, contexte historique, lexique, chronologie, extraits de publications de nature scientifique, extraits de manuels scolaires du secondaire). Il est de plus accompagné d’un membre des Archives nationales, personnel de conservation, de documentation ou du service éducatif, chargé de le guider dans l’analyse du document et de le préparer au travail de restitution des travaux, à l’oral, en séance plénière.

Dans la salle des inventaires du CARAN, les élèves recherchent les références de cotes des documents d’archives.

Dans la salle des inventaires du CARAN, les élèves recherchent les références de cotes des documents d’archives.

© Photographie Pierre Labarbe

Dans le dépôt Napoléon III, les élèves repèrent les cartons d’archives sur les rayonnages et les chargent sur des chariots.

Dans le dépôt Napoléon III, les élèves repèrent les cartons d’archives sur les rayonnages et les chargent sur des chariots.

© Photographie Pierre Labarbe

Les cartons d’archives, chargés sur des wagonnets, sont acheminés par les souterrains jusqu’au CARAN.

Les cartons d’archives, chargés sur des wagonnets, sont acheminés par les souterrains jusqu’au CARAN.

© Service éducatif des Archives nationales

L’accueil des jeunes gens de la classe « Archives » au CARAN
Magali Lacousse

conservateur en chef au Département de l’orientation et de la communication des Archives nationales

Dans le cadre du PREAC Patrimoine-Archives intitulé « Au cœur des archives : une pratique active de l’Histoire », le service éducatif a organisé une séance consacrée aux recherches dans les archives, avec la participation du Département de l’orientation et de la communication (DOC). Les élèves du lycée Henri-Wallon d’Aubervilliers ont bénéficié de ce programme éducatif. La matinée était consacrée à la visite des magasins (appelés « dépôts »), où sont entreposées les archives, et à celle du CARAN, le bâtiment d’accueil du public des Archives nationales. Les élèves ont ainsi pu découvrir toute la chaîne de la communication des documents : comment se repérer dans les fonds d’archives, comment commander le carton correspondant, comment transporter et apporter les cartons aux chercheurs en salles de consultation. L’après-midi était consacré à l’exploitation des documents d’archives. Les élèves disposaient de 12 documents originaux, volontairement très différents, mais ayant tous Aubervilliers comme point commun : dossier d’un forçat natif d’Aubervilliers (1820), plan de construction d’une maison (1956), lettres patentes de Philippe IV restituant à l’abbaye de Saint-Denis une pièce d’or trouvée à Aubervilliers (1298), cahiers de doléances de 1789, dossiers de naturalisation d’un journalier établi à Aubervilliers (1883), salle d’asile des sœurs de Saint Vincent de Paul à Aubervilliers (1874), etc.
Par groupe de 2 ou 3, et sous la conduite d’accompagnateurs du service éducatif et du DOC, les élèves ont étudié ces documents : chaque groupe a ensuite présenté à tour de rôle à ses camarades le bilan de ses recherches. Cet exercice offre plusieurs intérêts : familiariser les jeunes gens avec les archives, un monde inconnu et peu attrayant a priori ; montrer la valeur d’un document lorsqu’on le replace dans un contexte historique plus large ; démontrer la continuité du territoire, Aubervilliers, en l’occurrence, depuis les époques les plus anciennes et s’y inscrire.
Ce type de séance est aussi enrichissant que surprenant. Les organisateurs ont notamment été impressionnés par la curiosité et le réel investissement de ces élèves qui connaissent, pour certains, d’importantes difficultés, en particulier sur le plan scolaire.

Dans une des salles de réunion du CARAN, travail de paléographie sur un document du XVIIIe siècle.

Dans une des salles de réunion du CARAN, travail de paléographie sur un document du XVIIIe siècle.

© Service éducatif des Archives nationales

Travail de critique et d’analyse des sources par binôme, sous la conduite d’un agent des Archives.

Travail de critique et d’analyse des sources par binôme, sous la conduite d’un agent des Archives.

© Service éducatif des Archives nationales

Présentation des documents en séance plénière

Présentation des documents en séance plénière

© Service éducatif des Archives nationales

Quelles retombées pour la classe ?
Aude van Kerckhove,

professeur d’histoire et de géographie au lycée Henri-Wallon, Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)

Il m’est possible de faire état de retombées à la fois pour des classes de seconde (classe « Archives » de 2007 à 2010) et de première (2010-2011). Pour les élèves, comme tout projet, la classe « Archives » permet d’« apprendre autrement ». En acceptant de « mettre en scène » l’archive, parce que pour la découvrir on se rend aux Grands dépôts des Archives nationales et parce qu’on met en valeur tout le travail qui l’entoure, on crée chez les élèves une émotion, un « goût de l’archive (1) », qui leur permet, en classe par la suite, d’appréhender l’analyse de documents avec plus de plaisir, de familiarité et de conviction. Par conséquent, la mise en lien des documents d’une étude de cas leur est aussi plus facile, plus signifiante. Du point de vue de la discipline, on constate donc assez rapidement des progrès.
Individuellement, les élèves apprennent à découvrir que ces archives sont aussi les leurs, qu’ils ne sont pas qu’« habitants » d’un territoire mais aussi futurs citoyens ayant droit à l’accès aux archives, et donc à la « Grande Histoire ». Ce droit acquis à la Révolution porte en lui des valeurs républicaines importantes, me semble-t-il, à transmettre à nos élèves. Par ailleurs, les faire réfléchir sur ce que sont les « archives de soi (2) » permet de les aider à comprendre d’où ils viennent « pour mieux savoir où l’on va », ce qui à leur âge est particulièrement crucial.
Au niveau du groupe-classe, comme dans tout projet, une dynamique positive se construit autour et grâce à ces sorties régulières, moments plaisants et différents. Untel se fera remarquer pour son don en paléographie, un autre pourra montrer ses qualités en art graphique. Il est arrivé souvent que des élèves absentéistes renouent avec l’école par le biais du projet.
Enfin, pour l’élève, pour la classe ou le lycée, le territoire du lycée n’est plus perçu comme un monde clos, le franchissement du périphérique n’est plus tabou, l’avenir n’est plus fait seulement de contingences.

Notes
(1) ndlr : il s’agit du titre d’un ouvrage d’Arlette Farge publié en 1989.
(2) Pour reprendre l’intitulé d’un atelier inscrit au catalogue des activités pédagogiques du service éducatif des Archives nationales

25Au terme de quatre années d’exercice, les lignes qui suivent peuvent prendre l’allure d’un bilan, qui se veut globalement satisfaisant même si les obstacles à lever ont été nombreux. Il a fallu en effet composer, au départ, avec le manque de motivation et d’autonomie de nombreux élèves. Cependant, la variété des activités proposées hors cadre scolaire, l’investissement de l’ensemble des intervenants, ont permis l’adhésion de la majeure partie du public scolaire au projet. Une première satisfaction est d’avoir pu ouvrir à ces jeunes gens, afin qu’ils puissent prendre la mesure de ce que sont les archives, des lieux normalement fermés au public, renouant ainsi avec une pratique lancée par Charles Braibant. Une autre est d’avoir partagé avec eux cet étonnement perpétuel que l’on éprouve au contact des archives. « Ces papiers ne sont pas des papiers, mais des vies d’hommes, de provinces, de peuples. […] Et à mesure que je soufflais sur leur poussière, je les voyais se soulever » écrivait Jules Michelet : des cartons d’archives, ouverts devant les élèves, sont sorties beaucoup plus que des données historiques pour servir à un apprentissage. La démarche entreprise dans le cadre de ce projet a contribué à développer leur capacité d’analyse et leur esprit critique, à changer également leur perception de l’histoire, et le rapport personnel qu’ils entretiennent avec elle.

26Pour autant, la classe « Archives » reste une opération pilote, quand bien même on souhaiterait la décliner largement. Il est en effet difficile, voire impossible, de démultiplier le dispositif dans un même service d’archives. Il est en revanche envisageable de voir d’autres services éducatifs s’emparer du concept pour le décliner à leur tour. L’implantation des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine ouvre de nouvelles perspectives. S’il demeure essentiel de continuer à recevoir les élèves de Seine-Saint-Denis dans le centre historique de Paris, de les amener à sortir de leur territoire en leur offrant la possibilité de s’inscrire dans de nouvelles dynamiques, l’objectif est bien de travailler de plus en plus en étroite collaboration avec nos collègues des archives départementales et municipales, en particulier ceux de Plaine Commune, avec lesquels les échanges sont déjà nombreux.

Les élèves de la classe « Archives » dans les dépôts Napoléon iii

Les élèves de la classe « Archives » dans les dépôts Napoléon iii

© Service éducatif des Archives nationales

27Personnels des Archives nationales qui sont intervenus dans le cadre de la classe « Archives », ou nous ont prêté leur concours : A. Abrard-Degranges, C. Bauer, F. Beltrami, M. de Bonnafos, N. Bouzid, A. Brun, J.-P. Brunterc’h, M. Cauras, N. Cauliez, P.-Y. Chiron, S. Colliard, P. Combet, P. Coste, M.-C. Delmas, M.-T. Denis, R. Ducelier, L. Esmieu, P. Fournié, M. Gacquière, B. Galland, C. Guilbaud, X. Guillot, M. Hafis, D. Hervé, A. James-Sarazin, C. Jeanjean, M. Kriche, é. Laforest, J.-H. Labrunie, R. Lachartre (†), M. Lacousse, A. Lama, R. Lapasin, B. Lebrigand, J. Lenoir, E. Marguin-Hamon, L. Martin, E. Mourlon-Druol, I. Neuschwander, S. Nicolas, S. Olive, A. Ollier, M. Paturange, T. Pin, F. Postic, A. Prévost, P. Ramon, B. Robert, C. Sainrimat, M. Schikele, C. Simon-Le Bihan, M. Thibault, J. Thomas, F. Valentin et l’équipe d’accueil du musée.

Notes

1 L’impulsion de ce projet revient à Mme Ariane James-Sarazin, conservateur en chef du patrimoine, responsable du Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales de 2000 à 2008.

2 La circulaire ministérielle du 20 mai 1912 prescrivait aux archivistes de faire des conférences aux élèves des écoles normales d’instituteurs sur le classement, la conservation et l’intérêt historique des archives communales. Cependant, les cas d’instituteurs utilisant, une fois en poste, des documents d’archives avec leurs élèves, étaient restés très isolés.

3 Braibant C., La classe d’histoire aux archives, Paris, Direction des Archives de France, 1957, p. 5.

4 Les archives du service éducatif ont conservé la mémoire des noms de Mesdames Stoyanovitch, Vaichière et Borde, les trois premières enseignantes à intégrer le service éducatif (Archives du service éducatif, non cotées).

5 Pernoud R., « L’expérience pédagogique du Musée de l’histoire de France », Museum, volume V, no 4, Unesco, 1952, p. 217.

6 On trouve ainsi, parmi les sélections de documents, les thématiques suivantes : Les villes médiévales, La société féodale, La Réforme en France, Les lettres et les arts au XVIIe siècle, La France de 1789, etc.

7 C’est sous ce nom que l’Éducation nationale désignait alors ses professeurs détachés au musée.

8 Cartonnage, rhodoïd et, surtout, plaques de plexiglas soudées ensembles constituaient ces premiers éléments de protection.

9 Pernoud R., op. cit., p. 219.

10 L’hôtel de Boisgelin se situe dans l’angle nord-est du « Quadrilatère » des Archives nationales, localisé à l’opposé de l’hôtel de Soubise. Les agents du service éducatif n’ont cessé, durant toute la période où se font ces projections, de demander qu’elles se déroulent au musée pour éviter les déplacements des enfants d’un bout à l’autre du site. Une des localisations proposées était la chapelle des Guise, alors équipée de bancs (Archives du service éducatif, non cotées). L’hôtel de Boisgelin est aujourd’hui occupé par l’atelier photographique des Archives nationales.

11 Pernoud R., op. cit., p. 221.

12 Braibant C., op. cit., p. 7.

13 Archives du service éducatif, dossiers « concours de l’historien de demain », non cotées.

14 Beaucoup de services d’archives ont prôné le maintien d’un concours à l’échelon régional. C’est d’ailleurs sous cette forme que, dans certaines archives départementales, il a été maintenu, en bénéficiant le plus souvent du soutien logistique des sociétés savantes locales.

15 Les dossiers du Concours de l’historien de demain, conservés dans les archives du service éducatif, révèlent que « parmi les candidats, nombreux sont ceux qui se destinent à l’École des chartes ou à l’enseignement de l’histoire » (Archives du service éducatif, non cotées).

16 On le constate régulièrement quand, dans le cadre des travaux personnels encadrés (TPE des classes de terminale), les élèves qui travaillent sur des thématiques historiques préfèrent utiliser les ressources en ligne.

17 Archives du service éducatif, dossiers « concours de l’historien de demain », non cotées.

18 Les classes du patrimoine s’inscrivent dans le dispositif des classes culturelles (Circulaire interministérielle no 89-279 du 8 septembre 1979).

19 Gautier-Desvaux É., « L’action culturelle aux archives », La Gazette des Archives no 141, Les Archives françaises à l’horizon de l’an 2000, études rassemblées à l’occasion du XIe Congrès international des Archives, Publication de l’Association des Archivistes français, Paris, 1988, p. 218-235, et Houillon M.-A. « L’expérience d’une classe archives en ville nouvelle. Sensibilisation à l’espace construit autour des quartiers d’Annapes et de l’hôtel de Ville de Villeneuve-d’Ascq », La Gazette des Archives no 199, Archives et politique de la ville, Colloque de la section des archivistes municipaux de l’Association des Archivistes français, 14 au 14 juin 2000, Toulouse, Publication de l’Association des Archivistes français, Paris, 2004, p. 28-31.

20 Quatre lignes de métro et la ligne B du RER relient directement plusieurs communes du département au centre de Paris, où sont situées les Archives nationales. Mais il est vrai que l’activation du Plan vigipirate a incité des chefs d’établissement à interdire toute sortie avec des élèves.

21 Les Archives nationales proposent une réduction de 50 % – soit des ateliers à 25 euros – aux établissements scolaires qui bénéficient d’un classement dit de zone d’éducation prioritaire (ZEP) ou assimilé, assez nombreux dans le département.

22 Le dernier en date est la participation des Archives nationales au dispositif Mon corps, mon lieu, organisé dans le cadre des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, sur le thème de la « transmission de la mémoire ».

23 L’expression est utilisée, depuis le milieu des années 1990, pour désigner les publics qui n’ont pas l’habitude de fréquenter musées et institutions culturelles (Calmet M., « Publics empêchés, publics éloignés, les enjeux d’un projet de service spécifique », Bulletin des Bibliothèques de France, no 42, 1997, p 19)

24 BOEN, circulaire no 2008-092, du 11 juillet 2008. Le parcours a été mis en place à la rentrée 2008 dans des établissements volontaires et généralisé depuis la rentrée 2009.

25 Brunet R. [sous dir], Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, Reclus-La documentation française, Paris, 1992, p. 436.

26 Les travaux d’Hervé Vieillard-Baron ont montré comment le poids de ces représentations négatives est pesant et vivement ressenti par les populations et en particulier par les jeunes gens (Vieillard-Baron H., Les Banlieues Des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette Supérieur, 2001, p. 142-146.

27 BOEN no 9 du 30 septembre 2010.

28 Né, en 1964, du découpage des départements de Seine-et-Oise et de la Seine, le département de Seine-Saint-Denis voit une partie des archives anciennes qui concernent son territoire conservées aux Archives nationales. C’est par exemple le cas des archives de l’abbaye de Saint-Denis qui remontent au VIIe siècle pour les pièces les plus anciennes.

29 Duchein M. et Rumeau S., La classe d’histoire aux archives, Paris, Direction des Archives de France, 1957, p. 17.

30 La question du choix du document d’archives fait réagir certains didacticiens pour lesquels le document doit d’abord répondre à des impératifs de lisibilité et d’attractivité. Il apparaît, dans la pratique, que c’est surtout l’accompagnement des élèves dans ce type de démarche qui est déterminant (Pegeon A., « La classe “Archives” des Archives nationales : une éducation non formelle à l’histoire », Transmette les sciences : vulgarisation et enseignement, Spirale, no 48, 2011.

31 D’autant que la pratique a montré que ce ne sont pas systématiquement les meilleurs élèves, souvent déroutés par l’aspect et le manque de lisibilité du document d’archives, qui réussissent le mieux les exercices de paléographie. Ce travail préliminaire de transcription a permis de faire « entrer dans la séance » les élèves les plus en difficulté. Afin de ménager une progression dans la difficulté, les exercices préparatoires ont porté sur des documents des XVIIIe-XVIIe siècles pour la période moderne, et des XIVe-XIIIe siècles pour la période médiévale.

Table des illustrations

Titre 1952 : « un groupe d’élèves de cours complémentaire découvre l’exposition pédagogique consacrée à La société médiévale. Une charte du XIe siècle, munie d’une protection spéciale va circuler parmi les élèves11 »
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Étude de cartes originales du terroir d’Aubervilliers puis restitution des conclusions en séance plénière.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Aux Archives départementale de Seine-Saint-Denis situées à Bobigny, les élèves de la classe « Archives » découvrent les fonds touchant à l’aménagement du département et à l’histoire de leur commune.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Dans les Grands dépôts, la mise sous vitrine de documents originaux nécessite l’intervention de nos collègues de l’atelier du musée dont la fonction principale est le montage des expositions (première photographie). L’accueil des élèves dans les magasins se fait systématiquement par demi-groupe pour un plus grand confort de visite (seconde photographie).
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Dans la salle des inventaires du CARAN, les élèves recherchent les références de cotes des documents d’archives.
Crédits © Photographie Pierre Labarbe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Dans le dépôt Napoléon III, les élèves repèrent les cartons d’archives sur les rayonnages et les chargent sur des chariots.
Crédits © Photographie Pierre Labarbe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Les cartons d’archives, chargés sur des wagonnets, sont acheminés par les souterrains jusqu’au CARAN.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Dans une des salles de réunion du CARAN, travail de paléographie sur un document du XVIIIe siècle.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Travail de critique et d’analyse des sources par binôme, sous la conduite d’un agent des Archives.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Présentation des documents en séance plénière
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Les élèves de la classe « Archives » dans les dépôts Napoléon iii
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18143/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540