Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Troisième partie. De nouveaux chantiers pour la politique éducative des Archives nationales

Chapitre 8. Les « modules pédagogiques » : des ateliers en ligne ?

Texte intégral

Dreyfus à la une : lors de cet atelier, les élèves sélectionnent, dans une base de données interne aux Archives, les documents nécessaires pour composer la une d’un journal annonçant la réhabilitation du capitaine Dreyfus.

Dreyfus à la une : lors de cet atelier, les élèves sélectionnent, dans une base de données interne aux Archives, les documents nécessaires pour composer la une d’un journal annonçant la réhabilitation du capitaine Dreyfus.

© Service éducatif des Archives nationales

  • 1 Danielewski D. et Monteil M. (coordinateurs), Référentiel matériel et organisation des TICE au coll (...)

1Le recours aux nouvelles technologies et aux ressources numériques se fait, aujourd’hui, dans toutes les disciplines et pour tous les niveaux d’études. « Ces usages, par les élèves eux-mêmes, sont une aide précieuse pour les apprentissages disciplinaires en ceci qu’ils facilitent l’implication personnelle dans des activités variées, aussi facilement reproduites que renouvelées, et des situations diversifiées. [...] Au-delà des objectifs liés aux enseignements disciplinaires, l’utilisation directe par les élèves est seule susceptible de leur faire acquérir la maîtrise des compétences liées aux techniques usuelles de l’information et de la communication, qui constituent une des exigences du socle commun de connaissances et de compétences de l’enseignement obligatoire1 ». Du point de vue d’une institution culturelle, il est essentiel de définir et d’inventer les instruments de médiation qui permettent à ce public d’accéder à toute la variété des documents sources par le biais des nouvelles technologies. Au-delà de la mise en ligne de bases de données ou de l’édition électronique de fiches pédagogiques, cette recherche doit être fondée sur la constitution d’une interface active et animée en permanences entre les classes et les documents sources.

Une profusion de documents sources dématérialisés

2Il est bien difficile d’apprécier la part exacte des fonds d’archives numérisés. Tout d’abord, parce que les Archives nationales assurent quotidiennement une fonction de collecte auprès des administrations centrales, ce qui en accroît considérablement la masse, jour après jour. La numérisation des fonds, cependant, progresse et facilite la communication des archives à un plus large public, in situ ou en ligne, tout comme le microfilmage. Afin de répondre aux exigences de conservation des originaux, les bases de données créées concernent avant tout les documents les plus fragiles et/ou les plus demandés. La numérisation des documents s’inscrit dans le cadre d’une politique scientifique relative à la communication, et dans le sens de la modernisation, en interne, du fonctionnement d’un service d’archives, dont témoigne en premier lieu l’exploitation du logiciel « CinDoc » qui a permis la création d’une base de données interne fort utile au travail quotidien du service éducatif.

Les usages numériques aux Archives nationales
Vanessa Szollosi

conservateur du patrimoine, responsable du service des nouveaux supports sur le site de Fontainebleau des Archives nationales, rapporteur du groupe de travail prospectif « Usages numériques aux Archives nationales »

Les Archives nationales sont en pleine rénovation : construction d’un troisième bâtiment [à Pierrefitte-sur-Seine], outils unifiés, nouvelle organisation, nouveaux modes de travail… Cette refondation s’accompagne de projets ambitieux tels que la salle des inventaires virtuelle ou le plan d’orientation dans les fonds, dont la destination finale est un portail Internet rénové, permettant aussi bien de faire une première recherche que de réserver une place et des documents ou d’avoir le détail des activités scientifiques, culturelles et éducatives.
Les conséquences attendues de cette mise à disposition d’outils de recherche sont une meilleure diffusion des connaissances des fonds mais aussi des métiers des Archives nationales, dans leur diversité et leur richesse, et une facilitation des démarches pour le lecteur, le visiteur ou le curieux.
Les Archives nationales réfléchissent également à d’autres modes de diffusion, en complément du site Internet institutionnel, utilisant de nouveaux canaux, permettant de diversifier les contenus proposés et les publics visés et participant à la création d’une relation plus directe encore entre le public et l’institution.
Plus spécialement, une réflexion prospective sur les médias sociaux a été engagée afin de déterminer l’usage qui pouvait en être fait aux Archives nationales. Ces médias, reposant sur les principes de collaboration et d’interactivité, permettent d’innover dans tous les secteurs : communication institutionnelle, aide aux chercheurs, valorisation culturelle et scientifique, ateliers éducatifs, etc. L’inventivité des personnels des Archives nationales (et de leurs partenaires) pourra trouver dans ces médias un réservoir d’outils pour mettre en œuvre des projets, des idées à destination de tous les publics. Les usages numériques aux Archives nationales s’accordent bien avec l’identité de l’institution : traditionnels (site Internet), innovants (salle des inventaires virtuelle) et expérimentaux (médias sociaux).

3D’ores et déjà, de nombreuses bases de données sont en ligne sur le site Internet des Archives nationales. Toutes les périodes de l’histoire y sont bien représentées. La base de données Archim donne ainsi accès à une multitude de dossiers thématiques : « Florilège : les grands documents de l’histoire de France, du Moyen Âge à nos jours » ; « gravures, estampes et cartes postales » ; « Sceaux de Bourgogne » pour n’en citer que quelques-uns. Préfigurant, pour les chercheurs, de futures salles de consultation virtuelle, cet inventaire, qui constitue une richesse incontestable, ne peut se substituer à un véritable outil pédagogique. Le formulaire d’interrogation intégré à la base, s’il permet la saisie de mots clés, reste d’un usage difficile pour la constitution d’un dossier pédagogique. Surtout, la juxtaposition de dossiers thématiques ou des sous-séries de fonds rend impossible toute recherche faite autrement que par l’entrée de cotes, préalablement sélectionnées dans des instruments de recherche ou des publications scientifiques. Cela constitue une révolution dans la mise à disposition de documents, du point de vue du chercheur. En revanche, l’usage d’une telle source est plus qu’aléatoire pour le pédagogue, armé de ses seuls objectifs didactiques et qui cherche à constituer un dossier documentaire thématique, homogène et contenant un nombre limité de pièces. Quel enseignant a le temps de consulter, pour la construction d’une seule séquence pédagogique, des centaines de documents numérisés et mis en ligne ?

  • 2 Comme, par exemple, les travaux personnels encadrés (TPE) pour les lycéens.

4Face aux problèmes posés par ce type de ressources statiques, se pose la question cruciale de la médiation, à laquelle se doit de répondre un service éducatif. Les bases de données peuvent d’abord constituer des ressources documentaires presque illimitées, adaptées à la production de tout type de document pédagogique, papier ou numérisé. L’utilisation la plus commune est la réalisation de supports pédagogiques à destination des élèves, de fiches pour les enseignants ou de dossiers documentaires pouvant être mis à la disposition de tous. Dans le cadre de la préparation, par les élèves, du concours national de la Résistance et de la déportation, un dossier documentaire, réalisé en collaboration avec la Section du XXe siècle, a ainsi été mis en ligne sur l’espace enseignant des pages du site Internet des Archives nationales. Portant sur le thème de « la répression de la Résistance en France par les Allemands et par le régime de Vichy », il a pour objectif de favoriser un premier contact entre les élèves et une source essentielle pour l’écriture de l’histoire. Le corpus présenté, comme dans tout travail de médiation, ne vise pas à l’exhaustivité, mais, entre autres informations, doit donner un aperçu de l’immense variété des fonds conservés. Les élèves découvrent des documents souvent inédits, classés par sous-dossiers thématiques et présentés dans leur contexte. Dans le cadre de recherches personnelles2 ou de séquences encadrées par les professeurs, ils y puisent des informations ou des interrogations stimulantes. Les critères de sélection des documents sources se définissent pour chaque thème et niveau de classe. Tous doivent être marqués du sceau de l’originalité et/ou être complètement inédits, par rapport aux documents stéréotypés des manuels scolaires. Une difficulté non résolue réside cependant dans la restriction des droits de reproduction des certains documents – souvent contemporains – protégée par le droit de la propriété intellectuelle ou morale, le respect de la vie privée ou la protection de données « sensibles ». Toute diffusion doit très souvent faire l’objet d’une demande de dérogations préalable.

5Afin de démultiplier l’offre, les documents des Archives nationales peuvent apparaître dans des bases de données numériques « mutualisées » avec d’autres institutions culturelles. Les Archives du 18 juin, exposition virtuelle réalisée par la Fondation Charles de Gaulle et les Archives nationales, rassemblent plus de soixante-dix documents sélectionnés et commentés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. Par d’autres biais, les Archives nationales alimentent des bases de données qui lui sont extérieures, comme celles de la Réunion de musées nationaux ou, plus près des préoccupations des enseignants, le site L’Histoire par l’image du ministère de la Culture, pour lequel les services de conservation et le service de documentation du Département de l’action culturelle et éducative ont fourni des notices.

L’Histoire par l’image
Florence Vielfaure,

chargée de mission multimédia, Département de la politique des publics, Direction générale des patrimoines

Dès 2001, le site Internet « l’Histoire par l’image, 1789-1939 » a été mis en ligne par le ministère de la Culture et de la Communication en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale. Conçu dans une optique de service public gratuit à destination des établissements d’enseignement du secondaire, ce service en ligne a pour objectif la sensibilisation à la lecture de l’image et l’appropriation de contenus patrimoniaux.
L’Histoire par l’image
explore l’Histoire sur la période 1789-1939 à travers les collections des musées de France et les documents d’archives. Il répond au nouvel enseignement de l’histoire des arts et constitue une source de référence sur le portail Histoire des arts et le moteur Collections.
Les contenus :
La rédaction des études a été confiée à des historiens ou historiens de l’art garantissant la qualité et le pluralisme des documents mis à la disposition du public : peintures, estampes, dessins, aiches, sculptures, objets d’art, architecture, archives.
Les études simples présentent un seul document, les études comparatives portent sur 2 à 4 documents. Chaque étude est composée d’une présentation du contexte historique, de l’analyse du ou des documents et, enfin, d’une interprétation.
Une démarche volontaire d’éditorialisation des contenus sous forme d’études simples ou comparatives, de numéros « hors-série » thématiques (hors série franco-allemand, Napoléon, Histoire de l’esclavage…) guide la consultation des internautes.
La diffusion :
destiné d’abord au corps enseignant, ce site a touché un public d’amateurs, d’étudiants et d’élèves comme en témoignent les outils de contribution tels que les commentaires sur les études. Chaque mois, une lettre d’information annonce la publication de nouvelles études inédites qui enrichissent le site.
L’interactivité, l’accessibilité : le site comporte des fonctionnalités favorisant le travail de recherche et de réutilisation des contenus par l’internaute, espace personnel, galeries d’images… Il répond aux normes d’accessibilité afin d’être ouvert à tous les publics.
Actuellement, plus 1000 études portant sur plus de 2000 œuvres, 119 animations audiovisuelles sous-titrées sont disponibles et le site compte plus de 1,5 million de visites par an.
L’expérience réussie de L’Histoire par l’image démontre la nécessaire médiation des données patrimoniales numérisées à destination des publics pour en faciliter l’accès à chacun sur Internet. L’Histoire par l’image constitue un exemple remarquable de l’apport des technologies de l’information et de la communication aux pratiques d’enseignement et à l’accès du plus grand nombre à la culture et à l’art. Il s’inscrit dans la politique de valorisation des ressources culturelles et éducatives en ligne du ministère de la Culture et de la Communication.

6Les reproductions numérisées ou les documents sonores présentés dans l’une ou l’autre base constituent une publication fort utile au professeur, en classe, parce que consultable directement en ligne, contextualisés et facilement manipulables, dans le cadre de l’utilisation des nouvelles technologies. Il en va de même, dans le cadre de projets éducatifs d’éducation au patrimoine, pour le développement d’actions spécifiques autour d’un corpus cohérent et pouvant être mis en perspective avec d’autres ressources patrimoniales. Quand ce type de projet implique d’autres services que celui en charge de l’action pédagogique, et même d’autres institutions, il prend une toute autre dimension.

Un programme d’éducation au patrimoine par le numérique
Agnès Vatican

directrice des Archives municipales de Bordeaux

Le programme « monumérique/archimérique » est un projet d’éducation au patrimoine qui s’appuie sur les ressources numériques constituées au sein de la Banque numérique du savoir d’Aquitaine. Porté par l’État (direction régionale des affaires culturelles d’Aquitaine, rectorat de Bordeaux) et le conseil régional d’Aquitaine, il s’est fixé pour objectifs :
- d’éduquer au regard et à la citoyenneté, et de contribuer au développement de l’esprit critique ;
- de former aux techniques documentaires et à l’écriture numérique ;
- de permettre la découverte des métiers du patrimoine et de la numérisation.
L’élaboration d’un parcours pédagogique « monumérique/archimérique » s’appuie sur un corpus thématique de documents numérisés, issus des fonds de l’établissement patrimonial, et mis à la disposition des équipes d’enseignants et de leurs élèves. Au cours de l’année scolaire, les classes inscrites dans le projet (collège, lycée général ou professionnel, centre de formation des apprentis) sont d’abord invitées à une découverte patrimoniale et thématique. Pour le parcours sur la traite négrière, actuellement proposé par les archives municipales de Bordeaux, sont prévues une visite des archives pour appréhender leurs missions, les fonds qui y sont conservés, voir des documents originaux et leur numérisation ; une visite des salles du Musée d’Aquitaine consacrées à « Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage » ; une déambulation urbaine guidée par une association de médiation du patrimoine. Ensuite, l’équipe des archives assure en classe une présentation du corpus numérisé visant à familiariser les élèves avec la recherche dans les sources. Dans un second temps, s’effectue le travail de conception et de réalisation de la production numérique. Un professionnel du numérique intervient au cours de trois séances en classe, afin de structurer les productions des élèves, qu’elles soient issues des documents eux-mêmes (transcription, mise en voix, écriture à la manière de, etc.) ou collectées lors des visites patrimoniales (photographies, films, micro-trottoirs, etc.). L’ensemble est mis en ligne en fin d’année scolaire.
Ces parcours permettent de resituer une thématique au plus près des sources originales, tout en offrant une grande variété d’approches grâce à la disponibilité des ressources numériques. Pour les élèves, il s’agit d’une expérience qui allie une dimension sensible au travers du contact avec des documents originaux appréhendés dans leurs lieux de conservation, et des aspects scientifiques et techniques pour la réalisation de la production numérique. L’impératif de la mise en ligne suppose une exigence qualitative sur les contenus, tant sur la forme que sur le fond, et, pour les porteurs du projet, des capacités techniques d’hébergement et de maintenance des productions.
Pour en savoir plus

www.archives.monumerique.bordeaux.fr

7Le succès du site L’Histoire par l’image ou de projets culturels autour de la découverte, via les bases de données, de fonds d’archives révèle l’aspiration des enseignants et des publics scolaires à vouloir s’approprier les ressources en ligne. Aussi, la question fondamentale de l’intervention, en ligne, de pédagogues, à défaut de médiateurs, au service de la classe, se pose-t-elle.

Des ateliers aux « modules pédagogiques » : l’intégration des nouvelles technologies

8Les fonctionnalités variées d’un site Internet, notamment l’interactivité proposée aux internautes, amateurs, professeurs ou élèves, doivent favoriser l’accès au plus grand nombre possible de documents sources. La valorisation auprès des publics scolaires des documents d’archives, notamment dans le cadre de l’éducation à l’histoire des arts, privilégiée par de nombreuses bases de données en ligne, est aussi l’une des priorités du service éducatif des Archives nationales. Les modalités de cette action tirent leurs origines de la réalisation ou de la coordination de deux volets pédagogiques de sites Internet des Célébrations nationales.

Pourquoi un volet pédagogique dans un portail des Célébrations nationales
Danièle Neirinck

conservateur général aux Archives de France (h.), anciennement en charge des célébrations nationales

La Délégation aux célébrations nationales a, dès ses débuts, en 1974, voulu faire œuvre pédagogique. Elle est alors aidée financièrement par l’Association française pour les célébrations nationales qui, comme association, reçoit des subventions de l’État et réalise très vite des expositions-aiches destinées à un vaste public et, en ce qui concerne certaines d’entre elles, un public essentiellement scolaire. Un bon exemple est celle réalisée en 1998 pour les 400 ans de l’Édit de Nantes et qui a été acquise par des centaines d’établissements scolaires.
L’arrivée de l’Internet va considérablement bouleverser le secteur de la communication et des industries culturelles. Depuis 1998, le ministère de la Culture et de la Communication accompagne de façon volontariste la diffusion de ce moyen de création par des actions de sensibilisation. Madame Catherine Trautmann lance ainsi en 1998 la première Nuit du web. En 1999, la Délégation aux célébrations nationales développe, en partenariat avec la mission de la recherche et de la technologie du ministère de la Culture, son premier site Internet : Aristide Cavaillé-Coll, facteur d’orgues, à l’occasion du centième anniversaire de sa mort.
Depuis cette date, la Délégation aux célébrations nationales, devenue mission aux célébrations nationales, a continué, en partenariat avec la mission de la recherche et de la technologie, devenue département de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la technologie, en charge en particulier des publications électroniques du ministère, d’éditer une véritable collection électronique des célébrations nationales. Tous les ans, sous l’égide du Haut comité des célébrations nationales, un volume au moins de cette collection électronique est consacré à célébrer un événement ou une personnalité des arts, des lettres, des sciences ou de la politique. La série se veut un musée imaginaire de l’Histoire nationale, un regard sur le passé de la Nation et tend au renforcement de la mémoire collective. Pour connaître la liste exhaustive de ces ouvrages vous pouvez consulter : www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/.../celebrations-nationales.
Ce nouveau moyen de communication permet de proposer des parcours originaux enrichis d’images iconographiques ou sonores, des galeries de portraits, de présenter de nombreux documents d’archives parfois très isolés les uns des autres, des expositions virtuelles de tableaux, de réunir sur une seule page des documents conservés dans plusieurs institutions, etc.
En 2006, à l’occasion du centenaire de la réhabilitation d’Alfred Dreyfus, la Délégation aux célébrations nationales a souhaité créer, en partenariat avec le service éducatif des Archives nationales, un volet pédagogique à l’intérieur de la publication, ce qui se comprenait fort bien puisque ce service éducatif proposait aux seuls élèves parisiens, depuis des années, un atelier pédagogique sur l’affaire Dreyfus… Ce module dans notre esprit devait pouvoir étendre la proposition à toute la France et aider au renouvellement de la façon d’enseigner les programmes d’histoire. Il est à croire que ce fut en partie une réussite puisque l’expérience a été recommencée en 2010, à l’occasion du quatrième centenaire de l’assassinat d’Henri IV. Le volet pédagogique proposé à l’intérieur de Henri IV, le règne interrompu a permis de classer au rang des objets désuets la pourtant très intéressante exposition affiches de 1998 sur l’Édit de Nantes : sic transit gloria mundi.

  • 3 http://www.dreyfus.culture.fr/fr/
  • 4 http://www.henri-iv.culture.fr/

9Entre 2006 et 2010, le service éducatif des Archives nationales a été sollicité pour participer au développement de volets pédagogiques pour des portails construits dans le cadre des célébrations nationales : 1906, Dreyfus réhabilité3 et Henri IV, le règne interrompu4. Malgré des propositions pédagogiquement novatrices, ne sont actuellement mis en ligne, essentiellement pour des raisons techniques et financières, que des ressources pédagogiques statiques, à l’exception d’une seule activité consacrée au sacre du roi sur le site Henri IV, le règne interrrompu.

  • 5 Neirinck D., « Les sites des Célébrations nationales », L’action éducative et culturelle des Archiv (...)
  • 6 Neirinck D., op. cit., p. 155.

10Venant combler une lacune, en terme de ressources pédagogiques relatives à l’affaire Dreyfus, et alors que l’étude de celle-ci s’apprêtait à faire son entrée dans les programmes officiels des filières du lycée, des fiches pédagogiques électroniques donnent, depuis 2006, des pistes de travail avec les élèves. Le site réunit les collections de plus d’une trentaine d’institutions, offrant l’accès à plus de six cents documents, parmi lesquels ceux recommandés pour la mise en œuvre des programmes d’histoire, d’éducation civique (juridique et sociale) sont signalés. Les documents de la partie généraliste du fonds, commentés par l’historien Charles-Louis Foulon, émanent de nombreux services, comme les Archives nationales d’outre-mer, la préfecture de police de Paris, de l’École polytechnique, du Service historique de la Défense, des services départementaux et communaux d’archives, ou des musées. Ce type de site est l’occasion de « reconstituer des fonds complètement éclatés5 » et donne la possibilité de télécharger des documents, quand ils ne sont pas soumis à des droits, ou d’en disposer sous formats imprimables, « agrandissables et lisibles, notamment grâce à des transcriptions parlées ou en texte, selon les cas6 ». Chaque fiche pédagogique présente des informations sur le producteur, le contexte et l’intérêt de documents souvent méconnus. Des « suggestions d’utilisation avec les élèves » ont été préférées à la proposition d’études de cas. L’hétérogénéité des classes ne permet pas, en effet, d’imposer des questionnaires fermés. Les professeurs du secondaire étant des « généralistes », et non des spécialistes, chaque aspect du thème est contextualisé pour les aider à construire leur séquence pédagogique. L’objectif du volet est bien de donner des pistes pédagogiques en se référant aux programmes officiels.

  • 7 Professeur d’arts plastiques, habilitée à enseigner l’histoire des arts.
  • 8 Musicologue du Centre de musique baroque de Versailles - UMR 2162 du CNRS.

11Les fiches téléchargeables à partir du site Henri IV, le règne interrompu, créé en 2010, à l’occasion du quatrième centenaire de l’assassinat du roi, obéissent au même schéma. Le contexte est cependant différent, du point de vue des programmes scolaires qui, ignorant l’événement, font la part belle à l’interdisciplinarité et au développement de l’éducation artistique et culturelle. Le site, qui a pour principal auteur Grégory Champeaud, propose aux internautes un itinéraire thématique permettant de découvrir des extraits musicaux, une frise chronologique interactive, et plus de six cents ressources, dont certains documents d’archives avec leurs transcriptions. Les principaux partenaires du site sont la Société Henri IV, le Centre de musique baroque de Versailles, le Musée national du château de Pau, en plus des partenaires traditionnels. Le service éducatif, pour la rédaction des fiches pédagogiques publiées en ligne, est rejoint par Véronique Castagnet, Audrey Hélius7 et Thomas Leconte8. Les vingt-deux fiches proposées sont destinées aux élèves du primaire, du secondaire, et des étudiants du supérieur, ce qui est une nouveauté par rapport au site Dreyfus réhabilité. Autour du thème central de l’affirmation de la monarchie, les regards se croisent, au travers des fiches, entre œuvres d’art mises à disposition par des musées, la Bibliothèque nationale de France ou la Réunion des musées nationaux, documents sonores produits par le Centre de musique baroque de Versailles, complétés et mis en perspective par les richesses des documents provenant du réseau des Archives de France ou des Archives nationales. Pour aborder le thème de la mort du roi, par exemple, sont proposés à l’étude quatre documents :

  • un extrait de L’Argenterie du Roy pour lannee mil six cens dix : folios 201 recto et 201 verso (Archives nationales, KK 148 bis, f. 201 r°).

  • une gravure : La Navarre en deuil (Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, U 3005 R)

  • un buste d’Henri IV en cire polychrome, réalisé en 1610 par Guillaume Dupré (Musée Condé de Chantilly, OA 1277).

  • deux extraits musicaux : Missa pro defunctis (Introït, Requiem æternam) et Missa pro defunctis (Graduel, Si ambulem), œuvres d’Eustache Du Caurroy.

  • 9 Parce qu’elle ne fut pas sélectionnée, la proposition de Guillaume Dupré est l’une des rares sculpt (...)
  • 10 Le message divin s’exprime d’abord par le plain-chant, apanage des clercs. Il est relayé par le con (...)

12L’Argenterie du Roy pour lannee mil six cens dix présente, entre autres dépenses, le détail des frais occasionnés pour les funérailles d’Henri IV. Il nous permet de connaître un acte souvent méconnu, mais pourtant essentiel à l’affirmation de la monarchie : l’exposition de l’effigie d’un roi défunt. En cours d’histoire de cinquième, on propose, pour aborder le thème de l’affirmation de la monarchie, une démarche s’appuyant sur la gravure La Navarre en deuil. Les élèves repèrent les insignes de la royauté et identifient les personnages. Ils notent que le roi est ici présenté les yeux ouverts et qu’il regarde devant lui : c’est bien une effigie qui est montrée au peuple. La lecture de l’Argenterie du Roy permet de confronter les sources et de savoir avec quels matériaux est fabriquée l’effigie. La réalisation du buste en cire polychrome s’inscrit dans le cadre d’un concours de sculpture, organisé après la mort d’Henri IV, dont la finalité est la réalisation de l’effigie mortuaire à l’image du roi, qui doit être exposée au Louvre avant la cérémonie des funérailles9. En cours d’éducation musicale et dans le cadre de l’enseignement de l’histoire des arts, les élèves différencient et caractérisent, dans la Missa pro defunctis, deux expressions de musique liturgique : le plain-chant, réservé à la célébration du culte, et le contrepoint, qui apporte une solennité supplémentaire10. Les élèves prennent ainsi la mesure de l’importance symbolique et politique de la musique. L’étude du buste de cire, en cours d’arts plastiques, permet d’aborder autrement le thème de la médiation du message politique. Une réflexion peut être menée sur le thème du « parangon des arts », à partir des portraits d’Henri IV réalisés selon d’autres techniques. L’aboutissement du travail permet aux élèves de découvrir que peintures et sculptures rivalisent dans une quête de l’illusionnisme pour rendre le portrait sans cesse plus réaliste.

  • 11 http://www.archivescanadafrance.org/francais/accueil.html

13La publication de ces fiches électroniques, faite dans le cadre de fonctionnalités informatiques définies à l’avance, ne représente pas d’avancées techniques significatives par rapport aux publications pédagogiques faites sur le site 1906 : Dreyfus réhabilité. Les essais pour définir un authentique module pédagogique permettant l’intervention en ligne de médiateurs au cours d’une séquence pédagogique sont pourtant concluants. Le projet le plus abouti en ce domaine reste l’expérience du portail France-Canada11 menée au cours de l’année scolaire 2004-2005.

  • 12 Étienne, G. « L’exemple du portail Archives France-Canada », L’action éducative des Archives, Paris (...)

14À l’occasion du quatre centième anniversaire de la présence française en Amérique, la France et le Canada ont entrepris de mettre en ligne une série de documents concernant leur histoire commune. « En juin 2000, à la Sorbonne, le Premier ministre du Canada, Jean Chrétien, annonça solennellement la décision de la France et du Canada de célébrer cet anniversaire. [...] Dans une première phase, le portail Archives France-Canada, lancé en novembre 2003 à Paris et à Montréal, a été réalisé avec trois composantes, un module institutionnel, une exposition virtuelle et une base de données contenant des documents numérisés conservés dans de nombreuses institutions différentes en France et au Canada et accessibles, sur Internet, grâce à une technologie très avancée qui repose sur le dialogue de serveurs en France et au Canada12 ». Le portail, créé à l’initiative de la direction des Archives de France (DAF) et de la Bibliothèque et Archives du Canada (BAC), donne accès à une exposition virtuelle de trois cent cinquante documents et à une base de données contenant plus d’un million d’images. Le service éducatif des Archives nationales a été sollicité par la direction des Archives de France pour réfléchir à l’élaboration d’un volet pédagogique. Il s’agissait d’assurer la découverte et l’appropriation, par les élèves, du portail. La mise en place d’une plate-forme de travail collaboratif par les services informatiques du ministère de la Culture et de la Communication devait assurer le lien entre référents des Archives nationales et du monde de l’éducation, de part et d’autre de l’Atlantique.

  • 13 Le B2i est créé dans la note de service 2000-206 du 16 novembre 2000 et annoncé au BOEN no 42 du 23 (...)
  • 14 BOEN hors-série no 6 du 29 août 2002, p. 17.
  • 15 La codification des compétences attendues, de l’école primaire au lycée, a été publiée dans le BOEN(...)
  • 16 Le C2i2e (certificat informatique et Internet niveau enseignant) est défini, ultérieurement, par l’ (...)

15Alors que le e-learning, le développement d’Internet et des réseaux pour l’éducation en France, en était, à l’époque, à ses débuts, la démarche était inédite mais s’inscrivait déjà dans le cadre de la préparation au brevet informatique et Internet (B2i)13, précisément par la mise en place d’une plate-forme collaborative de travail. De plus, le programme d’histoire de la classe de seconde pouvait orienter les enseignants vers l’étude des relations entre la France, le Québec et le Canada puisqu’il évoquait « l’élargissement du monde (les grandes découvertes) » et la nécessité de « localiser les exemples choisis14 ». Ce dispositif d’apprentissage participe de l’acquisition des compétences en informatique et dans le domaine des nouvelles technologies, compétences requises pour l’obtention du brevet informatique et Internet (B2i)15, niveau lycée. Une plate-forme collaborative de travail est mise en place, utilisée par les élèves de lycées français et québécois, depuis leur établissement, et les professeurs du service éducatif des Archives nationales. Plusieurs difficultés sont cependant identifiées qui relèvent d’aspects techniques ou qui reflètent un besoin de formation des enseignants et des élèves aux nouvelles technologies16. L’usage de cette plate-forme de travail, accessible et installée sur le serveur du ministère de la Culture et de la Communication, révèle, au moment de son lancement, différents problèmes relatifs à la connexion, à la consultation des fichiers bases de données et de l’exposition virtuelle du site Internet, au téléchargement des fichiers de travail et, plus généralement, à la gestion du tableau de bord. De plus, l’accès à la salle des ordinateurs du lycée repose sur un planning changeant de semaine en semaine, en fonction des réservations ponctuelles faites par les enseignants du lycée. Notre partenaire français n’est pas assuré de disposer du bon créneau horaire, et cet obstacle a persisté. De tels problèmes matériels ont heureusement tendance, aujourd’hui, à disparaître, du fait notamment de l’inscription dans des projets d’établissements – devenant par là-même prioritaires – des partenariats avec des institutions culturelles.

  • 17 Cet atelier, depuis, grâce à une collaboration entre la Section des cartes et plans et le service é (...)

16En 2006, malgré tout, des ateliers pédagogiques transversaux et des exercices de restitution de type anglo-saxons voient le jour. Les élèves, de part et d’autre de l’Atlantique, doivent effectuer trois exercices de nature très différente. Tout d’abord, ils doivent tenir et mettre à jour sur la plate-forme collaborative un carnet de bord sur leur découverte jour après jour de l’histoire des relations entre la France, le Québec et le Canada. Dans cette prestation, ils peuvent donner leur avis, leurs sentiments personnels, leurs impressions. Ensuite, apprentis historiens, ils sont dans l’obligation de constituer un corpus de sources à partir de la consultation de l’inventaire des documents sur l’histoire des relations France-Canada publié sous la forme d’une base de données disponible en ligne ; ils déposent alors, dans la partie « documents », les pièces qui leur semblent indispensables pour l’étude du thème qu’ils ont choisi. La liste de ces thèmes est établie en fonction des programmes scolaires appliqués et en France et au Québec, afin de satisfaire l’ensemble des enseignants partenaires : Découvrir et représenter la Nouvelle-France ; Commercer avec le Nouveau Monde ; Communiquer avec le Nouveau Monde ; Partir pour le Nouveau Monde ; Servir le roi en France et en Nouvelle-France ; Voyage au pays des cartes17. Les exercices attendus varient en fonction du thème étudié. Plusieurs possibilités sont laissées au choix des élèves. En fonction du thème étudié, les jeunes réalisent enfin un exercice montrant leurs connaissances historiques : écrire une lettre à la famille restée en France ; établir un parcours de navigation (avec des cartes anciennes et des objets de navigation de type sextant) ; préparer un rapport par un gouverneur lors de difficultés financières, sociales ou personnelles, rencontrées dans son administration.

 

17La plate-forme collaborative, qui est au cœur de ce que doit être un « module pédagogique en ligne », n’a hélas pas dépassé, aux Archives nationales, en raison de choix politiques, la phase des essais. Mais l’expérience acquise et déjà consignée permet de maintenir et de prolonger quelques préconisations.

Pour aller plus loin

18On doit définir le « module pédagogique » comme autre chose qu’une action assimilable à la médiation « en présentiel », principalement parce que la présence du document original n’est pas assurée. Une collaboration complète entre les élèves et le service éducatif peut se faire par le biais de plates-formes collaboratives, permettant la mise en place d’une pédagogie authentiquement différenciée, chaque élève s’inscrivant, par le moyen d’un mot de passe, à un groupe de travail défini en commun avec le professeur, le tout pouvant être ensuite concrétisé par un déplacement aux Archives, au début, durant ou à la fin de la séquence pédagogique. Sur les tableaux de bord des élèves, « plusieurs fonctionnalités sont à ménager :

  • agenda pouvant être commun à l’ensemble des personnes animant le projet [...] ;

  • forum facilitant les échanges entre les élèves et le chef de projet [un professeur du service éducatif] sollicité ;

  • chat pour une approche simultanée d’une question choisie par les enseignants [ce point peut s’exprimer également par le biais du cahier de texte numérique, exigé par le B2i] pour une durée déterminée qui permet l’échange en direct de documents, le travail sur des animations électroniques [du type de l’activité en ligne « À vous de jouer ! » créée sur le site Henri IV, le règne interrompu], donc l’approfondissement des méthodes ;

  • base documentaire accessible selon le profil de groupe, cet espace conservant les traces des échanges passés et recueillant les nouveaux documents [apportés par les élèves eux-mêmes ou demandés à d’autres partenaires], supports de la réflexion future ;

    • 18 Castagnet, V. « Les perspectives de mutualisation des ressources et de mise en commun des travaux p (...)

    base de supports pédagogiques élaborés pour les enseignants en charge du projet dans l’établissement [sur le modèle des fiches pédagogiques publiées sur les sites 1906 : Dreyfus réhabilité et Henri IV, le règne interrompu] : il s’agit de supports de cours et d’exercices d’ordinaire travaillés dans le seul cadre de la classe18 ».

19Pour ce dernier exercice, l’élaboration d’un véritable « modèle industriel » transposable d’un site à l’autre s’avère nécessaire. Cet outil doit intégrer des fonctionnalités permettant de mieux comprendre l’écriture, la langue et les institutions [...] :

  • aide à la lecture des textes (transcriptions) ;

  • aide à la compréhension des textes (glossaires interactifs, chronologie, cartographie, initiation à la paléographie) ;

    • 19 Étienne G., op. cit., p. 145.

    orientation bibliographique19 ».

20Il doit aussi pouvoir valider et évaluer des traces écrites produites par les élèves.

  • 20 Voir : http://natiere.culture.fr

La forme Interactive et la pédagogie numérique : « le cas Henri IV »
Patrice Masson

codirecteur de la société Laforme Interactive

Affirmée comme un des enjeux majeurs de l’action ministérielle, la numérisation des contenus culturels est aujourd’hui à la mode : livres, manuscrits, grands personnages et institutions se « digitalisent ». C’est dans ce contexte que Laforme Interactive a été sollicitée par le ministère de la Culture et les Archives nationales pour donner vie au site Internet consacré à Henri IV. Qui était Henri IV et comment « digitaliser » son existence ? Au-delà du quatrième centenaire de la mort d’un roi de France, la création d’un objet numérique censé incarner un tel personnage historique ne pouvait faire l’économie d’un certain nombre de questions qui oscillent entre séduction du public, transmission efficace des connaissances et impératifs économiques. En réponse, le parti pris de Laforme interactive a été de mettre en place un produit résolument moderne. Il s’envisage comme un objet sensoriel ouvert, où les médias, par l’émotion qu’ils insufflent, créent un point de contact avec le passé. La navigation y est multiple – linéaire, ponctuelle, chronologique ou musicale – et tient son rôle de « passeur » pour accompagner chacun des visiteurs sur le chemin de la découverte, de la lecture approfondie ou de l’appropriation pédagogique. C’est peut-être encore aujourd’hui la question de l’apprentissage par le numérique qui demeure le champ d’investigation le plus complexe à défricher. Il requiert des rencontres assidues entre enseignants et professionnels du multimédia : les uns y chercheront une pédagogie proche de ce qu’ils pratiquent en présentiel ; les autres, un modèle informatique à industrialiser. Concentré autour de la personne d’Henri IV, cette rencontre n’a donné naissance qu’à un unique exercice permettant de manipuler des archives : de la compréhension d’une image à sa lecture dans la langue d’Henri IV. Pour autant, ce qui pourrait ressembler à un échec cuisant n’en est pas un : il a permis ultérieurement de donner vie à un modèle informatique20 qui, outre la facilité de production et de démultiplication, replace l’internaute au cœur du dispositif, selon un modèle désormais éprouvé de : « je manipule, je résous et je gagne un objet à télécharger et à construire » : un bateau, un canon, etc. Du reste, qui sait ? Peut-être faut-il voir dans cette recette gagnante une projection pour l’enseignement de demain…

  • 21 Danielewski D. et Monteil M., op. cit., p. 5.

21Sur le site Henri IV, le règne interrompu, une activité est disponible, qui met en place certaines fonctionnalités d’une telle plate-forme. Il convient cependant d’améliorer son modèle et d’en faire autre chose qu’un « jeu de l’oie » devenu aujourd’hui la vulgate d’une certaine offre en ligne. « L’utilisation pédagogique des TICE [technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement] en dehors de la classe est nécessaire pour aller dans le sens de l’objectif de la maîtrise des outils par les élèves. Elle est assez systématique dans le cas de travaux transversaux et fournit d’autres opportunités pour un apprentissage intelligent des ressources du net et des TIC. C’est donc un autre moment propice pour acquérir des compétences qui permettent de valider des items du B2i21 ». L’équipement d’une salle spécifique, sur le site de Pierrefitte-sur-Seine, permettra de démultiplier les usages du numérique par l’existence d’outils adaptés. Elle sera ouverte aussi à des classes venant consulter les documents sources ou de bases de données en interne – inaccessibles du fait des restrictions existant parfois à leur consultation –, et bénéficiant de la médiation des professeurs du service éducatif.

  • 22 Archives nationales, K 552. En fait, ces pièces sont relatives aux biens dont le séquestre est dema (...)

22Par exemple, dans le cas des échanges entre classes, on peut penser que l’accompagnement récent d’un projet pédagogique d’un lycée parisien, jumelé avec un établissement de Mannheim, en Allemagne, consacré à la figure de la princesse Palatine, et plus particulièrement au thème Liselotte von des Pfalz, de Heidelberg à Versailles, aurait pu faire l’objet d’un travail collaboratif de ce type. Ce que les deux groupes, allemand et français, sont venus découvrir ensemble (les pièces relatives22 aux saisies que le Roi-Soleil exige, au nom de sa belle-sœur, sur le Palatinat) aurait pu faire l’objet, au préalable, d’échanges entre les établissements scolaires, les Archives nationales ou d’autres institutions d’outre-Rhin. La préfiguration d’un portail européen des Archives peut augurer, à cet égard, de succès futurs.

23Anticipant ce type d’action, un partenariat est d’ores et déjà en cours d’élaboration avec le musée du Struthof. L’idée est d’associer les élèves de plusieurs régions entendant visiter l’ancien camp dont les Archives nationales conservent les fonds. Grâce à la constitution d’une base de données et au travail en ligne, notamment par le biais de rencontres sur des forums, différentes classes pourraient échanger informations et travaux sur le thème de la déportation.

24Un travail collaboratif, qui pourrait se traduire par la constitution de vrais comités de lecture réunissant archivistes et professeurs du service éducatif, des équipes pédagogiques et les élèves, renouant avec la volonté manifestée en son temps par Régine Pernoud, directrice du musée de l’histoire de France, de disposer de relais dans le plus grand nombre d’établissements scolaires. L’association des Archives nationales et, en leur sein, du Département de l’action culturelle et éducative au projet d’un nouveau laboratoire d’excellence, paraît prometteuse.

Les Archives nationales au sein des laboratoires d’excellence : l’exemple d’Arts-H2H
d’après le projet du Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales

Les Archives nationales sont associées, en partenariat avec d’autres établissements, relevant de l’enseignement supérieur, de la recherche, mais aussi de la culture, à trois projets de LABEX (laboratoires d’excellence) retenus pour financement par l’Agence nationale pour la Recherche (ANR) :
- Labex Patrima
(Patrimoines matériels, savoirs, patrimonialisation), porté par l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines et l’université de Cergy, et réunissant entre autres le Domaine de Versailles, le musée du Quai Branly, le C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France), le Centre de recherche sur la conservation des collections.
- Labex HASTEC
(Histoire et Anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances), porté par l’EPHE et réunissant un grand nombre des acteurs du PRES HESAM.
- Labex Arts-H2H
(Arts et Médiations humaines), porté par l’université de Paris VIII, fédérant l’université de Paris-Nanterre, la Fondation du Campus Condorcet, de grandes écoles d’art (École nationale supérieure des arts décoratifs, Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Centre national de danse contemporaine), et des structures scientifiques et culturelles d’envergure nationale (Centres Georges Pompidou et Pompidou-Metz, Réunion des musées nationaux, Universcience, Centre national des écritures du spectacle, Bibliothèque nationale de France).
Le Département de l’action culturelle et éducative et toute l’équipe pédagogique qu’il rassemble ont été les interlocuteurs privilégiés des porteurs de projet pour ce dernier LaBex. Le programme à développer s’inscrit dans les options que le service souhaite approfondir dans l’avenir :
interdisciplinarité et partage d’expériences avec les acteurs de l’éducation et de la création artistique, dans le cadre de projets pédagogiques qui concernent les scolaires et, au-delà, l’ensemble des publics visés par l’action scientifique, culturelle et éducative des Archives nationales ; développement de moyens de médiation innovants, faisant connaître les archives, au sens de contenant et de contenu, dans leur densité, leur richesse, leur complexité et leur statut de preuves vivantes, de traces actives. À cet égard, un dialogue approfondi avec les acteurs de l’audiovisuel, du cinéma et de l’animation doit nourrir la réflexion sur les formes à mettre en œuvre : films en trois dimensions restituant le mouvement des archives et des hommes dans les lieux de conservation, mais aussi la production documentaire, le circuit des documents, l’ouverture et la découverte d’une liasse par un chercheur, etc.
Une coopération d’autant plus féconde doit être mise en œuvre avec les différents acteurs du LaBex dont plusieurs d’entre eux et, en premier lieu l’université Paris VIII, seront voisins géographiquement des Archives nationales lors de leur installation à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). La présence sur place, dès 2013, de l’équipe pédagogique du Département de l’action culturelle et éducative permettra des échanges continus avec un porteur de projet qui constitue aussi, au-delà du LaBex, un partenaire scientifique privilégié des Archives nationales.

25Dans le cadre du « Labex Arts et médiation humaine », le service éducatif pourra être amené à collaborer dans différentes directions pour la mise en œuvre, comme on l’a vu, d’une plate-forme collaborative pour le travail en e-learning avec des établissements – scolaires universitaires ou institutionnels – français et étrangers. La maintenance et l’utilisation de l’outil informatique nécessitent de nouveaux recrutements au sein du service éducatif sur des profils de postes spécifiques, notamment pour la gestion des tableaux de bord numériques destinés à l’organisation à distance des travaux et à l’utilisation de modélisations virtuelles en deux et trois dimensions. Avec l’ouverture au mode de la création contemporaine, on pourra intégrer à la création de supports pédagogiques virtuels des œuvres sous format nativement numérique, telles que « vidéo-performances », films d’animation ou photographies artistiques nativement numériques conservées aux Archives nationales.

26La définition de nouveaux « modules pédagogiques » donne une nouvelle ampleur à la vocation première des Archives nationales pour des équipes éducatives désireuses de faire découvrir des documents originaux aux élèves, tout en développant le rayonnement national voire international des Archives.

Dreyfus à la une : lors de cet atelier, les élèves sélectionnent, dans une base de données interne aux Archives, les documents nécessaires pour composer la une d’un journal annonçant la réhabilitation du capitaine Dreyfus.

Dreyfus à la une : lors de cet atelier, les élèves sélectionnent, dans une base de données interne aux Archives, les documents nécessaires pour composer la une d’un journal annonçant la réhabilitation du capitaine Dreyfus.

© Service éducatif des Archives nationales

Republicanos españoles en Francia (1939-1945) : après la découverte de documents originaux en deux langues (français et espagnol), les élèves du lycée espagnol Luis-Buñuel de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) préparent les exposés oraux au cours desquels ils présenteront des documents évoquant différents itinéraires suivis par les exilés de la Guerre civile espagnole.

Republicanos españoles en Francia (1939-1945) : après la découverte de documents originaux en deux langues (français et espagnol), les élèves du lycée espagnol Luis-Buñuel de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) préparent les exposés oraux au cours desquels ils présenteront des documents évoquant différents itinéraires suivis par les exilés de la Guerre civile espagnole.

© Service éducatif des Archives nationales

Notes

1 Danielewski D. et Monteil M. (coordinateurs), Référentiel matériel et organisation des TICE au collège, Paris, ministère de l’Éducation nationale, sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation, déc. 2009, p. 4.

2 Comme, par exemple, les travaux personnels encadrés (TPE) pour les lycéens.

3 http://www.dreyfus.culture.fr/fr/

4 http://www.henri-iv.culture.fr/

5 Neirinck D., « Les sites des Célébrations nationales », L’action éducative et culturelle des Archives, Paris, Direction des Archives de France, La Documentation française, 2007, p. 154.

6 Neirinck D., op. cit., p. 155.

7 Professeur d’arts plastiques, habilitée à enseigner l’histoire des arts.

8 Musicologue du Centre de musique baroque de Versailles - UMR 2162 du CNRS.

9 Parce qu’elle ne fut pas sélectionnée, la proposition de Guillaume Dupré est l’une des rares sculptures qui nous sont parvenues.

10 Le message divin s’exprime d’abord par le plain-chant, apanage des clercs. Il est relayé par le contrepoint, qui joue un rôle de vecteur auprès de l’assemblée : les fidèles doivent être d’autant plus touchés qu’il s’agit de funérailles royales.

11 http://www.archivescanadafrance.org/francais/accueil.html

12 Étienne, G. « L’exemple du portail Archives France-Canada », L’action éducative des Archives, Paris, Direction des Archives de France, La Documentation française, 2007, p. 143.

13 Le B2i est créé dans la note de service 2000-206 du 16 novembre 2000 et annoncé au BOEN no 42 du 23 novembre de la même année. Toutefois la codification des compétences attendues, de l’école primaire au lycée, n’est publiée qu’en 2006, dans le BOEN no 29 du 20 juillet 2006, soit après l’expérimentation du volet pédagogique du portail France-Canada par une classe de seconde durant l’année scolaire 2005-2006. Les cinq domaines de compétence formulés correspondent aux objectifs méthodologiques assignés à ces élèves : « -1. S’approprier un environnement informatique de travail. -2. Adopter une attitude responsable. -3. Créer, produire, traiter, exploiter des données. -4. S’informer, se documenter. -5. Communiquer, échanger. » En 2006, la validation de l’épreuve du B2i par les élèves devient obligatoire pour l’obtention du diplôme national du brevet.

14 BOEN hors-série no 6 du 29 août 2002, p. 17.

15 La codification des compétences attendues, de l’école primaire au lycée, a été publiée dans le BOEN no 29 du 20 juillet 2006, soit après l’expérimentation du volet pédagogique du portail France-Canada par une classe de seconde. Mais les cinq domaines de compétences formulés en 2006 correspondent aux objectifs méthodologiques assignés à ces élèves.

16 Le C2i2e (certificat informatique et Internet niveau enseignant) est défini, ultérieurement, par l’arrêté du 14 décembre 2010 et détaillé dans le BOEN no 5 du 3 février 2011.

17 Cet atelier, depuis, grâce à une collaboration entre la Section des cartes et plans et le service éducatif, a été adapté à de nouvelles aires géographiques.

18 Castagnet, V. « Les perspectives de mutualisation des ressources et de mise en commun des travaux pédagogiques par le biais d’outils informatiques », L’action éducative des Archives, Paris, Direction des Archives de France, La Documentation française, 2007, p. 138.

19 Étienne G., op. cit., p. 145.

20 Voir : http://natiere.culture.fr

21 Danielewski D. et Monteil M., op. cit., p. 5.

22 Archives nationales, K 552. En fait, ces pièces sont relatives aux biens dont le séquestre est demandé par la princesse Palatine.

Table des illustrations

Titre Dreyfus à la une : lors de cet atelier, les élèves sélectionnent, dans une base de données interne aux Archives, les documents nécessaires pour composer la une d’un journal annonçant la réhabilitation du capitaine Dreyfus.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Dreyfus à la une : lors de cet atelier, les élèves sélectionnent, dans une base de données interne aux Archives, les documents nécessaires pour composer la une d’un journal annonçant la réhabilitation du capitaine Dreyfus.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Republicanos españoles en Francia (1939-1945) : après la découverte de documents originaux en deux langues (français et espagnol), les élèves du lycée espagnol Luis-Buñuel de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) préparent les exposés oraux au cours desquels ils présenteront des documents évoquant différents itinéraires suivis par les exilés de la Guerre civile espagnole.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540