Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Deuxième partie. Variations autour de l'archive

Chapitre 7. La citoyenneté, un apprentissage au cœur des Archives

Texte intégral

1Archives et citoyenneté, le couple est indissociable dès la création des Archives nationales en 1790. C’est donc tout naturellement que l’un des ateliers les plus anciens du service éducatif porte sur l’étude des Droits de l’Homme, à partir de l’exemplaire pilonné. Mais la reproduction en couleur, dans les manuels scolaires, de la version picturale conservée au musée Carnavalet, encourage les enseignants à aborder le texte et l’iconographie en classe. Seule l’évolution du discours scientifique, des programmes, des méthodes pédagogiques et des besoins des enseignants ont justifié des remaniements. L’expérimentation pédagogique, suscitée par la participation du service éducatif au Pôle national de ressources Île-de-France (PNR), a abouti à un renouvellement pédagogique du thème « Archives et citoyenneté ».

En haut, la plaque d’airain porte la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en vigueur du 3 septembre 1791 au 5 mai 1793. À gauche, la Constitution de 1791 est écrite sur un parchemin recouvert de plats de cuivre (Archives nationales, AE I 9).

En haut, la plaque d’airain porte la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en vigueur du 3 septembre 1791 au 5 mai 1793. À gauche, la Constitution de 1791 est écrite sur un parchemin recouvert de plats de cuivre (Archives nationales, AE I 9).

Ces deux pièces furent rangées dans un coffre de bois de cèdre, lui-même encastré en juillet 1792 dans une des pierres de la colonne de la Liberté qui devait être élevée sur les ruines de la Bastille. Par la suite, ces deux « monuments » furent pilonnés par le mouton national en mai 1793.

© Atelier photographique des Archives nationales

« Pas de République sans archives »
Yann Potin

chargé d’études documentaires à la Section du XIXe siècle des Archives nationales

« Il n’y a pas de République sans archives », dans la mesure où ces dernières [permettent] aux citoyens d’exercer leurs droits en mettant à leur disposition les documents administratifs et judiciaires qui les concernent personnellement ou qui les intéressent collectivement, dans le cadre d’une transparence qui est considérée aujourd’hui comme une condition de la démocratie (1) ».
Ainsi le conseiller d’État Guy Braibant concluait-il l’introduction d’un rapport devenu un classique de la littérature administrative et archivistique. Publié en 1996 et principale source d’inspiration de la nouvelle loi du 15 juillet 2008 sur les archives, ce rapport demeure, quinze ans plus tard, au lendemain d’un nouveau rapport dû à Maurice Quenet, l’horizon d’attente des institutions d’archives en France, dans la mesure où il dessine le prisme des enjeux – sociaux, politiques, symboliques et administratifs – de toute politique de gestion et de transmission des archives centrales de l’État et de la Nation. L’accès aux archives publiques, en tant que documents historiques pour l’avenir, mais aussi et avant tout, en tant que « sous-produits » de l’activité administrative, pour reprendre la belle expression d’Yves Pérotin, constitue une des fonctions qui justifient l’idée même de leur collecte et de leur conservation. Si les dépôts d’archives ont toujours dû défendre, parfois contre les services administratifs eux-mêmes, leur rôle d’« arsenal de l’administration », ils se sont progressivement constitués en refuge juridique potentiel pour tout citoyen ayant à défendre ou à revendiquer des droits. Et ce principe de ressource collective nationale accessible est précisément un héritage de la Première République, entre 1792 et 1799.
« Tout citoyen pourra demander dans tous les dépôts [des Archives de la République], aux jours et aux heures qui seront fixés, communication des pièces qu’ils renferment : elle leur sera donnée sans frais et sans déplacement, et avec les précautions convenables de surveillance (2) ».
Les rapports entre citoyenneté et service d’archives procèdent, en France, de ce bel article aux tonalités autant révolutionnaires que définitives. Le texte de loi dont il est issu, quoique abrogé par la loi du 3 janvier 1979, a en effet formé, par défaut, pendant près de deux siècles l’unique cadre légal des institutions d’archives en France. En instituant comme principe général, non seulement l’accessibilité des documents, mais la gratuité de leur communication, la loi du 7 messidor an II offrait, sur le papier, une garantie administrative, qui, cependant, connut une très lente application dans la pratique. Il faut attendre en effet la stabilisation de la République et l’éloignement des périodes de guerres, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, pour voir ce principe démocratique entrer progressivement, et avec de nombreuses résistances, en vigueur. Par la loi du 17 juillet 1978, la liberté d’accès aux documents administratifs contemporains donnait corps au principe de 1794, ce qui accéléra d’ailleurs la rédaction de la loi refondatrice des archives du 3 janvier 1979.
Si la défense des droits a longtemps été dominée par la recherche de titres et de preuves de propriété personnelle ou familiale, la valeur citoyenne des archives publiques ne cesse de s’accroître et de s’approfondir dans le temps. La création, en 2000, à la suite des travaux de la Mission Mattéoli sur la spoliation des juifs de France de 1940 à 1944, d’une commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS) a renforcé le champ probatoire des archives. Au point que le Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales a développé au cours de la dernière décennie un bureau spécialisé « des recherches administratives », visant à offrir un accueil personnalisé et à guider la recherche. Les preuves de nationalité et les dossiers de naturalisations sont parmi les documents d’archives qui, plus que jamais, notamment après la nouvelle loi du 24 juillet 2006 sur l’immigration et l’intégration, constituent un point de cristallisation citoyenne entre l’État et la société.
Notes
(1) Braibant G., Les Archives en France : rapport au Premier ministre, Paris, La Documentation française, 1996.
(2) Décret, puis loi du 7 messidor an II, dispositions générales, art. 37.

Histoire, Archives, et création artistique

  • 1 Depuis le colloque d’Amiens de 1968 intitulé « Pour une école nouvelle », cette étroite collaborati (...)
  • 2 Charvet P., Geofrroy J., Marchand J.-R., Weber A., Les pôles nationaux de ressources. Évaluation qu (...)
  • 3 L’organisation et le déroulement du PNR 2006 eurent effectivement lieu durant la grève contre le pr (...)
  • 4 BOEN hors-série no 7 du 31 août 2000 (applicables à la rentrée 2000), programme d’éducation civique (...)

2Le service éducatif a souhaité associer les artistes1 à l’édition 2006 du PNR. Pour programmer et organiser cette session, tous les partenaires durent tenir compte d’un contexte très délicat : la parution d’un rapport critique évaluant les PNR et pointant les dysfonctionnements2 ; la contestation, par une grande partie de la société, en particulier la jeunesse, de réformes gouvernementales3. Par ailleurs, le ministère de l’Éducation nationale voulait renforcer l’apprentissage des valeurs républicaines et souhaitait qu’une réflexion fût menée sur les modalités d’appropriation par les élèves du sigle « R.F. ». Le service éducatif proposa donc, compte tenu de la spécificité des Archives nationales, d’intituler la session de mars 2006 Dire et représenter la République et d’y convier deux classes, l’une de CM2, l’autre de première4, composée d’élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, pour des ateliers expérimentaux.

  • 5 Cette exposition fut prolongée pour accueillir le public de la Nuit des musées.
  • 6 Inauguration du pôle national de ressources Archives, publication du CRDP de Paris, 2003, p. 4.
  • 7 Ibidem, p. 7.

3La rencontre avec Anne Cindric fut dans un premier temps déterminante ; par la suite, deux autres plasticiennes, Agathe Larpent et Françoise Schein, acceptèrent de s’associer au projet. Ainsi naquit l’exposition Secret d’état, secrets d’État5. Ce rapprochement paraît ici des plus judicieux dans la mesure où Anne Cindric et Agathe Larpent fondent leur travail sur l’exploration d’archives. Il montre également l’évolution de la réflexion autour du concept d’archive et de sa place dans l’éducation au patrimoine, selon la définition qu’en donne Jean-Michel Leniaud : « une figuration symbolique de l’organisme qui l’a créée6 », le tout « dans une dimension visuelle et tactile7 ».

Conservation et création : dialogue autour d’archives
Jacqueline Ursch

directrice des Archives départementales des Bouches-du-Rhône

Accueillir une présence d’artiste aux Archives, c’est l’expérience menée à partir de 2004 dans les Alpes-de-Haute-Provence. Photographe, plasticiens, céramiste, sculpteur-verrier, peintres… Une invitation faite aux artistes pour nous donner leur vision sur les archives et permettre au public de les découvrir d’une autre manière. C’est aussi faire accéder l’archive au statut d’œuvre d’art et offrir ainsi un autre regard sur ces documents, souvent d’aspect modeste mais porteurs de toute notre histoire.
Avec Agathe Larpent, artiste céramiste, un dialogue s’est vite installé ; une quasi-communion pour partager le monde des archives, des cartons, des liasses et des registres, tous bien alignés, rangés, en attente de la main qui va libérer les liens et les histoires qui s’y trouvent. Les documents, les reliures, tout la fascine ; mais surtout ces maux ordinaires, ces secrets féminins, ces traces de vies qui restent là, bien conservés, en attente de se révéler. Des éclats des maux qu’elle s’approprie avec émotion et qu’elle transcrit dans la porcelaine, prête à consoler ces hommes et ces femmes de leurs souffrances passées. Et la lumière jaillit dans les carrés de céramique à côté des papiers jaunis et rugueux ; des petites fenêtres s’ouvrent pour regarder le passé, pour comprendre ces situations si terriblement humaines… Agathe tisse à sa façon des liens entre le papier et le minéral, relie les fils pour comprendre en filigrane ce qui se cache derrière les mots encrés. Elle aime tout de suite les terriers, ces cadastres d’Ancien Régime ; elle dont la terre est sa matière et qu’elle arpente aussi pour mieux la mesurer… Et ses boîtes merveilleuses prennent peu à peu place avec les documents : scellées ou entr’ouvertes, la blanche dentelée, les rouges sang et les noires satinées ; les petites à l’intérieur des grandes, les boîtes à secrets. Tant de féminité dans ces œuvres. Touches d’émaux pour accompagner les mots du parchemin ou du papier chiffon, pour relier le passé au présent, pour rêver…
Les archives, ces « cathédrales de papier », ont parfois besoin d’une médiation pour nous aider à en découvrir toute la vérité, pour mieux approcher notre histoire collective et personnelle.

Œuvre présentée lors de l’exposition En filigrane, secrets d’archives visités par une artiste, aux Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence du 30 mai au 1er juillet 2005.

Œuvre présentée lors de l’exposition En filigrane, secrets d’archives visités par une artiste, aux Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence du 30 mai au 1er juillet 2005.

© Agathe Larpent

Agathe Larpent
artiste céramiste et graveur

Les archives, ce n’est pas un monde mais des mondes. Ce n’est pas seulement l’Histoire mais tellement d’histoires…
Tous ces documents, ces liasses, ces cartons, ces registres serrés sur des kilomètres me révèlent la représentation de l’épaisseur du temps, tout ce qui est inscrit et enregistré…
Tout ce qui a ébranlé le temps.
Témoignages si forts que moi-même ébranlée je veux traduire ce que je ressens, avec mon regard d’artiste, ma mise en scène personnelle. Communiquer à ma manière ce qui m’a retenue. Héler, capter, faire dialoguer mes œuvres de terre et de porcelaine avec les vies inscrites là.
Avec les textes d’archives, de connivence avec Jacqueline Ursch, j’ai choisi de travailler sur l’intimité des femmes d’autres temps, de traduire les secrets d’archives, en filigrane ; ce qui se ressent par transparence ou avec le temps. Pour cela, j’ai choisi de montrer ces vies inscrites sur le papier comme des saynètes, le long d’un parcours de vie, de l’enfant abandonné, la jeune fille abusée, la future religieuse ou l’empoisonneuse, l’infanticide.… Juxtaposer les formes de porcelaine, sculptures de terre blanche immaculée, boîtes rouge sang à la fois douces et vives, violentées et déchirées, avec des pages de papier chiffon écrites, des jugements de condamnation… Livres aussi de terre, page gravée à jamais meurtrie, sceau sur l’arrêté d’interdiction…
Boîtes à secret… et sacs à procès ; fioles, plaques à fenêtres… sur le passé. Filigrane dans la porcelaine, lumière intérieure.
Les mettre ensemble pour dialoguer. Les images parlent, se disent, se taisent dans le poignant silence des magasins d’archives.

  • 8 Ce choix a été fait à l’issue d’un dialogue entre les artistes, les conservateurs et les enseignant (...)
  • 9 La scénographie du musée des Archives nationales était mise en œuvre par Xavier Guillot, chef de tr (...)
  • 10 Il s’agissait des stagiaires du PNR, inscrits à la formation soit en tant que personnel des archive (...)

4Plusieurs œuvres ont été choisies8 et ce sont les artistes elles-mêmes qui ont accompagné, lors du déroulement du PNR 2006, la découverte sensible de l’histoire de la République par les élèves, scrutant leurs réactions, répondant à leurs questions, respectant leurs silences aussi. La confrontation entre l’œuvre et l’archive, permise par la scénographie9, a encouragé la volonté de connaissance et le dialogue entre élèves du primaire et lycéens. Ils ont, par la suite, participé à deux ateliers différents, dans deux salles adjacentes, avec possibilité de travailler ensemble lors des exercices de restitution, sachant que les adultes stagiaires du PNR étaient conviés10. Pour la deuxième phase de l’atelier, deux corpus et deux discours pédagogiques ont été établis, l’un à destination des élèves de CM2, l’autre pour les élèves de première. Lors de la dernière phase, les restitutions attendues permettent aux élèves de croiser leurs regards, les « CM2 » sollicitant l’aide des « première », et inversement ! Ce fut en particulier le cas lorsque les élèves du primaire ont fait une proposition pour réactualiser La Marseillaise et ont souhaité bénéficier de l’expertise musicale de leurs aînés de la classe de première, avant de demander à l’un d’entre eux, chanteuse lyrique, d’interpréter ce nouveau chant, dans la cour d’honneur de l’hôtel de Soubise.

  • 11 Archives nationales, AE II 3706.
  • 12 Archives nationales, F 1c III Aisne 8 (1er octobre 1790).
  • 13 Archives nationales, F 4 1020 (12 thermidor an II et 9 prairial an III).
  • 14 Ibidem, 26 brumaire an III.
  • 15 Ibidem, messidor an II.
  • 16 Ibidem, 15 brumaire an III.
  • 17 Archives nationales, F 1c I 91, vendémiaire an IV.
  • 18 Ibidem, cinquième jour complémentaire an V.
  • 19 Ibidem, 8 fructidor an V.
  • 20 Ibidem, quatrième jour complémentaire an VI.
  • 21 Archives nationales, F 1c I 91, 6 vendémiaire en VI.
  • 22 Ibidem, thermidor an VI.

5Pour les « primaires », le document source était l’Almanach national de 179111 ; son étude était complétée par un travail sur les vignettes révolutionnaires. Il s’agit des en-têtes portés sur les papiers officiels des institutions de gouvernement durant la Révolution française, tant à Paris qu’en province, grâce à un extrait du registre des délibérations du directoire du département de l’Aisne12 ; des travaux de la commission exécutive de l’Instruction publique13 ou du comité de l’Instruction publique14 ; des décisions du comité de Salut public15 ; du comité des Finances16 ; du ministère de l’Intérieur17, de la Justice18 et des Armées19, de la Marine et des Colonies20 ; de l’École nationale aérostatique21 et, enfin, du directoire exécutif22. Il s’agit certes de dégager les symboles forgés au XVIIIe siècle, pour aller au-delà et évoquer la période très contemporaine.

Almanach national de 1791 (Archives nationales AE II 3699).

Almanach national de 1791 (Archives nationales AE II 3699).

© Atelier photographique des Archives nationales

Vignette du ministère de la Justice préfigurant Marianne (Archives nationales, F 1c I 91).

Vignette du ministère de la Justice préfigurant Marianne (Archives nationales, F 1c I 91).

© Service éducatif des Archives nationales

Vignette du directoire exécutif (Archives nationales, F 1c I 91).

Vignette du directoire exécutif (Archives nationales, F 1c I 91).

© Service éducatif des Archives nationales

  • 23 Archives nationales, AE II 3837.
  • 24 Ibidem, AE II 1857.
  • 25 Ibidem, AE I 9, pièce iii.
  • 26 Ibidem, AE II 3699. Ce document était commun aux deux groupes d’élèves.
  • 27 Ibidem, AE V 28 ter.
  • 28 Ibidem, AE V 312.
  • 29 Ibidem, AE II 2892.
  • 30 Ibidem, AE VI a 233.
  • 31 Ibidem, objet non coté.
  • 32 Ibidem, AE I 29 pièces I, 9, 18 et 19.

6Pour les lycéens, le dossier documentaire se composait de quatorze pièces, extraites des collections du musée des Archives nationales et présentées aux élèves : un éventail à l’effigie de Necker23 ; le diplôme de vainqueur de la Bastille24 ; l’exemplaire pilonné de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 178925 ; l’Almanach national de 1791 représentant la fête de la Fédération du 14 juillet 179026 ; des bretelles bonapartistes, véritables objets séditieux27 ; un foulard électoral de 182728 ; l’aiche de la campagne électorale de Boulanger29 ; un calendrier support publicitaire de 191530 ; une francisque de 194131 ; les Constitutions de 1791, 1848, 1946 et 1958, accompagnée du grand sceau de la République32. Selon les exercices de restitution demandés aux élèves de première, un de ces documents était considéré comme source, les autres pouvaient être convoqués à titre de complément.

Vignettes et symboles révolutionnaires : les élèves réalisent leur acte officiel sur un papier à en-tête révolutionnaire, à la plume et à l’encre, en respectant la calligraphie contemporaine.

Vignettes et symboles révolutionnaires : les élèves réalisent leur acte officiel sur un papier à en-tête révolutionnaire, à la plume et à l’encre, en respectant la calligraphie contemporaine.

© Service éducatif des Archives nationales

La constitution de la Ve République du 4 octobre 1958, scellée du grand sceau (Archives nationales AE I 29 p. 19).

La constitution de la Ve République du 4 octobre 1958, scellée du grand sceau (Archives nationales AE I 29 p. 19).

© Atelier photographique des Archives nationales

Détournement de fonds publics
Anne Cindric

artiste plasticienne

L’exposition « Détournement de fonds publics » est née de ma rencontre avec Ariane James-Sarazin [ancienne responsable du Département de l’action culturelle et éducative], dans le cadre du Pôle national de ressources « Archives et citoyenneté ». Mon travail de plasticienne, nourri par mon passage par l’appareil d’État (École nationale d’administration, préfectorale et magistrature) est profondément inspiré par les différents objets du pouvoir. Mon mariage avec Boris, architecte, combattant rescapé du siège de Sarajevo, qui a vu son pays disparaître dans la guerre, m’a aussi rendue très sensible à ce qui fabrique une nation et au thème de la citoyenneté. Aussi Ariane James-Sarazin y a-t-elle trouvé un écho avec les collections des Archives nationales et m’a confié les clefs de cette « véritable caverne d’Ali Baba ». Avec elle et l’écrivain Marianne Costa, nous avons conçu cette exposition à plusieurs facettes, permettant de découvrir quelques-uns des documents les plus extraordinaires des Archives nationales, dignes des fantasmes les plus fous d’Alexandre Dumas, mais sous un jour nouveau !
Accompagné d’une notice historique, rédigée par Ariane James-Sarazin, et d’une « légende » éclairante et poétique, conçue par l’écrivain Marianne Costa, tirée de grands textes ou de ritournelles populaires, chaque document historique a été mis en relation avec une de mes œuvres, existante ou créée pour l’occasion. Face au testament de Napoléon Ier a été placé un minuscule buste façon porcelaine de Sèvres de ma facture, tête de mort enfantine et ricanante, intitulé « Véritable crâne de Napoléon enfant », accompagné d’une boutade d’Alphonse Allais. La notice des Renseignements généraux français sur un Hitler encore méconnu a voisiné avec une œuvre intitulée « Pièges à conviction », figurant deux yeux pris par des sceaux de cire, avec en légende, une définition tirée du Larousse sur les champignons vénéneux… Confrontation et dialogue, c’était « Anne Cindric versus Archives nationales » et baiser du prince charmant sur les lèvres de la Belle au bois dormant !
Il s’agissait de digérer notre patrimoine, de se familiariser avec le pouvoir, de galoper comme un gamin dans les corridors de l’histoire, transporté dans un horrifique mais merveilleux conte de fées. J’ai ainsi pioché allègrement dans notre « Yourte nationale », détournant productions étatiques, mêlant le sang aux pourpres officielles, le barbare au civilisé, l’organique à l’organisé, le « gore » au précieux. Un regard décalé et familier a essayé de se poser, sans moralisme, sur ce qui fait une nation, avec tout ce que cela peut représenter de tragique, dérisoire et de sublime.
Pour que l’alchimie de l’appropriation opère, l’exposition s’est articulée autour de trois thèmes. Le premier s’intitulait « Talismans de l’identité nationale française » : l’exception culturelle française était reliée à la règle, l’écrit, la politesse et l’élégance. L’envers du décor, c’était le poids de l’étiquette, la dictature de la norme, la cascade des mépris et le règne du monopole. En deuxième lieu, venaient les « Totems du pouvoir ». Il s’agissait là de redonner un corps au pouvoir, perçu comme froid et désincarné. Sans jugement de valeur, la raison d’État côtoyait l’État de droit, ses fastes, le « côté obscur de la force ». Enfin, arrivaient les « Affaires de famille ». L’histoire de France apparaissait alors comme une merveilleuse famille universelle, où se trament drames et réconciliations : mariage, héritage, inceste, jalousie…
Un atelier a en parallèle été créé avec le concours des enseignants du service éducatif des Archives nationales. Nous avons utilisé une de mes œuvres, baptisée Organigramme national, qui représente un organigramme à la Prévert, type « cadavre exquis », réunissant des « organes » nationaux, façon porcelaine de Sèvres. Nous avons repris cette grille, en l’évidant, pour que chacun puisse s’en saisir. De grands papiers photocopiés, avec des organigrammes vierges ont été mis à la disposition des participants. Les élèves étaient avides de les remplir à leur façon, mêlant images et mots, actualité légère et grave, personnelle et publique. Une sorte de lien citoyen s’est construit, par le biais d’une création artistique, entre eux, les autres et une forme d’histoire.
Cette exposition a bien sûr été l’occasion de visites de nombreuses classes de tous âges et origines. Les élèves et étudiants ont posé un regard curieux, amusé et sans préjugé sur les œuvres et sur la mise en perspective des documents historiques, à la différence de certains adultes, désarçonnés par le ton iconoclaste de l’exposition au cœur des « ors de la république ».
En fin de parcours, chacun a pu faire le tour du propriétaire et penser que peut-être l’État, ce sera Nous !

7À partir d’une version simplifiée par l’artiste Anne Cindric de son Système global devenu Organigramme national, les élèves de quatrième, aidés parfois par des lycéens, ont pu entreprendre leur cheminement « républicain », fait de références au passé révolutionnaire et de symboles contemporains montrant une réappropriation de l’identité républicaine. Cet exercice a également pu aider les lycéens à mener leurs propres exercices.

Axes de réflexion pour les élèves de la classe de première, option musique et danse (adaptables pour les premières générales)

Titre de l’atelier

Contexte

Consignes de travail

Crier la République

L’organisation d’élections amène les candidats à adresser aux citoyens leur profession de foi qui associe slogan et programme.

Élaborez votre slogan électoral qui illustre la République. Vous le présenterez sous la forme d’un tract à distribuer dans la rue (Ne pas jeter sur la voie publique).

Le mouvement de la République

Assemblée, débats, barricades, manifestations, révoltes… autant de faits saisis par le trait du sculpteur, du peintre ou du caricaturiste.

Vous représenterez ce qu’est pour vous la République aujourd’hui grâce à une chorégraphie, un mime, une statue. Votre prestation ne doit pas excéder trois minutes.

Le sens de la République

Pour expliquer pédagogiquement le fonctionnement des institutions selon les régimes politiques, on a coutume de recourir à des organigrammes. En reprenant cette idée de l’organigramme, Anne Cindric offre une vision novatrice et critique des arcanes de la République.

À partir des œuvres d’Anne Cindric, complétez les chemins de la République avec les valeurs, symboles et mots qui vous paraissent essentiels et liés à la citoyenneté.

La marelle de la République

Existant sous diverses formes depuis l’Antiquité, la marelle représente un espace que le joueur doit parcourir à l’aide d’un palet qui a donné son nom au jeu.

Construisez une marelle de huit cases. Durant le chemin aller, de l’enfer au paradis, vous noterez et illustrerez huit caractéristiques de la République. Elles doivent être lisibles durant le trajet. Lors du chemin retour, du paradis à l’enfer, vous indiquerez les limites, les contestations l’envers du décor de la République ; les valeurs et les mots sont donc inversés par rapport à l’aller. Pensez à illustrer l’enfer et le paradis, et n’oubliez pas de créer un palet républicain.

Un air de République

Comme tout régime politique, la République a forgé son hymne La Marseillaise, héritage de la Révolution française.

Créer un refrain qui reflète pour vous les valeurs de la République française sur un air de votre choix emprunté à la musique classique ou contemporaine. Vous veillerez à illustrer les paroles dans un document papier.

Un renouveau pour l’éducation civique

8La construction de la citoyenneté reste au cœur des programmes de l’enseignement primaire et secondaire en cours d’application. Dans l’état, le premier atelier, Symboles et vignettes révolutionnaires, continue d’intéresser les enseignants dans le cadre de l’éducation civique, bien plus que l’atelier classique Droits de l’homme ; le second, Dire et représenter la République, insiste sur une approche plus factuelle et institutionnelle de la République, conformément aux enseignements des programmes d’histoire.

  • 33 Socle commun des connaissances et des compétences, BOEN no 29 du 20 juillet 2006, p. 21.
  • 34 Ibidem.
  • 35 BOEN spécial no 6 du 28 août 2008, p. 26-27.
  • 36 Ibidem, p. 37-39.
  • 37 Ibidem, p. 54-55.

9Les préconisations du socle commun de connaissances et de compétences invitent l’élève à « se préparer à sa vie de citoyen » grâce à la « compréhension des institutions d’une démocratie vivante par l’acquisition des principes et des règles qui fondent la République33 ». Et de dire « l’élève devra connaître la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ; […] les symboles de la République et leur signification (drapeau, devise, hymne national)34 ». L’ancien atelier conçu pour la session 2006 du PNR Île-de-France s’appuie sur une documentation dont l’étude est rendue également obligatoire dans les enseignements d’éducation civique aujourd’hui pour les classes du collège, qu’il s’agisse de l’égalité comme « valeur en construction » ou « principe républicain35 » en cinquième, des « libertés, droit et justice » incluant aussi la question de la sûreté36 en quatrième, et « la citoyenneté démocratique37 » en troisième. Il s’agit de connaître les conditions d’élaboration de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, des différents codes (civil, pénal) et des textes constitutionnels afin de comprendre leurs apports dans la vie de la cité. Il est donc indéniable que l’atelier Vignettes révolutionnaires, par ses remaniements successifs, reste d’actualité.

La Révolution française aux Archives nationales
Nathalie Cribier

professeur à l’école élémentaire de la rue Planchat, Paris

J’inscris depuis plusieurs années les classes qui me sont confiées aux ateliers proposés par l’équipe pédagogique des Archives nationales. J’ai décidé cette année de mettre l’accent sur la période révolutionnaire. Notre école étant située en plein quartier de Charonne, non loin donc de la Bastille et du Marais, il m’a paru intéressant de faire découvrir aux enfants des lieux hautement symboliques qui participent de notre mémoire collective mais dont nous ne connaissons souvent qu’un nom de station de métro. J’ai donc pris contact avec les Archives nationales pour organiser un travail plus approfondi sur le sujet. Nous sommes convenus ensemble d’organiser une journée complète sur la Révolution, avec une matinée en salle consacrée à l’étude des vignettes révolutionnaires suivie, l’après-midi, d’un parcours sur les lieux emblématiques de cette période.
Le premier contact avec le bâtiment des Archives est toujours un moment fort de notre visite. Les classes sont accueillies dans la cour majestueuse de l’hôtel de Soubise et on leur retrace rapidement l’histoire du bâtiment et du quartier du Marais depuis le Moyen Âge. Cette étape de présentation, même si elle n’a pas a priori de rapport direct avec notre sujet d’étude, me paraît fondamentale pour « réactiver » la chronologie et mettre les enfants dans de bonnes dispositions d’écoute.
Nous pénétrons ensuite à l’intérieur du bâtiment et nous nous arrêtons quelques minutes devant deux maquettes : l’une du « Quadrilatère des Archives nationales », l’autre de la Bastille, sculptée dans une des pierres récupérées lors de sa démolition. Le travail de repérage et d’orientation sur la première maquette rentre parfaitement dans le cadre du programme de géographie. Avec la seconde maquette (présentée à côté de « vraies » clés de la Bastille), les enfants approchent au plus près la notion « d’archive » qu’ils ont tendance à assimiler uniquement aux documents papier.
Nous rejoignons alors la salle de travail, vaste, claire et bien aménagée et nous nous installons autour d’une grande table.
Chacun dispose d’un dossier complet contenant les reproductions couleur agrandies de vignettes éditées durant la décennie révolutionnaire. L’animatrice, après avoir situé le niveau des élèves à travers quelques questions, leur explique le principe de l’atelier. Il s’agit de repérer, dans chacun des documents, les devises et symboles les plus fréquents et de tenter de deviner leur signification. Le vocabulaire pré-requis est explicité. Si les termes de « symbole » et « devises » sont généralement assez familiers aux enfants, celui « d’allégorie » s’avère plus délicat. Guidés par l’adulte, les élèves vont présenter leurs résultats sous forme de tableau. Le travail d’observation, pointu et minutieux, nécessite concentration et rigueur. Certaines références historiques, en particulier celles relatives à l’Antiquité (bonnet phrygien, déesses…) sont facilement repérées et largement commentées. D’autres références (symboles maçonniques en particulier), peu familières aux enfants de cet âge, seront moins approfondies. Je suis étonnée par l’implication des élèves, par leur sérieux et la facilité avec laquelle ils connectent le symbolisme révolutionnaire avec leurs propres référents culturels de jeunes parisiens. Tous ont, par exemple, repéré les symboles du chêne (« la Force ») et du laurier (« la Victoire ») présents sur les armoiries de la Ville de Paris qu’ils connaissent bien. Enfin, les enfants complètent à la plume et à l’encre le diplôme de vainqueur de la Bastille qu’ils joindront à leur dossier.

Vignettes et symboles révolutionnaires : l’élève, à l’issue d’un travail sur les symboles révolutionnaires, leur origine et leur signification, compose son diplôme de vainqueur de la Bastille

Vignettes et symboles révolutionnaires : l’élève, à l’issue d’un travail sur les symboles révolutionnaires, leur origine et leur signification, compose son diplôme de vainqueur de la Bastille

© Service éducatif des Archives nationales

Les savoirs acquis lors de cette matinée seront repris et réutilisés en classe. Dans le cadre du programme d’histoire des arts, nous travaillons beaucoup sur le symbolisme tout au long de l’année (trouver son propre symbole dans le cadre d’un travail d’arts plastiques ou analyser les grands tableaux de commande de la période napoléonienne par exemple). De retour en classe, nous reprenons en cours d’histoire les principales devises révolutionnaires rencontrées et leur étude nous a permis de dégager trois phases principales dans la période 1789-1792.
En français, l’étude des devises nous permet de mettre en évidence le poids des mots dans ces périodes troublées. La notion d’allégorie a été reprise en vocabulaire. En éducation civique, nous prolongeons cette étude dans le cadre d’un travail sur les devises françaises et européennes en particulier. En géographie, plusieurs élèves d’origine étrangère ayant présenté des exposés sur des pays européens ou extra-communautaires, je constate que tous incluent désormais spontanément l’étude de la devise nationale à leur travail. Au final, ce thème, qui me laissait un peu dubitative au départ, a fortement capté l’attention des enfants et s’est révélé particulièrement riche en prolongements possibles.
Cette journée Révolution française est donc, à mon avis, une réussite pédagogique. Le contenu est bien adapté et les adultes en charge des ateliers savent mettre leur savoir à la portée de jeunes élèves. Les enfants évoluent dans des lieux prestigieux dont ils perçoivent bien le caractère exceptionnel et disposent d’un matériel de qualité. Bref, on les prend au sérieux. Les tarifs pratiqués sont de plus très raisonnables, avec une prise en compte sérieuse de la qualité de ZEP des écoles. C’est une initiation ludique, vivante et très rigoureuse à l’histoire de France.
Seul petit bémol, par manque de temps, nous n’avons pu approfondir certaines questions intéressantes posées par les élèves et qui risquaient de nous éloigner un peu du sujet. C’est dommage car même si nous sommes un peu moins tenus par les horaires en classe, le travail sur les documents y est forcément moins captivant. Peut-être serait-il intéressant de proposer un cycle complet sur un même sujet, avec des visites régulières sur un trimestre par exemple. Cela permettrait, j’en suis sûre, à nos élèves de se familiariser avec le travail de recherche et de s’approprier naturellement le patrimoine particulièrement riche de leur environnement.

10À tous les niveaux, un fort lien avec les enseignements en histoire est recommandé, même si la finalité de l’éducation civique est très ancrée dans le temps présent.

Droit, Citoyenneté et histoire
Guillaume Vannier

professeur de philosophie en classes préparatoires

La citoyenneté moderne se fonde sur trois principes complémentaires : un principe libéral, selon lequel le bonheur public consiste à protéger les droits de l’homme et du citoyen ; un principe démocratique, pour qui le seul régime politique légitime est le « gouvernement du peuple par le peuple » ; et enfin, condition et garantie des deux précédents, le principe des Lumières consistant à attendre plus de bonheur et de moralité de la diffusion du savoir dans un espace public accessible à tous les citoyens.
Cependant ces principes ne suffisent pas à expliquer la réalité empirique de l’usage du pouvoir d’État : la nécessité de l’efficacité gouvernementale dans une démocratie représentative ne s’y limite pas, non plus que les stratégies politiques des dirigeants. D’ailleurs loin d’être intangibles et permanents, lesdits principes sont sans cesse discutés et redéfinis par le débat démocratique. Ils peuvent même s’opposer entre eux, ou se soumettre l’un à l’autre. La citoyenneté moderne n’est donc pas prédéfinie, ni dans la pratique, ni même dans les principes.
Les Archives nationales semblent placées dans la même tension entre la défense des principes et leurs limites. Il incombe en effet aux Archives de soutenir les trois principes de la citoyenneté moderne. Le principe de protection libérale des droits individuels est défendu, notamment, par le dépôt des archives des notaires qui répond à une exigence de protection des droits privés, spécialement patrimoniaux. Le principe de légitimité démocratique est défendu par les Archives nationales lorsqu’elles reçoivent les archives gouvernementales et publiques, dans la mesure où elles donnent alors à la démocratie la transparence qui lui est indispensable.
Mais, d’autre part, les conditions d’accès aux Archives connaissent plusieurs empêchements ou exceptions. D’abord parce que la protection de certains droits individuels (comme le droit à la protection de la vie privée d’un dirigeant) va en effet s’opposer au droit à l’information et à la vérité pour le citoyen. Ensuite parce que l’efficacité de l’exercice du pouvoir gouvernemental exige, par exemple, des délais de consultation concernant les documents liés à la Défense nationale.
Les Archives nationales ne peuvent donc pas se limiter à une exigence de transparence immédiate. Elles doivent se placer dans un équilibre entre le principe d’immédiateté et l’exception de l’attente.
Il ne faudrait pas en conclure que la sagesse politique consiste à renoncer aux idéaux, dans la gestion des archives comme ailleurs. Il s’agit au contraire de prendre conscience que la proclamation enthousiaste des principes doit être suivie de leur mise en œuvre patiente et persévérante. L’histoire n’est pas seulement présente aux Archives comme un contenu à préserver sous la forme d’une masse de documents anciens. Elle donne aux Archives le sens d’un approfondissement de ses ambitions.

  • 38 BOEN hors-série no 3 du 19 juin 2008, p. 25.
  • 39 BOEN spécial no 6 du 28 août 2008, p. 30 et 45-46.
  • 40 Ibidem, p. 47-48.
  • 41 BOEN spécial no 9 du 30 septembre 2010, p. 5.
  • 42 Ibidem. p. 19.
  • 43 BOEN spécial no 6 du 28 août 2008, p. 31.

11Parmi les thèmes enseignés en histoire, les programmes de 2008 maintiennent l’étude de la Révolution française à l’école primaire, plutôt à destination des classes du cycle 3, en insistant sur « l’aspiration à la liberté et à l’égalité, la Terreur, les grandes réformes de Napoléon Bonaparte38 » ; et continuent de placer, pour le collège39, l’étude de la Révolution française et l’évolution politique de la France jusqu’en 1914 en classe de quatrième, laissant l’analyse de la vie politique en France au XXe siècle pour la classe de troisième. Et de constater que les principales dates touchant à l’histoire de la République en France sont très présentes dans les repères chronologiques que les élèves doivent maîtriser à la fin de leurs années de collège40. Cet aspect est très présent dans le nouveau programme de la classe de seconde, le thème 5, traité en fin d’année scolaire : il faut apprendre l’histoire politique de la France, sans ignorer la dimension européenne des nouvelles aspirations libérales du XIXe siècle. La Révolution française doit être étudiée sous l’angle de « l’affirmation d’un nouvel univers politique » en insistant « sur quelques journées révolutionnaires significatives, le rôle d’acteurs, individuels et collectifs, les bouleversements politiques, économiques, sociaux et religieux essentiels41. » L’autre question obligatoire porte sur les révolutions politiques et les révolutions sociales en 1848 tant en France qu’en Europe. Enfin, les nouveaux programmes de la classe de première des séries générales, applicables à la rentrée 2011-2012, entendent renouveler l’approche du thème « Les Français et la République42 ». La nouveauté vient de la classe de quatrième et témoigne de l’influence des pratiques anglo-saxonnes. Il est désormais possible, en histoire, de faire « raconter les moments significatifs43 ». Cet exercice encourage sans doute les enseignants d’histoire à se rapprocher de leurs collègues de lettres attachés à l’exercice de narration. Le service éducatif des Archives nationales défend, depuis plusieurs années, le développement d’exercices de restitution, parfois peu académiques mais qui valorisent les capacités des élèves, quels que soient leurs niveaux scolaires.

12Les deux ateliers, de natures fort différentes, sont susceptibles d’évoluer, grâce à la richesse documentaire des Archives nationales, vers d’autres thématiques portées par les nouveaux programmes et intéressant l’ensemble de la société comme la laïcité, à l’école et dans la République.

Gravure La République triomphante préside à la grande fête nationale du 14 juillet 1880

Gravure La République triomphante préside à la grande fête nationale du 14 juillet 1880

Archives nationales, AE II 3524

Notes

1 Depuis le colloque d’Amiens de 1968 intitulé « Pour une école nouvelle », cette étroite collaboration entre l’École et les artistes est vivement souhaitée. Pour une école nouvelle : formation des maîtres et recherches en éducation : actes du colloque national d’Amiens de mars 1968, Paris, Association d’étude pour l’expansion et la recherche scientifique – Dunod, 1969, 470 pages.

2 Charvet P., Geofrroy J., Marchand J.-R., Weber A., Les pôles nationaux de ressources. Évaluation qualitative, analyse et propositions. Rapport adressé à M. le ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche d’une part, et à M. le ministre de la Culture et de la Communication, juillet 2005 (Rapport disponible sur le site du ministère de la Culture et de la Communication).

3 L’organisation et le déroulement du PNR 2006 eurent effectivement lieu durant la grève contre le projet du contrat de première embauche (CPE).

4 BOEN hors-série no 7 du 31 août 2000 (applicables à la rentrée 2000), programme d’éducation civique juridique et sociale de la classe de première : « Exercice de la citoyenneté, représentation et légitimité du pouvoir politique. »

5 Cette exposition fut prolongée pour accueillir le public de la Nuit des musées.

6 Inauguration du pôle national de ressources Archives, publication du CRDP de Paris, 2003, p. 4.

7 Ibidem, p. 7.

8 Ce choix a été fait à l’issue d’un dialogue entre les artistes, les conservateurs et les enseignants du service éducatif.

9 La scénographie du musée des Archives nationales était mise en œuvre par Xavier Guillot, chef de travaux d’art.

10 Il s’agissait des stagiaires du PNR, inscrits à la formation soit en tant que personnel des archives ou plus largement du ministère de la Culture, soit en tant qu’enseignant ou formateur de l’Éducation nationale. Les enseignants du service éducatif ont donc été à la fois formateurs lors de la session, et « animateurs » de ces nouveaux ateliers. L’analyse de leurs pratiques professionnelles a alimenté la réflexion de l’ensemble des stagiaires.

11 Archives nationales, AE II 3706.

12 Archives nationales, F 1c III Aisne 8 (1er octobre 1790).

13 Archives nationales, F 4 1020 (12 thermidor an II et 9 prairial an III).

14 Ibidem, 26 brumaire an III.

15 Ibidem, messidor an II.

16 Ibidem, 15 brumaire an III.

17 Archives nationales, F 1c I 91, vendémiaire an IV.

18 Ibidem, cinquième jour complémentaire an V.

19 Ibidem, 8 fructidor an V.

20 Ibidem, quatrième jour complémentaire an VI.

21 Archives nationales, F 1c I 91, 6 vendémiaire en VI.

22 Ibidem, thermidor an VI.

23 Archives nationales, AE II 3837.

24 Ibidem, AE II 1857.

25 Ibidem, AE I 9, pièce iii.

26 Ibidem, AE II 3699. Ce document était commun aux deux groupes d’élèves.

27 Ibidem, AE V 28 ter.

28 Ibidem, AE V 312.

29 Ibidem, AE II 2892.

30 Ibidem, AE VI a 233.

31 Ibidem, objet non coté.

32 Ibidem, AE I 29 pièces I, 9, 18 et 19.

33 Socle commun des connaissances et des compétences, BOEN no 29 du 20 juillet 2006, p. 21.

34 Ibidem.

35 BOEN spécial no 6 du 28 août 2008, p. 26-27.

36 Ibidem, p. 37-39.

37 Ibidem, p. 54-55.

38 BOEN hors-série no 3 du 19 juin 2008, p. 25.

39 BOEN spécial no 6 du 28 août 2008, p. 30 et 45-46.

40 Ibidem, p. 47-48.

41 BOEN spécial no 9 du 30 septembre 2010, p. 5.

42 Ibidem. p. 19.

43 BOEN spécial no 6 du 28 août 2008, p. 31.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre En haut, la plaque d’airain porte la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en vigueur du 3 septembre 1791 au 5 mai 1793. À gauche, la Constitution de 1791 est écrite sur un parchemin recouvert de plats de cuivre (Archives nationales, AE I 9).
Légende Ces deux pièces furent rangées dans un coffre de bois de cèdre, lui-même encastré en juillet 1792 dans une des pierres de la colonne de la Liberté qui devait être élevée sur les ruines de la Bastille. Par la suite, ces deux « monuments » furent pilonnés par le mouton national en mai 1793.
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Œuvre présentée lors de l’exposition En filigrane, secrets d’archives visités par une artiste, aux Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence du 30 mai au 1er juillet 2005.
Crédits © Agathe Larpent
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Almanach national de 1791 (Archives nationales AE II 3699).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Vignette du ministère de la Justice préfigurant Marianne (Archives nationales, F 1c I 91).
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Vignette du directoire exécutif (Archives nationales, F 1c I 91).
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Vignettes et symboles révolutionnaires : les élèves réalisent leur acte officiel sur un papier à en-tête révolutionnaire, à la plume et à l’encre, en respectant la calligraphie contemporaine.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre La constitution de la Ve République du 4 octobre 1958, scellée du grand sceau (Archives nationales AE I 29 p. 19).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Vignettes et symboles révolutionnaires : l’élève, à l’issue d’un travail sur les symboles révolutionnaires, leur origine et leur signification, compose son diplôme de vainqueur de la Bastille
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Gravure La République triomphante préside à la grande fête nationale du 14 juillet 1880
Crédits Archives nationales, AE II 3524
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18139/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 399k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540