Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Deuxième partie. Variations autour de l'archive

Chapitre 5. Chartes endiablées. Les sciences à l’heure médiévale

Texte intégral

  • 1 Conservateur en chef à la Section ancienne des Archives nationales, Ghislain Brunel est responsable (...)

1Sous le titre de Chartes endiablées se déclinent plusieurs ateliers nés de l’accompagnement pédagogique de l’exposition Trésor des chartes des rois de France, la lettre et l’image de Saint Louis à Charles VII, organisée par les Archives nationales au printemps 2007. Ces ateliers, pérennisés au-delà de la fermeture de l’exposition, s’appuient sur la richesse et la variété des fonds conservés aux Archives nationales. Ils continuent aujourd’hui d’évoluer, en fonction des demandes spécifiques d’enseignants des disciplines tant historique qu’artistique ou scientifique, et sous la double impulsion d’une actualité historiographique valorisée par Ghislain Brunel, conservateur en chef aux Archives nationales1, et de l’actualité pédagogique.

Les ornementations : précisions de vocabulaire
Chartes ornées
(du latin carta, feuille) Chartes sur lesquelles se déploient des initiales décorées à l’encre. À l’extrême fin du XIVe siècle, on remarque l’introduction de la peinture et de la couleur mais pour des initiales beaucoup moins spectaculaires. On trouve, pour les désigner dans les inventaires du XIXe siècle, la mention de « chartes à vignette ».
Enluminure
(du latin illuminare, éclairer). Le terme désigne toute peinture sur manuscrit. Il englobe l’ensemble des ornements : initiales, illustrations marginales, pages entières.
Initiale
(du latin initium, commencement). Lettre placée au début d’une section de texte, qui se distingue par la taille ou l’ornementation.
Initiale figurée
Désigne une initiale zoomorphe ou anthropomorphe.
Initiale historiée
(du latin historiare, assortir d’illustrations. Se dit d’une initiale enrichie d’une scène à un ou plusieurs personnages.
Lettrines
Désigne, contrairement à son étymologie (letterina, petite lettre), une grande initiale ornée, peinte ou dessinée à l’encre.
Miniature
(du latin minium, pigment rouge servant parfois pour le tracé du dessin). Le terme désigne une petite peinture exécutée dans un cadre réservé.

Actualité historiographique et nouveauté pédagogique : les chartes médiévales, supports de l’histoire des arts

  • 2 Il est possible de consulter la base iconographique « Mandragore » du Département des manuscrits à (...)
  • 3 Ces documents ne font pas partie du corpus numérisé de la base Culture : http://www.enluminures.cul (...)
  • 4 Le diplôme se caractérise par une invocation liminaire à La Trinité, l’apposition, en fin d’acte, d (...)
  • 5 Sur l’historique de ce fonds, voir Guyotjeannin O. et Potin Y., « La fabrique de la perpétuité. Le (...)

2Le développement de l’histoire des arts à l’école primaire et dans l’enseignement secondaire donne aujourd’hui une nouvelle dimension aux ateliers consacrés à l’enluminure et aux lettrines. Plus encore, ces activités, proposées aux élèves et aux étudiants, revêtent un intérêt tout particulier puisqu’elles s’inscrivent dans un nouveau champ de recherches, consacré à l’étude des chartes ornées. La relative faiblesse du corpus aujourd’hui recensé, parmi les milliers de documents médiévaux conservés aux Archives nationales, peut surprendre pour qui connaît les fonds de la Bibliothèque nationale de France, où les documents enluminés se comptent par centaines2. En effet, les Archives nationales ne possèdent dans leurs fonds ni bibles ou livres d’heures, ni chroniques, où se déploie tout l’art de l’enlumineur. Elles conservent néanmoins des documents exceptionnels par leur décor, en particulier les actes qui émanent de la chancellerie royale3. Une forte proportion de ces actes, essentiellement des diplômes et des chartes4, proviennent des coffres d’archives des souverains, conservés dans le Trésor des chartes des rois de France : dès le milieu du XIIIe siècle, les rois déposent, dans la sacristie de la Sainte-Chapelle à Paris, sous la protection des reliques qui y sont conservées, les actes majeurs de la chancellerie, les titres du domaine royal, les traités diplomatiques, mais aussi leurs testaments, leurs actes de mariage et tout autre accord passé avec les membres de la famille royale. Transporté en 1808 à l’hôtel de Soubise, le Trésor des chartes, fonds emblématique de la monarchie, a ensuite été placé au centre des Grands dépôts, sous la cote J des Archives nationales5.

Les chartes ornées
Ghislain Brunel
conservateur en chef à la Section ancienne des Archives nationales

Contrairement à l’enluminure des manuscrits, la décoration des documents d’archives est un sujet de recherche nouveau, qu’il s’agisse des chartes, des comptabilités ou des registres fonciers illustrés par leurs scripteurs-dessinateurs. La collecte et la sauvegarde de ces textes, entreprises depuis quelques années, ont permis d’avancer à grands pas ; pour ce qui est des chartes, par exemple, le corpus se monte désormais à plus de 210 items, datés entre la fin du XIIIe et la fin du XVe siècle. La part des actes royaux y est prépondérante puisqu’ils représentent 70 % du total et sont les plus précoces : Philippe III le Hardi (1270-1285) est ainsi le premier souverain qui fait illustrer les initiales de son nom sur ses chartes et ses diplômes. Dans son sillage, les baillis et les prévôts royaux, les agents des seigneurs, les officialités épiscopales s’emparent du procédé, en diffusant des images très variées ; on voit donc apparaître le portrait humain, des personnages hybrides, des représentations animalières, des décors d’armoiries. Mais cette efflorescence n’a qu’un temps, celui des derniers Capétiens (avant 1328), car, avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie des Valois, la royauté accapare les images, suivie par quelques « princes des fleurs de lis », les Bourbon, les Orléans, les Alençon, ou le fameux Jean de Berry.
La chancellerie royale a, en effet, cet avantage d’avoir élaboré, règne après règne, une iconographie cohérente qui s’impose aux autres autorités. Après les visages grotesques et le sanglier de Philippe III, Philippe IV le Bel innove en usant du lis (à partir de 1304), l’emblème héraldique des Capétiens ; Philippe V le Long y ajoute la couronne royale (1320). Les Valois vont plus loin encore. En une sorte de révolution, Philippe VI introduit son portrait de trois quarts sur ses initiales ; son fils Jean II le Bon rompt avec cette habitude et choisit le lion ou le poisson. Enfin Charles V, premier dauphin de Viennois de la famille royale, multiplie dragons et dauphins, tout en relançant le portrait (réaliste et idéal) abandonné par son père ; son règne constitue l’apogée du processus. Après lui, la propagande par les images des chartes décroît peu à peu, Charles VI et Charles VII se contentant de reprendre l’iconographie antérieure.
À qui étaient destinés ces actes d’apparat ? Pour plus d’un tiers d’entre eux, le souverain les remit aux sanctuaires proches de la dynastie (Saint-Denis, la Sainte-Chapelle de Paris, les cathédrales de Chartres et de Reims) et à un lot d’églises moins illustres réparties sur tout le royaume ; notons, à l’inverse, que quelques cathédrales (Paris, Rouen) et monastères (chartreux de Vauvert, cisterciens de Royaumont ou de Chaalis) s’essaient à plaire au roi Charles V en lui offrant des chartes innovantes. Un autre tiers rejoignit les coffres d’archives du roi lui-même ; il s’agissait d’actes concernant sa diplomatie, sa haute politique, les lois fondamentales du royaume, les réunions à la couronne, le douaire de la reine. Enfin, les fidèles (chevaliers, officiers, conseillers) et la famille royale bénéficiaient du petit tiers restant.

3La particularité du décor des chartes ornées est de ménager un espace, au sein de la lettrine et de son environnement immédiat, où prend place le dessin. Tracés le plus souvent à la plume avec la même encre que le texte, ces dessins révèlent l’existence de scribes-dessinateurs qui utilisent le même style de motifs d’une charte à l’autre. Indissociables du texte qu’ils accompagnent, ils contribuent à la diffusion de l’imagerie royale. Les chartes ornées ont ainsi toute légitimité à être étudiées, tant en histoire qu’en histoire des arts, par des élèves du primaire comme du secondaire, en particulier dans le cadre de la thématique « Arts, États et pouvoir » du programme d’histoire des arts au collège.

Le scribe a dessiné des grotesques, à l’intérieur des initiales et sur leurs bordures, et a couronné l’ensemble d’un sanglier. Détail d’une charte de Philippe III le Hardi en date de 1285 (Archives nationales, K 35, no 9).

Le scribe a dessiné des grotesques, à l’intérieur des initiales et sur leurs bordures, et a couronné l’ensemble d’un sanglier. Détail d’une charte de Philippe III le Hardi en date de 1285 (Archives nationales, K 35, no 9).

© Atelier photographique des Archives nationales

Cette lettrine, détail d’une charte par laquelle Philippe VI, en 1332, modifie l’assiette du douaire de son épouse, Jeanne de Bourgogne, représente le roi remettant à la reine une charte sur laquelle on peut lire tenez vostre douaire.

Cette lettrine, détail d’une charte par laquelle Philippe VI, en 1332, modifie l’assiette du douaire de son épouse, Jeanne de Bourgogne, représente le roi remettant à la reine une charte sur laquelle on peut lire tenez vostre douaire.

Le lien entre le texte et l’image est ici parfaitement illustré. C’est également la première fois que les portraits du roi et de la reine figurent sur une charte (Archives nationales, J 357 A, no 4 bis).

© Atelier photographique des Archives nationales

  • 6 Autrand F., Jean de Berry, l’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 379.
  • 7 Guyotjeannin O., « Images en actes », Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives na (...)
  • 8 Guyotjeannin O., op. cit., p. 18.
  • 9 Brunel G., op. cit., p. 42.

4En effet, l’ornementation des chartes, longtemps interprétée comme une intrusion de l’art du livre dans des documents à caractère politique ou juridique qui semblent pourtant peu s’y prêter, croît au moment où la part de l’image et de la couleur augmente dans la société médiévale : « Cette emphase ornementale d’un siècle et demi […] peut être lue comme un marqueur de l’évolution du goût, des sensibilités, comme la marque d’une pratique qui allie art et pouvoir chez les princes bien connus ailleurs comme de grands collectionneurs et de grands maîtres d’œuvre6 ». Cette période, qui s’étend de la fin du XIIIe siècle au début du XVe siècle, est aussi celle de changements profonds, avec le renforcement progressif du pouvoir royal, les innovations politiques du règne de Philippe IV le Bel, l’arrivée au pouvoir de la dynastie des Valois, et la guerre de Cent Ans. L’époque se caractérise également par une exceptionnelle « fermentation diplomatique7 ». Face à ces évolutions, la chancellerie royale se professionnalise : elle se dote d’une écriture particulière, la gothique bâtarde, et voit ses effectifs largement augmentés, puis, « cette armée de clercs, notaires et secrétaires, […] évangélistes du roi, répandent sa parole et la fixent par écrit8 ». Dans le même temps, ces derniers véhiculent les images associées à la personne royale : c’est d’abord la fleur de lis, qui apparaît pour la première fois dans une charte royale de 1304, où elle est associée à l’initiale du roi Philippe IV le Bel, puis la couronne qui est introduite dans le décor des lettres initiales de Philippe V le Long. L’initiale fleurdelisée, surmontée ou non d’une couronne, devient l’emblème de la monarchie9.

5Parmi les autres décors, il faut également signaler les représentations d’animaux, en particulier celles de dragons, de lions et de dauphins, qui relèvent aussi de la symbolique royale et que l’on retrouve figurés sur les sceaux (dragons ornant le trône ou le cimier du roi, lions couchés à ses pieds, dauphins devenus attributs du fils aîné du souverain depuis l’acquisition du Dauphiné par Philippe VI). On constate également l’émergence, dans quelques-unes de ces chartes, de portraits du roi ou de représentations de la famille royale, d’abord stylisés puis, peu à peu, plus réalistes.

Détail d’une charte de Charles V où le roi est représenté en majesté avec les insignes du pouvoir.

Détail d’une charte de Charles V où le roi est représenté en majesté avec les insignes du pouvoir.

Dans les écoinçons, on distingue deux anges présentant, à la bénédiction de Dieu, la couronne et la fleur de lis, et un sergent d’armes accompagné d’un lévrier (Archives nationales, AE II 383, anc. J 154).

© Atelier photographique des Archives nationales

L’exposition Trésor des chartes des rois de France, la lettre et l’image de Saint Louis à Charles V, présentait conjointement des chartes ornées, scellées pour beaucoup du sceau de majesté de cire verte, des monnaies et des médailles ainsi que ces statues du roi Charles V et de son épouse, Jeanne de Bourbon.

L’exposition Trésor des chartes des rois de France, la lettre et l’image de Saint Louis à Charles V, présentait conjointement des chartes ornées, scellées pour beaucoup du sceau de majesté de cire verte, des monnaies et des médailles ainsi que ces statues du roi Charles V et de son épouse, Jeanne de Bourbon.

© Atelier photographique des Archives nationales

  • 10 Brunel G., op. cit., p. 53.

6L’ensemble de ces représentations du roi méritent, avec des élèves, d’être comparées avec l’iconographie des sceaux, les œuvres sculptées, et le portrait – du moins à partir de celui de Jean le Bon –, pour mesurer le rapport que l’œuvre entretient avec le pouvoir : l’objet artistique devient outil de propagande politique. D’ailleurs, il n’est pas question non plus, dans la chancellerie royale française, de laisser l’image l’emporter sur le contenu : « Les chartes n’étaient pas de purs objets de contemplations, elles demeuraient avant tout les messagères de la parole politique du roi […] les mots devaient triompher des images10 ».

  • 11 Pastoureau M., Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, L (...)
  • 12 Pastoureau M. et Simonnet D., Le petit livre des couleurs, Paris, Édition du Seuil, 2005, p. 7-10.

7Les chartes ornées se développent quand les images et les couleurs envahissent la société médiévale11. Cette constatation ouvre sur un autre champ d’étude qui a émergé au début des années quatre-vingts, avec les travaux de Michel Pastoureau sur l’histoire des couleurs. Il est intéressant de réfléchir avec les élèves, au moment où ils choisissent les pigments qu’ils vont utiliser pour la réalisation de leur propre enluminure, sur la symbolique des couleurs. Sans entrer dans un historique, ni détailler la symbolique qui s’attache à chacune d’entre elles, il est important de leur rappeler que les couleurs sont chargées de sens et qu’il est difficile d’en comprendre le statut et le fonctionnement. Le choix que fait l’élève d’une couleur obéit à des critères contemporains et sa palette diffère souvent largement de celle de l’enlumineur du Moyen Âge. Michel Pastoureau a bien montré comment le goût pour telle ou telle couleur varie en fonction des époques, de l’âge, des zones géographiques et comme elles sont « des révélateurs de l’évolution de nos mentalités12 ».

  • 13 Pastoureau M., « La couleur et l’historien », dans Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen (...)
  • 14 Auripigmentum, littéralement « couleur d’or » : il s’agit d’un très vieux pigment d’origine minéral (...)
  • 15 Du grec lapis, pierre, et de l’arabe azul, bleu, ce pigment, qui donne des teintes allant du bleu o (...)
  • 16 Il s’agit d’une pierre de couleur verte (carbonate de cuivre) d’une très grande dureté, utilisée dè (...)
  • 17 Sulfure de mercure naturel, il donne un pigment rouge et est, comme son pendant végétal, appelé « s (...)
  • 18 Le minium est une céruse (carbonate de plomb), brûlée à haute température pour en ôter le plomb. D’ (...)
  • 19 À ce titre, le descriptif de ces pigments, leur dangerosité pour certains (l’orpiment et le minium (...)

8Le nom des couleurs ou des pigments a également son importance. On peut, en effet, désigner la gamme chromatique par le nom des couleurs mais aussi par les termes qui désignent les pigments. L’enlumineur peut faire le choix d’un pigment pour ses qualités plastiques mais aussi pour des raisons symboliques : ainsi, il peut préférer utiliser du « sang-dragon », résultat d’un mélange de sang d’éléphant et de dragon (en fait, ce pigment provient de la résine d’un palmier originaire du Sri Lanka) à un autre pigment rouge au nom moins évocateur. Il ne faut donc pas négliger « les enjeux symboliques de la couleur », et tenter de « cerner les choix du peintre liés au caractère onirique ou poétique de termes servant à désigner les matières colorantes13 ». Les enfants y sont particulièrement sensibles. C’est vrai quand ils composent leur blason dans l’atelier À vos armes, et choisissent de l’orner de meubles et figures gueule, azur ou sinople, cela l’est plus encore quand on leur parle des couleurs de l’enlumineur : orpiment14, lapis-lazuli15, malachite16, cinabre17, minium18, autant de noms aux connotations exotiques ou mystérieuses qui transcendent l’imagination des jeunes copistes19. Dans le même registre, l’or, matière princière, que l’on utilise en poudre avec un liant dans les ateliers pédagogiques – l’emploi de la feuille d’or étant trop complexe – contribue également à l’émerveillement de l’enfant.

Les ateliers Enluminure et Lettrines médiévales : au plus près des techniques originelles

Les techniques d’ornementation des manuscrits à la fin du Moyen Âge
Marie-Aimée de Bonnafos

chargée de développement des publics au Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales.

Le parchemin est le matériau privilégié pour la confection d’un manuscrit. Ce support, qui est de la peau d’animal, tire son nom de la ville de Pergame, en Turquie actuelle, où la mise au point aurait été améliorée au deuxième siècle avant J.-C. pour suppléer au manque de papyrus. Différents animaux peuvent être utilisés comme le mouton, la chèvre ou le veau, mais le parchemin le plus fin et le plus précieux est le vélin, fait à partir d’un veau mort-né. Dans la préparation du parchemin, la peau subit plusieurs transformations. Après avoir été trempée et enduite de chaux afin de faciliter l’épilation, elle est raclée pour être débarrassée des poils et des résidus graisseux. Ensuite elle est tendue sur un cadre de bois, appelé herse. Une fois bien sèche, elle est saupoudrée d’une sorte de craie pour la blanchir, puis poncée avec un mélange de poudre de pierre ponce, de ponce soie et d’os de seiche pilé, pour faire disparaître les dernières aspérités.
Le parchemin est prêt à être utilisé. Mais, avant de copier le texte, il faut préparer la page en traçant des lignes à la pointe sèche (stylet en métal ou en os) ou à la mine de plomb pour délimiter les zones réservées à l’écriture et à l’ornementation. Ce travail de mise en page s’appelle la réglure.
La copie de textes est réalisée à la plume d’oiseau et à l’encre. Cette encre, un mélange de noix de galle et de sulfate de fer, était aussi utilisée par l’enlumineur pour tracer les ornementations des lettrines et l’esquisse de l’enluminure. Parfois, lorsque le manuscrit est luxueux, on peut y mettre de l’or à la feuille ou en poudre. La technique de la dorure à la feuille est particulièrement délicate et exige de préparer un enduit de plâtre (assiette ou gesso) qui permet à la feuille d’or d’adhérer sur un support en relief. Celui-ci peut ensuite être bruni, ou poli, avec une agate. L’or en poudre s’applique, quant à lui, avec un liant.
Les couleurs sont ensuite appliquées par touches successives. Elles sont élaborées selon des recettes où les pigments (d’origine minérale, végétale ou animale) sont broyés et mêlés à des liants dont les plus communs sont la gomme arabique (sève d’une variété d’acacia), le blanc d’œuf ou la colle de parchemin. L’observation minutieuse des manuscrits de la fin du Moyen Âge a permis de révéler qu’un pigment n’est jamais utilisé seul. Il est soit associé à d’autres couleurs, soit doublé d’une autre nuance plus claire ou plus foncée. Cela permet d’aviver la couleur, de la moduler ou de modeler la surface.
La dernière étape de l’ornementation consiste à redéfinir les contours, puis à rehausser les traits de céruse (ou blanc de plomb), pigment de couleur blanche qui donne de la lumière au décor.

  • 20 Le ductus, du latin ducere, conduire, donne au scribe des indications d’ordre et de sens pour le tr (...)
  • 21 Le calame est un roseau taillé pour tracer les lettres. Utilisé dès l’Antiquité, son usage se pours (...)

9Le domaine de l’histoire de l’écrit est abordé avec les élèves dès les toutes premières années du fonctionnement du service éducatif lors des visites du musée de l’histoire de France. Cependant, le premier atelier Écrire au Moyen Âge n’est conçu qu’à la fin des années quatre-vingts. Il propose aux élèves de découvrir l’histoire de l’écriture puis de s’initier, à l’aide d’un ductus20, aux écritures carolingienne et gothique. Le travail se fait à la plume métal et à l’encre de Chine sur papier, ce qui constitue une avalanche d’anachronismes, même s’il est présenté aux élèves calames21, plumes d’oie, papyrus, parchemin et papier chiffon. Ces choix sont dictés essentiellement par des raisons budgétaires, même s’il est toujours possible de concevoir soi-même calames et plumes.

Écrire au Moyen Âge : les élèves s’initient à la calligraphie médiévale à l’aide d’un ductus. En fonction de l’écriture choisie, ils utilisent le calame ou la plume.

Écrire au Moyen Âge : les élèves s’initient à la calligraphie médiévale à l’aide d’un ductus. En fonction de l’écriture choisie, ils utilisent le calame ou la plume.

© Service éducatif des Archives nationales

  • 22 Le parchemin végétal est un papier reproduisant la texture, l’aspect et les qualités plastiques du (...)
  • 23 Mordants et liants sont indispensables pour permettre aux pigments d’adhérer au support.

10Un premier tournant est opéré avec l’ouverture, pour les publics adulte et enfant en individuel, d’un atelier Enluminure, organisé dans le cadre des Mercredis aux archives. L’offre culturelle s’étant largement étendue du fait de la marchandisation du patrimoine, le service éducatif a pu bénéficier de l’émergence de produits dérivés, devenus accessibles en grande quantité et à un coût moindre. Il lui est désormais possible de proposer à ses visiteurs de travailler, à la plume, au calame et au pinceau, sur du parchemin véritable, à défaut sur du parchemin végétal22, en utilisant pigments d’origine minérale ou végétale, or véritable, mordants et liants23. Les modèles proposés initialement provenaient de la base « enluminure » disponible sur le site Internet du ministère de la Culture. Or, les ateliers du service éducatif doivent être toujours fondés sur l’utilisation des originaux conservés dans les fonds des Archives nationales.

11L’exposition Trésor des Chartes des rois de France, la lettre et l’image de Saint Louis à Charles VII, organisée par les Archives nationales au printemps 2007, est le prétexte à des innovations importantes en matière pédagogique, tant sur le plan des contenus que sur celui des techniques utilisées. Les premières expériences menées dans le cadre des ateliers en individuel ont servi de base à ces nouveaux développements et ont permis d’établir un discours scientifique et des pratiques pédagogiques éprouvés. Deux nouveaux ateliers naissent de l’accompagnement pédagogique de l’exposition, véritable vivier, du fait de la variété et de la diversité des pièces exposées pour les ateliers Écrire au Moyen Âge et Les sceaux, témoins de leur temps. Le premier, l’atelier Enluminure, se déroule à la journée, le second, Lettrines médiévales, propose une approche à la demi-journée et peut être associé à d’autres ateliers dédiés au Moyen Âge.

12L’atelier Enluminure permet à des élèves du primaire comme du secondaire d’appréhender les techniques de l’enlumineur et de mieux saisir le contexte culturel de production. Les élèves travaillent à partir d’une peau entière de mouton ou de chèvre, fournie par un parcheminier. Il leur faut d’abord identifier, au toucher, la fleur du parchemin (ou côté poil), surface sur laquelle ils réaliseront leur enluminure, de la croûte (ou côté chair), puis la dégraisser à la ponce de soie et la blanchir au blanc de Meudon. Ils tracent ensuite l’esquisse de leur dessin, non à la mine de plomb – car toxique – mais au crayon à papier, avant d’en préciser les contours à la plume et à l’encre. Les élèves disposent de modèles, plus ou moins complexes en fonction du niveau de la classe et du projet du professeur, et réalisés à partir du corpus de chartes présenté dans l’exposition. Cette démarche est semblable à celle de l’enlumineur du Moyen Âge : en effet, jusqu’au XIIIe siècle, le bon enlumineur est celui qui copie le plus fidèlement des ouvrages célèbres ou prestigieux et qui ne recherche pas tant l’originalité. Avec l’apparition des ateliers d’enlumineurs laïcs, à partir du XIIIe siècle, réunis en corporation, des cahiers de modèles se généralisent et diffusent des modes iconographiques.

  • 24 Le codex (au pluriel codices) désigne, au Moyen Âge, le livre, de même facture que le livre moderne (...)

13Le travail de copie terminé, la mise en couleurs peut commencer. Les élèves préparent leurs pigments en les mélangeant à de l’eau et à un liant, la gomme arabique, pour former autant de matières colorées que l’exige le modèle. Elles sont ensuite étalées, au pinceau, en aplats de couleur. La pose de l’or se fait dans les mêmes conditions. Il reste à repasser les contours du dessin à l’encre, pour éliminer les débordements de peinture ou de dorure, et à poser des rehauts de noir, de blanc, d’or ou d’argent pour donner du relief et de la lumière. La technique de l’aplat de couleur, c’est-à-dire l’obtention d’une surface unie, sans dégradé, présente un double avantage : elle est plus aisée à réaliser avec des élèves dans le cadre d’une journée et ne présente pas d’incohérence majeure, dans la mesure où les modèles proposés émanent de la chancellerie royale, qui produisait des chartes sur lesquelles la technique de l’aplat était couramment utilisée (contrairement au travail par couches successives, des teintes les plus claires en terminant par les plus foncées, réalisé dans les scriptoria des abbayes où sont enluminés des codices24). En fonction des temps de séchage, l’atelier alterne approches théoriques et réalisations pratiques, ponctuées par des visites dans les salles d’exposition et dans les Grands dépôts, lieu de conservation des originaux.

Enluminure : Les élèves préparent la peau de chèvre ou de mouton, support de leur enluminure, puis ils tracent l’esquisse de leur dessin. On peut également travailler, comme c’est le cas ici, sur papyrus.

Enluminure : Les élèves préparent la peau de chèvre ou de mouton, support de leur enluminure, puis ils tracent l’esquisse de leur dessin. On peut également travailler, comme c’est le cas ici, sur papyrus.

Les couleurs sont préparées à partir de pigments naturels ou de substituts chimiques, mêlés à un liant, type gomme arabique. La mise en couleur du modèle se fait au pinceau en aplat avec des rehauts de noir et de blanc.

Les couleurs sont préparées à partir de pigments naturels ou de substituts chimiques, mêlés à un liant, type gomme arabique. La mise en couleur du modèle se fait au pinceau en aplat avec des rehauts de noir et de blanc.

© Service éducatif des Archives nationales

Libérer la parole, l’image et l’écriture
Audrey Hélius

professeur d’arts plastiques au collège Fernande-Flagon de Valenton (Val-de-Marne)

La classe de 5e 3 bénéficiait d’un projet interdisciplinaire mis en place en juin 2006, lors de la constitution des équipes pédagogiques et des groupes classes. Les professeurs réunis autour de ce projet, intitulé Observer les mots et lire des images, souhaitaient proposer des situations de cours particulières à des élèves ayant rencontré des difficultés liées à l’expression écrite en sixième, et proposer une ouverture sur certains pôles culturels parisiens.
Il s’agissait de travailler en français, en histoire, en arts et en sciences en utilisant aussi souvent que possible l’image pour libérer la parole et l’écriture. Ainsi, les élèves ont étudié l’histoire de l’écriture et du signe, la calligraphie, le dessin scientifique, les images porteuses de sens ou mises à profit lorsque les mots ne peuvent être utilisés (pictogramme, iconographie du Moyen Âge, blasons et emblèmes, schémas et graphiques).
Les Archives nationales proposaient un atelier d’enluminure semblant correspondre au thème d’un itinéraire de découverte (IDD) mené par un professeur de français et un professeur d’arts plastiques : Histoire du livre. Dès les premiers contacts avec le service éducatif, les contours de l’activité proposée s’esquissèrent pour s’adapter au projet et au travail déjà accompli en classe. Il fut alors décidé que les élèves réaliseraient, au cours d’une journée, la première lettre de leur prénom enluminée, mais qu’ils bénéficieraient auparavant d’un exercice mêlant démonstration technique (fabrication des supports et de la peinture) et théorie leur permettant de réinvestir les connaissances préalablement acquises en cours. Lors de la visite, les élèves furent vite conquis par la monumentalité des lieux et de leurs collections, mais, étonnamment, c’est lors d’entretiens avec l’animatrice portant sur la fabrication du support et des couleurs que leur plaisir parut à son comble. Les connaissances acquises en classe leur permirent de participer et de dialoguer avec une spécialiste qui n’hésita pas à leur faire part de sa satisfaction face à cet échange. L’exercice pratique réalisé dans la foulée donna, quant à lui, du sens à ces connaissances.
À la fin de la journée, l’intérêt et la curiosité des élèves ne faiblit pas. Ils exprimèrent leur envie de découvrir les réserves les plus inaccessibles des Archives (l’Armoire de fer) dont il avait été question dans la présentation du lieu.
Quelques jours plus tard, lors d’une séance d’IDD, la classe apprit une nouvelle qui la ravit : l’équipe pédagogique des Archives nous invitait à visiter ses réserves et à profiter d’une exposition présentant des documents très anciens ainsi que d’un nouvel atelier pratique, mis au point pour eux (1). Nous retournâmes donc aux Archives et nous eûmes l’agréable surprise de constater que nos élèves, si timorés lors de la première sortie (certains nous confieront plus tard qu’ils n’étaient jamais allés à Paris avant), avaient gagné en confiance. Le parcours entre le collège et Paris ne ressemblait plus à une expédition, et ils semblaient avoir pris leurs marques dans ce lieu de culture pourtant imposant. Les autres spectateurs de l’exposition furent touchés par le dialogue établi d’une part, entre les enfants et la conférencière, d’autre part, entre les enfants et les œuvres : à genoux ou assis devant elles, certains élèves tentèrent de copier les dessins qui les impressionnaient. Ils furent complimentés toute la journée, et l’expérience commença à prendre de l’ampleur à Valenton : les autres classes de cinquième demandèrent à visiter les Archives, une animatrice de la ville décida de créer un atelier d’enluminure ouvert aux collégiens pendant les vacances, et le journal local nous dédia un article ! La composition de la classe, dont les enseignants furent très satisfaits car beaucoup d’élèves y avaient très positivement évolué, resta quasi inchangée l’année suivante. Le groupe demanda très vite à retourner aux Archives, ce que nous ne tardâmes pas à faire avec cette classe de quatrième, mais aussi avec d’autres, ayant chaque fois la possibilité d’adapter le contenu des ateliers aux projets des équipes enseignantes et aux centres d’intérêt des élèves : enluminure et calligraphie, sensibilisation à la cartographie à travers l’étude d’anciens plans du Val-de-Marne, travail de composition en regard de l’œuvre de Georgette Agutte (2)…

Notes
(1) Cette offre entre dans le cadre des « créateliers ».
(2) Les Archives nationales ont organisé, du 2 avril au 13 juillet 2008, une exposition intitulée Entre Jaurès et Matisse : Marcel Sembat et Georgette Agutte à la croisée des avant-gardes. À cette occasion, le service éducatif a proposé aux scolaires des ateliers de pratique artistique.

14L’atelier Lettrines médiévales représente une solution moins onéreuse, moins longue aussi, puisqu’il s’agit d’un travail à l’encre et que le support utilisé est du parchemin végétal, qui ne nécessite pas de travail préparatoire. Les modèles sont aussi établis à partir du corpus des chartes ornées, mais le dessin est réalisé au pinceau et à l’encre. Le procédé retenu est soit celui de la lettre filigranée de bleu et de rouge – pour figurer azurite et minium – à l’exemple des cartulaires du XIIIe siècle, soit, sur le modèle de nos chartes, la réalisation d’un dessin monochrome au brou de noix, pour remplacer l’encre à base de noix de galle utilisée dans l’Occident médiéval. Cette proposition satisfait nombre d’enseignants qui ne peuvent venir avec leurs classes qu’une demi-journée. Sur le plan pédagogique, l’atelier Lettrines médiévales présente un certain nombre d’atouts : moins complexe que l’atelier Enluminure, il est d’un abord plus facile avec des jeunes enfants ‒ élèves de CE2 par exemple ‒ toujours séduits par les figures de grotesques, les représentations d’animaux réels ou imaginaires, l’élégance et la variété des décors végétaux. Dans le cadre de classes hétérogènes, l’activité valorise les élèves en difficulté car elle les réconcilie avec l’écrit.

  • 25 BOEN no 6 du 28 août 2008, no 32 du 28 août 2008 et no 4 du 29 avril 2010.

15Les deux ateliers s’inscrivent dans les programmes d’histoire, de lettres, d’arts plastiques et d’histoire des arts, voire des sciences, pour l’ensemble des cycles de l’enseignement25.

Lettrines médiévales : les élèves découvrent, dans l’exposition, les lettrines et choisissent les motifs (grotesques, motifs animal et végétal) qu’ils vont reproduire dans leur lettre initiale.

Lettrines médiévales : les élèves découvrent, dans l’exposition, les lettrines et choisissent les motifs (grotesques, motifs animal et végétal) qu’ils vont reproduire dans leur lettre initiale.

Le dessin composé, la mise en couleur peut commencer, au pinceau pour le corps des lettres, à la plume pour l’ornementation.

© Service éducatif des Archives nationales

Sciences et histoire des techniques médiévales

  • 26 BOEN no 32 du 28 août 2008, p. 1.
  • 27 Ibidem, p. 2.

16Les programmes officiels précisent qu’aux « trois niveaux du cursus scolaire, école primaire, collège, lycée, l’histoire des arts instaure des situations pédagogiques nouvelles, favorisant les liens entre la connaissance et la sensibilité ainsi que le dialogue entre les disciplines26 ». Ainsi, de même que les enseignements artistiques doivent renforcer leurs relations avec les autres disciplines des « humanités », « l’histoire des arts [doit entrer] en dialogue avec d’autres champs de savoir tels que la culture scientifique et technique27 ».

  • 28 Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge. Teinture, peinture, enluminure, études histor (...)

17Les ateliers Enluminure et Lettrines médiévales encouragent ce dialogue. Les historiens comme les historiens d’art, qui ont besoin d’affiner leur connaissance de la chronologie, d’identifier des techniques ou les pigments caractéristiques d’une époque voire d’un producteur, de mesurer l’altération des documents, se sont déjà confrontés aux recherches menées en sciences expérimentales28. Pour le professeur de physique-chimie, les savoirs convoqués pour la réalisation d’une enluminure peuvent constituer une application concrète du cours, associée à une ouverture culturelle de l’enseignement des sciences.

  • 29 BOEN no 4 du 29 avril 2010, p. 2.

18En revanche, la recherche d’un consensus préalable sur les termes utilisés chez les historiens, les historiens d’art, les pédagogues en charge d’élèves dans les structures culturelles se révèlent indispensable car les différents intervenants ne distinguent pas toujours les nuances du vocabulaire scientifique. Pour exemple, il faudrait s’attacher à différencier les termes de couleur, pigment, colorant, teinture. On évoque l’identification chimique des colorants mais on occulte la description moléculaire des pigments. Les pigments, d’origine minérale ou organique, déposent leur couleur sur un support par le biais d’un liant ou d’un mordant, alors que la teinture s’unit chimiquement aux molécules qu’elles colorent, au moyen d’un mordant et sont indissociables du support qui les reçoit. Les mots sont donc sensibles et il s’agit là d’une question sémantique fondamentale, dont les scientifiques doivent s’emparer pour instaurer « l’approche scientifique et culturelle globale29 » voulue par les programmes.

19Il convient ensuite de s’interroger sur la place de l’original dans ce type d’approche. Il apparaît indispensable de privilégier des méthodes d’analyses non destructives, fondées sur l’observation, dans la mesure où il n’est pas question de travailler en faisant des prélèvements. Les moyens d’investigation sont de fait réduits et portent essentiellement sur l’aspect visuel du document : identification des couleurs, comparaison des encres et des couleurs utilisées, estimation de l’état de conservation du document, traces ou non d’altération (zones de noircissement, oxydation). Or, il faudrait pour ce genre d’étude pouvoir utiliser au moins une loupe binoculaire, au mieux un microscope, ce qui, dans le cadre d’un travail avec des élèves sur un document original, pose le problème du respect des règles de conservation. Les retombées pour le professeur de sciences sont donc réduites dans ce cas précis et, s’il doit étudier, avec ses élèves, les phénomènes de transformation (oxydation par exemple), on comprend qu’il préfère favoriser d’autres types de démarches ou contracter d’autres partenariats.

  • 30 Le mode opératoire qui suit a été défini par Pierre Labarbe, professeur de physique-chimie au lycée (...)

20En revanche, s’il peut inscrire sa classe dans un projet culturel qui l’associe à d’autres disciplines, ce type d’atelier présente un intérêt certain : préparer des pigments, un liant ou un mordant voire des encres, avec lesquels les élèves réalisent ensuite une enluminure pour illustrer un texte construit sur le mode du fabliau, prend une toute autre dimension. La première expérience menée conjointement par le service éducatif et un professeur de sciences30 a porté sur les encres utilisées au Moyen Âge dans nos documents. Pour comprendre pourquoi leur couleur passait du noir au marron-orangé et comment leur composition pouvait abîmer le papier, il a été proposé aux élèves de fabriquer une encre ferro-gallique, la plus courante dans le monde occidental, à partir d’une recette du XIIIe siècle : les noix de galle broyées sont restées à macérer dans l’eau pendant une semaine ; la solution a ensuite été filtrée puis portée à ébullition ; les élèves ont alors ajouté un sel métallique du type sulfate de fer (constituant du vitriol, proposé dans la recette d’origine) puis un liant, la gomme arabique. Les tannins, contenus dans la noix de galle, ont réagi au sulfate de fer et, sous l’action de l’air, la solution est devenue d’un noir intense. La séquence s’est terminée par l’utilisation de l’encre par les élèves dans le cadre d’un atelier d’écriture, en leur précisant que, une fois l’encre posée sur le papier, la partie organique des tannins commence à se dégrader lentement, laissant place aux oxydes de fer, d’où la couleur marron-orangée de l’encre de nos documents originaux. L’expérience a ainsi permis d’aborder de façon concrète la notion d’oxydation.

21Dans une démarche similaire, on peut s’interroger avec des élèves sur l’origine des couleurs et travailler à la fabrication de pigments. Il est plus aisé, avec des élèves, de préparer des couleurs avec des pigments d’origine végétale. En revanche, le pigment n’est pas utilisé seul. Pour composer la matière colorée, il faut lui ajouter divers éléments et lui faire subir des transformations chimiques. Le pigment doit d’abord être broyé au moyen d’un pilon avec un solvant acide comme le vinaigre, qui accélère le processus de dissolution. Il faut aussi fixer la couleur par le moyen d’adjuvants qui facilitent l’imprégnation de la couleur (cohésion) et l’aident à adhérer au support (adhérence). Ces liants et mordants peuvent s’élaborer simplement avec du blanc d’œuf ou une eau mêlée de miel ou de sucre.

22Des recettes simples peuvent être ainsi réalisées, y compris avec les plus jeunes, pour fabriquer les couleurs de base qui peuvent servir à la réalisation d’une enluminure.

23Les recettes médiévales, incomplètes, approximatives – ce qui est implicite ou évident pour le rédacteur n’est pas toujours écrit – sont malheureusement le plus souvent difficiles à restituer. L’enlumineur du Moyen Âge utilise des substances dont la pureté est variable, dont la qualité diffère d’une région à l’autre, et fait des dosages empiriques. La science médiévale utilise des substances toxiques pour lesquelles il faut trouver aujourd’hui des substituts. Leur évocation fait aussi partie des enseignements de physique-chimie dans le cadre de l’éducation au risque industriel et chimique et dans la recherche de substituts fournis par la chimie actuelle. Autant de variables qu’il faut prendre en compte et qui montrent la grande imbrication de nos disciplines scolaires.

Fabrication d’une encre médiévale

Fabrication d’une encre médiévale

« Saisis un pot de terre avec huit livres d’eau ; ensuite une livre et demie de noix de galle et écrase bien ; ensuite fais bouillir jusqu’à ce que soit réduit de moitié ; puis prends trois onces de gomme arabique et écrase bien ; que la gomme soit versée, puis que cela bouille jusqu’à réduction de moitié. Ensuite retire du feu et puis prends quatre onces de vitriol et une livre de vin un peu chaud, et tu dois mélanger le vin et le vitriol dans un autre vase puis l’ajouter peu à peu à l’encre ». Recette d’encre latine métallo-gallique d’après un manuscrit du XIIIe siècle.

© Service éducatif des Archives nationales

Les Archives nationales conservent, dans leurs fonds, les documents notariés produits par la famille de Soubise, en particulier le contrat de mariage de François de Rohan, prince de Soubise, et d’Anne Chabot de Rohan (15 mai 1663).

Les Archives nationales conservent, dans leurs fonds, les documents notariés produits par la famille de Soubise, en particulier le contrat de mariage de François de Rohan, prince de Soubise, et d’Anne Chabot de Rohan (15 mai 1663).

La page de signatures comporte celle du roi Louis XIV (Archives nationales, Minutier central des notaires, XCIX, 214).

© Atelier photographique des Archives nationales

Notes

1 Conservateur en chef à la Section ancienne des Archives nationales, Ghislain Brunel est responsable des séries historiques où sont conservées les chartes ornées dans leur grande majorité. Commissaire scientifique de l’exposition Trésor des Chartes des rois de France, la lettre et l’image de Saint Louis à Charles VII, il est également auteur de l’ouvrage Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, XIIIe-XVe siècle, publié en 2005, auquel il est fait fréquemment référence dans ce chapitre.

2 Il est possible de consulter la base iconographique « Mandragore » du Département des manuscrits à partir du lien suivant http://mandragore.bnf.fr.

3 Ces documents ne font pas partie du corpus numérisé de la base Culture : http://www.enluminures.culture.fr, fondée sur la richesse des bibliothèques patrimoniales.

4 Le diplôme se caractérise par une invocation liminaire à La Trinité, l’apposition, en fin d’acte, du signum des grands officiers, du monogramme royal et du sceau de majesté de cire verte. Cette forme d’acte laisse la place, à la fin du XIIIe siècle, à la charte scellée elle aussi de cire verte sur lacs de soie verte et rouge. Elle est la forme la plus solennelle des lettres royales. C’est dans ce dernier type diplomatique que l’on rencontre l’essentiel des chartes ornées.

5 Sur l’historique de ce fonds, voir Guyotjeannin O. et Potin Y., « La fabrique de la perpétuité. Le Trésor des chartes et les archives du royaume (XIIIe-XIXe siècle) », Revue de synthèse, tome 124, 2004, p. 15-44.

6 Autrand F., Jean de Berry, l’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 379.

7 Guyotjeannin O., « Images en actes », Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, XIIIe-XVe siècle, Paris, Somogy, 2005, p. 19.

8 Guyotjeannin O., op. cit., p. 18.

9 Brunel G., op. cit., p. 42.

10 Brunel G., op. cit., p. 53.

11 Pastoureau M., Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, Le Léopard d’or, 1986, p. 19.

12 Pastoureau M. et Simonnet D., Le petit livre des couleurs, Paris, Édition du Seuil, 2005, p. 7-10.

13 Pastoureau M., « La couleur et l’historien », dans Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge. Teinture, peinture, enluminure, études historiques et physico-chimiques, Paris, Éditions du CNRS, 1990, p. 40.

14 Auripigmentum, littéralement « couleur d’or » : il s’agit d’un très vieux pigment d’origine minérale, le trisulfure d’arsenic, utilisé à l’origine en Inde ou en Égypte, où il existe à l’état naturel.

15 Du grec lapis, pierre, et de l’arabe azul, bleu, ce pigment, qui donne des teintes allant du bleu outremer au violet, arrive en Occident, depuis la Perse, au XIIIe siècle. Son prix, très élevé, explique qu’il est réservé aux décors les plus prestigieux.

16 Il s’agit d’une pierre de couleur verte (carbonate de cuivre) d’une très grande dureté, utilisée dès l’Antiquité.

17 Sulfure de mercure naturel, il donne un pigment rouge et est, comme son pendant végétal, appelé « sang-dragon ».

18 Le minium est une céruse (carbonate de plomb), brûlée à haute température pour en ôter le plomb. D’un rouge-orangé, il fut le premier élément de couleur dans les textes. Il est à l’origine du mot « miniature »

19 À ce titre, le descriptif de ces pigments, leur dangerosité pour certains (l’orpiment et le minium sont très toxiques), leurs origines lointaines – dans le temps ou dans l’espace –, l’évocation de leur coût, n’intéresse pas moins les enfants, même si ces couleurs sont bien sûr remplacées dans le cadre des ateliers pédagogiques par des pigments plus accessibles, et dont la manipulation ne représente pas de risque pour l’élève.

20 Le ductus, du latin ducere, conduire, donne au scribe des indications d’ordre et de sens pour le tracé des lettres.

21 Le calame est un roseau taillé pour tracer les lettres. Utilisé dès l’Antiquité, son usage se poursuit jusqu’à la Renaissance, même si on lui préfère la plume d’oiseau dès le haut Moyen Âge.

22 Le parchemin végétal est un papier reproduisant la texture, l’aspect et les qualités plastiques du parchemin véritable.

23 Mordants et liants sont indispensables pour permettre aux pigments d’adhérer au support.

24 Le codex (au pluriel codices) désigne, au Moyen Âge, le livre, de même facture que le livre moderne, par apposition au volumen, le rouleau composé de feuilles de papyrus ou de parchemin cousues bout à bout.

25 BOEN no 6 du 28 août 2008, no 32 du 28 août 2008 et no 4 du 29 avril 2010.

26 BOEN no 32 du 28 août 2008, p. 1.

27 Ibidem, p. 2.

28 Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge. Teinture, peinture, enluminure, études historiques et physico-chimiques, Actes du colloque international du CNRS, Paris, 1990.

29 BOEN no 4 du 29 avril 2010, p. 2.

30 Le mode opératoire qui suit a été défini par Pierre Labarbe, professeur de physique-chimie au lycée Henri-Wallon d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Table des illustrations

Titre Le scribe a dessiné des grotesques, à l’intérieur des initiales et sur leurs bordures, et a couronné l’ensemble d’un sanglier. Détail d’une charte de Philippe III le Hardi en date de 1285 (Archives nationales, K 35, no 9).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Cette lettrine, détail d’une charte par laquelle Philippe VI, en 1332, modifie l’assiette du douaire de son épouse, Jeanne de Bourgogne, représente le roi remettant à la reine une charte sur laquelle on peut lire tenez vostre douaire.
Légende Le lien entre le texte et l’image est ici parfaitement illustré. C’est également la première fois que les portraits du roi et de la reine figurent sur une charte (Archives nationales, J 357 A, no 4 bis).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Détail d’une charte de Charles V où le roi est représenté en majesté avec les insignes du pouvoir.
Légende Dans les écoinçons, on distingue deux anges présentant, à la bénédiction de Dieu, la couronne et la fleur de lis, et un sergent d’armes accompagné d’un lévrier (Archives nationales, AE II 383, anc. J 154).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre L’exposition Trésor des chartes des rois de France, la lettre et l’image de Saint Louis à Charles V, présentait conjointement des chartes ornées, scellées pour beaucoup du sceau de majesté de cire verte, des monnaies et des médailles ainsi que ces statues du roi Charles V et de son épouse, Jeanne de Bourbon.
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Écrire au Moyen Âge : les élèves s’initient à la calligraphie médiévale à l’aide d’un ductus. En fonction de l’écriture choisie, ils utilisent le calame ou la plume.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Enluminure : Les élèves préparent la peau de chèvre ou de mouton, support de leur enluminure, puis ils tracent l’esquisse de leur dessin. On peut également travailler, comme c’est le cas ici, sur papyrus.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Les couleurs sont préparées à partir de pigments naturels ou de substituts chimiques, mêlés à un liant, type gomme arabique. La mise en couleur du modèle se fait au pinceau en aplat avec des rehauts de noir et de blanc.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Lettrines médiévales : les élèves découvrent, dans l’exposition, les lettrines et choisissent les motifs (grotesques, motifs animal et végétal) qu’ils vont reproduire dans leur lettre initiale.
Légende Le dessin composé, la mise en couleur peut commencer, au pinceau pour le corps des lettres, à la plume pour l’ornementation.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fabrication d’une encre médiévale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende « Saisis un pot de terre avec huit livres d’eau ; ensuite une livre et demie de noix de galle et écrase bien ; ensuite fais bouillir jusqu’à ce que soit réduit de moitié ; puis prends trois onces de gomme arabique et écrase bien ; que la gomme soit versée, puis que cela bouille jusqu’à réduction de moitié. Ensuite retire du feu et puis prends quatre onces de vitriol et une livre de vin un peu chaud, et tu dois mélanger le vin et le vitriol dans un autre vase puis l’ajouter peu à peu à l’encre ». Recette d’encre latine métallo-gallique d’après un manuscrit du XIIIe siècle.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Les Archives nationales conservent, dans leurs fonds, les documents notariés produits par la famille de Soubise, en particulier le contrat de mariage de François de Rohan, prince de Soubise, et d’Anne Chabot de Rohan (15 mai 1663).
Légende La page de signatures comporte celle du roi Louis XIV (Archives nationales, Minutier central des notaires, XCIX, 214).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18137/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540