Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Deuxième partie. Variations autour de l'archive

Chapitre 4. Les sceaux, supports éducatifs et culturels

Agnès Prévost

Texte intégral

Les sceaux, témoins de leur temps : dans une salle du service éducatif (hôtel de Soubise, aile Clisson).

Les sceaux, témoins de leur temps : dans une salle du service éducatif (hôtel de Soubise, aile Clisson).

Le matériel pédagogique se compose d’un visuel, support de la trace écrite, d’un moule en silicone, de son moulage et des matériaux nécessaires à la réalisation d’une pièce factice scellée d’un sceau appendu. Au premier plan, un exemple de conditionnement réalisé par les publics scolaires.

© Service éducatif des Archives nationales

  • 2 Cité par Michel Pastoureau (Pastoureau M., « le sceau médiéval », Pour la science, octobre 1983, p. (...)

1Le sceau, selon la définition d’Auguste Coulon, conservateur chargé, dans les années 1930, du service des sceaux, est une « empreinte imprimée en relief sur une matière malléable, le plus souvent la cire, par la pression d’une matrice en pierre ou en métal, sur laquelle sont gravés en creux des caractères et des images, généralement employée comme signe personnel d’autorité et de propriété2 ». Il constitue, pour une large période, une source documentaire exceptionnelle du point de vue pédagogique. De plus, la sigillographie, c’est-à-dire l’étude des sceaux, permet de conjuguer l’intérêt historique et iconographique de ce type de document avec une approche technique des pratiques du scellement. Progressivement donc, le sceau, objet d’étude scientifique, est devenu un support pédagogique. L’atelier Les sceaux, témoins de leur temps est le résultat d’une réflexion menée, conjointement, depuis 2007, entre le service des sceaux et le service éducatif. Cette approche constitue un bel exemple de travail transversal entre scientifiques et pédagogues.

« Une science née aux Archives nationales3 »

  • 3 « La sigillographie est, par sa nature, une science née pour être française […] elle est née, peut- (...)
  • 4 Metman Y., « Le service des sceaux des Archives nationales et l’enseignement », Le centenaire de l’ (...)
  • 5 Prévost A., « Keep the seals: a conservation history of the french seals of the middle ages to toda (...)

2Les Archives nationales entretiennent une relation toute particulière avec les collections de sceaux. « Dès l’époque de la réorganisation des recherches historiques, au début du XIXe siècle, puis sous l’influence du goût de l’école romantique pour le Moyen Âge, la conservation et l’étude des sceaux ont été des préoccupations importantes des directeurs généraux des Archives nationales4 ». La France est, en effet, le premier pays qui a eu l’idée de constituer des inventaires très détaillés et des collections de moulages de sceaux. Le précurseur est Jean Antoine Letronne, arrivé à la tête des Archives du Royaume en 1842. Il soumet à Louis-Philippe un projet de musée sigillographique, fondé à partir des moulages en soufre des sceaux royaux. L’année 1847 voit la réalisation de son projet : 13 000 empreintes de sceaux royaux et de sceaux de villes sont exposées au premier étage de l’hôtel de Soubise. Léon de Laborde, garde général des Archives sous le Second Empire, donne une nouvelle impulsion, en 1857, avec la création du service des sceaux, complété par un service de « réparation ». On ne parle pas alors de restauration : les sceaux sont en effet « réparés », l’objectif étant de réaliser des moulages les plus complets possibles5. Aujourd’hui, le service des sceaux, riche de près de deux cents ans de recherche historique et de travaux d’ateliers – réalisation de collections de moulages et restauration des sceaux originaux –, représente une source essentielle pour l’étude des sceaux.

Le service des sceaux des Archives nationales
Clément Blanc-Riehl

chargé d’études documentaire, responsable des collections sigillographiques des Archives nationales

Fondé en 1857, le service des sceaux des Archives nationales a deux objectifs principaux : la conservation et la diffusion d’une riche collection de près de 100 000 moulages, la restauration et le conditionnement des sceaux originaux. Les collections sigillographiques se divisent en deux grands ensembles : une collection constituée à partir des originaux conservés sur le site des Archives et plusieurs ensembles régionaux : Normandie, Flandre, Artois, Picardie, Bourgogne et Champagne, pour les plus importantes.
En matière d’images médiévales, les sceaux forment un corpus d’une étonnante richesse. C’est qu’à leur fonction d’authentification – les sceaux valident les actes auxquels ils sont liés – s’ajoute une valeur identificatoire et classificatoire. Un individu manifeste sa capacité juridique par la possession d’un sceau porteur d’une image qui le situe assez précisément dans un groupe d’appartenance : un chevalier par exemple choisira de manière invariable l’image d’un cavalier tandis qu’un évêque se montera dans l’habit de sa fonction, debout et bénissant.
Cette typologie iconographique susceptible d’une infinité de variations de détails est l’un des points forts d’un corpus qui, grâce aux dates précises figurant sur les actes, permet de dater par comparaison un certain nombre de pratiques comme le costume, l’armement, l’architecture, l’emblématique ou encore l’héraldique, dont les sceaux sont le vecteur précoce et privilégié. Depuis des décennies, grâce à sa richesse iconographique, le sceau est un support pédagogique de première importance. Il permet d’appréhender de manière variée, immédiate et surtout tactile, les images d’un monde disparu, à la fois lointain et étonnamment proche de nous.

  • 6 Cité dans James-Sarazin A. et Marguin-Hamon E., Grands documents de l’Histoire de France, Paris, Ar (...)

3Dans le même temps, le marquis de Laborde ouvre une salle de lecture, lance la construction de nouveaux dépôts, restaure les salons de Soubise et inaugure, en 1867, le « musée de paléographie, de diplomatique et de sigillographie des Archives de l’Empire », ouvert à « cette foule intelligente, avide de connaître toute chose […] qui afflue chaque dimanche dans tous les musées » mais aussi aux étudiants et aux élèves. Il accorde d’ailleurs aux enseignants des établissements scolaires parisiens un laissez-passer destiné à leur faire connaître un corpus de documents constituant un « abrégé des preuves de l’Histoire de France » à travers « les monuments écrits de la Nation6 ».

  • 7 Tourneur-Nicodème M., « Les sceaux et l’enseignement de l’Histoire », Revue belge de numismatique e (...)
  • 8 Les programmes d’instruction civique de l’époque mettaient l’accent sur « la formation pratique de (...)
  • 9 Sablière J., « Le sceau, matériel d’enseignement privilégié », Documents pour la classe, no 41, Ins (...)
  • 10 Brenot A.-M., « Les sceaux et l’histoire du Moyen Âge », Historiens et Géographes, 250, Revue de l’ (...)

4Un nouvel élan est donné en faveur des publics scolaires avec l’arrivée à la tête du service des sceaux d’Yves Metman, entre 1945 et 1978. Son entrée en fonction coïncide, à quelques mois près, avec celle de Charles Braibant à la direction des Archives de France, à l’initiative, en 1950, de la création du service éducatif des Archives nationales. Les visites de scolaires combinent alors, grâce à l’appui de ces deux personnalités, la visite du musée de l’histoire de France, des Grands dépôts et du service des sceaux. Cette dernière pratique a ensuite été abandonnée devant le nombre croissant d’élèves. Cependant, face à l’intérêt particulier que revêt l’approche pédagogique des sceaux, Yves Metman conçoit, dès le milieu des années cinquante, un coffret de 24 moulages de sceaux en terre cuite, accompagné d’une brochure et d’un microfilm. Le corpus choisi, échelonné entre les années 1240 et 1407, est destiné « à donner une image concrète de la vie quotidienne des différentes classes sociales au Moyen Âge » et « est livré dans un coffret à tiroirs en forme de médaillier7 ». Nous disposons de quelques retours d’expérience quant à l’utilisation de ce coffret. Ainsi, un article paru en 1958 relate une expérience pédagogique menée dans une classe de quatrième de « Cours complémentaire industriel » : l’image des sceaux est projetée sur écran, en épiscopie, afin de faire découvrir aux élèves la variété des sceaux ; chaque élève dispose ensuite d’un moulage qu’il va devoir commenter, guidé par un questionnaire. De la confrontation du travail de chacun, l’enseignant tire des conclusions sur l’organisation de la société médiévale. Les élèves passent ensuite aux « travaux pratiques » pour illustrer, dans le cours d’instruction civique8, les notions d’engagement, de validation et d’authentification : à partir des moulages du coffret pédagogique, ils réalisent des moules en creux qui permettent d’obtenir des empreintes en utilisant, pour figurer la cire, de la pâte à modeler ou du plâtre, en fonction du mode d’apposition choisi. Le sceau est en effet, au Moyen Âge, utilisé soit directement apposé sur le document (sceau plaqué), soit suspendu au document par un lien de cuir, de parchemin, de chanvre ou de soie (sceau pendant). Ce sont ces deux types d’apposition qui sont réalisés par les élèves9. Ce type d’expérience pédagogique se poursuit jusqu’au milieu des années quatre-vingts10, période durant laquelle les Archives nationales proposent un livret contenant les diapositives en couleurs des 24 sceaux du coffret pédagogique avec leur notice individuelle.

  • 11 Rapport d’activité du service éducatif pour l’année scolaire 1988-1989. Archives nationales, docume (...)

5La création, en 1988, d’un premier atelier pédagogique de « moulage de sceaux et explication de la symbolique médiévale » marque un tournant important dans les pratiques pédagogiques du service éducatif. La proposition rencontre un succès immédiat auprès des élèves du primaire mais aussi du secondaire11, succès qui ne s’est jamais démenti depuis, d’autant que l’atelier, bénéficiant des recherches sur la reconstitution des modes de scellement, n’a pas cessé d’évoluer jusqu’à sa forme actuelle.

Les sceaux, histoire et signification
Ghislain Brunel

conservateur en chef à la Section ancienne des Archives nationales

Dans l’imaginaire collectif, le Moyen Âge ne se conçoit pas sans ses cathédrales et ses chartes scellées ! À la fois objets d’art et signes de pouvoir, les sceaux sont conservés par dizaines de milliers dans les services d’archives et les bibliothèques. Indissociables des écrits sur parchemin — et plus rarement, sur papier — qu’ils authentifient et valident, les sceaux constituent les précieux jalons d’une longue évolution de l’esthétique des graveurs et du goût de leurs possesseurs. Généralement bien datés et localisés par les textes qui les supportent, ils servent aussi à repérer les élites d’une société d’« Ancien Régime » où la hiérarchie et la distinction sociales demeurent fondamentales ; car, vaille que vaille, jusqu’à la veille de la Révolution française, s’est perpétuée cette tradition « sigillaire » d’origine antique — le mot latin sigillum aboutissant à l’ancien français « seel ».
C’est au cours du XIe siècle que le sceau prend un nouveau départ. Les premiers rois capétiens se démarquent de leurs prédécesseurs carolingiens en augmentant la taille de leurs matrices et la grosseur des empreintes de cire. L’épiscopat et la haute noblesse se mettent à leur tour à sceller leurs actes, lançant un mouvement inexorable de diffusion du sceau dans les strates supérieures de la société laïque et ecclésiastique. De proche en proche, entre 1150 et 1230, les supérieurs des communautés de prêtres et de religieux (ou de religieuses), les responsables des institutions locales de l’Église (archidiacres, doyens de chrétienté, officiaux de l’évêque, etc.), les comtes et les seigneurs de château, quelques simples chevaliers de village, les communes urbaines et rurales également, font du sceau la marque visible de leur autorité, de leur pouvoir et de leurs prétentions. Les femmes (reines, princesses, détentrices de seigneuries, abbesses et prieures, principalement), les bourgeois et les gens de métier, voire les élites paysannes (en Normandie par exemple) empruntent à leur tour le sceau personnel ou corporatif, lorsque les usages de l’écrit se multiplient et que l’apprentissage de la lecture se répand (XIIIe-XVe siècle).
Ce lent et long essor sigillaire dans la société française s’accompagne d’un extraordinaire foisonnement des formes matérielles de la pratique. Si le métal reste cantonné à des institutions ou des personnages éloignés du centre du royaume (pensons aux bulles de plomb de la papauté, de quelques archevêques du Midi, des comtes et de la ville de Toulouse, etc.), la cire d’abeille vierge forme le matériau de base dont les multiples traitements permettent d’aboutir à des couleurs vertes, rouge brique ou rouge vermillon, bronze, brune, noire. Quant au mode d’attache, il attend encore son histoire tant l’imagination des scelleurs a été grande. Une fois qu’on est passé du sceau plaqué au sceau appendu (vers 1130), on a utilisé le parchemin, les lacs de soie colorés, les fils de lin ou de chanvre tressés, les rubans, etc., dans des combinaisons de laçage encore largement ignorées des historiens. Ajoutons que la pratique du contresceau, apparue à la fin du XIIe siècle, a permis aux sigillants de multiplier le discours sur eux-mêmes en combinant les légendes de l’avers et du revers du sceau, tout autant que les images à leur disposition.

Un atelier renouvelé

6Intitulé aujourd’hui Les sceaux, témoins de leur temps, l’atelier continue d’avoir le même crédit auprès des scolaires, d’abord parce que le Moyen Âge est une période qui frappe l’esprit du jeune public et son imaginaire. Pour l’enseignant, c’est aussi le moyen d’aborder la réalité de la société médiévale, en faisant découvrir à ses élèves une source originale de l’histoire du Moyen Âge, source qui leur est immédiatement accessible. L’atelier peut également être l’objet d’autres déclinaisons : il a servi ainsi de prétexte à l’élaboration d’un atelier à destination d’élèves latinistes et a été adapté pour des enfants non voyants.

  • 12 L’expression désigne des sceaux de forme ovale, très allongée.
  • 13 Pour une typologie complète des sceaux, on peut consulter Pastoureau M., Les sceaux. Typologie des (...)

7Le sceau constitue un support pédagogique particulièrement riche, dans la mesure où son propriétaire s’attache à donner une image de lui-même ou de ce qu’il représente dans la société. C’est donc un document chargé de sens qui permet d’appréhender de façon très vivante l’univers mental et la civilisation matérielle de l’Occident médiéval. Du ressort quasiment exclusif du souverain entre le VIIe et le Xe siècle, son usage se répand à partir du XIe siècle dans toute la société. À côté du sceau de majesté du roi, on trouve ainsi une grande variété de types sigillaires : type équestre, dont le possesseur est représenté armé pour la guerre, monté sur un cheval ; type armorial où figurent des armoiries ; mais aussi sceaux « en navette12 » des ecclésiastiques et des dames, sceaux de villes, de corporations, de bourgeois ou de paysans, pour ne citer que les principaux13.

  • 14 Longtemps considérée comme une simple science auxiliaire de l’histoire, la sigillographie n’a cessé (...)

8L’étude intéresse les élèves du primaire, du secondaire voire les étudiants du supérieur, dans le cadre de l’enseignement des sciences connexes de l’histoire ou de l’histoire de l’art14. En primaire, l’atelier s’adresse plus particulièrement aux élèves de CE2 qui découvrent la variété des sources de l’histoire et à ceux de CM1, niveau pour lequel une partie importante du programme est consacrée à l’étude du Moyen Âge.

  • 15 BOEN, Bulletin officiel spécial no 6 du 28 août 2008.
  • 16 Ibidem, p. 16.

9Les nouveaux programmes du secondaire ouvrent de nouvelles perspectives : jusqu’alors inscrit exclusivement dans le programme de cinquième, le Moyen Âge est maintenant abordé dès la classe de sixième, avec un temps consacré à l’étude des « Empires chrétiens du haut Moyen Âge15 ». Le travail se poursuit en cinquième, où l’on attend des élèves qu’ils continuent à « se familiariser avec différents types de sources historiques » et à « les situer dans le temps et dans un contexte donné16 ». Trois thèmes permettent d’appréhender l’Occident féodal : « Paysans et seigneurs », « Féodaux, souverains, premiers États » et « Place de l’Église ». Le programme de seconde enfin, consacré, dans sa troisième partie, aux « Sociétés et cultures de l’Europe médiévale du XIe au XIIIe siècle », permet de nouveaux développements. L’atelier Les sceaux, témoins de leur temps n’a pas cependant la prétention de répondre à l’ensemble des problématiques que posent ces thématiques. Il peut en revanche apporter les éléments d’une synthèse ou au contraire affiner la recherche sur un aspect particulier de l’étude que l’on croisera avec l’histoire des arts. Le renforcement du pouvoir royal peut être appréhendé par l’étude d’un corpus de sceaux de majesté : les sceaux des souverains carolingiens, faits à l’imitation de l’effigie des empereurs sur les monnaies romaines, sont remplacés, à la fin du IXe siècle, par une image du roi vu de face, couronné et tenant dans ses mains un sceptre et un bâton de commandement. Les attributs associés au souverain se fixent peu à peu, pour ne plus changer jusqu’au règne de Charles X. Dès les premiers Capétiens, le roi est représenté couronné, assis sur un trône, les pieds reposant sur un escabeau, symbolisant sa place à l’articulation entre les domaines terrestre et céleste, vêtu de la dalmatique, tunique blanche qu’il reçoit lors de son sacre, et du manteau orné de fleurs de lis. Il porte d’une main un sceptre et de l’autre une fleur de lis, remplacée, au XIVe siècle – en souvenir de Saint Louis –, par une main de justice, symbole du pouvoir judiciaire. La légende, Dei gratia francorum rex, vient souligner l’origine divine de la royauté. Seul le mode stylistique change : à l’ornementation, simple et rudimentaire de l’époque romane, se substituent bientôt les influences gothiques, qui cèdent ensuite la place au goût italien de la Renaissance.

  • 17 À l’heure de l’achèvement de la rédaction de cet ouvrage, Verba volant, scripta manent reste un « c (...)

10La légende qui figure sur le sceau est traditionnellement en latin, langue utilisée dans une grande majorité des actes médiévaux conservés aux Archives. De cette évidence est né un « créatelier17 » intitulé Verba volant, scripta manent, destiné aux élèves latinistes du secondaire. La séquence repose sur l’exploitation de deux actes du début du XIIIe siècle, le premier émanant de la chancellerie pontificale, le second de la chancellerie royale française. L’objectif est de montrer aux élèves la permanence de l’usage du latin au-delà de l’Antiquité classique, et de leur faire prendre conscience que cette langue, au contact des langues vernaculaires, a évolué et s’est enrichie. Le choix des documents a été dicté par les difficultés paléographiques et linguistiques : il faut à la fois pouvoir, avec des élèves non initiés, transcrire le texte puis le traduire. Pour chacune de ces deux opérations, les élèves disposent d’une liste des abréviations les plus courantes pratiquées à cette période (notes tironiennes) et d’une liste de vocabulaire organisée en deux colonnes : les mots de vocabulaire de latin classique et ceux de latin médiéval avec leur origine. Initiés aux pratiques de ces deux chancelleries, les élèves rédigent leur propre acte de donation, de confirmation ou d’échange, selon leur choix, en latin. Ils scellent ensuite leur document sur double queue de parchemin à la cire.

Verba volant, scripta manent : ces deux clichés illustrent les deux temps du « créatelier », du travail de transcription et de traduction à la production finale.

Verba volant, scripta manent : ces deux clichés illustrent les deux temps du « créatelier », du travail de transcription et de traduction à la production finale.

© Service éducatif des Archives nationales

Une création pour la circonstance : Verba volant, scripta manent
Brigitte Cacheux
professeur de lettres classiques au collège Marie-Curie, Sceaux (Hauts-de-Seine)

Le projet d’un « créatelier » est né au printemps 2010, lorsqu’à l’occasion d’une visite aux Archives avec un collègue, j’ai rencontré l’équipe du service éducatif. Professeur de latin, j’ai pensé à la fois intéressant de confronter les élèves au latin médiéval, différent de celui de leur manuel, et utile aussi de leur montrer la pérennité, au cours des siècles et bien après la période classique, de cette langue ancienne qu’on dit trop souvent langue « morte ».
Après plusieurs échanges, nous avons préparé d’une part un atelier sur deux demi-journées, durant les heures de classe, pour un groupe de latinistes de quatrième, et d’autre part un atelier concentré sur un mercredi après-midi et ouvert à un groupe d’élèves de troisième volontaires.
La première matinée a permis de découvrir les Grands dépôts des Archives nationales où les élèves ont pu observer un manuscrit superbement enluminé et admirer un diplôme de la chancellerie royale de Philippe Auguste et son sceau. Ensuite, dans la salle dédiée aux ateliers, les élèves ont déchiffré un texte rédigé en français, afin de s’habituer aux caractères et à leur code, puis ont fait la même chose avec le fac-similé du diplôme observé auparavant, c’est-à-dire avec un texte rédigé cette fois en latin : transcrire, traduire, comprendre l’organisation du document, autant de tâches qui ont maintenu l’intérêt sans difficultés.
Lors de la seconde demi-journée, les élèves ont travaillé sur une bulle de la chancellerie pontificale datant de 1219 puis se sont entraînés à écrire afin de pouvoir ensuite réaliser leur propre manuscrit – diplôme ou bulle, au choix – sur papyrus végétal, non sans avoir d’abord rédigé leur texte en latin. Ils ont ensuite pu sceller eux-mêmes leur manuscrit sur un lacs rouge.
Durant l’après-midi du mercredi, les latinistes de troisième ont connu à peu près les mêmes activités, de façon plus concentrée, et ont à leur tour scellé un manuscrit sur lequel ils avaient dessiné leur monogramme.
Le bilan de ces trois séances est extrêmement positif : les élèves m’ont fait savoir à quel point ils avaient apprécié cette découverte, autant pour la transmission d’informations et de connaissances nouvelles que pour le caractère ludique de la fabrication du manuscrit. Non seulement ce type d’atelier constitue une ouverture sur un autre monde que celui du collège, mais encore il éclaire, pour les élèves, la notion de patrimoine et donne de la culture une image positive et valorisante, ce qui me semble, en tant qu’enseignante de lettres classiques, tout particulièrement important.

  • 18 Le service des sceaux tient à la disposition des publics un catalogue des agrandissements de sceaux (...)

11Les archives sont par définition le domaine de l’écrit et le développement d’activités à destination des publics non voyants paraît particulièrement difficile. La possibilité de recourir à des collections d’agrandissements de sceaux en plâtre18, plus favorables à la découverte tactile, ouvre des perspectives intéressantes. Cependant, tous les agrandissements de sceaux ne se prêtent pas à ce genre d’exercice : même si l’image représentée est de plus grande dimension, il faut veiller à choisir des sceaux au relief fortement marqué, avec un bon équilibre entre le sceau qui présente un fourmillement de détails et celui où les « vides » sur le champ sont trop importants. Il convient également de faire le choix d’un corpus représentatif des types sigillaires, en privilégiant des formes différentes (sceaux ronds, navettes, losanges - sans omettre de parler de la diversité des couleurs des sceaux) et d’accompagner cette découverte tactile par celle, non moins dense, des supports de l’écrit (papyrus, parchemin, papier chiffon…), et des instruments de calligraphie (calame, plume d’oie, plume métal biseautée, plume sergent-major, pinceau…).

12Les modes de scellement peuvent également être appréhendés au toucher : l’incision faite dans le parchemin qui va recevoir le sceau plaqué, la différence entre lacs de parchemin et lacs de soie, les textures différentes entre un sceau de cire, une bulle de plomb ou un cachet, sont autant de détails que l’on peut aborder avec un public non voyant, à la condition bien sûr de satisfaire aux exigences de la conservation. Il faut donc isoler par avance des documents qui peuvent supporter ce type de traitement, ou recourir à des fac-similés.

13Enfin, il est tout à fait possible de fabriquer un document scellé avec des enfants souffrant de handicap visuel, à la condition de respecter certains principes : privilégier l’emploi de parchemin véritable, afin d’avoir un support semblable à un original sur le plan tactile ; utiliser une matrice et non un moule ; préférer la cire d’abeille (découverte olfactive) à la pâte à modeler ; réaliser enfin un sceau plaqué ou pendu sur lacs de parchemin plutôt que pendu sur lacs de soie (les minces fils de soie ont tendance à s’emmêler).

  • 19 Le ductus, du latin ducere, conduire, donnait des indications d’ordre et de sens pour le tracé des (...)

14L’atelier peut se terminer par un travail d’écriture au calame ou à la plume, riche en sensations pour des enfants privés de la vue, à la condition d’accompagner l’enfant dans son geste. L’adulte se substitue alors au ductus, au sens étymologique du terme19.

Les sceaux, témoins de leur temps : les agrandissements de sceaux constituent le support documentaire de l’atelier pour les publics mal ou non-voyants.

Les sceaux, témoins de leur temps : les agrandissements de sceaux constituent le support documentaire de l’atelier pour les publics mal ou non-voyants.

© Service éducatif des Archives nationales

  • 20 Les plus jeunes manquent tout simplement de force pour réaliser un sceau par impression et il est d (...)

15La fabrication de reproductions de sceaux, dans le cadre d’ateliers pédagogiques, permet de donner forme au discours sur les sceaux au travers d’une activité manuelle. Les élèves découvrent, en plus de l’approche iconographique, les techniques de scellement et les matériaux constitutifs des sceaux. Au même titre que la calligraphie ou l’enluminure, la fabrication d’un sceau ouvre une fenêtre sur l’histoire des techniques. Traditionnellement, l’atelier Les sceaux, témoins de leur temps permet aux élèves de réaliser des moulages de sceaux appendus en plâtre. Cette pratique, qui n’a bien sûr aucun fondement historique, pose le problème de l’adaptation du discours scientifique en fonction des contraintes budgétaires, des contraintes également liées au nombre et à l’âge des enfants20. Elle pose également la question plus large des enjeux de la vulgarisation scientifique, qui ne doit pas déboucher sur une simplification extrême du propos. Il faut donc s’interroger sur la pertinence de l’activité pédagogique, faire le point sur ce que l’on désire transmettre, évaluer la façon dont l’information pourrait être reçue, mémorisée et restituée. Deux types d’approches sont désormais favorisés : une approche « technique », avec utilisation de pâte à modeler durcissante sur queue de parchemin ; une approche de la société médiévale, figurée dans l’iconographie sigillographique, à partir d’un corpus de sceaux de tailles et de formes variées, qui obligent à utiliser du plâtre.

16Cependant, les recherches sur la reconstitution des modes de scellement au Moyen Âge ont permis de proposer de nouvelles activités pédagogiques. La classe « Archives » et les manifestations culturelles organisées sur le site des Archives nationales ont servi et servent encore de laboratoire expérimental.

Intégrer les recherches historiques et techniques à la démarche pédagogique

17Le rattachement du service des sceaux et de ses importantes collections de moulages à la Section ancienne des Archives nationales a fait de la sigillographie le domaine privilégié des conservateurs et chercheurs médiévistes. Aussi, dans l’univers collectif, le sceau est-il généralement associé à la période médiévale. Les pratiques de scellement et les typologies de sceaux, postérieurs au XVe siècle, restent méconnues. Les recherches menées par l’atelier de restauration sur les périodes moderne et contemporaine ont permis de clarifier certains modes opératoires de scellement reproductibles dans le cadre des activités pédagogiques. Expression de l’autorité, objet d’authentification et de validation, le sceau, par sa valeur diplomatique et juridique, reste un signe indissociable de l’expression régalienne de l’État et de ses administrations, bien au-delà de la période médiévale.

18Des propositions d’ateliers pédagogiques ont donc été élaborées et expérimentées en s’appuyant sur la diversité des collections sigillographiques conservées aux Archives nationales. Ces ateliers peuvent s’adapter en fonction des moyens et attentes de chaque public (grand public, public jeune, public handicapé). Ils permettent de proposer une grande variété de supports éducatifs ; variété quant à leur nature : parchemin scellé sur lacs textiles, lettre ou rouleau cacheté, copie d’un original avec sceau plaqué-rivé, lois, diplômes… ; variété quant aux matériaux utilisés : cire malléable, pâtes séchant à l’air, plâtre, cire à cacheter synthétique ; variété, enfin, quant à la mise en forme : modelage, moulage, impression. En effet, la richesse des modes d’apposition et des corpus de documents scellés permet d’imaginer de multiples approches, tant intellectuelles que manuelles : du sceau plaqué mérovingien au scellement contemporain des lois constitutionnelles.

19L’étude des sceaux, trop souvent limitée à leur aspect iconographique, fait oublier qu’ils sont des objets. Leurs matières, leurs couleurs, leurs modes d’apposition, la présence de contre-sceaux ou d’empreintes sont autant d’informations volontaires qui témoignent de leur époque et des pratiques diplomatiques. Reproduire des sceaux revient à s’interroger sur leur contexte de production.

20Les matériaux pouvant être utilisés pour réaliser des moulages de sceaux ou reproduire des modes de scellement sont variés. Parmi l’ensemble des possibilités expérimentées, les propositions qui suivent sont aujourd’hui mises en œuvre régulièrement ou ponctuellement, en fonction des publics. Ces déclinaisons ont toutes l’avantage de pouvoir être utilisées dans le cadre de manifestations accueillant un large public, y compris dans des lieux qui ne sont pas habituellement dédiés à l’action pédagogique, sans pour autant simplifier à outrance le propos.

Réaliser un sceau plaqué-rivé

21Matériel nécessaire : un document factice ; de la cire à modeler ou de la pâte séchant à l’air ; une fausse matrice du sceau ; des ciseaux.

Les sceaux, témoins de leur temps : cette photographie illustre la phase 3 de la réalisation d’un sceau plaqué-rivé (le document source est un diplôme de Chilpéric ii) Archives nationales, K 3, no 18)

Les sceaux, témoins de leur temps : cette photographie illustre la phase 3 de la réalisation d’un sceau plaqué-rivé (le document source est un diplôme de Chilpéric ii) Archives nationales, K 3, no 18)

© Service éducatif des Archives nationales

  • Pratiquer une incision en croix dans le document à l’emplacement où l’on veut apposer le sceau. Plier deux triangles vers le dos du document et les deux autres vers sa face.

  • Distribuer deux morceaux de cire ou pâte à chaque enfant, un plus petit que l’autre. L’élève modèle les morceaux sous la forme de boules qu’il pose devant lui. Il applique ensuite la plus petite boule au-dessous du document sur les replis et la seconde sur sa face, de façon à cacher l’incision.

  • En pressant doucement les deux boulettes l’une sur l’autre, elles se collent, le morceau de cire ainsi apposé est prêt à recevoir l’empreinte du sceau.

  • Le sceau est imprimé par pression manuelle de la fausse matrice sur la face du document.

22Cet atelier peut intéresser les élèves de sixième, en raison des nouveaux programmes : ces derniers placent l’étude de la civilisation carolingienne en fin d’année scolaire. Ainsi, il est proposé aux élèves un atelier Calligraphie carolingienne « couplé » avec un atelier Les sceaux, témoins de leur temps en respectant le mode d’apposition utilisé à cette période : le sceau plaqué-rivé.

Réaliser un sceau appendu sur double queue de parchemin

23Matériel nécessaire : un document factice (idéalement du parchemin ou du parchemin végétal, à défaut un papier assez épais) ; de la cire à modeler ou de la pâte séchant à l’air ; deux fausses matrices du sceau (une plate et une à manche) ; des ciseaux.

Les sceaux, témoins de leur temps : l’élève présente sa réalisation d’un sceau appendu sur double queue de parchemin.

Les sceaux, témoins de leur temps : l’élève présente sa réalisation d’un sceau appendu sur double queue de parchemin.

© Service éducatif des Archives nationales

  • Découper une languette sur toute la longueur du parchemin. Replier le bas du document sur 2 à 3 cm. Le repli est fait côté face du document. Au milieu de ce repli, faire une fente de la largeur de la languette, y faire passer la languette et la plier pour avoir deux longueurs égales « pendantes » au bas du document.

  • Distribuer deux morceaux égaux de cire ou pâte à chaque élève. L’élève modèle les morceaux en forme de boules qu’il pose devant lui.

  • Il applique ensuite la première boule sous les attaches et la seconde par-dessus. En pressant doucement les deux boulettes l’une sur l’autre, celles-ci se collent, le morceau de cire ainsi appendu est prêt à recevoir l’empreinte du sceau.

  • La matrice « plate » de l’avers du sceau est posée sur la table. On retourne le document et l’on pose la cire sur la matrice, puis on appuie progressivement sur toute la surface afin de marquer l’empreinte, cela sans jamais décoller la cire de la matrice. La cire reste sur la matrice et l’élève vient appliquer en son centre la matrice « tampon » qui figure le contre-sceau, il la retire, le sceau peut alors être démoulé de la matrice plate.

Réaliser un sceau appendu sur lacs textiles (cordonnets ou ruban)

24Matériel nécessaire : un document factice (idéalement du parchemin ou du parchemin végétal, à défaut un papier assez épais) ; de la cire à modeler ou de la pâte séchant à l’air ; deux fausses matrices du sceau (une plate et une à manche) ; des cordonnets de coton ou rubans ; une perforatrice simple ; des ciseaux.

Les sceaux, témoins de leur temps : ce détail montre le mode d’attache décrit dans la phase 1.

Les sceaux, témoins de leur temps : ce détail montre le mode d’attache décrit dans la phase 1.

© Service éducatif des Archives nationales

  • Un « flot » de fils ou un morceau de ruban est distribué à chaque enfant. Replier le bas du document sur 2 à 3 cm. Au centre de ce repli, réaliser deux trous peu espacés sur une même ligne à l’aide de la perforatrice. Passer ensuite au dos du document les attaches dans les trous, l’un après l’autre, puis les faire coulisser ensemble dans la boucle présente sur la face du document. Le document est prêt à être scellé.

  • Distribuer deux morceaux égaux de cire ou pâte à chaque élève. L’élève modèle les morceaux en forme de boules qu’il pose devant lui.

  • Il applique ensuite la première boule sous les attaches et la seconde par-dessus. En pressant doucement les deux boulettes l’une sur l’autre, elles se collent, le morceau de cire ainsi appendu est prêt à recevoir l’empreinte du sceau.

  • La matrice « plate » de l’avers du sceau est posée sur la table. On retourne le document et l’on pose la cire sur la matrice, puis on appuie progressivement sur toute la surface afin de marquer l’empreinte, cela sans jamais décoller la cire de la matrice. La cire reste sur la matrice et l’élève vient appliquer en son centre la matrice « tampon » qui figure le contre-sceau, il la retire, le sceau peut alors être démoulé de la matrice plate.

Réaliser un sceau appendu sur simple queue

25Matériel nécessaire : un document factice (idéalement du parchemin ou du parchemin végétal, à défaut un papier assez épais) ; de la cire à modeler ou de la pâte séchant à l’air ; deux fausses matrices du sceau (une plate et une à manche) ; des ciseaux.

Tabellion juré du roi, les élèves apposent leur marque (seing qu’ils ont composé) puis valident le document avec un sceau appendu.

Tabellion juré du roi, les élèves apposent leur marque (seing qu’ils ont composé) puis valident le document avec un sceau appendu.

© Service éducatif des Archives nationales

  • En bas du document, découper une petite languette sur la droite jusqu’au milieu du document.

  • Distribuer deux morceaux égaux de cire ou pâte à chaque élève. Chacun modèle les morceaux en forme de boules qu’il pose devant lui.

  • Appliquer comme précédemment les boulettes de cire sur l’extrémité de la languette et apposer le sceau.

26Ces trois déclinaisons ne permettent pas de réaliser des sceaux de grandes tailles. Elles viennent surtout illustrer les différentes formes d’apposition des sceaux, afin de compléter un atelier « calligraphie ». Le choix de l’écriture, caroline, gothique bâtarde ou cursive, se fait bien sûr en fonction du type de scellement choisi.

Réaliser un cachet en cire synthétique

27Matériel nécessaire : un document factice, un pistolet à cire, des bâtonnets de cire synthétique, une matrice à cacheter.

La cire synthétique est employée dans deux contextes différents : l’atelier Tabellion juré du roi et Droits de l’homme. Dans ce dernier cas, les élèves préparent, à l’écriture ronde, un diplôme de vainqueur de la Bastille, scellé d’un cachet officiel.

La cire synthétique est employée dans deux contextes différents : l’atelier Tabellion juré du roi et Droits de l’homme. Dans ce dernier cas, les élèves préparent, à l’écriture ronde, un diplôme de vainqueur de la Bastille, scellé d’un cachet officiel.

© Service éducatif des Archives nationales

  • Distribuer aux élèves des matrices à cacheter (type tampon).

  • L’élève pose le document à cacheter devant lui.

  • L’intervenant vient déposer de la cire avec le pistolet à cacheter, à l’emplacement souhaité du scellé.

  • L’élève applique alors sa matrice sur la cire tiède et la maintient dessus.

  • Quand la cire est durcie, retirer la matrice.

28Ce mode de scellement se développe à l’époque moderne. En effet, l’usage du sceau commence à être abandonné vers le milieu du XVIe siècle et seuls les rois, les congrégations religieuses et un nombre restreint d’administrations en conservent l’usage aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le cachet, de petite dimension, est directement plaqué sur le papier.

29Ce mode de scellement est particulièrement facile à utiliser avec un large public, lors des manifestations culturelles organisées sur le site des Archives nationales. Il a trouvé également un développement dans le cadre des ateliers pédagogiques consacrés à la Révolution française.

Réaliser un conditionnement de sceau

30Le partenariat avec le Département de la conservation offre un prolongement original à toutes ces activités, en proposant aux élèves de fabriquer un conditionnement pour le document scellé qu’ils viennent de réaliser. Les matériaux utilisés sont ceux validés pour la conservation des biens patrimoniaux. L’intérêt de la démarche est aussi de sensibiliser le public jeune aux problématiques de la conservation et de lui faire prendre conscience de la valeur des documents d’archives, et du patrimoine en général.

Les sceaux, témoins de leur temps : l’élève a déjà fixé son document factice sur une mousse protectrice. Il cale le sceau de dame en navette.

Les sceaux, témoins de leur temps : l’élève a déjà fixé son document factice sur une mousse protectrice. Il cale le sceau de dame en navette.

© Service photographique des Archives nationales

Réalisation d’une enluminure par une élève de seconde (en haut).

Réalisation d’une enluminure par une élève de seconde (en haut).

© Service éducatif des Archives nationales

L’atelier Enluminure propose aux élèves des différents cycles de l’enseignement de s’initier aux techniques de l’enluminure, à partir d’exemples conservés dans les fonds des Archives nationales. Les dessins sont plus ou moins complexes, à l’image de cet ange musicien, détail d’une charte de Charles V donnée en 1372 (Archives nationales, J 185 A, no 6, photographie du bas).

L’atelier Enluminure propose aux élèves des différents cycles de l’enseignement de s’initier aux techniques de l’enluminure, à partir d’exemples conservés dans les fonds des Archives nationales. Les dessins sont plus ou moins complexes, à l’image de cet ange musicien, détail d’une charte de Charles V donnée en 1372 (Archives nationales, J 185 A, no 6, photographie du bas).

© Atelier photographique des Archives nationales

Notes

2 Cité par Michel Pastoureau (Pastoureau M., « le sceau médiéval », Pour la science, octobre 1983, p. 14).

3 « La sigillographie est, par sa nature, une science née pour être française […] elle est née, peut-on dire, aux Archives nationales de France, au milieu du XIXe siècle sous l’impulsion de mes prédécesseurs François Armand de Chabrier et surtout Léon de Laborde, directeur général des Archives de l’Empire sous Napoléon III. Ses fondateurs ont été des savants des Archives nationales comme Douët d’Arcq » (Braibant C., Meurgey de Tupigny J. et Metman Y., Le centenaire de l’atelier des sceaux des Archives nationales, Paris, Archives nationales, 1957, p. 4-5).

4 Metman Y., « Le service des sceaux des Archives nationales et l’enseignement », Le centenaire de l’atelier des sceaux…, op. cit., p. 13.

5 Prévost A., « Keep the seals: a conservation history of the french seals of the middle ages to today », Actes du colloque international Seminar presearving documents science and restoration, universitad de Coimbra, 7-8 juin 2010 [à paraître].

6 Cité dans James-Sarazin A. et Marguin-Hamon E., Grands documents de l’Histoire de France, Paris, Archives nationales-éditions de la Réunion des musées nationaux, 2007, p. 7.

7 Tourneur-Nicodème M., « Les sceaux et l’enseignement de l’Histoire », Revue belge de numismatique et de sigillographie, 100, Société royale de numismatique, Bruxelles, 1954, p. 118-119.

8 Les programmes d’instruction civique de l’époque mettaient l’accent sur « la formation pratique de la vie sociale » (Marchand P., « L’instruction civique en France. Quelques éléments d’histoire », Spirale, volume 7, Villeneuve-d’Ascq, 1992, p. 2-27).

9 Sablière J., « Le sceau, matériel d’enseignement privilégié », Documents pour la classe, no 41, Institut pédagogique national, Paris, p. 1-8.

10 Brenot A.-M., « Les sceaux et l’histoire du Moyen Âge », Historiens et Géographes, 250, Revue de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie, Paris, 1985, p. 58-63.

11 Rapport d’activité du service éducatif pour l’année scolaire 1988-1989. Archives nationales, document non coté.

12 L’expression désigne des sceaux de forme ovale, très allongée.

13 Pour une typologie complète des sceaux, on peut consulter Pastoureau M., Les sceaux. Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 36, Turnhout, 1981, 76 p.

14 Longtemps considérée comme une simple science auxiliaire de l’histoire, la sigillographie n’a cessé ces dernières années de voir ses champs de recherche s’élargir. Pour preuve, l’université Charles-de-Gaulle Lille III a organisé en octobre 2008 un colloque international intitulé « La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’art », actes du colloque [à paraître].

15 BOEN, Bulletin officiel spécial no 6 du 28 août 2008.

16 Ibidem, p. 16.

17 À l’heure de l’achèvement de la rédaction de cet ouvrage, Verba volant, scripta manent reste un « créatelier ».

18 Le service des sceaux tient à la disposition des publics un catalogue des agrandissements de sceaux existants.

19 Le ductus, du latin ducere, conduire, donnait des indications d’ordre et de sens pour le tracé des lettres.

20 Les plus jeunes manquent tout simplement de force pour réaliser un sceau par impression et il est difficile pour l’animateur-conférencier d’accompagner chacun des élèves, en raison de l’effectif des classes.

Table des illustrations

Titre Les sceaux, témoins de leur temps : dans une salle du service éducatif (hôtel de Soubise, aile Clisson).
Légende Le matériel pédagogique se compose d’un visuel, support de la trace écrite, d’un moule en silicone, de son moulage et des matériaux nécessaires à la réalisation d’une pièce factice scellée d’un sceau appendu. Au premier plan, un exemple de conditionnement réalisé par les publics scolaires.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Verba volant, scripta manent : ces deux clichés illustrent les deux temps du « créatelier », du travail de transcription et de traduction à la production finale.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Les sceaux, témoins de leur temps : les agrandissements de sceaux constituent le support documentaire de l’atelier pour les publics mal ou non-voyants.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Les sceaux, témoins de leur temps : cette photographie illustre la phase 3 de la réalisation d’un sceau plaqué-rivé (le document source est un diplôme de Chilpéric ii) Archives nationales, K 3, no 18)
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Les sceaux, témoins de leur temps : l’élève présente sa réalisation d’un sceau appendu sur double queue de parchemin.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Les sceaux, témoins de leur temps : ce détail montre le mode d’attache décrit dans la phase 1.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Tabellion juré du roi, les élèves apposent leur marque (seing qu’ils ont composé) puis valident le document avec un sceau appendu.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre La cire synthétique est employée dans deux contextes différents : l’atelier Tabellion juré du roi et Droits de l’homme. Dans ce dernier cas, les élèves préparent, à l’écriture ronde, un diplôme de vainqueur de la Bastille, scellé d’un cachet officiel.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Les sceaux, témoins de leur temps : l’élève a déjà fixé son document factice sur une mousse protectrice. Il cale le sceau de dame en navette.
Crédits © Service photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Réalisation d’une enluminure par une élève de seconde (en haut).
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre L’atelier Enluminure propose aux élèves des différents cycles de l’enseignement de s’initier aux techniques de l’enluminure, à partir d’exemples conservés dans les fonds des Archives nationales. Les dessins sont plus ou moins complexes, à l’image de cet ange musicien, détail d’une charte de Charles V donnée en 1372 (Archives nationales, J 185 A, no 6, photographie du bas).
Crédits © Atelier photographique des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18136/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 495k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540