Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Première partie. Une forme originale d'action pédagogique

Chapitre 2. Un centre de ressources et d’expérimentations pédagogiques

Texte intégral

1Partant de la richesse des fonds des Archives nationales et de leur musée, le service éducatif a su faire évoluer une réflexion de nature pédagogique portant sur les objectifs, la nature et les finalités d’ateliers pédagogiques conçus pour valoriser une institution culturelle mixte, à la fois archives et musée. Les résultats de cette recherche aboutissent à la construction d’ateliers spécifiques qui suscitent l’intérêt des partenaires du monde de l’éducation et de la culture, au point que le service éducatif est progressivement devenu, au cours de cette dernière décennie, un centre de ressources.

Construire des activités pédagogiques fondées sur la découverte de documents originaux

2Un combat important est mené depuis plusieurs décennies pour maintenir le « contact » des élèves avec le document « original », tout en respectant les règles de la conservation des archives. Les seules réserves admises par les enseignants sont celles qui touchent au respect des règles d’accessibilité des documents (la loi sur les archives de 1979 puis de 2008) et de valorisation de ces derniers.

Note à l’attention de Monsieur le Directeur général des Archives de France en 1965
(archives du service éducatif des Archives nationales, document non coté)

En dirigeant les visites scolaires dans les salles du musée, les professeurs du service éducatif ont constaté que quelques-uns des documents les plus insignes ont été remplacés par des fac-similés.
Ils ont manifesté leur étonnement à Monsieur Babelon, qui leur a répondu que les documents originaux se trouvant exposés dans les vitrines seraient progressivement retirés pour éviter leur détérioration définitive. Les raisons importantes de ces substitutions sont très compréhensibles mais leurs répercussions sur le public scolaire sont très fâcheuses.
Un musée de documents d’archives est très sévère et seule l’authenticité du document, sa valeur émotionnelle retiennent l’attention et suscitent l’imagination des élèves.
Il est à remarquer que devant un document important, la première question posée se rapporte à cette authenticité. S’il est répondu par la négative, il est fort à craindre que les professeurs déjà surchargés de travail ne voient plus la nécessité de s’imposer un déplacement pour montrer à leurs élèves des reproductions dépouillées de vie, de réalité, de puissance évocatrice, reproductions d’ailleurs largement utilisées dans les classes comme instrument de travail historique.
Il serait donc souhaitable que très rapidement, une solution soit envisagée pour protéger efficacement les documents, car sans cela, le musée de l’histoire de France des Archives nationales perdra son public scolaire. […]

3Ce combat a pris un autre visage depuis la fermeture, en 1995, de l’exposition permanente du musée de l’histoire de France, en raison des modalités de la conservation de ses documents. Désormais, leur présentation au public ne doit pas excéder trois mois. En conséquence, de nombreuses expositions temporaires ont été organisées ces dix dernières années, et ont permis au service éducatif de maintenir l’accès aux documents originaux pour les élèves, à condition que les ateliers pédagogiques liés aux expositions aient un ancrage dans les programmes scolaires.

Quel document expose-t-on ?
Régis Lapasin
chargé d’études documentaires au Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales

Détournement de fonds
Présenter au public une pièce d’archives dans le cadre d’un parcours d’exposition, temporaire ou permanent, relève de la gageure. Non pas tant en raison de sa fragilité (des précautions de conservation préventive sont systématiquement mises en place), mais parce que cela revient à lui faire subir un double détournement. On sait que les documents conservés dans les fonds d’archives ont été produits par une administration à des fins de gestion, ce terme étant entendu dans le sens le plus large possible. Dans un second temps, ces pièces peuvent servir à écrire l’histoire. Les placer sur des cimaises ou dans des vitrines les éloigne un peu plus encore de la finalité qui leur était assignée par leur producteur et aboutit dans bien des cas à les transformer en monuments écrits (ce qu’elles sont rarement intentionnellement) ou bien, changement de statut plus radical et plus trompeur encore, en œuvres, tirées qu’elles sont de fonds sériels, quantitatifs, pour être singularisées par la mise en scène et iconisées par un éclairage étudié.
Peut-on exposer des archives ?
Sur un plan pratique, ces documents écrits ou, moins souvent, figurés, qui ne se présentent pas d’eux-mêmes à la curiosité ou à la délectation du public comme le fait l’œuvre d’art, posent au visiteur d’exposition de redoutables difficultés d’appréhension et de compréhension. La graphie et la langue peuvent être des premiers obstacles, dont l’évidence ne signale pas pourtant l’irréductibilité ni même la primauté. Car même déchiffré, transcrit, traduit, le papier d’archives reste elliptique et, parfois, hermétique : les termes vieillis, administratifs, techniques, les références à un contexte qui a perdu l’évidence qu’il revêtait pour le rédacteur nous le rendent lointain. Il faut enfin dire comment ce contenu, une fois saisi, en résonance avec un corpus d’autres connaissances sur l’époque et en confrontation avec une masse non circonscrite d’autres sources, nous renseigne sur le passé et permet au chercheur d’écrire ou réécrire l’histoire. Bref, l’exploitation scénographique du document d’archives exige le recours à un accompagnement didactique abondant et stratifié, le risque étant d’étouffer l’original (d’autant que l’indispensable commentaire, le plus souvent écrit, tend à se substituer à un original lui aussi textuel) et d’épuiser le visiteur le plus motivé.

Droit de regard

Ces difficultés ne nous donnent pas le droit de renoncer. D’abord parce que c’est ce visiteur lui-même qui nous demande, passionné qu’il est souvent par l’histoire et ses sources, à voir ces documents qui s’accumulent dans l’obscurité des dépôts. Ensuite parce que leur exposition répond à une des missions premières des services publics d’archives, telles qu’elles furent définies par le législateur révolutionnaire et réaffirmées à de nombreuses reprises : la communication au public le plus vaste. Il ne suffit pas, croyons-nous, d’ouvrir les salles de lecture à tous les citoyens : dans les faits, peu nombreux sont ceux qui peuvent disposer du temps et de la formation intellectuelle nécessaires pour y mener une recherche. Parcourir une exposition demande un investissement personnel réduit et permet un accès direct aux richesses archivistiques de la nation, qu’il importe de restituer à ceux auxquels elles appartiennent, c’est-à-dire tous. Si, depuis 1867, les Archives nationales relèvent la gageure dont nous parlions, c’est en connaissance de cause et parce que la pratique leur a permis de répondre en partie à ces problèmes méthodologiques et matériels.

Textes et contextes
Toute pièce d’archives, du document-monument à la pièce comptable anonyme, comporte quatre valeurs dont la première est consubstantielle : l’originalité, qui subsume l’authenticité. Le contact (presque) immédiat avec le document dont l’élaboration a été contemporaine des faits auxquels il se rapporte (plus qu’il ne les décrit) magnétise le visiteur : il peut juger sur pièces et il lui semble, à tort ou à raison, que l’original ne ment pas. Et puis l’original est affecté d’une charge mémorielle qui le fétichise, signé ou pas par un grand nom de notre histoire. Cas extrême, des pièces se font reliques, dont la présence physique importe plus que contenu ou forme : dernière lettre de Marie-Antoinette ou testament de Napoléon. Il serait dommage de ne pas se servir de ce ressort puissant pour inviter à une découverte moins intuitive. Viennent ensuite les valeurs informative, esthétique, émotive.
Le choix des items à exposer (infiniment plus ouvert que pour tout autre type d’exposition car partant d’un corpus généralement immense) est déterminant, les pièces retenues devant posséder une ou plusieurs de ces valeurs à un degré éminent. L’idéal du commissaire d’exposition pouvant parfois se concrétiser sous l’aspect des tablettes de cire de Saint Louis ou de la Constitution pilonnée de 1791 qui cumulent tous ces intérêts. On est amené à exclure, pour des raisons purement matérielles, les documents remarquables, mais dont le message, à cheval sur le recto et le verso d’un même feuillet, n’est pas lisible lorsqu’il est figé dans une vitrine – et tant d’autres encore, trop difficiles à présenter.
Parfois s’impose la nécessité de faire dialoguer les archives avec d’autres traces matérielles du passé ; mais les objets du quotidien et les œuvres d’art elles-mêmes doivent alors être montrées dans ce contexte en tant que documents historiques. Il faut concevoir un appareil didactique adéquat, clairement articulé et problématisé, dont on peut pour des raisons de confort reporter une partie dans un livret de visite. Restera à matérialiser un parcours scénographique qui demandera à l’architecte beaucoup plus de créativité que pour un accrochage d’huiles sur toile et sollicitera les techniques actuelles de médiation culturelle en matière de son et d’image. Enfin, des visites adaptées aux différents publics permettront de potentialiser et d’assouplir un dispositif nécessairement généraliste : et le visiteur, pour peu qu’on fasse confiance à son refus de la facilité, pourra se passionner pour la lecture de la loi sur les congés payés, de très humble aspect, admirer la solennité graphique d’une charte de Charlemagne, se perdre dans les détails paysagers d’une planche de l’atlas de Trudaine, s’étonner devant le carnet anthropométrique corné d’une famille de nomades et percevoir partout l’articulation ou la confrontation entre histoire nationale et destinées singulières, en ces papiers recueillies et mêlées.

4Tous les ateliers ne sont pas inscrits dans les « collections » permanentes du service, et l’offre tend à se diversifier grâce à l’adaptation d’activités pédagogiques proposées, au départ, dans le cadre de l’action culturelle des Archives nationales (expositions, Journées du Patrimoine, Nuit des musées, etc.).

Activités pédagogiques liées aux expositions temporaires du musée de l’histoire de France aux Archives nationales

Les activités accompagnées d’un astérisque sont celles créées spécifiquement pour l’accompagnement d’expositions. Le double astérisque signale celles maintenues au catalogue, une fois les expositions terminées. Lorsque les dates de programmation ne s’inscrivent pas dans la progression annuelle des enseignants, le service éducatif répond exclusivement aux demandes spécifiques.

Titre de l’exposition

Dates

Activités pédagogiques

L’affaire des Templiers

du 2 mars au 23 mai 2011

Écrire au Moyen Âge
Les sceaux, témoins de leurs temps
Tabellion-juré du roi*

Dans l’atelier des Menus Plaisirs du roi. Spectacles, fêtes et cérémonies aux XVIIe et XVIIIe siècles

du 19 janvier au 24 avril 2011

Arts et pouvoir*
L’art en perspective*

« Le roi est mort ! Vive le roi ! »
1610 : autour de l’assassinat d’Henri IV

du 5 novembre au 13 décembre 2010

Mettre en image une page d’histoire**

L’Élan du 18 juin

du 17 juin au 20 septembre 2010

Visites spécifiques sur demande

Exotiques expositions… Les expositions universelles et les cultures extraeuropéennes. France, 1855-1937

Du 31 mars au 28 juin 2010

Visites spécifiques sur demande

La Révolution à la poursuite du crime ! Le justiciable devant les tribunaux criminels à Paris 1790-1792 Exposition virtuelle réalisée en partenariat avec le site Criminocorpus

du 18 novembre 2009 au 15 février 2010

Droits de l’Homme
Symboles et vignettes révolutionnaires
Paris sous la Révolution**

Mémoire d’avenir. Les Archives se racontent 1808-2008

du 19 novembre 2008 au 15 juin 2009

Plusieurs ateliers déjà inscrits au catalogue

L’histoire de Psyché

du 19 novembre 2008 au 15 juin 2009

Contes et récits de la princesse**
Bal de la princesse
Architecture et décors de l’hôtel de Soubise

Florilège. Les grands documents qui ont fait la Franc

du 3 février 2008 au 22 septembre 2008

Plusieurs ateliers déjà inscrits au catalogue

Entre Jaurès et Matisse. Marcel Sembat et Georgette Agutte à la croisée des avant-gardes

du 2 avril 2008 au 13 juillet 2008

À la manière de Georgette Agutte…*

Les Présidents de la Ve, Moisan et l’histoire de France

du 15 septembre 2007 au 7 janvier 2008

Plusieurs ateliers déjà inscrits au catalogue

Trésor des chartes des rois de France : la lettre et l’image, de Saint Louis à Charles VII

du 4 avril au 1er juillet 2007

Enluminure médiévale**
Lettrines médiévales**
Chartes endiablées**

Le temps suspendu : Les Archives nationales vues par Patrick Tourneboeuf

du 18 avril au 1er juillet 2007

Visite des Grands dépôts

Marie-Antoinette : pièces à conviction

du 11 octobre 2006 au 8 janvier 2007

Bal de la Princesse (rénovation**)

Anne Cindric : détournements de fonds publics

du 13 septembre au 11 décembre 2006

Dire et représenter la République

France-Bavière : allers-retours

du 9 mai au 7 août 2006

Visites spécifiques sur demande

Paris 1730, d’après le plan de Turgot

d’octobre 2005 à janvier 2006

Paris en cartes**

La part visible des camps

du 23 juin au 28 novembre 2005

Visites spécifiques sur demande

Napoléon(s) : de la propagande à la légende

du 25 novembre 2004 au 6 juin 2005

Hannibal, Charlemagne, Napoléon*
L’ogre de Corse*
Le sacre du roi, le sacre de l’empereur*

Le Musée sort de sa réserve

du 31 mars au 27 septembre 2004

Plusieurs ateliers déjà inscrits au catalogue

Papiers de Chine

du 4 février au 3 mai 2004

Conte de Chine*

5Les expositions offrent des possibilités variées aux enseignants du service éducatif pour développer de nombreuses activités, si leur thème entre dans les programmes, et si l’exposition a bien lieu durant l’année scolaire, en concordance avec la progression établie par la plupart des enseignants. Pour qu’il y ait symbiose entre l’atelier pédagogique et l’exposition temporaire, il apparaît nécessaire que les enseignants soient très tôt informés, voire associés, à la sélection des documents, à l’établissement des discours et au choix de la scénographie. De fait, les enseignants se doivent de mettre à jour leurs connaissances scientifiques sur les problématiques retenues ; cela est plus aisé lorsqu’il y a anticipation et lorsque la définition des publics concernés a pu être décidée en amont.

Entre spécialisation et vulgarisation

6La maîtrise d’un discours scientifique d’actualité reste la préoccupation fondamentale d’un enseignant, et cela est d’autant plus vrai dans un contexte muséal, les expositions devant rendre compte de l’état de la recherche pour mieux valoriser les fonds des Archives nationales et des institutions partenaires. Les enseignants du service éducatif oscillent donc entre une attitude de chercheur et leur mission de professeur, se servant de la première pour renouveler la seconde, sans que l’on puisse parler de vulgarisation au sens péjoratif du terme.

La vulgarisation scientifique à l’école
Johann-Günther Egginger
maître de conférences en biologie des organismes à l’université d’Artois (Faculté des sciences Jean-Perrin de Lens)

D’aucuns diront qu’associer dans une même phrase deux modalités de la diffusion de la connaissance scientifique souvent mises en opposition, vulgarisation et enseignement, relève d’un oxymore surprenant. Pour le moins, ce titre révèle que ces deux domaines participent de concert aux nouvelles orientations des enseignements scolaires souhaitant développer une authentique culture scientifique et humaniste. Il convient dès lors d’interroger l’interface entre vulgarisation et enseignement, entre distraction et instruction. S’agit-il d’une frontière étanche ? Peut-on imaginer que la vulgarisation acquière un statut moins ambigu dans l’enseignement et s’y établisse à part entière comme un instrument de transmission du savoir scientifique ?
Historiquement, le concept d’éducation non formelle fut formulé pour identifier le rôle prégnant de la vulgarisation dans le champ de l’éducation scientifique en dehors de l’école : tout en mettant en place une situation de communication identique, de celui qui sait à celui que ne sait pas, la vulgarisation semble alors ne pas pouvoir se confondre avec l’enseignement, formellement (texte et/ou illustration vs parole) et fonctionnellement (implication vs explication). Il s’agit avant tout d’instruire en s’amusant. Définie a contrario et libérée des contraintes institutionnelles, la vulgarisation choisit ainsi librement ses contenus, ses méthodes et ses objectifs, et s’adresse à un public non captif de tous âges. Comme elle est faite de réappropriation du discours scientifique savant par le langage courant, la vulgarisation présente également un langage spécifique basé sur un usage immodéré de signifiants scientifiques souvent imprononçables, et un emploi caractéristique de procédés rhétoriques comme la métaphore. Le but visé par cette forme d’éducation hors les murs de l’école n’est donc pas la certification sociale que confère un diplôme mais la diffusion des savoirs scientifiques dans la conscience sociale collective. À l’examen de la vulgarisation en référence à l’enseignement se substitue dorénavant l’étude des interactions entre ces deux domaines, en termes de complémentarité et de partenariat. Dans les faits, les usages possibles et utiles de la vulgarisation en contexte scolaire sont en effet divers, selon que l’enseignant recourt à la vulgarisation pour expliquer une notion à ses élèves, utilise la vulgarisation comme source d’information dont il intègre ensuite des éléments à son cours – après les avoir éventuellement adaptés à ses besoins et à ceux de ses élèves –, ou bien se sert d’éléments vulgarisés comme documents de travail en classe. Comme on le constate, les rapports entre enseignement et vulgarisation font surgir beaucoup de questions sans réponses qui permettraient un usage mesuré et planifié de la vulgarisation scientifique à l’école. Cette interrogation polémique demeure d’actualité tant les offres non scolaire et scolaire tendent à s’enchevêtrer comme l’illustre l’intégration récente d’extraits de périodiques spécialisés tel que Science et vie junior dans certains manuels scolaires de sciences de la vie et de la terre au collège. Et la frontière de s’avérer être plus poreuse qu’on ne le croit.
Pour aller plus loin
Jacobi D., Schiele B. (dir.), Vulgariser la science, Le procès de l’ignorance, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1988.
Raichvarg D., Jacques J., Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Éditions du Seuil, 1991.
Jurdant B., Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009.

  • 1 On peut consulter les sites suivants : http://www.dreyfus.culture.fr/fr/et http://www.henriiv.cultu (...)

7La préparation d’un atelier oblige à une transposition du discours savant pour les publics scolaires, en complémentarité avec le cours et les manuels scolaires. Cette transposition s’exprime à travers une production pédagogique adaptée et au thème des ateliers et aux différentes classes. Elle prend la forme de fiches pédagogiques en ligne (dans le cas des portails électroniques consacrés à Dreyfus et à Henri IV1). Il n’en demeure pas moins que ce travail de réflexion est le reflet d’une vulgarisation que les collègues peuvent se réapproprier comme documents de classe. La particularité de cette forme de vulgarisation repose sur le fait qu’elle est le résultat d’un dialogue entre historiens et conservateurs. Elle ne rencontre l’intérêt des enseignants que lorsqu’elle éclaire, sous un nouveau jour, un point des programmes scolaires. Et c’est bien le rôle des enseignants du service éducatif de faire le lien entre la vulgarisation revendiquée par les Archives nationales au travers des activités du Département de l’action culturelle et éducative, et les impératifs d’éducation formelle voulus par le ministère de l’Éducation nationale.

8L’expression de cette vulgarisation, auprès des élèves venant aux Archives, prend la forme de supports pédagogiques appelés « visuels », conçus par les enseignants du service éducatif pour permettre de varier le degré de vulgarisation et/ou de spécialisation selon les classes. Il résulte d’une réflexion pédagogique propre au service éducatif des Archives nationales et répond à quatre règles : une feuille de format A3 recto-verso en couleur, dans le respect de la charte graphique des Archives nationales ; la reproduction du ou des documents sources dans leur intégralité, accompagnés d’un cartel reprenant des éléments de contextualisation ; des espaces dédiés aux contenus disciplinaires de l’atelier (espaces que les élèves renseignent librement) et des consignes de réalisation de l’exercice de restitution ou de création. Au besoin, ce premier feuillet est complété pour revêtir la forme d’un dossier pédagogique nécessaire aux ateliers des collégiens et lycéens. Si, au départ, ces « visuels » sont produits en interne pour des raisons budgétaires, ils le sont aujourd’hui volontairement, dans la mesure où ils permettent une meilleure réactivité du service éducatif pour satisfaire la demande des enseignants. En effet, le « visuel » est adapté soit pour amorcer un apprentissage qui se prolonge en classe par la suite, soit pour donner suite au travail effectué au préalable dans l’établissement scolaire. Les animatrices du service éducatif diffusent cette vulgarisation en adaptant leur discours et en variant leurs méthodes pédagogiques, selon les règles établies par les enseignants. Ce type d’action pédagogique intéresse d’autres institutions du monde de la Culture et de l’Éducation, parce qu’il défend précisément une forme honorable de vulgarisation à destination de tous.

Un lieu de formations

9De par la variété des activités et en raison des réflexions pédagogiques qu’il développe, le service éducatif est devenu au fil des années un lieu de ressources et, par extension, de formation à destination des enseignants et des personnels de la culture, français et étrangers. Depuis quelques années, il est également sollicité par des enseignants du supérieur.

10Initiées très tôt par le service éducatif, les rencontres avec les enseignants sont destinées à leur faire découvrir les archives comme centres de ressources pédagogiques. Ces rencontres sont organisées directement par le service éducatif, qui transmet l’information par courriel ou sur le site Internet des Archives nationales et par l’intermédiaire des lettres et pages web des délégations académiques à l’éducation artistique et à l’action culturelle (DAAC). C’est généralement la voie qui est choisie quand le service éducatif souhaite faire connaître une exposition du musée et son accompagnement pédagogique, ou bien assurer le lancement d’une nouvelle activité. Des formations sont également montées en partenariat avec l’antenne culturelle des rectorats : elles peuvent être ponctuelles – c’est le cas des Rencontres académiques – ou sous forme de stages de plusieurs jours, programmés et annoncés dans le Plan académique de Formation. Elles répondent le plus souvent à des attentes précises du monde de l’éducation – illustration des thématiques telles que « arts et pouvoir », « Révolution et Empire » ou « images et histoire » – et se conjuguent éventuellement avec les interventions d’autres institutions culturelles. Si le titre des thématiques révèle une forte dominante « histoire », le service éducatif et ses partenaires sont très attentifs à ouvrir les stages aux champs disciplinaires les plus variés. Entrez aux Archives en est un bel exemple.

Entrez aux Archives ! Un autre regard sur un patrimoine commun
Sylvie Valtier
conseillère patrimoine architecture, délégation académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle, rectorat de Créteil

C’est ce titre de stage à l’allure comminatoire qui a suscité depuis trois ans près de 200 candidatures d’enseignants de toutes disciplines venant des trois départements de notre académie (Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne). Auparavant nous organisions régulièrement dans chacun des services d’archives départementales des Rencontres académiques, le mercredi après-midi, permettant aux enseignants qui le souhaitaient de découvrir une exposition et des ressources pédagogiques. Mais le peu de succès de ces rencontres académiques, que l’on était parfois obligé d’annuler faute d’inscrits, nous avait alertés sur l’image vieillotte et erronée que les archives ont dans le public, même parmi les enseignants. Nous avions envie de montrer que les archives appartiennent à tous, qu’elles sont porteuses d’émotion, que tous les enseignants peuvent en tirer profit, et pas seulement ceux d’histoire, dans une démarche transdisciplinaire. Aussi a été soigneusement travaillé avec nos partenaires des différents niveaux d’archives (municipales, départementales et nationales) le libellé du titre, des objectifs et des contenus de ce stage, affiché au plan académique de formation continue de l’année 2008-2009 (1), dans le chapitre « Ouverture culturelle ».
Nous avons ainsi eu la satisfaction de recueillir dès cette première année plus de soixante candidatures de toutes disciplines, même si les enseignants d’histoire étaient en nombre. Depuis, la réputation de ce stage s’est installée et nous avons chaque année deux fois plus de demandes que de places offertes. Les motivations de nos stagiaires sont à la fois d’ordre personnel (curiosité pour les lieux, les fonds, les métiers) et d’ordre pédagogique.
Le programme du stage est sensiblement le même depuis trois ans. On découvre le premier jour le processus d’établissement d’une archive, les lois et règlements et les métiers qui s’y rapportent, la façon de consulter les documents, dans l’un des départements de l’académie de Créteil (différent chaque année). Le deuxième jour, un service d’archives municipales présente ses fonds propres et les ateliers offerts aux scolaires, en mettant les stagiaires en situation de recherche. Les enseignants prennent ainsi conscience qu’ils peuvent travailler avec le service d’archives qui est proche de leur établissement. Et le troisième jour, considéré comme l’apogée du stage, les stagiaires sont accueillis par les enseignants du service éducatif des Archives nationales, qui leur présentent avec passion l’architecture des lieux, les Grands dépôts qui impressionnent toujours par leur magnificence et leurs richesses, et les ateliers pédagogiques, préparés avec un grand sens de l’accueil et du détail, dont les thèmes proposés, originaux et variés, peuvent s’adapter à la demande.
On a adjoint à ces découvertes d’autres services d’archives, la BDIC l’an dernier à Nanterre, le Service historique de la Défense à Vincennes cette année, l’an prochain sans doute les archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères à La Courneuve.
L’émotion, moteur de projets à venir, est là, devant le foisonnement et la beauté parfois des documents originaux, modestes lettres de requêtes ou testament de Louis XIV, enluminures, planches de botanique, anciennes cartes montrant l’évolution de la ville, affiches de la Résistance, pièces à conviction de crimes ou délits du passé… en quelque sorte la vie, notre histoire et notre patrimoine commun. Les ressources sont infinies, et les stagiaires repartent enthousiastes, avec le désir de faire partager cet enrichissement personnel, certains qu’ils ont là des pistes pour approcher différemment avec leurs élèves une période historique ou artistique, et pour travailler autrement, dans leur classe ou avec des collègues d’autres disciplines.
Note
(1) Le principe de ce stage, avec des variantes pour diversifier les approches, a été reconduit jusqu’en 2012.

  • 2 Deux programmes existent : Les mercredis des Archives (formations à destination des enseignants) et(...)

11Ces stages sont informatifs, mais l’enseignant peut aussi y acquérir une formation pratique. Ainsi, lors des Mercredis des Archives2, mis en place en 2009 en partenariat avec la DAAC de Paris, l’enseignant participe à un cycle d’ateliers où savoirs théoriques, techniques et réalisations plastiques sont abordés. Ces ateliers entrent dans le cadre de la formation continue. Ils correspondent aussi à une attente des professeurs qui demandaient fréquemment des mises en activité ou en situation. Ils permettent aux enseignants de mieux maîtriser des contenus et d’assurer un meilleur accompagnement de l’élève, quand ils viennent avec leur classe. Ces journées rassemblent de plus en plus fréquemment des enseignants de disciplines variées, intéressés par le caractère pluridisciplinaire des ateliers proposés. Les retombées de ces stages sont importantes, de nombreux enseignants faisant la démarche de revenir avec leurs classes, et souvent avec leurs collègues d’autres disciplines dans le cadre de projets culturels.

  • 3 Circulaire interministérielle ministère de l’Éducation nationale et ministère de la Culture et de l (...)
  • 4 Circulaire no 2002-087 du 22 avril 2002.
  • 5 Pôles nationaux de ressources. Actions de formation des personnes ressources pour les arts et la cu (...)
  • 6 La circulaire no 2002-87 du 22 avril 2002 les définit juridiquement ainsi : « Ni personne morale, n (...)
  • 7 Inauguration du pôle national de ressources Archives, publication du CRDP de Paris, 2003, p. 23.

12Un autre dispositif original est le Pôle de ressources pour l’éducation artistique et culturelle (PREAC), qui remplace depuis 20073, les anciens Pôles nationaux de ressources (PNR). La définition des missions principales des PNR invitait naturellement les Archives nationales à devenir partenaire d’un dispositif : « Les PNR ont pour vocation, par leur spécialisation, à accompagner dans un domaine donné […] la mise en œuvre des actions : de formation initiale et continue des enseignants et des acteurs culturels ; de documentation et de ressources pédagogiques ; d’animation d’un réseau national de personnes-ressources pour les arts et la culture4. » Le 21 mai 2003 était inauguré le « Pôle national de ressources Archives [autrement appelé PNR Île-de-France]5 » impliquant l’Institut universitaire de formation des maîtres de Paris (IUFM), la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), le Centre régional de documentation pédagogique (CRDP), les services d’archives départementales d’Île-de-France et les Archives nationales6. Lors de cette première session, à l’instar de Georges Mouradian, « les services d’archives se demandent souvent s’ils doivent se contenter d’être des lieux de ressources documentaires offertes à l’Éducation nationale pour monter des projets ou s’ils sont un partenaire à part entière dans la démarche archives-histoire-mémoire et transmission des savoirs à l’École7. » Ce dilemme fut résolu, dans le cas des Archives nationales, en 2005, première année d’implication de leur service éducatif au PNR : le thème fédérateur retenu était : « Archives de soi, Archives nationales et citoyenneté » ; la session se tenait dans les salons de Soubise (pour les conférences) et dans les salles du service éducatif (pour les ateliers). Ce type de dispositif reste original parce qu’il s’agit de journées de formation qui rassemblent les personnels de l’Éducation nationale – enseignants, documentalistes, chefs d’établissement, inspecteurs – et de la Culture – responsables de structures culturelles, archivistes en charge de l’action culturelle et éducative, médiateurs culturels, etc. – autour de thématiques communes destinées à favoriser l’accès du plus grand nombre d’élèves à l’éducation artistique et culturelle.

13Une convention réunit aujourd’hui, dans le PREAC Île-de-France « Patrimoines et diversité », les centres régionaux de documentation pédagogique (CRDP) de Paris, Créteil et Versailles, les trois universités de Paris IV, Paris-Est-Créteil et Cergy-Pontoise, la DRAC Île-de-France, les DAAC des trois académies franciliennes et quatre institutions culturelles : les Archives nationales représentées par leur service éducatif, la Bibliothèque nationale de France, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration et la Cité de l’architecture et du patrimoine. Le PREAC prolonge, en cela, la session de l’année 2007 portant sur « La valorisation des collections patrimoniales à destination des publics scolaires » et celle de 2009 intitulée « Traces de l’exil : archives et création artistique », organisées respectivement en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France et la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Le pôle a pour première mission de concevoir des journées de formation et de contribuer à l’élaboration et à la diffusion de ressources pédagogiques, didactiques et documentaires.

14Autre action dans le domaine des formations, les interventions du service éducatif au sein des stages organisés par le Département de la formation scientifique et technique de la Direction générale des patrimoines, par l’Association des archivistes français et dans le cadre du Stage technique international des Archives. Sont alors reçus des personnels en poste dans des institutions culturelles. Le service éducatif intervient généralement pour expliquer comment il fonctionne et comment il procède pour assurer l’interface entre Archives et public scolaire. Plus innovant est le stage proposé conjointement par le service des sceaux et le service éducatif à des stagiaires en provenance de services d’archives ou d’institutions muséales, durant lequel compétences scientifiques, techniques et pédagogiques sont mises en commun. Pour le moins, le propos n’est pas tant de dire ce qu’il faut faire, mais bien d’ouvrir des pistes. Les propositions techniques et pédagogiques sont l’objet d’échanges, d’autant plus fructueux qu’il y a souvent parmi ces stagiaires des personnes qui sont aussi dans des démarches expérimentales.

Objectif atteint !
Jean-Baptiste Legoff
responsable de la conservation et du traitement scientifique des fonds des Archives départementales de la Meuse
Lorraine Pitance
responsable de l’action culturelle et de la communication des Archives départementales de la Meuse

Paris, 14 mars 2011. Première journée d’un stage de cinq jours consacré aux « sceaux : support éducatif et culturel ». L’objectif pour nous était d’être en mesure d’inscrire au programme du service éducatif des Archives départementales de la Meuse un atelier de moulage de sceaux à la rentrée prochaine. La technique du moulage étant très spécifique, il était en effet impossible d’improviser cette animation sans stage préalable.
Dispensée conjointement et dans la bonne humeur par le service des sceaux et le service éducatif des Archives nationales, cette formation abordait la question du sceau sous trois angles : théorique, technique et pédagogique. La partie scientifique portait entre autres sur la définition, la fonction, l’histoire et la typologie du sceau. Une « piqûre de rappel » indispensable pour pouvoir parler des sceaux auprès des scolaires.
La seconde partie concernait les questions pratiques, tant techniques que pédagogiques. Ainsi, nous avons appris à réaliser les « outils » (moules à bord, matrice en silicone) et les « applications » (sceaux plaqués ou suspendus, en cire naturelle, pâte à modeler ou plâtre, etc.) pour concevoir des animations. Car finalement, il n’existe pas un atelier-type de moulage de sceaux, mais une multitude de possibilités à adapter en fonction du temps imparti, du niveau des élèves, de l’objectif attendu ou, de manière très pragmatique, des conditions matérielles. La question pédagogique était aussi au cœur de la formation, avec toujours un réel souci de concilier conservation préventive et diffusion de la culture. Méthodologie et conseils ont trouvé tout leur sens lors de notre participation à une animation pédagogique ou au cours des partages d’expériences, portant à la fois sur les visites et les ateliers à destination des enfants et adolescents.
Bar-le-Duc, 31 mars 2011. Grâce aux connaissances acquises lors du stage et à la liste de matériel fournie, nous avons monté un premier atelier dans un très bref délai. Notre choix s’est porté sur un sceau en pâte à modeler pendu sur double queue au fac-similé d’un acte de foi et hommage (sur lequel les élèves s’étaient auparavant initiés à la paléographie). Au-delà de sa mise en œuvre rapide, l’intérêt de cette technique est d’être au plus proche de la pratique médiévale.
L’étape suivante a été de présenter à des enseignants du secteur un atelier « sceaux », au cours d’une journée de formation organisée par les Archives et le Centre départemental de documentation pédagogique de la Meuse. L’atelier comprend un questionnaire et une réalisation. Le questionnaire, richement illustré, et l’accès aux documents originaux permettent de s’interroger sur les fonctions du sceau et d’évoquer la société médiévale à travers ces représentations. En complément, la production de sceau en pâte à modeler offre une approche certes manuelle, mais toujours historique. Outre la vocation de « souvenir », c’est aussi une manière d’accrocher certains élèves plus réceptifs à l’aspect technique ou plus sensibles aux qualités artistiques du sceau.
Dans le cadre de l’inauguration de son nouveau bâtiment à l’automne prochain, les Archives de la Meuse proposeront au jeune public d’aborder de manière plus ludique le patrimoine écrit et de repartir avec une réalisation personnelle. Objectif atteint !

La Cour d’honneur de l’hôtel de Soubise (xviiie siècle), premier contact pour les élèves avec le site et la fonction des Archives nationales.

La Cour d’honneur de l’hôtel de Soubise (xviiie siècle), premier contact pour les élèves avec le site et la fonction des Archives nationales.

© Service éducatif des Archives nationales

L’hôtel de Rohan-Strasbourg (xviiie siècle) est aussi un lieu d’accueil pour des journées d’étude à destination des publics.

L’hôtel de Rohan-Strasbourg (xviiie siècle) est aussi un lieu d’accueil pour des journées d’étude à destination des publics.

© Atelier de photographie des Archives nationales

Les tourelles de l’ancien hôtel de Clisson, exemple d’architecture civile de la fin du xive siècle et point d’ancrage de l’atelier Le Trésor du connétable.

Les tourelles de l’ancien hôtel de Clisson, exemple d’architecture civile de la fin du xive siècle et point d’ancrage de l’atelier Le Trésor du connétable.

© Service éducatif des Archives nationales

Salon ovale de la princesse : Psyché contemple son époux endormi, par Charles Joseph Natoire (1700-1777).

Salon ovale de la princesse : Psyché contemple son époux endormi, par Charles Joseph Natoire (1700-1777).

© Atelier de photographie des Archives nationales

Le salon ovale de la princesse, dans l’hôtel de Soubise, exemple remarquable du style rocaille.

Le salon ovale de la princesse, dans l’hôtel de Soubise, exemple remarquable du style rocaille.

© Atelier de photographie des Archives nationales

Détail d’un panneau du Cabinet de singes, à l’hôtel de Rohan-Strasbourg, cadre de l’atelier Jeux d’enfants au xviiie siècle.

Détail d’un panneau du Cabinet de singes, à l’hôtel de Rohan-Strasbourg, cadre de l’atelier Jeux d’enfants au xviiie siècle.

© Service éducatif des Archives nationales

Les Grands dépôts, construits à partir du xixe siècle, où le public peut prendre conscience de « l’épaisseur des archives ».

Les Grands dépôts, construits à partir du xixe siècle, où le public peut prendre conscience de « l’épaisseur des archives ».

© Service éducatif des Archives nationales

Au centre des Grands dépôts, l’armoire de fer renferme, aux côtés de documents emblématiques, des clés de la Bastille.

Au centre des Grands dépôts, l’armoire de fer renferme, aux côtés de documents emblématiques, des clés de la Bastille.

© Photographie Sandra Jacques

Les Archives nationales abritent les fonds produits par les administrations centrales de l’État, dont les archives de la présidence de la République, conservées sur le site de Paris, dans les sous-sols du Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN).

Les Archives nationales abritent les fonds produits par les administrations centrales de l’État, dont les archives de la présidence de la République, conservées sur le site de Paris, dans les sous-sols du Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN).

© Service éducatif des Archives nationales

Une salle du service éducatif (hôtel de Clisson) prête à accueillir une classe pour un exercice de restitution des connaissances acquises dans le musée ou dans les Grands dépôts.

Une salle du service éducatif (hôtel de Clisson) prête à accueillir une classe pour un exercice de restitution des connaissances acquises dans le musée ou dans les Grands dépôts.

© Service éducatif des Archives nationales

L’exposition temporaire Trésor des chartes des rois de France, de saint Louis à Charles VII, en 2007, a reçu près de deux mille élèves et étudiants.

L’exposition temporaire Trésor des chartes des rois de France, de saint Louis à Charles VII, en 2007, a reçu près de deux mille élèves et étudiants.

© Atelier de photographie des Archives nationales

La possibilité de redécouvrir la géographie : autour de l’exposition Paris 1730 d’après le plan de Turgot (1734-1739) en 2005. Cette exposition a inspiré les ateliers Paris en cartes et Voyages au pays des cartes.

La possibilité de redécouvrir la géographie : autour de l’exposition Paris 1730 d’après le plan de Turgot (1734-1739) en 2005. Cette exposition a inspiré les ateliers Paris en cartes et Voyages au pays des cartes.

© Direction des Archives de France - Photographie Jean-Yves Lacôte

15Le Stage technique international des Archives (STIA) a été créé en 1951 par Charles Braibant pour recevoir des archivistes étrangers. Aujourd’hui encore, durant deux mois, ils bénéficient de conférences, de visites et d’ateliers destinés à parfaire leur formation dans tous les domaines qui touchent aux archives. La question de l’accueil des publics scolaires fait partie de cette formation.

16L’expérience, qui demande de s’interroger sur ses propres pratiques pédagogiques pour mieux les transmettre, est très enrichissante. Recevoir son homologue qui, à l’autre bout du monde, transporte ses précieuses archives dans une camionnette à travers le bush australien, ou un collègue d’Afrique noire qui travaille dans un secteur où la culture orale domine et où les moyens manquent cruellement, nécessite de s’adapter, au risque d’être en total décalage avec son auditoire. En fonction des publics, il faut donc expliquer comment développer des ressources pédagogiques sur Internet ou plus modestement se rappeler le temps où le service éducatif disposait de peu de moyens matériels et où son personnel cherchait des solutions pour compenser le manque de subsides : tailler soi-même ses roseaux pour en faire des calames, récupérer les chutes de l’atelier de restauration, se procurer du brou de noix moins onéreux que l’encre de Chine, pour monter un atelier de calligraphie.

S’ouvrir au public scolaire
Francesca Klein
responsable de la salle de lecture et coordinatrice des services didactiques, Archivio di Stato di Firenze (Italie)

À partir du mois d’octobre 2010, la didactique a obtenu un nouvel espace aussi bien à l’intérieur de l’organisation des services au public que dans le site web des Archives d’État de Florence. Encore à l’état de projet en novembre 2009 (1), j’eus, à cette époque, en tant que responsable de la salle de lecture des Archives florentines, l’opportunité de me rendre à Paris pour participer au stage Courants du monde 2009 : Théories et pratiques archivistiques, coordonné par le Département de la formation scientifique et technique. Dans ce contexte, j’ai eu l’occasion d’approfondir le problème de la création d’outils pédagogiques pour un plus large public, ainsi que de nouveaux outils (format papier ou web) qui, sans rien nier à la rigueur scientifique, peuvent aider à la diffusion d’intérêts et de connaissances archivistiques.
La visite des ateliers du service éducatif des Archives nationales, où la pratique d’une pédagogie archivistique s’appuie depuis longtemps sur des relations solides et étroites avec le monde scolaire, a été très stimulante. J’y ai appris, d’une façon synthétique et bien articulée, les principales méthodologies employées dans les laboratoires didactiques. Une programmation annuelle des activités, une offre de visites pour les écoles structurées sur des sujets particuliers, la création de parcours parallèles aux expositions, l’élaboration de dossiers documentaires, l’emploi d’un langage « amical » et captivant, voilà les principales suggestions tirées de mon aperçu des coulisses des ateliers éducatifs des Archives nationales.
C’est surtout à partir de ces éléments que le projet de création d’un secteur spécifiquement dédié au contact direct avec les écoles ou aux groupes des adultes en vue d’une sorte d’« alphabétisation » archivistique a pris forme. Tout cela a été réalisé grâce au soutien de la directrice des Archives florentines, Mme Zarrilli, et à l’engagement, culturel autant que civique, de mes collègues. Archipedia (2), tel est le nom du projet didactique florentin qui se propose de faire connaître la mission institutionnelle et les contenus documentaires des Archives d’État. Cette idée s’est concrétisée à travers un programme annuel d’itinéraires de visite structurés pour les écoles, qu’on a appelé les « parcours ».
Le programme élaboré pour l’année 2010-11 est aussi le produit d’une collaboration avec d’importantes institutions florentines du secteur du patrimoine. C’est effectivement grâce à la participation du service éducatif des musées d’État de Florence si des parcours intégrés entre les Archives de Florence et le Musée de la maison de la Renaissance à Palazzo Davanzati ont été organisés. Dans cet itinéraire, par exemple, les élèves de tous types d’écoles ont la possibilité d’explorer les documents qui montrent les transformations de la vie d’une famille florentine du XVe siècle. Quatre différents types de parcours on été élaborés en relation avec autant différents aspects : les rites de mariage, l’écriture, les blasons, le palais. Les Archives participent aussi au programme Les clés de la ville organisé par la Mairie de Florence, qui propose deux parcours ayant pour objet les changements de Florence au moment de l’unification italienne.
Les « parcours » sont des ateliers structurés en une partie explicative et une partie pratique (jeu ou simulation de recherche). Ils cherchent à capturer l’intérêt des élèves à partir de certains sujets significatifs liés à leur présent : la famille, la ville, l’unité italienne. Dans le même temps, ils permettent de mettre en œuvre les outils intellectuels nécessaires pour pouvoir lire et mieux comprendre les documents du passé.
Archipedia
, avec la création d’une section particulière du site web, propose des matériaux didactiques en ligne (tels qu’un dictionnaire des termes techniques, des vidéos, des expositions documentaires virtuelles…) dédiés aux internautes, afin de créer des nouveaux “apprentis sorciers” de la recherche en archives.
Notes
(1) http://www.archiviodistato.firenze.it/nuovosito/fileadmin/template/allegati_media/materiali_studio/convegni/fi_archivio_eu/Klein.Pdf
(2) http://www.archiviodistato.firenze.it/​archipedia/​index.php

17La capacité à s’adapter à des auditoires très différents, qui est aussi le propre du pédagogue, est une des forces du service éducatif. Elle nous permet de recevoir le public jeune « de la maternelle à l’université ».

18L’accueil des enseignants du supérieur et de leurs étudiants s’est considérablement développé ces dernières années. Sans empiéter sur la Journée de l’étudiant organisée chaque année, à la mi-octobre, par la direction scientifique du site au Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN), le service éducatif reçoit des étudiants de licence, de master et, dans le cadre d’un partenariat avec le CIES-Sorbonne, des doctorants. Il ne s’agit pas simplement d’une visite attractive des hôtels et des Grands dépôts mais d’une initiation à la recherche en archives. La première étape consiste en une visite du CARAN, afin de découvrir le fonctionnement du Centre, ses salles d’inventaire et de consultation. Elle se poursuit par la manipulation des instruments de recherche, matériels et immatériels, avant de parcourir un des lieux de conservation, les Grands dépôts, construits au XIXe siècle, où il est aisé d’évoquer les grands courants historiographiques, les missions des Archives, les principes de classement des fonds.

Le partenariat entre le CIES - Sorbonne et les Archives nationales
Anne Coulon
C.I.E.S. – Sorbonne

Le Centre d’initiation à l’enseignement supérieur – Sorbonne, créée en 1989, a pour mission de former les doctorants bénéficiaires d’une aide financière pour la préparation de leur thèse et sélectionnés pour recevoir une formation pratique et théorique à l’enseignement dans le supérieur. Le CIES – Sorbonne regroupe l’ensemble des universités et grands établissements de Paris intra-muros, à l’exception de Jussieu. Les doctorants concernés sont donc majoritairement en sciences humaines, juridiques et économiques.
Sa vocation est de contribuer à apporter une formation à la fois pédagogique et culturelle aux futurs enseignants – chercheurs du supérieur. Parallèlement à l’expérience d’enseignement que pratiquent ces doctorants « apprentis enseignants » (encadrement de TD), le CIES leur offre une formation sur l’institution universitaire (ses règles, ses fonctionnements, ses enjeux), le métier d’enseignant-chercheur (pédagogie du supérieur, corrélation enseignement et recherche), les techniques pédagogiques (nouvelles technologies, communication et expression orale) et les outils pédagogiques (ressources documentaires et culturelles).
Pour cette dernière partie, consacrée aux « outils pédagogiques et ressources documentaires et culturelles », un partenariat entre le CIES – Sorbonne et le service éducatif des Archives nationales est une évidence, d’autant plus qu’un grand nombre des doctorants concernés sont historiens ou historiens de l’art. Depuis 2004, le CIES - Sorbonne organise chaque année plusieurs ateliers-visites au CARAN et au musée des Archives nationales.

L’objectif du partenariat avec le CARAN : une meilleure connaissance
L’objectif est d’offrir aux futurs enseignants-chercheurs une connaissance plus approfondie de ce service avec une présentation de la législation et de l’organisation des Archives de France, des différentes étapes du traitement des archives et de la constitution des fonds et versements, du mode de classement et d’exploitation des différents fonds, du Centre d’accueil enfin.
Outre l’apport utile que cela représente pour ces doctorants, usagers des Archives nationales, l’objectif est surtout de permettre à ces enseignants chercheurs de mieux informer, accompagner et orienter leurs propres étudiants dans leurs recherches, de leur permettre d’être des intermédiaires avertis et compétents entre le CARAN et leurs étudiants.
Ce partenariat offre également un contact direct de ces enseignants-chercheurs avec l’équipe du service éducatif et du CARAN, qui sait toujours aimablement se rendre disponible aux sollicitations des chercheurs.

L’objectif du partenariat avec le musée des Archives nationales : un outil pédagogique
Grâce au service éducatif, le CIES – Sorbonne a pu mettre en place des sessions de visites du musée sous un angle spécifiquement « enseignement supérieur ». Il s’agit en effet d’appréhender les ressources et le potentiel du musée sous l’angle de l’enseignant-chercheur, et de découvrir, lors de la présentation et de la visite des Grands dépôts, les ressources qui peuvent servir de « supports pédagogiques ». La connaissance du contenu des fonds offre aux futurs enseignants-chercheurs un référentiel documentaire indispensable. Pour la mise en œuvre d’ateliers thématiques avec leurs étudiants, les doctorants-enseignants du CIES peuvent faire appel au service éducatif. Concernant le musée lui-même, les expositions thématiques et temporaires offrent une représentation dynamique des diverses ressources documentaires.

Un partenariat apprécié
Les doctorants-enseignants du CIES s’accordent pour reconnaître l’intérêt et l’utilité de ce partenariat pour les richesses des ressources documentaires, la diversité des ressources pédagogiques, l’accueil et la disponibilité du service éducatif.
Enfin, ils sont également sensibles à l’élégance et au prestige du lieu, ainsi qu’à sa proximité des universités parisiennes.

19Si les étudiants en histoire sont largement majoritaires, d’autres jeunes gens se spécialisant dans des champs disciplinaires différents profitent de l’extrême variété des fonds conservés aux Archives nationales : étudiants en musicologie qui travaillent sur les fonds de l’Opéra ou du Conservatoire national de musique ; en architecture, qui explorent les richesses de la Section des cartes, plans et photographies ou les fonds d’architectes ; mais aussi en lettres, histoire de l’art, sociologie… Pour les étudiants de licence, le propos est plus généraliste, mais le parcours suit le même modèle, dans l’idée de familiariser l’étudiant avec ces lieux de conservation et de recherche.

20En somme, l’ensemble de ces sollicitations oblige le service éducatif à maintenir une veille attentive à l’évolution des programmes (pour adapter l’offre pédagogique), à l’évolution des acteurs de la médiation culturelle (pour former les animateurs et conférenciers, en France et à l’étranger) et à l’évolution des avancées de la recherche scientifique (pour renouveler le contenu disciplinaire des ateliers).

Les élèves empruntant l’escalier des Guise, dans l’hôtel de Clisson, pour se rendre dans les salles du service éducatif

Les élèves empruntant l’escalier des Guise, dans l’hôtel de Clisson, pour se rendre dans les salles du service éducatif

© Service éducatif des Archives nationales

Notes

1 On peut consulter les sites suivants : http://www.dreyfus.culture.fr/fr/et http://www.henriiv.culture.fr/.

2 Deux programmes existent : Les mercredis des Archives (formations à destination des enseignants) et Les mercredis aux Archives (pour les enfants souhaitant venir se familiariser avec les richesses patrimoniales en dehors du temps scolaire).

3 Circulaire interministérielle ministère de l’Éducation nationale et ministère de la Culture et de la Communication no 2007-090 du 12 avril 2007.

4 Circulaire no 2002-087 du 22 avril 2002.

5 Pôles nationaux de ressources. Actions de formation des personnes ressources pour les arts et la culture. Septembre 2003-juin 2004, Ministère de l’Éducation nationale, Scéren, 2003 : liste des pôles de ressources et de leur spécificité. Pour le PNR d’Île-de-France, il est inscrit dans la rubrique « Archives, musées, patrimoine » à la suite de six autres pôles situés dans les académies de Strasbourg, Besançon, Aix-Marseille, Lille, Bordeaux, et Dijon.

6 La circulaire no 2002-87 du 22 avril 2002 les définit juridiquement ainsi : « Ni personne morale, ni structure juridique, ces pôles associent au minimum trois partenaires : une structure culturelle, un institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) et un centre régional de documentation pédagogique (CRDP) » (p. 16). Ces acteurs sont liés par une convention d’objectifs pluriannuelle. Le dispositif a été transformé en Pôles régionaux pour l’éducation artistique et culturelle (PREAC) en 2007 (BOEN no 16 du 19 avril 2007).

7 Inauguration du pôle national de ressources Archives, publication du CRDP de Paris, 2003, p. 23.

Table des illustrations

Titre La Cour d’honneur de l’hôtel de Soubise (xviiie siècle), premier contact pour les élèves avec le site et la fonction des Archives nationales.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre L’hôtel de Rohan-Strasbourg (xviiie siècle) est aussi un lieu d’accueil pour des journées d’étude à destination des publics.
Crédits © Atelier de photographie des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Les tourelles de l’ancien hôtel de Clisson, exemple d’architecture civile de la fin du xive siècle et point d’ancrage de l’atelier Le Trésor du connétable.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Salon ovale de la princesse : Psyché contemple son époux endormi, par Charles Joseph Natoire (1700-1777).
Crédits © Atelier de photographie des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Le salon ovale de la princesse, dans l’hôtel de Soubise, exemple remarquable du style rocaille.
Crédits © Atelier de photographie des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Détail d’un panneau du Cabinet de singes, à l’hôtel de Rohan-Strasbourg, cadre de l’atelier Jeux d’enfants au xviiie siècle.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Les Grands dépôts, construits à partir du xixe siècle, où le public peut prendre conscience de « l’épaisseur des archives ».
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Au centre des Grands dépôts, l’armoire de fer renferme, aux côtés de documents emblématiques, des clés de la Bastille.
Crédits © Photographie Sandra Jacques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Les Archives nationales abritent les fonds produits par les administrations centrales de l’État, dont les archives de la présidence de la République, conservées sur le site de Paris, dans les sous-sols du Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales (CARAN).
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Une salle du service éducatif (hôtel de Clisson) prête à accueillir une classe pour un exercice de restitution des connaissances acquises dans le musée ou dans les Grands dépôts.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre L’exposition temporaire Trésor des chartes des rois de France, de saint Louis à Charles VII, en 2007, a reçu près de deux mille élèves et étudiants.
Crédits © Atelier de photographie des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre La possibilité de redécouvrir la géographie : autour de l’exposition Paris 1730 d’après le plan de Turgot (1734-1739) en 2005. Cette exposition a inspiré les ateliers Paris en cartes et Voyages au pays des cartes.
Crédits © Direction des Archives de France - Photographie Jean-Yves Lacôte
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Les élèves empruntant l’escalier des Guise, dans l’hôtel de Clisson, pour se rendre dans les salles du service éducatif
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18133/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 794k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540