Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Première partie. Une forme originale d'action pédagogique

Chapitre 1. Un usage privilégié du document source

Texte intégral

Présentation de la variété des documents d’archives devant le « mur » de l’exposition Mémoires d’avenir en 2008

Présentation de la variété des documents d’archives devant le « mur » de l’exposition Mémoires d’avenir en 2008

© Service éducatif des Archives nationales

  • 1 En réalité, le service éducatif des Archives nationales accueille les élèves de la maternelle au su (...)
  • 2 Politique définie dès octobre 1950 par Charles Braibant, alors directeur des Archives de France, da (...)

1La vocation d’un service éducatif d’archives est de « mettre les élèves des différents ordres d’enseignements [primaire, secondaire, supérieur1] en contact direct avec les documents d’histoire2 ». Depuis sa création, le service éducatif des Archives nationales adosse son activité de valorisation patrimoniale aux collections du musée de l’histoire de France. Ce dernier, fondé en 1867, a pu bénéficier de la création de séries archivistiques spéciales et inédites, cotées AE. Compte tenu du renouvellement des problématiques scientifiques et de l’évolution des programmes scolaires, le travail des professeurs du service éducatif est redevable, aujourd’hui, de contacts de plus en plus étroits et fructueux avec les différentes sections en charge de la conservation des fonds d’archives, selon la démarche du Département de l’action culturelle et éducative vis-à-vis de tous les services des Archives nationales.

Un atout : la richesse documentaire des Archives nationales et de leur musée

2Les séries extraordinaires conservées par le musée de l’histoire de France, rebaptisé aujourd’hui « musée des Archives nationales », fournissent les documents, supports des ateliers organisés à destination des publics scolaires. La qualité des inventaires réalisés à la fin du XIXe siècle et leur réactualisation sur CinDoc, logiciel de gestion électronique de documents utilisé par les services des Archives nationales, et leur libre consultation, par le grand public, dans la base de données Archim, facilite grandement le travail de collecte des documents. Leur numérisation aide techniquement à la production de supports pédagogiques modernes.

Les séries du musée des Archives nationales
Stéphanie Maillet
secrétaire de documentation au Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales

En 1858, le marquis Léon de Laborde, directeur général des Archives de l’Empire, soucieux de rendre accessible les archives au plus grand nombre, prend la décision de créer un musée, dans l’hôtel de Soubise. Pour sélectionner les documents à présenter au public, il charge une commission d’archivistes d’extraire, des différents fonds des archives, des pièces majeures de l’histoire de France. Le musée est inauguré le 19 juillet 1867. Les documents du musée des Archives nationales sont aujourd’hui répartis en cinq sous-séries.

AE I : Armoire de fer
L’armoire de fer renferme les documents et objets les plus prestigieux des Archives nationales.
AE II : Musée des documents français
La série AE II constitue le fonds initial du musée de 1867. Conçue initialement comme une série chronologique continue, du VIIe siècle (avec les premiers papyrus mérovingiens) jusqu’à 1795, elle compte alors près de 1800 pièces. Vers 1890, les documents présentés couvrent une période plus large jusqu’en 1815 ; mais, pour des raisons de conservation, leur nombre s’est, par la suite, considérablement réduit. Plus de 1000 documents sont alors réintégrés dans leur série d’origine. Cette collection continue à s’enrichir, les nouveaux documents font désormais l’objet d’une cotation numérique.
AE III : Musée des documents étrangers
Cette série est consacrée aux documents illustrant les relations de la France avec les pays étrangers. Elle a été constituée pour l’ouverture du « Musée étranger » créé par Alfred Maury, successeur de Laborde, au rez-de-chaussée de l’hôtel de Soubise, en 1878.
AE V : Pièces à conviction et objets saisis
Y sont regroupés les objets retirés des dossiers de police ou des procédures judiciaires du milieu du XVIIIe siècle aux années 1960.
AE VI : Objets historiques

3Papiers, parchemins et objets illustrent la grande diversité du patrimoine national. Toutefois, le recours exclusif aux documents conservés par le musée de l’histoire de France orienterait la thématique des ateliers pédagogiques en les ancrant dans une historiographie sans doute dépassée. Le contenu de l’Armoire de fer témoigne ainsi davantage de choix faits sous le Second Empire par Jules Michelet, que d’une définition actuelle des « documents emblématiques » de l’histoire de France, faute d’une réactualisation.

Le contenu de l’Armoire de fer
Stéphanie Maillet
secrétaire de documentation au Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales

Le 30 novembre 1790, l’Assemblée constituante, inspirée par Camus, archiviste de l’Assemblée, décide de la réalisation d’un coffre-fort en vue de mettre à l’abri les planches et le matériel à fabriquer les assignats. L’armoire de fer, exécutée par le serrurier Marguerit sur les dessins de l’architecte Paris, est installée dans les locaux affectés aux archives dans l’ancien couvent des capucines. Très vite, elle abrite les documents essentiels aux yeux des représentants des Assemblées tels que l’acte constitutionnel, les minutes des lois et des décrets, etc. En 1793, elle est transférée aux Tuileries avant d’accompagner le transfert des archives à l’hôtel de Soubise. En 1866, elle est installée dans la salle du Trésor des chartes, au cœur même des nouveaux dépôts construits sous l’égide de Napoléon III.
Le contenu de l’Armoire de fer, objet de remaniements successifs, reflète encore ses origines en abritant de nombreux documents relatifs à la Révolution : le Serment du Jeu de paume, la Déclaration des droits de l’Homme, l’exemplaire de la Constitution de 1791 détruit sur ordre de la Convention en 1793, les clefs de la Bastille, etc. Il est également encore marqué par les conceptions historiographiques de Jules Michelet (1) qui en a fait une vitrine consacrée aux documents symboliques des étapes majeures de l’histoire de France. Cet ensemble prestigieux conserve, en outre, la ratification du traité de paix d’Amiens en 1527 par Henri VIII, roi d’Angleterre, le testament olographe de Louis XIV et ses codicilles, le testament de Louis XVI, la dernière lettre de Marie-Antoinette, le sénatus-consulte du 15 thermidor an X [3 août 1802] proclamant Napoléon Bonaparte consul à vie et, depuis 1996, les originaux des Constitutions de la France de 1791 à nos jours.

Note
(1) Michelet fut responsable de la Section historique de 1830 à 1852.

4L’élargissement du corpus susceptible d’être retenu par les enseignants du service éducatif assure un renouvellement à la fois de la documentation et des thématiques, toujours dans le souci de respecter les instructions officielles et les programmes de l’Éducation nationale. Il se fait dans deux directions différentes : la variété des documents de référence - le terme de document incluant ici les objets et le mobilier -, et le recours à des documents extraits de nombreuses séries des Archives nationales.

Le mobilier ancien et les objets des Archives nationales
Stéphanie Maillet

secrétaire de documentation au Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales

Si les Archives nationales sont étroitement liées, dans l’esprit du public, à la notion de vieux papiers, on y trouve aussi des objets, mobiliers et œuvres d’art conservés au musée et inscrits dans les inventaires sous les cotes AE V et AE VI. Le parcours permanent et les expositions temporaires sont l’occasion de les présenter.
Lorsqu’en 1808, l’hôtel de Soubise est affecté aux archives de l’Empire, il est dépourvu de tout mobilier. Pour l’aménager, Pierre Daunou, garde général des Archives, y fait apporter les meubles et objets auparavant utilisés dans les différents dépôts affectés aux archives de la Nation, depuis 1789, dans les annexes des Assemblées nationales. : par exemple, un planétaire en cuivre doré représentant les mouvements du système solaire, offert à l’Assemblée nationale en 1789, ou un bureau exécuté par Charles-André Boulle (1). Plusieurs pièces de mobilier sont entrées aux Archives nationales en même temps que certains versements. La « Table du Parlement de Paris », qui servait au greffe du Parlement à décharger les sacs à procès, serait parvenue en 1847 avec les archives judiciaires ; le secrétaire à cylindre de Riesener, en 1849, avec le fonds de la Secrétairerie d’État impériale auparavant conservé au Louvre. Par ailleurs, l’institution n’a pas manqué de conserver le mobilier témoin de sa propre histoire. Les vitrines d’ébène du musée des Archives de 1867, qui servent aujourd’hui à la présentation de fac-similés, ont également été inscrites dans les inventaires du musée. Les dépôts consentis par d’autres administrations publiques (FNAC, Mobilier national, musée du Louvre, musée du château de Versailles, par exemple) sont venus compléter le mobilier de l’hôtel de Soubise. La petite chambre de la princesse se pare ainsi d’un lit d’alcôve à deux chevets (2) déposé par l’Union centrale des Arts décoratifs. Très tôt, les décors du XVIIIe siècle des hôtels de Soubise et de Rohan (dessus-de-porte et décor peint) ainsi que le mobilier le plus prestigieux de l’administration des Archives ont été inscrits dans les inventaires du musée sous la cote AE VI a. Le contenu de la série AE VI est varié. S’y côtoient médailles, monnaies, coins de monnaies et de médailles, timbres et cachets de l’État et des administrations, timbres et cachets de l’administration des Archives, poinçons d’orfèvres, marques pour le papier timbré de l’Ancien Régime, marques pour les cuirs, les peaux, matrices et formes pour le papier monnaie, planches de cuivre gravées, clefs de villes prises par les armées révolutionnaires, étalons de poids et mesures, objets provenant de l’exposition universelle de Paris en 1867, assignats mais aussi, portraits et souvenirs du personnel des Archives nationales. Si certains objets emblématiques sont entrés aux Archives au titre de témoins de l’Histoire (la maquette de la Bastille, les étalons des poids et mesure, par exemple), d’autres ont été retirés des dossiers d’archives pour une meilleure conservation (les pièces à conviction conservées sous la cote AE V). Les quelques pièces de l’affaire Choiseul-Praslin actuellement présentées au public, sur les quarante-cinq annexées au dossier de procédure (3), témoignent de la variété des objets conservés (pantoufle et paire de bas de coton tachées de sang, fiole, couteau, etc.) de l’un des plus grands scandales touchant la haute aristocratie de la monarchie de Juillet.
Tous ces objets sont aujourd’hui suivis à l’aide d’une base de gestion (4) régulièrement mise à jour au fur et à mesure des opérations de récolement.

Notes

(1) Il s’agit de l’un des quatre bureaux plats dont le modèle avait été conçu vers 1710 par Charles-André Boulle, ébéniste ordinaire du roi, et qui furent livrés à la direction des Bâtiments. Sous la Révolution, ce meuble quitta Versailles pour les Tuileries, où siégeait la Convention nationale. À la date du 21 septembre 1793, il fut affecté au bureau des archives et suivit cette nouvelle administration lors de son installation à l’hôtel de Soubise. Ce bureau, qui servit à Jules Michelet alors qu’il était chef de la Section historique, est aujourd’hui exposé dans le salon ovale de la princesse.
(2) Arrêté en date du 19 mai 1999 (arrêté no 199900347). Ce lit proviendrait de Saverne ou d’un rendez-vous de chasse des cardinaux de Rohan en Alsace. (Inv. no 11881).
(3) Les dossiers de cette affaire sont conservés sous les cotes CC 808-812.
(4) Musobjet sur CinDoc.

5Les documents du musée ne sont donc en réalité qu’une partie des fonds utilisés par le service éducatif, qui travaille également en étroite collaboration avec les conservateurs des différentes sections. Les échanges s’effectuent dans les deux sens : à l’occasion du montage d’une exposition ou du lancement d’un partenariat avec une autre institution, un conservateur peut solliciter le service éducatif pour un accompagnement spécifique et, à cette occasion, lui signaler des documents ; de leur côté, les professeurs du service éducatif contactent, lors de la mise en place d’une activité, le responsable d’une série. Généralement, un travail de repérage dans les inventaires a été effectué en amont pour isoler les pièces d’archives qui peuvent servir de support pédagogique. Le conservateur, qui a une connaissance exceptionnelle des fonds, peut proposer des documents originaux. Certains ne retiennent pas l’attention du pédagogue, mais, la plupart du temps, l’échange se révèle extrêmement fructueux. Il faut concilier l’approche de l’archiviste, de l’historien et du pédagogue qui doit aussi ancrer son action dans les programmes scolaires.

L’utilisation des séries des Archives nationales pour les ateliers du service éducatif (par ordre alphabétique des ateliers)

Ateliers pédagogiques

Responsable du fonds (ou contact au sein de la section*)

Sous-séries ou séries des Archives nationales

Affiches de la Seconde Guerre mondiale : signes de la résistance, signes de la collaboration

Mme P. Gillet

sous-série 72 AJ

Architecture et décors des hôtels de Soubise et de Rohan

M. J.-C. Cappronnier
Mme M. Plouvier

série N
sous-série F13

Archives de soi

base de données
Archim

À vos armes !

M. J.-P. Brunterc’h
M. J.-M. Roger
puis
Mme M.-A. Nielen
Mme M.-T. Lalaguë-Guilhemsans

séries M. et MM
série P

Chevaliers en herbe (déclinaison de l’atelier À vos armes !)

base de données
Archim

Dans l’atelier des Menus Plaisirs du roi

M. P. Jugie

sous-série O1

Dire et représenter la République

M. D. Habib
Mme D. Ogilvie

série AD
sous-séries F1c et F4

Dreyfus à la « Une » (remplace L’Affaire Dreyfus)

Mme I. Rouge-Ducos
M. D. Richard

sous-séries BB19 et BB31
site de Fontainebleau

Écrire au Moyen Âge

M. G. Brunel

séries J et K

Enluminure médiévale

M. G. Brunel
Mme M.-T. Lalaguë-Guilhemsans

séries J, K et S
série P

Fourmies et le mouvement ouvrier

Mme C. Mérot
M. P.-D. Cheynet
Mme A. Poinsot

série C
sous-série F7

Imágenes de la guerra civil (1936-1939)
Images de la Guerre civile

Mme P. Gillet
Mme S. Le Goëdec

sous-séries 72 AJ et F7

L’abolition de l’esclavage dans les cahiers de doléances

Mme C. Mérot
Mme Illaire
puis
P.-D. Cheynet
Mme V. Weiss

séries BA, B III et C
archives privées :
AB XIX

La révolution du système métrique

M. D. Habib
Mme N. Brondel

sous-série AD VIII

La vie quotidienne dans un hôtel du Marais au XVIIIe siècle

Mme F. Hildesheimer
Mme M.-F.
Limon-Bonnet

série X
Minutier central

Les sceaux, témoins de leur temps

M. G. Brunel
M. C. Blanc-Riehl
Mme A. Prévost

séries J et K collections sigillographiques service de restauration-moulages de sceaux

Lettrines médiévales

M. G. Brunel

séries J et K

Los republicanos españoles en Francia (1939-1945)
Les républicains espagnols en France

Mme P. Gillet
Mme S. Le Goëdec
Mme Leblois-Pechon
M. D. Richard

sous-séries 72 AJ, F7 et F9
site de Fontainebleau

Los sellos, testigos de sus tiempos
Les sceaux, témoins de leur temps

M. G. Brunel

séries K

Paris en cartes

Mme C. Souchon
puis
Mme N. Gastaldi
M. J.-C. Cappronnier

séries N et NN, sous-séries F14, F1a et F31

Symboles et vignettes révolutionnaires

Mme C. Mérot
M. D. Habib
Mme D. Ogilvie

série AD
sous-séries F1c I et F4

Verba volant scripta manent
Les paroles s’envolent, les écrits restent

M. G. Brunel

séries J et K

Vie quotidienne sous l’Occupation

M. C. Oppetit
Mme P. Gillet
Mme F. Adnès
Mme M. Conchon
Mme S. Le Goëdec
M. P. Raimbault

sous-séries AJ38 AJ40, BB18, F1c, F7, Z6, 2 AG, 72 AJ, 78 AJ

Voyage au pays des cartes

Mme C. Souchon
puis
Mme N. Gastaldi
M. J.-C. Cappronnier

séries N et NN,
sous-séries F14, F1a, 6 JJ Marine

¡1808 : España contra Napoleón !
1808 : l’Espagne contre Napoléon !

Mme C. Mérot
M. P.-D. Cheynet

AF IV

* Les fonds des Archives nationales, sur le site de Paris, sont répartis au sein de grandes sections historiques. Le cadre de classement comprend six entrées : deux chronologiques (fonds antérieurs à 1789 et fonds postérieurs) et quatre thématiques (Section des archives privées, Section des cartes, plans et photographies, Minutier central des notaires parisiens et Fonds divers). Sur le site de Fontainebleau, le mode de classement suit l’ordre des versements ; ils ne sont pas indiqués dans cette liste où sont simplement nommées les séries et les sous-séries.

6Il ne s’agit là que de quelques exemples de coopération. Des visites thématiques, généralement organisées dans les Grands dépôts ou les hôtels, suscitent également l’échange d’avis. Les demandes, qui émanent la plupart du temps d’enseignants du supérieur, couvrent des sujets extrêmement variés, à l’image de la variété des cursus universitaires, français ou étrangers. Elles induisent la consultation des inventaires, la collaboration du conservateur en charge de la série concernée, l’établissement d’un discours sur ces documents sources en rapport avec la construction d’apprentissages, et la mise en scène provisoire de documents avec cartels, selon les règles présidant aux expositions.

Des visions différentes du document pour les élèves ?

  • 3 Granier G., Picot F., « La place des documents dans l’enseignement de l’histoire et de la géographi (...)
  • 4 Granier G., Picot F., op. cit., p. 180.

7En pédagogie, la définition du document est communément admise depuis le début des années 2000 : « Au sens pratique du terme, un document est tout support pédagogique de travail permettant de transmettre des connaissances et de faire acquérir des compétences méthodologiques3 » occasionnant souvent un usage extensif. Document source, document preuve, document illustratif et document outil, tous trouvent leur place dans l’enseignement aujourd’hui. Les Archives nationales conservent de nombreux exemples, au sens étymologique, permettant de construire des séquences dans le respect des objectifs des programmes nationaux d’enseignement. Cependant, le fait de ne retenir que des documents outils cloisonnerait l’acte d’enseignement à l’histoire. En effet « le document outil est destiné à des apprentissages de compétences méthodologiques propres à nos disciplines (par exemple savoir situer un document dans son contexte, savoir faire la critique interne d’un texte, savoir interpréter une carte topographique, savoir lire une photographie aérienne) ou beaucoup plus générale (prélever, sélectionner, confronter des informations en répondant à des questions)4 ».

  • 5 Programme de l’Éducation nationale 1995-1998.
  • 6 Granier G., Picot F., op. cit.

8Dans le cadre de l’enseignement dispensé lors des ateliers, le document outil se confond alors avec le document source, surtout si ce dernier est « mis en scène » pour les élèves, dans le respect des règles de la conservation. Il justifie et authentifie alors la parole du professeur, celle dite en classe (lorsque la séance a été faite préalablement à la venue des élèves aux Archives nationales), celle entendue dans les ateliers (lorsque la séance aux Archives nationales se substitue au cours correspondant ou le précède). Le document source pourrait se confondre avec le document patrimonial mis en évidence dans les instructions officielles des programmes du collège5. Si le document patrimonial « doit être enseigné pour lui-même en raison de son importance, de son caractère emblématique, dans un but civique » comme l’affirment certains didacticiens6, alors les enseignants du service éducatif des Archives nationales doivent faire face à l’abondance de documents pouvant répondre à cette définition. Autre souci : faire converger le regard du pédagogue et celui du conservateur, choisir un document pour son attractivité, sa lisibilité et son caractère scientifique par rapport au thème retenu. Se noue alors un dialogue fort enrichissant entre l’enseignant et le conservateur.

Qu’est-ce qu’un document d’archives ?
Bruno Galland

conservateur général, directeur scientifique des Archives nationales, site de Paris

« Quels sont les documents les plus remarquables que vous conservez ? » Cette question m’a souvent été posée par des visiteurs des Archives nationales. Comment y répondre ?
Les premiers critères généralement envisagés sont ceux qu’utilisent les experts pour déterminer la valeur vénale d’un document. Cette valeur est d’autant plus élevée que le type de document considéré est rare. Ainsi les documents des périodes reculées de notre histoire – le haut Moyen Âge singulièrement – ont souvent une valeur plus forte que la plupart des documents de la période contemporaine. La valeur esthétique du document est aussi prise en compte, pour une charte scellée ou un recueil enluminé. La personnalité du signataire (si le document est signé) est un élément très important, qui aligne la valeur du document sur les cours du marché des autographes. Enfin, naturellement, les documents qui éclairent un moment important de l’histoire de notre pays acquièrent une valeur proportionnelle à l’importance de cet événement – ainsi de l’édit de Nantes, de la loi portant abolition de l’esclavage ou de la Constitution de la Ve République – étant bien entendu que l’importance que l’on accorde à certains événements n’est pas la même selon les périodes…
Aucun de ces critères n’est pourtant satisfaisant, car un document emblématique ou remarquable n’est pas forcément un document à forte valeur vénale. L’archiviste prend aussi en compte l’information que transmet le document. Dès lors, toute appréciation est éminemment subjective. La fiche d’un déporté de la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle ses descendants vont parfois trouver la seule photo qui subsiste d’un père ou d’un grand-père qu’ils n’ont pas connu et dont tous les papiers personnels ont été détruits, n’a-t-elle pas pour eux bien plus de valeur – même s’il en existe des milliers d’autres qu’un œil extérieur pourrait juger toutes semblables - que la célèbre dernière lettre de Marie-Antoinette, citée et reproduite dans de multiples ouvrages ?
La difficulté est d’autant plus grande que chaque document d’archives est en principe unique – c’est la grande différence avec des ouvrages imprimés, la plupart d’entre eux existant généralement en de nombreux, voire en de très nombreux exemplaires. De ce point de vue, on pourrait paradoxalement soutenir que le document le plus emblématique d’un service d’archives, c’est celui que personne n’a encore vu et qui attend, au fond de son carton, qu’un chercheur l’exhume et l’utilise…

  • 7 Mandon G., « Les services éducatifs : le point de vue de l’Éducation nationale », L’action éducativ (...)

9Ainsi « les services éducatifs sont un lieu où on découvre et on aborde ce matériau essentiel qu’est le document […] le document est une trace donc un matériau essentiel dans la construction du discours historique avec lequel il ne se confond pas7. »

10Pourtant, ce document source présenté reste, aux yeux de certains, difficilement abordable du fait de différents facteurs : l’éventuel exercice de paléographie et de traduction (dû à l’usage de langues anciennes) mettant en cause la lisibilité du document pour des élèves, et les problèmes liés à la conservation des documents (support fragilisé ou délai de communicabilité empêchant la présentation d’originaux). Les lieux (galeries des magasins tels que les Grands dépôts ; salles d’exposition ; salons et antichambres des hôtels de Soubise et de Rohan) ne seraient pas non plus adaptés : mais ces objections ne tiennent plus aujourd’hui et il n’est plus contestable que l’accomplissement d’un acte d’enseignement « hors la classe » est des plus bénéfiques pour les élèves, notamment parce que l’exemplarité des lieux marque les esprits et invite à un déplacement autant temporel que culturel.

Le service éducatif et l’enseignement « hors la classe »

11Le service éducatif des Archives nationales est encadré par des enseignants de l’Éducation nationale, détachés ou mis à disposition. Ils sont recrutés sur des profils particuliers publiés au Bulletin officiel de l’Éducation nationale (BOEN), selon une nette évolution vers la spécialisation et la professionnalisation de cette mission.

Une mission spécifique confiée aux enseignants du service éducatif des Archives nationales

L’article 3 de la convention interministérielle de 2003 souligne la vocation des enseignants mis à disposition. « Ils [les enseignants] contribuent :
- à la conception, l’impulsion et l’évaluation des actions conjointes destinées au milieu scolaire et universitaire ;
- à la mise en œuvre d’un programme d’activités, conformément aux orientations définies par les circulaires conjointes entre les deux ministères ;
- à la conception de documents et matériels pédagogiques destinés au milieu scolaire ;
- à la réflexion sur le cahier des charges des formations initiale et continue des intervenants en milieu scolaire ;
- à la réflexion méthodologique sur l’action éducative des institutions culturelles et le rôle des services éducatifs ;
- à la promotion de la langue française et des langues de France ».

Extrait du
BOEN du 26 mai 2005
Il incombe aux enseignants « de concevoir le programme des ateliers destinés au public scolaire, de la maternelle à l’université, en étant le plus attentif possible aux demandes des enseignants, aux obligations des programmes en histoire et en géographie. Un effort particulier sera fait pour développer des ateliers qui mettent en jeu la transdisciplinarité et la complémentarité des savoirs ;
- de concevoir et de rédiger les supports pédagogiques (dossiers, fiches, mallettes, expositions, ressources virtuelles sur le web) destinés tant aux enseignants qu’au public scolaire, dans le cadre de ces mêmes ateliers ;
- de concevoir systématiquement des prolongements ou des volets pédagogiques pour les expositions temporaires et les manifestations culturelles qu’initie le Centre historique des Archives nationales ;
- de participer à la réflexion sur la refondation du musée de l’histoire de France pour y favoriser une approche adaptée aux attentes de l’Éducation nationale ;
- de participer aux dispositifs de formation mis en place par les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture (PNR Île-de-France) et au développement de l’éducation artistique et culturelle. »

Extrait du
BOEN du 8 novembre 2011
« L’enseignant(e) mis(e) à disposition sera chargé(e) en concertation étroite avec sa collègue, déjà en poste à temps plein :
- de concevoir le programme des ateliers destinés au public scolaire, de la maternelle à l’université, en étant le plus attentif possible aux demandes des enseignants, aux obligations des programmes en histoire et géographie. Un effort particulier sera fait pour développer des ateliers qui mettent en jeu la transdisciplinarité et la complémentarité des savoirs ;
- de concevoir et de rédiger les supports pédagogiques (dossiers, fiches, mallettes, expositions, ressources électroniques, supports de communication) destinés tant aux enseignants qu’au public scolaire, dans le cadre de ces mêmes ateliers ;
- de concevoir systématiquement des prolongements ou des volets pédagogiques pour les expositions temporaires et les manifestations culturelles qu’initient les Archives nationales ;
- de développer de nouveaux partenariats intermusées ;
- de participer à la réflexion sur la refondation du musée de l’histoire de France pour y favoriser une approche adaptée aux attentes de l’Éducation nationale ;
- de participer aux dispositifs de formation mis en place par les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture et au développement de l’éducation artistique et culturelle.

Profil recherché
Les candidats, professeurs d’histoire et de géographie, titulaires de l’enseignement secondaire, devront justifier d’une solide expérience dans la recherche historique en archives (paléographies médiévale et/ou moderne souhaitées) et de compétences en informatique (bureautique, PAO, conception-animation de pages électroniques) ».

  • 8 Mandon G., op. cit., p. 230.

12Entre 2003 et 2007, le portefeuille des missions accomplies par ces enseignants s’est accru : déterminer le programme des activités du service éducatif, concevoir des ateliers nouveaux - et rénover les anciens, classiques des Archives nationales-, concevoir des fiches pédagogiques à destination de leurs collègues en charge de classes, avec le souci de promouvoir la transdisciplinarité. Ces missions sont fidèles aux instructions du ministère de l’Éducation nationale, pour qui « les professeurs sont, en services éducatifs […] dans leur métier de professeurs, […] dans le cadre d’un processus d’acquisition des savoirs par des méthodes pédagogiques et didactiques adaptées8. » Les autres compétences requises s’inscrivent davantage dans les missions du ministère de la Culture et de la Communication : le concept de service éducatif apparaît étroitement lié à la notion de service culturel, et le rattachement du service éducatif des Archives nationales au Département de l’action culturelle et éducative le montre bien.

13Dès lors, les enseignants sont étroitement associés à la promotion de l’action culturelle des Archives et participent aussi aux différentes manifestations inscrites au programme culturel. Ils ne peuvent pourtant pas se départir de leur fonction de pédagogue dans cette action bénévole ; ils conçoivent donc des activités comportant un fort contenu disciplinaire. Seuls changent le ton, la posture et la durée de la prestation de l’enseignant devenu animateur… Profitant de ces occasions, toutefois, il est possible de tester des nouveautés pédagogiques et thématiques ainsi que de nouveaux types d’« exercices de restitution ». Il est impératif que les activités menées par le service éducatif respectent le thème des Journées européennes du Patrimoine, de la Nuit des musées, comme cela fut le cas de Lire en fête. Si le thème constitue par ailleurs une entrée des programmes scolaires, il est alors envisageable que l’« activité » soit transposée en « atelier », c’est-à-dire en acte d’enseignement construit, centré sur une problématique, fondé sur un ou plusieurs documents sources et concrétisé par l’établissement d’une trace écrite. Cette dernière ne saurait être académique, lors de ces rendez-vous culturels. L’accueil d’un public familial sous la colonnade de Soubise se prête plus aisément à des modes de restitution de types créatifs, proposant à tous, dans un dialogue inter-générationnel, de revivre l’histoire. Ces pratiques deviennent exercices lorsqu’elles sont précédées, au cours de la séance dite « atelier pédagogique », par un travail de nature disciplinaire respectant les finalités des programmes scolaires. Ce choix ne s’inscrit pas dans une démarche ludique, mais bel et bien dans la construction d’apprentissages notionnels, factuels et méthodologiques. Ils s’inspirent de choix éducatifs fondamentaux faits par les Anglo-saxons et tendent à se diffuser en France. Ils encouragent, chez l’élève, l’adoption d’un comportement qu’il eût été plus difficile à obtenir par le biais d’exercices formels, typiques des évaluations menées en classe. En effet, l’atelier pédagogique des Archives nationales se déroule en deux temps : une première partie consacrée à l’acquisition de connaissances théoriques ; une seconde où il ne s’agit pas de rédiger seulement une synthèse, mais de se réapproprier des connaissances par le biais de réalisations techniques ou artistiques. Ainsi, le service éducatif propose aux élèves, dans le cadre de l’atelier consacré à l’ornementation des manuscrits médiévaux, de devenir à leur tour enlumineur et de créer leur œuvre dans le respect fidèle des codes et techniques du Moyen Âge. Du reste, il est possible pour l’enseignant, s’il le désire, dans sa classe, d’évaluer l’assimilation des savoirs et des savoir-faire en concevant une grille. Cette forme d’atelier est proposée essentiellement aux élèves de la maternelle au collège. Mais il peut aussi émouvoir les plus grands, cette fois dans le cadre d’un projet culturel plus large, ancré dans le projet d’établissement.

  • 9 Durant cette phase de perfectionnement, le « créatelier » est gratuit. Par volonté politique, les a (...)

14La réceptivité des enseignants du service éducatif, soucieux de rester à l’écoute des besoins de leurs collègues en poste, est concrétisée par l’existence des « créateliers ». Il s’agit d’ateliers à la carte, répondant à une demande formulée par un professeur à la recherche d’une innovation pédagogique pour ses élèves. À la suite de cette première expérience, et en réalité de plusieurs tests9, le « créatelier » devient « atelier » et est inscrit au catalogue des activités pédagogiques du service éducatif des Archives nationales, aux conditions suivantes : l’intérêt pédagogique doit toucher un large public scolaire (l’atelier est en effet modulable, de la maternelle au supérieur, en fonction des programmes scolaires) ; les apprentissages des élèves doivent en être facilités ; la documentation, support de l’atelier, doit être accessible (le choix des documents sources doit varier pour respecter les règles de la conservation : ne pas présenter toujours les mêmes documents aux élèves pour ne pas altérer les originaux !).

Enluminure médiévale, un atelier permettant la réappropriation des connaissances au moyen d’une réalisation technique

Enluminure médiévale, un atelier permettant la réappropriation des connaissances au moyen d’une réalisation technique

© Service éducatif des Archives nationales

15La transdisciplinarité, si importante pour qui défend l’éducation artistique et culturelle, est mise en application dans le cadre du service éducatif des Archives nationales, par des enseignants recrutés sur des profils de professeur d’histoire et de géographie, sensibilisés à la recherche historique et à qui l’on demande d’acquérir une polyvalence. Cela est encore plus vrai dans le cadre d’un petit service composé de deux enseignants (tous deux à temps plein) et de trois animatrices (soit 2,5 équivalents temps plein), qui accueillent jusqu’à 15 000 élèves et étudiants par an (chiffre pour l’année 2010).

Profil de recrutement d’une animatrice conférencière chargée de développement des publics

Descriptif du poste
Missions et activités principales
Le chargé de développement des publics sera affecté à l’équipe du service éducatif. Il sera amené à : participer à l’ensemble des activités de valorisation des Archives auprès du jeune public, accueillir les scolaires, de la maternelle à la terminale, dans le cadre des ateliers pédagogiques proposés par le service éducatif ; assurer, auprès du public scolaire, la visite des hôtels de Soubise et de Rohan, des expositions temporaires organisées par le musée des Archives nationales et des Grands dépôts, veiller à la réalisation matérielle des ateliers (préparation et rangement des salles, reproduction des supports pédagogiques, etc.) ; concevoir, en accord avec les deux attachés, des activités éducatives à destination du public jeune ; participer à la préparation de journées de formation organisées en direction des enseignants et des acteurs culturels ; suivre et exploiter les études sur les publics.
Profil du candidat
Compétences techniques : maîtrise de l’histoire et de l’histoire de l’art ; […] maîtrise de l’anglais et de l’espagnol ; pratique : maîtrise des outils numériques ; maîtrise des outils bureautiques (pack Office, Open Office) ; […] savoir-faire : organiser et maîtriser les délais, convaincre et dialoguer, connaître les conditions de conservation du patrimoine, qualités rédactionnelles, connaissances dans le développement des publics, solide connaissance dans le domaine de la médiation ; savoir-être : […] sens du service public, goût du contact avec le jeune public, sens du travail en équipe, qualités relationnelles, qualités de communication, d’écoute et d’expression, goût pour les lieux et événements culturels, capacités d’initiative et d’anticipation, ponctualité ; accueil des scolaires et des enfants hors du cadre scolaire […]
Placé sous l’autorité de deux attachés en charge du service éducatif, placé sous l’autorité du conservateur responsable du Département de l’action culturelle et éducative (DACE) […]. »

16Les animatrices, chargées du développement des publics, ont elles aussi vu leurs missions se professionnaliser. Au besoin, elles reçoivent des formations spécifiques. Il incombe également aux enseignants du service éducatif de compléter leur formation dans des domaines requis pour la tenue des ateliers, et de veiller au bon déroulement des séances. Certaines prestations nécessitent des approfondissements. C’est le cas des ateliers à destination des lycéens et des étudiants, des ateliers en langues étrangères et des ateliers recourant aux nouvelles technologies.

17« Visite », « activité », « atelier »… et « modules », les termes ne sauraient être synonymes dans l’esprit et dans les pratiques des enseignants du service éducatif des Archives nationales. Ces quatre types de prestation concourent au renouvellement de l’enseignement « hors la classe », grâce à une politique d’ouverture au public scolaire, chère aux Archives nationales. Ce souci est encore plus présent dans le projet de développement d’une nouvelle offre pédagogique sur le site de Pierrefitte-sur-Seine, à l’instar de la classe « Archives ».

Accueil des enseignants, dans la grande antichambre de l’hôtel de Rohan, lors de journées de formation

Accueil des enseignants, dans la grande antichambre de l’hôtel de Rohan, lors de journées de formation

© Service éducatif des Archives nationales

Les sceaux, supports éducatifs et culturels : stage de formation organisé conjointement par le service éducatif et le service des sceaux à destination des personnels des archives et des musées.

Les sceaux, supports éducatifs et culturels : stage de formation organisé conjointement par le service éducatif et le service des sceaux à destination des personnels des archives et des musées.

© Service éducatif des Archives nationales

Notes

1 En réalité, le service éducatif des Archives nationales accueille les élèves de la maternelle au supérieur. L’usage du document source ne concerne pas les maternelles, pour respecter les règles de la conservation, sauf pour les activités liées à la découverte des arts (décors et bâtiments de l’hôtel de Soubise).

2 Politique définie dès octobre 1950 par Charles Braibant, alors directeur des Archives de France, dans la circulaire portant création du service éducatif des Archives nationales.

3 Granier G., Picot F., « La place des documents dans l’enseignement de l’histoire et de la géographie », Actes du colloque Apprendre l’histoire et la géographie à l’École, 2002, p. 178.

4 Granier G., Picot F., op. cit., p. 180.

5 Programme de l’Éducation nationale 1995-1998.

6 Granier G., Picot F., op. cit.

7 Mandon G., « Les services éducatifs : le point de vue de l’Éducation nationale », L’action éducative et culturelle des Archives nationales. Actes du colloque de Lyon des 1er et 3 juin 2005, Paris, La Documentation française, 2007, p. 230.

8 Mandon G., op. cit., p. 230.

9 Durant cette phase de perfectionnement, le « créatelier » est gratuit. Par volonté politique, les ateliers du service éducatif restent d’un coût modique : quarante euros au début des années 2000 ; cinquante euros aujourd’hui (tarif pour une classe de vingt-huit élèves).

Table des illustrations

Titre Présentation de la variété des documents d’archives devant le « mur » de l’exposition Mémoires d’avenir en 2008
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Enluminure médiévale, un atelier permettant la réappropriation des connaissances au moyen d’une réalisation technique
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Accueil des enseignants, dans la grande antichambre de l’hôtel de Rohan, lors de journées de formation
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Les sceaux, supports éducatifs et culturels : stage de formation organisé conjointement par le service éducatif et le service des sceaux à destination des personnels des archives et des musées.
Crédits © Service éducatif des Archives nationales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/18132/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 701k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540