Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

Pour une histoire « pédagogisée » du patrimoine archivistique

Christophe Barret, Véronique Castagnet et Annick Pegeon

Texte intégral

  • 1 Lintz Y., « Le Patrimoine. Un concept au cœur de la question de l’éducation culturelle à l’école » (...)
  • 2 Ancienne directrice de musée en région de 1992 à 2000, conseillère pour le patrimoine et les musée (...)

1« Le paradoxe de notre époque [sur la question de l’éducation au patrimoine] réside dans la conscience aiguë d’une majorité d’entre nous sans doute du rôle nécessaire de l’école dans cet apprentissage et, en même temps, d’une confusion d’approches dans les concepts, les politiques et les pratiques qui crée souvent une forme de routine ou de découragement des acteurs de l’école et de la culture au quotidien1 », écrit Yannick Lintz2. Loin de céder la place à une quelconque forme de pessimisme dans le contexte politique et culturel actuel, le service éducatif des Archives nationales poursuit son action en faveur des publics scolaires, des enseignants et des étudiants, fort du travail accompli par ses prédécesseurs durant six décennies.

La création des services éducatifs par Charles Braibant
Françoise Hildesheimer
conservateur général à la Section ancienne des Archives nationales

À l’érudit archiviste et professeur Charles Samaran succède en 1948 à la tête des Archives de France l’archiviste et homme de lettres Charles Braibant (prix Renaudot en 1933 pour son roman Le roi dort), deux personnalités contrastées, sinon opposées. À la tradition modeste et scientifique du premier, où il diagnostique une « crise » de l’institution, le nouveau directeur entend substituer un renouveau dans lequel il souhaite entraîner toutes les branches de l’administration dont il a la charge. « On pourrait multiplier les preuves de la diminution de la place que les Archives tiennent dans notre vie nationale (1) », écrit-il en 1949. Sous son impulsion, les services d’archives paraissent entrer dans une modernité dont le modèle n’a, jusqu’à aujourd’hui, guère connu de renouvellement.
À l’acedia qui découle, selon lui, de la longue patience de l’inventaire qu’il rapporte à une expérience d’archiviste (il avait précédemment été chef du Service des archives et bibliothèques de la Marine, puis inspecteur général des Archives) vécue comme routine isolante et desséchante, il substitue un activisme tous azimuts. Son action trouve naturellement à s’exercer dans les domaines classiques des locaux et du budget, comme de la motivation des personnels ; de surcroît et sans préjuger de résultats décisifs en ces domaines, il entend en quelque sorte forcer le destin de l’institution en développant, à moyens constants, son activité dans de nouveaux domaines : « il faut rendre les archives plus vivantes, les enrichir d’attributions plus actuelles, sans rien leur enlever, bien entendu, de leur fonction historique, qui est leur raison d’être (2). »
On peut ainsi le créditer d’une nouvelle définition des archivistes comme « auxiliaires plus efficients de l’administration » grâce à la création dans les archives départementales (aux frais des conseils généraux) de centres de documentation administrative ou, à l’échelon central des ministères, de « missions » rapprochant les archivistes de la production des documents administratifs. Au sein des Archives nationales, il met en place un service nouveau et hybride témoignant d’un intérêt élargi aux archives privées et aux archives d’entreprises auxquelles sont directement reliés les moyens nouveaux résultant de la technique du microfilmage : le Département des activités scientifiques, culturelles et techniques auquel est également rattaché le Minutier central des notaires parisiens. Par le moyen du stage des archivistes paléographes (1950), puis du stage international (1951), il étend son champ d’intervention au statut des archivistes qu’il entend sortir de leur isolement, et assure l’ancrage parisien d’institutions internationales (premier congrès en 1950 à Paris, Conseil international et Table ronde des Archives), et il aide, voire impulse, la mise en place du réseau mondial des archives.
C’est dans ce foisonnement d’initiatives qu’il faut situer l’apparition des services éducatifs conçus à l’image de ceux des musées : il s’agit de déborder le cadre classique de la collaboration entre archivistes et universitaires, pour étendre le goût de l’histoire faite à partir des documents au public scolaire. Après les Archives nationales, dès 1949 (3), le mouvement est étendu aux archives départementales (en commençant par le Puy-de-Dôme en 1952) ; cette initiation, assurée par des professeurs mis à disposition, se greffe sur les structures existantes auxquelles elle apporte un renouveau (4) ; l’animation est prolongée par le concours des historiens en herbe (1953-1954), devenu concours des jeunes historiens (jusqu’en 1977), puis concours des historiens de demain, organisé à l’initiative des Archives nationales et associant l’ensemble des services éducatifs.
Et allant plus avant, la plume visionnaire de Charles Braibant n’hésite pas à revêtir le musée de l’histoire de France, dont la création, dans le cadre historique de l’hôtel de Soubise remontait à 1867, de couleurs nouvelles d’institution internationale et universaliste faisant figure de grand projet national avant la lettre : « Je rêve d’[…] annexer aux Archives nationales une sorte de cité de l’histoire du monde, où l’on verrait une maison internationale des archivistes et un musée de l’histoire universelle axé sur les avatars du grand désir humain de la paix, depuis la Quarantaine le Roi jusqu’à la SDN, l’ONU, l’UNESCO (5)… »
On le voit, sous la direction de Braibant, les lieux communs appliqués aux archives ont eu l’opportunité de manifester toute leur force politique de persuasion et d’incitation à l’action : il s’agissait, selon lui, de substituer le progrès à la routine en respectant la tradition : « N’oubliez jamais que, lorsque la tradition n’est plus adaptée aux conditions du temps où vous vivez […] elle s’appelle la routine. Quand vous rencontrez la routine, n’hésitez pas, tordez-lui son cou. »

Notes
(1) Braibant Ch., Les Archives de France. Hier, aujourd’hui, demain. Conférence faite à la Société de l’École des chartes, Paris, Imprimerie nationale, 1949, p. 7.
(2) Ibidem, p. 12.
(3) Circulaire du 5 novembre 1951.
(4) La classe d’histoire aux Archives, Paris, Imprimerie nationale, 1957.
(5) Braibant Ch., op. cit, p. 10.
(6) Braibant Ch., Le « grenier de l’histoire » et l’arsenal de l’administration. Introduction aux cours des stages d’archives de l’hôtel de Rohan, Paris, Imprimerie nationale, 1957, p. 25.

  • 3 Les archives du service éducatif sont actuellement en cours d’inventaire.

2Le service éducatif n’a cessé, avec la collaboration active de tous les personnels des Archives nationales, de renouveler ses pratiques pédagogiques à destination des publics scolaires, sans que cela ne laissât, paradoxalement, de traces ou d’archives importantes3. Prolongeant la réflexion sur l’action culturelle et éducative des Archives menées à Lyon, en 2005, lors d’un colloque national, le service éducatif entend défendre la spécificité des Archives nationales : le développement d’une histoire « pédagogisée » du patrimoine archivistique pour tous les publics, aux côtés d’une histoire savante (enrichie par le discours des chercheurs), et d’une histoire scolaire enseignée à l’école (normée, et à visée politique, se voulant essentielle dans la formation des citoyens).

  • 4 « Le patrimoine s’entend, au sens du présent code, de l’ensemble des biens, immobiliers ou mobilie (...)

3Cette histoire « pédagogisée », à la fois émouvante, bouleversante, troublante, révèle, dans des lieux majestueux, et grâce à un travail construit sur les originaux, le « frisson paléographique » de Léon Gautier à plusieurs générations d’élèves. Pas de vénération du document pour autant ! L’effet magique instantané invite l’élève à aller plus loin pour saisir l’Histoire. Sensible, cette histoire « pédagogisée » se veut aussi légitime : dans le respect des programmes scolaires, tout en cherchant des logiques transversales pour répondre à la polysémie du terme de « patrimoine4 », elle favorise la réflexion de l’élève, le développement de son esprit critique et d’une culture générale. Elle est également construite car il s’agit bien d’un acte d’enseignement « hors les murs » qui oblige les enseignants, mis à disposition ou détachés de l’Éducation nationale, à la création d’outils, à la recherche de modalités de restitution d’apparence non académique et ludique, à l’établissement d’un discours différencié adaptable à chaque classe, à chaque projet pédagogique. Elle est enfin consensuelle dans son attachement au dialogue entre enseignants, conservateurs et historiens, ce que reflète la ligne éditoriale de cet ouvrage.

4Loin d’être une simple monographie, ce récit d’expériences entend dépasser la simple introspection d’un service et de son fonctionnement au cours de la dernière décennie, comme la commémoration de sa création aurait pu le permettre. Il compte participer au débat actuel sur l’éducation au patrimoine et la recherche de nouvelles pistes de recherches pour sa transmission aux publics scolaires. Il souhaite réagir, enfin, aux silences, aux oublis, dans la réflexion menée autour de la constitution d’un nouveau musée de l’histoire de France.

5L’ouvrage repose sur la confrontation et l’analyse croisée de différentes expertises, celles des conservateurs du patrimoine, des attachés de conservation et des techniciens des Archives nationales ; celles des enseignants et des enseignants-chercheurs soucieux du devenir de ces pôles d’expérimentations pédagogiques. Qu’ils reçoivent ici nos plus chaleureux remerciements pour la confiance qu’ils nous ont témoignée. Que soient aussi associées à cet ouvrage des personnalités qui ont vivement soutenu le développement du service éducatif des Archives nationales et de leur musée au cours de la dernière décennie : Martine de Boisdeffre, directrice des Archives de France ; Marie-Paule Arnauld, Gérard Ermisse et Isabelle Neuschwander, directeurs successifs des Archives nationales ; et Ariane James-Sarazin, conservatrice du patrimoine, responsable du Département de l’Action culturelle et éducative des Archives nationales. Lancée sous la responsabilité d’Isabelle Neuschwander, cette publication a pu être poursuivie grâce au soutien d’Agnès Magnien, directrice actuelle des Archives nationales, de Pierre Fournié, conservateur général en charge du Département de l’action culturelle et éducative, et de Claire Béchu, conservateur général responsable de la mission de la coordination et de la diffusion scientifiques des Archives nationales.

6Puisse cet ouvrage rendre hommage au travail accompli par l’ensemble des personnels de ce Département : l’équipe d’accueil du musée et les techniciens de l’atelier, le service de documentation et les collaborateurs du service éducatif.

Notes

1 Lintz Y., « Le Patrimoine. Un concept au cœur de la question de l’éducation culturelle à l’école », Diversité, no 148, mars 2007, p. 141.

2 Ancienne directrice de musée en région de 1992 à 2000, conseillère pour le patrimoine et les musées à la mission pour l’éducation artistique et culturelle du ministère de l’Éducation nationale de 2001 à 2004, elle est aujourd’hui conservatrice au musée du Louvre, maître de conférences associée en histoire des musées et du patrimoine à l’université Paris I.

3 Les archives du service éducatif sont actuellement en cours d’inventaire.

4 « Le patrimoine s’entend, au sens du présent code, de l’ensemble des biens, immobiliers ou mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent [sic] un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique ou technique. » Code du patrimoine, article L1, version consolidée du 23 juin 2001 (disponible en ligne sur www.legifrance.gouv.fr).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540