Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Deuxième partie – Invisibilité et invisibilisation du champ sanitaire

Introduction

Texte intégral

1L’entreprise de minimisation, voire d’oblitération des risques sanitaires encourus par les travailleurs des mines au cours du XXsiècle est désormais un acquis de la recherche historique. En matière de santé professionnelle, il semble que la reconnaissance profane – et les accommodements inventés par les mineurs pour se protéger des dangers les plus criants – ait toujours précédé la reconnaissance institutionnelle des maux du travail. Si la connaissance médicale a longtemps fait défaut sur cette question, elle s’est affinée au cours du premier XXsiècle, en particulier sur la silicose, dont l’histoire prend tout son sens si on l’envisage en perspective transnationale, tant les échanges scientifiques et intellectuels et les débats dans l’arène internationale furent féconds à son sujet au cœur du XXsiècle.

  • 1 L’agnotologie est présentée dans l’ouvrage programmatique de Robert Proctor et Londa Schiebinger, (...)

2Un certain nombre de travaux historiques récents, en particulier de l’autre côté de l’Atlantique, dans la lignée de l’agnotologie de Robert Proctor, ont éclairé les stratégies mises en œuvre par les industriels pour minimiser ou entretenir le doute sur la dangerosité des produits utilisés ou des process de travail employés1. La mine n’est qu’un secteur parmi de nombreux autres où s’exerce ce procédé de fabrication de la méconnaissance. Car il apparaît en effet clair que l’ignorance des affections liées au travail à la mine au cours des XIXe et XXsiècles ne résulte pas seulement des difficiles conditions de validation scientifique d’un tableau clinique. Elle est aussi une construction sociale dont l’analyse permet de comprendre le maintien sur le long terme d’une certaine forme d’invisibilité à la fois scientifique et sociale des pathologies du travail.

3Comme en témoignent les contributions réunies dans cette séquence, les phénomènes d’invisibilité, voire d’invisibilisation de la question sanitaire dans le travail à la mine procèdent de processus différents mais récurrents. L’analyse est là pour éclairer les « régimes de perceptibilité » (Michelle Murphy) – ou d’imperceptibilité – qui permettent de comprendre les conditions contextuelles en matière sociale, économique, politique ou technique, de révélation de la maladie. Ainsi, la confusion a longtemps été entretenue, dans le discours médical, entre les différentes formes de pneumoconioses atteignant les mineurs, a conduit à une sous-estimation de la nocivité des poussières de charbon et des problèmes spécifiques de la silicose et de l’anthracose : le cas espagnol, éclairé par Alfredo Menendez-Navarro, témoigne des contradictions d’un système médico-assurantiel qui reconnaît le caractère professionnel d’un ensemble d’affections dénommées « silicose », sans distinguer l’origine et l’étiologie de ces maladies et participe, de ce fait, à l’invisibilité des véritables pathologies.

4L’invisibilisation peut également procéder d’une construction socio-politique ayant pour objectif la pérennisation d’un système économique. Ainsi, comme le montre Gabrielle Hecht, les rapports de domination politique, ethnique et coloniale expliquent largement l’absence de discours officiel et de prise en considération des cancers professionnels dans les mines de radium au Niger et à Madagascar sous domination française, comme dans les mines d’uranium d’Afrique du Sud à l’époque de la politique d’apartheid.

5Dans tous les cas, l’invisibilité sociale des maladies se traduit par un sous-enregistrement statistique qu’il y a tout lieu de considérer comme massif. La contribution de Bernard Thomann sur le Japon à l’ère de la production minière de masse (mines métallurgiques et mines de charbon au XXsiècle) témoigne des aléas de la construction d’une évaluation statistique des pathologies de la mine et, partant, insiste sur l’invisibilité durable des victimes des maladies professionnelles dans le contexte minier. L’invisibilité se poursuit dans la Chine contemporaine, évoquée par Irène Huang, malgré le travail de révélation mené par des organisations non-gouvernementales qui cherchent à dénoncer – en particulier grâce aux réseaux sociaux et à l’Internet – le « désastre sanitaire » du monde de la mine, sur lequel règne l’omerta d’un système économique et politique sourd à l’hécatombe qui se prépare au début du XXIe siècle dans le pays le plus peuplé de la planète.

Notes

1 L’agnotologie est présentée dans l’ouvrage programmatique de Robert Proctor et Londa Schiebinger, Agnotology. The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford University Press, 2008. Parmi les ouvrages qui éclairent les stratégies d’oblitération du savoir scientifique par les industriels, on trouvera notamment : Robert Proctor, Golden Holocaust. Le complot des industriels du tabac, Paris, Éditions des Équateurs, 2014 (éd. orig. University of California Press, 2012) ; Gerald Markowitz, David Rosner, Deceit and Denial: The Deadly Politics of Industrial Pollution, Berkeley, University of California Press, 2002 ; Michelle Murphy, Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty: Environmental Politics, Technoscience, and Women Workers, Duke University Press Books, 2006 ; Naomi Oreskes, Erik M. Conway, Les marchands de doute, Paris, Le Pommier, 2013 (éd. orig. Bloomsbury Pub., 2011). En France, plusieurs auteurs ont éclairé ce phénomène dans différents secteurs de l’industrie, tels Nicolas Hatzfeld, « Les malades du travail face au déni administratif. La longue bataille des affections périarticulaires (1919-1972) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56/1, janvier 2009, p. 177-196 ; Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable : sociologie d’un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 ; ou encore Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles, sociologie d’une affaire sanitaire oubliée, Paris, Éditions de l’EHESS, 2013. Enfin, le secteur de l’agriculture et en particulier l’utilisation des pesticides fait également l’objet de recherches allant dans le même sens, voir : Angus Wright, The Death of Ramon Gonzalez. The Modern Agricultural Dilemma, Texas University Press, 1990 ; Soraya Boudia, Nathalie Jas (éds), Toxicants, Health and Regulation since 1945, London, Pickering and Chatto, 2013.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search