Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Service éducatif des Archives nationales

 | 
Véronique Castagnet
, 
Christophe Barret
, 
Annick Pegeon

La politique culturelle et éducative des Archives nationales

Pierre Fournié

Texte intégral

1À l’exception notable des Archives nationales où une véritable politique de valorisation des archives au bénéfice du grand public est clairement affichée dès le milieu du XIXe siècle, ce n’est que dans les années 1950 que les services publics d’archives ont développé une série d’actions essentiellement orientées vers le public scolaire, grâce à la collaboration d’enseignants mis à leur disposition. Le service éducatif des Archives nationales, intégré au Département de l’action culturelle et éducative, a su diversifier ses activités à destination des élèves et de leurs enseignants, en tenant compte des évolutions de la société, des programmes scolaires et des publics. Il participe aujourd’hui pleinement à la valorisation du patrimoine dont les Archives nationales sont les gardiennes.

De l’action éducative à l’action culturelle

2À l’instigation de Charles Braibant, directeur général des Archives de France, les Archives nationales et la plupart des services d’archives territoriaux se dotent, dans les années cinquante, de services éducatifs, disposant de professeurs mis à disposition par l’Éducation nationale.

3Dès l’origine, ces derniers ont pour missions fondamentales de mettre les publics scolaires au contact de ces sémiophores quelque peu spécifiques que sont les documents d’archives et de les initier à des pratiques qui viennent compléter l’enseignement prévu dans les programmes d’histoire. Durant près de soixante ans, les professeurs mis à disposition des archives départementales sont de fait les seuls à intervenir auprès de publics différents de ceux qui fréquentent les salles de lecture, et auxquels se consacrent principalement les archivistes. Aussi est-ce très naturellement que l’action éducative a progressivement évolué vers l’action culturelle, les pédagogues prenant en charge les expositions, les publications et les actions de valorisation « grand public ».

4Dans les années 2000, pour répondre à une demande sociale et une quête mémorielle de plus en plus fortes, les services éducatifs opèrent pour beaucoup d’entre eux une véritable mutation : ils se transforment en services d’action culturelle et éducative, voire en services des publics, dotés de moyens humains, budgétaires et matériels à la mesure d’ambitions nouvelles. Entretemps, les personnels scientifiques des services d’archives s’impliquent de plus en plus dans ce type d’actions, épaulés par des agents formés à la médiation culturelle, à mesure que le champ d’interventions s’élargit au bénéfice d’actions originales, transdisciplinaires et s’appuyant sur des dispositifs partenariaux variés. Partenaires culturels, personnels scientifiques et pédagogues unissent désormais leurs efforts.

Quelle politique pour les publics scolaires ?

5Alors que l’offre culturelle des services d’archives se diversifie et s’adresse à des publics de plus en plus larges mais aussi plus « volatils » avec la mise en ligne croissante des ressources, il importe de définir les fondamentaux d’une politique à destination des scolaires. Cette définition est d’autant plus nécessaire que les nouveaux programmes d’éducation à l’histoire des arts et les nouvelles approches transdisciplinaires encouragées par l’Éducation nationale suscitent quelques interrogations chez les pédagogues.

6S’agissant de la transdisciplinarité, il faut souligner qu’elle n’est en rien une nouveauté : de nombreux services d’archives ont en effet relayé l’œuvre pionnière de certains d’entre eux pour permettre aux élèves d’analyser les documents d’archives écrits, figurés, mixtes, filmiques ou audiovisuels à travers des grilles de lecture qui relèvent certes de l’apprentissage de l’histoire, mais aussi de la formation civique, de la littérature, des arts plastiques, des mathématiques, du théâtre, etc. Les partenariats avec d’autres services patrimoniaux (musées et monuments historiques notamment) et l’intégration des archives dans des parcours ou des itinéraires ont bien évidemment favorisé ce type d’approches.

7L’enjeu majeur se situe plutôt dans le niveau de qualité et d’exigence, dans la mise en œuvre d’actions inscrites dans des dispositifs destinés à durer et à être modélisé, dans l’indispensable recours à des réseaux de professeurs-relais. En d’autres termes, peut-on se satisfaire d’actions de type « occupationnel » en accueillant toujours plus d’élèves pour une simple sensibilisation aux archives ? Ne doit-on pas au contraire, au détriment du quantitatif, privilégier l’exigence qui requiert un véritable investissement tant de la part du service d’archives que de la part des enseignants et des élèves ? Dans cette optique, il apparaît indispensable d’élargir et de favoriser les rendez-vous réguliers avec des classes à projet culturel.

8L’impérieuse nécessité de concevoir des outils adaptés aux scolaires des établissements de zones en difficulté constitue un autre axe de cette politique. Démocratisation culturelle, dialogue interculturel, vivre ensemble : la sémantique évolue mais les enjeux demeurent. De par la nature même des documents qu’ils conservent et communiquent, les services d’archives ont un rôle majeur à jouer dans cette dynamique de partage avec les plus défavorisés. À l’instar de Charles Braibant qui inaugurait aux Archives nationales, dans les années 1950, le quart d’heure de culture destiné aux jeunes ouvriers et artisans du Marais, il faut savoir faire preuve d’originalité dans l’offre à destination de ces jeunes, ne pas hésiter à mettre en place des activités « hors les murs ».

9Un usage performant du multimédia est certainement le troisième axe à développer, à travers notamment la mutualisation des ressources à l’intention de professeurs et la mise en commun des travaux pédagogiques. Là encore, la simple mise en ligne de florilèges d’images, de documents emblématiques et de brochures pédagogiques ne saurait suffire quand on sait toutes les possibilités qu’offrent les plates-formes de travail collaboratif, les moteurs de recherche, les outils interactifs d’animation virtuelle, etc.

Quelles perspectives pour les Archives nationales ?

10Élargie aux étudiants des premier et second cycles de l’enseignement supérieur, l’offre à destination des scolaires n’a cessé de se développer depuis plusieurs années. Seules les contraintes de locaux et d’effectifs n’ont pas permis de dépasser le seuil des 12 000 scolaires reçus par an.

11L’ouverture prochaine du site de Pierrefitte-sur-Seine et le déploiement sur le site parisien de nouveaux espaces d’expositions temporaires et permanentes doivent donner au service éducatif des Archives nationales un nouvel essor. Il va pouvoir développer des actions d’ores et déjà engagées dans les domaines suivants :

  • la formation initiale et continue des enseignants ;
  • les projets en partenariat avec l’Éducation nationale et d’autres établissements patrimoniaux à étendre aux collectivités territoriales de la région parisienne, aux universités délivrant les diplômes de mastère archives, des partenaires européens, etc.
  • les ateliers fondés sur la transdisciplinarité ;
  • les ressources en ligne, à l’exemple de ce qui s’est déjà fait avec les volets pédagogiques sur les publications électroniques des Célébrations nationales (Dreyfus réhabilité ou Henri IV, le règne interrompu), activités fondées sur l’usage des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement avec utilisation de tableau blanc interactif, de plates-formes collaboratives, de carnets de bord, etc. ;
  • les actions en direction de nouveaux publics avec l’appui d’un réseau d’acteurs du champ social.

12Ajoutée à l’offre maintenue du site de Paris, la nouvelle implantation va permettre de favoriser les échanges entre Paris et la Seine-Saint-Denis, dans le cadre de classes à projet culturel, à l’exemple de la classe « Archives » inaugurée en 2007 avec le lycée Henri-Wallon d’Aubervilliers, dont les premiers bilans sont très encourageants. L’enjeu est de taille dans la mesure où il faudra concevoir une offre nouvelle, axée sur les fonds d’archives contemporains, à destination tant des établissements parisiens que des établissements de la région.

13Enfin, dans le parcours permanent qui va voir le jour en 2013, le service éducatif sera largement mis à contribution pour soutenir la vocation pédagogique des modules didactiques prévus dans les parcours « Archives et histoire ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540