Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Première partie – Réseaux et mobilisations socio-politiques autour de la santé à la mine

Silicose et extrême-gauche dans le Nord dans les années 70. Les raisons d’une aporie

Marion Fontaine

Texte intégral

  • 1 Inathèque, Reportage du 9 janvier 1975, TF1.

1Le 27 décembre 1974 se produit à Liévin, dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais, la plus grande catastrophe minière française de l’après-guerre : 42 morts sont dénombrés. Quelques jours plus tard, la nouvelle chaîne de télévision TF1 diffuse un reportage lié à cette catastrophe mais dont la plus grande partie est consacrée à… la silicose1. Un mineur, silicosé à 40 % précise-t-il, évoque ses camarades devenus des vieillards inaptes au moindre effort. En se promenant dans le cimetière, il montre les tombes de ses collègues morts prématurément, ces victimes de la maladie que sont venues rejoindre celles de Liévin. Ce lien établi entre la catastrophe et la pathologie est récurrent : l’une et l’autre incarnent le risque au travail dans la mine, la première sur le plan collectif et de manière éclatante, la seconde de manière plus discrète et individuelle. La catastrophe peut occulter dans l’imaginaire collectif la maladie, mais en même temps, c’est au moins manifestement ce qui se passe après Liévin, elle la révèle et peut conduire au contraire à lui donner une nouvelle visibilité.

  • 2 Marc Lazar, « Le mineur de fond : un exemple de l’identité communiste », Revue française de science (...)

2Il ne s’agit pas là d’un cas isolé. Certes, durant les années 1970, le charbon ne cesse de perdre son importance comme source énergétique, les puits ferment tour à tour et déjà toute une partie du bassin minier du Nord tente, difficilement, de vivre au rythme d’autres activités et d’autres industries. Pourtant la représentation d’un monde atone, en fait déjà mort, n’est pas tout à fait exacte : la situation varie d’abord sensiblement en fonction des régions (les Houillères du bassin de Lorraine restent plus actives) et surtout le groupe des « gueules noires » fait alors l’objet d’un regain d’intérêt. À certains moments et dans certaines configurations la figure du mineur effectue sur la scène publique un retour en apparence paradoxal. Il se vérifie particulièrement dans le Nord où il est scandé par de grandes catastrophes, celle de Liévin, précédée par celle de Fouquières-lez-Lens (le 4 février 1970, un coup de grisou fait 16 morts), et en 1972 par un fait-divers retentissant, l’affaire de Bruay-en-Artois : la mort non élucidée d’une jeune fille de mineur devient pour quelques mois l’occasion d’un drame médiatique mais aussi d’intenses investissements politiques. Des militants à la recherche d’une nouvelle cause ouvrière entament à ce moment une tentative de repolitisation de la figure du mineur jusque-là monopolisée par les communistes2.

3Dans la représentation réactivée du mineur comme martyr, la description et la condamnation de la silicose prennent une place prépondérante. À l’extrême fin de la période, en 1981, la chanteuse engagée Dominique Grange s’en fait l’écho dans « Gueules Noires » :

  • 3 La chanson a été diffusée dans l’émission de Jean-Noël Jeanneney Concordance des temps sur France C (...)

Dans la mine, la mort frappe toujours les mêmes. (…) Je n’ai pas dormi de toute la nuit. La toux m’a déchiré la poitrine. Et le docteur qu’est-ce qu’il t’a dit. Il a trouvé que j’allais mieux. Pourtant regarde moi je crache comme un vieux. (…) Et pour mon père c’était la même chose, quand il est mort à 36 ans, pour constater la silicose, l’a fallu faire une autopsie. Tous ceux qui crèvent de silicose, ou emmurés dans les fosses, ce ne sont pas les hommes de la fatalité3.

  • 4 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, (...)
  • 5 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques profe (...)

4Derrière cette chanson, il n’y a pas seulement des mots et des mythes mais également la volonté effective de la part d’un certain nombre d’acteurs, enracinés à l’extrême-gauche et plus généralement dans les mouvements de contestation des années 68, de lancer de véritables actions à partir du nouvel éclairage donné à la silicose et à son traitement par l’entreprise minière. Cela débouche sur la publication de témoignages, de pamphlets, sur des essais d’enquête, voire sur la création d’organismes, notamment des associations de défense des intérêts des silicosés, visant à porter ce combat. Pourtant ces formes multiples de rassemblement, de (re)construction d’un collectif, passent le plus souvent inaperçues ou sont très peu prises en compte, aussi bien dans les travaux liés aux mobilisations ouvrières des années 1968-19704 que dans ceux qui concernent plus spécialement les mouvements liés à la santé au travail, à commencer par celui des ouvriers de Peñarroya5.

  • 6 Jefferson Cowie, Stayin’ Alive. The 1970s and the last days of the working class, New-York and Lond (...)

5À cela une explication en apparence très simple : l’échec de ces ébauches militantes, qui ne donnent lieu ni à des mobilisations de masse, ni à des modifications législatives et s’évaporent sans paraître laisser aucun héritage. Au même moment, en Virginie (États-Unis), la lutte pour un dépistage plus performant et une meilleure prise en charge de la silicose aboutit à des mutations réelles et joue un rôle décisif dans la remise en cause par la base des hiérarques de l’United Mine Workers of America6. En France, les ouvriers, pour beaucoup immigrés, de Peñarroya, appuyés par des médecins engagés, parviennent à obtenir satisfaction sur leurs revendications touchant à leur protection contre les effets du plomb ; leur mouvement débouche de surcroît à moyen terme sur des transformations à l’échelle nationale. Par contraste, le mouvement manqué des mines du Nord n’a rien d’héroïque, ni de victorieux et n’aboutit qu’à un échec.

  • 7 Cette inertie est ainsi affirmée par Claude Amoudru, qui dirige les services médicaux des Houillère (...)

6On aurait tort cependant de se borner à ce constat. Les tentatives nordistes, aussi peu accomplies soient-elles, ne sont pas inintéressantes à observer. Elles questionnent la manière dont est perçu, par les populations concernées, le traitement de la silicose au sein des Houillères nationales et relativisent l’inertie souvent invoquée à propos de ces populations7. Elles remettent en question le particularisme et l’isolement d’un monde ouvrier minier qui n’échappe pas tout à fait aux évolutions et aux nouvelles formes d’engagement présentes dans la société globale. En mettant en lumière ce qui a été une impasse, elles invitent de manière plus générale à chercher les raisons qui permettent à certains instants aux questions de santé au travail de devenir une cause à défendre et une source de mobilisation, tandis qu’à d’autres elles restent dans le silence.

De Fouquières à Liévin : autour d’une séquence de mobilisation

  • 8 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « « Une maladie sociale avec des aspects professionnels » (...)
  • 9 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle. La fabrication du nom (...)
  • 10 Du nom du ministre de la Production industrielle, Robert Lacoste. Ce sont ces décrets qui déclenche (...)

7La première partie du XXsiècle est rythmée par la bataille difficile, en particulier en France, pour la reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle et la prise en charge de son indemnisation par l’employeur8. Le combat mené devient un élément de la lutte des classes, qui voit s’opposer d’un côté les responsables des compagnies, des Chambres des Houillères et les experts médicaux encouragés par eux, de l’autre quelques praticiens militants et les représentants des différentes composantes du mouvement ouvrier. Il faut attendre l’ordonnance du 2 août 1945 pour que la silicose soit enfin reconnue comme maladie professionnelle donnant lieu à indemnisation. Toutefois cette rupture législative et, surtout, son application9 n’ont pas la clarté que leur donne la légende communiste, qui en fait l’un des fleurons des conquêtes sociales de la nationalisation. C’est en réalité un compromis, qui vise autant à garantir la production, à l’heure de la bataille du charbon, qu’à protéger la santé des travailleurs. En 1948, les décrets Lacoste10, sur fond de lutte contre la fraude et de recherche d’une augmentation de la productivité, ôtent les décisions de reconnaissance et le contrôle de l’incapacité aux médecins placés sous la houlette de l’URSSM (Union Régionale des Sociétés de Secours Minières), dominés par les syndicats ouvriers, pour les confier en fait aux nouvelles Houillères nationales : les membres du service médical de l’entreprise, les experts agréés par elles et au-dessus, à partir du début des années 1950, les collèges tripartites (composés du médecin-conseil de l’URSSM, du médecin-chef des Houillères et d’un médecin tiers) chargés des cas litigieux ou incertains. Les Houillères se retrouvent ainsi à la fois juge et partie puisqu’elles doivent veiller à la reconnaissance de ce qu’elles sont ensuite chargées d’indemniser.

  • 11 Entretien de l’auteur avec Louis Bembenek, ancien responsable de la CGT des Mineurs, 24 avril 2001.
  • 12 Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires ». Essai d’histoire sociale, Paris, (...)

8La situation est donc grosse de conflits potentiels et tout n’est pas réglé, loin de là, avec l’ordonnance de 1945. Pourtant, pendant près de 20 ans, c’est le silence : du moins la silicose cesse-t-elle d’être une question politisée et un objet de débats. Elle semble désormais être du ressort des seuls professionnels, qui s’efforcent de développer les techniques de lutte contre les poussières au fond, tout en améliorant la prévention et les soins à la surface, alors que médecins et collèges d’experts sont chargés de décider de la réparation, une fois établie la déclaration de la maladie. Les problèmes bien réels que posent ces décisions (leur arbitraire, leur caractère restrictif) ne suscitent-elles que de la passivité de la part des mineurs et de leurs représentants ? Cela doit être nuancé. Une telle affirmation ne tient pas compte des micro-transactions mises en œuvre par les ouvriers touchés ou leurs familles. Elle fait l’impasse sur l’aide que leur apporte en matière juridique ou même médicale la CGT des mineurs qui dans le Nord, à partir de son siège de la Maison syndicale de Lens, développe une action de conseil auprès de ses adhérents11. Toujours à Lens, on observera qu’entre 1947 et 1966 le maire de la ville, le docteur Ernest Schaffner, tire sa légitimité, en particulier contre ses adversaires communistes, des travaux qu’il a menés sur la silicose et des séquelles corporelles qu’ils lui ont laissé (il a été amputé d’une main à la suite de son exposition aux rayons X)12. La silicose continue donc de compter sur le plan syndical et politique mais sans plus apparaître comme un élément de la lutte des classes. Ernest Schaffner est présenté, non sans une certaine dose de culte de la personnalité, comme un saint – il n’a rien d’un contempteur du système des Houillères.

Fouquières-lez-Lens (1970) : de la catastrophe à la mise en cause générale

  • 13 Juliette Minces, Le Nord, Paris, Maspero, coll. « Cahiers libres », n° 102, 1967, p. 81.

9Ce cadre se fissure à l’orée des années 1960. La grève des mineurs de 1963 entraîne un renouveau d’attention à l’égard du groupe. Toutefois il ne reste plus grand-chose de la représentation héroïque qui prévalait au moment de la bataille du charbon. C’est l’image misérabiliste qui s’impose, celle de mineurs marqués avant tout du sceau de l’archaïsme, par rapport à tous les avatars possibles de la « nouvelle classe ouvrière », et de la privation. La silicose joue un rôle déterminant dans cette peinture très sombre d’une profession décrite sous l’angle de la malédiction et du destin auquel on n’échappe pas. En témoigne, en 1967, l’ouvrage de Juliette Minces (l’auteur gravite autour de la revue de Jean-Paul Sartre Les Temps modernes), Le Nord. La silicose c’est le sort inéluctable dans le désastre minier : « Être mineur, ce n’est pas seulement produire, laver, trier ou transporter le charbon. C’est également être un accidenté en sursis, un silicosé à coup sûr. »13 Pourtant l’enquêtrice sait déjà – on retrouvera ce va-et-vient – livrer des éléments très techniques et assez critiques sur le taux de prévalence de la maladie et surtout sur le problème posé par un système d’expertise et d’indemnisation dominé par l’arbitraire patronal.

  • 14 Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Paris, Belin, (...)
  • 15 L’importance du cas dunkerquois est visible dans : Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, Par (...)
  • 16 Entretien de l’auteur avec Jacques Lacaze, médecin, ancien membre de la Gauche prolétarienne et du (...)
  • 17 Rémi Guillot, Le meurtre de Bruay-en-Artois : quand une affaire judiciaire devient une cause du peu (...)

10L’intérêt pour les mineurs et leur mal ne fait que croître au cours des années qui suivent, dans le sillage des années 68. Si les mouvements d’extrême-gauche préfèrent les usines aux puits pour tenter de lancer l’insurrection qu’ils appellent de leurs vœux, ils ne sont pas insensibles au prestige des héros anciens de la classe ouvrière. Sans doute n’est-il pas question pour les militants d’aller jouer les « établis » au sein des Houillères14 : celles-ci de toute façon ne recrutent plus guère et même quand elles le font (ainsi au cours de l’année 1974), c’est sur des profils d’emploi (manœuvres immigrés ou techniciens qualifiés) qui ne facilitent pas le recrutement des extérieurs. Cependant il existe d’autres usines, comme celles qui sont implantées dans l’automobile au titre de la ré-industrialisation de la zone (la Française de mécanique à Douvrin par exemple). De plus le bassin voisine avec les chantiers navals et le nouveau complexe sidérurgique d’Usinor à Dunkerque, où la question des accidents prend très vite une importance particulière15. Enfin, dans la région minière en elle-même ou, à proximité, dans l’agglomération lilloise, les besoins en service (enseignement, santé) sont susceptibles d’attirer les jeunes diplômés16. Ils sont pour certains tout prêts à aller à la rencontre des mineurs afin de les encourager à retrouver leur combativité d’antan, contre les fermetures organisées dans le cadre du plan Bettencourt (1968) et simultanément contre les conditions de travail et de vie faites à ceux qui continuent à évoluer au sein des Houillères17. Tout cela ne va pas sans un certain nombre de difficultés et d’équivoques. Les mouvements de protestation et les grèves déclenchés contre les fermetures s’avèrent très sporadiques. L’ambition de relance des luttes entre par ailleurs en contradiction avec le regard misérabiliste porté sur les « gueules noires », souvent vues comme les stéréotypes de l’ouvrier « traditionnel » (masculin, communiste, adepte des revendications quantitatives). Ce genre de vision rend d’autant plus malaisée l’inscription politique et idéologique des mineurs dans les revendications et les formes nouvelles d’organisation d’une classe ouvrière davantage symbolisée désormais par les catégories jusque-là marginales que sont les OS, les femmes ou encore les immigrés.

  • 18 Voir les documents rassemblés par Bernard Leroy, élève de l’École des Mines et qui fut l’un des act (...)

11Il faut attendre une catastrophe, en l’occurrence celle de Fouquières-lez-Lens, le 4 février 1970, pour voir des militants issus de la Gauche prolétarienne faire vraiment leur entrée en scène18. Ils interviennent pour le symbole le 7 février, le jour de l’enterrement des victimes, et incendient dans la nuit du 16 au 17 à l’aide de cocktails Molotov le bureau de reconversion des Houillères à Hénin-Liétard. Quelques-uns d’entre eux sont rapidement appréhendés ; leur profil témoigne de la relative extériorité mentionnée plus haut : Dominique Lacaze et Bernard Victorri sont enseignants à Douai et à Lille, Bernard Liscia, qui est en fuite, s’est établi aux chantiers navals de Dunkerque. L’attentat est pris en tous les cas très au sérieux par le pouvoir et les accusés sont invités à comparaître le 14 décembre 1970 devant la Cour de Sûreté de l’État. C’est en réponse à ce procès que des membres du Secours rouge – l’organisation fondée en juin à l’initiative de la Gauche prolétarienne pour assurer la défense des victimes de la répression étatique et exprimer en général la solidarité du peuple et des intellectuels – décident d’organiser un Tribunal populaire, qui a lieu à Lens le 12 décembre 1970. Le fait que le réquisitoire soit prononcé par Sartre lui donne un réel retentissement. Face à un procès d’État considéré comme inique, ce tribunal a pour finalité d’affirmer que la seule justice légitime est celle du peuple et que les vrais coupables ne sont pas les militants incriminés, mais ceux contre qui ils se sont insurgés, c’est-à-dire des dirigeants des Houillères, qui auraient intentionnellement envoyé les mineurs à la mort.

  • 19 Claude Amoudru, « Les pneumoconioses… », op. cit., p. 66.
  • 20 Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens…, p. 38.
  • 21 Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens…, p. 137-157 (transcription des débat (...)

12L’acte d’accusation porte bien entendu sur l’accident ; les élèves en rébellion de l’École des Mines font part de leur expertise, opposée aux rapports officiels de leurs aînés employés par les Houillères, pour démontrer que les 16 morts sont dus avant tout à la course au rendement que poursuit l’entreprise. Mais la dénonciation s’élargit vite et, de la mort rapide, passe à la mort lente de la silicose. Le procès de l’accident vire à la critique plus radicale de la politique suivie par l’entreprise et de ses conséquences, notamment sanitaire, sur ses employés19. Parmi les membres du jury du Tribunal de Lens, on trouve ainsi François Liot, chef de service pneumologie à l’hôpital Cochin et Michel Kompalitch, chirurgien à Créteil et ancien membre de l’UJCML (Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes)20. Le jour même du procès, des silicosés témoignent, dénonçant l’insuffisance des moyens de prévention et la sous-estimation systématique de la maladie par une médecine complice. Des médecins (par exemple le docteur Coubarède, pneumologue et chef de clinique à l’hôpital Laennec) disent les effets physiologiques du travail dans les galeries sur les mineurs ; ils dénoncent le caractère intolérable des conditions de travail des ouvriers et donnent à voir sur des radios l’état des poumons de ces derniers. Ils s’appuient pour étayer leurs analyses sur les données épidémiologiques existantes mais aussi sur une enquête qui a été menée durant les semaines précédentes par des militants nordistes du Secours rouge avec l’aide d’un groupe de 15 à 20 médecins21.

  • 22 Il passe aux yeux de certains pour avoir été un indicateur de la police. Cf. entretien avec Jacques (...)
  • 23 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 21-25.
  • 24 Archives privées Bernard Leroy, Les mineurs accusent (sans date, année 1971 ?). La brochure reprend (...)
  • 25 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux… », op. cit., p. 188.

13La mobilisation sur la silicose se poursuit dans les mois suivants. Parmi ceux qui l’animent, on trouve notamment Joseph Tournel, (1927-1998), ancien mineur à Bruay, licencié en 1948 et devenue la caution ouvrière, non dépourvue d’ambiguïté22, de la Gauche prolétarienne. Il aurait en particulier joué un rôle important dans les projets d’institution d’un ou de plusieurs comités de silicosés, visant à inciter les victimes à s’organiser. Le Secours rouge se montre lui aussi actif. Des médecins affiliés envisagent de venir aider les mineurs à se faire reconnaître et voudraient promouvoir une conception plus offensive de la gestion de la maladie. Le Secours rouge du Nord diffuse pour sa part durant l’année 1971 la plaquette Les mineurs accusent. Celle-ci inscrit les nouvelles mobilisations dans le sillage des luttes héroïques des mineurs, celle de 1941 surtout. Elle se veut en même temps un acte d’accusation très précis sur un certain nombre de points, au premier rang desquels la silicose : le déni permanent affiché par les Houillères dans ce domaine est mis en avant, tout comme les mesquineries diverses dont elles font preuve à l’égard de leurs employés23. La mobilisation ne concerne pas que la région du Nord : une brochure anonyme, intitulée, elle aussi, Les mineurs accusent, mentionne ainsi le cas des Cévennes, où des mineurs, appuyés par des médecins, des lycéens, des étudiants, tentent également de mettre en place leur propre enquête24. Reste que, sur la durée, l’opinion ne s’émeut guère ; aucune initiative tangible ne parvient à s’ancrer ni à mettre en mouvement le bassin minier. Cependant le Tribunal populaire de Lens est l’une des matrices du GIP (Groupe d’Information sur les Prisons) qui naît l’année suivante à l’initiative de Michel Foucault, et surtout en mai 1972 du GIS (Groupe d’Information Santé) : comme pour la prison, il s’agit de faire enquête sur la santé au travail en s’appuyant sur des expériences plurielles, expertes et profanes25.

Liévin, bis-repetita ?

  • 26 Sur cette dimension de la catastrophe de Liévin : Centre Historique Minier de Lewarde [CHM], 55W246 (...)
  • 27 Courrier électronique de Bernard Leroy, à l’époque élève ingénieur à l’École des Mines de Paris, 25 (...)
  • 28 Rémi Guillot, L’affaire de Bruay-en-Artois, op. cit., p. 364-441.

14La catastrophe de Liévin est le dernier acte de cette séquence de mobilisation et suit en apparence des formes très similaires à celles de Fouquières26 avec une commission d’enquête, des publications et, pour finir, un second tribunal. En fait, le contexte n’est plus exactement le même. Entre les deux se sont produits à plusieurs reprises des mouvements contre les fermetures, par exemple en 1971 à Fauquelmont en Lorraine. Les élèves ingénieurs de l’École des Mines de leur côté n’ont pas désarmé et ont essayé à plusieurs reprises de distribuer les tracts et d’entraîner les mineurs pour protester contre la dégradation des conditions de sécurité dans les puits27. Il y a eu surtout, en 1972, l’affaire de Bruay-en-Artois, qui enflamme les esprits à l’échelle nationale autour de quelques personnages érigés en stéréotypes : la jeune fille innocente, le notaire bourgeois, le « petit juge » (le juge Henri Pascal, chargé de l’instruction), le militant ouvrier (Joseph Tournel). Les militants de la Gauche prolétarienne font de ce fait divers la représentation dramatique de la lutte des classes et la justification d’un nouvel appel à la justice populaire28. Mais de nouveau l’élan finit par s’épuiser. Il était à son acmé à Bruay mais à la fin de l’année 1974 il est déjà en train de retomber : la Gauche prolétarienne s’est auto-dissoute à l’automne 1973 et nombre de militants du bassin minier sont déjà repartis vers Paris.

  • 29 Entretien de l’auteur avec Bruno Mattéi, 18 février 2013. Voir également Bruno Mattéi, Rebelle, reb (...)
  • 30 Jules Grare, Ma vie à Liévin. Mémoires d’un mineur, Liévin, Les Imprimeries artésiennes, 1977.

15Même dans ce contexte devenu moins porteur se lance bel et bien après Liévin une mobilisation, plus petite et plus localisée. Dans les jours qui suivent l’accident se met en place une Commission populaire d’enquête [CPE] destinée à faire la lumière sur les causes réelles de la catastrophe et à prouver que les autorités minières cherchent à les occulter. Des acteurs entrevus précédemment font leur retour : c’est le cas en particulier du très médiatique juge Pascal, de nouveau chargé de l’instruction et qui y trouve là une occasion de poursuivre son combat personnel contre le secret de la justice et de prendre position en faveur d’une véritable incrimination de la faute patronale en matière d’accident du travail. Sans prendre part directement à la CPE, le comité Libération Nord-Pas-de-Calais l’observe attentivement, sinon avec bienveillance, et en rend compte dans les pages nationales de Libération. Beaucoup d’articles sont écrits par Bruno Mattéi, l’un des plus féroces critiques d’un mythe minier, à ses yeux partagés aussi bien par le Parti communiste que par le patronat, et constitué en grand responsable du malheur des mineurs29. À la tête du mouvement enfin s’imposent les quelques militants installés à Liévin ou à proximité, membres d’une petite formation maoïste née d’une scission au printemps 1974 : le Parti communiste révolutionnaire-marxiste-léniniste (PCR-ml). Elle compte parmi ses adhérents locaux Martine Barroso, qui est professeur dans le secondaire, ou encore le médecin généraliste Jacques Lacaze, l’ex-époux de l’une des auteurs du plasticage du bureau des Houillères. Si ce dernier n’a pas de lien direct avec le système médical minier, il est bien placé pour en connaître les effets. Le petit groupe n’est toutefois pas plus ouvrier que ses prédécesseurs, même si Joseph Tournel y fait de temps à autre des incursions et qu’il a recruté un mineur retraité de Liévin, Jules Grare, lui aussi ancien gréviste de 194830.

  • 31 Front rouge, 13 mars 1975.
  • 32 Front rouge, 9 et 16 janvier 1975.
  • 33 Cf. le compte rendu de la réunion parue dans Front rouge [quotidien du PCR-ml], 6 mars 1975.
  • 34 Il n’en existe plus que dans les collections privées, telle celle de Daniel Poncet.
  • 35 Voir les numéros du Quotidien du peuple des 26 et 27 novembre 1975 « On nous traite comme du bétail (...)

16Tous entendent se fonder sur l’émotion soulevée par la catastrophe pour faire s’engager les mineurs, puis élargir cet engagement jusqu’à en faire un « vaste réquisitoire contre les accidents du travail et les maladies professionnelles en France »31. La première réunion de la CPE a lieu dans un café dès les premiers jours du mois de janvier. D’autres se succèdent à un rythme irrégulier dans les semaines qui suivent. Sans attirer les foules (des femmes, des jeunes, des ouvriers des entreprises de la région)32, elles semblent malgré tout rencontrer une résonance dans les cités de Liévin et des alentours, en réveillant les souvenirs frais de Bruay et de Fouquières, en suscitant de nouveau les interventions et les interrogations sur la silicose33. La CPE les publie dans une brochure artisanale dont le titre s’inspire des précédents de 1970-1971 : Le mineur accuse, sous-titré Bulletin de la commission populaire d’enquête sur la sécurité au travail34. Une partie de ce qui s’exprime lors des réunions est reprise et enrichie quelques mois plus tard par les journalistes Jean-Paul Gay et Guy Mory pour être publiée dans les pages du journal du PCR-ml, Le Quotidien du peuple. On y retrouve une vision misérabiliste, mais souvent assez bien informée, des différents aspects de la vie minière : logement, travail et bien sûr silicose35.

  • 36 Courrier électronique de Bernard Leroy, 25 février 2013.
  • 37 Front rouge, 27 mars 1975.

17Le tout a pour point d’orgue un second Tribunal populaire qui se tient lui aussi à Lens le 22 mars 1975. Moins médiatisé que le premier, il a été plus contesté, en raison du contexte jugé peu favorable, de l’aspect groupusculaire du parti organisateur, plus profondément aussi parce qu’il ne se contente pas de la dimension symbolique et propagandiste qui était celle de son prédécesseur et donne l’impression de chercher davantage à endosser une fonction étatique, en l’occurrence celle de la justice36. Il assume en tout cas la volonté, plus encore qu’en 1970, de désenclaver le cas minier et de ne pas se cantonner aux seules causes de la catastrophe. Seul l’après-midi du 22 y est consacré et se termine sans surprise sur la condamnation de la responsabilité des Houillères. Le matin est consacré à des thématiques plus larges, touchant aux accidents, à la santé et à la sécurité au travail. Des travailleurs de différents bassins (La Mure, Montceau-les-Mines, Fauquelmont) viennent faire part de leur expérience et encourager leurs camarades. Les médecins du GIS tiennent un petit stand, tout comme les représentants des ouvriers de Peñarroya. On ne s’arrête donc pas seulement lors de cette journée aux distinctions entre coup de grisou et coup de poussier mais on traite également de la fatigue ou des handicaps dus à l’exploitation du charbon, sur fond d’attaques virulentes contre les médecins des Houillères, ainsi cette déclaration d’un mineur de Bruay (Joseph Tournel peut-être) : « Les médecins des Houillères transforment chaque jour la silicose en bronchite, en asthme ou même en tuberculose (…) Le serment d’Hippocrate c’est le serment des hypocrites37 ».

18Les organisateurs de la manifestation en affirment hautement quelques jours plus tard la réussite :

  • 38 Front rouge, 27 mars 1975.

Grâce au travail des Comités de soutien venus de toute la France, il [le Tribunal populaire] déborde largement le cadre de Liévin, des Houillères : c’est toute l’organisation capitaliste du travail qui a été remise en cause, c’est l’aspiration à une autre société qui s’est manifestée tout au long de cette journée, où tous ceux à qui le capitalisme dénie le droit de s’exprimer ont pris la parole : mineurs, immigrés, femmes, handicapés38.

  • 39 Libération, 24 mars 1975 ; Front rouge, 27 mars 1975.

19Ce succès doit être relativisé ; il est moindre, en termes d’écho national, que celui du premier Tribunal. Les affluences enregistrées ne sont pourtant pas tout à fait ridicules, surtout si l’on prend en compte l’aspect étique des troupes PCR-ml, en particulier dans cette zone. 600 personnes au moins se seraient rassemblées le 22 mars pour scander dans les rues de Lens, « Médecin des Houillères, médecin du capital » et 1 600 auraient assisté aux meetings du matin et au procès de l’après-midi39. Liévin est ainsi l’ultime étape d’un processus qui fonctionne par à-coups constants mais témoigne qu’il se passe bel et bien quelque chose durant cette première moitié des années 1970 : un essai de repolitisation de la condition minière dont la silicose constitue l’un des traits saillants.

Comment faire de la silicose une cause ?

20Les éléments concernant cette mobilisation sont ténus mais existent et permettent d’observer les choses de plus près, ce que l’on fera ici en s’appuyant notamment sur les initiatives liées à la catastrophe de Liévin. L’enjeu est de voir en quoi et jusqu’à quel point ces tentatives militantes rompent avec les diverses formes de gestion de la maladie par les acteurs classiques du jeu minier (Houillères, corps médical, représentants syndicaux et politiques des ouvriers) et comment ils tentent de faire rentrer cette « vieille » question dans le cadre des nouveaux rassemblements qui s’organisent sur le terrain de la santé au travail.

Témoigner

  • 40 « Le mineur accuse. La silicose tue 3 mineurs par jour », Le Quotidien du peuple, 18 novembre 1975.

21Dans les prises de parole dont on garde les traces, il y a bien sûr les excès verbaux caractérisés, par exemple la déclaration, le 22 mars 1975, d’une association de défense des silicosés : « Nous dénonçons le génocide, et le mot n’est pas trop fort, qui se passe dans les Mines »40. Il y a aussi les grandes phrases romantiques, par exemple dans Les mineurs accusent :

  • 41 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 22.

Le mineur qui passe à côté de l’accident, de la mutilation ne peut échapper à la poussière. C’est pourquoi, malgré tout, cela c’est l’opium qu’ils insufflent dans leurs poumons, un opium qu’ils ne paient pas, mais qu’on leur donne gratuitement, et même de plus en plus une drogue terrible qui n’apaise pas, qui ne donne pas de rêves, mais des cauchemars à toute la population, qui couche, qui rejette, qui assassine des hommes qui ont l’estime de tout le pays41.

  • 42 Michelle Perrot, « Vies ouvrières », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire. 3. Les France, (...)

22On aurait tort cependant de s’arrêter à cette emphase. Les militants d’extrême-gauche ne sont qu’une poignée, étrangers dans leur quasi-totalité à la profession minière ; il reste que dans les réunions qu’ils animent, aussi clairsemées soient-elles, ils s’avèrent capables de rompre le silence, de faire dire publiquement par des retraités ou par leurs enfants éloignés de la mine mais qui en gardent l’empreinte, des colères, des peurs ou des souffrances qui ne relevaient jusque-là que de la sphère privée. Ce n’est pas que les organisations syndicales soient restées sourdes jusqu’alors aux émotions exprimées en la matière par leurs adhérents. Elles ont cherché à en tirer réparation à travers les actions de défense des cas individuels (obtenir la reconnaissance, un taux plus élevé d’invalidité, encourager la veuve à demander une autopsie) mais elles n’en ont pas proposé de récits. La reconnaissance est évoquée comme conquête sociale, mais l’impuissance, la volonté de savoir ou de ne pas savoir, les effets de la silicose sur le travail ou sur la cellule familiale paraissent relever de l’intime et sont mis en sourdine au profit d’aspects (la grève, la fierté professionnelle…) valorisant davantage l’héroïsme, la vertu prolétarienne et militante42.

23À l’inverse, les acteurs des mobilisations du début des années 1970 encouragent le déversement des paroles et des souffrances individuelles. Le bilan tiré par le PCR-ml de son action à Liévin s’en fait l’écho :

  • 43 « Liévin : les leçons de la tenue du Tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 19 (...)

Bien qu’étant tout d’abord extérieur au monde de la mine, il [le PCR-ml] a su partager cette souffrance et cette révolte bouillonnante qui existait dans le bassin minier. Il a recueilli les témoignages multiples de ce peuple qui, surpris de découvrir un Parti qui savait les écouter et les comprendre, s’adressait à lui pour qu’il sache leur misère.43

24Le succès est exagéré par l’envie qu’ont ces militants de dire qu’ils sont cette fois parvenus à coller au peuple, à porter la parole ouvrière, mais il n’est pas non plus inexistant. Cette réussite relative résulte de la convergence de deux phénomènes. D’un côté, les acteurs arrivés dans le bassin estiment – c’est un grand thème des mobilisations des années 68 et sur le plan local l’affaire de Bruay l’a démontré jusqu’à l’outrance – que le privé est aussi politique. La maladie, et surtout les sentiments confus qu’elle suscite (la rancœur contre les médecins et l’entreprise, l’angoisse, l’humiliation devant les tests imposés ou à l’idée de la perte de la force physique), peuvent donc trouver place sur la scène publique. De l’autre, les familles et les générations des mineurs des années 1960-1970 sont davantage sensibilisées à la maladie que leurs ancêtres et participent par ailleurs aux progrès sanitaires observables dans la société globale. Tout cela fait sans doute que l’aléa de la silicose est jugé de plus en plus insupportable et que les ouvriers eux-mêmes ou leurs proches tolèrent de moins en moins que l’on en souffre et que l’on en meure.

  • 44 Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens…, p. 150-155.
  • 45 Cf. le compte rendu de la réunion parue dans Front rouge, 6 mars 1975. Repris dans « Le mineur accu (...)

25La première forme de construction de la cause ce sont donc ces témoignages qui ne se veulent pas des rapports savants sur l’étiologie de la maladie ou les formes de prévention mais un étalage du ressenti, pour employer un anachronisme : le désarroi des veuves, l’incompréhension, la honte devant les épreuves fonctionnelles (celles qui visent, en plus de la radiographie, à jauger l’importance de l’invalidité, par exemple en mesurant les capacités respiratoires), la difficulté à endurer un système jugé opaque et discrétionnaire reconnaissant les uns et pas les autres, refusant puis acceptant d’élever les taux sans que les causes apparaissent toujours clairement. Ces réactions individuelles, parfois très violentes, face à la maladie et surtout au système sanitaire des Houillères, se disent déjà lors des débats qui accompagnent le premier Tribunal populaire de Lens44. Le modèle s’en retrouve à Liévin et s’incarne par exemple dans cette déclaration d’un mineur de Bruay : « Mon père, pendant 12 ans, ils l’ont traité avec un “minimum douteux” ! Sans être reconnu. Après, ils l’ont reconnu à 40 %, puis à 65 % et après il est mort. Ceux qui le renvoyaient au charbon l’assassinaient45 ».

  • 46 C’est du moins ce qu’affirme Jacques Lacaze, entretien du 2 septembre 2011.
  • 47 Jules Grare, Ma vie à Liévin, op. cit., p. 204-211, ici p. 211.
  • 48 Augustin Viseux, Mineur de fond, Paris, Plon, 1991. Louis Lengrand, Maria Craipeau, Louis Lengrand (...)

26Ces témoignages signent l’ouverture des vannes de la parole ouvrière sur ce thème. Ainsi, même si elle est en partie expurgée au moment de sa parution46, l’autobiographie de Jules Grare, suscitée par sa participation aux actions menées après Liévin, se fait très explicite sur ce sujet, sur lequel s’achève son livre : « Et maintenant je suis un silicosé parmi tant d’autres camarades. Beaucoup de mes copains sont au cimetière, et moi j’attends mon tour et je m’interroge sur la société »47. Il apporte nombre de détails dans certains domaines et offre par exemple d’intéressants aperçus sur la façon dont on endosse l’identité de silicosé, avec l’affirmation des taux chiffrés d’invalidité comme étalon et mode de définition dans les relations avec les autres, avec les conflits récurrents face aux médecins-experts des Houillères pour se faire reconnaître et parfois le recours au médecin privé pour contourner l’obstacle. Ce n’est pas le seul et, avec des tonalités différentes, on pourrait dire qu’à partir de cette période la silicose envahit littéralement les autobiographies de mineurs, celle, plus tardive et très officielle, de l’ingénieur Augustin Viseux, comme celle, nettement plus amère, de Louis Lengrand guidé par la journaliste Maria Craipeau48. Libérer la parole intime sur la maladie ne va d’ailleurs pas sans créer de nouveaux stéréotypes : comme, à partir de la fin du XIXsiècle, un film sur les mines n’est presque pas envisageable s’il n’y a pas une catastrophe à l’intérieur, de la même manière à partir de cette date se consolide l’idée qu’il ne peut y avoir de récit de vie de mineur sans mention de la silicose.

Dénoncer

  • 49 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 25.
  • 50 Ainsi dans Révolution [le journal de Lutte ouvrière], 4 avril 1975.
  • 51 Ceux du livre de Juliette Mince sont les plus précis, sinon les plus exactes (selon elle, un peu mo (...)

27La publicisation des témoignages n’est pas le seul volant de l’action ; il s’agit de manière plus générale de critiquer la gestion de la silicose par les Houillères, avec pour finalité première, sur ce plan aussi, de sortir du silence et de pointer l’absolu manque de transparence du système. Avec toujours autant de grandiloquence, c’est bien ce qui est pointé dans Les mineurs accusent : « Au fond des corons, les mineurs meurent de silicose, cette maladie des exploités, aux secrets enfouis au plus profond des Grands Bureaux [le siège administratif des Houillères] »49. Beaucoup d’acteurs, notamment parmi les représentants des ouvriers, étaient certainement conscients de ces secrets mais là encore, pamphlets et journaux du début des années 1970 sont les premiers à le clamer haut et fort, même si cela ne va pas sans exagération et approximation. Cela est perceptible dans l’usage des indicateurs chiffrés, souvent maniés comme de simples slogans circulant en boucle50 – « la silicose tue 3 mineurs par jour » – sans que des évaluations étayées soient vraiment entreprises, évaluations rendues très difficiles, il est vrai, par le mutisme des Houillères en la matière51. La critique qui parvient malgré tout à s’édifier porte sur deux points principaux.

  • 52 Juliette Minces, Le Nord, op. cit., p. 82-83. Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit. (...)
  • 53 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit., p. 85.
  • 54 « Le mineur accuse. La silicose tue 3 mineurs par jour », Le Quotidien du peuple, 28 novembre 1975.
  • 55 « Liévin : les leçons de la tenue du Tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 19 (...)

28Le premier vise l’illusion que représente la lutte affichée contre la silicose dans un contexte permanent de course au rendement et à la productivité52. Énoncer cette condamnation, qui se retrouve à propos des catastrophes, c’est certes rester aveugle aux réels efforts de lutte contre l’empoussièrement développés par l’entreprise. Mais c’est aussi pointer, à raison53, les contradictions d’une récession minière qui s’accomplit par à-coups, avec des reprises temporaires de la production (par exemple dans les mois qui suivent le choc pétrolier de l’automne 1973) et la volonté de limiter au maximum les déficits. La modernisation dans les mines se fait au prix d’une déqualification et d’une intensification du travail qui se poursuit presque jusqu’au bout et explique – le phénomène se retrouve dans bien d’autres secteurs industriels – que les travailleurs n’usent pas toujours, encouragés en cela par leur hiérarchie, des techniques de protection et de mise en sécurité (usage du masque) qui pourtant existent54. Les attaques remontent en outre au passé et mettent en avant, de manière plus dérangeante encore, les effets, en termes de déclenchement de la silicose, du consensus productiviste qui a prévalu, au moment de la bataille du charbon, entre les cadres miniers et les dirigeants de la CGT, relayés par le Parti communiste. Ce type de réquisitoire s’insère bien entendu dans la dénonciation gauchiste, à l’époque omniprésente, de la trahison du communisme institutionnel. Elle n’est toutefois pas uniquement un effet rhétorique et rend audible une rancœur bien réelle chez une partie des mineurs : « Ce sont eux (les communistes) qui m’ont rendu silicosé en 1947 », dit par exemple l’un d’entre eux, cité par l’hebdomadaire du PCR-ml55.

  • 56 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit., p. 79-84.
  • 57 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, p. 23-24.
  • 58 Jules Grare, Ma vie à Liévin, op. cit., p. 204.
  • 59 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière, op. cit., p. 269-299.
  • 60 « Les mineurs accusent. Les mineurs marocains, nos frères de misère », Le Quotidien du peuple, 6-7  (...)

29L’autre élément sur lequel les membres de la Gauche prolétarienne ou du PCR-ml mettent brutalement l’accent, c’est l’arbitraire du dépistage et de la prise en compte de la maladie, tout comme celui de la mesure des taux. De manière précoce, ils pointent du doigt ce que les travaux des chercheurs ont par la suite confirmé, à savoir l’usage à géométrie variable de la reconnaissance et les stratégies d’octroi des rentes d’invalidité comme outil de gestion de la main-d’œuvre56. Sans aller très loin dans la contestation technique de la fiabilité et de l’impartialité des tests, les publications engagées insistent déjà sur les micro-conflits, les comparaisons, les rumeurs et l’incertitude qui en découlent pour les individus touchés et leur famille, quitte à majorer la passivité des acteurs face à ces situations. Elles soulignent en particulier le sentiment d’injustice qui naît du décalage entre la gêne respiratoire ressentie par les malades, parfois diagnostiquée par un praticien extérieur, et le déni qui souvent leur répond : « Tu as des poumons de nouveau-né », « C’est une bronchite »57. Jules Grare évoque sa fureur lorsque le médecin du service des Houillères, après qu’il lui a apporté le certificat prouvant sa silicose, écrit : « Ne prétend pas reprendre le travail »58. Le caractère discrétionnaire et inéquitable de la procédure est plus marqué encore pour certains groupes. Les participants de Fouquières et de Liévin se montrent ainsi très tôt attentifs – l’impact des engagements nationaux en direction des marges de la classe ouvrière joue probablement59 – au sort qui est fait aux mineurs marocains, dont le contrat est interrompu avant que la silicose soit déclarée et qui sont globalement exclus du système d’indemnisation60.

30L’ennemi qui focalise et incarne toutes ces critiques c’est, beaucoup plus encore que le patronat ou les ingénieurs, la médecine des Houillères. Sa disqualification éclate lors d’une réunion organisée par la CPE :

  • 61 Front rouge, 6 mars 1975.

Puis on discute de la silicose. Les mineurs se lèvent pour dire leur haine contre les Houillères et les médecins des Mines qui les envoient à la mort. Il y a dans la salle des médecins du GIS qui sont venus se mettre au service des mineurs. Un mineur silicosé, sous les rires approbateurs de l’assistance, leur lance : « bienheureux de vous voir ! ». C’est sur le ton : on a de sacrés comptes à régler avec la médecine. « On va pouvoir discuter parce qu’il ne faut pas mâcher ses mots, dit-il, les médecins actuels, par ici, c’est des assassins61 ».

  • 62 « Les mineurs accusent. On nous traite comme du bétail ou la médecine des Houillères », Le Quotidie (...)
  • 63 Entretien avec Jacques Lacaze, 2 septembre 2011.
  • 64 Pour la même période, voir le témoignage d’Abraham de Voogd, plus proche d’un catholicisme engagé e (...)
  • 65 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux… », op. cit., p. 185.

31Ce genre de mise en accusation simplifie une situation au demeurant assez complexe. Derrière le terme « médecins des Houillères » sont souvent confondues des catégories différentes : les praticiens ou experts dépendants directement de l’entreprise pour la gestion de la branche maladies professionnelles/accidents du travail, les médecins rémunérés, fonctionnarisés selon leurs détracteurs, par l’URSSM puisque les mineurs et leurs familles bénéficient depuis la nationalisation de la gratuité des soins, et enfin les médecins libéraux présents comme recours ou comme alternative. Aucune de ces catégories n’échappe de toute façon à la remise en cause62. Les médecins des Houillères au sens strict sont les plus conspués et considérés uniquement comme des valets du patronat, d’autant plus puissants qu’ils passent pour être en lien avec tous les mandarins de la région lilloise. La médecine privée n’apparaît pas comme une solution, puisqu’elle est présentée comme étant aussi corrompue63 et asservie aux intérêts de l’entreprise. Quant aux employés des caisses de l’URSSM, ils sont présentés au mieux comme des incompétents, au pire comme des professionnels seulement avides de l’argent et privilégiant de ce fait leur clientèle payante. On le voit, le diagnostic est d’une sévérité sans nuance. Les enquêtes manquent encore pour savoir jusqu’à quel point il est justifié ; au moins est-il partagé sur certains aspects par d’autres que les militants les plus révolutionnaires64. Il témoigne en tous les cas d’un soupçon constant, qui rejoint la contestation de la médecine du travail observable dans d’autres d’entreprises65, même s’il semble prendre dans les Mines une forme exacerbée. La figure sanctifiée du docteur Schaffner est bien loin…

Rassembler ?

  • 66 BDIC, F Delta Res, 579/53, Rapport dactylographié, « Campagne de Liévin. Accidents du travail » (sd (...)
  • 67 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux », op. cit., p. 182.

32Ce réquisitoire multiforme n’est pas autosuffisant. Sa fonction est de redonner aux mineurs une pugnacité et un élan considérés comme perdus. Quels objectifs toutefois donner à la bataille lorsqu’il s’agit de silicose ? Les choses ne sont pas toujours très claires66. Les buts des participants de Liévin ne sont pas très éloignés au fond de ceux qui s’expriment à Peñarroya67 même si c’est souvent de manière plus allusive et avec des revendications moins tangibles. Au lieu de se cantonner à la seule logique d’indemnisation et de réparation a posteriori, il est demandé que l’entreprise mette en œuvre une véritable politique de prévention. La silicose, tout comme les accidents du travail, ne doit plus relever de la fatalité : l’idée revient en permanence dans les discours contemporains, à Fouquières comme à Liévin, à Bruay comme dans la chanson de Dominique Grange. La voie pour ce changement ne peut être trouvée dans la « médecine du capital » ou dans les structures « bourgeoises », en l’occurrence les comités d’hygiène et de sécurité [CHS]. Elle ne pourra passer à terme que par une révolution et une abolition de l’exploitation capitaliste, et en attendant par des mouvements lancés par les mineurs eux-mêmes, suivis et épaulés par les médecins et autres travailleurs intellectuels.

  • 68 Front rouge, 6 mars 1975. Libération, 24 mars 1975.
  • 69 Rémi Guillot, Le meurtre de Bruay-en-Artois, p. 265, p. 277, p. 364.

33Dans les faits, la forme la plus généralement empruntée, que l’on retrouve autour des deux tribunaux populaires, est celle de comités visant à regrouper les silicosés afin de les conseiller et de défendre leurs intérêts, de lutter contre le « trafic » des taux et le système médical des Houillères. C’est ainsi que, dans le sillage du tribunal de Liévin, se crée une Association de défense des mineurs silicosés68, sans doute présidée par Joseph Tournel et qui s’installe à Bruay, où a lieu dans les semaines précédentes une réunion assez suivie sur la question. L’héritage, en termes de mobilisation, du précédent de Fouquières et de l’affaire de Bruay est d’ailleurs très net. Cette dernière avait donné lieu en effet, elle aussi, à la constitution de comités Vérité-justice, visant à mobiliser la population pour exiger l’éclaircissement d’une affaire que les autorités étaient accusées de vouloir cacher69. L’association de 1975 publierait pour sa part un bulletin Silicosés en lutte et envisage au printemps de rédiger avec l’aide des médecins du GIS une brochure sur la silicose et sa prévention. Le rêve est de parvenir à un cercle vertueux : plus l’action des mineurs prendra d’ampleur, plus elle encouragera les autres à se mettre à leur service.

  • 70 Laure Pitti, « Experts « bruts » et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs mé (...)
  • 71 Entretien avec Jacques Lacaze, 19 mars 2013.

34Après Liévin, il est même envisagé d’aller plus loin en prolongeant ce qui s’était ébauché en 1970-1971 avec la constitution d’une véritable alliance entre médecins engagés et mineurs pour battre les experts sur leur propre terrain. Sans aller jusqu’à la valorisation de l’expertise profane, celle des ouvriers eux-mêmes, comme à Peñarroya70, ni changer les protagonistes du savoir (on reste dans une figure assez classique de l’expert mettant son savoir au service du peuple), il s’agit de remettre en cause le condominium médecine-Houillères et de proposer des expertises alternatives à celles qui sont dominantes, afin de faire connaître les taux présentés comme réels, les vrais taux de la maladie. Certaines contre-expertises effectuées par un professeur parisien de pneumologie auraient effectivement eu lieu71. Le nom du praticien a été oublié, tout comme le souvenir de ces hypothétiques examens, pour lesquels – le fait vaut d’être remarqué – aucun médecin ou professeur du bassin, au moins de la région lilloise, ne semble s’être porté volontaire.

35Il ne demeure globalement de ces projets comme de ces comités que des traces très éparses, au détour d’un journal militant ou des entretiens, sans que l’on en sache davantage sur la durée, le contenu précis de ces projets ou les individualités qui les ont portés. On peine par exemple à savoir si le comité ou l’association de défense des silicosés de 1975 est le même que celui qui est évoqué en 1971, s’il a eu une activité continue ou si, la chose est plus vraisemblable, il a été mis en sommeil entre ces deux dates. Cette obscurité tend à prouver que les initiatives menées ont été purement circonstancielles et localisées et que, passée l’émotion soulevée par les différentes catastrophes, elles n’ont pu se perpétuer. Les militants de la nouvelle cause ouvrière ne parviennent pas à mobiliser les mineurs autour de la silicose, pas plus d’ailleurs que sur l’éventuelle responsabilité des Houillères dans les accidents : aucun mouvement social d’ampleur ne naît des essais nordistes, du moins pas à l’échelle locale.

  • 72 Entretien avec Daniel Poncet, 15 mars 2013. Voir également Le Quotidien du Peuple, 12 décembre 1975
  • 73 BDIC, F Delta Res 579/28, Tracts et documents dactylographiés sur la préparation des Assises sur la (...)

36Si en effet ils ne donnent pas grand chose dans le bassin, ils constituent la matrice de structures actives sur le plan national. Le fait est assez connu s’agissant du lien entre le premier Tribunal populaire de Lens et la naissance quelques mois plus tard d’abord du GIP, ensuite et surtout du GIS. Il l’est moins concernant le tribunal lié à Liévin. Les meetings et les réunions organisés à cette occasion ont malgré tout marqué les esprits des participants72. Dans les semaines qui suivent, un certain nombre de militants issus du PCR-ml ou d’autres horizons, comme la jeune généraliste Mireille Becchio alors installée à Villejuif, décident d’organiser à Paris des Assises sur la Santé, c’est-à-dire sur les Accidents du Travail et les Maladies Professionnelles73. Elles se tiennent porte de Choisy les 13 et 14 juin 1975 et entendent articuler les luttes des ouvriers et celles des travailleurs hospitaliers, en revendiquant hautement le rôle fondateur du tribunal de Liévin dans leur refus d’accepter la fatalité. Le tract rédigé par des militants du PCR-ml affirme :

  • 74 BDIC, F Delta Res 579/28. Tract sd, printemps 1975.

À la suite de la catastrophe de Liévin s’est développé à l’appel du Parti un large mouvement de révolte contre ce crime du capital. Le soutien rencontré par la Commission populaire d’enquête chez les mineurs du Nord, et de toute la France et chez les travailleurs d’entreprises nombreuses et diverses, la participation massive au Tribunal populaire, sa forte composition ouvrière et l’enthousiasme qui s’en dégageait, tout cela montre qu’aujourd’hui les problèmes de la santé au travail sont ressentis de façon particulièrement vive dans les masses. Ceci d’autant plus qu’en soutenant l’initiative des mineurs, les travailleurs ont fait le lien avec les atteintes à la santé dans leur propre entreprise ; ils ont mis en cause, non pas les risques du métier de mineur, mais la responsabilité du capitalisme dans ces morts et ces mutilations et le fait que cette responsabilité était la même sur le lieu de travail74.

  • 75 Cet organisme est seulement brièvement mentionné dans Nicolas Dodier, « La construction pratique de (...)

37Les Assises du mois de juin font se rencontrer des représentants de Peñarroya, d’Usinor, des mines de la Mure, également des médecins, des délégués CGT ou CFDT des CHS pour discuter de la silicose, du travail posté ou du handicap, dénoncer « l’organisation bourgeoise » qui prévaut pour les accidents du travail et les maladies professionnelles et en même temps la pollution de l’étang de Berre ou les risques liés à la centrale nucléaire de Fessenheim. Le tout connaît un certain succès, au point qu’est fondé dans la foulée un nouvel organisme : le CLISACT (Comité de liaison et d’information sur la santé et les conditions de travail)75. Avec le GIS ou le collectif « Risques maladies professionnelles de Jussieu », il constitue durant toute la période de son activité, entre 1975 et le début des années 1980, l’un des éléments des nouvelles réflexions militantes initiées autour de la santé au travail. Le CLISACT souhaite animer les luttes des travailleurs dans ce domaine, faire participer ces derniers aux enquêtes et retirer leur monopole aux experts dominants ou stipendiés. Il publie entre 1974 et 1980 une revue qui vise à publiciser ces combats et à encourager les échanges d’expérience : Lutte Santé Sécurité.

38La mobilisation lancée à Liévin réussit donc dans un certain sens, mais pas auprès des principaux intéressés, c’est-à-dire les mineurs du Nord. Elle ne trouve une certaine portée qu’à l’échelle nationale : toute la question étant de savoir si l’organisme suscité, le CLISACT, parvient, au moins de l’extérieur, à faire de la silicose un objet problématique et à changer les formes de son traitement.

Trop loin, trop tard : l’impossible mobilisation des « vieux » héros

Le CLISACT et la silicose : entre éloignement et enquête localisée

  • 76 Entretien avec Jacques Lacaze, 19 mars 2013.
  • 77 BDIC F Delta Res 579/28, Lutte Santé Sécurité, n° 1, 1976.

39L’intérêt du CLISACT pour les questions de santé à la mine s’amoindrit en réalité très rapidement. Sa principale animatrice, Mireille Becchio, n’a quasiment pas eu de liens avec les acteurs nordistes de Liévin après les Assises76. Les relations du CLISACT avec les membres du PCR-ml s’effilochent vite. Le fonctionnement de l’organisme repose par la suite sur des liens circonscrits avec des militants associatifs ou syndicaux (souvent ceux de la CFDT) autour de quelques points d’ancrage (Paris, Lyon, Grenoble, Angers) parmi lesquels les bassins charbonniers ne se comptent guère. Après son premier numéro77, la revue Lutte Santé Sécurité n’est plus très loquace sur les mineurs et fait la part belle à d’autres combats, à mi-chemin entre la santé et l’environnement : le nucléaire, les pesticides, l’usage du fluor dans les usines de production d’aluminium, etc.

  • 78 BDIC F Delta Res 579/28, Compte rendu de l’assemblée générale du CLISACT des 31 mars et 1er avril 1 (...)
  • 79 La Maison des mineurs de Vence est créée en 1946-1947 dans le cadre des Houillères du Centre-Midi, (...)
  • 80 BDIC F Delta Res 579/28, Bulletin de liaison du CLISACT, février 1978.

40La silicose ne disparaît pourtant pas entièrement. L’assemblée générale du CLISACT du printemps 197978 mentionne ainsi l’aide apportée aux ouvriers du Nord et de Saint-Étienne soignés à la Maison des mineurs de Vence dans le Midi79 pour constituer leur dossier d’indemnisation ; elle insiste surtout sur l’apport de l’enquête « Silicose » menée par les membres de Nancy. Cette enquête constitue la grande exception au mutisme du CLISACT sur les questions minières. Elle a aussi pour origine une catastrophe, en l’occurrence celle de Merlebach en Lorraine en février 1976 (16 morts)80. Il se crée alors à Nancy une section du CLISACT, sans doute relayée par certains acteurs CFDT, même s’il n’y a pas d’appui officiel du syndicat. Cette section effectue entre 1976 et 1977 un travail approfondi, beaucoup plus que ce qui a pu être fait dans le Nord, en diffusant un questionnaire auprès des mineurs silicosés, en sollicitant les associations de mineurs retraités pour les intégrer à la réflexion et à la conduite de l’enquête, en cherchant à éditer des documents (sur la prévention, l’indemnisation par exemple) et en organisant pour finir des journées-débats en janvier 1979.

  • 81 BDIC F Delta Res 579/28, Lutte Santé Sécurité, n° 4-6, 1977.

41Les principaux apports de l’enquête sont relatés dans l’abondant dossier que consacre à la question le numéro de 1977 de Lutte Santé Sécurité81. Certes, on y trouve toujours les dénonciations rhétoriques du « charbon assassin » et des « crimes du capital », mais il y a à côté des études chiffrées et des articles de fond. Si ceux-ci rejoignent l’argumentaire des militants de Fouquières ou de Liévin, ils le déploient de manière beaucoup plus précise. Ils font ainsi le point sur les nouvelles méthodes d’exploitation et les outils (comme les haveuses) et sur leurs dégâts en termes de dégagements de poussière. Ils s’efforcent de démontrer que, contrairement aux affirmations des dirigeants des Houillères de Lorraine, même avec la diminution des effectifs et la modernisation, le taux de mineurs touchés n’a pas diminué. Sont également démontées les études sur les pneumoconioses menées par les experts du service médical de l’entreprise, sur la base de plusieurs éléments : la surveillance superficielle ou encore le fait que la maladie soit systématiquement sous-estimée et d’ailleurs reconnue de façon très variable en fonction des périodes et même des collèges tripartites. On blâme enfin le contenu et l’utilisation des tests de dépistage, qui ne servent en aucun cas à faire de la prévention mais seulement « à trier les maladies indemnisées et à calculer mesquinement les taux d’indemnisation ».

  • 82 Ce fait confirme le retard des Houillères nationalisées en matière de démocratie sociale. On rappel (...)

42Beaucoup plus que dans le Nord, on a donc affaire à une critique d’ampleur qui cherche à mettre en lumière tous les aspects du problème : les insuffisances de la législation (qui ignore par exemple le cas des autres professions exposées à la silice), la partialité du corps médical et enfin la difficulté des démarches imposées aux mineurs, ou à leur famille, pour faire reconnaître la maladie. Les enquêteurs parviennent en somme à faire émerger l’idée que la silicose est une maladie du présent, et non pas uniquement du passé même si les solutions et les avancées proposées demeurent vagues (dénoncer la médecine des Houillères, revendiquer une indemnisation plus généreuse de toutes les maladies professionnelles liées aux carrières et aux mines, etc.). Quoi qu’il en soit, on crédite l’enquête d’avoir permis de remettre sur la table le problème de la silicose, tant auprès des syndicats qu’auprès des experts patronaux et de l’opinion publique locale. On estime aussi que les expériences et les leçons qui peuvent en être tirées sont susceptibles d’être diffusées en d’autres endroits : en direction des ardoisiers de Trélazé, non loin d’Angers, et plus généralement vers les différentes Houillères de bassin, en particulier au sein de leur CHS, structure qui vient tout juste d’être mise en place dans ce secteur82. Reste que, si elle est plus systématisée que tout ce qui a été mené dans le Nord, l’enquête du CLISACT de Nancy demeure un isolat, qui ne suscite pas non plus de mouvement majeur en Lorraine et ne paraît avoir conservé en fait qu’une portée localisée.

Les raisons d’une impuissance

43Il y a donc bel et bien eu des actions ébauchées qui sont allées un peu plus loin, qui ont trouvé un peu plus de prise en Lorraine que dans le Nord mais, dans tous les cas, rien de durable, rien qui ne construise une cause trouvant un ancrage massif dans la population ouvrière, rien qui ne porte véritablement une transformation. L’échec est plus patent cependant dans le Nord, là où ont eu lieu les proclamations les plus spectaculaires, les plus radicales et en même temps les plus éphémères.

  • 83 « Liévin : les leçons de la tenue du Tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 19 (...)
  • 84 BDIC, F Delta Res, 579/53, Bilan du mouvement de rectification de la cellule du PCR-ml de Liévin (f (...)
  • 85 Nord Matin, 21 décembre 1975.

44Pour expliquer cette faiblesse, l’extériorité, plus que la radicalité, des militants est le facteur qui le premier vient à l’esprit, facteur dont les acteurs sont en partie conscients. Le mensuel du PCR-ml reconnaît qu’il n’y avait guère de militants du parti avant la catastrophe de Liévin83. Ceux-ci d’ailleurs ont commencé à se développer dans la ville en restructuration et se sont seulement tournés ensuite vers les fosses et les cités84. Comme c’est le cas à Fouquières on a affaire ici à des mobilisations en grande partie importées. L’argument est d’ailleurs abondamment agité par les édiles des partis socialiste ou communiste et par les membres de la CGT. Comme ils le disent par exemple au moment du premier anniversaire de la catastrophe de Liévin : « Ils [les militants du PCR-ml et les animateurs du Tribunal populaire] ne sont pas des mineurs, ils ne sont pas d’ici, ils n’ont jamais travaillé au fond »85. La conclusion est qu’ils sont illégitimes pour parler et pour agir au nom des ouvriers « d’ici ».

  • 86 Claude Amoudru, « Les pneumoconioses… », op. cit., p. 66.

45L’extériorité pose sans nul doute un certain nombre de problèmes. Elle rend les militants aveugles aux arrangements, aux modes de gestion de leur « carrière » par les silicosés, aveugles en somme à tout ce qui a fait que le système ne consiste pas uniquement en un face-à-face entre une entreprise « totalitaire » et des mineurs purement passifs. Elle les conforte en outre dans la dénonciation sans nuance de la complicité de tous les acteurs locaux dans la situation faite aux silicosés, constat inexact et qui les prive de toute possibilité de compréhension, sans même parler de collaboration avec les organisations ouvrières existantes, c’est-à-dire surtout la CGT. Or celle-ci, on l’a dit, n’est pas restée absolument inactive sur le terrain de la silicose, sauf qu’elle s’est cantonnée au traitement des cas individuels. Par ailleurs sa méfiance à l’égard d’une politisation globale de la question tient aussi au contexte de récession et à la crainte qu’une peinture trop noire de la condition minière ne serve d’argument pour accélérer les fermetures. Cette crainte n’est pas sans fondement : lorsque le nouveau directeur des Charbonnages de France exprime en décembre 1981 son effroi devant la maladie86, c’est aussi comme un contre-argument face à l’ultime relance charbonnière tentée par la gauche au pouvoir. Les acteurs locaux ne sont donc pas tous identiques et leur jeu est plus complexe que ne l’affirment les membres du PCR-ml ou de la Gauche prolétarienne. Ne pas saisir cette complexité diminue indubitablement leurs possibilités d’enracinement.

  • 87 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière, op. cit., p. 269-299.
  • 88 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit., p. 85.

46L’argument du horsain en est-il pour autant tout à fait convaincant ? Les mouvements sociaux peuvent n’être pas seulement le fait des autochtones et trouver des relais dans d’autres catégories de population, à l’échelle locale ou nationale. Les travaux les plus récents ont par ailleurs fait justice de la présentation un peu rapide de militants d’extrême-gauche qui n’auraient été que des meneurs sans lien et sans attaches avec le groupe qu’ils portaient aux nues. Ils furent en réalité capables de rencontres avec les ouvriers même si ce ne fut pas partout et pas toujours dans les mêmes conditions87. Pour ce qui concerne les militants de Liévin ou de Fouquières, il faut rappeler par ailleurs qu’ils ne sont pas totalement extérieurs. Il est vrai qu’ils ne travaillent pas au sein des Houillères, mais les employés de ces dernières sont de moins en moins nombreux. À l’heure où la gestion de la silicose relève de moins en moins de l’organisation de la main-d’œuvre, et de plus en plus du traitement social des inactifs et de leurs ayants droit88, elle concerne moins que jamais les seuls travailleurs du fond, mais aussi les retraités et les veuves qui habitent dans les cités, leurs proches et surtout leurs enfants qui travaillent dans les usines à Douvrin, Lens, ou Dunkerque. Dans ces conditions, des enseignants, des soignants, parfois des « établis » ne seraient pas en théorie si mal lotis pour trouver des liens avec la population locale ; il faut bien dire cependant qu’ils n’y parviennent guère.

  • 89 Courrier électronique de Bernard Leroy, 25 février 2013.

47Ils y parviennent d’autant moins que, sur le sujet de la silicose en particulier, ils se retrouvent isolés et démunis, alors que c’est moins le cas pour ceux qui investissent le terrain des accidents au sens strict. Ceux-là parviennent à mobiliser beaucoup plus activement, sinon avec beaucoup plus d’écho, les connaissances et les liens forgés par exemple au sein de l’École des Mines de Paris, afin de rédiger rapports et réquisitoires touchant à la gestion des risques techniques par les Houillères89. Pour les maladies professionnelles, on se trouve face à des acteurs isolés qui, à l’exception relative de Jacques Lacaze, ne disposent pas de compétences spécifiques sur le sujet et ne parviennent pas non plus à entraîner durablement des extérieurs, spécialistes réputés ou membres du GIS, sur le territoire minier. Si le fait est moins vrai en Lorraine, où s’esquisse une contestation plus systématique et étayée, dans le Nord il est frappant. Même Jacques Lacaze, le seul médecin local mentionné, n’est guère passionné au fond par la silicose ; rapidement son intérêt se porte plutôt vers les thérapies alternatives, en particulier en matière de lutte contre le cancer. Cette absence de relais avec les techniciens et les praticiens contribue à enfermer les protagonistes dans une posture purement rhétorique (la silicose comme maladie du capital, la nécessité de traiter révolutionnairement de la santé au travail), sans guère de débouchés concrets ni de possibilités de contester vraiment une médecine experte et patronale, ici très solidement enracinée.

  • 90 BDIC, F Delta Res, 579/53, compte rendu d’une réunion au coron 3 de Lens (c’est-à-dire sur le terri (...)
  • 91 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990, p. 75-80

48C’est partir avec bien des handicaps quand on souhaite redonner une dynamique à un groupe minier dont les traits sont à cette date devenus évanescents, sous l’effet de la fermeture et de la concentration des puits, de la mécanisation du travail au fond, de la déstructuration des cités. Au milieu des années 1970, les mineurs existent-ils encore politiquement dans le Nord ? L’interjection d’un passant lors d’une réunion organisée à Liévin au printemps 1978 fait en douter : « Ah, c’est vous le Tribunal populaire ! Vous devriez vous faire voir plus. Il faudrait agir sur les jeunes et sur les usines, pas sur les mineurs »90. Bien sûr, ces derniers n’ont pas tout à fait disparu mais ceux qui subsistent sont comme écartelés entre une masse de manœuvres marocains, assujettis au régime des contrats précaires, et une minorité vieillissante d’ouvriers qualifiés et de techniciens. Pour les premiers, on ne les entend pas ; ils sont de toute façon vus comme des éléments de passage, même si les mobilisations des années 1970, les premières, jettent un peu de lumière sur leur cas. Il faudra attendre les années 1980 pour qu’ils s’organisent et les militants seront alors repartis ou auront d’autres centres d’intérêt. Pour les seconds, l’attitude est différente. Elle consiste à se faire reconnaître silicosé, même si ce doit être sur le tard, avec l’idée que les ayants droit pourront bénéficier ainsi d’une rente plus importante et surtout que les enfants, eux, ne seront pas exposés. Les nouvelles industries implantées, la construction des HLM et des supermarchés peuvent alors faire croire à une « déprolétarisation possible »91 pour la génération à venir : la silicose peut être acceptable si les parents sont les derniers à la subir et si cette acceptation permet qu’au charbon se substituent sans heurts de nouveaux gisements d’emplois, synonyme d’un avenir plus assuré pour les descendants.

  • 92 « Liévin : les leçons de la tenue du tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 19 (...)

49Un certain nombre d’articles ou d’interviews, dans les publications engagées, rendent compte de tout cela. « Mais la majorité des mineurs sont déjà assez âgés, ils savent qu’ils sont tous silicosés, alors, quand les mines fermeront, ils se disent qu’ils seront reconnus silicosés et mis à la retraite anticipée »92. La phrase qui suit est encore plus frappante :

  • 93 Le quotidien du peuple, 16 décembre 1975.

Le mineur, on n’a pas d’avenir… À mon avis, il y en a encore pour 10, 15 ans. On reste là, on veut rester au pays. Je suis sûr que je mourrai de la silicose ; j’y ai pensé mais je me suis dit que n’importe comment, on meurt de quelque chose… Mes enfants n’iront pas à la mine93.

50Les militants voient donc ce qu’il se passe mais n’en tirent pas les conclusions qui consisteraient par exemple à envisager une mobilisation plus large, appuyée sur l’ensemble de la population locale et tenant compte des caractéristiques réelles des silicosés. S’ils ne le font pas, c’est parce qu’ils sont trop minoritaires et isolés, c’est aussi parce qu’ils restent largement prisonniers du mythe que pourtant certains d’entre eux, à l’instar de Bruno Mattéi, dénoncent. Le discours essentialiste qui entoure le mineur, présenté à la fois comme le héros et la victime par excellence du prolétariat, pèse sur les membres de la Gauche prolétarienne ou du PCR-ml de deux façons. D’un côté, il les entretient dans une représentation stéréotypée du groupe, dans la légende de sa combativité d’antan ; il nourrit par voie de conséquence le reproche, conscient ou inconscient, fait à la population du bassin de n’être plus à la hauteur de son ardeur d’autrefois. De l’autre, il les conforte dans une représentation tragique de la mine, où la silicose, avec ses effets physiologiques, sociaux, psychologiques, avec les multiples acteurs qui interviennent dans sa gestion, s’évanouit. Au fond, les militants sont davantage intéressés par l’aspect dramatique des accidents ou encore par la peinture de l’emprise « totalitaire » des Houillères. Comment lutter effectivement contre une fatalité que l’on dépeint par ailleurs de manière fascinée à longueur de pages ? Comment être en mesure de se constituer en nouveaux acteurs de la lutte des classes, sur le terrain sanitaire, quand ni les camps, ni la cause ne parviennent plus à s’imposer avec évidence ?

 

  • 94 « Santé silicose : la CFDT attaque les Houillères pour « faute inexcusable » », Le Républicain lorr (...)

51S’il y a changement par la suite, c’est sans que les mobilisations des années 1970 y soient pour grand chose, simplement parce que les Houillères perdent de leur substance et que la silicose n’est plus un enjeu économique mais seulement une question sociale pour une population de retraités. Ce changement de contexte explique le décret du 27 mars 1987, qui confie de nouveau, 40 ans après les lui avoir ôtées, la reconnaissance et la mesure de la silicose à la Sécurité sociale minière. Toute la fin n’est pas cependant aussi pacifique. En 2010 se recrée à Sin-le-Noble dans le Nord un comité de défense des silicosés, avec des objectifs très semblables à ceux des années 1970 : défendre les droits des malades devant les instances juridiques ; lutter contre les examens humiliants et les abus, notamment ceux qui se produisent lors des visites auprès des experts désignés par les ex-Houillères. Il ne s’agit pas seulement de faire reconnaître des droits mais aussi des souffrances présentes et passées. Un mélange identique se retrouve lorsqu’en 2009, la CFDT Lorraine intente une action auprès du tribunal de la sécurité sociale pour faire reconnaître la faute inexcusable des Houillères du Bassin de Lorraine à propos du cas d’un mineur silicosé. Les syndicalistes engagés dans ce procès affirment ne pas chercher forcément un coupable mais un responsable, et accusent l’entreprise de négligence délibérée, c’est-à-dire de n’avoir pas pris contre la maladie les précautions qu’elle savait devoir être prises. En janvier 2013, la cour d’appel de Metz leur a donné raison et a reconnu le principe de la faute inexcusable. De manière intéressante, toutefois, ce combat juridique n’est jamais relié aux mobilisations des années 1970. Ces dernières ne paraissent avoir laissé aucune trace dans la mémoire de syndicalistes qui invoquent plus volontiers le précédent récent des procès de l’amiante94. Cet oubli signe de manière spectaculaire l’incapacité des rassemblements antérieurs à constituer des modèles et des ressources. Tout ce qui s’est passé entre Fouquières et Liévin ne peut pourtant pas se résumer à cette aporie et à cette solution de continuité. Certains éléments ont probablement bel et bien eu des conséquences : les nouvelles manières de témoigner de la maladie par exemple ou encore l’insistance sur le sort fait aux mineurs marocains. Par ailleurs, l’analyse de ces situations est porteuse d’un certain nombre d’enseignements. Elle souligne à quel point il est important de ne pas se laisser prendre au piège, s’agissant du monde minier, de la particularité et de l’isolement affirmé et de prendre en compte, au contraire, les différences entre les bassins, les circulations qui peuvent exister entre ce secteur industriel et social et le reste de la société. De surcroît, une vraie question ici est posée, qui est celle du devenir et des transformations des mobilisations autour de la santé au travail quand survient la récession économique : la préservation de l’emploi ou des chances des générations suivantes peut aussi être une cause de ce qui est parfois présenté comme un silence ouvrier.

Notes

1 Inathèque, Reportage du 9 janvier 1975, TF1.

2 Marc Lazar, « Le mineur de fond : un exemple de l’identité communiste », Revue française de sciences politiques, avril 1985, p. 190-205.

3 La chanson a été diffusée dans l’émission de Jean-Noël Jeanneney Concordance des temps sur France Culture le 13 novembre 2010 : cette émission s’intitulait « Avant l’amiante, la silicose : mourir de maladie professionnelle dans la France du XXsiècle » et avait pour invité Paul-André Rosental.

4 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

5 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux dans la prévention et la réparation des risques professionnels : Peñarroya 1971-1988 », dans Catherine Omnès, Laure Pitti (dir.), Cultures du risque au travail et pratiques de prévention, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 217-232.

6 Jefferson Cowie, Stayin’ Alive. The 1970s and the last days of the working class, New-York and London, The New Press, 2010, p. 31-35. Voir également Alan Derickson, Black Lung: Anatomy of a Public Health Disaster, Ithaca, New-York, Cornell University Press, 1998.

7 Cette inertie est ainsi affirmée par Claude Amoudru, qui dirige les services médicaux des Houillères du Nord, puis ceux de Charbonnage de France à Paris entre les années 1960 et les années 1980. Si l’affirmation n’est pas sans fondement, elle participe aussi de la volonté de minorer les responsabilités de l’entreprise s’agissant de la gestion de la silicose. Claude Amoudru, « Pneumoconioses : l’exemple des Houillères du Nord-Pas-de-Calais (1944-1990) », dans Jean-Marie Mur (dir.), L’émergence des risques, Les Ulis, INRS-EDP Sciences, 2008, p. 52-53.

8 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « « Une maladie sociale avec des aspects professionnels ». La difficile reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 56, 2009/1, p. 99-126.

9 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle. La fabrication du nombre de victimes de la silicose dans les Houillères en France de 1946 à nos jours », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 95, 2007, p. 75-91.

10 Du nom du ministre de la Production industrielle, Robert Lacoste. Ce sont ces décrets qui déclenchent les grandes grèves minières de l’automne 1948.

11 Entretien de l’auteur avec Louis Bembenek, ancien responsable de la CGT des Mineurs, 24 avril 2001.

12 Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires ». Essai d’histoire sociale, Paris, Les Indes Savantes, 2010, p. 195-208. Voir aussi la note biographique très bien informée rédigée en 2010 sur son blog par Claude Duhoux sous le pseudonyme « le Lensois normand » : http://lenstome4.canalblog.com/archives/2011/11/27/24624807.html.

13 Juliette Minces, Le Nord, Paris, Maspero, coll. « Cahiers libres », n° 102, 1967, p. 81.

14 Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Paris, Belin, 1999.

15 L’importance du cas dunkerquois est visible dans : Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, Paris, Maspero, 1970, p. 37-41.

16 Entretien de l’auteur avec Jacques Lacaze, médecin, ancien membre de la Gauche prolétarienne et du Parti communiste révolutionnaire marxiste-léniniste (PCR-ml), 2 septembre 2011.

17 Rémi Guillot, Le meurtre de Bruay-en-Artois : quand une affaire judiciaire devient une cause du peuple, Thèse pour le doctorat de sciences politiques, Université de Paris Ouest La Défense Nanterre, 2010, p. 249-263.

18 Voir les documents rassemblés par Bernard Leroy, élève de l’École des Mines et qui fut l’un des acteurs de ce procès : Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens (12 décembre 1970). Du coup de grisou de Fouquières-lez-Lens (4 février 1970) à l’acquittement des militants de la Cause du peuple par la Cour de sûreté de l’État (17 décembre 1970) [tapuscrit réalisé par Bernard Leroy], janvier 2011. Une partie des archives de Bernard Leroy a par ailleurs été déposée à la BDIC sous la cote FR BDIC Mfc 204 (1-25). On se reportera en outre à : Rémi Guillot, Le meurtre de Bruay-en-Artois, op. cit., p. 329-335. Jacques Kmieciack, « Il y a 40 ans. Le tribunal populaire de Lens. Quand les « maos » faisaient le procès des Houillères », Gauheria, le passé de la Gohelle, 77, juin 2011, p. 52-60.

19 Claude Amoudru, « Les pneumoconioses… », op. cit., p. 66.

20 Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens…, p. 38.

21 Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens…, p. 137-157 (transcription des débats du tribunal populaire sur le thème de la silicose).

22 Il passe aux yeux de certains pour avoir été un indicateur de la police. Cf. entretien avec Jacques Lacaze, 2 septembre 2011.

23 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 21-25.

24 Archives privées Bernard Leroy, Les mineurs accusent (sans date, année 1971 ?). La brochure reprend en fait essentiellement des éléments tirés des débats et des interventions qui ont eu lieu à propos de la silicose lors du Tribunal populaire de Lens. Elle rajoute au début la mention du cas cévenol.

25 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux… », op. cit., p. 188.

26 Sur cette dimension de la catastrophe de Liévin : Centre Historique Minier de Lewarde [CHM], 55W246 et 55W247, Revue de presse sur la catastrophe de Liévin, 27 décembre 1974-29 juin 1975. Bibliothèque de documentation internationale contemporaine [BDIC], F Delta Res 579/53, Parti communiste révolutionnaire-marxiste-léniniste (PCR-ml), Vie des organisations locales et régionales (Nord). Entretiens de l’auteur avec Jacques Lacaze, 2 septembre 2011, 19 mars 2013. Entretien téléphonique de l’auteur avec Daniel Poncet, 15 mars 2013.

27 Courrier électronique de Bernard Leroy, à l’époque élève ingénieur à l’École des Mines de Paris, 25 février 2013.

28 Rémi Guillot, L’affaire de Bruay-en-Artois, op. cit., p. 364-441.

29 Entretien de l’auteur avec Bruno Mattéi, 18 février 2013. Voir également Bruno Mattéi, Rebelle, rebelle ! : Révoltes et mythe du mineur, 1830-1946, Paris, Champ Vallon, 1987.

30 Jules Grare, Ma vie à Liévin. Mémoires d’un mineur, Liévin, Les Imprimeries artésiennes, 1977.

31 Front rouge, 13 mars 1975.

32 Front rouge, 9 et 16 janvier 1975.

33 Cf. le compte rendu de la réunion parue dans Front rouge [quotidien du PCR-ml], 6 mars 1975.

34 Il n’en existe plus que dans les collections privées, telle celle de Daniel Poncet.

35 Voir les numéros du Quotidien du peuple des 26 et 27 novembre 1975 « On nous traite comme du bétail ou la médecine des Houillères », et ceux du 28, 29 novembre et du 1er décembre 1975 « La silicose tue 3 mineurs par jour ».

36 Courrier électronique de Bernard Leroy, 25 février 2013.

37 Front rouge, 27 mars 1975.

38 Front rouge, 27 mars 1975.

39 Libération, 24 mars 1975 ; Front rouge, 27 mars 1975.

40 « Le mineur accuse. La silicose tue 3 mineurs par jour », Le Quotidien du peuple, 18 novembre 1975.

41 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 22.

42 Michelle Perrot, « Vies ouvrières », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire. 3. Les France, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997 (1992), p. 3954-3957.

43 « Liévin : les leçons de la tenue du Tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 1975.

44 Archives privées Bernard Leroy, Le tribunal populaire de Lens…, p. 150-155.

45 Cf. le compte rendu de la réunion parue dans Front rouge, 6 mars 1975. Repris dans « Le mineur accuse. La silicose tue 3 mineurs par jour », Le Quotidien du peuple, 18 novembre 1975.

46 C’est du moins ce qu’affirme Jacques Lacaze, entretien du 2 septembre 2011.

47 Jules Grare, Ma vie à Liévin, op. cit., p. 204-211, ici p. 211.

48 Augustin Viseux, Mineur de fond, Paris, Plon, 1991. Louis Lengrand, Maria Craipeau, Louis Lengrand mineur du Nord, Paris, Seuil, 1974.

49 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 25.

50 Ainsi dans Révolution [le journal de Lutte ouvrière], 4 avril 1975.

51 Ceux du livre de Juliette Mince sont les plus précis, sinon les plus exactes (selon elle, un peu moins de la moitié des mineurs travaillant au fond seraient atteints de 1 à 100 % de silicose…), sans qu’elle en indique l’origine. Juliette Minces, Le Nord, op. cit., p. 85. Sur cette opacité statistique, voir en général Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit.

52 Juliette Minces, Le Nord, op. cit., p. 82-83. Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, op. cit., p. 21.

53 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit., p. 85.

54 « Le mineur accuse. La silicose tue 3 mineurs par jour », Le Quotidien du peuple, 28 novembre 1975.

55 « Liévin : les leçons de la tenue du Tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 1975.

56 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit., p. 79-84.

57 Secours rouge du Nord, Les mineurs accusent, p. 23-24.

58 Jules Grare, Ma vie à Liévin, op. cit., p. 204.

59 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière, op. cit., p. 269-299.

60 « Les mineurs accusent. Les mineurs marocains, nos frères de misère », Le Quotidien du peuple, 6-7 décembre 1975.

61 Front rouge, 6 mars 1975.

62 « Les mineurs accusent. On nous traite comme du bétail ou la médecine des Houillères », Le Quotidien du peuple, 26 novembre 1975.

63 Entretien avec Jacques Lacaze, 2 septembre 2011.

64 Pour la même période, voir le témoignage d’Abraham de Voogd, plus proche d’un catholicisme engagé et qui fut lui-même l’un de ces médecins de l’URSSM. Abraham de Voogd, J’étais médecin à Ratintout, Paris, Le Cerf, 1975.

65 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux… », op. cit., p. 185.

66 BDIC, F Delta Res, 579/53, Rapport dactylographié, « Campagne de Liévin. Accidents du travail » (sd, fin de l’année 1975, à l’occasion du premier anniversaire de la catastrophe).

67 Laure Pitti, « Du rôle des mouvements sociaux », op. cit., p. 182.

68 Front rouge, 6 mars 1975. Libération, 24 mars 1975.

69 Rémi Guillot, Le meurtre de Bruay-en-Artois, p. 265, p. 277, p. 364.

70 Laure Pitti, « Experts « bruts » et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970 », Politix, n° 91, 2010, p. 103-132.

71 Entretien avec Jacques Lacaze, 19 mars 2013.

72 Entretien avec Daniel Poncet, 15 mars 2013. Voir également Le Quotidien du Peuple, 12 décembre 1975.

73 BDIC, F Delta Res 579/28, Tracts et documents dactylographiés sur la préparation des Assises sur la Santé, printemps 1975.

74 BDIC, F Delta Res 579/28. Tract sd, printemps 1975.

75 Cet organisme est seulement brièvement mentionné dans Nicolas Dodier, « La construction pratique des conditions de travail : préservation de la santé et vie quotidienne des ouvriers dans les ateliers », Sciences sociales et santé, vol. 3, n° 2, 1985, p. 28. Une partie des archives de l’organisation (compte-rendu de réunions, bulletin de liaison) ainsi que la collection complète de la revue Lutte Santé et Sécurité se trouvent à la BDIC dans le fonds du PCR-ml sous la cote BDIC, F Delta Res 579/28.

76 Entretien avec Jacques Lacaze, 19 mars 2013.

77 BDIC F Delta Res 579/28, Lutte Santé Sécurité, n° 1, 1976.

78 BDIC F Delta Res 579/28, Compte rendu de l’assemblée générale du CLISACT des 31 mars et 1er avril 1979. Voir également les comptes rendus des sessions du bureau élargi de l’association des 16 et 17 juin, 6 et 7 octobre 1979.

79 La Maison des mineurs de Vence est créée en 1946-1947 dans le cadre des Houillères du Centre-Midi, avant que sa gestion ne soit transférée en 1971 à une association fondée par les Charbonnages de France et la Sécurité sociale minière. Sa mission principale réside dans la prise en charge, le traitement et la réadaptation des mineurs victimes de silicoses, puis d’autres maladies pulmonaires (bronchites chroniques). Elle accueille bon nombre de malades venus des Houillères du Nord-Pas-de-Calais, tel que Louis Lengrand (supra).

80 BDIC F Delta Res 579/28, Bulletin de liaison du CLISACT, février 1978.

81 BDIC F Delta Res 579/28, Lutte Santé Sécurité, n° 4-6, 1977.

82 Ce fait confirme le retard des Houillères nationalisées en matière de démocratie sociale. On rappellera que les comités d’entreprise y ont été supprimés, au moins dans le Nord, après 1948 et n’ont été rétablis qu’après 1968.

83 « Liévin : les leçons de la tenue du Tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 1975.

84 BDIC, F Delta Res, 579/53, Bilan du mouvement de rectification de la cellule du PCR-ml de Liévin (fin de l’année 1976).

85 Nord Matin, 21 décembre 1975.

86 Claude Amoudru, « Les pneumoconioses… », op. cit., p. 66.

87 Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière, op. cit., p. 269-299.

88 Paul-André Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle », op. cit., p. 85.

89 Courrier électronique de Bernard Leroy, 25 février 2013.

90 BDIC, F Delta Res, 579/53, compte rendu d’une réunion au coron 3 de Lens (c’est-à-dire sur le territoire de la commune de Liévin), 10 mars 1978.

91 Olivier Schwartz, Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990, p. 75-80.

92 « Liévin : les leçons de la tenue du tribunal populaire », Révolution prolétarienne, n° 3, avril 1975.

93 Le quotidien du peuple, 16 décembre 1975.

94 « Santé silicose : la CFDT attaque les Houillères pour « faute inexcusable » », Le Républicain lorrain, 17 novembre 2009. « Silicose, c’est bien la faute des Houillères », Le Républicain lorrain, 9 février 2013.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search