Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Première partie – Réseaux et mobilisations socio-politiques autour de la santé à la mine

Légiférer sur les maladies professionnelles au Chili au XXsiècle : les mineurs du cuivre entre l’État et le patronata

Angela Vergara
Traduction de Stéphane Carlier

Texte intégral

  • a Texte traduit de l’espagnol par Stéphane Carlier.
  • 1 Raúl Gutiérrez, « La silicosis pulmonar. Estudio médico-social ». Aparato respiratorio y tuberculos (...)

L’ouvrier en contractant la maladie
a aussi obtenu un droit
que la société doit satisfaire
1.

  • 2 Pour une vision générale de l’histoire des mines en Amérique latine, voir Kendall Brown, A History (...)

1La mine a traditionnellement constitué l’un des métiers les plus dangereux, qui a laissé de profondes traces dans le corps des mineurs mais également dans leurs familles, les communautés villageoises et leur environnement. À partir de la fin du XIXsiècle, l’industrie minière entame, au Chili comme dans de nombreux autres pays, un processus de changement technologique et une profonde réorganisation de la production et de l’entreprise. L’incorporation de nouvelles machines permet l’exploitation de minerais à faible teneur, l’extraction et l’utilisation de nouveaux métaux (ferreux et non ferreux) et l’expansion des mines souterraines. La deuxième révolution industrielle et ses transformations successives ouvrent également de nouveaux marchés pour une grande gamme de produits miniers et de matières premières, intégrant le Chili dans le boom minier mondial. Le développement d’une industrie minière moderne et capitaliste requiert l’expansion et l’intégration de nouveaux types de services, tels que des centrales hydroélectriques, des chemins de fer et des systèmes d’approvisionnement de biens intermédiaires de production. De même, au début du XXsiècle, les grandes entreprises minières ont créé des bureaux d’aide sociale et sanitaire pour s’assurer une force de travail stable et prolétarisée, pour disposer d’un personnel technique qualifié et contrôler le conflit social qui intervient souvent dans des conditions de grand isolement géographique2.

2Le processus de modernisation de l’industrie minière a eu un grand impact sur les conditions de santé des travailleurs. Si, d’une part, il a été possible d’améliorer les conditions de sécurité et de prévenir les accidents, de nouvelles maladies et de nouveaux risques ont d’autre part fait leur apparition. Par exemple, l’usage des marteaux-piqueurs a augmenté la quantité de poussière sur les lieux de travail et l’utilisation de produits chimiques et réactifs a souvent généré des gaz nuisibles pour la santé. Les émanations toxiques produites par les fonderies et les raffineries se sont répandues dans le paysage, et l’exploitation de nouveaux minéraux, comme l’uranium ou l’amiante, a été à l’origine de maladies encore inconnues jusqu’alors. Ainsi, la meilleure stabilité du travail a fait de la mine un secteur d’activité permettant d’accéder à un emploi permanent, tout en augmentant le risque de maladie chronique.

  • 3 Les premières lois sociales ont été instituées au début du XXsiècle au Chili. Dans les décennies (...)

3Dans ce nouveau contexte productif, les maladies d’origine professionnelle acquièrent une place prépondérante. À partir des années 1930, les entreprises se pressent d’établir un rigoureux système d’examens médicaux pour s’assurer une main-d’œuvre en bonne santé, privilégiant la prévention plutôt que la réparation, coûteuse, des maladies professionnelles et de l’invalidité. Les médecins et hygiénistes se consacrent à l’étude, à la dénonciation et à la prophylaxie de ces maux jusqu’alors inconnus. De la même manière que, pour les travailleurs, le « risque » définit leur relation avec le travail, il détermine aussi leur culture professionnelle, leurs revendications économiques et leurs demandes politiques. Durant les années du Front populaire, dans un contexte politique d’expansion des droits sociaux et professionnels où s’améliore le contrôle des pouvoirs publics et se développe l’État-providence avec ses systèmes d’assurances sociales, les maladies professionnelles deviennent une préoccupation politique qui requiert une législation spécifique3.

4Cet article examine le problème des maladies professionnelles au Chili à travers le cas des grandes mines de cuivre tout au long du XXe siècle. Bien que les travailleurs dans les entreprises de cuivre nord-américaines aient constitué une minorité de la main-d’œuvre chilienne, le cuivre constitue l’activité minière et le secteur d’exportation les plus importants et les plus modernes du pays : il nous offre donc l’opportunité d’examiner comment les transformations technologiques et professionnelles ont affecté les conditions de santé des mineurs et de leurs familles, et d’étudier de quelle manière les acteurs impliqués – travailleurs, syndicats, médecins, État et entreprises – ont répondu à ce problème. Dans une perspective plus large, cet article prétend réfléchir sur la place significative de la santé au travail dans les conflits entre capital et travail et dans les relations entre l’État et les citoyens.

  • 4 Voir par exemple : Michael Amundsen, Yellowcake Towns: Uranium Mining Communities in the American W (...)
  • 5 Mirta Zaída Lobato, Política, médicos y enfermedades: Lecturas de historia de la salud en la Argent (...)
  • 6 Voir par exemple Nicholas Robins, Mercury, Mining, and Empire: The Human and Ecological Cost of Col (...)

5L’intérêt des historiens pour les maladies du travail et, en particulier, pour celles qui sont associées à l’activité minière, est relativement récent4. Dans le cas de l’Amérique latine, cet intérêt est dû en premier lieu au développement de l’histoire sociale de la médecine et de la santé, laquelle explore différentes dimensions des problèmes médicaux et sanitaires. Dans la plupart des cas, cette historiographie s’est davantage attachée à l’étude des épidémies, des maladies contagieuses ou liées aux conditions de vie qu’à celles résultant du travail lui-même. Certains historiens se sont également appliqués à étudier l’activité des médecins et les politiques de santé, démontrant l’influence considérable que ceux-ci avaient non seulement dans la manière de diagnostiquer et d’affronter les différents maux, mais aussi dans la conception de systèmes d’indemnisation et de protection légale5. D’autre part, l’histoire environnementale a contribué à mieux comprendre la dimension de l’impact des tâches productives tant sur l’environnement naturel que sur les communautés villageoises et les travailleurs, offrant ainsi une perspective plus large sur le processus de production et ses conséquences6.

  • 7 L’historiographie nord-américaine est particulièrement riche et diversifiée sur le sujet, voir par (...)
  • 8 Une des études les plus importantes et pionnières sur l’histoire de la santé au travail est celle d (...)
  • 9 Voir par exemple Aviva Chomsky, West Indian Workers and the United Fruit Company in Costa Rica, 187 (...)

6Alors que ces travaux ont permis d’étudier les conditions générales de la santé et en particulier des maladies des classes laborieuses sur tout le continent latino-américain, l’impact des politiques de santé publique et les répercussions des différentes tâches productives sur l’environnement, nous savons en revanche peu de chose sur la manière dont les mineurs et leurs familles ont affronté les différents risques physiques sur leur lieu de travail. Pour l’histoire du travail latino-américaine, contrairement au cas des États-Unis7, la santé au travail est un thème récent8. Si certaines études ont souligné comment l’entreprise capitaliste elle-même a amélioré les conditions de santé pour garantir la production ou utilisé des pratiques médicales pour contrôler les travailleurs9, nous ne disposons pas encore d’une histoire qui analyse le problème de la santé au travail « par en bas ». Cette absence résulte en partie des sources disponibles et des difficultés pour faire une histoire du travail depuis la perspective des travailleurs eux-mêmes. En d’autres termes, nous disposons de sources provenant de médecins et de scientifiques, de rapports des autorités publiques, parlementaires et d’inspecteurs et de la documentation des entreprises, mais celles-ci ignorent ou déplacent souvent les visions des travailleurs et des malades.

Les grandes mines de cuivres : silicose et autres maladies

7Le Chili, en tant que pays minier, nous offre l’opportunité d’étudier et d’explorer les conséquences dramatiques tant pour la santé que pour l’environnement de cette industrie controversée qu’est l’extraction minière. L’exploitation des riches gisements d’argent, de salpêtre, de charbon et de cuivre a soutenu l’économie chilienne depuis l’époque coloniale, en exerçant une profonde influence sur les structures politiques, sociales et économiques du pays. Depuis les villages du charbon situés dans le sud du pays jusqu’aux campements isolés des exploitations de salpêtre du désert d’Atacama, les mines ont été un espace de prolétarisation, de luttes ouvrières et de radicalisation, où les travailleurs ont joué un rôle fondamental dans les transformations politiques et l’expansion de la démocratie. Mais ces mines ont également été un espace de mort, d’invalidité, de maladie et de pollution.

  • 10 Sur l’histoire sociale et du travail des grandes mines de cuivre voir Jannet L. Finn, Tracing the V (...)

8Les grandes mines de cuivre représentent au XXe siècle le principal secteur d’exportation et emploient à la fin des années 1960 plus de 20 000 travailleurs. Contrôlées par des capitaux nord-américains – Anaconda Copper Company (exploitations minières de Chuquicamata et de Potrerillos) et Kennecott Copper Corporation (exploitation minière d’El Teniente) –, ces grandes mines de cuivre se distinguent par l’établissement précoce de conditions de travail et de formes d’exploitation industrielle modernes. Elles ont construit des usines de transformation, des centrales électriques, des ports et des campements conformément aux idées les plus avancées sur l’exploitation minière et l’administration industrielle, en incorporant la technologie nécessaire pour convertir des gisements à faible teneur en entreprises rentables et compétitives sur le marché international. C’est par le biais de programmes de bien-être social et de discipline professionnelle que les entreprises se sont assurées une main-d’œuvre stable et efficace qui s’est ajustée aux rigoureux systèmes de rotation, à l’utilisation de machines et à un nouveau rythme de vie et de travail. Cependant les difficiles conditions de vie et de travail dans les campements miniers ont motivé les premiers efforts d’organisation syndicale dans les années 1920. Lors des décennies suivantes, à travers la négociation collective, la grève et la mobilisation, les travailleurs du cuivre ont connu une amélioration de leurs salaires, de leurs conditions de travail et des bénéfices économiques et sociaux, parvenant à obtenir au début des années 1950 les rémunérations les plus élevées du pays10.

  • 11 Les œuvres littéraires de Baltazar Castro, Óscar Castro, Gonzalo Drago, et Baldomero Lillo reflèten (...)
  • 12 Sindicato Industrial Obrero La Mina y Las Vegas, « Moción y exposición de motivos por-ley de jubila (...)

9Malgré les bénéfices matériels et économiques qu’il produisait, le travail dans les grandes mines de cuivre était particulièrement dangereux et déterminait les conditions de vie tant des mineurs que de leurs familles. La littérature, les mémoires, les croyances populaires et le folklore ont intégré l’accident, le risque et la mort comme éléments essentiels des expériences de travail et de la vie minière, ainsi que de la construction de l’identité spécifique de ces groupes sociaux11. La maladie et l’accident sont présents tant dans les revendications politiques et syndicales que dans les relations quotidiennes sur les lieux de travail. En 1939, par exemple, le syndicat ouvrier de la mine de Potrerillos présente une mesure pour réformer le régime de retraite des mineurs et revendique la réduction de l’âge de la retraite12. Les mineurs du cuivre négocient et discutent quotidiennement à propos de la sécurité de leurs conditions de travail : c’est ainsi, par exemple, que la présence de poussière supérieure à la norme admise sur le lieu de travail déclenche des protestations, des arrêts de travail ou des grèves sectorielles.

  • 13 Pour une vision globale du problème de la silicose dans le monde minier voir Guillerno Guerra, Sili (...)

10Les maladies respiratoires et du poumon sont les maux les plus connus et les plus fréquents de l’industrie minière. Dans les mines de cuivre, les particules de silice entrent dans le système respiratoire et détériorent progressivement le tissu pulmonaire. L’exposition à la silice tant dans les gisements souterrains que dans les usines de concassage provoque à la longue la silicose, une maladie chronique affaiblissant l’organisme et pouvant entraîner des problèmes respiratoires, le cancer du poumon ou des maladies cardiaques. Considérée comme une maladie chronique, la silicose affecte et détériore peu à peu la santé du travailleur, aggravant toujours plus les niveaux d’incapacité physique. Tandis que les mineurs ont toujours été conscients de l’impact du travail sur leur santé, ce n’est qu’avec le développement des rayons X et de la médecine du travail au début du XXe siècle que les médecins s’intéressent à ce problème et identifient la silicose comme une maladie distincte des infections pulmonaires comme la tuberculose. En outre, le processus d’industrialisation des mines à l’échelle internationale augmente considérablement le risque de silicose, faisant d’elle une des maladies les plus emblématiques du XXe siècle. Par exemple, l’introduction des marteaux-piqueurs électriques et du foudroyage par blocs (block-caving) accroît considérablement la présence de particules de silice dans l’air, tout en réduisant leur dimension, celles-ci entrant par conséquent plus facilement dans le système respiratoire13.

  • 14 Manuel de Viado, « Informe sobre la Comisión Oficial al Mineral de Cobre de Potrerillos (estudio mé (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Chañaral, 24 mai 1944, Archivo Nacional de la Administración del Estado, Dirección del Trabajo, Pro (...)

11Les caractéristiques du processus de production et des gisements de cuivre au Chili font de la silicose une maladie particulièrement fréquente. Comme le signale le docteur Manuel de Viado, la maladie est « l’objet principal de toutes les demandes ouvrières de soins à la Compagnie et des études officielles, le problème de la silicose constituant la préoccupation prioritaire à Potrerillos »14. D’après De Viado, qui visite la mine de Potrerillos, en tant que représentant du Ministère de la Salubrité, de la Prévoyance et de l’Assistance Sociale, en 1941, plusieurs facteurs peuvent influer sur l’apparition de la silicose, depuis « les facteurs personnels de prédisposition et de biotypologie jusqu’aux facteurs industriels du minerai en exploitation et au type de tâche »15. À partir de la fin des années 1930, les compagnies nord-américaines de cuivre mettent en place des systèmes de prévention et de contrôle de la silicose. L’utilisation de l’eau, le contrôle des niveaux de poussière, la construction de système de ventilation et l’extraction d’air par des aspirateurs sont quelques-unes des stratégies d’hygiène industrielle les plus communes. Mais les systèmes de prévention ne sont pas complètement rigoureux, et le Bureau du Travail dénonce l’existence de conditions irrégulières de travail dans les mines du cuivre. En 1944, quand l’Inspection du Travail visite le site de Potrerillos, l’inspecteur constate que les équipements de protection personnelle ne sont pas très efficaces et recommande « l’usage du masque respiratoire »16. Les compagnies minières introduisent également des systèmes de contrôle médical comprenant des examens médicaux obligatoires pour tous les candidats à un emploi (afin d’éviter d’embaucher des travailleurs malades) et des examens périodiques des travailleurs embauchés. Cependant, comme l’affirme le Dr De Viado dans son rapport :

  • 17 Ibid.

Les mesures de prévention prises par l’Andes Copper Mining [dans l’exploitation minière de Potrerillos] constituent un modèle du genre, tant pour la prévention individuelle que collective, mais en dépit de cela, la silicose existe et existera. Nous estimons que les mesures de prophylaxie et d’hygiène industrielle – même appliquées à leur maximum – comme c’est le cas ici – réduisent le nombre d’ouvriers affectés par cette maladie, mais ne parviennent pas à en empêcher l’apparition.17

  • 18 Sur l’impact des fonderies sur la santé et l’environnement, voir par exemple Donald MacMillan, Smok (...)
  • 19 Angela Vergara, « “Cuando el río suena piedras trae”: Relaves de cobre en la Bahía de Chañaral, 193 (...)
  • 20 La Usina (Potrerillos), 16 avril 1942.

12Si la silicose est la maladie professionnelle la plus connue, il existe aussi d’autres types de risques, qui, pour avoir été moins étudiés ou pour être moins dangereux, sont souvent passés inaperçus. Par exemple, les gaz et les fumées émanant des fonderies de cuivre ont eu un fort impact tant sur la population que sur l’environnement18. Les résidus de cuivre et d’autres minéraux ont également détruit, par la contamination des eaux, la flore et la faune locale, et provoqué maladies et malaises dans la population environnante19. De même, l’utilisation de réactifs chimiques dans les systèmes de flottaison et de raffinage sont la cause de nombreuses maladies, intoxications et affections de la peau, lesquelles, pour être bénignes ou sporadiques, sont souvent passées inaperçues auprès des autorités. Par exemple, en 1942, le journal La Usina de Potrerillos énumère les maladies professionnelles les plus connues et les plus nombreuses : « La silicose dans les mines ; le cancer dans l’unité de traitement à l’acide et la raffinerie, le rhumatisme dans les unités de flottation, filtration, lixiviation et purification etc »20.

  • 21 William Wraith, New York, 3 septembre 1927, Montana Historical Society Archives, Anaconda Copper Mi (...)
  • 22 T.C. Campbell, 29 octobre 1949, Montana Historical Society Archives, Anaconda Copper Mining Company (...)

13Dans le cas des grandes mines de cuivre, nous disposons de nombreuses plaintes de mineurs qui permettent de prendre la mesure de l’impact de l’exploitation minière sur la santé des travailleurs, bien au-delà de la silicose. En 1927, par exemple, William Wraith, responsable d’un des gisements d’Anaconda, à Potrerillos, informe ses supérieurs dans le Montana qu’un grand nombre de travailleurs de la nouvelle fonderie et des fours se plaignent de l’usage de dioxyde de soufre (SO2). « Le chilien, écrit-il, croit que le SO2 est vénéneux et il est pratiquement impossible de le maintenir au travail ici »21. Des années plus tard, en 1949, les travailleurs de Potrerillos se plaignent à nouveau des gaz et des fumées de la fonderie, notamment d’un réactif, l’Aerofloat, qui leur cause des maux d’estomac et différents types d’irritations. Comme l’indique alors un rapport d’une commission médicale officielle : « Un nombre important de travailleurs qui a été exposé à plusieurs types de gaz et de fumées dans différents départements de la fonderie présente des symptômes d’irritation des yeux, des gencives et des dents, et se trouve dans de très mauvaises conditions »22. À une autre occasion, les travailleurs de Potrerillos avec l’appui du député du Parti radical Manuel Magalhaes, dénoncent

  • 23 Manuel Magalhaes, Cámara de Diputados, Diario de Sesiones, 14 de marzo de 1950.

de graves atteintes à la santé de la population laborieuse provoquées par les gaz arsenicaux, qui s’échappent dans l’atmosphère dans la mine de Potrerillos, provenant d’un traitement métallurgique employé ici. En effet, il suffit de rester quatre heures à son poste de travail pour que l’action de ces gaz dangereux produise de graves affections dans les plis de la peau et les aisselles, des inflammations des amygdales et des organes génitaux.23

14Que ce soit le risque de contracter une maladie chronique ou fatale, telle que la silicose, ou de souffrir de différentes affections temporaires (intoxications, malaises, maux de tête, irritations de la peau), la maladie tient donc une place prépondérante dans les expériences du travail minier. Cette place centrale fait de la maladie professionnelle un sujet de débat public, qu’il faut régler, étudier, prévenir et indemniser. Lors des décennies suivantes, fonctionnaires, parlementaires et médecins proposent différents mécanismes pour régler le problème. Ces réponses ne parviennent pas néanmoins à le résoudre ni à garantir la sécurité du lieu de travail ; en général, elles marginalisent les travailleurs eux-mêmes, ceux-ci étant perçus comme des victimes passives à soigner et à éduquer.

La « réalité médicale des travailleurs » :
État, risque professionnel et législation sociale

  • 24 Karin A. Rossemblat, Gendered Compromises: Political Cultures and the State in Chile, 1920-1950, Ch (...)

15En 1938, Salvador Allende, alors Ministre de la Salubrité du Gouvernement de Pedro Aguirre Cerda, publie son célèbre livre La realidad médico-social de Chili. Faisant éco au slogan du Front populaire « Gouverner, c’est éduquer et assurer la santé du peuple », il analyse les grands défis auxquels la santé publique est alors confrontée, comme la santé maternelle et infantile et ce que l’on appelle alors les « maladies sociales » (« enfermedades sociales »), ainsi que les problèmes socio-économiques dont souffre la classe laborieuse. C’est ainsi que Salvador Allende, médecin formé à la grande tradition de la médecine sociale des années vingt, met les problèmes de santé et le concept de santé publique au centre des priorités sociales de l’État-providence naissant24. Lors des décennies suivantes, Allende se trouve d’ailleurs à la tête des réformes et des projets de santé publique les plus importants du pays.

  • 25 Salvador Allende, La realidad médico-social chilena, Santiago, 2ª edición, Editorial Cuarto Propio, (...)

16Si les innombrables problèmes de santé dont souffrait la population laborieuse ont acquis une place centrale dans le débat médico-social des années trente, les risques auxquels les travailleurs étaient confrontés sur leur lieu de travail, comme conséquence directe du processus de travail, furent moins étudiés, et relégués dans le champ des relations professionnelles. Ainsi Allende ne consacre-t-il qu’une brève allusion au problème des maladies professionnelles, se limitant à confirmer que celles-ci ont été prises en compte et réglementées par le Code du Travail de 1931, bien qu’il reconnaisse en même temps que les patrons cherchent généralement à échapper à leurs responsabilités légales. Allende signale également qu’il existe de grandes lacunes dans la connaissance sur ces maladies et fait un appel urgent aux médecins pour qu’ils « se consacrent sérieusement à l’étude systématique et planifiée de cet aspect de notre pathologie sociale »25. En d’autres termes, bien qu’il existe une conscience publique qui reconnaît l’importance des maladies professionnelles, certains allant même jusqu’à les considérer comme « pathologie sociale », on ignore encore l’étendue du problème. Comme l’admettent les médecins eux-mêmes, cette ignorance est due en partie aux limites techniques qui rendent difficile un diagnostic médical exact. Par exemple, nombreux sont les cas de silicose ayant été diagnostiqués, de manière erronée, comme des cas de tuberculose. De même, faute de laboratoires et de radiographies dans les régions les plus isolées, il est parfois impossible d’établir un diagnostic.

  • 26 Pour une discussion des limites de la législation du travail au Chili, voir Peter Winn, Weavers of (...)

17L’un des aspects essentiels pour comprendre la problématique des maladies professionnelles et le rôle – réel ou non – de l’État est la législation en vigueur pendant cette période. Comme l’indique Allende dans l’ouvrage déjà cité, la législation sociale des années 1920, en partie intégrée ultérieurement dans le premier Code du travail de 1931, réglemente les maladies et les accidents survenus sur le lieu de travail. Lors des décennies suivantes sont introduites des réformes élargissant peu à peu le droit des travailleurs malades et définissant plus clairement les procédures légales pour dénoncer une maladie et percevoir des indemnités (voir tableau nº1). Cependant, jusqu’en 1968, date à laquelle est introduite la réforme la plus importante en matière de santé publique et où est établi pour la première fois le caractère obligatoire de l’assurance contre les risques des accidents du travail et des maladies professionnelles, la plupart des ouvriers et ouvrières chiliens sont en réalité sans protection face à la maladie professionnelle. Voilà pourquoi l’analyse de la législation est essentielle, tant pour ses contributions que pour ses lacunes. De même, comme une grande partie de la législation sociale et du travail, l’instauration de cette loi dépendait enfin de la capacité de l’État, des travailleurs eux-mêmes et des mouvements syndicaux à la faire appliquer26. C’est pourquoi une grande partie de la documentation sur le sujet provient des grandes mines de cuivre où les syndicats avaient un plus grand pouvoir et une plus forte influence et parvenaient à exercer une plus forte pression.

Tableau n° 1 – Chronologie de la législation sur les accidents et les maladies professionnelles et accords internationaux souscrits par le Chili, 1916-1968

  • 27 Loi établissant le caractère obligatoire de l’assurance maladie, maternité, retraite et invalidité (...)
  • 28 La Loi sur la Médecine préventive a été une innovation en matière de santé publique et professionne (...)
  • 29 Loi établissant l’assurance obligatoire contre les risques d’accidents du travail et les maladies p (...)
Date Loi
1916 Accidents du travail
1924 Assurance sociale (loi n° 4054)27
1924 Accidents du travail (loi n° 4055)
1925 Règlement sur les indemnités des accidents du travail
1926 Règlement sur l’hygiène et la sécurité industrielle
1927 Règlement sur les maladies professionnelles
1931 Code du travail
1934 (révisée en 1964) Convention de l’OIT sur les maladies professionnelles
1938 Médecine préventive28
1940 Règlement sur l’hygiène et la sécurité industrielle
1952 Service de Sécurité sociale et service national de santé (loi n° 10 383)
1968 Accidents du travail et maladies professionnelles (loi n° 16 774)29
  • 30 Ley 4055: Accidentes del Trabajo, 8 de septiembre de 1924.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

18L’origine de la législation sur les accidents du travail et les maladies professionnelles remonte à 1916, année où la première « loi sur les accidents du travail » établit la responsabilité des patrons en cas d’accident du travail ainsi que le droit à l’indemnisation, mais elle a aussi libéré les patrons de cette responsabilité en cas de négligence de la part des travailleurs accidentés. Considérée comme une « erreur technique », cette restriction a ensuite été éliminée par la loi n° 4 055 de 1924. La première loi sur les accidents du travail ne prenait pas en compte les maladies professionnelles. Cependant : la « loi sur les accidents du travail » (loi n° 4 055) de 1924 est la première à réglementer directement le problème des maladies provoquées par l’activité laborieuse. Cette loi établit le concept d’indemnisation financière et celui de responsabilité patronale en cas d’accident ou de maladie professionnelle et définit les mécanismes légaux pour résoudre chaque cas individuel. L’article 3 – les deux premiers se référant aux accidents – signale : « Le patron ou l’entrepreneur est responsable des maladies provoquées directement sur la personne de l’ouvrier ou de l’employé comme résultat de l’exercice de sa profession ou de son travail, produisant une incapacité »30. L’employeur doit donc couvrir toutes les dépenses médicales et, s’il y a lieu, funéraires, et payer une indemnité économique temporaire ou permanente à la victime ou à la famille, en cas de décès. Pour couvrir ces coûts, les employeurs peuvent assurer « le risque de l’ouvrier ou de l’employé en versant une cotisation à une société d’assurance chilienne ou à une fondation ayant une existence légale »31. De même, le Bureau du travail assume « le contrôle et l’inspection administrative nécessaire pour garantir la stricte observation de cette loi et de ses règlements complémentaires »32. De cette manière, l’État prend la responsabilité de – ou se limite à – garantir l’application de la loi et, de même que pour d’autres aspects des relations professionnelles, il n’intervient qu’en cas de conflit afin de maintenir l’harmonie à laquelle aspirent les centres de production.

  • 33 Il est important de signaler que les caractéristiques de cette loi étaient conformes aux recommanda (...)

19Bien que la loi de 1924 établisse la responsabilité patronale en cas d’accident et de maladie survenus sur le lieu de travail – éliminant la distinction entre la responsabilité de l’employeur et celle du travailleur, en vigueur antérieurement – il est nécessaire de démontrer que l’accident ou la maladie est survenu « physiquement » sur le lieu de travail et non ailleurs. C’est à cette fin que la loi chilienne établit une série de mécanismes légaux pour dénoncer, déclarer et résoudre des litiges en cas d’accident ou de maladie, ce qui doit se faire devant un tribunal civil local. Le « Règlement sur les maladies professionnelles » approuvé en 1927 spécifie plus clairement les mécanismes pour obtenir une indemnité partielle ou permanente et définit les maladies professionnelles reconnues en tant que telles, les incluant dans une liste – système reconnu internationalement comme le « système de liste des indemnités » –, modifiée et actualisée tous les trois ans33.

  • 34 Cristina Martínez-González, Alfredo Menéndez-Navarro, « El Instituto Nacional de Silicosis y las en (...)
  • 35 Ce qui continue d’être l’un des problèmes essentiels dans la législation sur les maladies professio (...)

20Comme dans la plupart des pays occidentaux, cette loi qui établit le concept d’indemnisation économique ou monétaire fut davantage une réponse aux accidents du travail qu’aux maladies professionnelles. Comme le signalent les historiens Cristina Martínez-González et Alfredo Menéndez-Navarro dans le cas de l’Espagne, « depuis la fin du XIXsiècle les pays occidentaux intègrent dans leur législation des normes constituant surtout une disposition de nature réparatrice, afin de compenser les risques liés aux accidents du travail »34. De même, ces deux historiens concluent que l’action et la législation concernant les maladies professionnelles sont fondées sur l’adaptation de la protection déjà en vigueur pour les accidents du travail. Cependant, et c’est ici que se trouve la grande lacune de la législation sur les maladies professionnelles, les maladies ne surviennent pas ou ne se manifestent pas immédiatement – sauf peut-être les intoxications brutales – comme c’est le cas des accidents, mais se développent pendant une longue période, ce qui rend extrêmement difficile la vérification du lieu où elles ont été contractées, fait crucial pour démontrer la responsabilité patronale et obtenir une indemnité économique35.

  • 36 « Reglamento de Enfermedades Profesionales », cité par Manuel de Viado, « Silicosis », Aparato Resp (...)
  • 37 Hugo Dooner, « Diagnóstico y prevención de la silicosis: Estudio basado en la observación de 204 ca (...)

21L’une des lacunes les plus notables de la législation concerne alors les maladies chroniques. Le malade dispose d’un délai d’un an – porté par la suite à deux ans dans le Code du travail – pour présenter une déclaration de maladie : « La maladie doit être déclarée comme étant le résultat du travail de la victime ou des conditions de son activité professionnelle pendant l’année précédant l’apparition de la maladie, en tenant compte dans tous les cas du degré d’incapacité pour le travail affectant l’ouvrier »36. Ce délai est tout à fait insuffisant – les médecins demandent au cours des décennies suivantes d’en augmenter la durée à cinq ans – pour dénoncer les cas de maladies chroniques comme la silicose et la pneumoconiose, la plupart des travailleurs à haut risque se trouvant de ce fait abandonnés à leur sort lorsque la maladie se déclare. Cette situation est aggravée par les stratégies migratoires des travailleurs, qui rendent encore plus difficile la reconstruction de l’histoire de la maladie. C’est la raison pour laquelle une grande partie de l’effort sanitaire s’est concentrée sur l’étude et la reconstruction des « histoires » médicales et professionnelles des travailleurs malades afin de vérifier où et comment ont été contractées et se sont développées les différentes pathologies du travail. Le docteur Hugo Dooner, spécialiste des maladies respiratoires et de la silicose, explique que « l’histoire clinique doit comprendre les antécédents professionnels, l’occupation précise, sa durée, le temps d’exposition à la poussière, les affections empêchant l’exercice du travail dont le sujet a souffert antérieurement (…) »37.

  • 38 Código del Trabajo, Libro Segundo, Título I, Artículo 244, Santiago, Editorial Nascimento, 1932.
  • 39 Promulguée le 1er février 1968, la loi 16 744 sur les « Accidentes del Trabajo y Enfermedades Profe (...)

22En 1931, le Code du travail introduit sans grandes modifications la loi 4 055 dans son Livre II, où est précisée la « protection des ouvriers et des employés dans le travail » et réitérée l’obligation de l’employeur de « prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger efficacement la vie et la santé de ses ouvriers et de ses employés »38. Cette norme demeure en vigueur sans grands changements jusqu’en 196839. Le Code du travail maintient ainsi un des problèmes centraux qui consiste à appliquer les normes prévues pour les accidents du travail aux maladies professionnelles. Dans son article 258 est stipulé : « Les indemnités pour maladies professionnelles seront réglementées conformément aux normes établies pour la réparation des accidents du travail ». Les travailleurs temporaires et tous ceux qui travaillaient dans les entreprises ayant moins de trois employés sont exclus du champ d’application de la législation. Comme le rapporte de manière critique Manuel de Viado, médecin de la Caisse d’assurance ouvrière, en 1942 :

  • 40 Manuel de Viado, « Silicosis », Aparato Respiratorio y Tuberculosis, vol. 8, n° 1, Santiago, 1942, (...)

De grosses erreurs de fond et de forme se trouvent dans cette loi. Citons rapidement la distinction entre « maladie professionnelle » et « accident du travail », l’énumération restrictive des maladies sans considération effective des risques et des professions, la quantité insuffisante des salaires minimums légaux, et par conséquent, des indemnités, la caducité et l’arbitraire des dispositions réglementaires, le manque de normes techniques standards évitant les litiges continus, etc.40

Les limites de la réponse légale

  • 41 Moisés Poblete Troncoso, El derecho del trabajo y la seguridad social en Chile, Santiago, Editorial (...)

23Selon les médecins, l’évidence même de l’inefficacité de la loi se reflète alors dans le faible nombre de pensions octroyées chaque année pour maladie professionnelle au cours des années quarante et cinquante. En outre, l’inexistence d’institutions médicales et hospitalières spécialisées dans le traitement des pathologies du travail rend très difficile le diagnostic et le traitement des maladies professionnelles. Par exemple, en ce qui concerne les accidents du travail, les travailleurs bénéficiaient d’une meilleure protection légale, d’une indemnité financière et d’infrastructures sanitaires et hospitalières. Dans son étude sur le droit du travail au Chili, Moisés Poblete Troncoso explique que 40 % des entreprises sont assurées à une Caisse d’assurance d’accidents du travail, entité parrainée par l’État. Toutefois, il n’y a rien de comparable à la Caisse d’assurance contre les accidents pour les travailleurs qui souffraient de maladies professionnelles, et qui souvent finissent leurs jours dans le dédale des institutions médicales et de l’assurance sociale41. De plus, la connaissance médicale sur de nombreuses maladies professionnelles est encore restreinte et le manque d’instruments techniques pour les étudier rend difficile un diagnostic précis.

  • 42 Dirección General de Sanidad, Santiago, 10 de septiembre de 1949. ARNAD, Ministerio de Salubridad, (...)

24Sur d’autres aspects de la législation sociale, l’action de contrôle de l’État est également difficile à cause de la dispersion de la responsabilité dans divers organismes et administrations, ce qui rend impossible la mise en œuvre d’une action publique cohérente. Pour superviser l’application de la législation, l’État crée et renforce plusieurs bureaux d’inspection et d’étude mais ces dépendances se trouvent dispersées dans de grands établissements publics : (1) le Ministère de la Salubrité, de la Prévoyance et de l’Assistance sociale dispose depuis 1932 d’un Département d’hygiène industrielle, au sein de la Direction générale de la Santé, qui se charge surtout de l’inspection des lieux de travail et dont l’action se limite dans la pratique à la province de Santiago ; (2) la Direction générale du Travail dispose d’un Département d’inspection des accidents du travail, de l’hygiène et de la sécurité industrielle et des bureaux sur tout le territoire qui reçoivent les demandes des travailleurs ; (3) la Caisse d’assurance ouvrière (avec son entité complémentaire, la Caisse d’accidents du travail) emploie un personnel spécialisé en santé du travail et accidents, attaché à l’Institut de médecine du travail créé en 1940, et gère plusieurs dispensaires où se rendent les travailleurs malades. Cette dispersion complique encore davantage un processus déjà délicat en soi, limitant l’action efficace de l’État à ce sujet. Elle signifie également qu’aucun établissement public ne dispose des ressources suffisantes pour mettre en œuvre une politique de santé du travail efficace42.

25De fait, les difficultés pour obtenir une indemnité pour maladie professionnelle obligent de nombreux ouvriers à recourir à la Caisse d’assurance ouvrière. Les problèmes associés à la sécurité sociale et aux maladies professionnelles sont toujours intimement liés à l’activité de la Caisse d’assurance ouvrière. Bien que celle-ci n’ait pas la responsabilité légale de s’occuper de la santé des travailleurs sur leur lieu de travail, elle assume dans la pratique un rôle essentiel dans le débat, la recherche, l’assistance médicale et l’indemnisation financière des victimes. Ces obligations représentent avec le temps une charge économique encore plus forte pour cette institution, contribuant dans une certaine mesure à sa propre crise budgétaire et à sa faillite au milieu du XXsiècle.

  • 43 « Social Services in Chile », International Labour Review, vol. XXIX, nº 6, Junio 1934, p. 823-844.
  • 44 A. Flores et Manuel de Viado, « Organized Medical Care in Chile », International Labour Review, vol (...)

26La Caisse d’assurance ouvrière est créée en 1924 pour se charger de la gestion de la sécurité sociale des ouvriers. La même année, la loi n° 4 054 établit le caractère obligatoire de l’assurance maladie, maternité, retraite et invalidité pour tous les travailleurs de moins de 65 ans et ayant un salaire inférieur à 8 000 pesos par an. L’assurance est financée par les contributions des travailleurs assurés (2 % du salaire), les employeurs (3 % du salaire) et l’État (1 % du salaire). Au bout d’un an (1925), la Caisse compte plus de 148 569 affilés, et en 1931, le nombre d’affiliés s’élève à plus de 1 256 107, dépassant rapidement les capacités humaines et économiques de l’établissement43. La Caisse gère les fonds pour le paiement des indemnités en cas de maladie, d’invalidité, de retraite et de maternité pour les assurés et leurs familles. Elle dispose également de services d’assistance médicale et de pharmacie, ce qui fait qu’elle entretient de nombreuses cliniques dans les régions urbaines et rurales où sont employés vers 1943 presque mille médecins et un personnel médical de près de 2 300 personnes44. En marge de la Caisse d’assurance ouvrière, se trouvent les travailleurs des chemins de fer de l’État, les fonctionnaires, les travailleurs du secteur privé et les journalistes, qui, eux, disposent de leurs propres systèmes de retraites et de leurs propres Caisses d’assurance.

  • 45 Karin A. Rosemblatt, Gendered Compromises…, op. cit., p. 132-135.

27Comme le montre clairement l’historienne Karin Rosemblatt, les bureaux de la Caisse d’assurance ouvrière deviennent dans les années 1930 et 1940 de vraies pépinières de médecins sociaux, de spécialistes de la santé publique et de progressistes, parmi lesquels nombreux sont ceux qui participent activement aux débats politiques de l’époque sur le rôle et l’orientation des politiques publiques et sociales, ainsi qu’à la construction et à l’administration de l’État-providence. Comme l’expose également Rosemblatt, c’est par le biais de la Caisse que s’est consolidée une alliance entre les travailleurs et les professionnels publics, ce qui est devenu la base du Front populaire45. Cependant, il ne faut pas oublier que les origines de la Caisse ont créé de nombreuses controverses, et l’approbation de la loi sur l’assurance obligatoire en 1924 a provoqué des protestations et des grèves dans tout le pays. En effet, les organisations ouvrières critiquent fortement les contributions obligatoires imposées aux travailleurs pour l’assurance sociale et suspectent notamment les déductions opérées par les patrons sur les salaires ouvriers à cette fin. De même, bien que le travail au sein de la Caisse ait radicalisé et rapproché de nombreux professionnels du monde ouvrier, ceux-ci ne sont pas associés à la gestion ou à la direction de l’établissement. Les dernières années de la Caisse d’assurance (1948-1952) sont également marquées par une forte répression politique et sociale, ainsi que par l’établissement de la « Loi de Défense de la démocratie » de Gabriel González Videla, qui entraîne l’expulsion des militants du Parti communiste de l’administration, de l’État et des syndicats.

28Que ce soit ou non dans ses compétences, avec ou sans fonds, la Caisse d’assurance ouvrière réalise un important travail en matière de santé professionnelle jusqu’à sa dissolution en 1952. Les travailleurs souffrant de maladies professionnelles se rendent en dernier recours aux bureaux de la Caisse, ce qui démontre les lacunes de la législation en vigueur. Beaucoup d’entre eux, en effet, en particulier ceux atteints de silicose et de pneumoconiose, se rendent au fameux dispensaire broncho-pulmonaire géré par la Caisse à Santiago. De plus, face aux difficultés pour bénéficier d’une pension pour maladie professionnelle, ils obtiennent une pension d’invalidité accordée par la Caisse d’assurance ouvrière. Ainsi, celle-ci assume les coûts du diagnostic, du traitement médical et de la pension, alors que les entrepreneurs, eux, en sont déchargés. Cette situation ne passe pas inaperçue aux yeux des médecins de l’époque. Déjà en 1937, Raúl Gutiérrez, médecin et professeur de phtisiologie à l’Université du Chili, signale :

  • 46 Raúl Gutiérrez, « La silicosis pulmonar: Estudio médico-social », Aparato respiratorio y tuberculos (...)

Selon la loi, il n’est pas du ressort de la Caisse d’assurance ouvrière obligatoire de prendre soin et d’indemniser des individus silicosés. Si la Caisse a accordé pour des raisons humanitaires des pensions d’invalidité à de nombreux individus affectés, en détournant à cette fin de l’argent destiné à un autre usage, c’est pour corriger, au bénéfice des victimes de la silicose, le non-respect des obligations des patrons ou des compagnies d’assurances46.

  • 47 Salvador Allende, La realidad médico-social chilena…, op. cit.

29En refusant d’assumer leur responsabilité, les patrons ou les compagnies d’assurances reportent tous les coûts de la maladie sur l’État et sur les victimes qui contribuent elles-mêmes de manière obligatoire à la Caisse, limitant de ce fait, comme l’indique Guitiérrez, sa capacité dans les domaines où elle doit vraiment assumer une responsabilité. En 1939, par exemple, Salvador Allende lui-même reconnaît que « le risque des travailleurs affectés par des maladies professionnelles – qui, conformément à la théorie du risque professionnel, est du ressort exclusif du patron – pèse pour une part non négligeable sur l’assurance ouvrière obligatoire contre la maladie, ce qui est un motif fréquent de discussions et de litiges »47.

  • 48 Magdalena Echeverría, Enfermedades de los trabajadores y crisis económica, Santiago, Chile, Program (...)

30Outre le versement des pensions d’invalidité aux victimes de maladies professionnelles, la Caisse organise des visites sur les lieux de travail dans tout le pays, parraine des commissions d’étude médicale et scientifique sur plusieurs maladies, réalise avec succès un travail de vulgarisation et appuie des projets de réforme de la législation en vigueur. Ce sont ces derniers aspects qui attirent le plus l’attention, puisqu’il n’est pas seulement nécessaire d’apporter une aide « humanitaire » au travailleur malade, comme le signale le Dr Guitiérrez, mais la Caisse assume aussi consciencieusement un rôle fondamental dans la recherche et le débat sur la santé au travail, démontrant – peut-être involontairement – la nécessité d’étudier tous les aspects de cette dimension sociale du travail à laquelle se réfère Magdalena Echeverría48.

  • 49 Manuel de Viado, « Silicosis », Aparato respiratorio y tuberculosis, año VIII, no. 1, 1942, p. 11- (...)
  • 50 Ibid.

31En 1939, la Caisse d’assurance ouvrière, avec la Caisse des employés particuliers et la Direction de la Santé, participe à une des nombreuses commissions d’étude sur le problème de la silicose et parraine l’envoi d’une commission chargée d’étudier cette maladie dans les mines de cuivre de Potrerillos dans la province d’Atacama49. Celle-ci réalise également des études dans des verreries, des cimenteries et d’autres établissements présentant une incidence élevée de maladies professionnelles. En 1940, la Caisse d’assurance ouvrière crée l’Institut de médecine du travail, dont l’objectif principal est « l’étude et la recherche sur les maladies professionnelles et du travail ». Dirigé par José Ansola, une des premières tâches de l’Institut consiste à réaliser une étude sur les conditions de travail dans les Verreries du Chili (Cristalerias Chile)50.

32Ce qui ressort des histoires des nombreux cas parvenus à l’Inspection du travail, c’est l’évidence des lacunes de la législation, les difficultés quotidiennes pour obtenir une indemnité et l’incapacité des organismes publics eux-mêmes, dépourvus de budget et mal coordonnés, à trouver des solutions immédiates pour les victimes et à protéger les droits des travailleurs garantis par le Code du travail.

  • 51 R.E. Bardach, Gerente Comercial, a Néstor Cárdenas Silva, Inspector Departamental del Trabajo, Potr (...)

33C’est le cas, par exemple, d’Horacio Vega, mineur dans la mine de cuivre de Potrerillos, souffrant d’une silicose de premier degré. L’entreprise Andes Copper lui accorde une indemnité en avril 1956 correspondant à 30 % de son salaire sur deux ans. Bien que nous ne disposions pas d’autres données sur ce mineur, il est probable que cette indemnité ne lui permettait pas d’entretenir sa famille. Face à cette situation, il décide de reprendre le travail, en exprimant « son souhait de prendre sa retraite en novembre et de toucher à partir de cette date l’indemnité »51. Ce cas révèle un des problèmes essentiels de la législation de cette époque : une indemnité insuffisante oblige de nombreux travailleurs à continuer à travailler dans des conditions à risque. Dans d’autres cas, les travailleurs indemnisés intègrent le secteur informel, ce qui s’accompagne souvent de graves conséquences pour leur état de santé.

  • 52 Copiapó 9 de noviembre de 1955, Dirección general del Trabajo, Providencias, 1956, vol. 2.
  • 53 Copiapó 10 de octubre de 1959, Dirección general del Trabajo, Providencias, 1957, vol. 23.

34D’autre part, nombreux sont les travailleurs qui doivent affronter d’énormes obstacles légaux et bureaucratiques pour obtenir leur indemnité. En 1955, l’entreprise minière Andes Copper (Potrerillos) refuse le versement des indemnités aux mineurs silicosés Gastón González et Manuel Córdova, à qui l’on demande d’obtenir des dossiers médicaux auprès du Service national de Santé. Cependant, devant l’impossibilité d’obtenir les documents réclamés, le gérant de l’entreprise refuse de verser les indemnités aux ouvriers. Dans ces cas-là, l’Inspecteur départemental du travail recommande aux travailleurs de « présenter leurs demandes auprès du tribunal de leur juridiction »52. Le cas du mineur Manuel Páez est similaire aux précédents. En septembre 1957, il demande à l’entreprise Andes Copper Mining une indemnité, parce qu’il souffre de silicose, demande à laquelle la direction s’oppose sous prétexte qu’on doit lui fournir des dossiers cliniques et radiologiques du Service national de Santé. Devant ce refus, Páez se voit dans l’obligation de présenter une demande auprès du Conseil des Prud’hommes53. Bien que nous ne disposions pour aucun de ces cas de documents d’archives nous permettant de savoir si les demandes furent présentées ou non et quel fut le verdict du tribunal, ces trois cas montrent le poids de la bureaucratie et les difficultés auxquelles les ouvriers sont confrontés au moment de solliciter une indemnité pour maladie professionnelle.

  • 54 Dirección General de Sanidad, Santiago, 10 de septiembre de 1949, ARNAD, Ministerio de Salubridad, (...)
  • 55 Dirección General del Trabajo, Santiago, 7 de agosto de 1951, ARNAD, Dirección General del Trabajo, (...)

35De même, les difficultés pour obtenir une pension s’accroissent si le mineur a quitté son précédent lieu de travail au moment de la déclaration de la maladie : il doit alors présenter une demande aux bureaux de travail de la région dans laquelle il travaille désormais. En 1949, par exemple, la Direction générale de la Santé est informée d’une série de cas d’ouvriers licenciés, dans le nord du Chili, souffrant de silicose et « dispersés dans tout le pays ». Face à cette situation, une commission composée des représentants du Département d’hygiène industrielle, de l’Institut de médecine du Travail de la Caisse d’assurance ouvrière, de l’Institut traumatologique de la Caisse des accidents du travail et de la Direction générale du Travail indique aux travailleurs licenciés qu’ils doivent se rendre « au centre hospitalier le plus proche pour demander une radiographie ». Les autorités provinciales réunissent tous les antécédents qui sont transmis à la commission, laquelle doit évaluer au cas par cas près de 1 800 dossiers54 ; en juillet 1950, elle n’a étudié que 359 cas. La commission rencontre également une forte opposition de la part des entreprises, puisque « les dossiers qu’elle délivre sont dès le début reçus avec une certaine réticence. Seuls quelques rares cas se terminent par le versement de l’indemnité accordée, alors que les autres doivent présenter une réclamation »55.

  • 56 Copiapó 10 de agosto de 1959, Dirección general del Trabajo, Providencias, 1959, vol. 27.

36La situation est encore plus précaire pour les mineurs employés dans de petites entreprises. En 1959, par exemple, Domingo Valenzuela, ouvrier employé dans la mine d’El Salvador demande à l’entreprise d’Augusto Fuentes Soto le paiement d’une indemnité pour maladie professionnelle. Suite à la réponse négative de l’entreprise, Domingo Valenzuela se rend aux bureaux de la Direction générale du Travail et obtient son dossier médical délivré par le Service national de Santé, le déclarant silicosé dès 1958. En dépit des évidences, Augusto Funes signale que « pendant la courte période où cet ouvrier a travaillé sous nos ordres, il n’a pas pu contracter la silicose, comme nous l’exprimons dans notre dernière lettre. Nous sommes sûrs que cet ouvrier est entré dans notre entreprise déjà malade, en se jouant de la bonne foi des médecins chargés de l’examiner »56. De même que dans les cas précédents, l’Inspecteur provincial du Travail presse Valenzuela de présenter une demande auprès du Conseil de Prud’hommes.

  • 57 Voir ses mémoires comme médecin de l’entreprise Andes Copper, Hugo Dooner, Rapsodia en Rojo, Santia (...)

37Certains médecins et entrepreneurs reprochent aux travailleurs eux-mêmes de contracter quasi volontairement la maladie, surtout dans les endroits où les systèmes de sécurité sont dérisoires. Par exemple, le docteur Hugo Dooner, médecin de l’entreprise Andes Copper à Potrerillos, qui se spécialise ensuite dans l’étude de la silicose57, explique que l’entreprise accorde une indemnité assez généreuse aux travailleurs silicosés, laquelle – contrairement au minimum garanti par la loi – « les aide en partie à vivre ». Toutefois, Dooner exprime ainsi ce qu’il pense des mineurs :

  • 58 Nous soulignons.
  • 59 Hugo Dooner, « Diagnóstico y prevención de la silicosis: Estudio basado en la observación de 204 ca (...)

Ils naissent mineurs et meurent mineurs. Comme ils savent qu’à ce stade, silicosés au troisième degré, « arrangés » avec la Compagnie, comme ils appellent ceux qui ont été indemnisés, aucune corporation effectuant un examen de contrôle de la silicose ne les emploiera, ils travaillent dans de petites mines clandestines en utilisant des méthodes primitives, sans aucun type de contrôle et c’est là qu’ils finissent leur vie. Autre point digne de considération, comme ils savent aussi qu’ils vont toucher une certaine somme globale de la part de la Compagnie à titre d’indemnité pour avoir contracté la silicose, ils n’ont que faire de s’exposer à la poussière et ainsi ils n’utilisent pas de masques, ils creusent à sec et risquent délibérément58 de contracter une affection. C’est pourquoi, une fois touchée l’indemnité, ils fêtent l’événement avec leurs amis et après ils s’en retournent à la mine.59

  • 60 Ce thème est clairement étudié dans les travaux d’Elizabeth Dore, notamment dans Myths of Modernity (...)

38Bien que nous ne puissions pas ignorer l’existence d’éléments culturels et sociaux ainsi que des idées et des perceptions de genre et de masculinité conduisant de nombreux travailleurs, surtout les mineurs décrits par Dooner, à défier les normes de sécurité ou à ne pas prendre en compte leur incapacité physique, il est impossible de ne pas mettre en relation ces pratiques avec les conditions d’inégalité et d’exploitation économique dans lesquelles la plupart des travailleurs chiliens vivent et travaillent au cours du XXsiècle. Comme le démontre de manière suggestive la littérature sur le genre et la masculinité, dans la société patriarcale, les hommes des milieux populaires dominés et exploités par les élites politiques et économiques exercent un contrôle de fer sur les femmes de leur propre classe, reproduisant des pratiques de domination dont ils sont eux-mêmes victimes60. Dans le cas présenté par Dooner, plus qu’une caractéristique psychologique des mineurs ou leur goût du risque, nous serions plutôt face à des réponses aux conditions d’exploitation et de subordination qui caractérisent les conditions de travail dans le monde capitaliste.

Conclusion

  • 61 María Angélica Illanes, « En el nombre del pueblo, del estado y de la ciencia, (…) » Historia socia (...)

39Au début des années 1950, comme on a pu le voir, les problèmes de la santé au travail sont loin d’être résolus et, dans de nombreux cas, se sont même accentués, demeurant l’un des thèmes fondamentaux du débat sur la santé publique des décennies suivantes. La faible application de la loi, les inspections peu fréquentes, le déséquilibre de pouvoir entre capital et travail, l’insuffisance ou les restrictions de l’indemnisation économique ont obligé les mineurs à continuer à travailler malgré l’ampleur des risques. C’est la Caisse d’assurance ouvrière qui a assumé une partie des coûts et qui a dirigé le débat politique sur les maladies professionnelles et sur la nécessité d’une législation plus humaine et plus efficace. Pour le personnel de la Caisse, comme pour de nombreux autres médecins travaillant dans des institutions publiques de santé, il était nécessaire de trouver une solution sociale au problème sanitaire des travailleurs, de moderniser et de développer les services publics. Comme le signale l’historienne María Angélica Illanes, ces médecins ont joué un rôle fondamental en faisant des problèmes de santé une question d’intérêt national et une partie importante de la construction de l’État-providence et de la législation sociale et du travail de l’époque61.

40Toutefois, au-delà de l’application des normes de sécurité industrielle ou de l’octroi de pensions, ce sont les entrepreneurs qui se sont opposés à l’application de la législation sociale. C’est ainsi que la faiblesse de l’État en matière de santé au travail résulte en partie d’une interprétation du problème comme un problème médical des individus (des victimes) devant être protégés et indemnisés, alors que son ampleur en fait un problème social. C’est la raison pour laquelle la solution ne consistait pas uniquement, comme de nombreux médecins l’ont proposé, à améliorer les conditions de la sécurité industrielle et à promouvoir une législation plus progressiste, mais elle reposait aussi en grande partie sur le renforcement des organisations ouvrières pour pouvoir défendre et exercer leurs droits localement.

41La législation sur la santé au travail n’est pas parvenue alors à résoudre complètement le problème, puisque les maladies du travail constituaient non seulement une affaire médicale, mais aussi une question politique et sociale. Vers la fin des années soixante, les travailleurs du cuivre, par exemple, affirment la nécessité de la réduction de la journée de travail pour les ouvriers travaillant dans des espaces à risque, de la rotation du travail pour prévenir l’exposition prolongée à la poussière, voire du reclassement des travailleurs malades. Quelques-uns ont même proposé la nécessité de garantir un emploi à tous les mineurs ne pouvant plus travailler dans les mines, en leur proposant l’achat de terres agricoles. Toutes revendications qui questionnent cependant l’organisation du travail minier, la détention du pouvoir et les prises de décision concernant la production industrielle.

Notes

a Texte traduit de l’espagnol par Stéphane Carlier.

1 Raúl Gutiérrez, « La silicosis pulmonar. Estudio médico-social ». Aparato respiratorio y tuberculosis, n° 5-6, 1937, p. 469.

2 Pour une vision générale de l’histoire des mines en Amérique latine, voir Kendall Brown, A History of Mining in Latin America from the Colonial Era to the Present, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2012.

3 Les premières lois sociales ont été instituées au début du XXsiècle au Chili. Dans les décennies suivantes, les droits sociaux et la réglementation du travail se sont considérablement améliorés. Après l’intervention militaire de 1924, le Congrès national a voté une série de lois concernant l’assistance et le travail, comprenant notamment la sécurité sociale et le droit syndical. La Grande Dépression et l’instabilité politique du début des années 1930 ont rendu l’application de ces lois difficile, mais la victoire du Front populaire en 1938 symbolisa au contraire la volonté de mettre en place un système solide d’intervention sociale de l’État. Pour une histoire de l’enfance de l’État-providence, voir Juan Carlos Yáñez Andrade, La intervención social en Chile, 1907-1932, Santiago, Ril Editores and Universidad de Los Lagos, 2008.

4 Voir par exemple : Michael Amundsen, Yellowcake Towns: Uranium Mining Communities in the American West, Boulder, University Press of Colorado, 2002 ; Doug Brugge, The Navajo People and Uranium Mining, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2007 ; Jock McCullosh, Asbestos Blues: Labour, Capital, Physicians and the State in South Africa, Bloomington, Indiana University Press, 2002.

5 Mirta Zaída Lobato, Política, médicos y enfermedades: Lecturas de historia de la salud en la Argentina, Buenos Aires, Universidad Nacional del Mar del Plata y Editorial Biblos, 1996 ; Héctor Recalde, La salud de los trabajadores en Buenos Aires (1870-1910): A través de las fuentes médicas, Buenos Aires, Grupo Editor Universitario.

6 Voir par exemple Nicholas Robins, Mercury, Mining, and Empire: The Human and Ecological Cost of Colonial Silver Mining in the Andes, Bloomington, Indiana University Press, 2011 ; Thomas Rogers, The Deepest Wounds: A Labor and Environmental History of Sugar in Northeast Brazil, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2010 ; Myrna Santiago, The Ecology of Oil: Environment, Labor, and the Mexican Revolution, 1900-1938, New York, Cambridge University Press, 2006.

7 L’historiographie nord-américaine est particulièrement riche et diversifiée sur le sujet, voir par exemple : Daniel E. Bender, « Inspecting Workers: Medical Examination, Labor Organizing, and the Evidence of Sexual Difference, » Radical History, Spring 2001, 80, p. 51-75 ; Claudia Clark, Radium Girls: Women and Industrial Health Reform, 1910-1935, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1997 ; Alan Derickson, Black Lung: Anatomy of a Public Health Disaster, Ithaca, Cornell University Press, 1998 ; Allison Hepler, Women in Labor: Mothers, Medicine, and Occupational Health in the United States, 1890-1980, Columbus, Ohio State University Press, 2000 ; David Rosner et Gerald Markowitz, Dying for Work: Workers’ Safety and Health in Twentieth-Century America, Bloomington, Indiana University Press, 1987 et Deadly Dust: Silicosis and the Politics of Occupational Disease in Twentieth-Century America, Princeton, Princeton University Press, 1991 ; Christopher C. Sellers, Hazards of the Job: From Industrial Disease to Environmental Health Science, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999 ; Christopher C. Sellers, « The Dearth of the Clinic: Lead, Air, and Agency in Twentieth-Century America », Journal of the History of Medicine, vol. 58, July 2003, p. 255-291.

8 Une des études les plus importantes et pionnières sur l’histoire de la santé au travail est celle de Steve Marquardt, « Pesticides, Parakeets, and Unions in the Costa Rica Banana Plantations », Latin American Research Review, vol. 37, n° 2, 2002, p. 3-36. Voir aussi Oscar Gallo et Jorge Márquez Valderrama, « La silicosis o tisis de los mineros en Colombia, 1910-1960 », Salud colectiva, vol. 7, n° 1, 2011.

9 Voir par exemple Aviva Chomsky, West Indian Workers and the United Fruit Company in Costa Rica, 1870-1940, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1996 ; Alexandra M. Stern, « Buildings, Boundaries, and Blood: Medicalization and Nation-Building on the U.S.-Mexico Border, 1910-1930 », Hispanic American Historical Review, vol. 79, nº 1, 1999, p. 41-81.

10 Sur l’histoire sociale et du travail des grandes mines de cuivre voir Jannet L. Finn, Tracing the Veins: Of Copper, Culture, and Community from Butte to Chuquicamata, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1998 ; Thomas M. Klubock, Contested Communities: Class, Gender, and Politics in El Teniente’s Copper Mine, 1904-1951, Durham, Duke University Press, 1998 ; Angela Vergara, Copper Workers, International Business and Domestic Politics in Cold-War Chile, University Park, Pennsylvania University Press, 2008.

11 Les œuvres littéraires de Baltazar Castro, Óscar Castro, Gonzalo Drago, et Baldomero Lillo reflètent notamment cette identité minière.

12 Sindicato Industrial Obrero La Mina y Las Vegas, « Moción y exposición de motivos por-ley de jubilación de los mineros », Potrerillos, 25 june 1939.

13 Pour une vision globale du problème de la silicose dans le monde minier voir Guillerno Guerra, Silicosis y Silico-tuberculosis en los trabajadores mineros de Bolivia, Ministerio de Minería y Metalurgia, Corporación Minera de Bolivia, Academia Nacional de Ciencias, La Paz, 1975 ; David Rosner and Gerald Markowitz, Deadly Dust: Silicosis and the Politics of Occupational Disease in Twentieth-Century America, Princeton, Princeton University Press, 1991 ; Bernard Thomann, « L’hygiène nationale, la société civile et la reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle au Japon (1868-1960) », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 2009/01, vol. 56, p. 142-176 ; Angela Vergara, « The Recognition of Silicosis: Labor Unions and Physicians in the Chilean Copper Industry, 1930s-1960s », Bulletin of the History of Medicine, 79, 2005, p. 723-748. Pour d’autres aspects de la santé minière voir Randall M. Packard, « Tuberculosis and the Development of Industrial Health Policies on the Witwatersrand, 1902-1932 », Journal of Southern African Studies, vol. 13, 2, janvier 1987, p. 187-209 et White Plague, Black Labor: Tuberculosis and the Political Economy of Health and Disease in South Africa, Berkeley, Los Angeles, California University Press, 1989.

14 Manuel de Viado, « Informe sobre la Comisión Oficial al Mineral de Cobre de Potrerillos (estudio médico-social) », documento, Archivo Nacional de la Administración del Estado (Santiago, Chile), Fondo Ministerio de Salubridad, Providencias s/n (1941 agosto-septiembre).

15 Ibid.

16 Chañaral, 24 mai 1944, Archivo Nacional de la Administración del Estado, Dirección del Trabajo, Providencias, 1944, volume 19.

17 Ibid.

18 Sur l’impact des fonderies sur la santé et l’environnement, voir par exemple Donald MacMillan, Smoke Wars: Anaconda Copper, Montana Air Pollution, and the Courts, 1890-1920, Helena, Montana Historical Society Press, 2000 ; Monica Perales, Smeltertown: Making and Remembering a Southwest Border Community, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.

19 Angela Vergara, « “Cuando el río suena piedras trae”: Relaves de cobre en la Bahía de Chañaral, 1938-1990 », Cuadernos de Historia (Universidad de Chile), 35, nov. 2011, p. 135-151.

20 La Usina (Potrerillos), 16 avril 1942.

21 William Wraith, New York, 3 septembre 1927, Montana Historical Society Archives, Anaconda Copper Mining Company Records, carton 78, dossier 5.

22 T.C. Campbell, 29 octobre 1949, Montana Historical Society Archives, Anaconda Copper Mining Company Records, carton 73, dossier 10.

23 Manuel Magalhaes, Cámara de Diputados, Diario de Sesiones, 14 de marzo de 1950.

24 Karin A. Rossemblat, Gendered Compromises: Political Cultures and the State in Chile, 1920-1950, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.

25 Salvador Allende, La realidad médico-social chilena, Santiago, 2ª edición, Editorial Cuarto Propio, 1999. p. 175.

26 Pour une discussion des limites de la législation du travail au Chili, voir Peter Winn, Weavers of Revolution: Yarur Workers and Chile’s Road to Socialism, New York, Oxford University Press, 1989. Pour une vision générale de la législation sociale au Chili, voir Juan Carlos Yáñez, La intervención social en Chile, 1907-1932, Santiago, Ril Editores, 2008.

27 Loi établissant le caractère obligatoire de l’assurance maladie, maternité, retraite et invalidité pour tous les travailleurs de moins de 65 ans et ayant un salaire inférieur à 8 000 pesos par an.

28 La Loi sur la Médecine préventive a été une innovation en matière de santé publique et professionnelle, puisqu’elle incorporait pour la première fois le concept de prévention en tant que droit social. Cette loi prévoyait des examens médicaux périodiques et un repos obligatoire pour prévenir le développement des maladies chroniques comme la tuberculose, la syphilis et les maladies cardio-vasculaires.

29 Loi établissant l’assurance obligatoire contre les risques d’accidents du travail et les maladies professionnelles.

30 Ley 4055: Accidentes del Trabajo, 8 de septiembre de 1924.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Il est important de signaler que les caractéristiques de cette loi étaient conformes aux recommandations de l’Office international du travail et aux traités internationaux souscrits alors par le Chili. En 1933, le Chili ratifie la convention internationale sur les maladies professionnelles votée par l’Organisation Internationale du Travail en 1925. Cette convention « considère comme maladies professionnelles les maladies ainsi que les intoxications produites par les substances inscrites au tableau ci-après, lorsque ces maladies ou intoxications surviennent sur des travailleurs appartenant aux industries ou professions qui y correspondent dans ledit tableau et résultent du travail dans une entreprise assujettie à la législation nationale. » Cependant, ce tableau ne considère que les maladies et intoxications produites par le mercure, le plomb, et l’infection charbonneuse. En 1934, l’OIT inclut la silicose dans ce tableau, suivie par certains pays qui ratifient la nouvelle liste d’affections.

34 Cristina Martínez-González, Alfredo Menéndez-Navarro, « El Instituto Nacional de Silicosis y las enfermedades respiratorias profesionales en España », dans J. L. Álvarez-Sala Walther, P. Casan Clarà, V. Villena Garrido (éds), Historia de la pneumología y la cirugía torácica españolas, Madrid, Ramírez de Arellano Editores, 2006, p. 145-162.

35 Ce qui continue d’être l’un des problèmes essentiels dans la législation sur les maladies professionnelles dans le monde contemporain.

36 « Reglamento de Enfermedades Profesionales », cité par Manuel de Viado, « Silicosis », Aparato Respiratorio y Tuberculosis, 1942, año VII, número 1.

37 Hugo Dooner, « Diagnóstico y prevención de la silicosis: Estudio basado en la observación de 204 casos », Revista médica de Chile, año LXIX, Núm. 10, octubre de 1941, p. 647-648.

38 Código del Trabajo, Libro Segundo, Título I, Artículo 244, Santiago, Editorial Nascimento, 1932.

39 Promulguée le 1er février 1968, la loi 16 744 sur les « Accidentes del Trabajo y Enfermedades Profesionales » établit l’assurance obligatoire contre les accidents du travail et les maladies professionnelles. Cette loi met fin au concept de responsabilité partagée entre le patron et le travailleur en cas d’accident du travail et de maladie professionnelle, déterminant la responsabilité sociale envers le travailleur pour rétablir sa santé, y compris sa rééducation, en concentrant clairement la priorité sur la prévention des risques au travail.

40 Manuel de Viado, « Silicosis », Aparato Respiratorio y Tuberculosis, vol. 8, n° 1, Santiago, 1942, p. 11-37.

41 Moisés Poblete Troncoso, El derecho del trabajo y la seguridad social en Chile, Santiago, Editorial Jurídica, 1949, p. 38.

42 Dirección General de Sanidad, Santiago, 10 de septiembre de 1949. ARNAD, Ministerio de Salubridad, Providencias 34-600, 1949.

43 « Social Services in Chile », International Labour Review, vol. XXIX, nº 6, Junio 1934, p. 823-844.

44 A. Flores et Manuel de Viado, « Organized Medical Care in Chile », International Labour Review, vol. LI, nº 3 (marzo 1945), p. 302-329.

45 Karin A. Rosemblatt, Gendered Compromises…, op. cit., p. 132-135.

46 Raúl Gutiérrez, « La silicosis pulmonar: Estudio médico-social », Aparato respiratorio y tuberculosis, 1937, nº 5-6.

47 Salvador Allende, La realidad médico-social chilena…, op. cit.

48 Magdalena Echeverría, Enfermedades de los trabajadores y crisis económica, Santiago, Chile, Programa de Educación del Trabajo, 1984.

49 Manuel de Viado, « Silicosis », Aparato respiratorio y tuberculosis, año VIII, no. 1, 1942, p. 11- 37.

50 Ibid.

51 R.E. Bardach, Gerente Comercial, a Néstor Cárdenas Silva, Inspector Departamental del Trabajo, Potrerillos, 30 de mayo de 1956. ARNAD, Dirección General del Trabajo, vol. 15, 1956.

52 Copiapó 9 de noviembre de 1955, Dirección general del Trabajo, Providencias, 1956, vol. 2.

53 Copiapó 10 de octubre de 1959, Dirección general del Trabajo, Providencias, 1957, vol. 23.

54 Dirección General de Sanidad, Santiago, 10 de septiembre de 1949, ARNAD, Ministerio de Salubridad, Providencias, 1949, vol. 34-600.

55 Dirección General del Trabajo, Santiago, 7 de agosto de 1951, ARNAD, Dirección General del Trabajo, Providencias, 1951, vol. 29.

56 Copiapó 10 de agosto de 1959, Dirección general del Trabajo, Providencias, 1959, vol. 27.

57 Voir ses mémoires comme médecin de l’entreprise Andes Copper, Hugo Dooner, Rapsodia en Rojo, Santiago, Chile, Pucará, 1977.

58 Nous soulignons.

59 Hugo Dooner, « Diagnóstico y prevención de la silicosis: Estudio basado en la observación de 204 casos », Revista médica de Chile, año LXIX, Núm. 10, octubre de 1941, p. 647-648.

60 Ce thème est clairement étudié dans les travaux d’Elizabeth Dore, notamment dans Myths of Modernity: Peonage and Patriarchy in Nicaragua, Durham, Duke University Press, 2006. Pour le cas des mineurs au Chili, voir Klubock, Contested Communities, op. cit.

61 María Angélica Illanes, « En el nombre del pueblo, del estado y de la ciencia, (…) » Historia social de la salud pública en Chile 1880/1973, Santiago, Colectivo de Atención Primaria, 1993.

Auteur

California State University, Los Angeles (États-Unis)

Stéphane Carlier (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search