Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Première partie – Réseaux et mobilisations socio-politiques autour de la santé à la mine

L’ankylostomiase dans la Ruhr. Corps, environnement et réseaux sociaux dans l’industrie minière de l’Empire allemand

Lars Bluma

Texte intégral

Le corps du mineur dans le réseau des acteurs1

  • 1 Cet article est la traduction d’une version remaniée de « Der Hakenwurm an der Ruhr. Umwelt, Körper (...)
  • 2 Sur les multiples conséquences de l’industrie minière sur l’environnement, voir Helmut Lackner, « „ (...)
  • 3 Franz-Josef Brüggemeier, Thomas Rommelspacher, « Umwelt », in Köllmann Wolfgang e.a. (éd.), Das Ruh (...)
  • 4 Sur l’histoire de la médecine dans l’industrie minière, voir surtout Elmar Menzel, Bergbau-Medizin (...)
  • 5 Hermann Dieminger, médecin de la caisse d’assurance minière à Merklinde, répertorie par exemple com (...)

1La transformation radicale et considérable de paysages et de régions entières par l’exploitation minière est emblématique de l’histoire de l’industrialisation2. L’exploitation intensive du paysage, due à l’industrialisation rapide aux XIXe et XXsiècles, est également devenue un lieu commun de l’histoire de l’environnement. Les aspects et les problèmes écologiques liés à l’industrialisation rapide des agglomérations, comme par exemple le manque d’hygiène dans les villes, l’alimentation en eau potable, le traitement des eaux usées et des déchets ainsi que les émissions considérables de produits polluants, ont également fait l’objet d’études approfondies dans la région de la Ruhr3. Toutefois, les rapports entre les mineurs et leur environnement, qui comprend leur travail mais également tous les autres domaines de leur vie sociale, sont restés jusqu’ici un sujet d’étude marginal4. Il faut noter dans un premier temps que l’espace de travail des mineurs est un endroit purement artificiel créé par l’homme : le biotope souterrain de l’industrie minière n’existe que par l’intervention humaine et est par conséquent un lieu de production et de travail dans lequel la mécanisation s’est fortement développée. Malgré cette mécanisation, il demeure un endroit naturel. En tant qu’environnement, biotope ou écosystème, il est peuplé d’espèces biologiques – le mineur étant l’une de ces espèces5 – et est caractérisé par les conditions naturelles qui l’entourent : la température liée à l’extraction souterraine, l’humidité importante de l’air, la luminosité, les propriétés du sol, etc.

  • 6 Michael Farrenkopf, Schlagwetter und Kohlenstaub: das Explosionsrisiko im industriellen Ruhrbergbau (...)
  • 7 Wolfhard Weber, Innovationen im frühindustriellen deutschen Bergbau und Hüttenwesen, Göttingen, 197 (...)
  • 8 Richard White, The Organic Machine: The Remaking of the Columbia River, New York, 1996.
  • 9 Sur la notion de dispositif, voir Michel Foucault, Dispositive der Macht. Über Sexualität, Wissen u (...)

2L’histoire de cet écosystème spécifique peut être envisagée de différentes façons, selon les risques d’accident et la sécurité au travail6 ou selon l’efficacité technique de la production – au sens de la mécanisation de la mine en tant que lieu de travail7. On peut également l’appréhender sous l’aspect de la capacité de l’homme à s’adapter à un système techno-naturel ou « organic machine »8 – ou, en d’autres termes, à la transformation de la nature par les hommes en une ressource utile et un outil de production. La reconfiguration permanente des mines en tant que lieu de travail, les interventions techniques répétées et le façonnage continuel des mines souterraines peuvent être considérés d’une part sous l’angle d’une optimisation des techniques de production propre à l’industrie minière et, d’autre part, comme l’agencement du lieu de travail et de vie des mineurs influençant directement leur productivité mais également les risques biologiques qui leur sont propres. Dans le corps du mineur se mêlent ainsi la société, la technique et la nature. Le savoir sur le corps du mineur et les formations discursives des acteurs sont donc liés aux technologies sociales et institutionnelles de la réglementation, du contrôle et de la discipline, qui constituent au total un dispositif biopolitique9.

  • 10 Sur l’analyse de l’acteur-réseau (ANT), voir Bruno Latour, Nous n'avons jamais été modernes. Essai (...)
  • 11 Sur l’histoire de la corporation minière, voir Michael Fessner, Christoph Bartels, Rainer Slotta (é (...)

3On propose ici d’enrichir l’histoire de l’industrialisation de la région de la Ruhr par une analyse de l’acteur-réseau (Actor-Network Theory – ANT) qui porte principalement sur le corps du mineur10. Outre les salaires et la durée du travail – considérés comme les sujets déterminants des débats entre employés et employeurs –, la sécurité et la santé au travail ont été prises en compte au niveau politique mais sont toutefois demeurées sous le contrôle de la caisse d’assurance minière – le système de sécurité sociale de l’industrie minière allemande existant depuis le Moyen Âge – et ont été spécifiquement intégrées à l’assurance retraite, invalidité et maladie des mineurs11.

  • 12 Cette approche a été largement développée par Michel Foucault dans Histoire de la sexualité, tome 1 (...)

4Le corps du mineur, envisagé au niveau social, est, selon la thèse défendue ici, un objet de savoir et de politique – ou plutôt de pouvoir – construit par les acteurs. Les acteurs dominants ont des attentes particulières vis-à-vis du mineur, concernant sa santé, son efficacité, sa productivité et sa résistance. Issue des réseaux sociaux dans lesquels les acteurs interagissent, communiquent et échangent des ressources, la construction sociale du corps du mineur est dépendante des rapports hiérarchiques au sein du réseau d’acteurs, rapports qui déterminent quelles formes de savoir et d’interprétation hégémoniques seront acceptées par les acteurs eux-mêmes12.

  • 13 C’est seulement en 1885, dans le cadre de la législation de Bismarck en matière de sécurité sociale (...)

5L’acteur principal qui doit ici faire l’objet de notre analyse, est la caisse d’assurance minière (Knappschaftsversicherung), riche d’une tradition remontant au Moyen Âge, responsable de l’assurance maladie et accident des mineurs13. En se fondant sur la théorie de l’acteur-réseau, on peut considérer la caisse d’assurance minière comme un réseau de différents acteurs issus de la médecine, de la politique, de l’économie, de la technique, de l’environnement et des affaires sociales, au sein duquel on observe de nombreux liens et échanges.

6En prenant l’exemple de l’épidémie d’ankylostomiase en 1900 dans la région de la Ruhr, cet article décrit l’émergence d’un réseau d’acteurs médicaux spécifiques, au centre duquel on retrouve la santé, l’hygiène et le corps du mineur confronté à son environnement minier. La démarche méthodologique mise en œuvre s’appuie sur les concepts de la théorie de l’acteur-réseau et de l’histoire du corps, afin de considérer la réactivité et la capacité d’adaptation de la caisse d’assurance générale des mineurs de Bochum (désormais AKV : Allgemeiner Knappschaftsverein zu Bochum), l’un des acteurs principaux du système médical minier de la région de la Ruhr, face à l’épidémie d’ankylostomiase.

La maladie parasitaire dans la région de la Ruhr

  • 14 Lieux d’importantes épidémies d’ankylostomiase à la même époque.
  • 15 Sur l’histoire des hôpitaux de la corporation minière, voir Ulrich Lauf, Die Krankenhäuser der deut (...)

7L’une des conséquences de l’exploitation minière intensive dans la Ruhr depuis le XVIIIe siècle est la migration de milliers de travailleurs, tout d’abord issus de la région de Westphalie, puis au siècle suivant, provenant de territoires plus éloignés comme la Hesse, les Pays-Bas, la Prusse orientale et la Pologne. La pénurie de logement liée à l’arrivée de la nouvelle main-d’œuvre, l’insuffisance des infrastructures urbaines et les problèmes d’hygiène qui en découlent, ont pour conséquence une augmentation des maladies infectieuses au sein de la population générale. L’ankylostome envahit les mines de la Ruhr dans les années 1890 et y représente une menace sérieuse. Cet envahisseur biologique doit cependant affronter les habitants de la Ruhr, qui, contrairement à ceux du tunnel du Saint-Gothard ou du Brésil14, bénéficient alors d’une certaine hygiène et d’un encadrement médical. En effet, alors que l’infrastructure hospitalière de la Ruhr est en plein développement à la fin du XIXsiècle, le dense réseau de médecins de la corporation minière (Knappschaft) offre déjà une protection médicale efficace aux mineurs. Faisant jusqu’alors figure d’exception, l’assurance minière a mis en place un système médical capable de s’adapter aux risques sanitaires spécifiques des mineurs. Déjà, au Moyen Âge, des confréries existaient : principalement destinées au salut de l’âme, au sens biblique, elles ont également initié la construction d’hôpitaux pour assurer la prise en charge médicale des mineurs accidentés ou malades, ainsi que la création de caisses de pensions pour les veuves. Avec l’industrialisation des mines, le système médical des mineurs s’est développé, des hôpitaux spécifiques ont été mis en service et le nombre de médecins au service des mineurs a augmenté, même si c’est seulement en 1905 que le premier hôpital de la corporation minière de la Ruhr a ouvert ses portes15.

  • 16 Au XIXsiècle, de nombreuses corporations minières sont organisées au niveau régional. La caisse d (...)
  • 17 August Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage. Zusammenfassende Uebersicht, Jena, 1903, p. 10.
  • 18 La caisse professionnelle d’assurance des mines (Knappschafts-Berufsgenossenschaft) a été créée en (...)

8La prévention et le traitement des maladies infectieuses et des épidémies, qui ont conduit à la mise en place de soins médicaux publics dans beaucoup de villes et de grandes agglomérations lors de l’industrialisation, ne représentent pas, dans un premier temps, une attribution spécifique de la caisse d’assurance générale des mineurs de Bochum (AKV)16. Le rôle décisif de l’AKV dans la lutte contre l’ankylostome apparaît à l’occasion de la révélation du caractère professionnel de la maladie générée par le parasite – l’ankylostomiase. En effet, selon les mots du médecin en chef de la caisse des mineurs, le Dr August Tenholt, « la maladie ne touche que les populations minières, même les familles des mineurs ne sont pas concernées. L’ankylostomiase n’est pas une épidémie, c’est une maladie professionnelle qui touche uniquement les mineurs. »17 L’AKV, en tant qu’organisme d’assurance maladie de l’industrie minière de la Ruhr, devient donc l’acteur principal de la lutte contre la maladie parasitaire. La corporation minière n’est toutefois pas le seul organisme compétent de l’industrie minière. Elle travaille également avec la caisse professionnelle d’assurance des mines (Knappschafts-Berufsgenossenschaft) – la caisse d’assurance contre les accidents des mines18 – et l’Institut d’hygiène et de bactériologie (Institut für Hygiene und Bakteriologie) de Gelsenkirchen, nouvel acteur qui fait son entrée sur scène en 1902. Ainsi, l’épidémie d’ankylostomiase contribue à reconfigurer ce réseau d’institutions dédiées et à modifier l’identité des acteurs principaux de cette histoire. De même, les perceptions et les attentes de la société envers les mineurs en sont profondément transformées.

  • 19 Dans les mines allemandes, on a dépisté dès 1885 plusieurs cas d’ankylostomiase dans les gisements (...)
  • 20 Michael Martin, « Medizintechnik im Ruhrgebiet. Vom Bergmannsheil zur Life Science Industry », in D (...)

9Après l’épidémie du tunnel ferroviaire du Saint-Gothard (1880), le nouvel envahisseur biologique a, dans un premier temps, épargné la Ruhr. Un seul cas d’infection est recensé par le médecin en chef de la corporation des mineurs, Albers, en 1885, à la mine de charbon de Langenbrahm à Essen ; on ne déclare alors aucun risque d’épidémie19. En 1892, suite au diagnostic d’ankylostomiase sur deux ouvriers de la mine de Graf Schwerin à Castrop, la caisse d’assurance minière commence à mettre en place un dépistage systématique chez les mineurs. Des médecins du Bergmannsheil de Bochum – un hôpital de la caisse professionnelle d’assurance des mines auquel l’AVK a alors recours – observent la présence d’ankylostomes dans les excréments de 18 mineurs de la mine citée plus haut. L’AVK s’inquiète et réagit très rapidement en avertissant les directions des différents puits de mine. Tandis que le bureau des mines de Dortmund charge le directeur de l’hôpital Bergmannsheil, Ferdinand Löbker, de faire un rapport sur l’avancement de la maladie parasitaire dans la Ruhr. En effet, l’hôpital Bergmannsheil, ouvert en 1889, était spécialisé dans la recherche et le traitement des maladies professionnelles minières et disposait des moyens médicaux et techniques nécessaires au dépistage des mineurs. En outre, la caisse professionnelle d’assurance des mines, l’organisme responsable de l’assurance contre les accidents des mines, témoigne alors d’un intérêt tout particulier à l’égard du traitement de la maladie parasitaire, celle-ci représentant une menace réelle sur la production de charbon20.

  • 21 F. Löbker, Die Ankylostomiasis und ihre Verbreitung…, op. cit., p. 19.
  • 22 Il faut également ajouter que les maîtres mineurs, les fonctionnaires royaux des mines, et même les (...)

10Les médecins de la corporation minière et le Dr Löbker examinent ainsi l’ensemble du personnel de la mine de Graf Schwerin afin de détecter des cas d’ankylostomiase et transfèrent tous les mineurs atteints à l’hôpital Bergmannsheil pour traitement21. Ce n’est pas le seul cas dans lequel l’AKV coopère étroitement avec la caisse professionnelle d’assurance des mines afin de réduire les risques sanitaires dans les mines de la Ruhr et de verser des compensations financières aux mineurs en cas d’accidents et de maladies. La collaboration entre les deux institutions se déroule sans aucun conflit, les deux systèmes d’assurances mettant les entreprises au cœur de la démarche assurantielle. En effet, alors que la caisse professionnelle d’assurance des mines rassemble les seuls entrepreneurs, la caisse d’assurance minière est, du fait de sa gestion paritaire, influencée par les représentants des assurés ; toutefois, les entrepreneurs donnent également de facto le ton à l’AKV, au moins jusqu’en 1918, et font pencher la balance des rapports hiérarchiques de leur côté, sous couvert d’une parité toute théorique entre employeurs et ouvriers22. Les délégués (Ältesten) de la corporation minière, qui représentent les mineurs, sont en effet dépendants des propriétaires des mines et ne peuvent généralement pas établir de comité d’entreprise autonome et efficace au sein des associations de corporation minière (Knappschaftsvereine). Le cas de la lutte contre l’ankylostomiase montre clairement que la supposée convergence d’intérêts entre propriétaires et ouvriers des mines concernant la santé de ces derniers est loin de fonctionner de manière automatique.

  • 23 F. Löbker, Die Ankylostomiasis und ihre Verbreitung…, op. cit., p. 9 et suiv. et p. 24.

11L’expertise de Löbker comporte, quant à elle, d’importantes propositions pour combattre l’ankylostome. Les mesures proposées ne concernent que les mineurs qui travaillent au fond. Löbker, ayant en effet constaté que les femmes et les enfants n’étaient pas contaminés par le parasite, restreint par conséquent le dépistage aux employés des mines souterraines23. Outre l’importante humidité de l’air et les températures élevées au fond de la mine, il apparaît que les mineurs eux-mêmes favorisent la propagation de l’ankylostome par leur manque d’hygiène :

  • 24 Ibid., p. 10.

Dès que les excréments d’un mineur contaminé sont déversés dans les zones de travail et non dans les toilettes, les œufs d’ankylostome sont à l’air libre et se développent rapidement en larves. (…) Ces dernières pénètrent facilement le corps humain via la contamination des vêtements, des outils et des mains et se répandent facilement dans les intestins par l’alimentation ou le tabac à chiquer.24

  • 25 Ibid., p. 10 et suiv.

12Löbker ne considère pas l’eau de la mine comme un vecteur de la contamination, mais il incrimine en revanche le fait que les ouvriers utilisent des bains collectifs. Le médecin n’accorde ainsi que peu de crédit à la théorie selon laquelle l’ankylostome serait transporté dans l’eau par la boue contaminée dont les mineurs sont couverts, dans la mesure où il n’observe ni œuf ni larve dans les eaux courantes de la mine de Graf Schwerin25.

  • 26 Ibid., p. 26-29, citation p. 29.

13Löbker se concentre donc davantage sur l’hygiène dans les mines souterraines. Il constate ainsi que les nombreuses toilettes présentes dans les galeries et régulièrement vidées ne sont utilisées que par les mineurs travaillant dans leur proximité immédiate. En outre, certaines toilettes sont tellement sales que les ouvriers préfèrent ne pas s’y rendre et défèquent et urinent sur place, ce qui, selon Löbker, représente « l’habitude la plus condamnable des mineurs »26. Si l’on y ajoute la boue humide au sol, les conditions idéales sont ainsi réunies pour favoriser le développement de l’ankylostome.

14À la fin de son rapport, Löbker énumère plusieurs mesures concrètes destinées à combattre l’épidémie parasitaire :

  1. Les mineurs, les directeurs des mines et les médecins de la corporation minière doivent disposer d’une information détaillée sur l’ankylostomiase.
  2. Examen médical des mineurs suspects, c’est-à-dire anémiés. La recherche des œufs d’ankylostome dans les selles doit être réalisée à l’aide d’examens microscopiques. Quelques semaines après le premier traitement contre le parasite, les malades devront subir un nouvel examen médical, et cela jusqu’à ce que le parasite ait complètement disparu.
  3. Tous les « suspects » et les mineurs malades, ainsi que la mutation professionnelle des malades, devront être enregistrés au service central de l’AKV.
  4. Examen médical des tuiliers avant embauche (contrairement au médecin en chef de la corporation des mineurs, Tenholt, qui soupçonnait les mineurs hongrois27, Löbker pensait que les tuiliers belges avaient répandu l’ankylostomiase).
  5. Amélioration de l’hygiène dans les mines souterraines, tout particulièrement les toilettes. Interdiction formelle de déféquer dans les galeries et nettoyage des galeries humides.
  6. Les bains collectifs dans les mines doivent être remplacés par des douches28.
  • 29 Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet…, op. cit., p. 33 et suiv.
  • 30 Hayo Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) im rheinisch-westfälischen Ruhrkohle (...)

15Les propositions de Löbker sont en grande part mises en œuvre dans la mine de Graf Schwerin29. Son rapport est largement distribué par les médecins et les fonctionnaires des mines aux autorités minières, administrations des mines, médecins de la corporation minière, hôpitaux et délégués de la corporation minière, à la suite d’une conférence convoquée par le bureau des mines de Dortmund ; des affiches sont également placardées dans les vestiaires à l’entrée des mines. En outre, les mineurs anémiés sont signalés et enregistrés afin de réaliser une analyse de leurs selles. Le recensement centralisé des personnes affectées par l’ankylostome doit empêcher le contournement des mesures d’hygiène résultant des importants mouvements de personnels dans les mines de la Ruhr : le turn over considérable des ouvriers entrave en effet de façon significative la lutte contre l’ankylostomiase30. L’AKV, responsable des examens médicaux, charge l’hôpital Elisabeth de Bochum du traitement des personnes contaminées par le parasite. Dans la mine de Graf Schwerin, seul foyer d’épidémie recensé jusque-là, un arrêté de la police des mines est adopté qui prévoit la mise en place de toilettes et l’obligation pour les mineurs de les utiliser, tandis que les bassins dans lesquels les ouvriers de la mine se lavent sont remplacés par des douches. Enfin, des analyses systématiques de selles sont pratiquées sur les ouvriers wallons, puis sur les Hongrois ; tout mineur infesté par le parasite voit immédiatement l’ensemble de ses collègues soumis à un examen médical.

  • 31 Voir « Mittel zur Bekämpfung der Wurmkrankheit », in Glückauf, n° 30, 25 juillet 1903, p. 714. Sur (...)
  • 32 Voir Hugo Goldmann, Die Ankylostomiasis. Eine Berufskrankheit des Berg-, Ziegel- und Tunnelarbeiter (...)
  • 33 H. Dieminger, Beiträge zur Bekämpfung der Ankylostomiasis. Bericht an die Kgl. Regierung zu Arnsber (...)

16Pendant plusieurs années, le débat médical se concentre sur ces enjeux. Les médecins et les hygiénistes émettent en parallèle de nouvelles hypothèses sur la propagation éventuelle des larves d’ankylostome par l’air et par les excréments de cheval et débattent à propos de la meilleure façon d’installer et d’aménager les toilettes dans les mines31, du problème de la consommation d’aliments au fond ainsi que du bien-fondé d’ajouter de l’acide citrique dans l’eau que boivent les mineurs32, et même de l’impact de la consommation excessive d’alcool et de harengs sur le nombre d’œufs d’ankylostome dans les selles des mineurs33. Toutefois, ces débats n’enrichissent que très faiblement le savoir scientifique sur l’ankylostomiase, formulé par Löbker, et les pratiques qui en découlent pour traiter l’ankylostomiase dans les mines. Les mesures mises en œuvre visent d’une part à changer les habitudes du mineur et d’autre part à mettre en place des règles d’hygiène sur son lieu de travail souterrain, afin d’interrompre le cycle de croissance de l’ankylostome. Le contrôle des travailleurs migrants fait également partie de cet arsenal.

  • 34 Comme par exemple le médecin en chef de la caisse minière August Tenholt, qui analysa de nombreuses (...)
  • 35 Tenholt rend compte des expériences faites sur lui-même et d’autres médecins qui se sont intentionn (...)
  • 36 Voir également la description dans Institut für Hygiene und Bakteriologie [Institut d’hygiène et de (...)
  • 37 Tenholt rend par exemple compte de ses observations, réalisées sur place dans les mines souterraine (...)
  • 38 H. Dieminger, Beiträge zur Bekämpfung…, op. cit., p. 2.

17Ainsi, le lieu de travail des mineurs est devenu, selon le paradigme hygiéniste qui s’imposait alors, un champ d’expérimentation médicale et hygiéniste. Les médecins analysent la température, l’humidité de l’air, l’état du sol et l’aération des gisements de la Ruhr afin de déterminer les conditions idéales de la propagation de l’ankylostome et de les comparer aux analyses de laboratoire34. Dans toutes les mines souterraines on recherche des traces d’œufs et de larves d’ankylostome afin de détecter les voies d’infections possibles ; en parallèle, les expériences de laboratoire, incluant des essais sur les médecins eux-mêmes35, ainsi que les observations scientifiques des mines souterraines permettent conjointement d’enrichir les connaissances sur l’ankylostome en même temps que sur le corps du mineur et de son environnement36. La mine devient ainsi un laboratoire pour les médecins37, l’AKV utilisant en particulier la mine de Graf Schwerin comme champ d’expérimentation pour ses recherches sur l’ankylostomiase et la vérification des mesures hygiéniques destinées à combattre l’épidémie. Sous la direction médicale du docteur Dieminger de la corporation minière de Merklinde, l’espace de travail de la mine est complètement réorganisé, en 1903-1904, selon les nouveaux principes hygiénistes de lutte contre l’ankylostome. Un nouveau puits d’aération est percé afin de réduire la température souterraine, le système d’évacuation des eaux d’infiltration est intégralement nettoyé, les murs des mines arrosés d’eau de chaux et le sol désinfecté à la chaux. Le nombre de toilettes est également augmenté, et elles sont placées à proximité des chantiers d’extraction38.

  • 39 Présenté succinctement par Hugo Goldmann, Die Hygiene des Bergmannes: seine Berufskrankheiten, erst (...)
  • 40 Hugo Wolff, Die Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) deren Wesen, Verbreitung und Bekämpfung im nordwest (...)

18Le savoir généré par ce programme de recherche n’a pas pour seule utilité de combattre l’ankylostomiase, mais envisage également, plus généralement, l’hygiène des mineurs et par conséquent l’interaction entre le corps et l’environnement au travail39. Ainsi, la lutte contre l’ankylostomiase permet aux médecins d’initier le processus d’hygiénisation des mines de la Ruhr. Dans cette lignée, la médecine et l’hygiène des mines s’intéressent désormais, entre autres, à l’importance des douches pour l’état de santé général du mineur, à la manière la plus adaptée de stocker et de nettoyer les tenues de travail et à la pollution de l’air sous terre40. Le mouvement hygiéniste n’envahit pas seulement le quotidien professionnel du mineur avec son savoir, mais il s’immisce également très rapidement dans sa vie privée, intervenant dans l’hygiène de ses conditions de vie et de logement.

19Ces interventions médicales, hygiénistes et de la police des mines ne parviennent toutefois pas à empêcher le déclenchement de l’épidémie d’ankylostomiase. Entre 1900 et 1903, les médecins estiment que 10 % du personnel des gisements de la Ruhr souffrent d’ankylostomiase, ce qui représente une menace directe pour l’industrie houillère. Les statistiques de l’AKV montrent un nombre important d’arrêts-maladie dus à l’ankylostomiase au cours de l’année 1903. Dans les mines de la Ruhr, l’ankylostomiase représente alors environ 16 % des cas de maladie menant à une incapacité de travail. L’augmentation importante constatée en 1903 ne s’explique pas seulement par le développement du parasite, mais également par la nouvelle stratégie de diagnostic et de traitement de l’ankylostome mise en place cette année-là, qui produit donc un biais important dans les statistiques. Malgré tout, indépendamment du nombre d’arrêts-maladie, les statistiques de la corporation minière montrent dès 1900 une recrudescence des cas d’ankylostomiase qui augmentent plus vite que le nombre d’assurés de l’AKV et traduit donc un risque d’épidémie.

  • 41 Arthur Looss a découvert cette voie de transmission lors d’une étude réalisée en Égypte : voir Arth (...)
  • 42 Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet…, op. cit., p. 68 et suiv.
  • 43 A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage… op. cit, p. 5 et suiv.

20Les propositions prophylactiques de Löbker n’ont cependant qu’un impact modéré, en particulier parce que Löbker et les médecins de la corporation minière ne disposent que de peu d’informations sur la transmission et la propagation de l’ankylostome. On suppose alors que la contamination se fait par ingestion des larves qui se développent dans la boue, elle-même contaminée par les excréments. C’est seulement à partir de 1901 que la théorie selon laquelle la contamination s’opère par la peau s’impose au sein de la communauté des experts médicaux41. Malgré cela, Löbker continue de prôner le seul examen des malades anémiés, méthode qui rend impossible le dépistage de bon nombre de porteurs du parasite ne présentant aucun symptôme visible. Löbker, tout comme Tenholt, le médecin en chef de la corporation minière, n’envisagent le problème de l’ankylostomiase que du point de vue de la clinique42 : seuls sont considérées comme malades les personnes qui souffrent d’anémie, tandis que celles qui sont contaminées par l’ankylostome mais ne présentant aucun symptôme43 ne se voient par conséquent administrer aucun traitement.

  • 44 Ibid., p. 13.
  • 45 Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet…, op. cit, p. 56.
  • 46 Ibid., p. 13 et suiv.
  • 47 Ibid., p. 17.
  • 48 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit… », art. cit., p. 7.

21Le traitement curatif, tel qu’il est prévu par les médecins de l’AKV et de la caisse professionnelle d’assurance des mines, consiste essentiellement en des mesures techniques et d’hygiène, comme l’installation de toilettes souterraines par exemple, ou encore l’assèchement des galeries et l’amélioration de l’aération visant à abaisser la température au fond. Le Dr Tenholt fait ainsi état, dans un rapport de 1903, d’une amélioration des conditions sanitaires grâce à l’installation de tinettes en tôle de fer zingué44. Néanmoins, les mesures d’hygiène reposent également sur la transformation du comportement des mineurs vis-à-vis de l’usage systématique des toilettes, plus difficile à mettre en place dans la phase initiale45. Comme en matière de sécurité dans les mines, les différents intérêts des mineurs entrent en effet conflit. Le mineur, tout en prêtant attention à son état de santé général, son corps représentant son seul capital, est cependant souvent prêt, pour augmenter ses revenus, à courir le risque de tomber malade ou d’avoir un accident. Dans le cas des toilettes, la mise en place de mesures d’hygiène est un échec cuisant : leur usage accroît les mauvaises odeurs dans la mine, alors qu’on évitait celles-ci en enterrant simplement les excréments46. Tenholt développe donc un programme de mesures prophylactiques centrées sur l’environnement au travail dans la mine, considéré comme le principal siège de la lutte contre l’ankylostome, plutôt que sur le corps du mineur. Son argumentaire est très cohérent : « Une personne n’est pas contaminée par un malade, comme c’est le cas pour les maladies infectieuses, mais par la mine. »47 De ce fait, l’impulsion hygiéniste de Tenholt, qui refuse de voir dans le corps du mineur contaminé un dangereux foyer d’infection, n’entraîne qu’une timide action préventive pour combattre le parasite. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que les porteurs du parasite ne se déclarent que rarement malades, et qu’en même temps que l’ankylostomiase, une anémie secondaire est le plus souvent diagnostiquée48. Se fondant sur la conviction selon laquelle les mineurs ne modifieraient que lentement, voire pas du tout, leurs comportements hygiéniques, Tenholt ne prête par conséquent que peu de foi à l’efficacité des mesures d’éducation à l’hygiène chez les mineurs de fond.

  • 49 C’était la thèse défendue par Ferdinand Löbker (dans Die Ankylostomiasis…, op. cit. p. 30) et par H (...)
  • 50 Josef Boyer, Unfallversicherung und Unternehmer…, op. cit., p. 114 et suivantes. C’est pourquoi on (...)
  • 51 Un rapport sur l’épidémie d’ankylostomiase dans le gisement de charbon hongrois d’Anina-Steierdorf, (...)

22En effet, les propriétaires des mines accusent sans cesse les mineurs d’ignorer volontairement les consignes de sécurité, et les médecins déplorent quant à eux le comportement désinvolte et négligent des mineurs au regard de l’hygiène49. De fait, la pression continue exercée par les patrons sur les ouvriers et les bas salaires qu’ils pratiquent ont toujours provoqué des conflits vis-à-vis des objectifs premiers du système de sécurité sociale des mines : dans un système productif dans lequel la rémunération, généralement assez faible, est directement indexée sur la quantité de charbon extraite, les consignes de sécurité et d’hygiène ne sont que difficilement mises en place dans les mines ; sans compter que les contrôles administratifs miniers sur le lieu d’extraction, soumis à une stricte réglementation, souffrent d’un déficit organisationnel et échouent à contrer la résistance des propriétaires des mines à l’égard d’une surveillance par l’intermédiaire d’une caisse d’assurance sociale50. C’est non seulement le cas pour la prévention des accidents, mais également pour la protection sanitaire qui est systématiquement mise de côté dès qu’elle va à l’encontre des intérêts économiques immédiats des propriétaires des mines. Cela étant, les mineurs peuvent également contourner les règlements administratifs quand cela s’avère dans leur intérêt, en les ignorant ou en ne les respectant pas. Parfois, c’est tout simplement le manque d’informations concernant l’ankylostomiase qui est responsable du soupçon qui pèse sur des mineurs apparemment sains51.

  • 52 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis) »…, op. cit., p. 19.
  • 53 Id., Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., p. 19 et suiv.

23Tenholt adapte donc son plan de mesures hygiéniques à ces constatations, en ne misant plus sur le comportement responsable des mineurs mais sur une restructuration, ou plutôt une reconfiguration technique du lieu de travail des mineurs et, ainsi, du biotope souterrain. Il ne s’agit plus de combattre l’ankylostomiase dans le corps des mineurs (sauf si le mineur est malade, c’est-à-dire inapte au travail, et doit donc être soumis à un traitement), mais directement dans la mine, dans l’environnement du mineur au travail : « Si nous pouvions réduire la température de la mine à 22 °C ou assécher les chantiers, nous pourrions éradiquer complètement l’épidémie. »52 L’assèchement des mines est cependant impossible pour des raisons de sécurité : pour empêcher les explosions de poussière de charbon, des dispositifs d’arrosage sont utilisés dans les mines à risque et le bureau des mines interdit leur démontage. L’aération, et avec elle la régulation de la température, étant limitées, Tenholt se concentre donc avant tout, au cours des années suivantes, sur des mesures de désinfection des mines, et plus précisément de certaines zones d’exploitation particulièrement dangereuses53.

24L’AKV et la caisse professionnelle d’assurance des mines n’ont donc que peu d’influence sur la réglementation de l’environnement minier et sur les conditions de travail dans les mines, en particulier au fond. En effet, les entreprises minières, tout comme les mineurs, défendent leurs méthodes de travail, considérées comme autonomes, contre toute intervention extérieure. Il est donc simpliste de tenir les entreprises et leur position défensive pour seules responsables de la résistance des mines de la Ruhr à l’égard des instruments de contrôle effectifs, visant à mettre en place des consignes d’hygiène et de protection contre les accidents dans l’Empire allemand. Une réglementation complète du corps du mineur s’est révélée illusoire à mettre en pratique, du fait des libertés dont disposaient les mineurs au fond ; elle a pu pourtant être appliquée avant tout là où ces libertés pouvaient être partiellement limitées, c’est-à-dire dans les mines à ciel ouvert. Cela n’a pu fonctionner que grâce à l’émergence d’un nouvel acteur qui a pris pour ainsi dire la lutte contre l’ankylostomiase à l’envers. Déplaçant les interventions médicales souterraines dans les mines à ciel ouvert et concentrant ses efforts sur la réglementation relative au corps du mineur et non sur son environnement professionnel, l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen a pu mettre en place une stratégie efficace de réglementation médicale et de contrôle des mineurs au travail.

Un nouvel acteur : l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen

  • 54 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 3.
  • 55 Joachim Wüstenberg, « 50 Jahre Hygienisches Institut im Ruhrgebiet », in : Festschrift zum 50jährig (...)

25Au début du siècle, le mécontentement des entreprises minières, des médecins de la corporation minière et de la caisse professionnelle d’assurance des mines s’accroît à mesure que se développe l’épidémie d’ankylostomiase. En 1902, les propriétaires des mines exigent la consultation de l’Institut d’hygiène et de bactériologie de Gelsenkirchen dans le cadre de la lutte contre l’épidémie54. Fondé à l’instigation du médecin et microbiologiste renommé Robert Koch, qui avait recommandé de surveiller les canalisations et les conduites d’eau des communes de la Ruhr et qui avait lancé l’alerte dans le cadre d’une épidémie de typhus à Gelsenkirchen et à Essen la même année, l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen a ouvert ses portes en 190155. Il est géré par l’Association de lutte contre les maladies endémiques de la région minière de la Ruhr, à laquelle participent de nombreuses villes de la Ruhr, trois représentants de la province de Westphalie, quelques grandes entreprises de la région de la Ruhr, le bureau des mines et l’AKV. Celle-ci s’est engagée à verser chaque année 10 000 marks, ce qui représente alors une part importante des revenus annuels de l’association (61 500 marks).

  • 56 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit…, op. cit., p. 4.
  • 57 « Das Verhalten der Besitzer der westfälischen Steinkohlenbergwerke bei der Bekämpfung der bösartig (...)
  • 58 H. Bruns, Versuche über die Einwirkung einiger physikalischer und chemischer Agentien auf die Eier (...)
  • 59 A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., p. 21 et suiv.
  • 60 Ibid., p. 23.

26En 1902, le directeur de l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen, le Dr Hayo Bruns, prend la direction du nouveau comité sur l’ankylostomiase. Celui-ci est composé de cinq représentants des propriétaires des mines et des délégués de la corporation minière, ainsi que de représentants du bureau des mines de Dortmund, du directeur de l’hôpital Bergmannsheil, Löbker, et du médecin chef de la corporation minière, Tenholt. Bruns, se fondant sur les constats importants faits par Robert Koch dans la lutte bactériologique contre l’épidémie, exige dès la première séance, le 23 septembre 1902, l’examen microscopique des selles de chaque mineur, soit un recensement total de tous les porteurs potentiels de l’ankylostome56. La corporation minière repousse tout d’abord cette demande, ses représentants affirmant qu’il est techniquement impossible de réaliser un examen de toute la population des mineurs. Selon sa conception déjà évoquée, Tenholt se pose de plus en plus en adversaire de Bruns. Dès le début, il exprime clairement son avis sur le souhait des propriétaires des mines de faire intervenir l’Institut d’hygiène, intervention qu’il considère comme une menace potentielle57. Selon lui, il est absurde d’assimiler l’épidémie d’ankylostomiase aux maladies infectieuses comme le typhus, le choléra ou la dysenterie, alors que c’est précisément ce que Bruns prône dans son programme de lutte58. Tenholt remet également en question l’efficacité des examens microscopiques systématiques sur tous les mineurs du bassin de la Ruhr, arguant qu’il est impossible de guérir tous les mineurs contaminés par l’ankylostome et que, par conséquent, il est suffisant d’examiner et de traiter les mineurs suspects et ceux qui présentent des symptômes visibles. Tenholt propose donc que les médecins de la corporation minière examinent tous les mineurs à la recherche des symptômes de la contamination par le parasite (teint pâle, muqueuses et conjonctives anémiées, etc.)59. Seuls les mineurs suspectés après examen visuel devront se soumettre à un examen microscopique des selles. Les médecins de la corporation minière et le directeur de l’Institut d’hygiène proposent donc deux définitions distinctes du mineur malade. Dans le premier cas, il s’agit d’un mineur présentant les symptômes d’une anémie, dans le second, d’un mineur contaminé par l’ankylostome ne présentant, dans la plupart des cas, aucun symptôme visible. Tenholt, totalement opposé aux théories de Bruns, défend par conséquent l’opinion selon laquelle il suffit d’embaucher les mineurs contaminés par l’ankylostome dans les mines qui en sont immunes, le parasite mourant par lui-même au bout de quelque temps60.

  • 61 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis)… », art. cit., p. 7.

27La définition de l’ankylostomiase de Tenholt présente en outre un rapport au patient qui, contrairement à celui préconisé par les hygiénistes de l’Institut de Gelsenkirchen, conserve aux mineurs concernés une part d’autonomie dans la maîtrise de leur corps : « Comme nombre d’autres chercheurs qui ont une expérience clinique, nous considérons qu’il est inadmissible de forcer un porteur sain à suivre un traitement à base de fougères. »61 La mise en place totale et rigoureuse des idées de l’école traditionnelle de Robert Koch doit ainsi faire face à un modèle de relation médecin-patient qui refuse de soumettre la totalité des mineurs à un contrôle médical. Alors que le mouvement hygiéniste moderne produit un savoir sur les maladies infectieuses et préconise des traitements médicaux de nature collective, Tenholt demeure fidèle à l’approche traditionnelle qui analyse la maladie principalement dans une optique individuelle. Tandis que Bruns fait appel, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie, à des mesures curatives strictement collectives qui permettent de recenser aisément chaque foyer d’infection, les cliniciens comme Tenholt font le choix d’une pratique médicale cantonnée à l’échelle individuelle.

  • 62 Il s’agit du conseiller des mines (Bergrat) Behrens et du conseiller supérieur du commerce (Geh. Ko (...)
  • 63 On ne peut qu’interpréter les raisons qui ont poussé les entrepreneurs à prendre cette décision. Pa (...)
  • 64 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 4 et suiv.
  • 65 H. Bruns, Versuche über die Einwirkung…, op. cit, p. 20 et suiv. ; Id., Die Durchwanderung der Anky (...)

28Aucun accord n’est par conséquent possible au sein du comité sur l’ankylostomiase. Les entreprises minières les plus importantes, Hibernia et Gelsenkirchen Bergwerks AG, par l’intermédiaire des membres de leur conseil d’administration siégeant au comité de l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen62, imposent l’examen systématique recommandé par Bruns et court-circuitent volontairement l’AKV63. Le personnel de la mine de Shamrock I/II, qui appartient à la société Hibernia, doit ainsi se soumettre à une procédure élaborée qui assure un examen microscopique complet de chaque employé et l’attribution précise de chaque échantillon de selles à un mineur, les prélèvements ayant lieu dans des sanitaires spéciaux sous le contrôle d’un fonctionnaire des mines64. Aucun employé ne s’oppose à cette méthode. L’Institut d’hygiène peut ainsi clairement prouver l’efficacité des examens microscopiques systématiques sur la mine de Shamrock I/II et démontrer que la méthode consistant à désinfecter des galeries entières au lait de chaux se révèle inutile pour combattre l’ankylostomiase, réfutant ainsi un autre élément important de la théorie de Tenholt65.

  • 66 H. Bruns, Versuche über die Einwirkung…, op. cit., p. 23 et suiv.
  • 67 Ibid.

29Tout en accordant une grande importance à l’hygiène obtenue par une plus grande utilisation des tinettes sous terre, Bruns nie toutefois que cette seule mesure permette de lutter contre l’ankylostomiase66. Il refuse également catégoriquement de différencier les porteurs de l’ankylostome sains des porteurs malades. Selon le principe bactériologique de Koch, il considère les porteurs sains tout aussi dangereux que les malades, le danger résidant alors dans la propagation de l’ankylostomiase dans les mines de la région de la Ruhr et au-delà : dans cette conception, le mineur devient un porteur dangereux, alors que Tenholt voyait pour sa part le danger dans les mines, ou plus exactement dans le biotope et dans l’environnement du mineur. Pour Bruns, il est « irrationnel d’imposer des dispositions aussi strictes seulement à une petite partie des personnes considérées comme dangereuses ; les mesures qui seront prises devront concerner les deux catégories, qu’on leur refuse ou non l’accès à certaines mines »67.

  • 68 H. Bruns, e.a., Die Vermehrung der eosinophilen Leukozyten bei Ankylostomiasis in diagnostisch-prop (...)
  • 69 « Si ces méthodes ne permettent pas de tuer l’infection en dehors du corps humain, la seule solutio (...)
  • 70 H. Bruns, August Gärtner, Gutachten über den derzeitigen Stand und die weitere Bekämpfung der Ankyl (...)

30L’ensemble des mesures prises par l’Institut d’hygiène est donc profondément modifié : les membres du personnel dans leur ensemble, et non seulement ceux qui présentent des symptômes visibles, doivent désormais se soumettre sans exception à des examens microscopiques répétés de leurs selles68. Parmi eux, tous les porteurs de l’ankylostome, même ceux qui ne présentent aucun symptôme d’anémie, sont soumis à un traitement curatif. De plus, les personnes contaminées se voient refuser le travail au fond de la mine jusqu’à ce que toute trace d’œufs d’ankylostome ait complètement disparu de leurs selles. L’ankylostomiase est donc traitée en se fondant sur la conception selon laquelle le corps du mineur est le principal foyer d’infection dangereux, tout en considérant les mesures d’hygiène sur le lieu de travail comme des dispositions annexes69. En se concentrant sur un unique stade de croissance de l’ankylostome, toutes les expériences concernant le développement des larves et des œufs sur le lieu de travail et les réflexions sur la contagion par ingestion ou par contact avec la peau cessent d’être jugées pertinentes. La contagion est interrompue à un stade défini de développement du parasite, délimité localement et ainsi facilement contrôlable, dont le corps du mineur est le siège. Parallèlement, Tenholt est confronté à l’importante propagation des larves et des œufs d’ankylostome dans les galeries et jusque dans les vestiaires, qui remet en cause le traitement ciblé de désinfection des mines qu’il proposait. Selon Bruns : « Un seul individu malpropre, stupide ou sans scrupule est susceptible de contaminer une zone entière de la mine en déversant continuellement ses excréments de façon non conforme. »70

  • 71 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 6 et suiv.

31Bien que Tenholt eût exprimé son opposition à l’examen microscopique de la totalité du personnel minier, le procédé proposé par Bruns s’impose grâce au soutien des directeurs de mines de la Ruhr. Après le succès obtenu à la mine de Shamrock I/II, d’autres mines adoptent l’examen systématique des mineurs71. En définitive, l’intégralité du système médical de la Ruhr, et surtout l’AKV et les médecins de la corporation minière, ainsi que l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen – organisme central d’examen microscopique des selles – doivent désormais assumer la tâche difficile que représentent l’examen et la prise en charge de plus de 180 000 mineurs employés dans les mines souterraines, dont certains doivent être examinés et éventuellement traités plusieurs fois.

  • 72 Voir Verhandlungen betreffend Maßregeln zur Bekämpfung der im Oberbergamtsbezirke Dortmund herrsche (...)
  • 73 Arrêté de la police des mines du 13 juin 1903 ; voir aussi H. BRUNS, August Gärtner, Gutachten über (...)
  • 74 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 12 et suiv.
  • 75 F. Löbker, H. Bruns, Über das Wesen und die Verbreitung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) mit bes (...)
  • 76 H. Bruns, Die mikroskopische Untersuchung der Fäzes in ihrer Bedeutung für die Bekämpfung der Ankyl (...)

32La Conférence de Berlin sur l’ankylostomiase, le 4 avril 1903, voit émerger les conceptions bactériologiques et épidémiques qui sont apparues lors d’un débat au Reichstag à l’initiative du ministre du commerce et de l’industrie72. On y valide les méthodes de l’Institut d’hygiène et on ordonne tout d’abord un examen microscopique aléatoire de 20 % des ouvriers employés au fond73. La distinction entre les porteurs malades et ceux qui sont aptes au travail est rejetée, alors que le dépistage systématique des mineurs nouvellement embauchés, y compris les ouvriers allemands, fait l’unanimité. Les tentatives des délégués du personnel visant à réduire le temps de travail dans les zones des mines souterraines où la température est élevée, et à augmenter les salaires afin d’améliorer l’alimentation des mineurs et leur permettre ainsi de mieux résister à la maladie, échouent. Toutefois, de nombreuses mines versent aux mineurs malades des compensations complémentaires, en plus des indemnités versées par la corporation minière, stratégie idéale pour les propriétaires des mines dans la perspective d’endiguer le mécontentement grandissant des mineurs qui, malgré l’absence de symptômes visibles, doivent suivre un traitement médical et accusent des pertes de revenu importantes. Les examens se déroulent ainsi la plupart du temps sans problème majeur74. L’arrêté de la police des mines du 1er août 1903, concernant les mesures contre l’ankylostomiase, définit et uniformise les modalités d’examen microscopique des selles. Dans les mines à risque, dans lesquelles un nombre important de porteurs d’ankylostome est dépisté, la totalité du personnel doit se soumettre à un nouvel examen. Les années suivantes, le nombre de cas d’ankylostomiase décline considérablement et Bruns peut, dès 1906, annoncer publiquement la réussite de son programme75. À partir de 1908, le nombre de personnes contaminées par l’ankylostome faiblit durablement et tombe à moins de 1 000 mineurs : en 1912, Bruns constate un recul de 95 % par rapport à 190376.

  • 77 Voir aussi H. Bruns, August Gärtner, Gutachten über den derzeitigen Stand…, op. cit.
  • 78 Archives municipales de Gelsenkirchen, X, 9, 4. Königl. Bergrevierbeamte des Bergreviers Gelsenkirc (...)
  • 79 Bergbau-Archiv Bochum, vol. 55 (Gelsenkirchener Bergwerks AG, Essen), n° 2322, Allgemeiner Knappsch (...)
  • 80 Bruns, qui fut d’ailleurs le médecin en charge de l’équipe de secours allemande, recommande au vu d (...)

33Grâce à la diminution des cas dépistés, les examens systématiques des premières années sont progressivement réduits, et, en 1912, seulement 10 % du personnel est soumis à un prélèvement de selles77. En 1912, le bureau des mines accorde une interruption des examens du personnel pendant deux ans dans le gisement de Gelsenkirchen par exemple, mais refuse toutefois de les supprimer définitivement78. Tous les nouveaux candidats au travail dans les mines souterraines doivent également se soumettre à un dépistage, de même que les mineurs d’origine étrangère et les migrants qui cherchent un emploi dans les mines de la Ruhr79. Ainsi, les étrangers originaires des pays où l’ankylostomiase est fréquente sont considérés comme population à risque et doivent se soumettre à des contrôles systématiques ; c’est également le cas des prisonniers allemands libérés après la Première Guerre mondiale, suspectés d’avoir travaillé dans les mines françaises, belges et italiennes ou combattu sur le front de l’Est, ou encore des sauveteurs allemands intervenus après la catastrophe de la mine de Courrières (Nord de la France) en 1906 et de ce fait considérés comme un groupe à risque80.

  • 81 A. Tenholt, Die Untersuchung auf Anchylostomiasis mit besonderer Berücksichtigung der wurmbehaftete (...)
  • 82 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis) »…, art. cit., p. 18.
  • 83 Tenholt termine sa carrière comme directeur du sanatorium des mineurs de Beringhausen (Sauerland).

34Ainsi, l’adoption unanime des examens microscopiques systématiques met fin à la résistance de Tenholt. Malgré son obstination en faveur d’un diagnostic fondé sur les symptômes visibles, il publie, en tant que médecin en chef et directeur des examens du personnel au sein de la corporation minière, d’importantes études sur la pratique de l’analyse microscopique des selles comme moyen de diagnostiquer l’ankylostomiase. Une partie de ces études est distribuée à tous les médecins de la corporation minière sous forme de circulaire81. Toutefois, pour Tenholt, les raisons du recul du nombre de personnes contaminées demeurent litigieuses : « Les différentes mesures adoptées, et en première ligne celles concernant l’hygiène, ont permis ce ralentissement. L’impact des cures de traitement est moindre. »82 Tenholt, reste opposé aux méthodes de Bruns et des entreprises minières, et finit donc par être relevé de ses fonctions de médecin en chef de la corporation minière83.

L’ankylostomiase et le réseau d’acteurs de la corporation minière

  • 84 Sachse, député au Reichstag (SPD, social-démocrate), dénonce, lors de la session du Reichstag du 23 (...)

35Malgré les divergences importantes existant au sein du corps médical de la Ruhr, l’ankylostomiase offre un exemple de mise en place d’un réseau efficace, dans lequel les acteurs mettent leurs ressources à profit pour faire face au danger de l’épidémie. Les moyens financiers engagés sont très importants. Les employeurs investissent dans une infrastructure d’hygiène et de soin médical pour les mineurs, versent des indemnités aux ouvriers concernés, fournissent souvent gratuitement du personnel (aides soignants) et des infrastructures médicales dans les mines (centre d’examen, microscopes). Pour ce réseau d’entrepreneurs, la lutte durable et efficace contre l’ankylostome présente un intérêt certain : elle entraîne une diminution du nombre d’arrêts de travail. Outre les obligations légales imposées par la caisse professionnelle d’assurance et d’accidents du travail, les employeurs de la Ruhr s’engagent activement pour assurer à leurs ouvriers des soins médicaux et davantage d’hygiène au travail. Le maintien de la main-d’œuvre est également un enjeu essentiel, le paternalisme patronal cherchant à réduire les facteurs exogènes pour le bon fonctionnement de l’exploitation minière. Le pouvoir de « maître absolu » des employeurs fait d’eux les responsables de l’introduction et de la mise œuvre des arrêtés de la police des mines établis dans le cadre de l’épidémie, arrêtés qu’ils peuvent adapter assez librement, malgré l’engagement du bureau des mines en matière de contrôle et de surveillance84. D’autre part, cette participation dans le domaine médical que les entrepreneurs ont exigée et qu’ils ont également assumée au-delà de la cogestion paritaire au sein de la caisse d’assurance minière, les engage à fournir une assistance médicale durable aux ouvriers. Quoiqu’ayant longtemps fait l’objet de débats controversés entre les acteurs, ce devoir d’assistance des employeurs demeure néanmoins un élément de la politique sociale des compagnies minières de la Ruhr. Si les propriétaires des mines n’avaient pas assumé cet engagement, ils auraient été exclus du réseau médical et auraient ainsi sans doute accusé une perte de pouvoir significative. Ainsi, le contrôle paternaliste sur l’exploitation des mines et sur les mineurs demeure, jusqu’au début de la République fédérale d’Allemagne, un modèle dominant dans l’industrie minière, illustrant la politique de santé publique depuis le début du siècle.

  • 85 Il s’agit du Verein zur Bekämpfung der Volkskrankheiten im Ruhrkohlengebiet e.V. : Association pour (...)

36Pour l’AKV, la lutte contre l’ankylostomiase représente l’ouverture du réseau vers de nouveaux acteurs par la coopération avec l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen d’une part, par l’intégration des directeurs des mines d’autre part. Ces derniers, qui mettent en œuvre les mesures médicales sur le terrain, agissent cependant à l’encontre des conceptions des experts médicaux de la corporation minière : en effet, ce sont finalement les conseils d’administration des entreprises Hibernia et Gelsenkirchener Bergwerk AG, ainsi que les directeurs des mines, qui décident de procéder au recensement de tous les mineurs, contre la volonté du médecin en chef de la corporation minière, Tenholt. Dirigée de fait par les entrepreneurs, l’AKV dispose d’une marge de manœuvre très réduite : la parité entre employeurs et employés n’existe alors que sur le papier. Ceci permet également de comprendre en partie la position de faiblesse de la caisse d’assurance minière face à l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen. Même si l’AKV est un acteur important du conseil d’administration de l’association des membres fondateurs de l’Institut d’hygiène85 et qu’elle assure une part non négligeable des ressources financières de l’Institut par ses cotisations très élevées en comparaison avec celles des autres membres, elle ne parvient pas à s’imposer face aux représentants des entreprises minières qui, en tant que membres à la fois de l’AKV et de l’association pour la lutte contre les maladies endémiques, occupent une place dominante dans la médecine minière comme dans toute la région de la Ruhr. Quoiqu’initialement en désaccord avec la position des entreprises et de l’Institut d’hygiène, les médecins de la corporation minière de l’AKV l’adoptent rapidement et permettent ainsi de faire largement progresser la lutte contre l’ankylostomiase.

37Grâce à cette épidémie, l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen devient rapidement un acteur médical de premier plan dans la Ruhr. Fondamental est le rôle de Bruns, le directeur de l’Institut, qui fait autorité dans le monde médical et parvient à transposer le concept de lutte contre l’épidémie à l’ankylostomiase et à s’imposer face à l’autorité et à la compétence de la corporation minière. L’adoption de ses préconisations (en particulier l’examen étiologique des mineurs) doit moins à la qualité de ses arguments dans les débats médicaux qu’au fait que sa conception correspond alors à la vision et aux attentes des acteurs entrepreneuriaux dominants.

  • 86 En 1902, à la différence de 1903, l’AKV déclare avoir uniquement pris en compte « les ouvriers réel (...)
  • 87 Ibid., p. 89.

38Ainsi, on ne peut réduire le conflit entre Tenholt, représentant de la caisse d’assurance minière, et Bruns, directeur de l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen, à un simple affrontement de points de vue scientifiques et médicaux entre un clinicien, ou plutôt un hygiéniste de l’environnement d’une part, et un microbiologiste, de l’autre. Tenholt n’agit pas seulement dans le cadre d’une école de pensée médicale, mais en tant que représentant d’une caisse d’assurance minière, dont l’organisation garantit le versement d’une rente en cas d’incapacité de travail pour tout mineur malade qui n’est plus en mesure d’exercer son métier86. Or, la notion d’incapacité de travail perd tout son sens lorsqu’elle est également appliquée aux employés déclarés porteurs sains de l’ankylostome. La différence qui en résulte est loin d’être négligeable : en effet, l’AKV constate en 1903 que sur les 32 576 cas d’ankylostomiase recensés, seulement 4,4 % présentent des symptômes d’anémie et qu’aucun mineur ne s’est déclaré malade spontanément. Les ouvriers contaminés sont d’ailleurs, selon l’AKV, aptes au travail87. En d’autres termes, en considérant la maladie selon la définition de la corporation minière, il n’y aurait aucun cas d’ankylostomiase dans la Ruhr en 1903 !

  • 88 Voir la requête du comité directeur de l'association des mineurs chrétiens allemands auprès du bure (...)
  • 89 Sur la production de collectifs sociaux par les statistiques, voir Sybilla Nikolow, « Die graphisch (...)
  • 90 Cette pratique de subjectivation paradoxale, dans laquelle l’assurance s’adresse à la fois au colle (...)

39Pour les mineurs, ce système comporte, malgré les indemnités versées, d’importantes conséquences. La perte de revenu due aux traitements curatifs contrarie tout particulièrement les ouvriers concernés et participe activement au mécontentement général des mineurs, tout autant que les mesures prophylactiques contre l’ankylostome88. La pathologisation et la pathogénisation du corps du mineur sont des éléments plus importants encore. Elles impliquent la conception d’un corps en danger, menacé par son environnement au travail, mais également celle d’un corps dangereux qui, selon la doctrine épidémiologique, favoriserait la propagation des maladies. De cette interdépendance, selon laquelle le corps du mineur est à la fois menacé et dangereux, sont nées d’une part l’hygiénisation de l’environnement minier, qui sous-entend un changement de comportement de la part des mineurs, et d’autre part des pratiques complètes et transparentes de contrôle médical du corps au travail. Dans le cas de la lutte contre l’ankylostomiase, il s’agit de discipliner le corps du mineur, donc de faire respecter les arrêtés de la police des mines en matière d’hygiène, mais également d’objectiver la pratique médicale par des examens microscopiques systématiques. Le savoir obtenu grâce aux expériences médicales et hygiéniques réalisées dans les mines définit par conséquent collectivement le corps du mineur par un défaut d’hygiène : sa santé est en danger mais il représente également un danger pour les autres. Cette prise en compte collective et non individuelle des mineurs qui garantit le succès de la discipline hygiénique imposée, s’est accrue grâce à de nouvelles pratiques mises en place à la fin du XIXsiècle. On compte parmi ces dernières le recensement, l’évaluation et la représentation statistique des maladies professionnelles de la mine ainsi que les obligations de déclaration médicale qui en découlent et, par conséquent, tout l’éventail des pratiques d’assurance modernes visant à réguler, calculer et compenser les risques89. Le besoin d’internaliser les mesures d’hygiène par l’intermédiaire du mineur lui-même montre toutefois le rapport délicat entre la demande collective, émanant du système de sécurité sociale des mines, et le possible refus individuel, dû à une résistance active ou à l’ignorance des mineurs90.

  • 91 François Ewald, L’État-providence, Paris, Grasset, 1986.

40La transformation des risques et des responsabilités individuels en un système de sécurité collectif nécessite une rationalité, qui se fonde sur le rapport savoir-pouvoir et qui ne considère plus l’individu libre comme point de départ de l’analyse mais la totalité des individus, donc la société91. Le mineur en tant qu’individu social et avant tout, dans le cadre de l’assurance minière analysée ici, son corps en tant que partie d’un groupe à risque et en danger, deviennent donc un enjeu politique. La loi sur l’assurance maladie de l’Empire allemand, votée le 29 mai 1883, marque ce tournant. L’État se définit alors comme un état-providence qui réglemente les relations sociales grâce au nouveau système de sécurité sociale. Les arrêtés de la police des mines concernant la lutte contre l’épidémie d’ankylostomiase sont directement liés à ce nouveau rôle de l’État. L’installation de tinettes dans les mines souterraines illustre ainsi la reconfiguration de l’intervention étatique comme régulateur du risque. Par cette biopolitique de l’État, le corps du mineur passe de la sphère de responsabilité de l’individu – dans le sens de sa prise en charge et de sa responsabilité autonome – à une responsabilité collective assumée par l’État, les organismes de sécurité sociale légaux et les acteurs qui y sont représentés.

41La corrélation entre pouvoir et savoir s’illustre clairement dans le débat des médecins qui ont abordé l’épidémie d’ankylostomiase, non seulement dans le cadre précis du savoir biologique et médical, mais comme un phénomène lié à l’hygiène sociale. D’autre part, l’épidémie fait l’objet de discussions politiques au Reichstag et à la chambre des représentants de Prusse, si bien que la biologie, la médecine et le corps du mineur s’invitent dans le discours et l’action politique. La lutte contre l’ankylostome dans la Ruhr démontre la mutualisation systématique de pratiques et de discours différents, qui forment ensemble un dispositif médical et hygiénique visant à contrôler et réglementer le corps du mineur – soit une réglementation du risque – mais aussi le rendement de son corps considéré comme outil de production. Le débat entre les acteurs sur les différentes attentes vis-à-vis du mineur a pour conséquence l’émergence des termes de santé et de maladie dans ce dispositif. L’ankylostome n’est donc pas seulement un envahisseur biologique du biotope technologique souterrain, mais il devient également un élément du discours médical, hygiéniste et politique de l’Empire allemand. Il fait ainsi face à une forme de communication sociale qui marque considérablement le réseau d’acteurs des caisses minières de la Ruhr.

Notes

1 Cet article est la traduction d’une version remaniée de « Der Hakenwurm an der Ruhr. Umwelt, Körper und soziale Netzwerke im Bergbau des Kaiserreichs », in : Der Anschnitt. Zeitschrift für Kunst und Kultur im Bergbau, 61 (2009) 5-6, p. 314-329. Texte traduit de l’allemand par Clémence Hublet.

2 Sur les multiples conséquences de l’industrie minière sur l’environnement, voir Helmut Lackner, « „Es ist die Bestimmung des Menschen, dass sie die Berge durchwühlen.“ Bergbau und Umwelt », in Hahn Sylvia, Reith Reinhold (éds), Umwelt-Geschichte. Arbeitsfelder, Forschungsansätze, Perspektiven, Vienne, 2001, p. 77-98.

3 Franz-Josef Brüggemeier, Thomas Rommelspacher, « Umwelt », in Köllmann Wolfgang e.a. (éd.), Das Ruhrgebiet im Industriezeitalter. Geschichte und Entwicklung, vol. 2, Düsseldorf, 1990, p. 509-559 ; des mêmes auteurs, Blauer Himmel über der Ruhr. Geschichte der Umwelt im Ruhrgebiet 1840-1990, Essen, 1992 ; Detlev Vonde, Revier der großen Dörfer. Industrialisierung und Stadtentwicklung im Ruhrgebiet, Essen, 1989.

4 Sur l’histoire de la médecine dans l’industrie minière, voir surtout Elmar Menzel, Bergbau-Medizin einst und jetzt. Entwicklung des bergmännischen Gesundheitswesens unter Einschluß der Kranken- und Unfallversicherung, Berlin, 1989 ; Michael Martin, Arbeiterschutz und Arbeitsmedizin im Ruhrbergbau 1865-1914, Thèse d’histoire de la médecine, Bochum Universität, 2000.

5 Hermann Dieminger, médecin de la caisse d’assurance minière à Merklinde, répertorie par exemple comme habitants de la mine Graf Schwerin, aux côtés des mineurs et de l’ankylostome, les rats, les souris, les sauterelles de grottes et les cloportes. H. Dieminger, Beiträge zur Bekämpfung der Ankylostomiasis. Nachtragsbericht an die Kgl. Regierung zu Arnsberg, Jena, 1905, p. 6.

6 Michael Farrenkopf, Schlagwetter und Kohlenstaub: das Explosionsrisiko im industriellen Ruhrbergbau (1850 -1914), Bochum, 2003 ; plus général : Wolfhard Weber, Technik und Sicherheit in der deutschen Industriegesellschaft 1850 bis 1930. Festschrift zum 100jährigen Bestehen des VdTÜV am 14. Juni 1984, Wuppertal, 1986.

7 Wolfhard Weber, Innovationen im frühindustriellen deutschen Bergbau und Hüttenwesen, Göttingen, 1975.

8 Richard White, The Organic Machine: The Remaking of the Columbia River, New York, 1996.

9 Sur la notion de dispositif, voir Michel Foucault, Dispositive der Macht. Über Sexualität, Wissen und Wahrheit, Berlin, 1978. Sur la notion de biopolitique, Michel Foucault, Naissance de la biopolitique : Cours au collège de France (1978-1979), Seuil, 2004 ; Thomas Lemke, Gouvernementalität und Biopolitik, Wiesbaden, 2007 et Biopolitik zur Einführung, Hambourg, 2007.

10 Sur l’analyse de l’acteur-réseau (ANT), voir Bruno Latour, Nous n'avons jamais été modernes. Essai d'anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, « L'armillaire », 1991 ou encore « On Actor-network Theory. A few Clarifications », in : Soziale Welt 47 (1996), 4, p. 369-382 ; voir également Andréa Belliger, David J. Krieger (éds), ANThology. Ein einführendes Handbuch zur Akteur-Netzwerk-Theorie, Bielefeld, 2006.

11 Sur l’histoire de la corporation minière, voir Michael Fessner, Christoph Bartels, Rainer Slotta (éds), Auf breiten Schultern. 750 Jahre Knappschaft, Bochum, 2010 ; Christoph Bartels (éd.), Berufliches Risiko und soziale Sicherheit, Bochum, 2010 et …höchst verpönte Selbst-Hülfe… Sozialversicherung in Bergbau-, Seefahrt und Eisenbahnwesen, Bochum, 2012 ; Ulrich Lauf, Der Allgemeine Knappschaftsverein zu Bochum (1890-1923). Mythos und Wirklichkeit, Bochum, 2009.

12 Cette approche a été largement développée par Michel Foucault dans Histoire de la sexualité, tome 1 : La Volonté de savoir, Gallimard, 1976.

13 C’est seulement en 1885, dans le cadre de la législation de Bismarck en matière de sécurité sociale, que l’assurance accidents des mines (Knappschafts-Berufsgenossenschaft : caisse professionnelle d’assurance des mines) et les autres assurances institutionnelles – alors regroupées ensembles, telles que l’assurance pension, invalidité et maladie des mines – ont été gérées séparément. Josef Boyer, Unfallversicherung und Unternehmer im Bergbau. Die Knappschafts-Berufsgenossenschaft 1885-1945, Munich, 1995, p. 21 et suivantes. Sur l’histoire de la corporation minière : Ulrich Lauf, « Die deutschen Knappschaftsvereine (1854-1923). Ein altes Sozialsystem im Rückblick », in Anschnitt, n° 6 (2006), 58, p. 264-294, 2006 ; Martin H. Geyer, Die Reichsknappschaft. Versicherungsreformen und Sozialpolitik im Bergbau 1900-1945, Munich, 1987.

14 Lieux d’importantes épidémies d’ankylostomiase à la même époque.

15 Sur l’histoire des hôpitaux de la corporation minière, voir Ulrich Lauf, Die Krankenhäuser der deutschen Knappschaftsvereine im 19. und 20. Jahrhundert, Bochum, 2005 ; Lars Bluma, « Heterotope Orte: Raumhistorische Dimensionen des knappschaftlichen Krankenhauswesens im Ruhrgebiet », in Bartels Christoph (éd.), Berufliches Risiko…, op. cit., p. 67-98 et « Fürsorge und Kontrolle: Medizinhistorische Perspektiven der Knappschaftsgeschichte im Ruhrgebiet », in Bartels Christoph (éd.), …höchst verpönte Selbst-Hülfe…, op. cit., Bochum, 2012, p. 201-280.

16 Au XIXsiècle, de nombreuses corporations minières sont organisées au niveau régional. La caisse d’assurance générale des mineurs de Bochum (AKV) est responsable de la région de la Ruhr de 1890 à 1923. Sur l’histoire de l’AKV, voir Ulrich Lauf, Der Allgemeine Knappschaftsverein…, op. cit.

17 August Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage. Zusammenfassende Uebersicht, Jena, 1903, p. 10.

18 La caisse professionnelle d’assurance des mines (Knappschafts-Berufsgenossenschaft) a été créée en 1885 en tant qu’assurance-accidents de l’industrie minière allemande. Voir Josef BOYER, Unfallversicherung und Unternehmer…, op. cit.

19 Dans les mines allemandes, on a dépisté dès 1885 plusieurs cas d’ankylostomiase dans les gisements d’Aix-la-Chapelle et de Bardenberg. Voir Ferdinand Löbker, Die Ankylostomiasis und ihre Verbreitung unter den Bergleuten im Oberbergamtsbezirk Dortmund, Wiesbaden, 1896, p. 5. Dans la ville hongroise de Brennberg, qui fut longtemps considérée comme un foyer d’épidémie de l’ankylostomiase, on a dépisté les premiers cas en 1891 : Hugo Goldmann, 1900, Die Ankylostomiasis. Eine Berufskrankheit des Berg-, Ziegel- und Tunnelarbeiters, Vienne/Leipzig, p. 14.

20 Michael Martin, « Medizintechnik im Ruhrgebiet. Vom Bergmannsheil zur Life Science Industry », in Dietmar Bleidick, Manfred Rasch (éds), Technikgeschichte im Ruhrgebiet. Technikgeschichte für das Ruhrgebiet, Essen, 2004, p. 875-891.

21 F. Löbker, Die Ankylostomiasis und ihre Verbreitung…, op. cit., p. 19.

22 Il faut également ajouter que les maîtres mineurs, les fonctionnaires royaux des mines, et même les gérants et les directeurs peuvent être élus représentants du personnel dans les organes de gestion de la corporation minière. Voir Martin H. Geyer, Die Reichsknappschaft…, op. cit., p. 41 et suiv.

23 F. Löbker, Die Ankylostomiasis und ihre Verbreitung…, op. cit., p. 9 et suiv. et p. 24.

24 Ibid., p. 10.

25 Ibid., p. 10 et suiv.

26 Ibid., p. 26-29, citation p. 29.

27 A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., p. 2.

28 F. Löbker, Die Ankylostomiasis und ihre Verbreitung…, op. cit, p. 29 et suiv. ; Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet: ein Beitrag zur Geschichte der medizinischen Parasitologie, Francfort-sur-le-Main/Bern, 1981, p. 31.

29 Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet…, op. cit., p. 33 et suiv.

30 Hayo Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) im rheinisch-westfälischen Ruhrkohlenbezirk, n° 15 et 16, 1904, Munich, p. 12.

31 Voir « Mittel zur Bekämpfung der Wurmkrankheit », in Glückauf, n° 30, 25 juillet 1903, p. 714. Sur la situation internationale, voir Victor Watteyene, Les mesures prophylactiques prises ou à prendre contre l`ankylostomiasis. Rapport présenté au XIe Congrès international d`hygiène et de démographie à Bruxelles en 1903, Bruxelles, 1903.

32 Voir Hugo Goldmann, Die Ankylostomiasis. Eine Berufskrankheit des Berg-, Ziegel- und Tunnelarbeiters, Vienne/Leipzig, 1900, p. 42 et suiv. On a accordé beaucoup d’importance à la pureté de l’eau comme facteur de lutte contre l’ankylostomiase, surtout dans le gisement de Liège. Voir A. Barbier, La Lutte contre l`Ankylostomiase, Bruxelles, 1903 [traduit en allemand en 1903].

33 H. Dieminger, Beiträge zur Bekämpfung der Ankylostomiasis. Bericht an die Kgl. Regierung zu Arnsberg, Jena, 1904, p. 3 et suiv.

34 Comme par exemple le médecin en chef de la caisse minière August Tenholt, qui analysa de nombreuses mines au regard des paramètres cités, dans A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., 1903. Bruns propose un bon aperçu des essais en laboratoires dans Versuche über die Einwirkung einiger physikalischer und chemischer Agentien auf die Eier und Larven des Ankylostoma duodenal, nebst Bemerkungen über die Bekämpfung der Krankheit im Ruhrkohlengebiet, Jena, p. 3 et suiv.

35 Tenholt rend compte des expériences faites sur lui-même et d’autres médecins qui se sont intentionnellement contaminés dans A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis) », in Berliner Klinik, 213 (1906), 18, p. 14.

36 Voir également la description dans Institut für Hygiene und Bakteriologie [Institut d’hygiène et de bactériologie], Bericht über die Tätigkeit des Instituts für Hygiene und Bakteriologie zu Gelsenkirchen, in der Zeit vom 1. April 1903 bis zum 29. Februar 1904, Gelsenkirchen, 1904, p. 10 et suiv.

37 Tenholt rend par exemple compte de ses observations, réalisées sur place dans les mines souterraines avec son collaborateur Grothaus, sur « l’instinct migrateur » de la larve d’ankylostome dans Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., p. 11 et suiv. Dans la mine de Julia, dans le quartier de Baukau à Herne, une galerie a été transformée en zone d’élevage de larves d’ankylostome : voir Wortmann, « Über die Lebensfähigkeit der Ankylostomum-Larven in den trockenen Grubenpartien », in Glückauf, n° 31, 1er août 1903, p. 732.

38 H. Dieminger, Beiträge zur Bekämpfung…, op. cit., p. 2.

39 Présenté succinctement par Hugo Goldmann, Die Hygiene des Bergmannes: seine Berufskrankheiten, erste Hilfeleistung und die Wurmkrankheit (Ankylostomiasis), Halle, 1903.

40 Hugo Wolff, Die Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) deren Wesen, Verbreitung und Bekämpfung im nordwestböhmischen Kohlenbecken, Dux, 1903, p. 19 et suivantes.

41 Arthur Looss a découvert cette voie de transmission lors d’une étude réalisée en Égypte : voir Arthur Looss, « Ueber das Eindringen der Ankylostomalarven in die menschliche Haut », in : Zentralblatt für Bakteriologie, 29 (1901), p. 733-739 et « Weiteres über die Einwanderung der Ankylostomen von der Haut aus », in Zentralblatt für Bakteriologie, 33 (1903), p. 330-343. En 1903, Tenholt soutient encore la thèse selon laquelle la maladie se transmet par ingestion. A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage… op. cit., p. 10. Il change toutefois plus tard d’avis, voir A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit… », art. cit.

42 Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet…, op. cit., p. 68 et suiv.

43 A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage… op. cit, p. 5 et suiv.

44 Ibid., p. 13.

45 Heiner Langenfeld, Die Ankylostomiasis im Ruhrgebiet…, op. cit, p. 56.

46 Ibid., p. 13 et suiv.

47 Ibid., p. 17.

48 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit… », art. cit., p. 7.

49 C’était la thèse défendue par Ferdinand Löbker (dans Die Ankylostomiasis…, op. cit. p. 30) et par Hugo Goldmann (dans Die Ankylostomiasis…, op. cit., p. 15). Cf. Extrait du procès-verbal de la réunion du conseil d’administration du Verein für die bergbaulichen Interessen im Oberbergamtsbezirk Dortmund [Association pour la défense des intérêts de l’industrie minière dans la circonscription de Dortmund] du 20 juin 1903, in Glückauf, n° 27, 4 juillet 1903, p. 631-632.

50 Josef Boyer, Unfallversicherung und Unternehmer…, op. cit., p. 114 et suivantes. C’est pourquoi on fait toujours appel à l’engagement moral des mineurs et on les invite à se surveiller et à se dénoncer mutuellement. En cas d’infraction, les mineurs sont passibles de peines très sévères. Wolff, Die Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 22 et suiv.

51 Un rapport sur l’épidémie d’ankylostomiase dans le gisement de charbon hongrois d’Anina-Steierdorf, décrit la réaction des mineurs concernés : « Une part non négligeable des personnes qui travaillaient dans la mine contaminée avait l’air en forme, la plupart était bien nourrie, en bonne forme physique, n’était pas particulièrement pâle ni anémique, et était apte au travail. Quand on leur apprenait qu’ils étaient porteurs du méchant ver des mines, ils accueillaient la nouvelle avec un air sceptique et un hochement de tête perplexe » (« Über die Ankylostomagefahr in Kohlengruben », in Glückauf, n° 28, 11 juillet 1903, p. 656).

52 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis) »…, op. cit., p. 19.

53 Id., Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., p. 19 et suiv.

54 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 3.

55 Joachim Wüstenberg, « 50 Jahre Hygienisches Institut im Ruhrgebiet », in : Festschrift zum 50jährigen Bestehen des Vereins zur Bekämpfung der Volkskrankheiten im Ruhrkohlengebiet und seines hygienischen Instituts, édité par Joachim Wüstenberg, Gelsenkirchen, 1952, p. 11-52 et 75 Jahre Hygiene-Institut des Ruhrgebiets Gelsenkirchen, Gelsenkirchen, 1977.

56 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit…, op. cit., p. 4.

57 « Das Verhalten der Besitzer der westfälischen Steinkohlenbergwerke bei der Bekämpfung der bösartigen Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) », in Glückauf, n° 11, 14 mars 1903, p. 244.

58 H. Bruns, Versuche über die Einwirkung einiger physikalischer und chemischer Agentien auf die Eier und Larven des Ankylostoma duodenal, nebst Bemerkungen über die Bekämpfung der Krankheit im Ruhrkohlengebiet, Jena, 1904, p. 2 et suiv ; Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 21 et suiv.

59 A. Tenholt, Die Ankylostomiasis-Frage…, op. cit., p. 21 et suiv.

60 Ibid., p. 23.

61 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis)… », art. cit., p. 7.

62 Il s’agit du conseiller des mines (Bergrat) Behrens et du conseiller supérieur du commerce (Geh. Kommerzienrat) Kirdorf.

63 On ne peut qu’interpréter les raisons qui ont poussé les entrepreneurs à prendre cette décision. Parmi les sources disponibles dans les archives de l’industrie minière de Bochum (Bergbau-Archiv Bochum) sur Hibernia et Gelsenkirchener Bergwerk AG, on ne trouve en effet que quelques informations concernant l’épidémie d’ankylostomiase dans la Ruhr.

64 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 4 et suiv.

65 H. Bruns, Versuche über die Einwirkung…, op. cit, p. 20 et suiv. ; Id., Die Durchwanderung der Ankylostomalarven durch die menschliche Haut; die Bedeutung dieser Infektionsmöglichkeit für die Verbreitung und Bekämpfung der Wurmkrankheit, 1905, Munich, 1905 et Versuche zur Frage der Desinfektion bei Ankylostomiasis, Münchener medizinischen Wochenschrift, Munich, 1905.

66 H. Bruns, Versuche über die Einwirkung…, op. cit., p. 23 et suiv.

67 Ibid.

68 H. Bruns, e.a., Die Vermehrung der eosinophilen Leukozyten bei Ankylostomiasis in diagnostisch-prophylaktischer Bedeutung, Munich, 1905, p. 2 et suiv.

69 « Si ces méthodes ne permettent pas de tuer l’infection en dehors du corps humain, la seule solution restante est de l’attaquer directement dans le corps, ce qui signifie que nous devons essayer de supprimer les parasites de toutes les personnes infectées car ceux-ci pourraient favoriser le développement de l’infection » écrit Bruns dans Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 10.

70 H. Bruns, August Gärtner, Gutachten über den derzeitigen Stand und die weitere Bekämpfung der Ankylostomiasis im Oberbergamtsbezirk Dortmund, Jena, Gelsenkirchen, 1914, p. 29.

71 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 6 et suiv.

72 Voir Verhandlungen betreffend Maßregeln zur Bekämpfung der im Oberbergamtsbezirke Dortmund herrschenden Wurmkrankheit. Konferenz am 4. April 1903 [Débats concernant les mesures visant à combattre l’ankylostomiase, maladie dominante dans le district du bureau des mines de Dortmund. Conférence du 4 avril 1903], Berlin, 1903.

73 Arrêté de la police des mines du 13 juin 1903 ; voir aussi H. BRUNS, August Gärtner, Gutachten über den derzeitigen Stand…, op. cit., p. 14 et suiv.

74 H. Bruns, Die Bekämpfung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 12 et suiv.

75 F. Löbker, H. Bruns, Über das Wesen und die Verbreitung der Wurmkrankheit (Ankylostomiasis) mit besonderer Berücksichtigung ihres Auftretens in deutschen Bergwerken, Berlin, 1906, p. 88 et suiv.

76 H. Bruns, Die mikroskopische Untersuchung der Fäzes in ihrer Bedeutung für die Bekämpfung der Ankylostomiasis. Ein Bericht über den Stand der Wurmkrankheit im Ruhrkohlengebiet nach 10jähriger Bekämpfung, publication additionnelle de la revue Zeitschrift für Hygiene und Infektionskrankheiten, vol. 78, Leipzig, 1914, p. 398.

77 Voir aussi H. Bruns, August Gärtner, Gutachten über den derzeitigen Stand…, op. cit.

78 Archives municipales de Gelsenkirchen, X, 9, 4. Königl. Bergrevierbeamte des Bergreviers Gelsenkirchen an den Kreisarzt Gelsenkirchen, 7 février 1912.

79 Bergbau-Archiv Bochum, vol. 55 (Gelsenkirchener Bergwerks AG, Essen), n° 2322, Allgemeiner Knappschaftsverein zu Bochum [caisse d’assurance générale des mineurs de Bochum] (éd.), Geschäftsanweisung für die Knappschaftsärzte des AKV, Bochum, 1911, p. 11. Après la Seconde Guerre mondiale, en Allemagne fédérale, l’association minière souhaite limiter le nombre de dépistages : entre 1956 et 1966, aucun nouveau cas d’ankylostomiase n’est détecté au sein du personnel des mines souterraines. Toutefois, le dépistage reste obligatoire pour les Espagnols, les Nord-Africains, les Italiens, les Yougoslaves, les Grecs et les Turcs, etc. Ces derniers doivent présenter un certificat de l’Institut d’hygiène de Gelsenkirchen ou de tout autre organisme reconnu par le bureau des mines, attestant qu’ils ne sont pas porteurs du parasite, et ce jusque dans les années 1960. Les ouvriers qui travaillent dans les mines susceptibles d’être contaminées sont contractuellement obligés de suivre un traitement préventif. Bergbau-Archiv Bochum. Vol. 16, n° 2591.

80 Bruns, qui fut d’ailleurs le médecin en charge de l’équipe de secours allemande, recommande au vu des conditions d’hygiène catastrophiques sur place, de soumettre tous les membres de l’équipe de sauvetage à un examen microscopique minutieux à leur retour. Voir Archives municipales de Gelsenkirchen X, 10, 4. Bericht des Institutsdirektors Bruns über die Lage auf der Gesellschaft Courrières nach der Explosion, 23 mars 1906 (duplicata), p. 5 et suiv. Sur les prisonniers de guerre libérés, voir Archives municipales de Recklinghausen, référence III, n° 5570, p. 50, 51. Archives municipales de Gelsenkirchen X, 9, 4. Der Preußische Minister für Volkswohlfahrt an die Regierungspräsidenten in Breslau, Oppeln, Münster, Arnsberg, Düsseldorf vom 23.12.1919.

81 A. Tenholt, Die Untersuchung auf Anchylostomiasis mit besonderer Berücksichtigung der wurmbehafteten Bergleute, 2e éd., 1904, et « Zur Diagnose der Anchylostomiasis », in : Zeitschrift für Medizinalbeamte, 2, p. 1-2.

82 A. Tenholt, « Ueber die Wurmkrankheit der Bergleute (Anchylostomiasis) »…, art. cit., p. 18.

83 Tenholt termine sa carrière comme directeur du sanatorium des mineurs de Beringhausen (Sauerland).

84 Sachse, député au Reichstag (SPD, social-démocrate), dénonce, lors de la session du Reichstag du 23 février 1903, la façon dont les arrêtés de la police des mines sont contournés par les patrons, surtout en ce qui concerne l’installation d’un nombre suffisant de tinettes dans les mines souterraines et le respect de l’hygiène dans les vestiaires. Stenographisches Bericht [rapport sténographique], 1903, p. 8142. Verhandlungen [débats], 1903, p. 16 et suiv. Les efforts des ouvriers pour nommer dans leur rang des contrôleurs ont échoué face au rejet des administrations et des propriétaires des mines. Voir Weidtmann, « Die Wurmkrankheit und die zu ihrer Bekämpfung getroffenen Maßnahmen », in : Glückauf, n° 23, 6 juin 1903, p. 535.

85 Il s’agit du Verein zur Bekämpfung der Volkskrankheiten im Ruhrkohlengebiet e.V. : Association pour la lutte contre les maladies endémiques de la région minière de la Ruhr.

86 En 1902, à la différence de 1903, l’AKV déclare avoir uniquement pris en compte « les ouvriers réellement malades » dans les statistiques. Voir Allgemeiner Knappschafts-Verein zu Bochum [caisse d’assurance générale des mineurs de Bochum], Verwaltungs-Bericht für das Jahr 1903, vol. 1, Bochum, s.d. [1903], p. 87.

87 Ibid., p. 89.

88 Voir la requête du comité directeur de l'association des mineurs chrétiens allemands auprès du bureau des mines le 16 mai 1903, dans laquelle il demande aux employeurs un ajustement de tous les salaires. En allemand, dans Glückauf, n° 27, 4 juillet 1903, p. 639.

89 Sur la production de collectifs sociaux par les statistiques, voir Sybilla Nikolow, « Die graphisch-statistische Herstellung der Bevölkerung. Bevölkerungskonzepte in der Gesundheitsaufklärung in Deutschland vor 1933 », in Reiner Mackensen (éd.), Bevölkerungslehre und Bevölkerungspolitik vor 1933, Opladen 2002, p. 297-314.

90 Cette pratique de subjectivation paradoxale, dans laquelle l’assurance s’adresse à la fois au collectif (la totalité des mineurs) et à l’individu (chaque mineur), s’exprime également dans le point de vue du médecin d’arrondissement de Dux, Hugo Wolf, qui analyse l’ankylostomiase dans le bassin houiller du Nord-Ouest tchèque : « Toutes les mesures présentées n’ont aucun impact lorsqu’elles ne sont pas mises en place par la totalité des mineurs. Tel l’instinct de survie naturel qui fait que chacun se protège des dangers et des menaces, la totalité des mineurs doivent être solidaires afin de combattre de façon énergique l’ennemi qui envahit le bassin du Nord-Ouest tchèque (…). » Hugo Wolff, Die Wurmkrankheit (Ankylostomiasis)…, op. cit., p. 31.

91 François Ewald, L’État-providence, Paris, Grasset, 1986.

Auteur

Deutsches Bergbau-Museum Bochum (Allemagne)

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search