Version classiqueVersion mobile

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Première partie – Réseaux et mobilisations socio-politiques autour de la santé à la mine

Introduction

Texte intégral

1Par son caractère éminemment dangereux et par l’ampleur des affections qui atteignent ceux qui le pratiquent, le travail à la mine a très tôt attiré l’attention des médecins et hygiénistes qui ont cherché à identifier et à traiter – voire à prévenir – certains maux du travail. Le nystagmus et l’ankylostomiase ont, les premiers, suscité l’intérêt du pouvoir médical et des institutions sanitaires liées au monde de la mine. Lars Bluma montre ainsi que l’Empire allemand et ses institutions décentralisées (provinces, municipalités) ont précocement mis en place, de concert avec les compagnies minières, un réseau efficace de surveillance et de prévention sanitaire destiné à faire face au danger de l’épidémie du « ver du mineur » qui menaçait la productivité des puissantes houillères de la Ruhr.

2Les préoccupations de rentabilité économique de l’entreprise minière sont rarement absentes de l’inquiétude sanitaire telle qu’elle se manifeste dans les archives. Dans l’entreprise de mise en chiffres et de gestion de la santé des mineurs, on rencontre diverses configurations d’acteurs : les pouvoirs publics, le patronat minier et les syndicats ouvriers entrent en conflit ou en résonance. Ces réseaux se sont mobilisés sur la question sanitaire selon des chronologies diverses et des répertoires d’action propres, convergeant parfois vers le maintien d’un durable statu quo aboutissant à la non-reconnaissance des affections des mineurs, en particulier de la silicose. C’est le cas notamment en Belgique, dont Eric Geerkens démontre l’attachement des acteurs au « compromis Delattre » de 1937 et la gestion paritaire inadaptée des problèmes de santé au travail. Lorsque les mobilisations ouvrières se structurent autour de la santé à la mine, comme le montre l’exemple du cuivre chilien au cours du XXe siècle (Angela Vergara), elles se heurtent généralement à la résistance des compagnies qui cherchent à diminuer le coût de l’exploitation, à celle des pouvoirs publics qui peinent à constituer un champ législatif, ou encore au déni ouvrier et à la culture productiviste de la mine. Lorsque la santé à la mine devient une « cause » politique plus ou moins instrumentalisée, les réseaux militants mis en œuvre parviennent difficilement à mener une mobilisation efficace en termes de gestion sanitaire : Marion Fontaine montre comment la construction de la cause militante de la silicose par la Gauche prolétarienne qui investit le bassin minier du Pas-de-Calais au début des années 1970 peine à faire émerger une mobilisation commune entre vieux mineurs et jeunes intellectuels.

3L’objet de cette séquence est donc de comprendre la diversité des réseaux de mobilisation sur la question sanitaire au travail et d’illustrer combien est mouvant et cahotique, au gré des opportunités contextuelles et des traditions médicales et socio-politiques nationales, le processus de connaissance et de re-connaissance des maladies des mineurs.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search