Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Les maux de la mine. Revisiter l’histoire minière au prisme des enjeux de santé au travail

Judith Rainhorn

Texte intégral

Charade à ceux qui vont mourir Égypte noire
Sans Pharaon qu’on puisse implorer à genoux
Profil terrible de la guerre où nous sommes
Terrils Terrils ô pyramides sans mémoire
Est-ce Hénin-Liétard ou Noyelles-Godault
Courrières-les-morts Montigny-en-Gohelle
Noms de grisou Puits de fureur Terres cruelles
Qui portent ça et là des veuves sur le dos.

Louis Aragon, Enfer-les-Mines (Le Crève-Cœur), 1941.

La mine, entre passé, présent… et avenir1

  • 1 Je remercie Marion Fontaine pour ses remarques et suggestions qui ont permis la mise au point défin (...)
  • 2 Une ambiguïté dont le projet et les débats liés à l’implantation du Musée du Louvre à Lens, inaugur (...)

1En érigeant le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, le plus productif et le plus emblématique de l’histoire industrielle de la France, au rang de patrimoine mondial de l’humanité en 2012, l’UNESCO a fait œuvre paradoxale. Reconnaissant le caractère exceptionnel et l’homogénéité des paysages issus de deux siècles d’exploitation charbonnière, l’institution donnait ses lettres de noblesse aux éléments topographiques du monde de la mine (terrils, bois, étangs d’affaissement), à ses vestiges industriels (carreaux de fosses, chevalements, bâtiments résiduels), à l’habitat ouvrier et à l’urbanisme spécifique qui lui sont liés (corons, cités-jardins, habitat pavillonnaire), aux éléments monumentaux et architecturaux témoins de la vie sociale minière révolue (châteaux des dirigeants, sièges sociaux des compagnies, locaux du syndicalisme ouvrier, églises, écoles, etc), aux migrations humaines internationales générées par l’activité minière et, enfin, aux lieux de mémoire et de célébration de l’histoire du Bassin et de ses mineurs. Dans le même temps, l’UNESCO entérinait par là même le caractère révolu de l’aventure minière dans cette région – et, au-delà, dans les territoires de la Vieille Europe nés de l’industrialisation du premier XIXe siècle –, affirmant l’appartenance du monde minier à un passé digne d’être célébré et patrimonialisé, pieusement préservé sous une cloche de verre et soumis à l’autopsie du regard rétrospectif. Quoiqu’objet d’une vision souvent ambiguë, entre célébration de l’héroïsme ouvrier et volonté d’effacer les traits industriels des pays noirs perçus comme stigmatisants2, le passé minier n’en était pas moins désormais scellé dans le marbre de l’histoire.

  • 3 Le colloque « La mine en son déclin. Regards franco-japonais sur la fin de l’industrie minière », q (...)
  • 4 Au sein de l’espace de l’Union européenne tout du moins. Cette décision n’empêche pas nombre de pay (...)
  • 5 Voir par exemple « Y a-t-il encore de l’or dans le sous-sol français ? », La Tribune, 1er juillet 2 (...)
  • 6 Quoique cette prééminence soit depuis quelques années concurrencée par l’utilisation des gaz de sch (...)

2Et pourtant : la mine est un phénomène fondamentalement actuel à l’échelle du monde. Certes, l’exploitation du charbon et la plus grande part de l’extraction d’autres minerais ont très largement cessé dans les vieilles nations industrielles, la plupart des puits de mine ayant fermé au tournant des XXe et XXIe siècles en Europe comme au Japon3, malgré quelques exceptions telles que le lignite de Rhénanie ou la houille des Asturies : encore ne s’agit-il là que d’une activité résiduelle à l’échelle du continent européen, dont les exploitations charbonnières doivent disparaître d’ici 20184. Les investissements récemment consentis en France par des consortiums privés à la recherche de zinc et de cuivre dans la plaine sarthoise ou de gisements d’or dans la Creuse ne sont quant à eux que des promesses d’activité industrielle à venir, selon un modèle économique qui, s’il s’avère rentable, n’héritera probablement que peu de traits de l’industrie de main-d’œuvre de masse qu’a constitué l’extraction minière, et en particulier celle de la houille, aux XIXe et XXe siècles5. Si, parmi les vieilles nations industrielles, les États-Unis conservent leur spécificité de l’usage massif du charbon, en particulier dans la production d’électricité6, ce sont essentiellement les pays en développement ou émergents qui constituent désormais le cœur de l’industrie minière à l’échelle mondiale, connaissant depuis la seconde moitié du XXe siècle un boom de l’extraction de minerais, devenue l’une des activités industrielles essentielles de l’Afrique du Sud, de l’Inde, du Brésil, du Mexique et de la Chine ; cette dernière est d’ailleurs, par l’importance exponentielle de sa demande en minerais, que la production nationale ne suffit pas à satisfaire, largement à l’origine de la renaissance ou du développement des mines en Afrique, en Australie ou en Amérique latine.

3La mine, activité industrielle appartenant largement au passé dans certaines régions du monde, est donc au contraire un secteur du présent et de l’avenir dans d’autres contrées – incontestablement parmi celles qui pèseront économiquement au XXIe siècle.

La mine, une histoire cinquantenaire

  • 7 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in Mélanges historiques, Paris (...)
  • 8 En anglais, on notera Stefan Berger, Andy Croll, Norman LaPorte (éds), Towards a comparative histor (...)

4Décaler les chronologies, comparer ce que Marc Bloch appelait des « sociétés synchrones »7 quoique pas nécessairement contemporaines, interroger les faisceaux de causes et les conséquences de phénomènes récurrents ou isolés dans le temps et dans l’espace : voilà bien la tâche de l’historien. À ce titre, le présent ouvrage entend tisser des comparaisons entre des espaces miniers répartis sur l’ensemble du globe et qui ne répondent pas nécessairement à des chronologies similaires. Alors même que cette histoire appelle plus que beaucoup d’autres les regards internationaux, voire transnationaux, les perspectives comparatives en matière d’histoire de la mine sont particulièrement rares, voire inexistantes en ce qui concerne l’historiographie en langue française8. Les contributions qui le composent s’appuient sur des travaux de recherche récents, étayés par des historiographies nationales inégalement développées. La traduction de l’ensemble des contributions étrangères de cet ouvrage permettra de faire connaître au public francophone des travaux britanniques, espagnols, américains ou allemands qui n’ont pas encore été publiés en français. Certaines lacunes regrettables, en particulier sur l’URSS-Russie, les Appalaches américaines et canadiennes ou encore l’Afrique centrale, sont liées à la difficulté qui a été la nôtre de débusquer ou de susciter des contributions d’historiens sur ces terrains. Gageons que le présent ouvrage, qui souhaite modestement dresser un état des lieux temporaire sur la question de la santé et du travail à la mine, saura encourager d’autres recherches et permettra de tisser des liens avec d’autres espaces géographiques.

  • 9 Le Mouvement social, n° 43, avril-juin 1963, sous la direction de Michelle Perrot.
  • 10 Charbon et Sciences humaines. Actes du colloque organisé par la Faculté de Lettres de l’université (...)
  • 11 Ces thèses de doctorat sont respectivement publiées sous les titres : Pierre Guillaume, La Compagni (...)

5En ce qui concerne le domaine français, l’industrie minière et plus spécifiquement le travail des mineurs sont des objets historiographiques déjà anciens. Les années 1960 ont constitué, à n’en pas douter, un tournant en la matière : le monde minier s’invite alors sur les bancs de l’Université et intègre le processus de construction des savoirs sur la classe ouvrière. Alors que la croissance de l’usage du pétrole d’une part et les exigences de la rationalisation dans l’industrie minière d’autre part modifient en profondeur les conditions de travail des mineurs et le regard porté par la société sur ce pan spécifique de l’industrie nationale, on commence à envisager la mine non plus exclusivement comme un lieu de militantisme ou de prise de parole emblématique dans le débat public, mais également comme un objet à historiciser – quoique le substrat marxiste ne soit jamais très loin des fondateurs de cette historiographie. Tandis que la grande grève des mineurs du printemps 1963 manifeste l’inquiétude des pays noirs face au déclin et à la disparition prévisibles de l’industrie charbonnière française, un numéro spécial du Mouvement social réunit des contributions de Michelle Perrot, Rolande Trempé, Marcel Gillet et Pierre Guillaume autour de « La mine et les mineurs »9. La même année, le premier colloque pluridisciplinaire spécifiquement consacré à la mine rassemble à Lille historiens, littéraires, sociologues, ethnologues et géographes. Publié en 1966 sous le titre Charbon et sciences humaines10, il constitue en quelque sorte un socle intellectuel, bientôt renforcé par quelques grandes thèses universitaires qui vont baliser pour deux décennies au moins le champ historique de la mine : celle de Pierre Guillaume sur les mines de la Loire et le modèle de l’industrie capitaliste en France (1963), celle de Rolande Trempé sur les mineurs de Carmaux (1969), celle de Marcel Gillet sur le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais (1972) ou encore celle de Jean-Michel Gaillard sur la ville-usine de la mine gardoise (1974)11. Monographies de bassins, s’intéressant aux structures capitalistiques et aux grands cycles économiques, elles mettent également en scène les hommes, leur travail, leurs luttes et leur vie quotidienne, dessinant progressivement les grands traits de l’histoire industrielle et ouvrière nationale du secteur minier. Grâce à elles, la figure des gueules noires, construite par le mythe politique et social et par la littérature depuis Germinal, acquiert son histoire autonome.

  • 12 Mœurs et coutumes du Pays noir, Al’Ducasse, La Joie de vivre (1897), réédités à Condé-sur-l’Escaut (...)
  • 13 Histoire de ma mère et de mon oncle Fernand (1932), Borins (1937) et Ma nuit au jour le jour (1954) (...)
  • 14 Mineur de fond, Paris, Plon, collection Terre humaine, 1991.
  • 15 Voir par exemple Bernard Plessy et Louis Challet, La vie quotidienne des mineurs au temps de Germin (...)

6Dans la foulée de la naissance du champ historique de la mine, les années 1970 et 1980 voient éclore une production à l’intersection de l’histoire, de l’ethnographie et de la littérature populaire, qui donne la parole aux mineurs et en fait les héros/hérauts exemplaires de la classe ouvrière : on exhume la poésie patoisante Belle-Époque de Jules Mousseron12, on réédite les témoignages du Borain Constant Malva13, on fait la part belle à la parole brute du mineur de fond Augustin Viseux dans la collection « Terre humaine »14 ; dureté du travail et maigres salaires, société homogène toute entière tournée vers l’activité d’extraction, fatalité de l’héritage du métier entre les générations ou encore risque omniprésent des accidents sont mis en scène tels les exploits guerriers des soldats de la mine dans la grande lignée héroïsante de la chanson de geste zolienne15.

  • 16 Jean-Pierre Burdy, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Étienne (1840-1940), Lyon, Presses universi (...)
  • 17 René Leboutte, Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1750-2000, Paris, L’Harmattan, 1997 ; (...)

7À l’heure où ferment les derniers puits de mine avec le XXe siècle finissant, l’historiographie française de l’industrie minière dessine une vaste mosaïque d’études monographiques – chaque bassin a son historien, des Cévennes à la Lorraine, de Liévin à Decazeville – dont certaines ont vocation à dépasser l’échelle locale en érigeant des modèles régionaux, voire nationaux ; on peut citer parmi elles le Soleil noir stéphanois de Jean-Pierre Burdy ou encore la fresque séculaire de la minette lorraine de Serge Bonnet16. Face à cette historiographie pléthorique mais encore largement éparse, sonne l’heure des grandes synthèses : les mines sont très présentes dans celle de René Leboutte (1997) et constituent le cœur du Peuple de la nuit de Diana Copper-Richet (2002)17. Pendant l’ensemble de la période, les Cahiers de l’Institut d’histoire sociale minière poursuivent leur œuvre inlassable de recueil, de valorisation et de bibliographie sur l’histoire du monde minier français.

  • 18 En particulier les thèses de doctorat de Diana Copper-Richet, La Fédération des mineurs. Contributi (...)
  • 19 Voir le beau travail de Marion Fontaine sur Le Racing Club de Lens et les “Gueules noires”. Essai d (...)
  • 20 Jean-François Eck, Peter Friedemann, Karl Lauscke (éds), La Reconversion des bassins charbonniers. (...)
  • 21 Janine Ponty, Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-gue (...)

8L’ensemble de cette historiographie éclaire de très nombreux aspects de l’histoire de la mine et de ses hommes. Les structures économiques et capitalistiques de l’industrie minière, la puissance du syndicalisme minier et des grèves18, les spécificités de la protection sociale et du régime minier, les grèves insurrectionnelles et patriotiques pendant la Seconde Guerre mondiale et le rôle des mineurs à la Libération, la bataille du Charbon et la figure emblématique du mineur communiste au lendemain de la guerre, la culture et les sociabilités minières (tradition de la Sainte-Barbe, combats de coqs et colombophilie dans le Nord, harmonies musicales, cabaret, football19, etc.), les hiérarchies ouvrières au sein de la mine et leur impact sur les formes du travail, la question de la modernisation des mines et la reconversion des territoires miniers dès les années 195020, plus récemment, enfin, celle des migrations et des populations étrangères dans les grands bassins miniers21, ont été abondamment éclairés par l’historiographie depuis cinq décennies. Aussi surprenant que cela puisse paraître au regard de sa prégnance dans la vie et le travail des mineurs, la question du risque sanitaire est, elle, restée très largement dans l’ombre.

Le risque à la mine : de la catastrophe collective…

  • 22 Le maître mineur Hubert Goffin resta enfermé au fond de la mine envahie par les eaux, afin de ne pa (...)

9C’est seulement dans les années 1990 que l’historiographie française ouvre l’horizon de la mine considérée sous l’angle de la catastrophe. L’accident minier, qu’il soit individuel et quotidien ou, au contraire, massif et exceptionnel à l’image de la catastrophe de Courrières, en 1906, demeuré le plus meurtrier des accidents miniers en France avec ses 1 099 victimes, est pourtant omniprésent dans la littérature et les récits de la mine. Coups de grisou et coups de poussière, incendies de boisage, explosions, effondrements de tailles, chutes de cages, inondations, etc., constituent autant de risques majeurs pour les mineurs de fond : la liste est interminable, depuis la fin du XVIIIe siècle, de ces catastrophes qui ont emporté des tombereaux de mineurs. La légende dorée du Liégeois Hubert Goffin, qui sauve 70 mineurs enfermés dans la mine de Beaujonc inondée et reçoit pour ces faits la Légion d’honneur en 1812, participe de l’exaltation de la solidarité et du courage au sein de la profession de mineur confrontée au danger permanent22. Près de deux siècles plus tard, en octobre 2010, le sauvetage, en direct devant les caméras du monde entier, des 33 mineurs de cuivre de Copiapó, au Chili, après plus de deux mois de captivité au fond de la mine effondrée, a par ailleurs rappelé à ceux qui la pensaient révolue la dangerosité du travail à la mine.

Gravure représentant Hubert Goffin, héros de la mine, et son fils, 1812.

Gravure représentant Hubert Goffin, héros de la mine, et son fils, 1812.

Collections artistiques de l’Université de Liège.

  • 23 Par les réalisateurs Albert Capellani en 1913, Yves Allégret en 1963, et Claude Berri en 1993.
  • 24 Sur les représentations de la mine au cinéma, on consultera avec profit Michel Cadé, L’Écran bleu. (...)

10Entre-temps, la catastrophe minière est devenue un topos de la littérature et des représentations artistiques du monde de la mine. Si le XIXe siècle en offre quelques récits vivants, telle l’inondation de la mine cévenole de la Truyère racontée par le jeune Rémi de Sans famille (Hector Malot, 1878), c’est évidemment le Germinal de Zola (1885) qui constitue un tournant majeur en la matière, par la puissance dramatique et romanesque de l’œuvre, par la réputation politique et littéraire de son auteur qui sut faire un mythe de ce drame moderne, dans un monde ouvrier en pleine édification politique et sociale. Roman culte, Germinal est en quelque sorte devenu un lieu de mémoire de la mine universelle. Le cinéma ne s’y trompe pas, qui n’offre pas moins de trois versions de Germinal en moins d’un siècle23 et fait du mineur de fond la figure emblématique du héros prolétarien. De la solidarité minière exaltée dans La Tragédie de la mine (Kameradschaft), réalisé en 1931 par Georg Wilhelm Pabst, aux éboulements meurtriers de la Chine contemporaine évoqués par Li Yang dans Blind Shaft (2003), en passant par la lutte des mineurs gallois de Qu’elle était verte ma vallée (réalisé par John Ford en 1941) et celle des mineurs de cuivre mexicains aux États-Unis racontée dans Le Sel de la Terre (Herbert Biberman, 1954), la représentation de la vie et du travail à la mine est sempiternellement auréolée de l’ombre du danger et de la mort24.

  • 25 Voir Marc Lazar, PCF, intellectuels et classe ouvrière : l’exemple du mineur de la Libération au dé (...)
  • 26 Voir notamment Denis Varaschin, Ludovic Laloux (dir.), 10 mars 1906, Courrières, au risque de l’his (...)

11Échappant durablement à ce leitmotiv artistique, la science historique ne se penche pourtant que tardivement sur l’accident de masse, toujours évoqué dans les monographies mais jamais envisagé en tant que tel, dans ses causes techniques et ses conséquences sociales. Longtemps, en effet, l’historiographie est restée prisonnière de l’usage politique de la mythologie du mineur, en particulier au sein du mouvement communiste, qui a conduit à l’appréhension d’un risque sanitaire perçu comme une tragédie héroïque mais très peu observé dans sa réalité et dans ses détails25. Dans les dernières années du XXe siècle seulement, avec des titres aussi éloquents que La mine, dévoreuse d’hommes (Joël Michel, 1993), ou encore les publications – récits et témoignages ou actes de colloques – suscitées par la célébration du centenaire de la catastrophe de Courrières en 2006, on s’emploie à historiciser la question des accidents miniers26. Cependant, au-delà de la catastrophe spectaculaire, moment paroxystique du danger qui pèse quotidiennement sur le mineur et qui bénéficie d’un retentissement public et médiatique considérable, c’est bien la mort lente et silencieuse due à l’inhalation des poussières et à la meurtrissure des corps qui constitue le risque essentiel du travail à la mine.

… au lieu de travail pathogène

12Corps noircis et visages hâves, membres amputés, prothèses de cuir et de métal soutenant des êtres chancelants, les tableaux qu’André Fougeron (1913-1998), chef de file du nouveau réalisme prôné par le Parti communiste, rapporte de son séjour dans le bassin minier du Pas-de-Calais en 1949 font la part belle à la maladie, au corps meurtri et à la mort : on est bien là sur ces « terres cruelles qui portent ça et là des veuves sur leur dos » chantées par Aragon.

Les juges, le pays des mines d’André Fougeron, 1950.

Les juges, le pays des mines d’André Fougeron, 1950.

Centre G. Pompidou.

  • 27 Émile Zola, Germinal, Paris, Le Livre de poche, 1983, p. 14 [éd. orig. 1885].

13Pourtant, la maladie, versant insidieux et silencieux du danger qui guette quotidiennement le mineur, reste quasiment absente de l’évocation du monde de la mine. Pendant des décennies, l’importance stratégique de la production de charbon a probablement occulté ce versant du travail minier dans les représentations. « … Du charbon, j’en ai dans la carcasse de quoi me chauffer jusqu’à la fin de mes jours » tousse pourtant le vieux Maheux dès les premières pages de Germinal. « Et voilà cinq ans que je ne remets pas les pieds au fond. J’avais ça en magasin, paraît-il, sans même m’en douter. Bah ! Ça conserve ! »27 Si, ça et là, le mineur silicosé incarne le destin tragique de ces ouvriers tour à tour héros et martyrs de la mythologie nationale, les diverses affections (ankylostomiase, pneumoconioses, sidérose des mineurs de fer, cancers broncho-pulmonaires, déficits auditifs, maladies des engins vibrants, etc.) et la lente agonie programmée dont souffrent de très nombreux travailleurs de la mine ont longtemps été passées sous silence. Et pourtant, les maladies des mineurs ont tué et tueront encore dans des proportions beaucoup plus massives que les catastrophes spectaculaires.

  • 28 Voir notamment Catherine Omnès, Paul-André Rosental, « Les maladies professionnelles : genèse d’une (...)
  • 29 R. Trempé, « Travail à la mine et vieillissement des mineurs », dans « L’usure au travail », Le Mou (...)
  • 30 La plupart des grands travaux historiques sur la mine cités plus haut, y compris les plus récents, (...)
  • 31 Voir en particulier les travaux menés par Paul-André Rosental qui ont donné lieu à de nombreuses pu (...)

14L’historiographie ne s’est préoccupée que depuis une à deux décennies en France de la question des maladies professionnelles en général28 et en particulier de l’une des plus emblématiques d’entre elles, la silicose. L’historienne de la mine de Carmaux, Rolande Trempé, avait abordé dès 1983 la question des conditions sanitaires de travail à la mine dans la fameuse livraison pionnière du Mouvement social dirigé par Alain Cottereau sur l’usure au travail29. Mais il a fallu attendre en France le début du XXIe siècle pour voir se structurer le champ de recherche historique de la santé au travail, au sein duquel la question de la mine a nécessairement ressurgi, évidente et pourtant jusqu’ici le plus souvent éludée30. Dans ce nouvel espace de la recherche, un certain nombre de travaux récemment publiés31 et plusieurs contributions du présent ouvrage se penchent sur l’histoire de la silicose, affection la plus fréquente chez les mineurs de charbon qui représentent eux-mêmes une écrasante majorité des travailleurs de la profession : elle fait désormais l’objet de recherches historiques approfondies, qui témoignent de la lenteur et de la complexité du processus de reconnaissance comme maladie professionnelle.

 

15Le présent ouvrage a donc pour ambition de réunir, pour la première fois en français, un certain nombre de travaux récents sur les enjeux sanitaires du travail à la mine, entre le milieu du XIXe siècle et l’époque contemporaine. Mines de charbon pour l’essentiel, mais également d’uranium et de cuivre, situées sur quatre continents : l’Europe (France, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Espagne), l’Amérique (États-Unis et Chili), l’Afrique (Madagascar, Gabon, Afrique du Sud) et l’Asie (Chine et Japon). À travers trois perspectives qui se recoupent partiellement tant l’imbrication entre les questionnements est grande, il entend apporter des éléments de compréhension sur l’histoire contrastée des réseaux et des mobilisations socio-politiques autour de la santé à la mine (I), sur l’invisibilité durable et les processus construits d’invisibilisation des enjeux sanitaires dans les sociétés minières (II), sur l’observation des corps au travail pour dévoiler le risque et entendre la souffrance des hommes (III).

16Il s’agit donc d’éclairer un pan encore largement méconnu de l’histoire de la mine, déjà riche, on l’a vu, de centaines de travaux rigoureux et féconds d’histoire sociale, d’histoire du travail et des techniques, d’histoire politique des mondes miniers. En utilisant le prisme de la question sanitaire, nous entendons bien sûr revisiter l’histoire de la mine. En inversant la proposition, nous souhaitons également contribuer au champ émergent et dynamique de l’histoire de la santé au travail, en traversant le monde à la fois spécifique et ô combien emblématique du travail industriel qu’est l’univers minier. Terrain d’expérimentation et d’innovation en matière de politique sociale au tournant des XIXe et XXe siècles, espace social relativement homogène doué d’un pouvoir politique considérable, lieu emblématique de la production dans des sociétés industrielles fondées sur la puissance énergétique, la mine est incontestablement un observatoire privilégié des enjeux cruciaux qui lient santé des individus et activité économique dans un monde globalisé.

Notes

1 Je remercie Marion Fontaine pour ses remarques et suggestions qui ont permis la mise au point définitive de ce texte.

2 Une ambiguïté dont le projet et les débats liés à l’implantation du Musée du Louvre à Lens, inauguré en 2012, furent un excellent révélateur.

3 Le colloque « La mine en son déclin. Regards franco-japonais sur la fin de l’industrie minière », qui s’est tenu à la Maison franco-japonaise de Tokyo en février 2014, a bien montré les similitudes chronologiques entre ces deux anciennes puissances minières (org. Bernard Thomann, INALCO, Isao Hirota, Teikyo University Tokyo, et Judith Rainhorn, Université de Valenciennes).

4 Au sein de l’espace de l’Union européenne tout du moins. Cette décision n’empêche pas nombre de pays européens, en particulier l’Allemagne, à continuer d'importer du charbon pour produire de l’électricité.

5 Voir par exemple « Y a-t-il encore de l’or dans le sous-sol français ? », La Tribune, 1er juillet 2013, à propos des récentes autorisations de prospection accordées par le ministère du Redressement productif à Variscan Mines, filiale de l’australien PlatSearch.

6 Quoique cette prééminence soit depuis quelques années concurrencée par l’utilisation des gaz de schiste.

7 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in Mélanges historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1983 [1928], vol. 1, p. 24.

8 En anglais, on notera Stefan Berger, Andy Croll, Norman LaPorte (éds), Towards a comparative history of coalfield societies, Aldershot, Ashgate, 2005 ou encore Gerry D. Feldman, Klaus Tenfelde (éds), Workers, Owners and Politics in Coal Mining. An International Comparison of Industrial Relations, New-York- Oxford-Munich, St Martin’s Press, 1990.

9 Le Mouvement social, n° 43, avril-juin 1963, sous la direction de Michelle Perrot.

10 Charbon et Sciences humaines. Actes du colloque organisé par la Faculté de Lettres de l’université de Lille en mai 1963, sous la direction de Louis Trénard, Paris, Mouton, 1966, 468 p. Il comprend des communications sur l’histoire de la mine par Marcel Gillet, Louis Trénard, Claude Fohlen, François Crouzet ou encore Pierre Léon.

11 Ces thèses de doctorat sont respectivement publiées sous les titres : Pierre Guillaume, La Compagnie des mines de la Loire (1846-1854). Essai sur l’apparition de la grande industrie capitaliste en France, Paris, PUF, 1966 ; Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux (1848-1914), Paris, Éditions ouvrières, 1971 ; Marcel Gillet, Les Charbonnages du Nord de la France au XIXsiècle, Paris-La Haye, Mouton, 1973 ; celle de Jean-Michel Gaillard, Un exemple français de « ville-usine ». La Grand’Combe (Gard) et sa Compagnie des Mines (1836-1921), thèse soutenue à l’université de Nanterre en 1974, n’a, à notre connaissance, pas été publiée.

12 Mœurs et coutumes du Pays noir, Al’Ducasse, La Joie de vivre (1897), réédités à Condé-sur-l’Escaut en 1976.

13 Histoire de ma mère et de mon oncle Fernand (1932), Borins (1937) et Ma nuit au jour le jour (1954) sont tous réédités à plusieurs reprises entre 1976 et 1985 par des maisons d’édition militantes comme Plein Chant et Maspero.

14 Mineur de fond, Paris, Plon, collection Terre humaine, 1991.

15 Voir par exemple Bernard Plessy et Louis Challet, La vie quotidienne des mineurs au temps de Germinal, Paris, Hachette, 1984.

16 Jean-Pierre Burdy, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Étienne (1840-1940), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989 ; Serge Bonnet, L’Homme du fer (1889-1990), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1990.

17 René Leboutte, Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1750-2000, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Diana Copper-Richet, Le peuple de la nuit. Mines et mineurs en France (XIXe-XXIe siècle), Paris, Perrin, 2011 (éd. orig. 2002).

18 En particulier les thèses de doctorat de Diana Copper-Richet, La Fédération des mineurs. Contribution à l’histoire du syndicalisme français avant 1914 (Paris-1, 1976) et de doctorat d’État de Joël Michel, Le mouvement ouvrier chez les mineurs d’Europe occidentale (Grande-Bretagne, Belgique, France et Allemagne). Étude comparative des années 1880 à 1914, Lyon-2, 1987).

19 Voir le beau travail de Marion Fontaine sur Le Racing Club de Lens et les “Gueules noires”. Essai d’histoire sociale, Paris, Les Indes savantes, 2010.

20 Jean-François Eck, Peter Friedemann, Karl Lauscke (éds), La Reconversion des bassins charbonniers. Une comparaison interrégionale entre la Ruhr et le Nord-Pas-de-Calais/Strukturwandel in altindustriellen Regionen Nord-Pas-de-Calais une das Ruhrgebiet im vergleich, Revue du Nord, Hors-série, collection Histoire, n° 21, 2006.

21 Janine Ponty, Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1990), ainsi que d’autres études régionales sur Carmaux, Blanzy ou La Machine.

22 Le maître mineur Hubert Goffin resta enfermé au fond de la mine envahie par les eaux, afin de ne pas abandonner les 127 ouvriers emprisonnés par l’inondation. Pendant cinq jours, il mena, avec son fils de douze ans, la lutte des mineurs contre le désespoir afin de trouver une issue, ce qui fut fait le 4 mars 1812, jour où 70 hommes – dont la moitié âgés de moins de seize ans – purent remonter à la surface sains et saufs. Hubert Goffin mourut lors d’une autre catastrophe minière, un coup de grisou dans la mine du Bois-de-Saint-Gilles à Sclessin, le 8 juillet 1821. Une statue le représentant avec son fils, œuvre du sculpteur liégeois Oscar Berchmans (1869-1950) a été inaugurée en 1912 pour le centenaire de la catastrophe de Beaujonc, sur la place principale de sa ville natale, à Ans (Belgique autrefois territoire de l’Empire).

23 Par les réalisateurs Albert Capellani en 1913, Yves Allégret en 1963, et Claude Berri en 1993.

24 Sur les représentations de la mine au cinéma, on consultera avec profit Michel Cadé, L’Écran bleu. La représentation des ouvriers dans le cinéma français, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2000, ainsi que Pascal Chabaud, Images de corons : la représentation des villes minières au cinéma (1905-1993), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2004.

25 Voir Marc Lazar, PCF, intellectuels et classe ouvrière : l’exemple du mineur de la Libération au début des années 1950, Thèse pour le doctorat d’histoire, EHESS, 1984.

26 Voir notamment Denis Varaschin, Ludovic Laloux (dir.), 10 mars 1906, Courrières, au risque de l’histoire, Vincennes, GRHEN [Groupe de Recherche en Histoire de l’énergie], 2006 ; Marie-France Conus, Diana Copper-Richet (dir.), 10 mars 1906, compagnie de Courrières : enquête sur la plus grande catastrophe minière d’Europe, Lewarde, Centre historique minier du Nord-Pas-de-Calais, 2006 ; 10 mars 1906 : la catastrophe des mines de Courrières, et après ? Actes du colloque européen des 9, 10 et 11 octobre 2006, Lewarde, Centre historique minier du Nord-Pas-de-Calais, 2007. Au titre des témoignages, on peut citer celui des quatorze rescapés de Courrières qui ont erré pendant plusieurs jours au fond des galeries avant d’être secourus, qui sont publiés dans La catastrophe des mines de Courrières, Paris, L’Œil d’or, 2006.

27 Émile Zola, Germinal, Paris, Le Livre de poche, 1983, p. 14 [éd. orig. 1885].

28 Voir notamment Catherine Omnès, Paul-André Rosental, « Les maladies professionnelles : genèse d’une question sociale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 56, 2009/1 et Anne-Sophie Bruno, Eric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès (dir.), La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

29 R. Trempé, « Travail à la mine et vieillissement des mineurs », dans « L’usure au travail », Le Mouvement social, n° 124, juillet-septembre 1983, p. 131-151. On peut également citer la synthèse publiée par l’Institut d’histoire sociale minière, Santé et retraite des mineurs, un siècle et demi d’histoire, Paris, VO éditions, 1995.

30 La plupart des grands travaux historiques sur la mine cités plus haut, y compris les plus récents, évitent d’aborder les enjeux sanitaires du travail à la mine. La somme de Diana Copper-Richet sur Le peuple de la nuit ne les évoque que brièvement, en cinq pages sur un ouvrage qui en compte plus de 500 en texte principal (chapitre « Les poumons du mineur », p. 424-429). En Grande-Bretagne, les travaux d’Arthur McIvor et Ronald Johnston sont contemporains des travaux français sur la question (Miners’s Lung. A History of dust disease in British Coal mining, Aldershot Ashgate, 2007). En revanche, les travaux américains les ont précédés d’une à deux décennies, voir David Rosner, Gerald Markowitz, Deadly Dust: Silicosis and the Ongoing Struggle to Protect Worker’s Health, Princeton University Press, 1991 (réédité en 2006).

31 Voir en particulier les travaux menés par Paul-André Rosental qui ont donné lieu à de nombreuses publications, parmi lesquelles : P.-A. Rosental, Jean-Claude Devinck, « Statistique et mort industrielle : la fabrication du nombre de victimes de la silicose dans les houillères en France de 1946 à nos jours », Vingtième siècle, n° 95, 2007/3, p. 75-91 et, des mêmes auteurs, « Une maladie sociale avec des aspects médicaux : la difficile reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle dans la France du premier XXsiècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56, 2009/1, p. 83-98 ; P.-A. Rosental, « La silicose comme maladie professionnelle transnationale », Revue française des Affaires sociales, 2-3, 2008, p. 255-277 ; Francesco Carnevale, P.-A. Rosental, Bernard Thomann, « Silice, silicose et santé au travail dans le monde globalisé du XXIsiècle », dans Catherine Courtet et Michel Gollac (éds), Risques du travail : la santé négociée, Paris, La Découverte, 2012, p. 65-81.

Table des illustrations

Titre Gravure représentant Hubert Goffin, héros de la mine, et son fils, 1812.
Crédits Collections artistiques de l’Université de Liège.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Les juges, le pays des mines d’André Fougeron, 1950.
Crédits Centre G. Pompidou.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540