Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Santé et travail à la mine

 | 
Judith Rainhorn

Préface. Les risques sanitaires dans les mines. Enjeux d’une histoire mondiale

Paul-André Rosental

Texte intégral

1Santé et travail à la mine présente au lectorat francophone l’état des travaux consacrés, dans le monde entier, à l’histoire des risques sanitaires encourus par les mineurs. Les historiens y observeront l’ample renouvellement d’un domaine de recherche qui, à travers l’histoire des mines, interroge celles du travail, de la protection sociale, du management, de la santé publique, du corps, de l’action syndicale et des autres mobilisations collectives, en brouillant au passage les délimitations qu’avaient dressées entre elles histoire sociale, histoire culturelle et histoire politique. À l’heure où le charbon alimente l’expansion de la fabrique du monde chinoise et s’apprête à redevenir la première source d’énergie à l’échelle mondiale, les citoyens, pour leur part, trouveront dans l’ouvrage matière à s’interroger sur les liens entre santé au travail et santé environnementale. Ils pourront notamment, comme le suggérait naguère le géographe Yves Lacoste, comparer la densité du débat public sur le risque nucléaire à la relative méconnaissance du fléau sanitaire charbonnier – une comparaison dont l’une des auteures du volume, Gabrielle Hecht, a de manière décisive historicisé et repensé le premier terme.

2Qui parcourra le volume dirigé par Judith Rainhorn observera combien l’histoire de la santé des mineurs est une histoire proprement et authentiquement mondiale. Nul effet de mode ici – nulle oblitération non plus du fait national qui reste omniprésent dans l’organisation des entreprises minières, de la protection sanitaire et sociale, du savoir médical même, ainsi que dans les formes d’expression et de mobilisation possible des ouvriers exposés au risque. Mais même si les termes du problème sont chaque fois géographiquement et historiquement situés, c’est leur récurrence qui frappera les lecteurs entreprenant ce voyage par l’Écosse et le Gabon, la Belgique et le Chili, l’Allemagne et la Chine, l’Afrique du Sud et le Japon, l’Angleterre et l’Espagne, Madagascar, la France et les États-Unis.

3Premier constat, on doit prendre comme point de départ (et non plus comme une conclusion) l’opération active et généralement efficace de minimisation du risque sanitaire par les entreprises minières. Ce travail opère en amont, par une résistance à la reconnaissance du risque professionnel qui peut aller loin dans la négation. Dans la Belgique de l’entre-deux-guerres explorée par Éric Geerkens, une exception géologique veut que le « sous-sol n’expose pas les mineurs à la silice et donc pas à la silicose », tandis que par la vertu d’une exception médicale « les imprégnations de l’appareil respiratoire par des poussières microscopiques, connues depuis longtemps sous la dénomination de pneumoconioses », ne constituent pas « une maladie au sens vrai de ce mot ».

4Lorsque, ce premier barrage passé, la maladie professionnelle est reconnue, elle se mue du point de vue de l’entreprise en une charge comptable dont le cantonnement devient un objectif de gestion. La protection sanitaire découle de l’indemnisation mais elle n’est pas la seule réponse à cette obligation. Partout les entreprises minières s’efforcent d’attribuer le risque à la responsabilité des mineurs, les suspectent de fraude à la déclaration, voire les accusent, à l’instar des médecins chiliens décrits par Angela Vergara, « de contracter volontairement la maladie et de fêter l’événement ». Certains médecins des houillères, accuse un mineur de Bruay-en-Artois, « transforment chaque jour la silicose en bronchite, en asthme ou même en tuberculose ». Ce diagnostic orienté de l’examen périodique des mineurs s’objective dans un enregistrement statistique tronqué de la morbidité et de la mortalité pour causes professionnelles.

5Face à ces tactiques de réduction des coûts, les mineurs ne sont pas égaux : les immigrants étrangers, vulnérables à plusieurs titres, sont volontiers accusés d’avoir contracté leur maladie avant leur arrivée ; les salariés qui travaillent dans les petites exploitations – plus difficiles à documenter à cause de la difficulté d’accès aux sources – subissent des conditions de travail plus dures, jouissent d’une protection moindre et ont plus de mal à faire valoir leurs droits. Au total, la grande transformation du XXsiècle en matière de risque professionnel, à savoir l’avènement de la gestion assurantielle, fonde la réparation financière du dommage subi mais fait de la reconnaissance « un long chemin de croix » : le cas chinois, auquel Irène Huang transpose cette formule, est certes extrême mais rend visibles des obstacles universellement posés à la « compensation » financière.

6Comme la surveillance sanitaire et l’indemnisation, la prévention elle aussi a deux visages : une nouvelle fois il s’agit de combattre les causes patentes du risque (lutte contre les poussières par l’humidification par exemple) tout en contenant la dépense. La pratique managériale peut ici se situer aux bordures de la loi, comme c’est le cas pour les seuils légaux d’empoussièrement : il est fréquent que les compagnies minières, qui sont tenues de les respecter, soient aussi chargées d’effectuer les mesures. Écoutons, grâce à Arthur McIvor, la façon dont un mineur écossais raconte qu’elles s’en accommodent : « alors vous voyez, ils avaient un tout p’tit truc comme ça que les hommes prenaient pour mesurer le taux de poussière. Alors les hommes débarquaient, et c’était horrible, plein de poussière, et on risquait de devoir arrêter l’abattage, alors ils balançaient leur veste sur l’appareil, vous savez. Ce genre de trucs… Ils mettaient leurs vestes par-dessus ces machines pour qu’il n’y ait presque pas de poussière dedans ».

7Quoique structurels et universels, la fragilité de la prévention et de la protection, le sous-enregistrement et la sous-indemnisation des maladies ne peuvent être attribués à des macro-notions abstraites comme « le capitalisme ». Comme le rappellent plusieurs auteurs du volume, le rôle des mineurs dans ces processus doit être étudié en tenant la ligne exigeante qui est celle de l’histoire sociale : refuser le misérabilisme sans tomber pour autant dans l’euphémisation des rapports de force. Il serait à la fois faux « de présenter ces hommes uniquement comme des victimes sans défense, n’ayant pas leur mot à dire, ni aucune maîtrise de l’organisation de leur travail » (McIvor), et d’occulter l’univers de contraintes dans lequel ils évoluent et qui les condamne parfois à des stratégies de désespoir à l’instar – toujours le verre grossissant chinois – des ayants droit des victimes d’accidents contraints de marchander leur indemnité avec des intermédiaires, les daiban, et de leur vendre leur silence en cas de décès.

8Tout en prenant au sérieux les analyses classiques d’anthropologie culturelle sur l’affirmation de la virilité, de la force physique et du courage par les mineurs, le volume fait un sort à l’idée qu’elle fonderait à elle seule une indifférence absolue aux risques du travail. De manière plus décisive, la réticence des ouvriers à adopter les procédures et instruments de prévention est liée à la façon dont ils peuvent venir restreindre leur facilité de mouvement ou tout simplement leur productivité et, du même coup, leur rétribution. Les formes diverses de salaires au rendement constituent sans doute le facteur qui a pesé le plus lourdement sur la réticence à se protéger. Arthur McIvor décrit comment elles ont pu venir contrecarrer les solidarités classistes, en engendrant « des alliances “verticales” entre la direction et les travailleurs, contre les “bureaucrates de la commission santé et sécurité” ».

9Mais on doit aussi compter avec la véritable méfiance que suscitent chez les mineurs des initiatives perçues comme limitant leur autonomie de travail, ou comme étant issues d’une hiérarchie de classe aveugle à leurs calculs, à leurs représentations et à leur sens de la dignité. Lars Bluma décrit l’aversion du mineur de la Ruhr envers des initiatives hygiénistes remplies de bonnes intentions mais venant s’immiscer non seulement dans « son quotidien professionnel mais également très rapidement dans sa vie privée », dans ses conditions de vie et de logement. L’incompréhension envers la rationalité ouvrière s’illustre dans l’échec à combattre l’ankylostomiase par l’installation de toilettes dans les galeries : quoi de plus évident, pour les médecins « bourgeois », que de vouloir forcer les mineurs à les utiliser ; mais quoi de plus avilissant pour les mineurs, qui refusent ces lieux malodorants ? Comment les premiers percevraient-ils qu’aux yeux des seconds, l’investissement patronal dans une technocratie protectrice répond à de pures finalités de gestion, et qu’il les ravale du même coup au rang de machines dont on chercherait à ralentir l’usure ?

10Le jeu est donc bien plus complexe que ne le laisse entendre le reproche, fréquemment adressé aux syndicats, d’avoir préféré des primes de risque à un renforcement de la protection du travail. De tels marchandages ont bien eu lieu, mais en même temps les améliorations sanitaires se sont rarement faites sans pression syndicale. Les dynamiques sont ici très contextuelles, très locales et très contradictoires parfois, ce qui ne veut pas dire que les processus généraux qui les guident ne soient pas récurrents. Les mécanismes institutionnels en sont un aspect crucial, et leur comparaison internationale constitue l’un des grands apports du volume dirigé par Judith Rainhorn.

11Essentiel en effet est de sortir de l’idée d’un face-à-face ouvriers/compagnies minières, et de mesurer combien l’encadrement par les organismes de protection sociale et sanitaire a formaté non seulement l’attitude des différents groupes sociaux face aux pathologies du travail, mais même le savoir médical élaboré à propos de ces dernières. Ces dimensions sont congénitalement liées : la notion même de « maladie professionnelle », catégorie médico-légale forgée à la fin du XIXsiècle, est inséparable de l’avènement du paritarisme, c’est-à-dire du pilotage plus ou moins concerté des instances consacrées à la prévention et aux assurances sociales.

12L’exploration des paradoxes qui en résultent est l’une des richesses de Santé et travail à la mine. Prenons le cas de la Belgique, où un accord des années 1930 indemnise les ravages de la silicose au titre de l’assurance invalidité sans avoir à reconnaître la silicose elle-même. Les entreprises s’y défaussent sur l’État, financeur d’une partie de ce régime, et les ouvriers se satisfont d’un système qui les oblige à une exposition durable et donc périlleuse au « risque poussières » mais qui est économiquement avantageux. Éric Geerkens retrace comment la position des parties en présence varie au cours du temps selon les conditions d’accès à ce régime d’indemnisation, et surtout selon l’écart entre ses prestations et celles des autres assurances sociales.

13D’une manière générale en effet, l’ouvrage démontre la nécessité de prendre en considération ce que l’on pourrait appeler les réseaux d’institutions engagées dans la définition, la prévention, la surveillance et l’indemnisation du risque sanitaire. Plusieurs de ses chapitres voient dans la concurrence et la dispersion des moyens qui en découlent une cause majeure des lacunes de la protection contre les maladies professionnelles. Cet émiettement en effet vient affaiblir l’effort des organismes publics et sociaux face à un monde patronal qui, devant ce qui pour les entreprises représente une charge de gestion, a plus de facilité à s’unir. Ses conséquences se font sentir dans la définition même du risque, c’est-à-dire dans la capacité à élaborer un savoir médical reconnu qui établirait sans ambiguïté l’origine professionnelle de certaines pathologies. Le chapitre de Gabrielle Hecht, par une démarche comparative, confirme l’importance de la division sociale du travail d’identification et de gestion des dangers liés au travail de l’uranium : selon les cas, cette répartition des tâches « rend » le minerai plus ou moins radioactif…

14Réseaux d’institutions donc mais aussi, pourrait-on dire, réseau de risques. L’un des grands apports de Santé et travail à la mine est d’entrer par un secteur industriel et non pas par telle ou telle maladie ou cause d’accident, puis de suivre les dangers auxquels il expose sa main-d’œuvre : démarche qui, d’une certaine manière, rejoue celle de la grande hygiéniste industrielle Alice Hamilton il y a un siècle, telle que vient la reconstituer Judith Rainhorn. Par ce biais l’ouvrage met en évidence la concurrence des risques, concurrence qui n’affleure pas toujours de manière explicite mais qui repose sur une régularité essentielle : la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, de lutter contre plusieurs menaces sanitaires à la fois. S’il est un apport que la recherche historique peut proposer aux mobilisations actuelles contre les risques, c’est bien le constat systématique et quelque peu désabusé, sur les terrains d’observation les plus divers, de la « nécessité » d’une stricte hiérarchisation des dangers. Ici s’explique la difficulté de franchir la démarcation entre risques professionnels et risques environnementaux, dont Angela Vergara rappelle combien ils sont pourtant organiquement liés : « si la silicose est la maladie professionnelle la plus connue, il existe aussi d’autres types de risques, qui, pour avoir été moins étudiés ou pour être moins dangereux, sont souvent passés inaperçus. Par exemple, les gaz et les fumées émanant des fonderies de cuivre ont eu un fort impact tant sur la population que sur l’environnement. Les résidus de cuivre et d’autres minéraux ont également détruit, par la contamination des eaux, la flore et la faune locale, et provoqué maladies et malaises dans la population environnante. De même, l’utilisation de réactifs chimiques dans les systèmes de flottaison et de raffinage sont la cause de nombreuses maladies, intoxications et affections de la peau, lesquelles, pour être bénignes ou sporadiques, sont souvent passées inaperçues auprès des autorités ».

15De manière plus circonstanciée mais tout aussi essentielle, cette compétition entre les périls s’étend au repérage et à la définition des maladies elles-mêmes. Alfredo Menéndez-Navarro étudie combien, dans l’Espagne des années 1930 et 1940, la domination de la silicose a ainsi rendu difficile la reconnaissance de l’anthracose, malgré les résultats d’enquêtes épidémiologiques qui mettaient pourtant en évidence de fortes variations dans les taux de morbidité selon la nature du minerai et de l’activité. Nous nous situons ici dans le prolongement d’une lutte qui se joue à l’échelle mondiale entre deux pathologies qui avaient été identifiées dès le XIXsiècle. Leur rivalité est planétaire mais son issue très variable nationalement, chaque pays favorisant l’une ou l’autre selon des circonstances susceptibles d’évoluer très rapidement comme l’illustre le cas espagnol. On ne saurait ici traiter le savoir médical comme un tout, ni négliger la difficulté proprement scientifique de l’établissement de la nosologie et de l’étiologie de certaines maladies du travail – et pour autant il serait illusoire de considérer la recherche médicale comme indépendante de l’organisation économique mais aussi sociale et sanitaire. Lars Bluma restitue cette dialectique en décrivant le difficile tâtonnement qui a caractérisé la croisade contre l’ankylostomiase, un tâtonnement savant structuré en arrière-plan par une lutte d’institutions sanitaires et sociales.

16Cette concurrence des risques n’est pas seulement un objet intrinsèque d’histoire de la santé. Elle est un point d’entrée pour saisir la mutation majeure que saisit l’ouvrage grâce à l’approche d’histoire longue mobilisée par Angela Turner pour l’Écosse et par Bernard Thomann pour le Japon. À ces deux extrêmes du monde se produit, avec une chronologie quelque peu décalée, la même métamorphose. Jusqu’à la première moitié du XIXsiècle en Écosse, plus tardivement au Japon, prévaut une exploitation minière reposant sur l’usage intensif de la force de travail familiale, qui donne aux groupes ouvriers concernés des traits anthropologiques propres : répartition sexuée du travail réservant aux femmes des tâches spécifiques mais, elles aussi, très physiques comme le portage ; recours massif au travail des enfants ; forte endogamie ; cloisonnement par rapport aux autres groupes professionnels, les mineurs étant amenés à constituer leurs propres sociétés car les ouvriers renâclent à mutualiser les risques avec eux. La disparition progressive du travail des femmes et des enfants découle de l’introduction des lois sociales mais aussi de l’intensification des techniques (explosifs, foreuses, creusement profond), qui modifient à la fois l’image et les risques du travail minier. Le même mouvement qui met fin pour les femmes à l’usure précoce des corps et aux fausses couches à répétition, assure aux hommes, pour le meilleur et pour le pire, l’apanage du travail physique et d’un salaire plus ou moins régulier. Ce double monopole renforce leur position au sein du foyer. Mais l’association de la virilité à la puissance physique se produit au moment même où les conditions industrielles de l’extraction intensifient le dégagement de poussières : conjonction dévastatrice qui veut que l’accentuation du risque soit concomitante à son acceptation, en contrepartie du renforcement de la position masculine dans la division sexuée du travail minier. C’est aussi cette reformulation du rôle du mineur qui, l’âge et la maladie venus, font de son invalidité – terriblement handicapante dans le cas de la silicose – une quasi-émasculation autour de laquelle vient se recomposer la vie de ses proches, épouse et filles en particulier.

17Si la santé au travail est ici un objet d’étude majeur c’est aussi, en effet, que la maladie et l’accident sont la condition du mineur. « Être mineur », dénonce en 1967 un ouvrage de Juliette Minces cité par Marion Fontaine, « ce n’est pas seulement produire, laver, trier ou transporter le charbon. C’est également être un accidenté en sursis, un silicosé à coup sûr ». Certes, cette association est si intense dans un monde souvent isolé sur les plans professionnel, géographique et politique, qu’elle peine à attirer l’attention collective. Récurrente dans Santé et travail à la mine est l’énormité des drames qui amènent l’opinion à s’intéresser aux souffrances tragiques de la silicose. À Marcinelle, à Fouquières-lez-Lens, à Liévin, il aura fallu une catastrophe minière pour que des activistes souvent extérieurs au bassin minier – parmi eux Jean-Paul Sartre, Bruno Mattéi ou François Ewald – portent l’éclairage sur les maladies professionnelles. Ailleurs, ce sont de spectaculaires actions en justice qui ont pu jouer ce rôle, à l’instar des « procès de la pneumoconiose » engagés en 1985 au Japon par 123 victimes ou familles de victimes. En Chine, c’est le cas dramatique de Zhang Haichao qui, en 2009, est parvenu à capter l’attention : débouté d’une demande d’indemnisation pour pneumoconiose, il s’était fait rouvrir le thorax pour obtenir gain de cause. Mais avant comme après l’avènement d’Internet (essentiel dans le cas chinois), partout les contraintes sont les mêmes : la difficulté de sensibiliser l’opinion, la nécessité de trouver des points d’appui extérieurs aux communautés minières, l’impossibilité de stabiliser une cause – la santé ouvrière – qui est à la fois relativement reléguée dans la société, et obscurcie par les stratégies « agnotologiques » (Robert Proctor) de certaines grandes compagnies œuvrant au brouillage et à la décomposition du savoir scientifique.

18Pour autant, même lorsqu’elle semble une question révolue, la santé des mineurs est tellement exemplaire de la capacité humaine à fabriquer ses risques de santé, qu’elle est toujours susceptible, à condition d’être saisie sous un angle pertinent, d’éclairer et de repenser des enjeux bien plus généraux de santé publique et d’organisation économique. Dans la France des années 1970, montre Marion Fontaine, un monde minier alors pourtant jugé archaïque a été l’un des terrains où se sont mises en place des pratiques, destinées à un grand avenir, d’expression collective des expériences et des souffrances. « L’étalage du ressenti », l’explicitation « des colères, des peurs ou des souffrances qui ne relevaient jusque-là que de la sphère privée », ont trouvé l’un de leurs berceaux dans ce monde qui, jusqu’alors, valorisait au contraire l’héroïsme, l’abnégation, le silence aussi face aux récompenses et sanctions prodiguées de façon discrétionnaire par les houillères. De même qu’aujourd’hui, les redoutables mines chinoises sont l’un des lieux où se déroule la bataille pour la libre expression de la critique politique et pour la mise en application des lois sociales. Les risques et les maux de la mine n’ont pas fini d’interroger l’histoire, ce dont le présent ouvrage donne une démonstration à la fois terrible et suggestive.

Auteur

Sciences Po/Esopp

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540