Version classiqueVersion mobile

Sel et société

Les usages du sel : approche diachronique et interdisciplinaire

Usages et consommation du sel dans la République de Venise aux XVe et XVIe siècles

Jean-Claude Hocquet

Résumé

Résumé : Venise a conduit une politique d’unification territoriale en instituant peu à peu un prix unique du sel (sauf dans les territoires montagneux défavorisés et pauvres), en abandonnant le sel d’impôt (l’achat était libre et non contraint), en refusant de créer des privilégiés. Outre le sel de bouche pour l’alimentation quotidienne des populations, les plus importants débouchés étaient la conservation (produits de la pêche et de l’élevage, récolte d’olives) et les emplois industriels (tannerie, savonnerie, verrerie, raffinage des métaux précieux). Les éleveurs semi-nomades de la péninsule balkanique parsemaient leurs pâturages estivaux de sel noir (terreux) que leurs caravanes venaient chercher dans les ports vénitiens de la côte.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour ma recherche, j’ai dépouillé une documentation abondante et variée dans tous les dépôts d’archives italiens de la plaine du Po et de Venise, Gênes, Rome et Ancône, croates, slovènes et monténégrins au temps où ces pays aujourd’hui indépendants et souverains formaient la république fédérative de Yougoslavie, espagnols enfin, à Barcelone, Palma de Majorque et Eivissa/Ibiza. Le sel, souvent géré en monopole d’État, a laissé une documentation de caractère fiscal, il a entraîné quantité de délibérations des organismes dirigeants, consignées dans des registres. Les pouvoirs se sont ingéniés à contrôler sa production, son transport, sa vente, à lutter contre la fraude et la contrebande qui compromettaient les recettes fiscales, à encourager la navigation qui fournissait des approvisionnements réguliers, à organiser des visites administratives afin de vérifier l’état des routes, des entrepôts, la gestion des magasins et la régularité de la fourniture aux populations. Peu de produits fo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search