Version classiqueVersion mobile

Sel et société

Les usages du sel : approche diachronique et interdisciplinaire

Saveurs salées entre mots et mets dans la littérature latine de Plaute à Martial

Séverine Clément-Tarantino

Résumé

Résumé : Quand on pense au sel romain en termes figurés, on pense peut-être à une forme de plaisanterie volontiers grossière, ou à une forme d’esprit piquant, sc. capable de blesser. Le sel nous ramène ainsi à une certaine représentation conventionnelle des rudes Romains par contraste avec les Grecs raffinés, à l’image du sel attique, plaisanterie réputée toute spirituelle et délicate. Il y a pourtant des variations d’une époque à l’autre, d’un poète à l’autre, d’un genre à l’autre : un Horace peut juger contraire au bon ton les sales de la comédie de Plaute, alors qu’un Cicéron les estime beaucoup ; l’épigramme romaine doit comporter des plaisanteries obscènes, mais du goût de son plus grand représentant, Martial, elle doit aussi varier les tons et les sujets et risquer d’être moins relevée, voire plus douce ; tous les auteurs tombent d’accord sur le fait que l’insipide est à bannir, mais tous ne verseraient pas la même dose de sel (de piquant) pour y parvenir. En somme, même au figuré, il y a des saveurs salées, et c’est cette relative variété que le parcours proposé, de Plaute à Martial, se propose de faire apparaître.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’après Pline l’Ancien, les Romains distinguaient treize sortes de saveurs. Cette énumération se trouve en fait dans le traitement que le savant consacre aux fruits au livre xv de la Naturalis Historia1. Quoi qu’il en soit, cette liste mérite d’être rappelée, d’autant plus qu’elle s’achève, de manière peut-être significative, par la saveur du sel : les treize sortes de saveurs communes aux fruits et à tous les sucs sont, en effet, la douce (dulcis), la suave (suauis), la grasse (pinguis), l’amère (amarus), l’astringente (austerus), l’acre (acer), la piquante (acutus), l’acerbe (acerbus), l’acide (acidus), la salée (salsus). Le sel est-il placé en cette position finale parce qu’il représente la saveur que nous dirions la plus intense, la plus « forte » ? Malheureusement, aucun exemple n’est ici donné de fruit qui présenterait ce sapor et dans une énumération similaire au livre xix (sur les plantes aromatiques), la saveur salée est mentionnée par la négative (aucune des plantes ne la ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search