Version classiqueVersion mobile

Sel et société

Du sel de la terre aux sels du Nord

Archéologie des techniques : l’atelier de saunier de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais)

Armelle Masse et Nicolas Tachet

Résumé

Résumé : La chronologie de l’atelier de fabrication de pains de sel fouillé en 2010 sur la commune de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais) fait l’objet d’un complément d’information. C’est également l’occasion de s’intéresser aux modes de fabrication et d’utilisation des fourneaux à sel. Une description de la chaîne opératoire du montage d’un fourneau est proposée et le mobilier d’enfournement est analysé avec précision. Cette archéologie des techniques est basée sur des faits archéologiques mais bénéficie également des apports de l’expérimentation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 2011 un premier article de présentation a été publié sur les découvertes de Gouy-Saint-André dans la Revue du Nord1. L’objectif de ce deuxième volet est d’apporter de nouvelles précisions sur la chronologie du site, de s’intéresser aux techniques de construction des fourneaux et au fonctionnement de l’atelier. Cette approche technologique permet de définir les étapes de construction, d’identifier les matériaux nécessaires, d’évaluer leur quantité, le temps de réalisation et les gestes pratiqués.

Rappel des découvertes et nouvelles précisions

L’atelier de saunier de Gouy-Saint-André « Le Rossignol » a été découvert à l’occasion des investigations menées dans le cadre de l’élargissement de la route départementale 939 allant d’Arras vers le littoral. La commune se situe entre Hesdin et Montreuil-sur-Mer, sur un plateau recouvert de limons pléistocènes à l’interfluve entre les fleuves côtiers de la Canche et de l’Authie (fig. 1). Les vestiges sont creusés dans les limons sous environ 4...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search