Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sel et société

Du sel de la terre aux sels du Nord

Archéologie des techniques : l’atelier de saunier de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais)

Armelle Masse et Nicolas Tachet

Résumé

Résumé : La chronologie de l’atelier de fabrication de pains de sel fouillé en 2010 sur la commune de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais) fait l’objet d’un complément d’information. C’est également l’occasion de s’intéresser aux modes de fabrication et d’utilisation des fourneaux à sel. Une description de la chaîne opératoire du montage d’un fourneau est proposée et le mobilier d’enfournement est analysé avec précision. Cette archéologie des techniques est basée sur des faits archéologiques mais bénéficie également des apports de l’expérimentation.

Abstract : The chronology of the salt cakes workshop, excavated in 2010 in Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais), is subject to additional information. This article also focuses on the manufacturing process and the use of the salt furnaces. A description of the operational jointing line of the furnace is proposed and the ‘briquetage’ is precisely analyzed. This archeology of techniques is based on archaeological data but it also benefits from the inputs of experimental archaeology.

Texte intégral

  • 1 Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011.

1En 2011 un premier article de présentation a été publié sur les découvertes de Gouy-Saint-André dans la Revue du Nord1. L’objectif de ce deuxième volet est d’apporter de nouvelles précisions sur la chronologie du site, de s’intéresser aux techniques de construction des fourneaux et au fonctionnement de l’atelier. Cette approche technologique permet de définir les étapes de construction, d’identifier les matériaux nécessaires, d’évaluer leur quantité, le temps de réalisation et les gestes pratiqués.

Rappel des découvertes et nouvelles précisions

2L’atelier de saunier de Gouy-Saint-André « Le Rossignol » a été découvert à l’occasion des investigations menées dans le cadre de l’élargissement de la route départementale 939 allant d’Arras vers le littoral. La commune se situe entre Hesdin et Montreuil-sur-Mer, sur un plateau recouvert de limons pléistocènes à l’interfluve entre les fleuves côtiers de la Canche et de l’Authie (fig. 1). Les vestiges sont creusés dans les limons sous environ 40 cm de terre arable. Ils se composent de fossés, de fosses et de fourneaux.

Fig. 1 : Carte de situation du site de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais), (DA-CD62).

Fig. 1 : Carte de situation du site de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais), (DA-CD62).
  • 2 Prilaux 2000 ; Rougier, Blancquaert 2000.

3L’atelier occupe un espace 200 m² délimité par l’angle d’un fossé dont l’ampleur n’a pas été perçue en raison de l’étroitesse du chantier (fig. 2). L’environnement de Gouy-Saint-André devait ressembler à celui des sites d’habitat à enclos et atelier de saunier de Pont-Rémy ou de Rue dans la Somme2.

Fig. 2 : Plan de l’atelier de saunier de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais) (DA-CD62).

Fig. 2 : Plan de l’atelier de saunier de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais) (DA-CD62).

4La documentation est constituée de structures simples (fosses, fossés, trous de poteaux) et plus complexes : les fourneaux. Au décapage quatre d’entre eux étaient parfaitement visibles. Le dégagement progressif des niveaux a permis d’en identifier deux autres. Si les différents états des fourneaux ont été relativement faciles à établir, l’association avec les structures périphériques n’a pas été aisée. L’élaboration du phasage de cet atelier résulte de la combinaison de plusieurs critères : les relations stratigraphiques entre les structures, la comparaison des comblements et la caractérisation du matériel lié aux fourneaux.

  • 3 Voici la correspondance entre les phases définies en 2011 et celle en 2012 dans le rapport final. P (...)

5Dans l’article de 2011 un phasage en 7 étapes était proposé, il est réduit à présent à 5 phases comprenant quatre générations de fourneaux (fig. 3)3. Une sixième phase est envisageable en raison d’un trou de poteau (st.32) et d’une petite fosse (st.79) qui recoupent des structures bien calées mais qui ne sont pas associables à d’autres structures.

Fig. 3 : Phasage de l’atelier de saunier (DA-CD62).

Fig. 3 : Phasage de l’atelier de saunier (DA-CD62).

La phase 1

6Elle est caractérisée par la fosse 84 qui a été partiellement perçue. Elle est située sous les fourneaux les plus anciens. Sa partie supérieure est recoupée par le fourneau 78 (cf. phase 2). Son diamètre a été évalué à 1,60 m. Sa hauteur est de 0,74 m. Son profil décrit une marche à l’est et un creusement en sape vers l’ouest (fig. 4). L’utilisation primaire de cette fosse n’est toujours pas identifiable. Son comblement limoneux marron-jaunâtre n’a livré que trois tessons céramiques, trois scories et quelques petits charbons. Cette fosse est isolée, aucune structure n’a pu lui être rattachée mais elle se distingue des autres structures par l’absence totale de mobilier lié à l’activité de saunier : elle témoigne du début de l’occupation du site.

Fig. 4 : Coupe de la fosse 84 phase 1 (DA-CD62).

Fig. 4 : Coupe de la fosse 84 phase 1 (DA-CD62).

La phase 2 : les premiers fourneaux de saunier

7Concentrées dans un petit périmètre de 5 m sur 4 m, suivant la même orientation est-ouest, les structures 77, 78 et 64 caractérisent la deuxième phase du site (fig. 5).

Fig. 5 : Plan de la phase 2 (DA-CD62).

Fig. 5 : Plan de la phase 2 (DA-CD62).

8La structure 77, très arasée, correspond aux restes d’un fourneau de la première génération (fig. 5). Il n’est conservé que dans son extrémité ouest, sur 0,70 m de long et une largeur estimée à 0,80 m. Sur un mince niveau limoneux compact rouge correspondant vraisemblablement à la sole du four, repose un niveau de destruction limoneux, hétérogène, marron-gris contenant de très nombreux fragments de moules (78), quelques tessons céramiques (35) et accessoires d’enfournement (23 fragments), trois fragments de grille et une scorie. L’ensemble est scellé par un niveau limoneux hétérogène jaune mêlé à de nombreuses inclusions d’argile rubéfiée.

9Ensuite distant de 0,50 m au sud du fourneau 77, le fourneau 78 appartient également à la première génération de fourneaux (fig. 5). Il est détruit dans sa partie centrale par l’aménagement ultérieur du fourneau 60. Partiellement conservée, c’est une structure rectangulaire de 3,20 m de long sur 1 m de large qui est restituée. Dans son extrémité occidentale, sous la sole et distante d’une dizaine de centimètres de la paroi nord, trois petites traces circulaires charbonneuses matérialisent l’emplacement de piquets en bois servant d’étais à la grille avant la première cuisson. Des traces charbonneuses ont également été repérées au centre de son extrémité orientale, mais leur origine reste indéterminée. Les parois sont conservées au nord comme au sud sur 0,20 m de profondeur et sur 0,06 à 0,10 m de large. Des traces de façonnage ou de lissage, parallèles et horizontales, ont été observées sur leurs faces externes. Le comblement du fourneau 78 est identique à celui du fourneau 77. Son niveau de destruction limoneux marron-gris a cependant livré davantage de fragments de grille (85) que de fragments d’accessoires d’enfournement (2), de moules (2) ou de tessons céramiques (2).

10Encore 1,50 m plus au sud a été aménagée une fosse ovale 64 longue de 3,30 m, large d’1,30 m, et profonde de 0,60 m en moyenne (fig. 5). Ses parois dessinent un profil en cuvette au fond irrégulier. Son comblement inférieur, caractérisé par une matrice limoneuse hétérogène meuble marron jaunâtre foncé, a livré 120 fragments d’accessoires d’enfournement (14 languettes, 76 handbricks et 20 bâtonnets), 10 fragments de céramique, 31 fragments de moules, 4 scories et 1 fragment de meule. Le niveau supérieur présente une matrice identique avec davantage de charbons et 21 fragments de moules.

11Les deux fourneaux 77 et 78 témoignent d’une première phase d’activité de l’atelier de sauniers. La proximité de la fosse 64, son orientation commune aux deux fourneaux ainsi que l’important mobilier lié aux fourneaux trouvé dans son comblement permettent d’associer cette fosse aux prémices de l’activité artisanale. À cet ensemble sont associées quatre autres fosses ; la 83 recoupe la fosse 64 dans sa partie ouest alors qu’elle est en cours de comblement. L’hypothèse est avancée, en raison des orientations identiques, que les fosses 63 et 83 soient en usage en même temps que les fourneaux 77 et 78.

12La fosse 83 est ovale aux contours et aux bords irréguliers. Longue d’1,50 m, son fond concave a été atteint à environ 0,80 m sous le niveau de décapage. Son comblement limoneux-argileux marron foncé a livré quelques petits fragments de terre cuite et de moules ainsi qu’un fragment de grille. Il s’intercale entre les deux niveaux inférieurs et le dernier niveau de comblement de la fosse 64 qui recoupe la partie supérieure de la fosse 83 (fig. 6). Ce niveau a livré à l’intérieur d’une matrice limoneuse hétérogène meuble marron jaunâtre une importante concentration de handbricks (78 pièces), de nombreuses céramiques (69 tessons), quelques fragments de moules (22) et de grille (20), quelques silex (15) et 7 scories. L’aménagement de la fosse 83 est postérieur au creusement de la fosse 64. Néanmoins l’utilisation de cette dernière perdura après l’abandon de la fosse 83.

Fig. 6 : Coupe de la fosse 64 (DA-CD62).

Fig. 6 : Coupe de la fosse 64 (DA-CD62).

13Jouxtant l’extrémité ouest de la structure 83, la fosse 63 forme un ovale d’1,40 m sur 0,50 m, orientée sud-est/nord-ouest. Sa fouille a mis en évidence un profil en cuvette, aux parois régulières et au fond plat atteint 0,75 m sous le niveau de décapage. Son comblement limoneux, homogène, compact, marron jaunâtre foncé et riche en petits charbons a livré des fragments de moules (19), du mobilier céramique (8 tessons) et des accessoires d’enfournement (4 fragments de languettes et 3 de bâtonnets). Cette fosse est recoupée par le fourneau 23, aménagé au cours de la troisième phase de l’atelier (fig. 5).

14Les trois fosses 83, 63, et 64 ont chacune livré un important matériel issu de l’activité des fourneaux à sel (accessoires d’enfournement, moules, parois, grille). Bien que leur fonction ne puisse être déterminée avec précision, leur usage est potentiellement lié à l’activité artisanale.

15On associe à la phase 2 deux autres structures, qui sont recoupées par le fossé 27 qui est creusé à la phase 3. La fosse 12 est la plus grande d’entre elles (fig. 5 et 7). Large de 2,30 m d’est en ouest et d’1,80 m du nord au sud, sa profondeur atteint 1,30 m. Ses parois verticales au sommet révèlent vers le fond un creusement en sape, particulièrement marqué à l’ouest. Son remplissage se caractérise par une succession de comblements limoneux-argileux marron-jaunâtre riches en petits charbons, ayant livré un important mobilier céramique (299 tessons), 14 fragments de bâtonnets, 5 scories et quelques silex.

Fig. 7 : Coupe de la fosse 12 (DA-CD62).

Fig. 7 : Coupe de la fosse 12 (DA-CD62).

16À l’ouest du fourneau 78, la fosse 11 est de forme rectangulaire de 1,55 m par 1,25 m, bords arrondis et profonde de 0,85 m. Elle présente un profil aux parois verticales dans la partie supérieure puis évasées jusqu’au fond plat. Son comblement se caractérise par une succession de niveaux limono-sableux marron gris avec quelques charbons et de niveaux sablo-limoneux marron présentant une forte concentration de terre cuite de couleur rouge issue des parois de fourneau. Seuls trois fragments de moules et deux fragments d’accessoires d’enfournement ont été récoltés dans cette fosse.

  • 4 Desfossés 2000, p. 234-235.

17L’unité de travail avec les fourneaux 77 et 78 et ses structures périphériques donne un premier aperçu de l’organisation de l’atelier de saunier de Gouy-Saint-André. Elle est proche de celle du site de Sorrus « La Bruyère »4, qui associe un fourneau avec, à proximité, une grande fosse rectangulaire de 6,40 m de long sur 1,40 m de large et de 0,30 m de profondeur. L’hypothèse selon laquelle la fosse de Sorrus ait servi de bac à saumure peut être avancée également pour la fosse 64 de Gouy. Les autres fosses, notamment la 11, similaires à des silos sont difficiles à interpréter. L’idée qu’elles aient servi à l’approvisionnement en terre pour la fabrication du matériel d’enfournement et des fourneaux ou comme bassin de préparation de la matière première est une des hypothèses envisagées.

La phase 3 : la deuxième génération de fourneau

18La phase 3 correspond à la mise en place d’un nouveau fourneau, le 23. Il est entouré par deux fosses 15 et 85, le fossé 27 et par l’usage final de la fosse 64 (fig. 8). Le fourneau 23 présente la même orientation sud-est/nord-ouest que la fosse 63 (phase 2) qu’il recoupe. Très bien conservé, seule son extrémité orientale a disparu en surface, puisque perturbée par le creusement de la fosse 58 (phase 4). Ses contours rectangulaires, 1,80 par 0,75 m, forment une légère saillie aux extrémités sud-est et nord-ouest (fig. 9). Sous la sole, cinq traces charbonneuses circulaires ont été mises au jour (fig. 10). Comme pour le fourneau 78, elles témoignent de la présence de piquets en bois qui ont servi d’étais à la grille avant sa première cuisson. Les parois de 0,30 m de haut et 0,10 m de large portent encore par endroits les départs d’accroche ou les traces d’arrachement de la grille (fig. 9). Trois niveaux de destruction distincts se succèdent dans le comblement du fourneau (fig. 9, coupe CD) : un premier niveau est constitué d’une grande quantité de fragments d’accessoires d’enfournement (languettes, handbricks, bâtonnets), de moules et de céramiques ; un deuxième niveau est formé d’amas compacts de fragments de grille enfin un dernier niveau renfermait une importante concentration d’argile rubéfiée issue majoritairement de fragments de parois. L’analyse typologique comparative des accessoires d’enfournement a permis d’attribuer au fourneau 23 des rejets de handbricks trouvés dans le comblement supérieur de la fosse 64 et ainsi attester la contemporanéité de ces deux structures. La fosse 64, partiellement comblée, devait être encore visible au moment du fonctionnement du fourneau 23.

Fig. 8 : Plan de la phase 3 (DA-CD62).

Fig. 8 : Plan de la phase 3 (DA-CD62).

Fig. 9 : Plan et coupe du fourneau 23 (DA-CD62).

Fig. 9 : Plan et coupe du fourneau 23 (DA-CD62).

Fig. 10 : Niveau de construction du fourneau 23 avec les restes des piquets verticaux de l’armature en bois pour la construction de la grille (DA-CD62).

Fig. 10 : Niveau de construction du fourneau 23 avec les restes des piquets verticaux de l’armature en bois pour la construction de la grille (DA-CD62).

19Au nord-ouest du fourneau 23, en limite de l’emprise de fouille, la fosse 15 a été partiellement dégagée (fig. 8). Elle est associée à cette phase en raison de la présence dans son comblement de fragment de grille dont les dimensions sont similaires à celles découvertes dans le fourneau 23. Cette grande fosse, supposément circulaire, d’1,60 m de diamètre et d’1,20 m de profondeur, présente un profil évasé dans sa partie supérieure puis piriforme avec un fond relativement plat (fig. 11). Deux principaux comblements se superposent : un premier niveau limono-argileux hétérogène assez compact marron jaunâtre, riche en fragments de grille (55) et accessoires d’enfournement (25) et un second niveau (0,80 m) argilo-limoneux homogène meuble marron grisâtre avec quelques charbons, quelques tessons céramiques (9) et des silex.

20Le fossé rectiligne 27 se jette dans la fosse 15 (fig. 8 et 7). Il a été observé sur près de 12 m de long, entre la fosse 15 et la limite nord de l’emprise de fouille. Large de 0,60 m, peu profond (0,30 m), il recoupe l’angle nord-ouest de la fosse 11 et le flanc est de la fosse 12 (fig. 2 et 8). Son comblement limono-sableux brun gris clair a livré quelques céramiques (20 tessons), 10 scories, 1 fragment de meule et quelques silex.

Fig. 11 : Coupe de la fosse 15 (DA-CD62).

Fig. 11 : Coupe de la fosse 15 (DA-CD62).

21La fosse 85 est localisée au nord-est du fourneau 23 (fig. 8). Elle recoupe les fourneaux 77 et 78 et ce dernier est installé sur la fosse 84. Sa forme et ses dimensions exactes sont difficiles à restituer car d’autres structures ont été aménagées à des phases ultérieures au même emplacement (notamment le fourneau 60 de la phase 4). Néanmoins, cette fosse semble avoir des proportions assez importantes puisqu’elle a été fouillée partiellement sur environ 0,40 m de profondeur sans que le fond soit atteint. Son comblement est caractérisé par une importante quantité d’argile cuite et de charbons, il n’a cependant livré que cinq fragments de handbricks et un fragment de grille.

22L’atelier de saunier de la phase 3 se distingue par la petitesse de son fourneau par rapport à ceux de la phase précédente et à ceux qui vont suivre. Le creusement du fossé 27 débouchant sur la fosse 15 est un ensemble qui peut correspondre à un système d’acheminement d’eau dans un bac utilisé pour la préparation de la matière première. Les fosses, comme pour la phase 2, sont semblables à des silos. Leur présence indique soit la proximité de l’habitat soit elles ont un lien direct avec le fonctionnement de l’atelier (fosses d’extraction de limon et/ou structures de préparation de la matière salée).

La phase 4 : la troisième génération de fourneau

23La phase 4 est caractérisée par la construction d’un grand fourneau avec une orientation différente des états précédents (fig. 12). Le fourneau 60 est orienté selon un axe nord-sud. Rectangulaire, il mesure 4,40 m sur 1,60 m avec des extrémités semi-circulaires (fig. 13). Réutilisé et transformé lors d’une phase ultérieure (phase 5), sa longueur est réduite d’un tiers vers le sud (fig. 11). Par conséquent, seules les informations relevées dans le dernier tiers nord et sous la sole du fourneau 22 (phase 5) renseignent sur le fonctionnement puis l’abandon du fourneau 60.

Fig. 12 : Plan de la phase 4 (DA-CD62).

Fig. 12 : Plan de la phase 4 (DA-CD62).

Fig. 13 : Fourneau 60 et 22. Les restes des piquets verticaux de l’armature en bois de construction de la grille du fourneau 60 sont visibles (marques noires) (DA-CD62).

Fig. 13 : Fourneau 60 et 22. Les restes des piquets verticaux de l’armature en bois de construction de la grille du fourneau 60 sont visibles (marques noires) (DA-CD62).

24Cette zone réduite (1,20 m de long) fournit néanmoins une stratigraphie complexe (fig. 14). À l’extrême nord, la partie absidiale du fourneau est moins profonde (0,20 m) que le creusement du reste de la fosse (0,40 m). Dans cette extrémité nord de 0,40 m de long il n’a pas été observé de niveau correspondant à la sole mais un niveau de limon hétérogène marron rougeâtre à l’intérieur duquel se trouvait un bloc d’argile indurée gris-orangé, en place, décrivant un léger pendage vers le sud. Un comblement limoneux marron jaunâtre avec des fragments de terre cuite, de languettes et de céramiques, puis un comblement limoneux marron rougeâtre riche en fragments de grille viennent sceller l’ensemble. Sous la sole dans la partie nord mais également sous la moitié ouest du fourneau cinq traces charbonneuses circulaires, vestiges des piquets ayant supporté la grille avant sa première cuisson, ont été mises au jour (cf. supra). Sur la sole, niveau limoneux rougi et induré par la chauffe du fourneau, reposent des comblements qui se distinguent par le mobilier qu’ils contiennent (fig. 13). Directement sur la sole, un niveau limoneux meuble rouge foncé très charbonneux présente une concentration de fragments d’accessoires d’enfournement. Viennent ensuite un niveau de fragments de parois, disposés sur leur face plane, et enfin une couche de limon jaunâtre contenant une grande quantité d’argile rubéfiée.

Fig. 14 : Coupe du fourneau 60 (DA-CD62).

Fig. 14 : Coupe du fourneau 60 (DA-CD62).

25Parallèlement au fourneau 60, une grande fosse 26 mesure en surface 5,40 m de long sur une largeur maximum de 2 m dans la partie nord (fig. 12). Un rétrécissement au sud réduit sa largeur à 1,30 m. À la fouille du premier niveau, la partie ouest s’est révélée peu profonde. Cette zone semble avoir été aménagée pour accéder à deux dépressions le long de la paroi est. L’une, également numérotée 26, est de forme rectangulaire (fig. 12 et 15) et mesure 2,80 m de long sur 0,90 m de large et 1 m de profondeur. Ses parois verticales dans la partie supérieure partent légèrement en sape dans les trente derniers centimètres jusqu’au fond plat. À 0,30 m au sud, l’autre dépression 76 est de forme carrée de 0,90 m de côté et de 0,30 m de profondeur, avec des parois obliques et un fond plat (fig. 12 et 16). Comme pour la fosse 64, il est possible que l’ensemble de ces structures ait servi à stocker l’eau saumâtre. En revanche, des niveaux de comblement attestent de la pratique sur le site ou à proximité d’activités domestiques ou artisanales autres que celles de saunerie. La fosse 26 est comblée par une alternance de niveaux limoneux rouges riches en argile rubéfiée et fragments de grille, et de niveaux limono-sableux gris-foncé riches en charbons et céramiques (fig. 15). De nombreux silex (62), plusieurs scories (50), et cinq fragments de meule en poudingue ont également été récoltés dans cette fosse.

Fig. 15 : Coupe de la fosse 26 (DA-CD62).

Fig. 15 : Coupe de la fosse 26 (DA-CD62).

Fig. 16 : Coupe de la fosse 76 (DA-CD62).

Fig. 16 : Coupe de la fosse 76 (DA-CD62).
  • 5 Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011, fig. 14.

26Les niveaux inférieurs de la fosse 76, limono-argileux, contiennent une importante concentration de charbons, scories (274) et battitures qui attestent d’une activité métallurgique (fig. 16). Cette fosse a également livré quelques fragments de terre très rubéfiés (36), deux fragments de fer (anneaux ?), quelques céramiques, trois fragments d’andouiller de cerf, et trois fragments de meule en poudingue (deux fragments de meta et un de catillus)5.

27La grande structure 26 est associée au fourneau 60 en raison de leur proximité et de leur orientation similaire. L’étude des restes de fragments de grille, dont une forte concentration a été dégagée dans le comblement final, montre des similitudes de taille avec les fragments présents dans le fourneau 60.

28Au sud-ouest du fourneau 60, la fosse 58 ovale d’1,20 sur 0,80 m et 0,25 m de profondeur est également orientée nord/sud (fig. 12). Elle présente un profil en cuvette aux bords réguliers et à fond plat. Son comblement limoneux hétérogène marron jaunâtre a livré essentiellement des fragments d’accessoires d’enfournements (14 handbricks, 2 bâtonnets, 1 languette). Cette fosse recoupe l’extrémité est du fourneau 23 (phase 3) et l’extrémité ouest de la fosse 64 (phase 2).

29Le développement spatial et numérique des structures rattachées à la quatrième phase du site atteste d’une intensification de l’activité artisanale. La présence d’une fosse de rejets métallurgiques (structure 76) ainsi que la découverte des fragments de meule à grain en poudingue traduisent peut-être une diversification de l’artisanat utilisant également les structures de combustion.

La phase 5 : la quatrième génération de fourneau

30Au cours de la cinquième phase, l’atelier de sauniers a connu d’importantes transformations (fig. 17). Les fosses 26 et 76 furent abandonnées, comblées par le démantèlement partiel du fourneau 60 qui fut réduit d’un tiers dans sa longueur (fourneau 22) et un deuxième fourneau lui fut adjoint, le 24.

Fig. 17 : Plan de la phase 5 (DA-CD62).

Fig. 17 : Plan de la phase 5 (DA-CD62).
  • 6 Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011 fig. 16.

31Le fourneau 22, second état du fourneau 60, mesure 3 m de long sur 1,60 m (fig. 13 et 17). Les bords convexes de ses extrémités sud et nord marquent un rétrécissement de la fosse. La sole, relativement plane, est rougie et indurée par la chauffe du fourneau sur 10 cm d’épaisseur en moyenne et présente en surface et au centre du fourneau un aspect gris-blanchâtre. Sur la sole, trois piliers d’argile cylindriques creux, d’un diamètre moyen de 18 cm, sont conservés sur 0,20 m de haut6. Alignés au centre du fourneau selon un axe longitudinal, distants les uns des autres d’une quarantaine de centimètres, ils servaient à soutenir la grille. Conservées sur 15 à 20 cm de haut et 5 cm de large, les parois indurées présentent de nombreuses traces de lissage rectilignes verticales et obliques, ainsi que de nombreuses traces digitées de façonnage. Le comblement inférieur du fourneau est constitué d’une mince couche (5 cm) de limon hétérogène marron-rouge très foncé renfermant une concentration de fragments d’accessoires d’enfournement (fig. 18). Le comblement supérieur (20 cm) est limoneux compact marron-jaune, avec de nombreux fragments de grille et de terre cuite.

Fig. 18 : Coupe du fourneau 22 (DA-CD62).

Fig. 18 : Coupe du fourneau 22 (DA-CD62).

32Parallèle au fourneau 22, une dizaine de centimètres à l’ouest (fig. 17), le fourneau 24 présente la même silhouette générale que le fourneau 22 avec des dimensions plus réduites : 1,40 sur 0,90 m. La sole, partiellement conservée, présente un aspect induré gris blanchâtre résultant peut-être des dépôts successifs de concrétions formées par la saumure en ébullition (fig. 19). Le fragment de sole conservée dans le quart nord-ouest du fourneau décrit un léger pendage vers le centre de la fosse. Le comblement du fourneau est constitué de trois niveaux distincts (fig. 19 et 20) : au fond, on a une mince couche de limon marron orangé riche en fragments d’accessoires d’enfournement, puis un niveau compact de fragments de grille, et enfin on observe un comblement supérieur limoneux marron jaunâtre renfermant quelques fragments de terre cuite et de handbricks.

Fig. 19 : Profil et coupe du fourneau 24 (DA-CD62).

Fig. 19 : Profil et coupe du fourneau 24 (DA-CD62).

Fig. 20 : Comblement du fourneau 24 composé de fragments de grille et mobilier d’enfournement (DA-CD62).

Fig. 20 : Comblement du fourneau 24 composé de fragments de grille et mobilier d’enfournement (DA-CD62).

33Ces deux fourneaux ne sont pas associés à d’autres structures, aucun lien stratigraphique, d’orientation ou de mobilier n’a été identifié avec les fosses non attribuées à une phase. Pourtant, les deux fourneaux attestent de la permanence d’une production, voire d’une augmentation en raison de leur taille.

Le trou de poteau 32 et la fosse 76

34Un dernier état du site est envisagé en raison du recoupement du fourneau 22 par le trou de poteau 32 (fig. 18) et de la fosse 26/76 par la fosse 79 (fig. 2). L’avant-trou du poteau 32 mesure 0,48 m de diamètre et son empreinte est de 0,20 m de diamètre, la profondeur conservée est de 0,28 m. Trois fragments de céramique et des fragments de construction des fourneaux proviennent des comblements. La fosse 79 mesure environ 0,60 m de diamètre et sa profondeur est d’une trentaine de centimètres. Le comblement contenait quelques fragments de grille de fourneau. Aucun autre vestige ne peut être associé à ces deux structures.

Nouvelles précisions sur la chronologie

  • 7 Docteur en physique des matériaux post-doctorant, archéomagnétisme, Département des sciences de la (...)

35Une étude archéomagnétique a été entreprise par Gwenaël Hervé7. Le protocole d’étude nécessitait la réalisation de datations 14C. Au moment de la fouille les courbes d’étalonnage du champ magnétique terrestre étaient en cours de renouvellement notamment par l’acquisition de nouveaux points de références. En conséquence, les courbes de références archéomagnétiques ont été recalculées en 2015 avec un nouvel algorithme fondé sur la statistique bayésienne. Associées à la relation stratigraphique des fourneaux, ces nouvelles données ont permis de favoriser des dates à 95 % de confiance. Dans l’état actuel des recherches les datations suivantes sont avancées. Pour le fourneau 78, de la phase 2, le ive et le premier tiers du iiie est privilégié. Pour le fourneau 23 de la phase 3, on reste sur un intervalle ive au iie siècle av. J.-C. Pour le fourneau 60, soit la phase 4, le iie siècle av. J.-C. est favorisé. Et pour la phase 5, le fourneau 22 pourrait se situer vers le iie av. J.-C.

36À ces résultats, il est possible d’ajouter quelques données archéologiques qui pourraient affiner la chronologie. Les sauniers utilisent les fourneaux à grille. Cette technique, d’après les données actuelles, apparaît à La Tène moyenne soit au iiie av. J.-C. L’exclusion du ive siècle est envisageable dans ce contexte pour le fourneau 78. Pour le fourneau 23, les quelques fragments de céramique découverts dans le comblement initial proviennent d’écuelle à col convergent et bord légèrement éversé. Les cols sont animés par une cannelure ou des ondulations (fig. 21). Ces formes de céramique n’appartiennent pas au répertoire de La Tène ancienne, on privilégie plutôt une fourchette iiie-iie av. J.-C. Pour la phase 4, la céramique provenant de la fosse 26, que l’on associe à cette phase présente un corpus relevant plutôt du iie-ier voire de transition avec la période gallo-romaine (fig. 22).

Fig. 21 : Céramiques découvertes dans le fourneau 23 (DA-CD62).

Fig. 21 : Céramiques découvertes dans le fourneau 23 (DA-CD62).

Fig. 22 : Céramiques découvertes dans la fosse 26 (DA-CD62).

Fig. 22 : Céramiques découvertes dans la fosse 26 (DA-CD62).

La construction des fourneaux

  • 8 Prilaux 2000, p. 77.

37La fabrication du sel par évaporation de saumure, technique dite ignigène, implique la création de structures de combustion semi-encavées avec présence d’une table de chauffe (la grille), sur laquelle sont disposés les différents accessoires d’enfournements nécessaires à la production de sel. La typologie des structures de combustion du site de Gouy-Saint-André correspond aux fourneaux à grille, caractéristiques du second Âge du Fer et du début de la période gallo-romaine8.

38La création du fourneau passe par deux grandes étapes : tout d’abord le creusement de la structure principale c’est-à-dire la fosse de combustion, puis la mise en place de la grille. Ces deux étapes sont développées en faisant appel aux données recueillies sur le site de Gouy-Saint-André et d’autres sites de la région. L’exercice de la chaîne opératoire permet de confronter le schéma théorique avec les données archéologiques.

Creusement de la fosse de combustion

39Sur le site, six modules ont été mis au jour. Quatre sont complets et deux sont partiels. Il s’agit de fosses rectangulaires avec des saillies aux extrémités, de tailles variées entre 2 m de long pour le plus petit (fourneau 23) et 4,20 m pour le plus grand fourneau (fourneau 60) ; la profondeur oscille entre 0,20 m et 0,40 m (fig. 23). La réalisation de ces fosses est effectuée avec un soin particulier comme en témoignent leur forme homogène et la régularité de chaque module.

Fig. 23 : Synthèse des différentes formes de fourneau et leur taille (DA-CD62).

Fig. 23 : Synthèse des différentes formes de fourneau et leur taille (DA-CD62).

Préparation de la paroi de la fosse de combustion

40Après le creusement de la fosse, la paroi reçoit un traitement particulier. Elle doit résister à la chaleur du fourneau et ne pas se fragiliser durant les différentes chauffes. De très nombreuses traces liées à la préparation des parois ont ainsi pu être observées. Les unes concernent un probable aménagement de coffrage observé sur la paroi ouest du fourneau 22 (fig. 24). Ces marques longilignes et régulières peuvent potentiellement indiquer la mise en place de lattes de bois ayant servi à consolider la réalisation de la paroi. Sur les parois du fourneau 23, les empreintes digitées indiquent quant à elles un lissage horizontal manuel (fig. 25). Ces observations indiquent que la préparation de cette partie du fourneau ainsi que les différentes phases de réfection sont soigneusement élaborées.

Fig. 24 : Vue de la paroi interne du fourneau 22 (DA-CD62).

Fig. 24 : Vue de la paroi interne du fourneau 22 (DA-CD62).

Fig. 25 : Vue de la paroi interne du fourneau 23 (DA-CD62).

Fig. 25 : Vue de la paroi interne du fourneau 23 (DA-CD62).

41La principale difficulté de la création du fourneau réside dans l’élaboration de la grille, tant pour les matières premières et pour leur préparation que dans la mise en place de l’armature et de la pose des briques d’argile. Cette étape nécessite un temps de réalisation conséquent, indispensable à la stabilité de l’ensemble afin de ne pas mettre en jeu tout le processus technique de fabrication du sel.

Mise en place de l’armature de soutien de la grille

42Après la préparation de la fosse excavée, alors que la hauteur de la fosse du fourneau est atteinte, l’armature entièrement végétale ou mixte (terre et végétaux) est mise en place. Pour la première solution, les piquets de soutènement sont plantés dans le sol à espace régulier et l’armature horizontale de type « baguette », doublée pour les entretoises, est fixée avec des liens probablement d’origine végétale. Les traces de ces piquets de bois ont été perçues sur trois fourneaux. Le 23 comporte cinq piquets conservés en place (fig. 10). De forme circulaire et d’un diamètre oscillant entre 2 et 3 cm. Les supports sont disposés selon deux axes longitudinaux à 20 cm des parois. Selon les estimations et les hypothèses de restitutions, ce fourneau devait reposer sur deux axes de quatre piquets. L’espacement entre chaque piquet d’un même axe mesure 30 cm. Le fourneau 60 présente cinq piquets conservés en place (fig. 13). De forme carrée ou circulaire et d’une taille oscillant entre 6 et 8 cm, ils sont disposés selon trois axes longitudinaux espacés de 30 à 40 cm de la paroi et des uns des autres. L’espacement entre chaque piquet d’un même axe avoisine le mètre. Selon les hypothèses de restitutions, cette structure devait disposer d’une armature faite de trois axes de piquets comportant trois piquets chacun au minimum. La totalité des piquets n’a pu être observée sur l’axe longitudinal mais l’a été sur l’axe transversal. Dans le fourneau 78 les données sont très partielles. Dans la moitié ouest du fourneau trois piquets de bois proches de la paroi ont été observés et dans la moitié est un ensemble de restes de piquets est en position plus centrale. Ces données sont insuffisantes pour proposer des mesures et d’éventuelles hypothèses de restitutions.

  • 9 Prilaux 2000.

43La partie horizontale de l’armature végétale est observable grâce aux traces visibles à la base des briques d’argile qui constituent la grille. Elle est dénommée armature horizontale de type « baguette » en raison de la forme des empreintes. Cette ossature végétale se compose d’une armature transversale à double baguette : la traverse. Elle est fabriquée avec des branches taillées d’un diamètre d’environ 2 cm selon les fours. Elle soutient une armature longitudinale simple d’un diamètre inférieur : l’entretoise. Ce type d’armature croisée, à simple et double baguettes, a également été observé sur les sites de Sorrus, Pont-Rémy et Conchil-le-Temple9.

44Les baguettes de bois, loin d’être d’un diamètre homogène, oscillent entre 1,9 et 2,3 cm pour les simples et pour les doubles entre 1,1 et 1,3 cm. Cette différence met en évidence que le diamètre moyen de l’armature « simple » se trouve être toujours plus important que celui de l’armature « double », observation aisément compréhensible si on prend en compte sa position : elle supporte la grille sur toute la longueur du fourneau.

45Pour le second type de construction de l’armature dite « mixte », des piliers en terre cuite sont fabriqués et installés sur le sol du fourneau qui est préparé au même moment puisque les piliers sont clairement scellés à la sole. Ce mode de montage est celui observé pour le fourneau 22. Les trois piliers découverts en place sont de forme conique. Les extrémités sont aplaties, la base se moulant sur la sole et la partie supérieure partiellement conservée dans sa hauteur devant recevoir l’armature de bois et la grille. Le pilier A est conservé sur une hauteur de 24 cm et présente un diamètre moyen de 16 cm. Le pilier B a une hauteur conservée de 22 cm pour un diamètre moyen de 16 cm. Enfin, le pilier C mesure 22 cm de haut avec un diamètre moyen de 20 cm.

46Les piliers sont totalement lisses. Ils présentent une surface grise très indurée, indiquant sa proximité ou son contact avec une forte source de chaleur. À la fouille, un léger creux est apparu au centre de l’axe vertical. Il correspond probablement à l’emplacement d’un mandrin de bois vertical nécessaire au façonnage des piliers. Le pilier A, coupé en deux, laisse entrevoir une limite verticale au centre. Aux piliers devait être associée une armature horizontale en bois dénommée type « à latte ». Les traces vitrifiées laissées sur des briques du fourneau 22 et 24 d’une largeur de 3,5 cm et 4 cm (fig. 26) correspondent au négatif d’un quadrillage de planchettes en bois très étroites, des lattes. L’épaisseur de cet élément de bois n’a pu être observée. Le débord de l’argile de la brique soutenue pendant la cuisson est souvent léger et partiel, et ne permet pas d’émettre d’hypothèse de mesure. La fabrication des lattes exige un travail de préparation plus important que le simple effeuillage de fines branches d’arbres. Les artisans ont procédé au fendage de branche pour obtenir des surfaces planes.

Fig. 26 : Fragment d’une croisée de grille vitrifié découvert dans le fourneau 22 (DA-CD62).

Fig. 26 : Fragment d’une croisée de grille vitrifié découvert dans le fourneau 22 (DA-CD62).
  • 10 Prilaux 2000, p. 43.

47Le mode de construction du fourneau 22 sur pilier en terre cuite et armature à lattes est unique pour le moment en France. Les fourneaux de Pont-Rémy, Sorrus et Conchil-Le-Temple sont montés avec une armature à piliers centraux mais probablement fabriqués en bois. Des négatifs ont été repérés à la fouille10. Le choix du matériau est important ; dans les cas susmentionnés les piliers ont un rôle au moment de la construction de la grille. Pour le fourneau 22 de Gouy-Saint-André, les piliers sont permanents et assurent le maintien de la grille.

Enrobage d’argile de l’armature

48L’armature posée, l’étape suivante consiste à monter la grille. Deux modes sont possibles, soit l’argile mélangée à un dégraissant végétal et minéral est directement posée sur l’armature et l’artisan dessine au fur et à mesure les carneaux de la grille, soit les briques sont préalablement fabriquées avec des dimensions définies puis installées sur l’armature. L’archéologie expérimentale démontre que la première possibilité semble plus efficace et limite les manœuvres.

  • 11 Prilaux 2000, p. 77.

49Les fragments de grille du site de Gouy-Saint-André proviennent de différentes structures. Il s’agit d’éléments de grille en place et en connexion avec la paroi du fourneau 23, de fragments de grilles retrouvés en phase d’abandon dans les stratigraphies des fourneaux 22, 23, 24, 60 et de façon générale dans le comblement principal des fourneaux. Ils sont trouvés dans les structures périphériques liées à l’occupation artisanale du site (fossé de l’enclos, fosse, silo). Les échantillons étudiés forment un ensemble de 722 éléments, dont 15 seulement ont conservé leur hauteur. Le reste de l’échantillonnage est fragmenté mais nous informe partiellement sur les mesures de largeur et d’épaisseur. La largeur des fragments de grille est la principale mesure conservée. Cette valeur diffère selon les fourneaux ; il est cependant très fréquent de retrouver deux valeurs fixes propres à chaque fourneau. Il peut s’agir de la différence reconnue entre les largeurs d’entretoises et de traverses, comme le suggère Gilles Prilaux11. Le fourneau 22 contient des éléments de grille d’une largeur oscillant entre 3,5 et 4 cm, et quelques rares largeurs à 4,5 cm. Le fourneau 23 comporte des largeurs de briques qui varient entre 4 cm (majoritaire) et 4,5 cm. Le fragment de grille resté en place dans le fourneau mesure 14 cm de haut. Pour le fourneau 24, les largeurs varient entre 3,5 cm (majoritaire) et 4 cm, données métriques identiques pour le fourneau 60. L’étude des fragments de grille aboutit à reconstituer la dimension des carneaux (espaces vides entre les traverses et les entretoises). Les dimensions d’un carneau au sein d’une même grille sont variables. Un récapitulatif des dimensions observées donne ces valeurs : le fourneau 22 possède des carneaux d’une largeur observable entre 8 et 12,5 cm. La dimension moyenne des carneaux est de 10 cm sur 10 cm. Le fourneau 23 possède des carneaux d’une largeur comprise entre 6 et 12,5 cm. La dimension moyenne est de 9 cm sur 9 cm. Au sein de la structure 24, les tailles oscillent entre 6,5 et 10 cm. La dimension moyenne est de 8 cm sur 8 cm. Les fourneaux 77 et 78 n’ont pas livré d’informations spécifiques.

50Pour conclure sur les données concernant la grille, des restitutions de la grille des fourneaux sont proposées. Elles sont une base de réflexion car elles ne prennent pas en compte le facteur important de la variation des tailles de carneaux au sein d’un même fourneau. Le résultat est fondé sur la moyenne de la dimension des carneaux étudiés, par fourneaux. On distingue trois modules. Les petits modules (fourneaux 23, 24) dont la surface de grille oscille aux alentours d’1 m² ; le module moyen (fourneau 22) présente une plus large surface d’environ 2 m². Pour le grand module, le fourneau 60, aucune donnée sur les éléments de la grille n’a permis une restitution élaborée. Tout au plus, la surface active de la grille est estimée à 4 m².

Jointage, lissage

51Cette séquence intervient pendant le montage de la grille sur l’armature. Elle s’observe sur les échantillons de grilles étudiés, sous la forme de marques à la surface des briques et des parois (fig. 25). On observe un lissage de colmatage entre le fragment de pilier découvert dans le fourneau 22 et la grille. Il est vertical et a été effectué de bas en haut à l’aide d’un outil raclant et de la main comme l’attestent les empreintes digitées.

52Le lissage est une étape de finalisation, intervenant souvent après le jointage. Il assure la cohésion de la structure. Il est effectué à la main ou avec un outil.

Séchage de l'ensemble

53Il semble utile de préciser que cette étape est nécessaire d’un point de vue technique. Laisser sécher l’ensemble avant de consolider la grille par une chauffe permet de réduire la probabilité que la grille (encore humide) ne se fissure, voire ne s’effondre lorsque son armature végétale aura été consumée. D’après l’archéologie expérimentale, cette phase peut durer entre un et deux mois.

Première chauffe de consolidation

54Cette chauffe doit répondre à des critères de température importante et globale sous toute la surface de la grille et de la structure en général. C’est en effet lors de cette première chauffe que l’armature végétale disparaît et ne laisse que les négatifs observés. Elle permet également une induration de la paroi et des piliers d’argile, observation valable pour le fourneau 22. L’hypothèse d’une première chauffe avec des charbons de bois n’est pas retenue car elle ne peut correspondre aux critères et observations mis en évidence ci-dessus (cuisson trop lente et température insuffisamment élevée). Seul un apport régulier de bois (fagots ?) disposés de façon homogène sous la grille pourrait donner l’effet désiré, ce que semble confirmer l’archéologie expérimentale. La découverte des restes de piquets de bois dans les fourneaux 23 et 60, sous la sole des fourneaux associés à un niveau charbonneux, prouve que l’armature végétale a été brûlée avant l’induration de la sole (couche d’argile qui durcit au cours des différentes fournées). La situation est différente pour le fourneau 22 aux piliers en terre cuite qui sont scellés avec la sole, donc placés avant la première chauffe.

Curage des cendres ?

55Le curage est une problématique évidente en termes techniques ; il permet d’évacuer l’accumulation des cendres issues de la chauffe de consolidation afin de ne pas gêner les chauffes suivantes. Toutefois aucune observation des vestiges archéologiques ne permet de l’attester. Si on reconnaît son utilité et sa nécessité, on ne sait rien de son procédé et des moyens mis en œuvre pour l’effectuer.

Le fonctionnement des fourneaux : la fabrication de pains de sel

Fabrication des moules et du mobilier d’enfournement

56Les moules doivent être fabriqués avant la fournée puisque leur confection nécessite un séchage et probablement une cuisson. Sur le site de Gouy-Saint-André, 5066 fragments ont été dénombrés. Ce sont dans les fourneaux que les fragments sont les plus nombreux. On distingue deux grands types, les vases à parois épaisses supérieures à 0,5 cm, avec une pâte et des surfaces rouges. Et les vases à parois fines, inférieures à 0,5 cm, leurs surfaces sont poreuses et d’une teinte jaune pâle avec un cœur marron orangé. Le remontage pour cette catégorie est très difficile. Les fragments sont en général inférieurs à 3 cm². Les lèvres qui pourraient être associées sont soit à profil biseauté (fig. 27 et 23, n° 47) soit à profil oblique avec un rebord tombant (fig. 27 et 23, n° 49). Il semble que le premier type de lèvre correspondrait à un vase à ouverture large (fig. 27 et 23, n° 47) à la différence du second dont l’ouverture est plus étroite avec une panse globulaire (fig. 27 et 23, n° 49). Les bords présentés proviennent du fourneau 23. Un fragment de bord a été découvert également dans le fourneau 60, il est droit avec une lèvre arrondie. La forme du moule est probablement différente de ceux du fourneau 23 mais il est difficile d’en définir la forme précise.

Fig. 27 : Fragments de bord de moule de pain de sel (DA-CD62).

Fig. 27 : Fragments de bord de moule de pain de sel (DA-CD62).

57Par ailleurs, les moules à parois épaisses sont minoritaires. Ils représentent 114 fragments et les moules à parois fines, 4952 fragments. Cette grande différence résulte probablement d’une utilisation très occasionnelle de céramique de forme domestique comme contenant ; seuls trois individus sont dénombrés. Cette utilisation concerne essentiellement la phase de fonctionnement des fourneaux 23 et 60 (fig. 21, phase 3 et 4).

58Les moules à parois fines doivent dépendre d’une autre chaîne opératoire. Les tessons sont très poreux, criblés de petits trous qui les rendent très légers. Par contre, les tessons du type 1 ont une densité plus importante. Cette distinction s’explique par une matière première différente. L’aspect poreux résulterait de la disparition du dégraissant comme le calcaire et/ou des végétaux lors de la phase de cuisson. Une analyse de pâte et du substrat devrait pouvoir élucider cette question. Cette pratique rejoint plutôt dans son processus la chaîne opératoire de fabrication des éléments d’enfournements plutôt que celle de la céramique domestique.

  • 12 Prilaux 2000.

59L’étude des moules montre une pratique différente aux sites du littoral de la Manche. Les deux types de moules ne donnent pas le signal d’une production très standardisée (deux types de moules de contenances différentes) comme l’a démontré G. Prilaux sur les sites de Pont-Rémy pour La Tène finale ou de Conchil-le-Temple pour le début de la période romaine12.

60Les handbricks, bâtonnets et languettes ne demandent pas une longue préparation. Utilisés à cru, ils sont peut-être légèrement séchés.

  • 13 Prilaux 2000, p. 50.
  • 14 Daire 2002, p. 45.
  • 15 Prilaux 2000, p. 75.
  • 16 Kinory 2012.

61Les handbricks sont reconnus comme étant les principaux éléments de calage des moules sur la grille du fourneau. Ils servent essentiellement à stabiliser le récipient de la saumure mais agissent également comme un tampon thermique entre la source de chaleur et le moule. Ces éléments sont toujours reliés aux ateliers de sauniers, de la fin du second Âge du Fer jusqu’au début de la période gallo-romaine13. On les trouve sur les côtes de Bretagne14, sur de nombreux sites du Nord-Pas-de-Calais comme Pont-Rémy, Arry, Conchil-le-Temple et Sorrus15, mais également en Angleterre16.

62Le corpus des handbricks se fonde sur un total de 461 éléments, dont seulement 29 sont complets. Le NMI des handbricks se porte à 60 individus. Ces éléments de calage sont de forme conique, aux deux extrémités aplaties. Ils portent des marques d’écrasement sur leur développement. Leur hauteur oscille entre 7,3 et 10,4 cm pour les plus grands, et ils présentent un diamètre à la base compris entre 5,1 et 8,2 cm. Ce qui caractérise ce matériel, c’est sa rapidité d’élaboration. Il était certainement roulé entre les mains pour lui donner sa forme principale et ensuite aplati à ses deux extrémités lors de sa pose sur la grille ou préalablement sur une surface plane. On observe que la quasi-totalité des pièces portent des empreintes de mains et/ou de doigts, issues de leur fabrication.

63La confection de ces éléments est probablement issue d’une argile locale sableuse, sans ajout de dégraissant, et comportant parfois des inclusions naturelles de silex. La couleur dominante des handbricks est orange, mais on retrouve également des éléments de couleur beige-violet et gris-beige signe d’une probable surcuisson.

  • 17 Prilaux 2000, p. 50.
  • 18 Prilaux 2000, p. 76.

64On observe sur la partie inférieure des handbricks un certain nombre de marques issues de leur mise en place sur la grille. Des traces d’écrasement prouvent que leur pose sur la grille du fourneau était effectuée à cru, sans séchage ou cuisson préalable17. Elles résultent soit de la pression exercée par le poids du moule, soit de la pression manuelle lors de la pose du handbrick sur la grille pour le faire adhérer. Ce type de négatifs a également été observé sur les sites de Pont-Rémy, Arry et Sorrus18. L’observation des marques indique l’emplacement des hanbricks sur la grille. Ce critère, corrélé avec les marques visibles sur la partie supérieure des supports, signale que le moule pouvait être porté par un ou plusieurs handbricks.

65Une typologie des handbricks a été mise en place avec pour critère essentiel les marques de pose sur la grille (A à E) et de soutien des récipients (1 à 5), visibles sur la partie basse et inférieure (fig. 28). Elle est la première proposée pour ce type de mobilier. Elle demande à être ajustée en fonction des individus découverts sur les autres sites de sauniers.

Fig. 28 : Typologie des handbricks découverts à Gouy-Saint-André (DA-CD62).

Fig. 28 : Typologie des handbricks découverts à Gouy-Saint-André (DA-CD62).

 

66Type A1 et A4 – Handbricks à base horizontale et marque de soutien plane (A1) ou oblique (A4).

  • 19 Prilaux 2000, p. 55 et p. 75-76.

67Ces types sont les plus fréquents, ils ont été retrouvés dans trois fourneaux sur quatre et dans la totalité des structures périphériques. Sans négatif visible issu de sa pose sur la grille, il témoigne d’une application à plat sur celle-ci. On retrouve ce mode de calage sur différents sites comme Arry, Pont-Rémy et Sorrus19. La marque de soutien oblique signale un usage pour un moule nécessitant plusieurs boudins de maintien.

 

68Type B1, B4, B5 – Handbricks à base concave et marque de soutien horizontale (fig. 28, 29, B1), oblique vers un carneau (B4) ou vers la grille (B5).

Fig. 29 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type B1 et D1 sur la grille (DA-CD62).

Fig. 29 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type B1 et D1 sur la grille (DA-CD62).

69La partie inférieure est marquée d’un négatif de forme concave, résultant d’une pose d’appui du handbrick sur la grille. La largeur de cette empreinte entre 3 et 4 cm correspond à la largeur observée des entretoises et des traverses de la grille. L’oblicité de la partie supérieure implique une position autour d’un carneau (B4) ou vers un axe de la grille (B5). Il a été localisé dans les fourneaux 23 et 60 et en position de rejet dans une fosse périphérique 64.

 

70Type C1, C2, C3

71Cette catégorie rassemble tous les handbricks qui possèdent un négatif de pose de forme linéaire, aux trois quarts de leur diamètre. La pose du boudin d’argile sur la grille s’effectue avec un débord partiel (l’accroche) qui sert de point de blocage sur le carneau. On observe de façon systématique une marque digitée au-dessus de cette accroche, preuve que l’on a exercé, en cet endroit particulier, une pression pour fixer et stabiliser l’élément d’argile crue sur la grille. Le plan de soutien est soit plat (C1), soit oblique avec une orientation convergente (C2) ou divergente (C3) avec l’accroche. La distinction entre C2 et C3 implique une position des handbricks différente sur la grille (fig. 30). Dans le cas du C2, la forme conique du calage, son type de pose à accroche et l’oblique de son soutien, permettent de maintenir un moule de façon stable sur la grille (fig. 31). Comme le démontre sa restitution, le point de pression issu du moule est alors annulé par le point de blocage de l’accroche. Ceci permet de stabiliser un moule de bonne taille et non cylindrique au-dessus d’un carneau. Quant au C3, il se distingue par une inversion de l’inclinaison de son soutien, en rapport à son point d’accroche (fig. 30). Ceci pose un problème d’interprétation sur son utilisation. En effet, l’accroche étant disposée à l’inverse du soutien, la pression exercée par le moule sur le handbrick n’est pas bloquée, ce qui a dû nécessairement poser des problèmes de maintien.

72Ce type de calage original ne se retrouve sur aucun autre site connu. Il est attesté dans les fourneaux 22 et 23 et dans les structures périphériques 15, 26, 33 et 64.

Fig. 30 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type B5 et C2 sur la grille (DA-CD62).

Fig. 30 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type B5 et C2 sur la grille (DA-CD62).

Fig. 31 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type C2 et C3 sur la grille (DA-CD62).

Fig. 31 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type C2 et C3 sur la grille (DA-CD62).

 

73Type D1

74Élément particulier au sein de ce mobilier, l’empreinte de ce type de handbrick résulte de sa pose dans l’angle d’un carneau, qui laisse ainsi une marque triangulaire spécifique (fig. 29). Son plan de soutien est plat. Il s’agit d’une observation technique originale n’ayant pas de correspondance connue avec d’autres sites. Ce type de négatif a uniquement été observé dans le fourneau 23.

 

75Type E

76Un handbrick en situation de rejet a révélé une double empreinte linéaire et concave. Son plan de soutien étant oblique, il n’est donc utilisable qu’avec d’autres handbricks pour soutenir un moule. Il n’a pas été possible d’en déterminer l’origine et aucun site publié n’en fait mention.

 

77Type F1, F2

78Ces handbricks ont soit une marque de pose caractérisée par le négatif de ce qui a été identifié comme une languette, soit une extrémité arrondie ou plus pointue. Leur marque de soutien est plane (F1) ou oblique (F2). On compte trois exemples de ce type qui proviennent des fourneaux 23 et 24, ainsi que trois autres en situation de rejet, issus de la fosse 64.

79Pour conclure, les handbricks du site de Gouy-Saint-André offrent une grande variété de types de pose sur la grille et de soutien des récipients. Plusieurs combinaisons sont possibles, liées à la forme et la taille des récipients soutenus ou au nombre nécessaire de handbricks pour leur soutien. Tous ces paramètres devaient être connus et maîtrisés par l’artisan pour optimiser la mise en place de la fournée et de la chauffe. Il est possible d’affirmer, au vu des différents types de handbricks découverts dans les mêmes niveaux d’abandons, que différents types de poses et de récipients se sont probablement côtoyés durant la même chauffe.

80La morphologie des boudins de calage reste globalement la même, que ce soit sur le site de Gouy-Saint-André ou sur d’autres sites. Un détail morphologique précis a toutefois été observé dans les handbricks de la structure 64 qui présentent pour partie, une diminution sensible de leur taille de l’ordre de 2 cm en hauteur et en diamètre. Présents dans un niveau de rejet avec des handbricks de taille normale, il est envisageable qu’ils proviennent de la même fournée et prouvent une mixité de la taille de ces calages au sein d’une même fournée.

 

81Les languettes

  • 20 Prilaux 2000, p. 51.

82Reconnues comme des éléments de calage dans l’ensemble de la littérature, les languettes interviendraient dans la stabilisation des moules durant la cuisson de la saumure. Ce type de mobilier présent à Gouy-Saint-André est également attesté sur le site de Pont-Rémy20. À Gouy-Saint-André, 211 éléments ont été étudiés parmi lesquels quatre individus complets. Le reste du lot, fragmenté, renseigne partiellement sur la largeur et l’épaisseur des pièces. La très grande majorité des languettes provient des fourneaux (environ 90 %) et a été retrouvée en phase d’abandon, dans les niveaux charbonneux directement sur la sole.

83Les languettes sont plates avec une forme générale de « langue ». Leurs extrémités peuvent être arrondies, en arc-brisé voire en pointe. Les mesures effectuées ont donné des longueurs variables entre 10,3 cm et 11,4 cm (sur 4 éléments complets). La largeur moyenne est de 5,5 cm et l’épaisseur oscille entre 0,9 cm et 1,2 cm. Elles sont d’un façonnage rapide, mais toutefois réalisées avec soin (fig. 32). La finition des extrémités et la variation contrôlée de l’épaisseur sont observables sur un très grand nombre d’échantillons. Épaisses en son centre, elles s’affinent sur les bords. On remarque également le soin apporté aux bords réguliers des languettes. La couleur dominante des languettes est grise (indurée), résultant sûrement de nombreuses surcuissons suite à leur abandon dans le foyer.

Fig. 32 : Languette complète découverte dans le comblement du fourneau 22 (DA-CD62).

Fig. 32 : Languette complète découverte dans le comblement du fourneau 22 (DA-CD62).

84La fabrication est sûrement réalisée sur place pour répondre à des besoins immédiats d’utilisation. Aucune information concernant leur utilisation crue, sèche ou cuite n’a pu être déterminée. Si la fonction des languettes reste floue ; certaines observations peuvent alimenter la réflexion. En effet, la très grande majorité des languettes a été mise au jour dans le niveau d’abandon des fourneaux. Elles sont réparties de façon homogène sur l’ensemble du niveau des accessoires d’enfournements en place sur la sole. Par ailleurs quelques handbricks présentent des « encoches » sur leur développement. Ces marques longilignes mesurent environ un centimètre et peuvent suggérer la trace d’un bord d’une languette. Ceci relance le problème de la localisation précise de cet élément et de son intégration dans une séquence particulière de la chaîne opératoire.

85Trois handbricks (cf. type F de la planche typologique) présentent un négatif particulier sur leur partie inférieure (fig. 28). L’étude a déterminé que ces marques peuvent correspondre à des languettes. Cette observation permet de reconnaître l’emplacement, ou l’un des emplacements de la languette sur la grille. L’utilité d’une pièce intermédiaire est peut-être d’assurer un aplat nécessaire au bon positionnement de certains handbricks notamment lorsque la partie supérieure de la grille, dégradée, ne permet plus d’avoir cette pose plate requise pour la stabilité. Cette utilisation devait être occasionnelle, voire accidentelle, car observée sur très peu de pièces.

  • 21 Prilaux 2000, p. 77.

86Une autre hypothèse propose une localisation des languettes en travers des carneaux. Cette position particulière pourrait permettre une optimisation de la surface de pose pour des récipients de petites tailles et une meilleure circulation du flux thermique entre les moules. La longueur des languettes en rapport à la dimension des carneaux étaye cette hypothèse. En outre, les moules de petites tailles ne sont pas d’un poids important. Les languettes peuvent donc les soutenir, une cuisson préalable à cet usage serait dans ce cas nécessaire afin d’éviter les déformations. Gilles Prilaux fait état d’une autre hypothèse consistant en un empilement des récipients sur deux niveaux par l’intermédiaire des languettes21.

 

87Les bâtonnets

88Les bâtonnets sont des éléments de calage censés intervenir sur les moules durant la cuisson de la saumure (fig. 33). Peu d’informations ont pu être collectées dans la littérature sur leur utilisation spécifique et leur rôle dans la chaîne opératoire. Leur fonction est encore aujourd’hui soumise à de nombreuses hypothèses.

Fig. 33 : Bâtonnets découverts dans le comblement du fourneau 22 (DA-CD62).

Fig. 33 : Bâtonnets découverts dans le comblement du fourneau 22 (DA-CD62).
  • 22 Prilaux 2000, p. 51 et 75.
  • 23 Daire 1994.

89Leur présence est attestée sur de nombreux sites comme Pont-Rémy, Arry et Sorrus22, mais également sur les sites du Trégorrois bretons23. Comme l’a souligné Gilles Prilaux, les sites où ont été observés ces éléments s’échelonnent de la phase finale du second Âge du Fer à la période gallo-romaine.

90Les bâtonnets sont en grande partie issus des fourneaux ; on recense 534 éléments, dont 45 complets et 215 fragmentaires. Le NMI des bâtonnets mis au jour sur l’ensemble du site est de 136 individus. La quasi-totalité provient des fourneaux et a été retrouvée en phase d’abandon, dans les niveaux charbonneux directement sur la sole.

91Une première observation générale met en évidence la très grande disparité de formes et de tailles sans qu’il soit réellement possible de classer ces éléments par type tant leur variation est importante. Cependant deux grandes catégories se dégagent. La première rassemble tous les bâtonnets de petites tailles, d’une longueur moyenne de 6,5 cm et d’un diamètre moyen proche de 2 cm. La seconde catégorie se compose d’éléments de taille plus importante avec une longueur moyenne de 8,5 cm et un diamètre moyen équivalent à la première catégorie.

92D’un façonnage rapide, certainement exécutés sur place et selon des besoins immédiats, les bâtonnets de la première catégorie sont aisément reconnaissables aux marques digitées issues de leur fabrication par pression d’un boudin d’argile dans la paume de la main. La totalité de cette catégorie observée sur le site de Gouy-Saint-André présente ce type de marques. Leur forme est très variable et l’on observe pour partie une courbure distinctive en forme de croissant. Ces bâtonnets ont parfois des marques aplaties sur leurs extrémités et l’on observe une pression digitée sur la face opposée à cet « aplat » (bâtonnets de catégorie 1).

93La seconde catégorie est d’un façonnage plus rudimentaire : sûrement roulés entre les deux paumes de la main ou sur une surface plate, ils n’ont pas de marques aussi visibles que celles de la première catégorie, mais ont la particularité d’être parfois torsadés ou vrillés.

94Aucun dégraissant n’a pu être observé, comme pour tous les accessoires d’enfournements, l’argile semble ne pas avoir subi de préparation particulière pour son utilisation. La couleur dominante est orange, mais on retrouve également des teintes de gris (élément induré) et de beige-violet.

95Si l’utilité des bâtonnets dans la chaîne opératoire reste complexe à définir, certaines observations ont toutefois pu être effectuées. Un consensus s’est installé sur l’utilisation de ces bâtonnets comme éléments de calage, les discussions concernant l’identité exacte de ce qui est callé et sa réelle application est toujours en cours.

  • 24 Gouletquer, Daire 1994.

96L’une des premières hypothèses connues concerne l’hypothétique présence de ces bâtonnets dans la séquence technique liée au séchage des moules à sel. Les bâtonnets sont positionnés entre les moules empilés en cours de séchage, ils garantissent un écartement nécessaire afin d’éviter leur agglomération24. L’hypothèse la plus répandue fait état de leur présence comme calage durant la phase de cuisson de la saumure, les bâtonnets sont insérés entre les récipients pour les maintenir de façon plus stable. L’utilisation des bâtonnets lors de la phase de cuisson des moules est également envisageable. Le problème dans les différents cas concerne la localisation exacte des bâtonnets. Une proposition utilise les bâtonnets de catégorie 1 comme calage secondaire c’est-à-dire qu’ils servent à stabiliser les récipients plus petits sur la grille. Cette restitution prend le parti de la pose du moule sur une des croisées de la grille.

97Les observations sur les bâtonnets issus du site de Gouy-Saint-André, confirment la très grande variété de formes et de tailles reconnue sur d’autres sites. Ces variations vont dans le sens d’une conception rapide, d’une utilisation immédiate et d’un usage technique multiple.

Mise en place de la fournée

98Les récipients vides sont posés sur les handbricks principaux, puis probablement fixés avec les calages secondaires. L’objectif de cette étape est une optimisation de la fournée, c’est-à-dire mettre le maximum de récipients sur la grille. En effet, l’artisan peut jouer sur la quantité de récipients en fonction de la taille, de la forme des moules et de leur disposition sur la grille.

Chauffe d’utilisation

  • 25 Prilaux 2000, p. 79.

99La présence de vitrification sur les parties basses de la grille est un témoin bien visible de l’utilisation des fourneaux. On remarque également un niveau de concrétions, mélange d’éléments d’argile « ultravitrifiés » et fondus, relié aux niveaux d’abandon des fourneaux qui contiennent la plus grande partie des accessoires d’enfournements. Ces observations ont également été faites sur d’autres sites de sauniers25. Ce phénomène physico-chimique touche l’ensemble des fourneaux. Concernant la vitrification de la partie basse de la grille, plusieurs hypothèses sont émises. L’une d’entre elles suppose que la vitrification est issue de la première chauffe de consolidation du fourneau qui dégagerait une température exceptionnelle apte à vitrifier l’argile de la grille. L’autre, ici privilégiée, est plutôt à mettre en relation avec la séquence de la cuisson de la saumure. En effet, le procédé chimique est lié à la silice contenue dans l’argile et la saumure chargée en sodium qui agit comme un fondant c’est-à-dire qui abaisse la température de fusion de la silice. Le point de fusion de la silice passe de 1650 °C en condition normale à 600 °C en présence de sodium, température plus ou moins reconnue au niveau du foyer des fourneaux à sel.

100La question de la zone de chauffe, là où est déposé le combustible, est une des problématiques majeures de ce type de structure. En effet, les vestiges présentent souvent deux zones particulières de part et d’autre de la grille dans un rétrécissement parfois quadrangulaire (fourneaux 23, 60, 22 et 24). De nombreuses hypothèses ont été formulées par les archéologues parmi lesquelles l’identification d’une double zone de chauffe, de part et d’autre de la grille. La mise en place du combustible répond ici à un critère technique particulier. L’artisan recherche une chauffe lente, régulière et maîtrisable. L’hypothèse d’un apport de braise sous la surface de la grille comme combustible de la cuisson semble donc la plus probable et l’expérimentation archéologique va dans le même sens.

Chargement de la saumure dans les récipients chauffés

101Une fois les récipients posés et calés, leurs températures augmentent rapidement sur la grille. Il ne reste plus qu’à verser la saumure afin de démarrer l’évaporation de l’eau. Cette action est reconduite plusieurs fois (lorsque la saumure s’évapore) jusqu’à ce que la cristallisation remplisse tout ou une partie du récipient.

Régulation de la température

102La question de la régulation de la température de chauffe est un élément fondamental mis en évidence par l’archéologie expérimentale. Elle peut d’abord s’effectuer en influant sur les deux foyers situés de part et d’autre de la grille. Mais elle peut également se faire par l’intermédiaire d’un soufflet. C’est une observation effectuée dans le fourneau 60 (fig. 14, niveau 5) qui est à l’origine de cette hypothèse. Au nord de cette structure, une langue de terre cuite rubéfiée a été mise au jour, laquelle pourrait correspondre à cette zone de jonction entre l’air soufflé et le foyer. Ce type de « langue » est fréquemment rencontré dans l’artisanat du métal et correspond à la présence d’un soufflet.

Contrôle de la fournée : déchargement des récipients cristallisés et rechargement

103L’artisan décharge pendant la chauffe les récipients dont le processus d’évaporation est arrivé à terme. Il est possible qu’un rechargement en récipients soit effectué afin d’optimiser la chauffe. Celle-ci dure un certain temps et la cristallisation d’un récipient est assez rapide (données issues de l’archéologie expérimentale). L’utilisation d’outils spécifiques liés à ces manœuvres sur la grille n’a toutefois pas fait l’objet d’observations sur les sites connus.

Fin de la chauffe

104Cette séquence soulève quelques problématiques liées à la nécessité de stocks (bois, saumure, argile, récipients) et impliquerait que l’arrêt de la chauffe intervienne lorsque les quantités voulues de sel sont atteintes ou que les matières premières viennent à manquer. Les artisans récupèrent les moules et nettoient la grille des supports. Les moules sont cassés sur place et/ou sont conservés pour faciliter le transport.

Curage

105Le curage devait intervenir entre chaque fournée ou lorsque la nécessité l’emportait. L’état d’abandon des fourneaux de Gouy (cf. stratification des fourneaux 22, 23 et 24) permet d’observer un ensemble d’accessoires d’enfournements issus probablement de plusieurs fournées. Ceci laisserait donc supposer que le curage de la sole n’était pas systématiquement réalisé ou qu’il était partiel.

Réfection du fourneau

106Suite à la chauffe ou les chauffes d’utilisation, le fourneau peut présenter des signes de fragilité qui nécessitent une réfection. Ce travail a été observé sur la paroi est du fourneau 22. Un rajout de matière argileuse crue, appliquée à la main sur la paroi est clairement visible. Si la paroi a fait l’objet d’une réparation, il est probable que la grille ait été également refaite partiellement puisque son montage se fait dans la continuité de la réalisation des parois.

  • 26 Masse, Prilaux 2016.

107Cette présentation des étapes de fabrication et d’utilisation des fourneaux à sel est fondée sur les données matérielles que le temps a bien voulu nous transmettre. Si l’outil de production est analysable ; en revanche le produit fini a complètement disparu. L’expérimentation de production de pains de sel menée au parc de Samara en 2014 dans le cadre du colloque de l’AFEAF d’Amiens, a été réalisée en prenant modèle sur le fourneau 22 de Gouy-Saint-André. 250 kg de torchis ont été nécessaires et 60 m de baguette de noisetier pour l’armature. Pour les handbricks 108 pièces ont pu être positionnées, une par croisée de carneau pour un poids individuel de 400 g. Au total, c’est près de 300 kg de terre qui ont été utilisés pour la construction et le fonctionnement d’un fourneau. La production de pains de sel lors de l’expérimentation n’a pas été très concluante, notamment en raison de la qualité de la saumure, point qui nécessiterait une autre expérience mieux préparée. Cependant, selon les estimations précédentes, une production d’une centaine de kilos de pains sel est envisagée pour le fourneau 22 de Gouy-Saint-André. Une production moindre par rapport à l’évaluation de 250 kg, pour le site de Pont-Rémy. La taille de la structure d’évaporation n’est certes pas la même : la grille mesure environ 5 m² à Pont-Rémy et 2 m² pour Gouy-Saint-André26.

108Le manuel de fabrication et le mode d’emploi d’utilisation d’un fourneau de fabrication de pain sel proposés sont incomplets mais on espère qu’ils aident l’homme d’aujourd’hui à se rapprocher un peu plus des artisans gaulois.

Bibliographie

Daire 1994 : Daire M.-Y. (dir.), Le sel gaulois. Bouilleurs de sel et ateliers de briquetages armoricains à l’Âge du Fer, 1994 (Centre régional d’archéologie d’Alet).

Daire 2002 : Daire M.-Y., Ateliers de bouilleurs de sel en Trégor (Bretagne). Données récentes et inédites, dans Weller O. (éd.). Archéologie du sel : Techniques et sociétés dans la Pré et Protohistoire européenne, Marie Leidorf GmbH-Rahden/Westf, Réunion d’un colloque et d’une table ronde, 2002, p. 31-51.

Desfossés 2000 : Desfossés Y., « Sorrus La Pâture à Vache et La Bruyère », dans Desfossés Y., Archéologie préventive en vallée de Canche. Les sites protohistoriques fouillés dans le cadre de la réalisation de l’Autoroute A16, 2000 (Nord-Ouest archéologie, n° 11), p. 215-258.

Gouletquer, Daire 1994 : Gouletquer P., Daire M.-Y., « Le sel de la Préhistoire et de la Protohistoire », dans Daire M.-Y. (dir.) Le sel gaulois. Bouilleurs de sel et ateliers de briquetages armoricains à l’Âge du Fer, 1994. Centre régional d’archéologie d’Alet (éd.), p. 5-14.

Kinory 2012 : Kinory J., Salt Production, Distribution and Use in the British Iron Age, 2012 (BAR British Series 559, Oxford).

Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011 : Masse A., Tachet N., Meurisse-Fort M., « Un atelier de saunier gaulois d'arrière-pays à Gouy-Saint-André « Le Rossignol » (Pas-de-Calais) : présentation générale », Revue du Nord, 393, 2011, p. 13-36.

Masse, Prilaux 2016 : Masse A., Prilaux G., « Géographie des lieux de production de sel en Gaule Belgique à la fin du second âge du Fer et au début de la période romaine », dans Malrain F., Blancquaert G. (dir.), Évolution des sociétés gauloises du Second âge du Fer, entre mutations internes et influences externes, actes du XXXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Amiens, 2014. Amiens, p. 465-475 (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 30).

Prilaux 2000 : Prilaux G., La production du sel à l’Âge du Fer. Contribution à l’établissement d’une typologie à partir des exemples de l’autoroute A16, Montagnac, 2000 (Protohistoire européenne n° 5).

Rougier, Blancquaert 2000 : Rougier R., Blancquaert G., « Un établissement rural de La Tène D1 Rue « Le Chemin des Morts » (Somme) », Revue archéologique de Picardie, 2000, n° 3-4, p. 81-103.

Notes

1 Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011.

2 Prilaux 2000 ; Rougier, Blancquaert 2000.

3 Voici la correspondance entre les phases définies en 2011 et celle en 2012 dans le rapport final. Phase 1 et 2 inchangées, phase 4 devient phase 3, phase 5 devient phase 4 et phase 6 se transforme en phase 5.

4 Desfossés 2000, p. 234-235.

5 Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011, fig. 14.

6 Masse, Tachet, Meurisse-Fort 2011 fig. 16.

7 Docteur en physique des matériaux post-doctorant, archéomagnétisme, Département des sciences de la terre et de l’environnement, Ludwig-Maximilians Universität Munich.

8 Prilaux 2000, p. 77.

9 Prilaux 2000.

10 Prilaux 2000, p. 43.

11 Prilaux 2000, p. 77.

12 Prilaux 2000.

13 Prilaux 2000, p. 50.

14 Daire 2002, p. 45.

15 Prilaux 2000, p. 75.

16 Kinory 2012.

17 Prilaux 2000, p. 50.

18 Prilaux 2000, p. 76.

19 Prilaux 2000, p. 55 et p. 75-76.

20 Prilaux 2000, p. 51.

21 Prilaux 2000, p. 77.

22 Prilaux 2000, p. 51 et 75.

23 Daire 1994.

24 Gouletquer, Daire 1994.

25 Prilaux 2000, p. 79.

26 Masse, Prilaux 2016.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de situation du site de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais), (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 2 : Plan de l’atelier de saunier de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais) (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Fig. 3 : Phasage de l’atelier de saunier (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 4 : Coupe de la fosse 84 phase 1 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 5 : Plan de la phase 2 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 6 : Coupe de la fosse 64 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 7 : Coupe de la fosse 12 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 8 : Plan de la phase 3 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 9 : Plan et coupe du fourneau 23 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 10 : Niveau de construction du fourneau 23 avec les restes des piquets verticaux de l’armature en bois pour la construction de la grille (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 11 : Coupe de la fosse 15 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 12 : Plan de la phase 4 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 13 : Fourneau 60 et 22. Les restes des piquets verticaux de l’armature en bois de construction de la grille du fourneau 60 sont visibles (marques noires) (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Titre Fig. 14 : Coupe du fourneau 60 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Fig. 15 : Coupe de la fosse 26 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 16 : Coupe de la fosse 76 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 17 : Plan de la phase 5 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 18 : Coupe du fourneau 22 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 19 : Profil et coupe du fourneau 24 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 20 : Comblement du fourneau 24 composé de fragments de grille et mobilier d’enfournement (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 21 : Céramiques découvertes dans le fourneau 23 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 22 : Céramiques découvertes dans la fosse 26 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 23 : Synthèse des différentes formes de fourneau et leur taille (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 24 : Vue de la paroi interne du fourneau 22 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 25 : Vue de la paroi interne du fourneau 23 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 26 : Fragment d’une croisée de grille vitrifié découvert dans le fourneau 22 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 27 : Fragments de bord de moule de pain de sel (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 28 : Typologie des handbricks découverts à Gouy-Saint-André (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 29 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type B1 et D1 sur la grille (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Titre Fig. 30 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type B5 et C2 sur la grille (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 31 : Propositions d’emplacement sur la grille de fourneau des handbricks de type C2 et C3 sur la grille (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 32 : Languette complète découverte dans le comblement du fourneau 22 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 33 : Bâtonnets découverts dans le comblement du fourneau 22 (DA-CD62).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17859/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 764k

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site