Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sel et société

Avant-propos

Christine Hoët-van Cauwenberghe, Armelle Masse et Gilles Prilaux

Texte intégral

1L’archéologie du sel n’est pas un axe de recherche nouveau, mais on constate un renouvellement significatif des connaissances de cette thématique par un apport varié de données et de découvertes inédites. De ce fait, nous avons souhaité « mettre notre grain de sel » afin de participer au débat sous la forme d’un groupe de recherche mis en place en 2013 et piloté par des membres du laboratoire Halma – UMR 8164 (CNRS, MCC, Lille 3), dirigé par Didier Devauchelle, puis par Stéphane Benoist, qui nous ont apporté leur soutien actif, ce dont nous leur sommes reconnaissants. Le but poursuivi est de montrer la richesse de la réflexion sur ce sujet à partir des données récoltées dans le nord de la Gaule depuis la Protohistoire. En effet, les fouilles menées dans le Nord par Gilles Prilaux et Armelle Masse ont été les leviers permettant de rassembler des travaux similaires afin d’établir des points de comparaison sur la base d’un corpus régional, et de proposer des pistes de réflexion, notamment sur la chaîne opératoire de la fabrication du sel ignigène et sur le statut de ces lieux de production. Christine Hoët-van Cauwenberghe a apporté son expertise épigraphique et sa connaissance de la Gaule Belgique pour aborder cette thématique. Une place particulière a également été faite à l’expérimentation archéologique, sous la conduite de Gilles Prilaux, avec le concours de l’Inrap, et d’Armelle Masse avec celui du Conseil départemental du Pas-de-Calais (62).

2Par ailleurs, nous souhaitions adopter une démarche qui s’élargirait au fur et à mesure des rencontres, d’une part dans une perspective diachronique, d’autre part en croisant les approches, avec un objectif pluridisciplinaire et transversal. De ce fait, nous avons lié nos travaux à ceux de Michel Dubois, du laboratoire de Génie Civil et Géo-Environnement de l’université des Sciences Lille Nord de France (LGCgE / EA 4515, Lille 1), spécialiste de minéralogie, géochimie, ressources naturelles, matériaux, qui nous a fait le plaisir d’accepter, avec son équipe, cette collaboration tout à fait fructueuse. La participation de nos collègues spécialistes de littérature antique, Séverine Tarantino-Clément (Université de Lille, SHS – Lille 3, Halma – UMR 8164) et Anne-France Morand (Université de Laval, Canada), a été une grande joie, car elle nous a permis de percevoir la richesse de l’approche pluridisciplinaire, déjà amorcée avec le regard du géologue, des archéologues et des historiens.

3Nous avons organisé deux manifestations scientifiques, l’une le mardi 26 novembre 2013, l’autre le mardi 25 novembre 2014, à la Maison de la Recherche de l’Université de Lille, SHS – Lille 3. Lors du premier volet, de novembre 2013, qui était centré sur les « sels du Nord », les découvertes archéologiques récentes dans le nord de la Gaule ont été présentées en une série d’approches concrètes. Il s’agissait de dresser d’abord un bilan des connaissances, et ensuite de faire l’inventaire des nouvelles perspectives de la recherche sur l’archéologie du sel dans le nord de la Gaule. Ces communications concernaient essentiellement la production et les problématiques liées à la difficulté d’évaluer le fonctionnement et le rôle exact des nombreux ateliers de fabrication des pains de sel découverts sur le littoral et à l’intérieur des terres. Les objectifs de la deuxième journée, de novembre 2014, ont été d’appréhender de manière très large les usages du sel : dans la perspective d’une approche diachronique et pluridisciplinaire.

  • 1 Lemaire (dir.) 2012.
  • 2 Jacques, Prilaux 2003.
  • 3 Prilaux 2000.
  • 4 Masse et alii 2011.

4Ces regards croisés sur le sel offrent un ouvrage divisé en deux parties qui reprennent globalement les deux thématiques des deux journées d’études : « Les sels du Nord » et les « Usages du sel ». Seize communications ont été présentées, la présente publication réunit dix articles. En réalité, cette différence résulte du regroupement de certaines communications comme celles consacrées aux découvertes de Brebières dans le Pas-de-Calais. D’autres fouilles ont déjà donné lieu à des publications de synthèse auxquelles nous renvoyons volontiers et dont il faut souligner l’importance comme l’atelier de saunier de Conchil-Le-Temple (Pas-de-Calais) sous la direction de Frédéric Lemaire1, celui de Saint-Laurent-Blangy (Pas-de-Calais) grâce à Alain Jacques et Gilles Prilaux2 et celui de Pont-Rémy (Somme) par le biais de l’étude de Gilles Prilaux3. Si l’on prend ce dernier exemple, son étude a permis de déterminer que le travail du sel occupait une place prépondérante dans l’économie de cet établissement agro-pastoral gaulois, un grand fourneau produisait en un cycle, entre 250 et 350 kg de sel, conditionnés sous forme de pains compacts de 1 à 2,5 kg. En revanche, le site de Gouy-Saint-André (Pas-de-Calais)4 a été revu et les conclusions ont pu être affinées dans un article qui propose une réflexion sur le processus de construction et d’utilisation des fourneaux de sauniers.

5Porté par la volonté de traiter de façon transdisciplinaire le sujet du sel dans les sociétés, l’ouvrage commence par une approche minéralogique, géologique et physico-chimique du sel (article de Michel Dubois, Claudie Hulin, d’Arnaud Gauthier et de Sandra Ventalon). Cette introduction est essentielle pour aborder les contraintes de production du sel et comprendre les différentes méthodes et les principales phases nécessaires d’extraction du sel de ses supports naturels.

6Les traces de production de sel dans le nord de la France présentent une certaine homogénéité dans les choix technologiques, entre le second Âge du Fer et les débuts de la période romaine. En revanche, le devenir des productions fait partie des grandes questions qu’il convient d’aborder aussi. Pour qui produisaient les sauniers ? Était-ce pour leur propre consommation ou pour échanger le sel contre d’autres produits ? Ou bien encore pour en faire un véritable commerce ? Il semble que tous ces cas soient possibles, comme le montrent les trois articles réunis : celui de Sabrina Sarrazin et d’Émilie Louesdon ; celui de Laurent Duvette ; et celui d’Armelle Masse et de Nicolas Tachet. Il a été confirmé que le sel circule dans la région Hauts de France à la période gauloise. Sur des sites d’habitat sans atelier de saunier attesté, des fragments de moules caractéristiques de la production de sel sont découverts dans les structures archéologiques. La caractérisation pétrographique des moules permet même de lancer des hypothèses sur leur provenance. On se référera pour cela à l’article d’Adeline Lagneau et de Caroline Gutierrez (et de leurs collaborateurs) qui éclairent sur la nature des constituants utilisés.

7Les usages du sel sont multiples. Dans le domaine de l’alimentation, même si les données sont indirectes, le sel a largement contribué à la conservation des aliments. L’article de Claire Barat (Université de Valenciennes, Calhiste, EA 4343) permet d’apprécier un exemple en Asie Mineure antique, celui des salaisons produites au bord de la Mer Noire. Les techniques de fabrication de ces produits et leur commercialisation sont traitées avec soin, permettant une approche globale des ressources de la pêche et de leur place dans les cités de l’espace géographique considéré. Les textes nous éclairent sur sa présence dans les pratiques médicales antiques ainsi que le montre clairement l’article d’Anne-France Morand. Par ailleurs, le mot « sel » et ses dérivés s’invitent fréquemment dans les expressions courantes et ce phénomène s’observe dès l’Antiquité. Dans la vie quotidienne, la conversation ne manque pas de sel et les poètes antiques n’hésitent pas à utiliser toute la rhétorique figurée du sel dans leurs écrits, mécanisme que Séverine Tarantino-Clément s’est attachée à démontrer.

8Ensuite, nous avons également prolongé la réflexion aux périodes postérieures et les données du Moyen Âge et de la Renaissance éclairent notre connaissance des techniques de la production de sel, qui s’avèrent différentes de la période antique, ainsi que l’ont montré Étienne Louis et Sébastien Bernez. Ensuite, les villes d’Italie, et plus précisément Venise qui a bâti une partie de son immense fortune sur le commerce du sel, offrent des témoins plus larges sur l’usage des sels comme nous le fait découvrir l’article de Jean-Claude Hocquet, spécialiste reconnu de l’histoire du sel.

  • 5 Delsalle 2007.

9Si bien des usages du sel sont évoqués à travers les articles présentés ici, des études plus précises manquent. Nous pensons notamment à l’utilisation du sel dans l’artisanat pour toutes les périodes. Un autre champ n’est pas abordé dans cet ouvrage, l’utilisation du sel dans les rites religieux et les croyances populaires. Il est également difficile de percevoir, dans les sociétés anciennes, les acteurs qui exploitaient le sel, en revanche, le profil des ouvriers du sel se dessine plus facilement aux époques modernes et contemporaines. On a ainsi une belle étude sur les ouvrières de la saline de Salins5, entre Vosges et Jura pour la période allant des xve au xviiie siècles, mettant en évidence l’importance du travail féminin dans cette industrie et son originalité. Déterminer qui travaille le sel, qui s’enrichit de son exploitation et qui en organise le commerce – États, compagnies, particuliers – est une question qui n’a pas été développée ici et qui mériterait aussi une attention particulière. Autant de sujets qui sont encore à explorer pour comprendre l’implication complexe du sel dans les sociétés anciennes et contemporaines. Un développement de l’aspect pluridisciplinaire de l’enquête menée servira d’objectif à la prochaine manifestation. En effet, le colloque « sel et société », organisé par le laboratoire Halma – UMR 8164, les 23 et 24 novembre 2017 à l’Université de Lille, SHS – Lille 3, s’inscrit comme une nouvelle étape de l’atelier « sel » et devra prendre en compte, au moins en partie, ces questions restées en suspens pour tenter d’y apporter un certain nombre de réponses.

Remerciements

10Les organisateurs de ces rencontres et les éditeurs scientifiques souhaitent remercier tous ceux qui ont œuvré à la bonne marche de ces journées d’études et de leur édition. Nous remercions vivement les membres du comité scientifique qui s’est constitué associant plus étroitement les Universités de Lille 1 et de Lille 3, ainsi que l’Université de Laval au Canada. Nous remercions les organismes qui ont participé au financement, tout particulièrement le centre de recherches Halma UMR 8164 de l’Université SHS de Lille 3, et ses directeurs successifs, Didier Devauchelle et Stéphane Benoist, qui nous ont soutenus activement tout au long de cette entreprise scientifique. Nous remercions tout aussi chaleureusement les Presses du Septentrion, et sa directrice Marie-Laure Legay, qui nous ont fait confiance et ont accueilli ce volume dans leurs collections. Nous remercions Christine Aubry, ingénieur d’études, qui a participé à l’organisation matérielle de ces journées. Nous sommes reconnaissants à Estelle Belay, Inrap, pour son aide lors de la préparation du manuscrit. Nous remercions également les collègues qui ont apporté leur contribution avec zèle et efficacité et tous ceux qui ont soutenu ce travail de collaboration scientifique permettant un véritable regard croisé sur ce thème plein de sel.

Notes

1 Lemaire (dir.) 2012.

2 Jacques, Prilaux 2003.

3 Prilaux 2000.

4 Masse et alii 2011.

5 Delsalle 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site