Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Bio-bibliographies des contributeurs

Texte intégral

Sabine Armani

1Sabine Armani est agrégée d’histoire, ancien membre de la Casa de Velázquez (Madrid) et maître de conférences en histoire romaine à l’Université Paris 13. Elle collabore à L’Année épigraphique et est spécialiste de la parenté ainsi que de la péninsule Ibérique à l’époque romaine, domaines auxquels elle a consacré de nombreuses études parmi lesquelles « Relations familiales, relations sociales dans une inscription d’Oliva (HEp, 5, 809) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39 (1), 2009 ; « Nieces and nephews : An Epigraphic Approach », dans M. Harlow, L. Larsson Lowén (dir.), Families in the Roman and Late Antique World, Londres, Continuum, 2012 ou encore « Vbi tu Gaius, ego ibi Gaia. Enjeux historiographiques du mariage romain », Anabases, 22, 2015.

Giulia Masci

2Giulia Masci est « Project Manager » au Natural History Museum de Londres et de la fouille de la villa romaine de Vacone (Rieti, Italie) au sein de The Upper Sabina Tiberina Project coordonné par l’Université Rutgers (New Jersey). Elle a été assistante d’enseignement d’histoire romaine et d’épigraphie latine à l’Université de Turin. Parallèlement, elle a collaboré à de nombreux programmes européens de numérisation d’inscriptions en Italie, Allemagne et Grande-Bretagne. Elle est en particulier l’auteur de : « La fondazione di Augusta Taurinorum : nuovi spunti di riflessione », Historiká II, 2012, p. 63-78 ; « Pensare alla conservazione e all’ordinamento degli antichi monumenti. Ariodante Fabretti e l’organizzazione del Museo di Antichità ed Egizio di Torino », Studi Piemontesi, XLIII-1, 2015, p. 99-104 ; « La biblioteca perduta di Theodor Mommsen » (avec S. Giorcelli Bersani), dans A. Balbo et S. Romani, Piemonte Antico. L’antichità classica, le élites, la società fra Ottocento e Novecento, Alexandrie, 2015, p. 105-127.

Stanis Perez

3Stanis Perez, professeur agrégé et docteur habilité à diriger des recherches, coordonnateur du thème « Corps et politique », de l’axe « Santé, société », à la MSH Paris-Nord, est aussi chercheur associé au laboratoire Pléiade, Université Paris 13 (EA 7338). Membre de la Société internationale d’histoire de la médecine, spécialiste du Grand Siècle (histoire du corps, de la santé, des représentations et des pratiques politiques, biohistoire du personnel politique, biohistoire médicale), il a notamment publié Journal de santé de Louis XIV (Grenoble, Millon, 2004), La Mort des rois, (Grenoble, Millon, 2006) et La Santé de Louis XIV. Une biohistoire du roi-Soleil (Seyssel, Champ Vallon, 2007). Ses recherches actuelles portent sur les liens entre corps et politique et sur la relation entre médecins et pouvoirs dans la France moderne (Histoire des médecins. Artisans et artistes de la santé de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 2015 ; La Santé des dirigeants français de François Ier à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2016).

Anne Sophie Pimpaud

4Anne-Sophie Pimpaud est docteur en médecine, titulaire d’un master 2 d’histoire moderne à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). Elle poursuit actuellement un doctorat (EPHE/équipe SAPRAT) sur l’anatomie pathologique en Europe aux XVIe et XVIIe siècle, sous la direction du Pr. Joël Coste. Elle est l’auteur de La Pitié-Salpêtrière, avec Gilles-Antoine Langlois, Paris, AP-HP, Somogy, 2012 ; « Polémiquer par les livres au milieu du XVIIe siècle : la Faculté et l’antimoine », Mise en forme des savoirs à la Renaissance, dir. Isabelle Pantin, Gérald Péoux, Paris, A. Colin, 2013 ; « L’interaction des maladies à l’échelle de l’individu : le concept de comorbidité », dans Le concept de pathocénose de M. D. Grmek, une conceptualisation novatrice de l’histoire des maladies, dir. Joël Coste, Bernardino Fantini et Louise L. Lambrichs, École Pratique des Hautes Études, Droz, 2016.

Élisabeth Belmas

5Élisabeth Belmas est professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 13, membre du laboratoire IRIS (UMR 8156-U997) et coordinatrice du thème « Construction et diffusion des savoirs médicaux », de l’axe « Santé, société », à la MSH Paris-Nord. Elle est secrétaire générale du GIS « Jeu et sociétés ». Ses recherches portent sur l’histoire du jeu dans la société française moderne (« Les “Amusements des Eaux” dans la littérature thermale du XVIIIe siècle », dans J. Scheid, M. Nicoud, D. Boisseuil et J. Coste (dir.), Le thermalisme. Approches historiques et archéologiques d’un phénomène culturel et médical, Paris, CNRS Éditions, 2015) et sur l’histoire de la santé et des maladies (« La santé des artisans au XVIIIe siècle : les maladies des broyeurs de couleurs d’après le manuscrit Amoreux (BIU de Montpellier) », dans E. Belmas, S. Nonnis-Vigilante (dir.), Pour une histoire de la santé des classes populaires en France, en Flandre, en Italie et en Suisse, XVIIIe-XIXe siècles, novembre 2011, Saint-Denis La Plaine, France 2015, Hal-01115985). Elle a notamment dirigé avec S. Nonnis-Vigilante Les relations médecin-malade. Des temps modernes à l’époque contemporaine, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013.

Joël Coste

6Joël Coste est professeur des universités-praticien hospitalier de santé publique à l’Université Paris Descartes et directeur d’études d’histoire de la médecine à l’École Pratique des Hautes Études (Section des Sciences Historiques et Philologiques). Ses travaux historiques portent sur l’histoire des maladies, des malades et des praticiens à l’époque moderne. Il a notamment publié La littérature des erreurs populaires, une ethnographie médicale à l’époque moderne, Paris, Champion, 2002, Représentations et comportements en temps d’épidémie dans la littérature imprimée de peste (1490-1725) : contribution à l’histoire culturelle de la peste en France à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion, 2007 et Les écrits de la souffrance : la consultation médicale en France, 1550-1825, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2014.

Diego Carnevale

7Diego Carnevale est docteur en histoire moderne des universités d’Aix-Marseille et Naples. Ses champs de recherche concernent les services publics et l’administration des ressources collectives dans les villes européennes pendant l’Ancien Régime. Il a exploré l’organisation des services funéraires à Naples entre XVIIe et XIXe siècle. Il travaille aussi sur le statut de l’étranger à l’époque moderne, focalisant l’attention sur la catégorisation institutionnelle des étrangers et leur accès aux ressources des sociétés d’accueil. Il est notamment l’auteur de L’affare dei morti. Mercato funerario, politica e gestione della sepoltura a Napoli (secoli XVII-XIX) (Rome, Collection de l’École française de Rome, 2014) ; « Storia di un mestiere qualunque. L’arte dei beccamorti a Napoli in età moderna », (Quaderni storici, 141, 2012, 3, p. 825-856) et « Dynamiques du marché funéraire dans la ville de Naples entre l’âge napoléonien et la Restauration. La naissance d’un service public » (Histoire & Mesure, XXVII, 2012, 1, p. 29-58).

Juliette Vion-Dury

8Juliette Vion-Dury est professeure et vice-présidente grands campus de l’Université Paris 13. Elle travaille sur les relations entre littérature, psychanalyse et psychiatrie, sur les relations entre littérature et jeu, sur la francophonie littéraire, ainsi que sur la créativité, dans une perspective comparatiste.

9Membre du GIS « Jeu et sociétés », elle est l’auteur d’articles dont « Jeu, liberté et création dans Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig et Le Joueur de F. M. Dostoïevski », ainsi que de neuf ouvrages dont Le Dictionnaire des mythes du fantastique (en co-direction avec Pierre Brunel) et Le Retour ; Au Principe de la création littéraire.

Vincent Gourdon

10Vincent Gourdon est directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (UMR 8596, Centre Roland Mousnier, Paris). Historien démographe et spécialiste d’histoire de la famille en France et en Italie à l’époque moderne et contemporaine, il étudie en particulier la grand-parentalité et la vieillesse en France, les pratiques de parrainage et de baptême en Europe, la mobilisation symbolique et pratique de la parenté dans les sociétés anciennes, enfin la prise en charge des fœtus et mort-nés au XIXe siècle à Paris. Il est actuellement rédacteur en chef de la revue Annales de Démographie Historique.

Catherine Rollet

11Catherine Rollet (1942-2016) était historienne démographe, professeur émérite à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Laboratoire Printemps). Ses travaux portaient notamment sur la politique de la petite enfance en France aux XIXe et XXe siècles (La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République, Paris, 1990), la lutte contre la mortalité infantile (Les carnets de santé des enfants, Paris, 2008), enfin la construction sociale de l’enfance à l’époque contemporaine (Les enfants au XIXe siècle, Paris, 2001). Elle co-organisait le séminaire « Regards croisés sur la petite enfance » à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Nathalie Sage-Pranchère

12Nathalie Sage Pranchère est historienne et chercheuse associée au Centre Roland-Mousnier (UMR 8596). Archiviste-paléographe, docteure et agrégée d’histoire, ses travaux portent sur l’histoire des professions médicales en France à l’époque contemporaine. Elle a étudié ainsi le processus de professionnalisation des sages-femmes au XIXe siècle (L’école des sages-femmes. Naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, 2017). Elle s’intéresse aussi à l’histoire de l’exercice de la médecine par les praticiens étrangers en France, à celle de l’exercice illégal de l’obstétrique et à l’histoire de la périnatalité (réanimation des nouveau-nés, prise en charge des fœtus et mort-nés à Paris au XIXe siècle).

Jacqueline Lalouette

13Jacqueline Lalouette est professeur émérite à l’Université de Lille 3 et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Parmi ses ouvrages, figurent La Libre Pensée en France. 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997 et Jean Jaurès. L’assassinat, la gloire et le souvenir, Paris, Perrin, 2014. Elle a publié plusieurs articles relatifs à la mort (« Les enterrements civils dans les premières décennies de la Troisième République », Ethnologie française, nouvelle série, t. 13, n° 2, avril-juin 1983, p. 111-128 ; « Les lois de 1881 et 1884 et la neutralité des cimetières, les carrés militaires des cimetières communaux », « le récent succès de la crémation », « Tombeaux de libres penseurs », Cimetières et tombeaux. Patrimoine funéraire français, sous la direction de Régis Bertrand et Guénola Groud, Paris, éditions du Patrimoine, 2016).

Nancy Gonzalez Salazar

14Doctorante en Histoire et civilisations à l’EHESS/Ined sous la direction de Nancy L. Green, son sujet de thèse porte sur la circulation des savoirs, des pratiques et des techniques médicaux entre la France et le Rio de la Plata (Argentine – Uruguay) au XIXe siècle. Chercheur associé au Laboratoire Pléiade (Université Paris 13) et membre de la Canadian Society for the History of Médecine, elle s’intéresse à l’histoire des maladies, particulièrement à la production des connaissances dans le domaine des pathologies exotiques, mais aussi à l’histoire des techniques et des instruments médicaux et aux enjeux liés à leur adaptation dans des sociétés extra-européennes au XIXe siècle.

Gaëlle Clavandier

15Gaëlle Clavandier est sociologue et anthropologue, maître de conférences à l’Université de Lyon, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283). Ses travaux portent sur les évolutions du rapport à la mort dans la société contemporaine, avec des objets de recherches variés, tels les catastrophes de grande envergure, la crémation, les décès périnataux. Elle étudie le « fait mortuaire » en s’attachant tout particulièrement à décrire les pratiques et à questionner leur caractère émergent. Ses recherches les plus récentes sont centrées sur le devenir des corps et des restes, ainsi que sur leurs trajectoires. Elle a notamment publié, Sociologie de la mort, vivre et mourir dans la société contemporaine, Paris, Armand Colin, 2009.

Bruno Bertherat

16Bruno Bertherat est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Il travaille sur l’histoire de l’identification, de la médecine légale et du crime, sur l’histoire du cadavre et de ses représentations, notamment les pratiques funéraires, et prépare un ouvrage sur la Morgue à Paris au XIXe siècle. Il est l’auteur de « Le miasme sans la jonquille : l’odeur du cadavre à la Morgue à Paris au XIXe siècle », dans Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005 ; avec Christian Chevandier et une postface de Pascal Ory, Paris dernier voyage : histoire des pompes funèbres (XIXe-XXe siècles), Paris, La Découverte, 2008 ; « Liberté, égalité, identité : l’identification républicaine en question », dans Marion Fontaine, Frédéric Monier et Christophe Prochasson (dir.), Une Contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres, 2013. Il a dirigé Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, coll. En-jeux, 2015 ; avec Jonathan Barbier, « La République et ses masques. Culte du grand homme et culture matérielle (de la Ire à la Ve République) », Cahiers Jaurès, n° 219-220, janvier-juin 2016.

Isabelle Renaudet

17Isabelle Renaudet est professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille. En tant que membre de l’UMR Telemme-CNRS, elle coordonne un groupe de recherche, « Le Corps : Expériences, Identités, Culture du Moyen Âge à nos jours ». Sa recherche se rattache principalement à une histoire de la santé et du corps dans l’Espagne des XIXe et XXe siècles. Dans le domaine de la mort, ses publications ont abordé la question du corps absent, le rapport entre corps et politique, la naissance et la gestion du cimetière contemporain, les usages de la photographie post-mortem.

Judith Wolf

18Judith Wolf est docteur en anthropologie. Elle travaille sur les transformations des pratiques professionnelles de prise en charge de la fin de vie et de la mort. Elle a notamment publié : « La fabrique sociale de la fin de vie », Pratiques, Les cahiers de la médecine utopique, n° 66, juillet 2014, p. 20-24 ; « Du silence des corps aux méandres des mots : une incursion ethnographique en chambre mortuaire », Socio-anthropologie, juin, n° 27, 2013, p. 85-98 ; « Le travail en chambre mortuaire : invisibilité et gestion en huis clos », Sociologie du travail, 54 (2), 2012, p. 157-177 ; « De la négation à la valorisation : quelques enjeux de la prise en charge des émotions en chambre mortuaire », dans F. Fernandez, S. Lézé et H. Marche (dir.), Le langage social des émotions. Études sur les rapports au corps et à la santé, Paris, Éditions Anthropos-Economica, 2008, p. 188-235 ; « Les émotions dans le travail en milieu mortuaire : obstacle ou privilège ? », Face à face. Regards sur la santé, n° 8, 2006, p. 58-64.

Serenella Nonnis-Vigilante

19Serenella Nonnis-Vigilante est chercheur associé au laboratoire Pléiade (EA 7338), Université Paris 13, enseignante honoraire à l’EHESS dans le Master 2 européen « Santé, Population, Politiques sociales » et à l’École doctorale « Beni Culturali » du Politecnico de Turin. Depuis une vingtaine d’années, elle mène une recherche comparative entre la France et l’Italie sur les constructions des politiques d’hygiène et de santé, les politiques mortuaires, le traitement du corps malade et du corps mort, les rapports médecin-malade, l’humanisation de l’hôpital aux XIXe et XXe siècles. Elle a publié en langue française, italienne et/ou anglaise de nombreux articles (« La réinvention de l’hygiène », dans G. Vigarello et D. Sicard (dir.), Aux origines de la médecine, Paris, Fayard, 2011), des politiques funéraires (« Les soignants face aux politiques d’humanisation de la mort à l’hôpital, France XIXe-XXe siècle », dans F. Chepens (éd.), Les Soignants et la Mort, Toulouse, Éditions Érès, 2013), de l’histoire de l’hôpital, des rapports pouvoir central-pouvoir local et des rapports médecin-malade (« Les sources de la plainte pour une histoire des rapports médecins-malades. France XIXe-XXe siècles », dans E. Belmas et S. Nonnis-Vigilante (dir.), La Santé des populations civiles et militaires. Nouvelles approches et nouvelles sources hospitalières. XVIIe-XVIIIe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010).

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site