Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

« Pompes et circonstances » : l’orchestration de la mort (XIXe-XXIe siècle)

Quel avenir pour le corps mort ?

Serenella Nonnis Vigilante

Résumé

Les études thanatologiques des dernières décennies montrent que, dans les pays de l’Europe nord-occidentale, l’histoire des politiques mortuaires à l’époque contemporaine est l’histoire de la pérégrination du corps mort d’un espace à l’autre. La fosse collective du cimetière paroissial jusqu’à la fin du XVIIIe siècle ; la tombe individuelle pour tous du cimetière communal laïc et public, à partir du Décret de Prairial an XII (1804) ; l’urne après la pratique de la crémation des cadavres dans les années 1880 ; la dispersion des cendres dans le néant, autorisée par le législateur de la seconde moitié du XXe siècle, sont les lieux réservés au corps des morts. Ce qui progressivement a engendré l’exigence de la réorganisation de l’adieu au défunt (à savoir le rite funèbre), ainsi qu’une nouvelle élaboration de sa mémoire. De nos jours, un riche éventail des modes de destination du corps mort ainsi que les multiples possibilités d’orchestration de l’adieu au défunt (organisé par les familles ou par l’individu lui-même de son vivant) se présentent sur le devant de la scène. Les individus hésitent entre la tentation du néant et le désir de laisser des traces, poursuivant, comme le disait Norbert Elias, « le fantasme de l’immortalité ». Inhumation, crémation, cendres conservées, cendres dispersées, toutefois malgré cette orchestration minutieuse de l’après mort, l’individu ne saura jamais quelle mémoire on conservera de lui, car en fin de compte, la mémoire des défunts est confiée à la générosité de ceux qui restent, sans assurance pour l’éternité.

What Future for the Dead Body?
Contemporary Thanatological Studies show that in North-Western European countries the history of mortuary policies is mainly the history of dead body peregrination from one space to the other.
Collective grave of parish cemetery up to the end of eighteenth century; individual grave for everybody in public cemetery from the Decree of Prairial in XII (1804); urn after corpse cremation in 1880s and then ashes dispersion, authorized by the Law from the second half of 20th century, are nothing but the places meant to be reserved to dead corpses. Such a constant change progressively required to reorganize farewell to deceased (ie the funeral rite), as well as new elaborations of their memories. Nowadays a rich range of modes of destination of dead bodies, as well as many possibilities of orchestration of the farewell to deceased (organized by families or by individuals themselves during their lifetime) appear on the stage. People hesitate between longing for void and desire to leave traces, following, as Norbert Elias said, “the phantom of immortality”; but even if you meticulously orchestrate your “After death” with inhumation, cremation, preserved ashes or scattered ashes, still you will never know what memory of you will be retained: in the end, the memory of the dead people is up to the generosity of those who remain, without any assurance of eternity for anybody.

Texte intégral

Les cendres entre conservation et dispersion

  • 1 Le thème des politiques mortuaires à l’époque contemporaine, notamment celui de la crémation avec s (...)

1Les études thanatologiques des dernières décennies ont largement montré que l’histoire des politiques mortuaires à l’époque contemporaine dans les pays de l’Europe Nord-Occidentale (comme la France et l’Italie par exemple) est l’histoire de la pérégrination du corps mort d’un espace à l’autre. La fosse collective du cimetière paroissial jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, destinée à la majorité des individus (voire les classes populaires) ; la tombe individuelle pour tous du cimetière communal laïc et public à partir du Décret de Prairial an XII (1804) ; l’urne après la pratique de la crémation des cadavres dans les années 1880 ; la dispersion des cendres dans le néant autorisée par le législateur de la seconde moitié du XXe siècle sont les lieux réservés au corps des morts. Ce qui progressivement a engendré l’exigence de la réorganisation de l’adieu au défunt (à savoir le rite funèbre), ainsi qu’une nouvelle élaboration de sa mémoire1.

2De nos jours, notamment dans le cas de la crémation, un riche éventail des modes de destination du corps incinéré, ainsi que les multiples possibilités d’orchestration de l’adieu au défunt (organisé par les familles ou par l’individu lui-même de son vivant) se présentent sur le devant de la scène. Ce phénomène de société nous suggère que l’imagination de ceux qui partent et de ceux qui restent semble être inépuisable. Ainsi, la conservation des cendres dans l’urne, la dispersion dans le jardin de la mémoire des cimetières, dans la mer, au sommet d’une montagne, dans un bois et encore le partage de ces cendres parmi les familiers et les amis, leur transformation en bijoux… sont des choix qui ne sont pas tout à fait anodins sur le plan de la perception du corps après la mort : les pour et les contre qu’ils provoquent méritent quelque réflexion.

Conservation ou dispersion des cendres

  • 2 P. Mantegazza, « La cremazione », Nuova antologia, n° 27, 1874, p. 33.

Je voudrais voir les urnes domestiques après cinquante ans ; je voudrais voir les urnes passer de maison en maison pendant les déménagements continus auxquels nous oblige notre vie ; je voudrais voir les cendres de nos aïeuls renversées par terre dans nos maisons si pauvres d’espaces ; je voudrais voir les urnes des pères mises à côté des berceaux des enfants. Le législateur aura une grande gêne lorsqu’il donnera l’autorisation à tous de conserver dans les maisons les cendres. Les riches comme les pauvres porteront sous le toit domestique un cimetière qui incontestablement subira l’outrage des petits-fils et des arrières petits-fils, qui enverront au columbarium de la ville les cendres importunes qui auraient dû être gardées éternellement2.

3La réflexion exprimée en 1874 par le médecin italien Paolo Mantegazza devance les événements à son insu. C’est le présage rationnel et désenchanté d’un savant positiviste et anti crématiste, qui voit les cendres des défunts destinées à vagabonder d’un lieu à l’autre, ou encore pire devenir des objets oubliés ou fastidieux pour les vivants. Le même souci circule en 1882 parmi les participants du quatrième Congrès d’Hygiène et de Démographie de Genève. Pendant les travaux consacrés à la pratique de la crémation, le médecin De Cristoforis (promoteur de la Société de Crémation de Milan) manifeste des doutes à propos du respect que les familles devraient porter aux cendres éventuellement conservées dans le foyer domestique.

  • 3 M. Decristoforis, « De la crémation », dans Quatrième Congrès International d’Hygiène et de Démogra (...)

Admettant le système de la crémation, dit-il, si l’on concède que les cendres peuvent être enlevées du cimetière où elles ont une garantie et une garde perpétuelles, pour être transportées dans les maisons privées, personne ne peut dire ce que deviendront avec le temps ces restes humains. Si l’on peut croire qu’ils sont fidèlement et religieusement conservés tant qui vivent ceux qui eurent de l’affection pour la personne dont restent les cendres, on peut aisément supposer que les successeurs trouveront incommode ce dépôt, lequel sera peut-être dispersé ou oublié avec les choses inutiles de la maison3.

4Ces scientifiques du XIXe siècle n’auraient jamais imaginé qu’un siècle et demi plus tard leurs prophéties se réaliseraient. En France (où l’appropriation privative des cendres est autorisée en 1976, ce qui a constitué une exception française parmi les autres pays d’Europe), les « dérives choquantes » prises par les familles vis-à-vis des cendres de leurs défunts provoquèrent en 2004 une réaction alarmée du législateur.

5Rappelons que jusque-là la crémation avait joui d’un régime libéral en regard de la réglementation très stricte s’appliquant à l’inhumation. Les cendres pouvaient être dispersées dans un emplacement prévu à cet effet, dans un jardin du souvenir, dans l’enceinte du crématorium, dans le cimetière communal, dans une propriété privée, dans la mer ou un cours d’eau, dans la nature (à l’exception de la voie publique). Elles pouvaient être placées dans une sépulture de famille, scellées dans un monument, dans le columbarium d’un cimetière communal, ou bien encore être gardées par les proches, sous réserve de la possession d’un certificat de crémation remis à la famille ; ces multiples choix avaient engendré la prolifération de sites funéraires privés. Ceci dit, il faut remarquer qu’aucune disposition législative n’établissait des règles de respect des restes humains recueillis dans l’urne funéraire.

6La dénonciation qui émerge dans le Projet de Réforme de la législation funéraire 2005-2006 montre que les cendres étaient jusqu’alors considérées « comme un bien mobilier », comme si les proches avaient eu « à partager un fauteuil, une chaise ». Des urnes avaient été retrouvées aux « objets trouvés », dans des décharges publiques, « oubliées » chez les opérateurs funéraires ou dans les columbariums, ou encore sur la plage ; sans parler du mélange des cendres avec celles d’un animal familier, de la confection de bijoux synthétiques, d’œuvres d’art réalisées à partir du mélange des cendres à d’autres matières ou à la peinture ; il n’était pas impossible de voir des urnes mises en vente et tomber dans le commerce, comme le furent autrefois les reliques. Il n’était pas rare aussi que l’urne reste en dépôt au crématorium, dans l’attente d’une décision que nul n’osait prendre. À l’inverse, il arrivait que les membres d’une même famille se déchirent pour désigner le dépositaire de l’urne et exposent leur différend sur la place publique en saisissant le juge. Ainsi, pour rétablir la concorde, ce dernier avait admis le partage des cendres, faute de législation à ce sujet. Dans ce cas, l’attachement aux cendres a parfois entraîné des conséquences extrêmement douloureuses pour certains proches. C’est pourquoi on assistait à une multiplication des contentieux. Certains parents se disputaient l’urne cinéraire d’un enfant et le tribunal en arrivait à ordonner le partage des cendres.

7Lors de la discussion du projet de la réforme évoquée, la Commission sénatoriale avait entendu des psychologues et des psychiatres, lesquels avaient déploré que parfois, en croyant bien faire, des parents demandaient au petit frère ou à la petite sœur d’aller embrasser, le matin et le soir, l’urne contenant les cendres du grand frère ou de la grande sœur, avec toutes les conséquences psychiques que l’on peut imaginer Dans cette affaire, le législateur avait assumé sa part de responsabilité, en ayant conscience que seule l’urne cinéraire faisait l’objet d’un statut esquissé par la jurisprudence. L’absence d’assimilation des cendres aux éléments ou aux produits du corps humain lui avait paru inadmissible, les cendres n’étant pas des choses ordinaires.

  • 4 Pour l’analyse du Projet de Réforme de la législation funéraire (2005-2006) je renvoi à mon article (...)

8Ceci étant, le projet de réforme visait à mettre fin aux dérives entraînées par l’appropriation privée des urnes recueillant les cendres, à stopper la prolifération des sites où celles-ci étaient dispersées et à revenir à la conception qui présidait au XIXe siècle à l’instauration de cimetières laïques et républicains, désignés comme les lieux les mieux adaptés pour créer des jardins de la mémoire, pour déposer les urnes ou disperser les cendres, ainsi que pour honorer la mémoire du défunt. Le but déclaré était « d’encadrer la liberté » dans la pratique de la crémation, vu que le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Si la dépouille mortelle inhumée dans un cimetière avait une protection, tant civile que pénale, les cendres auraient dû être classées parmi les éléments du corps humain ou ses produits. Elles ne devaient pas faire l’objet d’un partage, être mélangées avec celles d’autres êtres humains ou même d’un animal domestique. En somme le législateur prenait conscience qu’il appartenait à l’État de poser les règles permettant d’assurer la « dignité », la « décence » et le « respect » au défunt dont le corps était réduit en cendres, en d’autres termes de donner un statut légal aux cendres et de fixer un lieu tangible où déposer l’urne4.

9Aujourd’hui, toujours en France, le régime de la destination des cendres est fixé par le décret du 13 mars 2007, qui ne restreint pas les possibilités de leur destination, mais ordonne toutefois que dans certains cas la volonté exprimée par le défunt est nécessaire. Il s’agit de la dispersion en pleine nature, qui reste possible en dehors des voies publiques. Autre option donnée par la loi : si le défunt le souhaite de son vivant, les descendants peuvent conserver l’urne chez eux ou l’inhumer. Remarquons que tous ces cas de figure sont envisageables à la condition d’avoir fait l’objet d’une déclaration auprès du maire de la commune où l’urne est conservée et les cendres dispersées. En l’absence de volonté manifestée par le défunt, le cimetière est le seul lieu de la destination des cendres. En somme, dans l’avenir on ne devrait plus trouver des urnes dans des endroits inappropriés.

10Même en Italie (pour rester à l’exemple des deux Pays), depuis 2001 le législateur autorise la dispersion des cendres à l’issue de la réclamation pressante de la société, notamment du Centre-Nord du Pays. La possibilité donnée par le Règlement de la République en 1990 de créer une sorte de puits, où on aurait pu entasser les urnes fermées, avait été fermement refusée. Actuellement, les cendres peuvent être dispersées même en dehors du jardin de souvenir des cimetières et sur la base d’une volonté clairement exprimé par le défunt (ce qui exonère de toute responsabilité éthique les familles), dans la montagne (à 200 mètres des centres habités) ; dans la mer (à 500 miles des côtes) ; dans les fleuves, dans les parties où il n’y a pas d’habitations ; à l’intérieur des propriétés privées avec le consentement du propriétaire. Soulignons qu’obliger les individus à laisser des traces dans les cas de dispersion, avec une déclaration obligatoire de l’identité du défunt, de la date et du lieu de dispersion, constitue un point important pour le législateur italien, qui propose un dispositif d’inscription même dans le cas de la dispersion dans un jardin du souvenir. Remarquons encore que le geste de dispersion peut être accompli par le conjoint, par un familier ayant droit ou bien par un représentant légal du défunt, éventuellement appartenant à la Société de Crémation. En conclusion, dans la péninsule, au cœur de la législation, il y a le respect de la volonté et de la dignité de la mémoire de l’individu.

Le riche éventail des adieux

  • 5 Cf. M. Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la sur-modernité, Seuil, Paris, 1992.

11Nous l’avons vu, la dispersion des cendres dans le néant se fait pour respecter la volonté du défunt. Ce « non-lieu » dépourvu de lien sur le plan anthropologique, selon l’expression de Marc Augé, n’intègre en soi aucun « lieu du passé » : il est une expression claire de notre postmodernité5. Il répond aux croyances personnelles de l’individu, à sa propre vision du monde, à la perception de soi et de son corps après la mort. Ainsi, la demande de dispersion dans la nature, le retour aux éléments primordiaux de celle-ci semble révéler une vision romantique de la mort qui permet d’adoucir l’angoisse et le mystère qu’elle représente. Cette pratique s’éloigne de la tradition et du conformisme. La volonté d’être dispersé là où ceux qui restent peuvent retrouver le souvenir d’espaces partagés permet éventuellement d’amoindrir les émotions de la disparition du proche.

  • 6 S. Rubini, « Dispersione delle ceneri : elementi per una riflessione », Confini, a.XII, n° 2, 2006, (...)

12Le droit au vagabondage après la mort engendre parfois l’opposition des familiers à la volonté du défunt, en mettant les sociétés de crémation dans la délicate condition des notaires, afin de faire respecter la volonté exprimée par leur membre. Selon la sociologue Sara Rubini, ce désaccord post portem des familles vis-à-vis de la décision de leur défunt, montre que dans notre société la peur et la gêne de parler de la mort, la sienne et celle d’autrui, demeurent6.

13Certes, malgré les efforts de comprendre et respecter, le choix de ne pas laisser des traces après la mort provoque un sentiment de dématérialisation douloureux chez ceux qui restent. L’absence de lieu où revenir pour exercer la pratique de la mémoire, ne simplifie pas le parcours d’élaboration du deuil. Si le souvenir des morts est dans le cœur des vivants, il faut reconnaître en même temps que le deuil et la mémoire nécessitent des traces accessibles.

  • 7 L. V. Thomas, « Du déni à l’esquive : les nouveau discours convenus sur la mort », Bulletin de la S (...)

14À ce sujet, l’anthropologue Louis Vincent Thomas pense que la dispersion des cendres engendre un vide dans l’inconscient de ceux qui restent. Ce vide doit être comblé par l’invention d’un rite funèbre nouveau, apaisant, car seul un rite adapté permet la maîtrise du cadavre. Le travail de l’imaginaire parvient à compenser l’élimination de la pourriture, en comblant la brèche de la séparation7.

15Les sociétés de crémation, en France comme en Italie, ont désormais pris conscience de ce besoin de re-ritualisation ; elles ont compris que « laïciser » la mort ne signifie pas abandonner tout ritualisme. C’est pourquoi elles ont donné le départ à un travail de recherche et d’expérimentation, visant à offrir la possibilité d’organiser une cérémonie funéraire personnalisée, très semblable à celle qui se célèbre dans les Pays du nord de l’Europe, où la crémation est la pratique de sépulture la plus diffusée.

  • 8 « Feste, nozze e funerali ecco i celebranti laici », Il Venerdi di Repubblica, 22 maggio 215.

16Le rite laïc d’adieu, qui émerge actuellement dans les grands centres urbains français et italiens, s’adapte à la multi-ethnie de la société contemporaine, dans le respect des différentes croyances religieuses ou de la laïcité de chacun. Un maître de cérémonie est chargé d’entrer en contact avec les familles dans les jours qui précèdent l’enterrement, d’écouter leurs souhaits concernant la cérémonie funèbre et de les aider pour la réaliser. Ce rite, qui utilise la musique, la littérature et la poésie, appelle les proches et les amis du défunt à une participation active, il met en valeur l’héritage d’enseignement et d’affection que celui-ci laisse derrière lui. Musique et paroles sont choisies préalablement du vivant du défunt, s’il le souhaite : il s’agit d’une sorte de testament spirituel, que les sociétés de crémation s’engagent moralement à faire respecter. Il s’agit donc d’un rite qui place la subjectivité comme valeur suprême. Très récemment, en Italie, se sont créées d’autres associations, comme l’Association passages ou l’Union des athées et agnostiques rationalistes, qui proposent un choix de cérémonies, très diffusées dans le monde anglo-saxon8.

  • 9 V. Jankelevitch, La mort, Paris, Champs Essai, p. 225.

17Face à ce riche éventail des adieux, l’historien ne s’autorise pas à proférer de jugement, toutefois il peut partager la pensée du philosophe Vladimir Jankelevitc : « Les rites et les symboles compliqués qui prolifèrent démesurément après l’exhalation du dernier soupir, prouvent avant tout notre misérable impuissance : les survivants ne savent que faire ni à quoi s’occuper, non, il ne sera pas dit qu’on reste là, qu’à la dernière expiration de la dernière respiration succède décidément le néant éternel, que la mort ait dit NON une fois pour toutes9 ! »

Quel avenir pour le corps mort ?

  • 10 J.-D. Urbain, L’archipel des morts, Paris, Librairie Plon, 1998, p. 307-313.

18Dans le roman de science-fiction de René Barjavel, cité par l’historien Jean-Didier Urbain dans l’ouvrage L’archipel des morts en 1998, les corps des défunts de la quatrième génération sont glissés et collés dans un album. Ce qui montre la gamme de potentialité des corps miniaturisés. Le projet américain d’un mausolée, pensé pour abriter des urnes en cristal, disposées comme des livres dans une bibliothèque est le bon exemple d’une énième illustration d’un espace. Jean Didier Urbain écrit que les cimetières auraient pu assumer l’apparence de « mnémothéques », de longues bibliothèques électroniques où la survivance des morts est assurée par des microfiches, par des vidéos ou par des CD-ROM consultables sur place ou de loin. L’enregistrement des voix et des images qu’on pourrait écouter et voir à domicile, deviendrait des traces privilégiées des défunts. De cette manière, ceux-ci, une fois introduits dans l’ordinateur, vagabonderaient dans des espaces « infinis » ou bien se matérialiseraient devant les vivants comme des livres qui se présentent aux lecteurs convertis par l’informatique10.

19De nos jours, ceux qui partent et ceux qui restent continuent à inventer les expédients les plus fantaisistes pour ne pas se séparer les uns des autres. Ainsi, parmi ceux qui partent, certains, en percevant leur fin, demandent à emporter leur téléphone portable dans la tombe et cherchent des moyens de contourner la loi pour faire mélanger leurs cendres avec celles de leur chien, etc. Quant à ceux qui restent, certains s’adressent à des sociétés spécialisées pour faire transformer en bijoux les cendres des défunts et les lancent dans la toile pour le caser dans un cimetière virtuel. Ces deux manières d’organiser la mémoire des proches méritent réflexion.

  • 11 « Renaître de ses cendres en bijioux de famille », Libération, 22 juin 2006.

20Pour transformer les cendres en bijoux, il suffit d’envoyer à la société l’Algordanza d’origine suisse (qui élargit aujourd’hui ses services à d’autres pays européens, comme la France) dans une urne scellée, 500 grammes de cendres (un corps en produit 2 à 3 kg), qui dans les 14 semaines suivantes sont remises aux familles sous forme d’un bijou choisi11. Voici une façon de porter un être cher en pendentif, sur une broche ou serti dans une alliance.

  • 12 Cf. S. Nonnis-Vigilante, « Les intolérables des politiques mortuaires modernes », op. cit., p. 149.

21Cette pratique minoritaire, en tout cas en voie d’expansion, nous étonne et semble s’inscrire dans la postmodernité. En réalité, nos ancêtres y avaient déjà pensé au XIXe siècle, plus précisément en 1878, au Congrès international d’Hygiène et de Démographie de Paris, lors de la discussion controversée sur la crémation, qui n’avait pas encore reçu l’autorisation législative. Le docteur de Pietra-Santa, rédacteur en chef du Journal d’hygiène de Paris, partisan de la crémation, avait essayé de donner une image agréable et sentimentale de l’incinération des corps à ceux qui inversement y voyaient une pratique sinistre. Son conseil, pour ne pas se séparer des proches incinérés, était de mélanger une certaine dose de cendres avec de la terre, de mettre le tout dans un pot de fleurs et d’y semer des graines ; ce faisant, on aurait obtenu des fleurs qui rappelleraient le défunt. On pouvait aussi mêler les cendres du cœur d’une jeune fille, y ajouter du kaolin pour en faire un petit objet (celui d’un cœur, par exemple) et le suspendre à son cou en souvenir de la morte12.

  • 13 Cf. F. Gamba, « Cimiteri virtuali : luoghi reali della memoria », Confini, a.12 n.2, 2005, p. 37-40

22Quant à l’idée actuelle de créer un cimetière virtuel, précisons qu’il s’agit d’un lieu électronique où on peut inscrire, enterrer et commémorer les proches et les amis défunts gratuitement (ou en payant une petite somme). Dans ce cimetière à la place de la dépouille, il y a les données du défunt : photographies, messages, films, récits, goûts personnels, ainsi que des fleurs (bien évidemment virtuelles), etc. De cette manière, le mort est placé dans un lieu séparé de la communauté des vivants, mais accessible à tous. Les cimetières virtuels sont donc des « lieux réels de mémoire », qui ouvrent un dialogue avec un « espace du quotidien qui n’est pas sacré, mais plus intime13 ».

  • 14 « Il cimitero verticale non affonda ma trasloca », La Redazione, 15 janvier 2015 ; « Un cimitero ve (...)

23Une solution trouvée pour donner une place aux corps des défunts (incinérés et non), à vrai dire plutôt originale et inquiétante, est proposée depuis un an par la Municipalité de Vérone à ses administrés. Il s’agit du projet de construction d’un « cimetière vertical » ; un gratte-ciel de 34 étages, portant au sommet une église de 800 mètres carrés avec une énorme coupole en verre qui deviendrait la plus haute église italienne. La Società Cielo Infinito afin de réaliser l’ouvrage a offert à la mairie la somme de 11 millions d’euros pour l’acquisition d’un vaste terrain (25 000 mètres carrés, normalement à destination agricole), situé à la périphérie de la ville. Les tenants du projet envisagent de loger 60 000 dépouilles, de créer des espaces pour les fonctions religieuses ou laïques, un musée d’art sacré, des pièces privées destinées au recueillement des endeuillés, des bureaux pour expédier les dossiers administratifs mortuaires. Un parc public pourrait entourer cette maison des morts. Certes, les administrateurs représentants de la droite se trouvent confrontés une offre pour ainsi dire séduisante, qui pourrait résoudre en partie les problèmes de budget : toutefois pour l’heure, ils n’ont pas trouvé un accord avec l’opposition de gauche qui siège au conseil communal ; d’ailleurs, ni la presse locale, ni la population ne manifestent un véritable enthousiasme pour le projet14.

  • 15 Cf. Z. Suchecki, La cremazione nel diritto canonico e civile, Rome, Libreria editrice vaticana, 199 (...)

24Que pense l’Église catholique de cette multiplication des modes de destination du corps des morts, d’autant plus qu’encore aujourd’hui, elle n’apprécie pas vraiment la réduction en cendres du cadavre, pour ne pas parler de sa disparition ? Il est bien connu qu’au XIXe siècle l’Église n’avait pas suivi les crématistes (soutenus surtout par la franc-maçonnerie, qui visait à la laïcisation des sépultures) ; elle n’ignorait pas que l’enjeu de la réduction des corps par le feu dépassait la simple question d’hygiène, puisque la crémation touchait directement à la religiosité populaire. À l’époque, sa réaction n’avait laissé aucune place à la réussite du projet : l’excommunication prononcée par le pape Léon XIII en 1886 des fidèles qui auraient choisi de se faire incinérer avait bloqué toute velléité de changement. L’excommunication a été levée par Paul VI en 1963, mais cela n’a pas empêché la hiérarchie ecclésiastique de rester tiède envers la crémation pendant les décennies suivantes. Le retrait de l’excommunication ne signifie pas que l’Église apprécie la crémation. Toutes les instructions promulguées par la suite rappellent que la destruction du corps ne doit pas faire perdre de vue le credo de la résurrection. Quant aux rites funèbres (ceux de suffrage et d’accompagnement officiel du défunt), ils ne se célèbrent pas au crématorium15. En somme, l’Église demeure vigilante et elle ne perd pas l’occasion d’élever des obstacles et de faire connaître publiquement son mécontentement.

  • 16 « Dispersione delle ceneri, no della Cei », La Stampa, 30 octobre 2009.

25Voici un exemple. Lorsqu’en 2009 la Municipalité de Turin envisagea de repérer des lieux aptes à la dispersion des cendres dans les fleuves Po et Dora, le cardinal Poletti, au nom de la Conférence Épiscopale Italienne (CEI), exprima sa désapprobation et saisit l’occasion pour rappeler que si l’Église n’empêchait pas la crémation, elle n’autorisait pas la dispersion des cendres, ainsi que la conservation de l’urne dans les maisons. Le royaume des morts, pense-t-elle, doit être distingué de celui des vivants. Le choix de la dispersion se base sur une conception « panthéistique » et « naturaliste » ; si elle se fait au mépris de la foi chrétienne, « on ne pourra pas autoriser les obsèques religieuses16 ».

« Le fantasme de l’immortalité »

  • 17 Cf. S. Nonnis-Vigilante, « Les intolérables des politiques mortuaires modernes », op. cit., p. 161.

26Imaginer sa propre mort signifie se construire un scénario contenant les lieux et les modalités d’accueil du corps et le stabiliser dans une forme définitive. La différence de construction de ce scénario est rattachable à la représentation que chacun se fait de son identité, de la continuité d’échanges entre la vie et la mort, de la destinée dans l’au-delà. Les individus hésitent entre la tentation du néant et le désir de laisser des traces. Beaucoup d’intellectuels, comme Louis Vincent Thomas, Edgar Morin, Philippe Ariès, Norbert Elias, Vladimir Jankélévitch, Jean-Didier Urbain se sont penchés sur cette hésitation, sans pour autant trouver une réponse qui les satisfasse17.

  • 18 L. Vafflard, Notice sur les champs de sépulture anciens et modernes de la ville de Paris, Paris, Ty (...)
  • 19 P. Mantegazza, La cremazione, op. cit., p. 33.

27Inhumation, crémation, cendres conservées, cendres dispersées, malgré cette orchestration minutieuse de l’après mort, l’individu ne saura jamais quelle mémoire on aura de lui, car en fin de compte la mémoire des défunts est confiée à la générosité de ceux qui restent et certainement pas pour l’éternité. En 1864, pendant les années de la création des cimetières publics et laïques (lieux de culte et de mémoire des défunts par excellence), Léon Vafflard, gérant de la Compagnie Générale des Sépultures de Paris, écrivait : « Quelle amère ironie dans ce mot de perpétuité qu’on attache à la possession d’un terrain qui doit renfermer pour toujours les restes d’un être aimé ; quelle décevante pensée ! Perpétuité du repos ! Non, perpétuité de l’orgueil, de la vanité, perpétuité surtout de l’illusion ! L’humanité obéit à une loi suprême : tout disparaît…18 ». Une dizaine d’années plus tard, en 1874, le médecin Paolo Mantegazza lui fait écho : « L’homme rêve qu’on se souvient de lui pour l’éternité, mais malheureusement le temps efface la mémoire des vivants et il tue ces vivants qui auraient dû se souvenir de lui. Ainsi ceux qui viennent après, même avec toute leur bonne volonté, n’arriveront pas à réveiller une affection posthume pour ceux qu’ils n’ont jamais connu19. »

  • 20 Cf. N. Elias, La solitude des mourants, Paris, Christian Bourgois pour la traduction française (198 (...)

28Ceci dit, il nous semble pertinent de rappeler la pensée de Norbert Elias, qui lui aussi, estime inutile de la part de l’homme de poursuivre « le fantasme de l’immortalité20 ».

Notes

1 Le thème des politiques mortuaires à l’époque contemporaine, notamment celui de la crémation avec ses implications idéologiques et politiques et culturels est plus largement abordé dans mes articles : « I cittadini tra inumazione e cremazione », dans A. Comba, E. Mana et S. Nonnis-Vigilante, La morte laica. Storia della cremazione. Torino(1880-1920), Torino, Paravia 1998 II° p. 88-176 ; « Pour une histoire de la crémation en Italie. XIXe-XXe siècle », dans « Études sur la mort », Revue de la Société de Thanatologie, Le monde des funérailles, n° 125, 2004, p. 79-90 ; « Gli spazi della morte », dans V. Fasoli (dir.), Spazi, Milano, Franco Angeli Editore, 2004, p. 115-131 ; « Les intolérables des politiques mortuaires modernes. Le corps mort entre religion et hygiène, en France et en Italie XVIIIe-XXIe siècles », dans D. Fassin et P. Bourdelais (dir), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, 2005, p. 129-164 ; « Mourir deux fois : le devenir du corps des soldats sur les champs de bataille pendant la Première guerre mondiale », Frontières, Montréal, 2006, p. 80-84 ; « “Encadrer la liberté” : le statut et la destination des cendres dans le projet de réforme de la législation funéraire 2005-2006 », Quaderni, Le Thanatopouvoir politique de la mort, n° 62, Hiver 2006/2007, p. 57-67 ; « Crémation et interdits », dans Ph. Di Folco (dir.), Dictionnaire de la mort, Paris, Larousse, collection « In Extenso », 2010, p. 273-275 ; « La multiplicité des sources pour l’histoire de la crémation dans l’Italie du Centre-Nord (fin XIXe-début XXe siècles) », dans B. Bertherat (dir.), Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine en France, Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon, 2015.

2 P. Mantegazza, « La cremazione », Nuova antologia, n° 27, 1874, p. 33.

3 M. Decristoforis, « De la crémation », dans Quatrième Congrès International d’Hygiène et de Démographie, Comptes rendus et mémoires, Genève, George Libraire Éditeur, 1883, p. 67.

4 Pour l’analyse du Projet de Réforme de la législation funéraire (2005-2006) je renvoi à mon article « Encadrer la liberté », op. cit. Voire aussi A. Esquerre, Les os, les cendres et l’État, Paris, Fayard, 2011 ; notamment les chapitres « L’autorisation de la crémation (1870-1910) », p. 67-83 et « Comment les morts ont acquis une mobilité, puis l’ont perdue (1970-2010) », p. 85-108.

5 Cf. M. Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la sur-modernité, Seuil, Paris, 1992.

6 S. Rubini, « Dispersione delle ceneri : elementi per una riflessione », Confini, a.XII, n° 2, 2006, p. 7-8.

7 L. V. Thomas, « Du déni à l’esquive : les nouveau discours convenus sur la mort », Bulletin de la Société de Thanatologie, nos 81/82, 24, 1990, p. 77 et suiv.

8 « Feste, nozze e funerali ecco i celebranti laici », Il Venerdi di Repubblica, 22 maggio 215.

9 V. Jankelevitch, La mort, Paris, Champs Essai, p. 225.

10 J.-D. Urbain, L’archipel des morts, Paris, Librairie Plon, 1998, p. 307-313.

11 « Renaître de ses cendres en bijioux de famille », Libération, 22 juin 2006.

12 Cf. S. Nonnis-Vigilante, « Les intolérables des politiques mortuaires modernes », op. cit., p. 149.

13 Cf. F. Gamba, « Cimiteri virtuali : luoghi reali della memoria », Confini, a.12 n.2, 2005, p. 37-40.

14 « Il cimitero verticale non affonda ma trasloca », La Redazione, 15 janvier 2015 ; « Un cimitero verticale e un nuovo centro commerciale a Verona ? I cittadini dicono “no” », La Redazione, 29 janvier 2015.

15 Cf. Z. Suchecki, La cremazione nel diritto canonico e civile, Rome, Libreria editrice vaticana, 1995, passim.

16 « Dispersione delle ceneri, no della Cei », La Stampa, 30 octobre 2009.

17 Cf. S. Nonnis-Vigilante, « Les intolérables des politiques mortuaires modernes », op. cit., p. 161.

18 L. Vafflard, Notice sur les champs de sépulture anciens et modernes de la ville de Paris, Paris, Typographie Charles de Lourges Frères, 1867, p. 2.

19 P. Mantegazza, La cremazione, op. cit., p. 33.

20 Cf. N. Elias, La solitude des mourants, Paris, Christian Bourgois pour la traduction française (1982-1998).

Auteur

Pléiade (EA 7338), Université Paris 13

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site