Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

« Pompes et circonstances » : l’orchestration de la mort (XIXe-XXIe siècle)

Des morgues aux chambres mortuaires : les reconfigurations du travail hospitalier autour des corps morts

Judith Wolf

Résumé

Cet article traite des transformations du statut du corps mort en milieu hospitalier. Fondé sur une recherche ethnographique sur le travail en chambre mortuaire, il montre que l’appréhension du corps mort est indissociable des pratiques professionnelles qui ont marqué sa prise en charge tout en leur restant fondamentalement irréductible.
À partir de la fin du XVIIIe siècle, le développement de la médecine anatomo-clinique, en faisant du corps mort un lieu d’investigation scientifique, le construit comme une entité organique inerte. Devenu le premier lieu de décès en France, l’hôpital est aujourd’hui enjoint de s’occuper de ses défunts. Les morgues, centrées sur la pratique des autopsies, ont cédé la place à des « chambres mortuaires », services hospitaliers à part entière tout entiers dédiés à la prise en charge des morts et de leurs proches.
Tour à tour appréhendé dans sa matérialité brute et identifié à la personne, le corps mort, objet hybride, kaléidoscope, apparaît comme le lieu de tensions entre des approches à la fois incontournables et irréconciliables.

Morgues to the Mortuary Chambers: The Reconfigurations of the Hospital Work Around the Dead Bodies
This paper examines the changes affecting the status of dead bodies in hospital. Based on ethnographic research on mortuary services, it shows that the perception of the dead body is intimately linked to the professional practices that have geared its management.
From the end of the 18th century, the development of anatomo-clinical medicine, using the dead body for scientific investigations, turns it into an inert entity. Having become the first place of death, hospitals are today faced with the responsibility of caring for the deceased. Once centered on the practice of autopsies, morgues have now become mortuary services, entirely dedicated to the care of the deceased and their close ones.
Alternately considered in its pure materiality and identified to the person, the dead body appears to be a hybrid, kaleidoscopic object, a tense meeting-place between unavoidable yet irreconcilable approaches.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question du corps, longtemps considérée comme secondaire, inessentielle, a pris, au cours du XXe siècle, une importance croissante. Le corps a progressivement été construit comme un objet de recherche à part entière – en histoire, en philosophie, en anthropologie, en sociologie, mais aussi, plus récemment dans le droit – devenant un thème central et transversal des sciences humaines. Avec Merleau-Ponty, la question du corps est devenue consubstantielle à toute interrogation sur l’homme. Cherchant à appréhender l’homme, non plus dans son essence abstraite, générale, mais à partir de sa situation d’individu concret, réel, Merleau-Ponty ancre, en effet, toute sa philosophie dans l’expérience même que constitue le fait d’être un corps. Le monde, expérimente-t-il, ne s’appréhende qu’à travers la perception qu’on en a (« le monde est cela que nous percevons1 »). Le corps, siège de cette perception, est alors défini comme ce qui est à la fois percevant et perçu, « voyant et visible2 ». ...

Auteur

Docteure en anthropologie

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540