Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

« Pompes et circonstances » : l’orchestration de la mort (XIXe-XXIe siècle)

Corbillards et pompe funèbre en Espagne (fin XIXe-milieu du XXe siècle). La collection de corbillards du cimetière de Montjuïc (Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Barcelone)

Isabelle Renaudet

Résumé

Composée de corbillards, de véhicules destinés au transport des familles accompagnant le cortège funèbre, de voitures à moteur, la collection du cimetière de Montjuïc interroge doublement l’historien de la mort. Donnant à voir l’environnement matériel des funérailles, cette collection recèle un intérêt documentaire, quasi ethnographique. Sa valeur heuristique est également avérée, dans la mesure où elle permet de questionner le rapport que les contemporains entretiennent avec la mort. La signification assignée au projet muséographique du cimetière de Montjuïc est explorée dans l’article, de même que l’intérêt suscité par la mise en scène d’objets qui participent d’une culture du funéraire. Les circonstances dans lesquelles ce musée est né permettent de mettre en lumière les médiateurs que sont, entre le défunt et les vivants, ceux qui exercent les métiers de la mort.

Hearses and Funeral Parlour in Spain (late 19th-mid 20th century). The hearse collection of Montjuïc Cemetery (Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Barcelona)
Comprising hearses and vehicles used to transport families in funeral processions, including motor cars, the collection belonging to Montjuïc Cemetery examines historians of death in two ways. Showing the physical environment of funerals, this collection has great documentary – almost ethnographic – value. Its heuristic value is also discernible, as it enables us to reflect on the relationship contemporaries had with death. The significance of the Montjuïc Cemetery museum is explored in the article, as is the interest generated by the arrangement of objects that are part of a funeral culture. The circumstances in which this museum was established shed some light onto the roles of those who mediate between the deceased and the living, who work in the business of death.

Texte intégral

  • 1 Régis Bertrand, « L’ancien matériel des obsèques », dans Bruno Bertherat (dir.), Les sources du fun (...)
  • 2 Cementeri de Montjuïc, Rue Mare de Déu de Port, 56-58, 08038 Barcelone, www.cbsa.cat.

1Dans une contribution1 à un ouvrage paru en 2015, Régis Bertrand, traçait à grands traits le programme d’une histoire de « l’ancien matériel des obsèques ». Soulignant que cette question n’avait « guère fait l’objet d’études spécifiques », il invitait le chercheur à s’intéresser aux « tarifs d’enterrement qui pourra procurer des renseignements sur les éléments de l’apparat des « classes de pompes funèbres », sur le costume porté par les croque-morts et le caparaçon des chevaux » ; appelant à développer « une forme d’archéologie des temps contemporains », cette investigation combinerait « l’enquête de terrain pour trouver ce qui peut subsister » avec « la recherche des documentations écrite (cahier de charge pour la réalisation de corbillards) et iconographique (des gravures et peintures jusqu’aux photographies et même scènes d’obsèques dans des films) ». La Col.lecció de Carrosses Fúnebres (Collection de Corbillards) conservée dans l’un des grands cimetières urbains de Barcelone, le cimetière de Montjuïc2, fournit matière à l’écriture du premier chapitre de cette histoire, dans sa version ibérique.

  • 3 Jordi Valmaña i Corbella, Directeur Général de Cementeris de Barcelona SA, « Passat i present de la (...)

2Composée de 13 corbillards, de 6 véhicules destinés au transport des familles accompagnant le cortège funèbre, de 3 voitures à moteur, la collection qui se définit comme un « espace de mémoire funéraire3 » interroge doublement l’historien de la mort : donnant à voir l’environnement matériel des funérailles, son intérêt documentaire, quasi ethnographique, est évident ; sa valeur heuristique aussi, dans la mesure où elle permet de questionner le rapport que les contemporains entretiennent avec la mort. Nos sociétés ayant fait de la mort un sujet incongru, quelle signification assigner en effet au projet muséographique du cimetière de Montjuïc ? Comment expliquer l’intérêt suscité par la mise en scène d’objets qui participent d’une culture du funéraire ? Avant toutefois d’envisager ce que cette collection nous apprend du passé et ce qu’elle nous dit du présent dans sa relation au rituel funéraire, éclairons la question de ses origines. Dans quelles circonstances ce musée est-il né ? Interrogation qui conduit à mettre en lumière les médiateurs que sont, entre le défunt et les vivants, ceux qui exercent les métiers de la mort.

Aux origines de la collection : de l’usage du corbillard dans les pratiques funéraires

  • 4 Pour une approche de la question, on renverra le lecteur français à Isabelle Renaudet, « Du camposa (...)
  • 5 Au nombre de sept : Santa María del Mar, Santa María del Pi, Sant Cugat del Rec, Sant Pere de les P (...)

3L’usage du corbillard est lié à la naissance du cimetière contemporain, séparé dans l’espace de la cité des vivants. Contenu dans le décret de 1787 édicté pour l’Espagne par Charles III4, le principe de l’édification des cimetières hors les murs a été posé dès 1775 à Barcelone à l’initiative de son évêque, Josep Climent, qui suscite la fondation d’un nouvel espace dévolu aux morts, au-delà des murailles. Édifié sur un terrain dépendant de la paroisse de Sant Martí de Provençals, ce cimetière constitue le premier emplacement de l’actuel Cementeri de Poblenou (dit aussi cimetière de l’est). Ce lieu ne survit pas toutefois aux désastres de la guerre engendrés par l’occupation française de l’Espagne entre 1808 et 1814. La véritable naissance du cimetière de Poblenou intervient donc en 1819 lorsque sa réouverture est décidée, entraînant la fermeture des cimetières intra-muros rattachés aux différentes paroisses5. La forte croissance urbaine que connaît Barcelone du fait de l’industrialisation modifie tout au long du siècle la physionomie du quartier de Poblenou, qui passe pour être le Manchester catalan. En 1850, le cimetière de l’est connaît une extension à la mesure de la pression démographique qui affecte la cité. L’expansion dans l’espace se double d’une augmentation de la capacité d’accueil grâce à la construction de sépultures édifiées en hauteur, les nichos, réservées à une clientèle moins fortunée. Rattrapé par le développement urbain dans lequel il est désormais enserré, Poblenou ne suffit plus en outre à absorber les effets de la mortalité. En 1883, un second grand cimetière urbain est donc édifié sur la colline de Montjuïc.

  • 6 « Els cementeris i la ciutat », Catalogue du musée Col.lecció de Carrosses Fúnebres-Cementeris de B (...)
  • 7 Josep Puy i Juanico, Pobres, desvalguts i asilats. Caritat i beneficència a la Catalunya del segle  (...)

4Si l’édification du cimetière de Poblenou en 1819 contribue à l’assainissement de l’espace urbain, il allonge la distance que les cortèges funèbres doivent parcourir depuis le centre de la cité, la durée du trajet étant d’environ une heure et demie. Cet inconvénient incite la municipalité à imposer en 1835 le transport des défunts en voiture6. La recherche d’efficacité que poursuit cette mesure est guidée également par des impératifs hygiéniques qui tendent à réduire le temps durant lequel le corps mort évolue dans l’espace public. L’organisation de ce nouveau service de transport se révèle toutefois lourd à assumer au point qu’un an plus tard la municipalité délègue cette fonction à l’une des institutions caritatives clés de la ville, fondée en 1802, la Casa de la Caritat. À la mission d’assistance et d’éducation que cette dernière assume7 (qui fonctionne comme un orphelinat et comme un asile pour les plus pauvres, les déments et les infirmes) s’ajoute donc à partir de 1836 la gestion du service funéraire urbain. L’accord conclu avec la municipalité prévoit que les bénéfices tirés de cette activité par l’établissement serviront à alimenter ses caisses et à couvrir ses besoins. En revanche au cas où le service grèverait les finances de la Casa de la Caritat, la municipalité supportera le déficit engendré par cette nouvelle activité. Opérationnel à partir du mois de janvier 1839, le service funéraire de la ville reste aux mains de la Casa de la Caritat jusqu’en 1954.

  • 8 Memoria de la Comisión Especial de Municipalización de los Servicios Fúnebres, Barcelone, Ayuntamie (...)
  • 9 L’un des corbillards exposés dans le musée actuel, l’Imperial, estil Renaixement servit ainsi pour (...)

5Les origines de la collection résultent de la municipalisation des services funéraires qui intervient à cette date. Le 25 mai 1954, l’autorité compétente en la matière, la Diputación Provincial de Barcelone décide de mettre un terme à la concession du service des Pompes Funèbres détenu depuis plus d’un siècle par la Casa Provincial de la Caritat et miné par des problèmes financiers. Entrée en vigueur le 1er avril 19568, cette décision procède d’une volonté de modernisation passant par la création d’un Service Municipal chargé de gérer l’ensemble des services funéraires de la ville. La rupture du contrat avec la Casa de la Caritat effective en 1956 impliquait en principe la fin de l’utilisation des corbillards hippomobiles en usage jusqu’alors pour les enterrements au profit de véhicules à moteur. Ce nouveau dispositif devait permettre de normaliser les prestations offertes, de deux types. Le premier d’entre eux englobait trois catégories d’enterrements ordinaires aux tarifs dégressifs : 2 000 pesetas pour la première, 1 000 pour la seconde, 500 pour la troisième. À ce dispositif s’ajoutait une offre dite de luxe qui faisait varier les échelles de prix à 3 000, 5 000 et jusqu’à 10 000 pesetas. La politique d’homogénéisation des services ainsi affichée s’accompagna toutefois de dérogations à la règle commune, la possibilité de recourir aux corbillards hippomobiles étant maintenue9. Le règlement de 1956 prévoyait ainsi que les revenus extraordinaires liés à l’utilisation de ce matériel ancien serviraient à alimenter une caisse destinée à financer un futur musée. C’est en 1970 que ce dernier a vu le jour, à l’initiative du gérant du Service Municipal des Pompes Funèbres de l’époque, Cristóbal Torra Casals. Installé dans une des pièces du sous-sol de l’édifice qui abritait le service, rue Sancho de Avila, le musée exposait les pièces d’une collection de corbillards en usage entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle, au temps où la Casa de la Caritat était le maître d’œuvre des Pompes Funèbres barcelonaises.

La patrimonialisation du matériel funéraire : le rôle du personnel des Pompes Funèbres

  • 10 Marta Aladrén, entretien du 15 mai 2015.
  • 11 Entretien du 16 avril 2015.
  • 12 Ces catégories d’analyse sont empruntées à Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine. « De la cat (...)

6La patrimonialisation de la collection de corbillards exposée dans l’actuel musée de Montjuïc relève d’un double phénomène. L’usage maintenu des voitures hippomobiles héritées de la Casa de la Caritat, au-delà de la reprise en main du service par la municipalité de Barcelone en 1954, a contribué à leur conservation. Ce matériel funéraire aurait-il été sauvegardé toutefois sans l’intervention de ceux qui exercent les métiers de la mort ? On a souligné que la création du musée avait incombé au gérant du Service Municipal des Pompes Funèbres en poste en 1970, Cristóbal Torra Casals. L’enquête orale menée auprès de la responsable actuelle du service10 laisse entrevoir d’autres acteurs, qui pour occuper des fonctions moins visibles, n’en ont pas moins rempli un rôle important. La création d’une bibliothèque, centrée sur les rites funéraires et l’histoire de la mort, et associée à la collection de corbillards, en apporte la preuve. Ses premiers fonds ont été rassemblés par le grand-père de l’employé du musée qui assure actuellement la visite guidée du site, Adrià Terrol11. Témoignant de l’enracinement d’une mémoire dont la transmission est ici facilitée par les liens familiaux, cette anecdote met en lumière l’attachement du personnel des Pompes Funèbres à leur métier. Ces hommes qui demeurent souvent à l’arrière-plan de l’activité funéraire ont donc été des acteurs déterminants dans la constitution de la collection. À l’origine de cette dernière se trouve en effet l’intérêt qu’ils portent à leur environnement professionnel dans sa matérialité. Or le corbillard constitue sans nul doute un objet permettant d’évoquer la mort (à travers sa fonction qui est d’assurer le dernier voyage du défunt vers son ultime demeure) tout en en gommant les aspects les plus répulsifs. Cette donnée explique que l’initiative de créer cette collection, propre au groupe, ait débouché sur un véritable processus de muséification emportant progressivement l’adhésion du public. Deux des critères de patrimonialisation12 ayant conduit au rassemblement de cette collection soutiennent ce succès croissant : le premier tient à la fonction testimoniale de l’objet dévoilant l’une des facettes du rapport de l’homme à la mort ; le second tient au prédicat esthétique attaché aux corbillards exposés, qui leur octroie une valeur muséographique quasi intrinsèque.

Photographie 1. Reconstitution d’un cortège funèbre.

Photographie 1. Reconstitution d’un cortège funèbre.

Carte postale, sans date, ancien Musée des corbillards, situé au 2 Rue Sancho de Avila, Barcelone.

7Ce succès n’était pourtant pas gagné d’avance, tant la mort se prête peu aux usages publics. La première réalisation muséographique située rue Sancho de Avila frappe d’ailleurs par sa modestie. Elle combine souci du réalisme (les véhicules reposent sur un sol pavé évoquant l’environnement urbain des cortèges funèbres) et mise en scène du rituel suggérée à travers la reconstitution minutieuse des uniformes portés par les laquais et autres cochers conduisant les véhicules. L’édition de cartes postales destinées aux visiteurs (la photographie 1 en est extraite) témoigne de la simplicité des ambitions nourries par son fondateur. Le jeu qui nous a été fourni par les services qui gèrent actuellement le musée ne comporte en effet aucune légende. La finalité des cartes éditées s’inscrit donc davantage dans le registre du souvenir que d’une véritable production d’un savoir sur les usages et les rituels liés au matériel funéraire exposé. Cette première salle d’exposition, reléguée au sous-sol d’un bâtiment dont la fonction essentielle est de servir de siège social au service des pompes funèbres, est-elle perçue par le public comme un musée à part entière ? La faible fréquentation du lieu confirme cette présence discrète au sein de l’immeuble. L’enquête orale conduite auprès des responsables actuels nous apprend en tout cas que les conditions de conservation n’étaient pas adaptées à des collections muséales. Au début des années 2000 encore, l’affluence reste limitée. L’atteste ce commentaire de l’édition du Guide pratique de voyage concernant Barcelone édité en 2003 par la maison d’édition britannique Let’s go, qui signale l’existence du musée. Invitant le lecteur à « entrer dans l’immeuble de bureaux gris au coin de la rue » Sancho de Avila, la notice indique :

  • 13 Barcelone. Guide pratique de voyage, coll. « Let’s Go », Paris, Éditions Dakota, 2003, p. 135.

Aucun panneau ne signale le musée et le numéro de la rue ne figure pas sur le mur, mais une plaque indique le Serveis Funeraris de Barcelona, S. A. À l’intérieur, adressez-vous à l’accueil pour visiter le musée. Seuls de rares intrépides s’aventurent ici et les guides apprécieront votre intérêt. Cette petite collection […] peut paraître morbide, mais ne manquera pas d’exciter votre curiosité13.

  • 14 « Sachez qu’il fallait être vierge pour aller au cimetière dans un véhicule blanc ». Les photograph (...)

8Signalisation discrète pour ne pas dire invisible, public rare (sa démarche est qualifiée « d’intrépide ») et guidé avant tout par une curiosité morbide : sous la plume de l’auteur, la collection de corbillards semble relever davantage du folklore local que de la culture funéraire qu’elle s’emploie pourtant à diffuser et dont la notice du guide ignore les codes. Le traitement, sur le mode de l’anecdote14, de l’usage du corbillard blanc réservé aux jeunes filles mortes avant l’âge du mariage manifeste ainsi une méconnaissance des prescriptions de la liturgie catholique concernant cette catégorie de défunt dont on entend souligner par là la pureté. L’exercice témoigne de la difficulté à trouver le ton juste pour décrire des rituels funéraires même lorsque ceux-ci appartiennent à un passé relativement proche.

Photographie 2. Blanca, VEH0022, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 2. Blanca, VEH0022, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Exemple de corbillard destiné aux enfants et aux jeunes filles mortes avant l’âge du mariage, reconnaissable par sa couleur blanche.

Photographie 3. Angélica or i plata, VEH0025, 1935, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 3. Angélica or i plata, VEH0025, 1935, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
  • 15 Le musée de Montjuïc a été inauguré le 2 février 2013, http://aromi.me/page/2/.
  • 16 L’établissement d’une statistique du nombre de visiteurs a accompagné l’ouverture du musée en 2013.

9Par rapport à cette première étape, le musée actuel situé dans l’un des principaux cimetières de la ville, a acquis une visibilité indéniable. Son transfert vers Montjuïc en 201315 n’est pas toutefois le seul élément expliquant son succès relatif auprès du public. Dit autrement, c’est parce qu’elle a trouvé à s’intégrer dans une politique plus générale de valorisation du patrimoine funéraire urbain que la collection de corbillards bénéficie désormais d’une audience plus grande16.

De la valorisation du matériel à celle du patrimoine funéraire

  • 17 Entreprise municipale, Cementeris de Barcelona SA a été fondée en 2006. Outre les cimetières de Mon (...)
  • 18 B:SM pour Barcelona de Serveis Municipals. Cité dans bulletin d’information, Cementeris de Barcelon (...)
  • 19 Juan Cuervo Argudín, « Presentación », dans Elisa Martí i López, Un paseo por el Cementerio de Pobl (...)
  • 20 Elisa Martí i López, Un paseig pel Cementeri de PobleNou, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2004  (...)

10La notoriété du musée a profité en effet de la valorisation patrimoniale du cimetière de Montjuïc, qui lui sert d’écrin. Cette valorisation participe d’un projet (La Ruta dels Cementeris, la Route des Cimetières) visant à intégrer les cimetières urbains dans les itinéraires touristiques de la ville. Adossée à la politique culturelle de la municipalité, cette valorisation a été impulsée par la société qui gère actuellement les services municipaux funéraires, Cementeris de Barcelona (Cimetières de Barcelone, CBSA17), entreprise du groupe B:SM18. Fondé sur des visites guidées, diurnes et nocturnes, le programme Ruta dels Cementeris vise à mettre en valeur le patrimoine monumental et artistique des cimetières de Poblenou et Montjuic. Le président de CBSA, Juan Cuervo Argudín, le constatait en 200719 : la méconnaissance du patrimoine funéraire barcelonais procède non d’un désintérêt du public pour ces sites, mais du « manque d’instruments de divulgation » permettant d’en découvrir la richesse. Fournir aux visiteurs potentiels ces instruments de divulgation a été l’un des objectifs de CBSA. Outre la création d’itinéraires historiques et artistiques balisés par une signalétique appropriée et appuyés sur la publication de brochures, que le public peut découvrir individuellement ou à travers le principe de visites guidées, cette politique s’est appuyée sur le lancement d’une collection de guides, Barcelona a través dels seus cementeris, éditée par la municipalité de Barcelone. Les deux titres publiés, Un paseig pel Cementeri de PobleNou et El Cementeri de Montjuïc. Somnis de Barcelona l’ont été respectivement en 2004 et 200820.

  • 21 « Prólogo », Elisa Martí i López, Un paseo por el Cementerio de Poblenou, op. cit., p. 18.

11Cette volonté de promouvoir l’histoire des cimetières barcelonais participe indéniablement du développement des activités touristiques que la ville a connu depuis l’organisation des Jeux Olympiques de 1992. Le prologue de l’ouvrage Un paseig pel Cementeri de PobleNou l’indique explicitement en inscrivant le lancement du programme Ruta dels Cementeris dans le sillage de cet héritage. Par sa localisation dans la topographie urbaine, le cimetière de Poblenou, le plus ancien, est lié en effet à deux des projets d’avenir qui ont marqué la ville entre les années 1990 et les années 2000. Relié par l’avenue Icaria à la Vila Olímpica née des transformations urbanistiques opérées à la faveur des JO de 1992, le cimetière de Poblenou a bénéficié de la rénovation du quartier éponyme dont le tissu industriel ancien périssait. Ce processus de requalification urbaine, commencé en 1992, s’est poursuivi en 2004 avec l’organisation du Forum Universel des Cultures de Barcelone qui s’est traduit par l’édification du Parc del Forùm, vaste espace consacré aux concerts, situé à proximité du cimetière, dans le quartier proche de Diagonal Mar. La revitalisation du quartier de Poblenou par l’implantation d’activités à la fois récréatives et relevant des technologies du XXIe siècle, a donc contribué à la revalorisation du patrimoine monumental de l’antique cité des morts. Sa création en 1819 est décrite par l’auteure du guide du cimetière de Poblenou comme la première manifestation d’une modernité (architecturale et hygiénique) à laquelle font écho le lancement des JO de 1992 et du Forum Universel des Cultures de 2004 : ces trois événements peuvent en effet être considérés comme « trois utopies modernes qui, bien que dépendant d’intérêts économiques et politiques particuliers, rendent patente la vocation affichée de modernité de Barcelone21 ».

  • 22 Marta Aladrén, entretien du 15 mai 2015.
  • 23 On renverra sur ce point à Stéphane Michonneau, Barcelone, mémoire et identité, 1830-1930, Rennes, (...)

12Au-delà du cas particulier de Poblenou, les cimetières de Barcelone méritent d’être valorisés en tant qu’ils sont un livre d’histoire où les pages les plus glorieuses du passé de la cité se reflètent. Mémoire de la communauté urbaine, de sa grandeur, de la richesse de sa bourgeoisie industrielle dont les sépultures, les fameux panteones, disent la magnificence, les espaces dévolus aux morts ont vocation à devenir des lieux de fréquentation touristique à l’instar du cimetière de l’est parisien, le célèbre Père-Lachaise, cité comme un modèle par la responsable de CBSA lors de l’entretien que nous avons eu22. Le projet Ruta dels Cementeris a donc indéniablement trouvé un terreau favorable dans l’attachement des citadins à leur ville et à sa culture, attachement que le courant catalaniste n’a fait qu’amplifier depuis la fin du XIXe siècle23. Élevé au rang de musée à ciel ouvert, le cimetière devient une voie d’accès au passé prestigieux de Barcelone déroulant aux yeux du visiteur les fragments de sa mémoire plutôt qu’il ne lui renvoie l’image de la mort. Le slogan dont le musée du corbillard a assuré la promotion – Cementeri es ciutat, le cimetière est la ville – relève de la même logique, invitant les vivants à chercher dans la cité des morts une partie de leur histoire.

La collection des corbillards du Musée de Montjuïch, ou l’orchestration de la mort

13Intégré dans un projet de mise en valeur du cimetière dans son ensemble, le musée des corbillards participe depuis 2013 d’une pédagogie qui fait de la mort un des modes d’appropriation du passé. La scénographie du lieu combine exposition de modèles de corbillards et photographies de scènes d’enterrements de personnalités faisant du rituel funéraire qui est donné à voir un épisode du roman national catalan, ou du moins du roman urbain barcelonais. La mise en visibilité de la collection joue en effet sur deux registres.

Photographie 4. Cotxe Usual, VEH0083, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 4. Cotxe Usual, VEH0083, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Ce corbillard ordinaire, dénommé l’araignée du fait de sa forme, fut largement utilisé pour les enterrements des catégories populaires, ouvriers et artisans. Ce modèle figure en 1876 dans le catalogue de la maison Josep Estrada, fabricant de matériel funéraire pour la Casa de la Caritat.

  • 24 Photographie 4.
  • 25 Catalogue du musée Col.lecció de Carrosses Fúnebres-Cementeris de Barcelona, Barcelone, Ajuntament (...)

14Le premier tient au sentiment d’étrangeté que suscite la reconstitution d’une pompe funèbre résolument ancrée dans un passé que le visiteur se figure comme lointain compte tenu de la tonalité baroque du matériel utilisé. Reposant sur une série de corbillards passablement luxueux (un seul d’entre eux est mentionné comme relevant d’un matériel « ordinaire24 »), la collection ne reflète pas la diversité de l’offre que proposait l’ancienne Casa de la Caritat, attestée par les catalogues des modèles de voiture conservés et qui tenait compte des revenus des familles. Les sources manquent pour déterminer les critères qui commandèrent la sélection en 1970 lorsque le musée fut créé. Les pièces exposées témoignent toutefois que parmi les critères de patrimonialisation qui ont orienté les choix, l’originalité a prévalu sur le principe de banalité. Les prédicats esthétiques ont été de même déterminants. Les treize corbillards et six voitures destinées au transport des familles se distinguent donc, dans leur ensemble, par leur somptuosité. La muséographie à l’œuvre constitue en ce sens un exemple d’orchestration de la mort où la magnificence est la règle. Le commentaire des panneaux explicatifs qui oriente la visite situe sans ambiguïté le matériel exposé dans la veine « d’un cérémonial baroque, mis en œuvre par l’aristocratie européenne et par l’Église catholique » que s’approprie à la fin du XIXe siècle « la classe bourgeoise catalane, enrichie par le commerce, les manufactures et la spéculation boursière25 ». Les photographies 2 et 3 offrent un témoignage de cette pompe ostentatoire.

Photographie 5. Estufa, VEH0077, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 5. Estufa, VEH0077, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 6. Grand Doumont, VEH 0061, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 6. Grand Doumont, VEH 0061, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

15Caractérisé par une certaine sobriété tant dans la forme que dans la couleur, le corbillard correspondant à la photographie 5 (Estufa, début XXe siècle) ne s’en inspire pas moins d’un modèle de voiture aristocratique du XVIIIe siècle. Ce véhicule tire son nom des vitres qui protègent l’habitacle mettant ses occupants à l’abri du vent et du froid comme dans une serre. Les éléments du décor soulignent la fonction d’apparat, notamment les grandes plumes d’autruche noire qui ornent les quatre coins du toit et renforcent le caractère aérien du dernier voyage à accomplir. Plébiscitée par la bourgeoisie barcelonaise, l’estufa s’inscrit moins dans la démesure que le corbillard de la photographie 6 (Grand Doumont, début XXe siècle), intégré d’ailleurs tardivement dans la collection de la Casa de la Caritat en 1936. Le Grand Doumont est représentatif du style baroque en vogue auprès de la clientèle aisée de la péninsule, notamment madrilène. Inspiré du modèle créé par le Duc Louis d’Aumont, il est en ébène plaqué de bronze doré. Prévu pour un attelage de 6 chevaux, conduit par deux cochers, il est adapté au rituel funéraire et comporte la statue d’un ange censé guider l’âme du défunt, située à l’avant de la voiture. Le caractère éclectique des constructions est un élément récurrent de la collection : le corbillard de la photographie 7 (Cotxe fúnebre) orné de quatre lampadaires de style isabelin et qui reproduit l’élégance du carrosse arbore une décoration végétale dominée par le pavot, symbole du sommeil éternel. L’emprunt aux symboles religieux de l’Antiquité est constant. Le corbillard de la photographie 8 (Carrossa lleugera d’estil vienès) associe quatre statuettes de l’ange de la mort aux ornements de l’art funéraire égyptien, tels la feuille de papyrus. Le syncrétisme a donc commandé l’inspiration des créateurs donnant naissance à une esthétique funéraire où se croisent les styles et les époques : fascination pour la splendeur de la vie nobiliaire d’Ancien Régime et le faste impérial, ornementation empruntant au symbolisme religieux antique et chrétien. Le fait que ce matériel ait été utilisé jusqu’au milieu du XIXe siècle renforce l’idée que les pratiques funéraires se sont figées dans une sorte de temps immobile, sur plus d’un siècle.

Photographie 7. Cotxe fúnebre, VEH 0069, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 7. Cotxe fúnebre, VEH 0069, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 8. Carrossa lleugera d’estil vienès, VEH0080, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 8. Carrossa lleugera d’estil vienès, VEH0080, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
  • 26 Parmi les ouvrages de référence, on citera à ce propos Bruno Bertherat, Christian Chevandier, Paris (...)
  • 27 Cette pratique est visible sur la photographie 12 correspondant à l’enterrement de Santiago Rusiñol

16L’industrie funéraire qui se développe en Europe au XIXe siècle a imposé pour le dernier voyage le recours à un certain décorum, dont la fonction est évidente26 : approprié à la solennité du moment, il aboutit à mettre la mort à distance, masquée sous l’or de la pompe. La coloration baroque du matériel proposé par la Casa de la Caritat est cependant particulièrement frappante. Certes les pièces de la collection rassemblées au cimetière de Montjuïc ne sont représentatives que d’une catégorie d’enterrements, la plus luxueuse et cet étalement de richesse ne saurait s’assimiler à la norme. Dans leur cas néanmoins, la tendance à faire du cortège funèbre un véritable spectacle est réelle. L’usage pour les proches et amis du défunt de défiler de part et d’autre du corbillard en tenant à la main une bande de tissu noir accrochée au véhicule l’atteste27. Symboles de l’ancienne coutume qui consistait à porter le cercueil à même les épaules, ces pièces de tissu manifestent le degré de proximité avec le défunt. La richesse des éléments de décoration associés aux chevaux tirant les corbillards (caparaçons, rênes, boucles) visible sur la photographie 9 retient également l’attention, de même que les tenues portées par les cochers et les laquais conduisant et accompagnant le véhicule (photographie 10). Sobres pour certaines et conformes au style vestimentaire en usage dans la domesticité à la fin du XIXe siècle (vêtement de cocher), elles copient ouvertement pour d’autres les vêtements portés à la cour de Frédéric de Prusse comme dans le cas de la Casaca Federica negra et de la Casaca Federica quaresma. L’orchestration de la mort que donnent à voir les pièces de la collection est donc teintée d’étrangeté pour le visiteur contemporain. Aussi éloigné de son univers que la tradition des vanitas et des ars moriendi, le spectacle qu’il est invité à contempler contribue sans nul doute à évacuer le caractère obscène et dérangeant de la mort.

Photographie 9. Ornements pour chevaux, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 9. Ornements pour chevaux, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 10. Vestits.

Photographie 10. Vestits.

Exemple de tenues vestimentaires portées par cochers et laquais. Successivement de gauche à droite : tenue d’écuyer d’Aumont associé au Grand Doumont ; vêtement de cocher ; vêtement Casaca federica negra, casaque de laquais à la mode de Frédéric de Prusse ; vêtement Casaca federica quaresma, casaque de laquais associé au corbillard Gòtica ; vêtement casaca blanca, casaque de laquais associé aux enterrements d’enfants.

  • 28 Parmi ces célébrités, citons Frederic Soler « Pitarra » (1895), Jacint Verdaguer (1902), Manuel Gir (...)

17Cette étrangeté se combine toutefois avec une familiarité qui participe aussi au succès du musée. Ce second registre sur lequel joue la scénographie repose sur l’évocation d’enterrements de personnalités28 à travers une série de clichés d’époque grâce auxquels le visiteur peut identifier non seulement les modèles exposés, mais aussi se repérer dans l’espace et dans l’histoire qu’ils ont traversés. Au-delà des sources de type objectal composant la collection, l’environnement des cortèges funèbres est donc recréé donnant à voir la façon dont le rituel se déploie dans la ville. Qu’il se dirige vers le cimetière de Poblenou ou de Montjuic, le cortège des Grands emprunte toujours la Rambla et le Paseo de Gracia, les deux grands axes de la cité. Le décès des notabilités locales (hommes politiques, écrivains, industriels) constitue en effet un événement qui modifie la physionomie de Barcelone : couvert de toile noire, le mobilier urbain est alors masqué ; des crêpes noirs pendent des balcons et des façades tout au long du trajet emprunté par le corbillard, éclairé par des torches.

Photographie 11. Obsèques d’Eusebi Güell, Porte de la Pau, Barcelone, 11 juillet 1918.

Photographie 11. Obsèques d’Eusebi Güell, Porte de la Pau, Barcelone, 11 juillet 1918.

18La participation d’anonymes venus rendre hommage à l’illustre défunt fait partie du rituel. La photographie 11 en offre un exemple lors des obsèques le 11 juillet 1918 d’Eusebi Güell, comte de Güell, industriel et homme politique catalan, par ailleurs mécène bien connu. L’hommage qui lui est rendu par les ouvriers employés dans ses manufactures et par les corporations publiques (garde municipale, représentants du Cercle du Liceo) attire une population nombreuse. Massée le long du cortège, la foule lance des fleurs à son passage. L’enterrement type d’une personnalité est ordonnancé selon un protocole que le musée s’est employé à reconstituer. Ouvert par au moins deux représentants des corps de sécurité à cheval, le cortège est composé des corps de fonctionnaires municipaux ainsi que de l’orchestre municipal. Le corbillard est précédé par un prêtre brandissant la croix suivi des clercs de la paroisse et accompagné par deux files d’enfants de la Casa de Caritat, orphelins formés au service funéraire (visibles sur la photographie 12-a et 12-b). La voiture mortuaire est suivie par les membres de la famille, puis par les personnalités et amis, et enfin par le reste des autorités. Les voitures transportant les fleurs clôturent le cortège.

Photographie 12 a et b. Enfants de la Casa de la Caritat, 1905-1910 ; Catalogue de la Casa Provincial de la Caritat de Barcelona.

Photographie 12 a et b. Enfants de la Casa de la Caritat, 1905-1910 ; Catalogue de la Casa Provincial de la Caritat de Barcelona.

19Si les photographies apportent un témoignage précieux sur le déroulement de la cérémonie, la presse a contribué également à la mise en récit de l’événement. La ferveur populaire qui se manifeste lors des obsèques du peintre et écrivain Santiago Rusiñol a été ainsi mise en exergue dans les journaux de l’époque (photographie 13). Mort à Aranjuez le 13 juin 1931, Rusiñol est enterré le 17 juin au cimetière de Montjuïc. Des milliers de Barcelonais suivent le cortège le long de la rue de Ferran et de la Rambla. Sur la Rambla des Fleurs, les fleuristes perchés sur les murs adjacents lancent des fleurs sur le passage du modèle Estufa qui sert de corbillard à l’artiste. L’hommage qui lui est rendu associe les autorités : défilent dans le cortège Francesc Macià, Président de la Generalitat ; le représentant de la circonscription militaire correspondant à la Catalogne, le Capitaine général López Ochoa ; le gouverneur civil ; le maire de Barcelone, Jaume Aguadé. Accompagnant le défunt jusqu’au cimetière où il est inhumé, anonymes, membres de la famille, personnalités offrent donc l’image d’une communauté urbaine soudée par le deuil, déplorant la perte d’un des plus illustres de ses fils. Par l’image et par le texte, des fragments de la mémoire collective de la ville sont donc restitués à travers l’évocation d’un patrimoine et d’une culture funéraires reliant les contemporains aux hommes du passé.

Photographie 13. Cortège funèbre de Santiago Rusiñol sur la Rambla, Barcelone, 17 juin 1931.

Photographie 13. Cortège funèbre de Santiago Rusiñol sur la Rambla, Barcelone, 17 juin 1931.

 

20La collection de corbillards créée à Barcelone en 1970 a gagné doublement à son transfert en 2013 dans un lieu dédié, situé dans le cimetière de Montjuïc. Le projet muséographique qui a accompagné sa nouvelle implantation a d’une part accru nettement sa visibilité. L’espace dévolu aux modèles contribue à leur mise en valeur, comme la photographie 14 prise de la mezzanine du musée le montre. La collection est devenue en outre un élément d’une politique plus globale de valorisation du patrimoine funéraire qu’incarne le programme Ruta dels Cementeris. Ces différentes initiatives résultent d’un patient travail d’investissement de la part du personnel des services funéraires de la ville, visant à faire connaître l’environnement matériel propre à cette profession.

Photographie 14. Vue d’une partie de la collection prise depuis la mezzanine du musée, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.

Photographie 14. Vue d’une partie de la collection prise depuis la mezzanine du musée, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
  • 29 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine, op. cit.

21L’inscription de la pompe funèbre dans la « chaîne patrimoniale29 » que ces hommes ont mise en œuvre constitue en tout cas une réussite. Le visiteur est invité à pénétrer le territoire des morts à travers un patrimoine architectural et une série d’objets qui sont autant d’outils d’appropriation du passé. En tendant à la société contemporaine un miroir où se reflète la mémoire collective de la cité, la collection de corbillards déroule le fil d’une histoire reliant les vivants et les morts, offrant aux premiers l’occasion d’apprivoiser les modalités du dernier voyage, d’y donner du sens à travers sa mise en image.

Notes

1 Régis Bertrand, « L’ancien matériel des obsèques », dans Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon, 2015, p. 244-247, p. 244 pour la citation.

2 Cementeri de Montjuïc, Rue Mare de Déu de Port, 56-58, 08038 Barcelone, www.cbsa.cat.

3 Jordi Valmaña i Corbella, Directeur Général de Cementeris de Barcelona SA, « Passat i present de la col.lecció », catalogue du musée Col.lecci ó de Carrosses Fúnebres-Cementeris de Barcelona, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2013, p. 5.

4 Pour une approche de la question, on renverra le lecteur français à Isabelle Renaudet, « Du camposanto à la nécropole. Législation et pratiques funéraires en Espagne au XIXe siècle », dans Régis Bertrand, Anne Carol (dir.), Aux origines des cimetières contemporains. Les réformes funéraires de l’Europe occidentale, XVIIIe-XIXe siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2016, p. 275-297.

5 Au nombre de sept : Santa María del Mar, Santa María del Pi, Sant Cugat del Rec, Sant Pere de les Puelles, Sant Just i Pastor, Sant Miquel, Sant Jaume.

6 « Els cementeris i la ciutat », Catalogue du musée Col.lecció de Carrosses Fúnebres-Cementeris de Barcelona, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2013, p. 11.

7 Josep Puy i Juanico, Pobres, desvalguts i asilats. Caritat i beneficència a la Catalunya del segle XIX, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2009.

8 Memoria de la Comisión Especial de Municipalización de los Servicios Fúnebres, Barcelone, Ayuntamiento de Barcelona, 1956, p 50-66.

9 L’un des corbillards exposés dans le musée actuel, l’Imperial, estil Renaixement servit ainsi pour les obsèques du maire de Madrid, Enrique Tierno Galvàn en 1986.

10 Marta Aladrén, entretien du 15 mai 2015.

11 Entretien du 16 avril 2015.

12 Ces catégories d’analyse sont empruntées à Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2012.

13 Barcelone. Guide pratique de voyage, coll. « Let’s Go », Paris, Éditions Dakota, 2003, p. 135.

14 « Sachez qu’il fallait être vierge pour aller au cimetière dans un véhicule blanc ». Les photographies 2 et 3 un exemple de corbillards réservés à cette catégorie de défunt.

15 Le musée de Montjuïc a été inauguré le 2 février 2013, http://aromi.me/page/2/.

16 L’établissement d’une statistique du nombre de visiteurs a accompagné l’ouverture du musée en 2013.

17 Entreprise municipale, Cementeris de Barcelona SA a été fondée en 2006. Outre les cimetières de Montjuïc et Poblenou, elle gère aussi ceux de Sant Andreu, Les Corts, Collserola, Horta, Sants, Sarrià, Sant Gervasi.

18 B:SM pour Barcelona de Serveis Municipals. Cité dans bulletin d’information, Cementeris de Barcelona, juin 2012, p. 1.

19 Juan Cuervo Argudín, « Presentación », dans Elisa Martí i López, Un paseo por el Cementerio de Poblenou, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2007, p. 13.

20 Elisa Martí i López, Un paseig pel Cementeri de PobleNou, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2004 ; El cementeri de Montjuïc. Somnis de Barcelona, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2008.

21 « Prólogo », Elisa Martí i López, Un paseo por el Cementerio de Poblenou, op. cit., p. 18.

22 Marta Aladrén, entretien du 15 mai 2015.

23 On renverra sur ce point à Stéphane Michonneau, Barcelone, mémoire et identité, 1830-1930, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

24 Photographie 4.

25 Catalogue du musée Col.lecció de Carrosses Fúnebres-Cementeris de Barcelona, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2013, p. 101.

26 Parmi les ouvrages de référence, on citera à ce propos Bruno Bertherat, Christian Chevandier, Paris, dernier voyage. Histoire des Pompes funèbres (XIXe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 2008.

27 Cette pratique est visible sur la photographie 12 correspondant à l’enterrement de Santiago Rusiñol.

28 Parmi ces célébrités, citons Frederic Soler « Pitarra » (1895), Jacint Verdaguer (1902), Manuel Girona (1905), Joan Maragall (1911), Enric Prat de la Riba (1917), Eusebi Güell (1918), Santiago Rusiñol (1931), Amadeu Vives (1932), Francesc Macià (1933).

29 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine, op. cit.

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Reconstitution d’un cortège funèbre.
Légende Carte postale, sans date, ancien Musée des corbillards, situé au 2 Rue Sancho de Avila, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photographie 2. Blanca, VEH0022, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
Légende Exemple de corbillard destiné aux enfants et aux jeunes filles mortes avant l’âge du mariage, reconnaissable par sa couleur blanche.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Photographie 3. Angélica or i plata, VEH0025, 1935, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Photographie 4. Cotxe Usual, VEH0083, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
Légende Ce corbillard ordinaire, dénommé l’araignée du fait de sa forme, fut largement utilisé pour les enterrements des catégories populaires, ouvriers et artisans. Ce modèle figure en 1876 dans le catalogue de la maison Josep Estrada, fabricant de matériel funéraire pour la Casa de la Caritat.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographie 5. Estufa, VEH0077, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 6. Grand Doumont, VEH 0061, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photographie 7. Cotxe fúnebre, VEH 0069, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Photographie 8. Carrossa lleugera d’estil vienès, VEH0080, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 9. Ornements pour chevaux, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photographie 10. Vestits.
Légende Exemple de tenues vestimentaires portées par cochers et laquais. Successivement de gauche à droite : tenue d’écuyer d’Aumont associé au Grand Doumont ; vêtement de cocher ; vêtement Casaca federica negra, casaque de laquais à la mode de Frédéric de Prusse ; vêtement Casaca federica quaresma, casaque de laquais associé au corbillard Gòtica ; vêtement casaca blanca, casaque de laquais associé aux enterrements d’enfants.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photographie 11. Obsèques d’Eusebi Güell, Porte de la Pau, Barcelone, 11 juillet 1918.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 858k
Titre Photographie 12 a et b. Enfants de la Casa de la Caritat, 1905-1910 ; Catalogue de la Casa Provincial de la Caritat de Barcelona.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photographie 13. Cortège funèbre de Santiago Rusiñol sur la Rambla, Barcelone, 17 juin 1931.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Photographie 14. Vue d’une partie de la collection prise depuis la mezzanine du musée, Col.lecció de Carrosses Fúnebres, Cimetière de Montjuïc, Barcelone.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17817/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site