Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

« Pompes et circonstances » : l’orchestration de la mort (XIXe-XXIe siècle)

« L’usine du deuil ». Les pompes funèbres à Paris (1874-1998)

Bruno Bertherat

Résumé

« L’usine du deuil » (l’expression date de 1903) désigne le bâtiment des pompes funèbres de la ville Paris inauguré en 1874 104 rue d’Aubervilliers, dans le XIXe arrondissement. Elle renvoie à une époque où les pompes funèbres étaient un monopole (des fabriques et des consistoires, puis des communes) et où les rites funéraires, prélude au culte des morts, avaient une grande importance. Le bâtiment, d’une architecture résolument moderne rappelant celle des gares, formait les gigantesques coulisses d’un théâtre urbain de la mort dont les cimetières étaient la destination finale. Tout au long de son existence, l’institution s’est modernisée, mais elle a dû faire face aussi à la concurrence du secteur privé et à l’évolution des rites funéraires, marquée en particulier par le déclin de la pompe. La fin du monopole en 1993 entraîne la fermeture de l’établissement en 1998 et sa reconversion quelques années plus tard en une institution culturelle qui ne laisse plus rien deviner de ses origines.

The Factory of Mourning. The Funeral Parlor in Paris (1874-1998)
“The mourning factory” (a phrase coined in 1903) was the name given to Paris’ former municipal funeral home, inaugurated in 1874 and located at 104 rue d’Aubervilliers, in the XIXth arrondissement. It refers to a time when funeral services used to be monopolies (of church councils and consistories, and later of municipalities), and when the funeral rituals preceding funeral ceremonies were of great importance. The building, whose decidedly modern architecture was reminiscent of that of railway stations, was the gigantic backstage area of an urban theater of death whose final act took place at the cemetery. The establishment was modernized several times throughout its existence, but faced competition from the private sector and was affected by changes, over time, in funerary rites, particularly the decline in the pomp of funerals. The end of the monopoly in 1993 resulted in the shutting down of the establishment in 1998 and its conversion a few years later into a cultural institution which has left no trace of its origin.

Texte intégral

  • 1 Henry de Forge (1874-1943), « L’usine du deuil », Le Mois littéraire et pittoresque, n° 59, 1903, p (...)

1« L’usine du deuil » est le titre donné, en 1903, par l’homme de lettres Henry de Forge à un article qu’il consacre au bâtiment des pompes funèbres de Paris1. « Pompes funèbres » désigne ici l’administration, le service chargé de fournir tout ce qui est nécessaire au service des funérailles, institution et entreprise à la fois. Le mot « deuil » de l’article est donc logique. Les locaux sont installés depuis 1874 au 104 de la rue d’Aubervilliers dans le XIXe arrondissement, dans un édifice construit pour cet usage, et ils ferment leurs portes en 1998. Par commodité, on appellera ce lieu le « 104 ». Précision : le 104 ne reçoit aucun mort, sauf exception. On y prépare les funérailles.

2Le titre de l’article peut surprendre par le rapprochement qu’il opère entre le monde industriel et le monde funéraire, même si ce rapprochement s’inscrit dans l’âge industriel. À nos yeux d’aujourd’hui, il peut sembler presque incongru, dévalorisant, voire angoissant. On pense à des dystopies typiques des années 1970, comme le film américain, tiré d’un roman, Soleil vert (Richard Fleischer, 1973), qui évoque lui aussi une sorte d’usine du deuil, mais d’un genre particulier. Or, la comparaison de Henri de Forge se veut élogieuse. Pour l’auteur, le bâtiment est à la pointe de la modernité en ce qui concerne l’organisation des funérailles et représente un progrès significatif pour celle-ci.

  • 2 L’expression est tirée du titre d’une chanson de Georges Brassens (1960).
  • 3 Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977 ; Michel Vovelle, La Mort et l’Occide (...)
  • 4 Cet article prend son origine dans un livre écrit avec Christian Chevandier (Paris dernier voyage. (...)

3Mais cette modernité est celle de son temps, un temps qui prend fin officiellement en 1998. C’est donc à ces « funérailles d’antan2 » qu’il faut revenir et à toute une culture de la mort qui a beaucoup changé aujourd’hui3, dont le 104 a été à Paris un lieu emblématique, à l’égal des grands cimetières apparus au début du XIXe siècle. À cette différence près que, si le 104 est toujours debout aujourd’hui, il n’a plus aucune fonction funéraire. Pour comprendre l’histoire de cet édifice, il faudra d’abord saisir les origines de sa construction, puis les logiques de son fonctionnement avant de voir ses transformations et les causes de son déclin4.

Pourquoi une usine pour le deuil ?

4Parce que les pratiques funéraires sont une dimension fondamentale de la culture de la mort. Parce que Paris est la ville la plus peuplée de France. Il faut donc voir en quoi consiste cette culture, puis quelle est la réponse architecturale apportée à ce besoin dans la capitale.

 

  • 5 Titre V, articles 18 à 26. Sur ce décret, voir Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Aux origines de (...)
  • 6 Il s’agit de Léon Vafflard, adjudicataire depuis 1852. C’est un personnage important de l’histoire (...)

5Le système funéraire tel qu’il existe à Paris en 1874 est un monopole. Il a été fondé en 1804 par le décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804) qui réglemente à la fois les funérailles et les cimetières5. Il attribue le monopole des funérailles aux institutions qui administrent les établissements publics du culte : les conseils de fabriques pour l’Église catholique et les consistoires pour les cultes calviniste, luthérien et juif. À Paris, à l’époque où le 104 ouvre ses portes, le service des pompes funèbres fonctionne sur le modèle de la régie intéressée, un système mixte dans lequel collaborent le régisseur6 et les établissements publics de culte, qui sont représentés par une commission administrative. À partir de 1878, ces derniers gèrent directement l’établissement : on parle de régie directe.

  • 7 Échappent à cette prise en charge par exemple les corps inconnus ou non réclamés de la Morgue (jusq (...)

6Le monopole religieux est remis en cause par le processus de laïcisation voulu par la IIIe République. À partir de 1906 (loi du 28 décembre 1904), le monopole des fabriques et des consistoires est transféré aux communes. Les communes peuvent assurer directement le service en créant une régie municipale, déléguer la gestion du service à une entreprise privée par un contrat de concession ou s’abstenir d’organiser le service et laisser faire les administrés. C’est le premier régime qui est choisi par Paris et d’autres grandes villes comme Marseille ou Lyon. Ainsi les pompes funèbres de Paris deviennent le Service municipal des pompes funèbres de la ville de Paris (SMPF). Qu’il soit religieux ou laïc, ce monopole a une conséquence : le 104 doit gérer toutes les funérailles ou presque7, autrement dit environ 50 000 funérailles par an au début du XXe siècle.

 

  • 8 Arnold Van Gennep, Le Folklore français, vol. 1, Du berceau à la tombe. Cycles de carnaval-carême e (...)
  • 9 Régis Bertrand parle de « transition funéraire » pour caractériser la triple mutation des pratiques (...)

7L’organisation des pompes funèbres parisiennes est révélatrice de l’importance que revêt le rite des funérailles8, qui commence avec l’exposition du défunt à son domicile et se termine avec l’inhumation dans une tombe individuelle au cimetière. Les funérailles sont le point de départ d’un véritable « culte des morts », dont la visite au cimetière est l’un des aspects les plus significatifs9. Elles sont caractérisées par la pompe que l’on retrouve dans la pose des tentures extérieures, la profusion des fleurs, le choix du corbillard. La ville de Paris est sillonnée chaque jour par des convois mortuaires qui sont clairement identifiables par le public. Le convoi est composé du corbillard, suivi à pied par la famille, les proches. Il se déplace au pas et impose son rythme à Paris, où l’urbanisme haussmannien facilite pourtant la fluidité et la rapidité de la circulation. L’ostentation est encore présente à l’église, où s’arrêtent la grande majorité des cortèges parisiens, malgré l’essor des enterrements civils.

  • 10 Sauf pour les enfants, dont le corbillard peut être en blanc.

8Le deuil et les funérailles obéissent à une codification des attitudes et des couleurs. Les manuels de savoir-vivre donnent des conseils pour les proches et chacun dans la rue est censé montrer un signe de respect au passage d’un convoi funéraire. C’est par la profusion des signes extérieurs du deuil que la douleur s’exprime. Le noir s’impose comme la couleur du deuil par excellence, pour les personnes comme pour les objets, tentures et véhicules en particulier10. Ce n’est pas tant le mort que l’on voit que la mise en scène funéraire : dans l’espace public, le cadavre disparaît sous la pompe, puis dans la tombe.

9C’est en appliquant ces rites que le 104 doit prendre en charge tous les morts. Le traitement de ces morts est-il égalitaire ? La réponse est ambivalente. À Paris, le mode d’inhumation est, depuis le début du siècle, le même pour tous : le linceul et le cercueil sont obligatoires, tout comme le transport des corps isolément sur un char attelé de deux chevaux au pas, accompagnés d’un ordonnateur et de porteurs vers le cimetière. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les jeunes enfants sont encore transportés dans des brancards. Les funérailles et l’inhumation sont gratuites pour les indigents. Le financement est assuré par une taxe prélevée sur les familles riches qui s’offrent des obsèques coûteuses : les riches paient donc pour les pauvres.

  • 11 AP, 2484W 566 et Annuaire statistique de la ville de Paris.

10Cependant, l’égalité s’arrête là où commence la pompe. Les funérailles sont organisées selon un système de classes avec des tarifs de plus en plus élevés. Les classes indiquent les degrés que prend la pompe. Il y a 9 classes et le service gratuit. Au moment de l’ouverture du 104, la classe la plus élevée coûte plus de 7 000 francs, la dernière un peu moins de 18 francs. Les tentures, le cercueil, le corbillard sont autant de critères de distinction. En 1875, sur 47 488 convois, seuls 15 relèvent de la 1re classe, alors que plus de la moitié (26 486) sont gratuits. Les convois des dernières classes sont particulièrement nombreux eux aussi11. La grande majorité des Parisiens se fait donc enterrer avec peu ou pas de pompe.

 

  • 12 Avant leur déménagement rue d’Aubervilliers, elles étaient installées depuis 1852 dans le Xe arrond (...)
  • 13 Le projet de construction et les plans sont approuvés par le conseil municipal en 1870, peu avant l (...)

11Par conséquent, la préoccupation des autorités parisiennes est de trouver un bâtiment et des services qui correspondent aux besoins. Pour des raisons de décence, mais aussi d’hygiène : la hantise des grandes villes est de ne pas pouvoir gérer leurs morts. Jusqu’en 1874, les pompes funèbres parisiennes ont dû changer plusieurs fois de lieux pour ces raisons12. Le 104 paraît répondre à ces contraintes sur la longue durée : sa longévité en témoigne. Le bâtiment, de forme rectangulaire, est situé à la nouvelle périphérie de la ville, dans un quartier dévolu aux industries, aux transports, aux services. C’est un espace très vaste (1,5 hectare environ), occupé précédemment par des abattoirs, situé entre la rue d’Aubervilliers et la rue Curial. Si l’architecte, Édouard Delebarre de Bay, est un quasi inconnu, ce n’est pas le cas de son supérieur Victor Baltard, le directeur des travaux d’architecture de la ville (jusqu’à la fin du Second Empire). Son influence sur son subordonné semble avoir été déterminante13.

  • 14 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès, (...)

12Le bâtiment devait répondre à deux obligations : la centralisation et la rationalisation des espaces et des services. Les locaux sont composés de deux séries de halles séparées par des cours à ciel ouvert. L’établissement est un immense squelette de métal enrobé par une enveloppe de pierres et de briques, comme il est d’usage à l’époque pour les édifices utilisant l’architecture métallique. Les halles sont éclairées par des verrières. Ce dispositif rappelle l’architecture des gares parisiennes, mais aussi celle des abattoirs de La Villette, non loin de là, ou celle des Halles, que l’on doit à Baltard14. La ressemblance est accentuée par l’absence de symboles funéraires à l’extérieur de l’édifice. L’espace ainsi dégagé et aménagé permet le déploiement de toutes les fonctions.

13Le 104 est complété par d’autres sites : l’un, juste à côté, pour le stockage des planches et la fabrication des cercueils ; l’autre, 141 avenue du Maine, dans le XIVe arrondissement, qui sert d’annexe pour la rive gauche. En fait, l’installation du 104 s’inscrit dans une période marquée par une recomposition et une modernisation du paysage funéraire parisien qui s’amorce avec la période haussmannienne : création de nouveaux cimetières réservés aux morts parisiens à la périphérie de la ville entre 1858 (Saint-Ouen) et 1929 (Thiais), installation d’une nouvelle Morgue derrière Notre-Dame en 1864, création de deux dépôts mortuaires (pour les morts dont les familles n’ont pas assez d’espace chez eux) dans les cimetières de Montmartre et du Père-Lachaise en 1890 et 1892 (remplacés par un dépôt unique en 1913 au cimetière de La Villette). Le 104 forme les gigantesques coulisses de ce théâtre urbain de la mort.

Comment fonctionne-t-elle ?

14Pour comprendre le fonctionnement du 104, on s’intéressera au début du XXe siècle qui est considéré comme l’âge d’or de la pompe funèbre et celui de l’établissement, et plus particulièrement à l’organisation des lieux et à celle du personnel.

 

15L’entrée principale, c’est-à-dire le pavillon de la rue d’Aubervilliers (l’autre étant située rue Curial), est le siège de l’administration, où s’effectuent notamment les commandes, et du logement du directeur. Munie d’un grand porche entouré de deux portes piétonnes, elle est d’aspect monumental. De son bureau, le directeur peut surveiller toutes les opérations. La cour derrière ce pavillon est bordée à sa gauche par une cour couverte réservée aux échelles destinées à la pose des tentures.

16Cette cour donne sur la grande halle qui sert de remise aux chariots destinés au transport des draperies, échelles, cercueils et accessoires servant aux enterrements et qui sont rangés à droite et à gauche de la halle. À droite de la grande halle, se trouvent les locaux où sont entreposés les boiseries, les bronzes et candélabres, les luminaires, où sont également garnis les cercueils et préparés les luminaires. À gauche, sont emmagasinées et entretenus les tentures, les garnitures des corbillards et les livrées. À l’entresol de ces halles latérales, on trouve différents magasins ou ateliers, comme l’atelier de tapisserie et l’atelier de décoration. Le sous-sol est occupé par le grand magasin des cercueils.

17On accède aux trois autres halles par une deuxième cour, où se trouvent à droite un séchoir à air chaud et un atelier de plomberie. La halle centrale (pour moitié) et les deux autres halles servent de remise pour les corbillards, les berlines, les chars et les voitures. L’autre moitié de la halle centrale donne sur une rampe qui permet d’accéder au sous-sol qui contient les écuries. Les deux halles qui entourent la halle centrale sont surmontées par les greniers à fourrage et à paille et par des vestiaires pour les cochers. Une troisième cour sépare les trois halles du bâtiment de la rue Curial. Elle comporte notamment deux réservoirs d’eau. Le bâtiment de la rue Curial, quant à lui, est occupé par la loge du concierge, des logements et des vestiaires pour le personnel, la salle du barbier, une pharmacie, mais aussi des box pour les chevaux malades. Il est encadré par la maréchalerie et un préau pour les porteurs.

18Les moyens de transport occupent donc la plus grande partie de l’espace disponible. Par son ampleur, cet espace permet la constitution, le déplacement des convois ainsi que leur dislocation à leur retour. Il est en quelque sorte l’équivalent d’une gare de triage. Cette gare de triage est aussi une usine, où l’on fabrique et l’on entretient le matériel. C’est enfin un lieu de vie pour le personnel qui y travaille et qui parfois y habite ou se repose en attendant la formation des convois. L’ampleur des espaces, protégés des intempéries mais ouverts sur l’extérieur grâce à de multiples cours, l’abondance de l’éclairage naturel, la présence d’égouts, de lieux d’aisances, de multiples points d’eau, d’espaces de soin ont des visées hygiénistes, typiques de l’époque.

 

19À la rationalisation de l’espace correspond celle du personnel. Au début du XXe siècle, le personnel au grand complet comporte environ un millier d’agents, organisés selon une division du travail et une hiérarchie très strictes. Il y a tout d’abord le personnel administratif à la tête duquel se trouve le directeur, secondé par un inspecteur chargé de surveiller le bon déroulement des funérailles. Il faut leur ajouter les employés de bureau chargés de la réception des commandes, de la centralisation des ordres et de l’organisation des services. Dans chaque mairie, l’administration des pompes funèbres est représentée par un préposé, qui la prévient de tous les avis de commande.

20Il y a aussi le monde des ouvriers spécialisés, tels les ouvriers dévolus à la fabrication et à la préparation des cercueils. Et parmi eux les menuisiers, mais aussi des vernisseurs qui terminent les cercueils. D’autres personnes assurent la fabrication et la restauration des multiples ornements et accessoires funéraires. Quant aux femmes, peu nombreuses au 104, elles sont spécialisées dans la confection des tentures et leur nettoyage. D’autres ouvriers ont en charge le matériel roulant et les chevaux. Or, les uns et les autres sont nombreux. À la fin du XIXe siècle, le parc comprend plus de 350 véhicules aux fonctions diverses (corbillards pour le transport des cercueils, véhicules pour les familles, véhicules pour le transport des tentures et la livraison des cercueils) et plus de 350 chevaux. Et là aussi les qualifications sont très diverses. On compte notamment des charrons, des forgerons, des selliers, des palefreniers.

21La dernière catégorie est la plus connue du public, puisque la seule visible : il s’agit du personnel chargé de l’exécution des funérailles. Il constitue à la veille de la Première Guerre mondiale environ les deux tiers du personnel. C’est une véritable armée du deuil avec son état-major, son intendance et ses soldats. Le personnage le plus important est le conducteur des convois ou ordonnateur des pompes funèbres, qui représente l’autorité publique et qui est l’intermédiaire entre le public et l’Administration. L’ordonnateur porte, à la fin du XIXe siècle, l’écharpe rouge et bleue, ses insignes brodés au collet de l’habit et la cocarde aux deux couleurs, signe de l’autorité municipale dont il dépend. Il tient à la main le bâton d’ébène, symbole d’autorité. Il a sous ses ordres le maître de cérémonie, appelé « pleureur » en jargon professionnel, le seul autorisé à porter l’épée. C’est lui qui est chargé du bon déroulement des cérémonies. Il dirige les officiers à manteau, les hommes de deuil, les valets de pied. L’intendance est représentée en particulier par les tendeurs chargés d’installer les tentures au domicile du mort, voire à l’église. Quant aux soldats, ils sont incarnés par les cochers et les porteurs, souvent appelés « croque-morts ». Cette dernière catégorie représente plus du tiers de la totalité des effectifs du 104. On comprend dès lors qu’un espace important leur soit réservé.

  • 15 Daniel Roche, La Culture équestre de l’Occident, XVIe-XIXe siècle. L’ombre du cheval, Paris, Fayard (...)

22Une partie de ces métiers montre l’importance accordée aux chevaux, tout autant que l’espace qui leur est consacré, pour vivre et se mouvoir lorsque les convois se forment. Ce bâtiment de l’âge industriel, aux allures de halles ou de gare, a été conçu aussi pour le cheval. Celui-ci est donc essentiel au fonctionnement de l’établissement, comme il demeure essentiel au fonctionnement de la ville avant 191415. Mais les chevaux disent plus encore, par leur nombre, leur harnachement, les véhicules qu’ils convoient, les hommes qui l’utilisent et l’entretiennent : la distinction sociale. Sans cheval, pas de pompe funèbre.

  • 16 AP, 2484W 597.

23Au total, le grand nombre et la diversité des fonctions des membres du personnel fait du 104 une véritable ruche. À l’autre bout du siècle (1991), un film produit par le SMPF sur le travail de ses employés fait écho au texte de Henri de Forge16. Il souligne la complémentarité des tâches, le professionnalisme des employés et la solidarité du groupe, inscrivant les métiers des pompes funèbres dans des pratiques immémoriales.

Comment s’adapte-t-elle ?

24Cette adaptation, qui doit être replacée dans son contexte démographique, la baisse de la population parisienne depuis les années 1920, comporte différents volets : la modernisation, la concurrence, l’évolution des mentalités. On n’évoquera pas ici les dysfonctionnements du service, les pics de mortalité (grippe espagnole de 1918-1919), qui ont pu remettre en cause ponctuellement son efficacité.

 

  • 17 Mathieu Flonneau, Paris et l’automobile. Un siècle de passions, Paris, Hachette Littératures, 2005.

25La modernisation s’oriente dans deux directions : la mécanisation et la rationalisation des services. L’introduction des voitures automobiles est la grande révolution instaurée au sortir de la Première Guerre mondiale. Elle correspond à l’essor de l’automobile dans les modes de circulation à Paris et dans sa banlieue. Par rapport aux transports hippomobiles, l’automobile est à la fois moins coûteuse et plus rapide surtout sur les distances plus longues, en particulier vers les cimetières extra muros. Le premier convoi automobile est exécuté en février 1929. En 1936, les convois hippomobiles disparaissent. Dans le 104, comme à l’échelle de la ville, la civilisation du cheval est remplacée par celle de la voiture17.

26Le 104 connaît alors des travaux d’importance. Terminés au début des années 1930, ils consistent en l’installation d’un garage avec parking à l’emplacement des remises pour les voitures et d’une réserve d’essence installée à droite de la cour derrière le pavillon de la rue d’Aubervilliers. Les écuries servent désormais au stockage des pièces de bois utilisées pour les tentures et à la chaufferie pour les magasins, les ateliers. L’odeur de l’essence remplace désormais celle du fumier. Des travaux similaires ont lieu au dépôt de l’avenue du Maine. Moins spectaculaire, le développement de la fabrication en série des cercueils est permis par l’introduction de machines-outils. Les ateliers sont aménagés autour des machines-outils avec des chariots et des transrouleurs. Au cours du XXe siècle, le 104 confirme donc sa vocation d’« usine du deuil ».

27En dehors de la mécanisation, le SMPF tente d’améliorer le rendement et la productivité, surtout à partir des années 1940, sous l’impulsion et parfois la pression des autorités, voire des médias : lancement d’imprimés pour les commandes de convois, emploi de « tableaux-plannings » pour une meilleure répartition des convois entre les porteurs et les conducteurs, création d’un service central d’achat et de réception, introduction de l’informatique (tout au moins au 104), etc. La publicité du service évolue elle aussi. Dans les années 1980, les familles sont informées par le biais du minitel (3614 PFM), informations qui complètent les multiples brochures pratiques.

28La modernisation des pompes funèbres entraîne une évolution des métiers dès les années 1920. Les cochers, les palefreniers sont remplacés par des conducteurs et des mécaniciens ; le nombre des porteurs diminue. Les porteurs à pied sont remplacés par des porteurs cyclistes, puis cyclomotorisés. Elle entraîne aussi une diminution du personnel, spécialement du personnel ouvrier, après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le nombre d’agents passe sous la barre des 800 à la fin des années 1960.

 

  • 18 Voir les travaux de Thomas Kselman, de Didier Boissin et de Pascale Trompette.
  • 19 Emmanuel Bellanger, La Mort, une affaire publique…, op. cit.

29La concurrence des entreprises privées est un défi autrement plus difficile à relever18. Les maisons de deuil peuvent jouer le rôle d’intermédiaire entre le public et l’administration, en particulier les pompes funèbres. Elles prennent en charge, à la place de la famille du mort, le règlement des formalités liées aux funérailles, des papiers officiels à l’inhumation en passant par le convoi et les cérémonies religieuses. Pour cette raison, les personnels dévolus à cette tâche sont appelés régleurs. La loi de 1904 accentue la concurrence. Elle restreint en effet le monopole des fournitures et des prestations. Les Pompes funèbres générales (PFG) dominent le monde des agences privées. Créées en 1848 à Paris, elles obtiennent de la plupart des communes de la banlieue parisienne la concession du service public funéraire19.

  • 20 Jean-Pierre Clerc, « Les obsèques, commerce ou service public ? », Le Monde, 21, 22 et 23 octobre 1 (...)

30Des conflits éclatent entre le 104 et les agences privées à propos des fournitures et prestations qui n’avaient pas été évoquées par la loi de 1904 comme faisant partie du monopole. Ils sont progressivement réglés par la jurisprudence dans l’entre-deux-guerres. Sont par exemple exclus du monopole les accessoires du cercueil ou les soins du corps. En fait, deux logiques s’affrontent : une logique de service public, celle du 104, et une logique commerciale, celle des agences privées20. Les critiques les plus fortes concernent le racolage des agences privées à domicile, aux abords des hôpitaux et des mairies, et jusqu’à l’intérieur de ces établissements pour s’imposer comme les intermédiaires des familles. On observe également des tensions entre les PFG et les petites et moyennes agences, qui leur reprochent en particulier de pratiquer un dumping sur les fournitures non monopolisées.

31Dans le dernier tiers du XXe siècle, les critiques et les polémiques se multiplient à l’encontre de la loi de 1904. La loi du 9 janvier 1986 apparaît comme une première remise en cause du monopole. Elle permet aux familles de choisir entre les différents opérateurs des communes où se déroulent les funérailles (commune du lieu de mise en bière ou du domicile ou encore du lieu d’inhumation ou de crémation). Les familles parisiennes peuvent désormais confier la totalité du service funéraire non plus seulement au SMPF, mais aussi à l’un des opérateurs (en général une agence privée) installés dans une des communes citées.

 

  • 21 AP, 1326W 33, dossier « Notes, correspondances, décrets, arrêtés, BMO relatifs à l’activité des Ser (...)

32Enfin, l’évolution des pratiques funéraires a joué un rôle. Même si déjà au XIXe siècle les « excès » de la pompe ont pu être critiqués, c’est au XXe siècle qu’apparaissent une série de mutations qui vont toutes dans le même sens, celui du déclin de la pompe funèbre. Ce déclin commence paradoxalement à un moment où le deuil et les funérailles prennent une dimension considérable dans la société française : la Première Guerre mondiale. La mécanisation des convois marque une autre étape décisive dans le déclin de la pompe. Derrière cet argument d’efficacité se profile une remise en cause des convois traditionnels qui témoigne d’une évolution des sensibilités. Un conseiller municipal parisien affirme en 1923 que ce sont des « promenades endeuillées qui évoquent des âges révolus ». Et il souhaite des « exhibitions de deuil moins ostentatoires21 ».

  • 22 À l’allure normale dès le domicile au lieu d’inhumation pour les autres convois (civils et d’autres (...)

33En outre, l’automobile apporte ou facilite une simplification formelle. Les différences formelles entre un corbillard de 1re classe et un corbillard de dernière classe sont en effet moins spectaculaires. La pompe tend à se simplifier et les convois à s’uniformiser. Désormais, les corbillards automobiles vont « au pas » du domicile mortuaire à l’église, puis à l’allure normale d’une automobile de l’église au cimetière (pour les catholiques)22, ce qui signifie que la partie habituellement la plus longue du trajet se fond dans la circulation automobile. Le rôle du chef de convoi devient inutile. Désormais, la plus grande rapidité du transport n’est plus jugée contraire à la décence. La lente solennité du convoi s’estompe.

34Après la Seconde Guerre mondiale, la simplification des rites funéraires s’accentue. En 1964, alors que se développe une politique urbaine en faveur de la voiture, le préfet de la Seine supprime le convoi au pas en raison des difficultés croissantes de circulation. Les convois funéraires se fondent dans la circulation. La hiérarchie des classes d’enterrement se réduit (4 en 1971). Les couleurs s’éclaircissent et les tentures sont de moins en moins demandées par les familles. Les cérémonies à l’église se simplifient également. En 1962, dans la lignée des réformes de Vatican II, l’Église supprime les classes de funérailles, et notamment l’usage des tentures intérieures et extérieures. Ajoutons également l’essor des décès en milieu hospitalier et celui de la crémation. Ces évolutions profondes ont touché toutes les entreprises du funéraire, mais elles ont contribué à affaiblir un peu plus le 104.

35Le 104 n’emploie plus que 160 agents au moment de la fermeture. La loi du 8 janvier 1993 met fin au monopole municipal des pompes funèbres et libéralise le marché funéraire. À cette époque, les locaux de la rue d’Aubervilliers sont en grande partie désaffectés. Le 10 janvier 1998, le monopole prend officiellement fin et le 104 ferme ses portes.

Conclusion

36Le 104 est devenu aujourd’hui « Le Centquatre-Paris », un établissement culturel et artistique appartenant à la ville de Paris, inauguré en 2008. Il ne reste quasiment plus aucune trace visible de sa fonction initiale, à l’exception de l’inscription au-dessus de l’entrée de la rue d’Aubervilliers et d’une notice sur le site Internet de l’établissement23. Quelques années auparavant, l’édifice avait évité sa destruction à la suite de son classement aux Monuments historiques en tant qu’« édifice fonctionnaliste proche de l’architecture des grandes gares24 ». Quant à l’annexe du XIVe arrondissement, elle a été rasée et remplacée par le siège du syndicat Force ouvrière.

37Il existe toujours un service municipal des pompes funèbres à Paris (Services funéraires de la Ville de Paris), dont le siège administratif est situé 2 à 12 rue de Bellevue, dans le XIXe arrondissement. Quant à la concurrence, elle continue de faire rage. Le groupe OGF, dont font partie les PFG, est le leader du marché. Le 104 correspondait à l’âge d’or d’un système funéraire, où les funérailles se voyaient, où elles avaient leur place dans la ville, où elles étaient parfois même un spectacle. Il a été le théâtre des lentes mutations des pratiques funéraires et, d’une manière générale, des évolutions de la culture de la mort.

  • 25 D’après le décret de prairial, l’inhumation en propriété privée est possible et il y a des exceptio (...)
  • 26 Sur ce sujet, nous renvoyons à un ouvrage issu de journées d’étude organisées à l’université d’Avig (...)

38Ainsi, les lieux de la mort ne se résument pas aux seuls cimetières, qui par ailleurs ne sont plus l’unique destination des morts25. Il y a les hôpitaux, les funérariums, voire les crématoriums où les morts transitent. Il y a aussi tous les espaces de production de la culture matérielle de la mort, dont faisait partie le 104, et qui se caractérisent par une grande diversité : des grandes villes aux petits villages, comme celui qui apparaît dans le film Jeux interdits de René Clément (1952) ; des grandes entreprises, comme les PFG, aux petits artisans, comme les marbriers. Les études manquent dans ce domaine pour permettre des comparaisons, pour mettre en valeur un patrimoine jusque-là négligé26. À cet égard, l’apport de l’archéologie industrielle pourrait être très utile.

  • 27 Par exemple, les travaux de Julien Bernard (Croquemort. Une anthropologie des émotions, Paris, éd. (...)
  • 28 Les graffitis qui se trouvaient à l’intérieur des locaux du 104 n’ont pas été conservés ni photogra (...)
  • 29 Le directeur en question était Pierre Anduze. Voir Bruno Bertherat et Christian Chevandier, Paris d (...)

39Ces lieux font également apparaître des métiers dont il faudrait saisir toutes les dimensions : compétences mises en œuvre, attitudes devant la mort, sociabilités, relations avec celles et ceux qui sont « en dehors », imaginaires sociaux27. La quête des traces est de nouveau essentielle, qu’il s’agisse de graffitis, d’archives privées ou de sources orales28. Et l’on reste frappé par la richesse des pratiques et des imaginaires, la diversité des formes d’appropriation, dont témoignent les jeux, tantôt graves, tantôt insouciants, des deux enfants du film de René Clément ou de ceux d’un des directeurs du 10429.

Notes

1 Henry de Forge (1874-1943), « L’usine du deuil », Le Mois littéraire et pittoresque, n° 59, 1903, p. 596-605. L’article comporte de nombreuses photographies.

2 L’expression est tirée du titre d’une chanson de Georges Brassens (1960).

3 Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977 ; Michel Vovelle, La Mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983 [réédition en 2000] ; Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux de sépultures et le culte du souvenir des morts dans le Sud-Est de la France depuis la fin du XVIIe siècle, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 1, 1994 et Mort et mémoire. Provence, XVIIIe-XXe siècles. Une approche d’historien, Marseille, La Thune, 2011. Voir aussi de François Michaud Nérard, directeur des Services funéraires de la Ville de Paris, La Révolution de la mort, Paris, Vuibert, 2007.

4 Cet article prend son origine dans un livre écrit avec Christian Chevandier (Paris dernier voyage. Histoire des pompes funèbres (XIXe-XXe siècles), Paris, La Découverte, 2008), auquel on se reportera pour les sources. Les archives du 104 se trouvent aux Archives de Paris (AP) : 1226W, 1326W et 2884W.

Deux ouvrages importants sont parus la même année portant sur les entreprises du funéraire : Emmanuel Bellanger, La Mort, une affaire publique. Histoire du syndicat intercommunal funéraire de la région parisienne, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2008 et Pascale Trompette, Le Marché des défunts, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2008 (dans le prolongement de recherches plus anciennes : Olivier Boissin et Pascale Trompette, Les Services funéraires. Du monopole public au marché concurrentiel. Rapport final, Étude pour la DARES, octobre 2002). Ce thème avait été largement abordé par Thomas Kselman quelques années auparavant : Death and the Afterlife in Modern France, Princeton, Princeton University Press, 1993, p. 222-290. Voir également Christèle Falzon, Les Pompes funèbres à Paris au XIXe siècle, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Paris X, 1995. Remerciements à Michel Bertherat, à Christian Chevandier et à Gérald Monpas.

5 Titre V, articles 18 à 26. Sur ce décret, voir Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Aux origines des cimetières contemporains. Les réformes funéraires de l'Europe occidentale, XVIIIe-XIXe siècle, Aix-en-Provence, PUP, 2016.

6 Il s’agit de Léon Vafflard, adjudicataire depuis 1852. C’est un personnage important de l’histoire funéraire de la capitale, qui mériterait une biographie.

7 Échappent à cette prise en charge par exemple les corps inconnus ou non réclamés de la Morgue (jusqu’à la fin du XIXe siècle) et les guillotinés, dont le corps n’est pas réclamé par la famille.

8 Arnold Van Gennep, Le Folklore français, vol. 1, Du berceau à la tombe. Cycles de carnaval-carême et de Pâques, Paris, Robert Laffont, 1998 [1943, 1946, 1948], p. 557-702.

9 Régis Bertrand parle de « transition funéraire » pour caractériser la triple mutation des pratiques funéraires apportée par le XIXe siècle : celle du cimetière, désormais conçu comme un jardin funéraire ouvert à la visite et dont le tombeau sur caveau est le modèle ; celle des obsèques, dont le cortège est ouvert aux proches, aux confrères du défunt et à toute personne désireuse de lui rendre hommage en l’accompagnant jusqu’à sa « dernière demeure » ; celle du culte commémoratif des morts, public et privé, marqué notamment par la visite et le fleurissement des tombes (Régis Bertrand, Mort et mémoire..., op. cit., p. 21-56).

10 Sauf pour les enfants, dont le corbillard peut être en blanc.

11 AP, 2484W 566 et Annuaire statistique de la ville de Paris.

12 Avant leur déménagement rue d’Aubervilliers, elles étaient installées depuis 1852 dans le Xe arrondissement, rue Alibert.

13 Le projet de construction et les plans sont approuvés par le conseil municipal en 1870, peu avant la chute de l’Empire.

14 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1999.

15 Daniel Roche, La Culture équestre de l’Occident, XVIe-XIXe siècle. L’ombre du cheval, Paris, Fayard, 2008 et 2011, 2 t.).

16 AP, 2484W 597.

17 Mathieu Flonneau, Paris et l’automobile. Un siècle de passions, Paris, Hachette Littératures, 2005.

18 Voir les travaux de Thomas Kselman, de Didier Boissin et de Pascale Trompette.

19 Emmanuel Bellanger, La Mort, une affaire publique…, op. cit.

20 Jean-Pierre Clerc, « Les obsèques, commerce ou service public ? », Le Monde, 21, 22 et 23 octobre 1970.

21 AP, 1326W 33, dossier « Notes, correspondances, décrets, arrêtés, BMO relatifs à l’activité des Services Municipaux des Pompes funèbres 1906-1938 et 1907-1955 » (26 mars 1923).

22 À l’allure normale dès le domicile au lieu d’inhumation pour les autres convois (civils et d’autres religions).

23 http://www.104.fr/centquatre/qui-sommes-nous/histoire.html (site consulté le 21 juin 2015).

24 Par un arrêté du 21 janvier 1997. Voir http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapamer_fr (consulté le 22 juin 2015).

25 D’après le décret de prairial, l’inhumation en propriété privée est possible et il y a des exceptions concernant certains lieux publics (par exemple, Notre-Dame pour les archevêques ou le Panthéon pour les « grands hommes »). Le décret du 20 août 1976 autorise la dispersion des cendres dans la nature, possibilité confirmée par la loi du 19 décembre 2008, qui interdit par ailleurs la conservation des cendres au domicile.

26 Sur ce sujet, nous renvoyons à un ouvrage issu de journées d’étude organisées à l’université d’Avignon avec Christian Chevandier : Bruno Bertherat dir., Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2015, et en particulier aux textes de Véronique Belle, « Les sources de la marbrerie funéraire. L’exemple lyonnais » et « Entretien avec Madame Paulette Favre », p. 65-82.

27 Par exemple, les travaux de Julien Bernard (Croquemort. Une anthropologie des émotions, Paris, éd. Métailié, 2009), de Judith Wolf (Des Corps morts à l’hôpital. Transformations des pratiques professionnelles et enjeux anthropologiques, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, 2010) et de Valérie Souffron (« Toutes émotions consumées ? Les “conducteurs de four” dans les services funéraires : technologie et distance », Communications, n° 89, 2011/2, p. 71-87).

28 Les graffitis qui se trouvaient à l’intérieur des locaux du 104 n’ont pas été conservés ni photographiés à notre connaissance. Des archives privées et des entretiens ont été recueillis par Christian Chevandier (voir la dernière partie de notre livre commun).

29 Le directeur en question était Pierre Anduze. Voir Bruno Bertherat et Christian Chevandier, Paris dernier voyage…, op. cit., p. 169. On dispose également d’un court texte d’Anne Dreyfus (8 feuillets), petite-fille de Pierre Anduze, et adressé au maire de Paris en 2007, racontant ses souvenirs du 104, qui n’a pas été déposé aux Archives de Paris.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site