Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

« Pompes et circonstances » : l’orchestration de la mort (XIXe-XXIe siècle)

« L’usine du deuil ». Les pompes funèbres à Paris (1874-1998)

Bruno Bertherat

Résumé

« L’usine du deuil » (l’expression date de 1903) désigne le bâtiment des pompes funèbres de la ville Paris inauguré en 1874 104 rue d’Aubervilliers, dans le XIXe arrondissement. Elle renvoie à une époque où les pompes funèbres étaient un monopole (des fabriques et des consistoires, puis des communes) et où les rites funéraires, prélude au culte des morts, avaient une grande importance. Le bâtiment, d’une architecture résolument moderne rappelant celle des gares, formait les gigantesques coulisses d’un théâtre urbain de la mort dont les cimetières étaient la destination finale. Tout au long de son existence, l’institution s’est modernisée, mais elle a dû faire face aussi à la concurrence du secteur privé et à l’évolution des rites funéraires, marquée en particulier par le déclin de la pompe. La fin du monopole en 1993 entraîne la fermeture de l’établissement en 1998 et sa reconversion quelques années plus tard en une institution culturelle qui ne laisse plus rien deviner de ses origines.

The Factory of Mourning. The Funeral Parlor in Paris (1874-1998)
“The mourning factory” (a phrase coined in 1903) was the name given to Paris’ former municipal funeral home, inaugurated in 1874 and located at 104 rue d’Aubervilliers, in the XIXth arrondissement. It refers to a time when funeral services used to be monopolies (of church councils and consistories, and later of municipalities), and when the funeral rituals preceding funeral ceremonies were of great importance. The building, whose decidedly modern architecture was reminiscent of that of railway stations, was the gigantic backstage area of an urban theater of death whose final act took place at the cemetery. The establishment was modernized several times throughout its existence, but faced competition from the private sector and was affected by changes, over time, in funerary rites, particularly the decline in the pomp of funerals. The end of the monopoly in 1993 resulted in the shutting down of the establishment in 1998 and its conversion a few years later into a cultural institution which has left no trace of its origin.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’usine du deuil » est le titre donné, en 1903, par l’homme de lettres Henry de Forge à un article qu’il consacre au bâtiment des pompes funèbres de Paris1. « Pompes funèbres » désigne ici l’administration, le service chargé de fournir tout ce qui est nécessaire au service des funérailles, institution et entreprise à la fois. Le mot « deuil » de l’article est donc logique. Les locaux sont installés depuis 1874 au 104 de la rue d’Aubervilliers dans le XIXe arrondissement, dans un édifice construit pour cet usage, et ils ferment leurs portes en 1998. Par commodité, on appellera ce lieu le « 104 ». Précision : le 104 ne reçoit aucun mort, sauf exception. On y prépare les funérailles.

Le titre de l’article peut surprendre par le rapprochement qu’il opère entre le monde industriel et le monde funéraire, même si ce rapprochement s’inscrit dans l’âge industriel. À nos yeux d’aujourd’hui, il peut sembler presque incongru, dévalorisant, voire angoissant. On pense à des dystopies typiques de...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540