Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Du cimetière consacré à la crémation (XIXe-XXe siècle)

Transferts culturels et scientifiques européens : à l’origine de la genèse du mouvement crématiste dans le Rio de la Plata au XIXe siècle

Nancy Gonzalez Salazar

Résumé

Concernant aussi bien une circulation d’idées et de savoir-faire qu’une circulation de techniques, l’incinération des cadavres est une problématique particulièrement riche pour illustrer l’importance des échanges scientifiques dans le progrès de la médecine au XIXe siècle. Traversant une période de tâtonnements dans divers pays européens, qui cherchaient le moyen le plus rapide et économique d’incinérer les cadavres, l’aspect matériel fut toujours au centre des débats entre partisans et détracteurs de ce système. Ce fut d’ailleurs le manque d’appareils adéquats qui fit échouer son adoption en France à la fin du XIXe siècle.
Pourtant, à la même période et bien que ne disposant que d’une infrastructure industrielle encore balbutiante, la région du Rio de la Plata a suivi de près le mouvement crématiste européen et l’Argentine a rapidement franchi les étapes nécessaires pour concrétiser son implantation. L’appropriation de ces connaissances s’est avérée ne pas être uniquement dépendante des contextes économique, social et même religieux du pays récepteur ; la vigueur et le dynamisme d’acteurs-clés, en particulier médecins français et argentins, ont été indispensables pour réussir à adapter ces modèles venus d’ailleurs. À la différence de ce qui arriva en Uruguay, où des barrières d’ordre religieux subsistaient et où le corps médical manqua d’intérêt pour ce nouveau système dans la gestion des cadavres, les médecins argentins étaient convaincus de l’importance de cette nouvelle technique médicale et de l’intérêt qui signifiait, pour le progrès médical local et pour l’amélioration sanitaire des villes, de mener à bien son appropriation. Profitant d’une structure administrative plus souple que celle que l’on trouvait en France à l’époque et grâce à la construction d’un discours scientifique cohérent, ces pionniers ont trouvé la ténacité nécessaire pour que le pays adapte la pratique crématiste à la précarité matérielle régionale. L’Argentine est ainsi devenue le premier pays d’Amérique latine à autoriser et à mettre en pratique l’incinération des cadavres, une démarche audacieuse largement reconnue par le milieu médical international de l’époque et, particulièrement, par la sphère médicale française.

European Cultural and Scientific Transfers: The Origin of the Genesis of the Crematist Movement in the Rio de la Plata in the 19th Century
Dealing with a circulation of ideas and know-how as well as a circulation of techniques, the incineration of corpses is a particularly interesting issue to illustrate the importance of scientific exchanges in the progress of medicine in the 19th century. Throughout a period of trial and error in various European countries, which sought the most rapid and economic means of incinerating corpses, practical questions were always at the center of the debates between the supporters and detractors of this system. It was the lack of adequate apparatus that caused its adoption to fail in France at the time.
However, at the same time, and despite the fact that it had only an industrial infrastructure that was still in its infancy, the region of Rio de la Plata has closely followed the European crematist movement and Argentina has quickly taken the necessary steps to realize its implantation. Yet, the appropriation of this knowledge has proved not to be solely dependent on the economic, social and even religious contexts of the receiving country; the vigor and dynamism of key players, especially French and Argentinean physicians, were essential to successfully adapt these models from elsewhere. Unlike what happened in Uruguay, where religious barriers persisted and the medical corps lacked interest in this new system in caring for corpses, Argentinian doctors were convinced of the importance of this new medical technique and to carry out its appropriation. Taking advantage of a more flexible administrative structure than that found in France at the time, and thanks to the construction of a coherent scientific discourse, these pioneers found the tenacity required for the country to adapt the crematist practice to the regional material precariousness. Argentina became the first country in Latin America to authorize and put into practice the incineration of corpses, a bold step widely recognized by the international medical community of the time and, particularly, by the French medical sphere.

Texte intégral

  • 1 Région très peu peuplée et jusqu’à très tard sans identité propre, le territoire de l’Uruguay, conn (...)

1Géographiquement juxtaposés, et séparés uniquement par le Rio de la Plata, l’Uruguay et l’Argentine du XIXe siècle ont longtemps été liés par une histoire politique et économique partagée1 et, de ce fait, ont longtemps été considérés comme une seule et même région. Trait d’union entre les deux pays, le Rio de la Plata amena d’une rive à l’autre une importante migration de masses, mais aussi des membres des élites parmi lesquels de nombreux scientifiques, naturalistes et médecins français, qui ont parcouru diverses villes et séjourné à plusieurs reprises dans la région. De ce fait, l’influence de la science et de la médecine françaises fut considérable ; nombreux et constants furent les échanges maintenus entre les scientifiques nationaux et ceux d’outre-Atlantique tout au long du XIXe siècle. Les connaissances et techniques médicales ayant été découvertes ou mises au point outre-Atlantique sont très vite arrivées à la Plata pour y circuler entre les deux pays, ayant parfois des issues différentes, selon les contextes politique, économique et sanitaire propres à chaque pays. Tel fut le cas de la crémation, pratique funéraire actualisée et proposée par les hygiénistes européens dont les théories arrivèrent immédiatement dans la Plata par le biais des médecins voyageurs et de la littérature médicale, et qui fut acceptée et implantée en Argentine dès 1884, alors qu’en Uruguay elle dut attendre le tournant du XXe siècle pour susciter l’engouement des membres de la sphère médicale.

 

2Étudier ici l’évolution des idées et pratiques crématistes de part et d’autre de la Plata au prisme du contexte sanitaire et médical international et à la lumière du déroulement de la question de la crémation en Europe va nous permettre de mieux saisir les raisons pour lesquelles ces pays ont adopté des politiques divergentes vis-à-vis de la crémation, d’apprécier l’intensité des liens scientifiques entretenus entre la région de la Plata et l’Europe et d’établir le rôle que ces liens ont joué dans l’essor du mouvement crématiste rioplatense.

L’état sanitaire de la région de la Plata au XIXe siècle

  • 2 Adolphe Brunel, Observations topographiques, météorologiques et médicales faites dans le Rio de la (...)
  • 3 Joseph-Honoré Bouffier, Relation médico-chirurgicale de la campagne de la corvette à vapeur le Gass (...)
  • 4 Louis-Alexandre Petit, Considération médicales sur la campagne de la frégate Érigone dans la rivièr (...)
  • 5 Albert De Dax, Guide de l’émigrant partant de Port du Havre pour le Rio de la Plata, Montevideo et (...)
  • 6 Emilio Coni, Memorias de un médico higienista, Buenos Aires, Felix Lajouane, Ed., p. 184.

3Plaques tournantes d’un commerce international très actif, les villes portuaires de Buenos Aires et Montevideo ont toujours connu des problèmes d’insalubrité. L’affluence incessante de personnes, les nombreux animaux errants et la multitude de déchets auxquels venaient s’ajouter les vidanges d’animaux domestiques, les exhalations des viandes qu’on rencontre à tous les degrés de putréfaction, les ossements entassés ou épars à la surface du sol, l’infection des voiries, etc., choquaient à la fois l’odorat et les yeux2. Cette « inobservance complète des premières règles d’hygiène3 » étonnait les membres du corps médical qui, dans la première partie du siècle, constata l’inexistence des maladies exotiques qui frappaient alors d’autres contrées d’Amérique4. Exemptées aussi des affections endémiques qui ravageaient le Brésil, le Mexique et les États-Unis5, Buenos Aires et Montevideo attiraient de nombreux Européens, séduits par les avantages offerts aussi bien par le climat que par la fertilité du sol. Cependant, dès 1857, la fièvre jaune, puis le choléra, se sont succédé dans la région. La mise en place des quarantaines n’ayant pas empêché que ces fléaux soient revenus de manière périodique, les hygiénistes ont dénoncé leur inefficacité et préconisé l’assainissement des villes, l’établissement de services de désinfection organisés et l’utilisation des mesures connues en Europe pour diminuer l’impact des maladies exotiques6.

 

  • 7 Adolphe Brunel, Mémoire sur la fièvre jaune qui, en 1857, a décimé la population de Montevideo, Par (...)
  • 8 Voir, par exemple : Memoria de la Municipalidad de la ciudad de Buenos Aires correspondiente a los (...)
  • 9 Diego Del Pino, La antigua Chacarita de los Colegiales, Secretaría de cultura, Instituto Histórico, (...)
  • 10 L’ouverture permanente de ce cimetière devait conduire à la fermeture définitive des trois cimetièr (...)
  • 11 Memoria de la comisión extraordinaria encargada de los cometidos de la Junta Económico-Administrati (...)
  • 12 Ibid., p. 62.

4D’après les recherches effectuées à l’époque, les quartiers pauvres, constitués de « baraques basses et humides, non aérées7 », ont été désignés comme foyers d’infection responsables de ces fléaux. Si assainir les villes est de ce fait devenu un objectif primordial, cet assainissement s’est fait de manière lente et progressive8 et l’apparition très rapprochée et meurtrière de maladies exotiques entraîna la saturation des cimetières de Buenos Aires dès 1867, date à laquelle le choléra sévit pour la première fois dans la ville. Une nouvelle nécropole, d’abord provisoire, fut ouverte et servit pendant quatre ans pour inhumer les nombreuses victimes, dont le nombre s’éleva à 18 3609, mais la fièvre jaune de 1871 obligea à son agrandissement et à son ouverture définitive10. Cette épidémie, menaçant d’atteindre Montevideo, la Commission des cimetières de cette ville prit des mesures pour stopper ses ravages. Le cimetière du Buceo étant inutilisable par cause de travaux, la Commission s’est servie d’un terrain mitoyen au cimetière de l’Union pour inhumer exclusivement les victimes11 et octroya à la communauté britannique un terrain à l’intérieur de celui-ci pour inhumer les victimes protestantes, afin d’atténuer ainsi le risque de contamination pour la population avoisinante12.

La production scientifique sur la question de la crémation

Contexte sanitaire et scientifique d’apparition de la littérature sur l’incinération

5Autour de l’inquiétude liée à l’insalubrité et l’apparition successive des épidémies commence à se dessiner, dans l’esprit des hygiénistes argentins, la question de l’incinération, perçue alors comme le moyen le plus sûr de résoudre les problèmes posés, tant du fait de l’inadéquation des cimetières aux normes hygiéniques que par leur surface devenue de plus en plus insuffisante.

  • 13 Déposées aussi bien par les voisins du cimetière que par des membres de certaines instances adminis (...)
  • 14 Né en 1821 dans la ville de San Juan, Rawson fut reçu Docteur en Médecine en 1844. Il occupa plusie (...)
  • 15 Fondateur en 1864, avec Ángel Gallardo, de la Revista Médico-Quirúrgica, Pedro Mallo est l’une des (...)

6La théorie miasmatique, toujours valable dans la Plata et mise volontiers en avant dans les années 1875, fut amplement évoquée par le corps médical local pour souligner les avantages du système crématiste. S’appuyant sur les nombreuses plaintes déposées13, et très au courant des débats européens sur les cimetières et sur la crémation, les hygiénistes argentins ont mis au goût du jour cette question et favorisé l’émergence de discours autour des bienfaits qu’elle pourrait apporter. Leur élan fut facilité par le fait que les théories hygiénistes, importées dans les années 1850 par les premiers médecins français installés dans la Plata, ont été renforcées par la création de la Chaire d’Hygiène à la faculté de médecine de l’Université de Buenos Aires en 1873. Sous la responsabilité de deux médecins ayant signalé le caractère antihygiénique des cimetières, Guillermo Rawson14 et Pedro Mallo15, la Chaire d’hygiène a éveillé l’intérêt des étudiants en médecine et des membres de l’élite politique qui se sont intéressés aux dispositifs qui pourraient donner à la ville les conditions sanitaires et hygiéniques requises à son essor.

  • 16 Nous avons recensé environ 30 thèses soutenues à la Faculté de Médecine de l’Université de Buenos A (...)

7Témoins des réflexions entamées sur le besoin impérieux de faire des travaux de fond pour combattre l’insalubrité, les nombreuses thèses écrites et soutenues alors à la faculté de Médecine de Buenos Aires englobèrent toutes sortes de problématiques se rapportant aux causes de l’insalubrité des villes et aux moyens d’y remédier16. C’est dans le cadre de prolifération de ces documents qu’apparaissent les écrits sur l’incinération. Bien que cette masse documentaire puisse ne pas sembler trop importante parmi la vaste production scientifique de l’époque, elle est substantielle qualitativement, puisqu’elle permet de déceler les éléments qui ont suscité les plus vives divergences entre les partisans de l’incinération et ses détracteurs et de comprendre de quelle manière ces dernières ont été dépassées, afin d’aboutir à son adoption.

  • 17 Dr. Féris, « Contributions à la géographie médicale. Montevideo », Archives de médecine navale, 187 (...)
  • 18 Concernant ces thématiques, nous avons recensé 14 thèses, dont seulement deux se rapportant aux qua (...)

8A contrario, Montevideo, qui, d’après le témoignage de plusieurs médecins, a su faire face aux épidémies ultérieures à 1857 en les enrayant très vite par la prise de mesures hygiéniques adéquates17, n’a pas eu besoin d’ouvrir de nouvelles nécropoles ni d’effectuer des changements conséquents à l’intérieur des anciennes. Quant aux théories hygiénistes, bien que perpétuées par les médecins nationaux, elles n’ont pas reçu une consolidation institutionnelle. La Faculté de Médecine de Montevideo, créée en 1875, n’a pas compté de chaire d’hygiène ni à son ouverture ni dans les années suivantes. Parmi les thèses soutenues entre 1881 (année de graduation du premier médecin à la Faculté de Médecine) et 1900 que nous avons consultées, plus que la question de l’insalubrité de la ville et ses conséquences, les travaux présentés concernaient l’hygiène privée, la prophylaxie des maladies infectieuses et les quarantaines18. Seules deux thèses se rapportaient à la problématique de la crémation. En dehors de celles-ci, deux autres documents seulement ont été trouvés dans la littérature se rapportant à ce sujet.

Corpus documentaire

  • 19 Notre corpus documentaire ne prétend pas être exhaustif. De plus, il est certainement plus complet (...)
  • 20 M. A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales, série 1, tome 23, CRE – (...)

9Les documents que nous étudions19 sont assez variés ; il s’agit de thèses de doctorat, de discours et d’articles parus dans des revues savantes et des journaux catholiques, rédigés entre 1876 et 1895. Bien qu’entre ces dates extrêmes, des changements se soient produits, notamment en Argentine, où la crémation a finalement été mise en pratique, l’ensemble des documents présente la même ligne argumentaire et suit le modèle des nombreux articles et études qui ont vu le jour sur la question en Europe20. Ils font un bref exposé de la pratique crématiste dans l’Antiquité, de l’état de l’incinération à leur époque, puis s’étendent sur les bénéfices ou les désavantages de la pratique, pour ensuite démonter une à une les principales objections émises par le camp adverse.

Les points nodaux autour de la crémation

  • 21 Juan A. Kelly, La cremación, Buenos Aires, Facultad de Ciencias Médicas, Imprenta de M. Biedma, 187 (...)

10La plupart des écrits scientifiques sur la crémation avaient pour but de riposter aux adversaires du système et à convaincre l’ensemble de l’élite scientifique des avantages de l’incinération. Juan Kelly, auteur de la première thèse parue à ce propos en 1876, a choisi ce sujet parce que son étude pourrait guider ceux qui, par leur position, sont chargés de veiller à la santé publique21. Les points abordés sans exception, par ses partisans comme par ses adversaires, sont la dangerosité que représente la proximité des cimetières, la question religieuse et les problèmes que l’incinération pose à la médecine légale.

 

  • 22 Florentino Felippone, Una cuestión de higiene pública, Montevideo, Imp. de la Nación, 1883, p. 37.
  • 23 Il craint, surtout, « que la pratique crématiste puisse devenir obligatoire au nom d’une fausse sci (...)
  • 24 Luis Pedro Lenguas, Juan Risso Herrera, Cremación, Artículos publicados en colaboración en el Diari (...)
  • 25 José Francisco López, La cremación, Buenos Aires, Imprenta y Librería de Mayo, 1879, p. 17.
  • 26 Pedro N. Castro, Cremación, Buenos Aires, Imprenta de Juan A. Alsina, 1883, p. 47.
  • 27 Eliseo Cantón, op. cit., p. 71.

11La dangerosité émanant des cimetières est affirmée par presque tous les auteurs, à l’exception des Uruguayens Florentino Felippone, Juan Risso Herrera et Luis Pedro Lenguas. Felippone appuie sa thèse de doctorat (1883) sur les théories de Pasteur et sur les études de Bouchardat sur les cimetières pour forger sa conviction sur leur innocuité22 et se propose de montrer que les cimetières ne sont pas des lieux insalubres23. Quant aux deux derniers, catholiques avoués et farouches opposants à la crémation, ils ont écrit ensemble une série d’articles où, à l’instar des opposants français de ce système, tels Depaul, Riant et Leclerc, ils affirment que le danger supposé des nécropoles n’est qu’une chimère24. Pour le reste, il y a un consensus pour démontrer que l’inévitable putréfaction cadavérique, au contact de laquelle peuvent surgir des épidémies25, est l’un de plus grands inconvénients de l’inhumation. Pour renforcer cette théorie, Pedro N. Castro (1883) rapporte l’ampleur de l’épidémie de typhus de la ville de Chalons déclenchée, à la suite de l’occupation prussienne, par l’entassement des cadavres dans une partie du cimetière26. Au niveau régional, Guillermo Rawson, titulaire de la Chaire d’Hygiène Publique, déclare que, si le cimetière de la Recoleta avait été fermé une trentaine d’années auparavant, la ville aurait été à l’abri des apparitions du choléra et de la fièvre jaune, qui ne peuvent se développer dans les endroits hygiéniques27.

 

  • 28 Pedro Mallo, « Paralelo entre los varios destinos de los restos humanos », Anales de la Sociedad Ci (...)
  • 29 Louis-Auguste Cadet, Hygiène, Exhumation, crémation ou incinération des corps, Paris, Baillière, 18 (...)
  • 30 José Francisco López, op. cit., p. 17.

12Considérer les nécropoles comme des foyers d’un méphitisme putride permanent et nocif à la santé, qui ne cesse de s’aggraver par l’accumulation de cadavres, quelle que soit leur distance des centres urbains28, amène à réfléchir à la manière de neutraliser l’action des miasmes sortant des corps en putréfaction ou d’empêcher leur production. C’est, comme l’affirmait Cadet, par l’utilisation du feu que l’homme assainit les endroits proches des sépultures et élimine le résultat nocif des émanations cadavériques29. Ce faisant, les cimetières deviendraient des jardins publics qui, grâce au caractère inoffensif de l’incinération, pourraient être placés dans n’importe quel lieu de la ville sans qu’il y ait besoin de les agrandir, au moins pendant quelques siècles30. Même si cet argument fut régulièrement brandi par les partisans de la crémation, ce furent les questions médico-légales et religieuses, inquiétant davantage les détracteurs, qui furent les points placés au centre des controverses, et qui durent être largement abordées par les partisans, afin de prouver le caractère fallacieux des arguments adverses.

Le problème de la médecine légale et le danger des inhumations prématurées

  • 31 « Crémation à Paris », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, série 2, n° 45, 1876, Pari (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Luis Pedro Lenguas, Juan Risso Herrera, Cremación, Artículos publicados en colaboración en el Diari (...)
  • 34 Comme étudiant, Samuel Gache fut très actif aussi bien dans le milieu associatif que dans la produc (...)
  • 35 Samuel Gache, « La cremación », Anales del Circulo Medico Argentino, abril 1884, Buenos Aires, Imp. (...)
  • 36 Ibid., p. 10.
  • 37 Florentino Felippone, op. cit., p. 39.
  • 38 Pedro Mallo, op. cit., p. 176.

13Les objections faites à la crémation par la Commission nommée par le Conseil d’Hygiène de Paris sur la difficulté de recherche et de constatation des poisons, que ce système détruit en tout ou en partie31, et le fait que son rapporteur affirme que « les criminels pourraient trouver dans la crémation une sécurité qu’ils ne rencontrent pas dans les procédés actuels d’inhumation32 » trouvent un écho, qui perdure jusqu’à la fin du siècle, dans les discours des détracteurs rioplatenses. Lenguas et Risso Herrera soulignèrent ainsi longuement l’augmentation de crimes pouvant rester impunis par la mise en place de l’incinération33. Pour les contrecarrer, les crématistes déclarent que celle-ci exige une rigoureuse investigation sur les causes de décès. Lorsque l’étudiant en médecine Samuel Gache34 demande en 1884, au nom du Círculo Médico Argentino, la création d’une Société de Crémation dans la République argentine35 et la reconnaissance de la crémation facultative, il propose que chaque incinération soit faite exclusivement après vérification d’identité du défunt et selon les formalités établies lors du Congrès international d’hygiène et de démographie tenu à Genève en 188236. Pour sa part, Felippone, déjà réticent à la cause crématiste, souhaite qu’en cas d’autorisation, elle se pratique après une reconnaissance médico-légale rigoureuse permettant d’empêcher l’occultation des crimes37. Pedro Mallo s’en remet au travail de Cadet (La crémation) pour rappeler la procédure à suivre dans les cas douteux de décès, et affirme que l’incinération ne s’oppose nullement à la justice, puisque grand nombre de poisons peuvent être retrouvés aussi bien lors des exhumations que dans les cendres extraites des appareils crématoires38.

  • 39 En effet, d’après plusieurs mémoires de médecins, les inhumations prématurées furent courantes lors (...)
  • 40 José Penna, La cremación en América y particularmente en la Argentina, Buenos Aires, El Censor, 188 (...)

14Sachant que la crainte d’être incinéré vivant persistait dans l’imaginaire de la population civile39, les crématistes ont pris soin de la rassurer sur la marche à suivre pour l’incinération des corps, qui devrait avoir lieu uniquement après vérification méthodique de la cause du décès et de corroboration de l’authenticité de la mort40. Il est possible de supposer que ce facteur a contribué à ce que la crémation ne rencontre pas de farouches opposants parmi la population civile, et a facilité sa mise en pratique en Argentine.

La question religieuse et la mise en place de la crémation

  • 41 Félix Gannal, Inhumation et crémation. Mémoire adressé au Conseil Municipal de Paris, Paris, Muzard (...)
  • 42 Luis Duprat, « Cremación », La Unión, janvier–février 1887, Buenos Aires, Tip. Y Enc. Del Colegio P (...)
  • 43 Luis Duprat, op. cit., p. 15.
  • 44 Ibid., p. 16.
  • 45 Ibid.

15S’agissant, comme l’explique Gannal, d’une pratique apportant directement des changements dans le mode de sépulture « au sein d’une population dont la religion se manifeste par le culte des morts41 », l’incinération touchait au cœur de l’institution religieuse et de la société civile. L’Église catholique contesta, d’abord, le préjudice que la crémation portait au symbolisme de l’inhumation, car « le tombeau est l’emblème du rêve et de l’espoir. Le premier, étant l’image de la mort et le deuxième le symbole du réveil certain, l’image de la vie future42 ». Mais sachant que la crémation ne pourrait pas empêcher la résurrection des corps, puisque concernant les cendres ou des cadavres inertes, pour Dieu, qui a lui-même décrété la résurrection, rien n’est impossible43, la plus grande crainte de l’Église catholique face à l’incinération devint l’oubli des morts qu’elle pourrait entraîner. D’où l’extrême importance accordée à la dépouille mortelle qui, déposée dans la terre bénie des cimetières, procure aux vivants la consolation dans l’attente de voir à nouveau leurs êtres chers44. Symbole du néant, la pratique de la crémation affaiblirait la croyance des fidèles dans la résurrection et dans la vie au-delà de la mort45.

  • 46 Ainsi, par exemple, Kelly commence par vanter ses convictions spiritualistes avant de manifester qu (...)
  • 47 Pedro N. Castro, La cremación, Buenos Aires, Imp. de Juan A. Alsina, 1883, p. 56.
  • 48 Pedro Mallo, op. cit., p. 176.

16Avant de répondre aux catholiques et aux membres de l’Église, les crématistes s’empressent de déclarer ne pas être anticléricaux46, puis démentent les craintes concernant la négligence, voire l’abandon complet, du culte des morts pouvant résulter de la pratique de l’incinération, laquelle ne ferait en fait qu’encourager les sentiments familiaux par le culte des morts. En effet, la conservation des cendres chez soi permettrait une proximité permanente qui entretiendrait plus vivement le souvenir des aïeux47 et, par son caractère essentiellement indépendant de toute religion, l’incinération renforcerait l’aspect religieux dû au culte des morts, car elle respecte toutes les cérémonies et dogmes de l’Église et ennoblit l’égalité devant la mort48.

  • 49 José Francisco López, op. cit., p. 6-7.
  • 50 José Francisco López, op. cit., p. 4.

17Les crématistes signalent également la sublimation de la dépouille mortelle par l’incinération, qui l’arrache à la putréfaction, incompatible avec les sentiments religieux et qui dégrade et profane les corps. Grâce au feu purificateur, le cadavre devient poussière et retourne naturellement à sa forme incorruptible et originelle, comme stipulé par la parole divine49. La compatibilité entre incinération et croyances chrétiennes, ainsi établie, est renforcée par López, qui rapporte que des sociétés de crémation européennes ont effectué des incinérations avec la bénédiction d’un prêtre50. La présence de l’institution cléricale au centre de cette pratique signale bien la possibilité de collaboration entre scientifiques et membres de l’Église autour de celle-ci.

 

  • 51 « La crémation interdite par l’Église », Cosmos. Revue des sciences et de leurs applications, trent (...)
  • 52 Luis Duprat, Cremación. Artículos publicados en el diario La Unión en enero y febrero de 1887, Buen (...)
  • 53 Ibid., p. 9.
  • 54 Luis Duprat, op. cit., p. 27.

18Lorsque l’Église catholique romaine s’est prononcée contre la crémation par le décret du Saint-Office du 19 mai 1886, en avertissant les fidèles sur le fait que s’enrôler dans les sociétés de crémation les exposait aux mêmes peines que celles portées contre les francs-maçons51 et rappelant l’interdiction d’ordonner la crémation pour soi ou pour autrui, les détracteurs de l’incinération se tournèrent à nouveau contre ses partisans en cherchant à faire tomber la loi argentine et à empêcher son éclosion en Uruguay. Le premier à se soulever, le prêtre Luis Duprat, publia une série d’articles dédiés à l’archevêque de Buenos Aires, Federico Aneiros, et parus dans le journal La Unión entre janvier et février 1887. Il indique son « souhait de prévenir les catholiques contre cette détestable innovation qui veut s’introduire parmi nous52 » et dénonce le manque de véracité des arguments crématistes. Il juge aussi inconvenant que la sphère médicale se soit emparée de cette question qui touche directement les croyances religieuses de la population et considère inacceptable que les législateurs nationaux puissent approuver l’incinération en prenant en compte exclusivement les déclarations de l’institution médicale53. Toutefois, l’intégralité de ses arguments se fonde sur ceux exposés par d’importantes figures de la médecine et de la chimie françaises qui, comme Bouchardat, du Mesnil, Collin ou encore Miquel54, affirment le caractère inoffensif des cimetières ou mettent en avant les inconvénients que la crémation présente pour la justice humaine, qui se trouve freinée par l’incinération, laquelle fait disparaître toute trace de crime.

  • 55 Nous regrettons de ne pas avoir pu trouver les écrits de celui-ci sur la crémation. Mais nous tenon (...)
  • 56 Luis Pedro Lenguas y Juan Risso Herrera, op. cit., p. 134.

19En Uruguay, l’autorisation argentine de la crémation fut mal reçue. La peur que celle-ci trouve son écho dans le pays conduisit ses opposants à se soulever. C’est à ce moment précis que Lenguas et Risso Herrera, à l’instar du prêtre Luis Duprat et deux ans après lui, publièrent dans un journal catholique une série d’articles contre le mouvement crématiste, mais surtout contre ses partisans uruguayens, tels le médecin Eustaquio Herrero y Salas55, afin de mettre en garde la population civile et le monde scientifique contre cette pratique qui se soulève « contre notre divine religion qui nous a appris à enterrer nos morts56 ».

La praxis devance la législation

  • 57 Connue simplement comme Casa de Aislamiento (maison d’isolement), ce lazaret a ouvert ses portes le (...)
  • 58 José Penna, La cremación en América y particularmente en la Argentina, Buenos Aires, El Censor, 188 (...)
  • 59 En effet, cette première crémation fut réalisée sur une victime de la fièvre jaune. José Penna, La (...)
  • 60 Issu d’une loi dictée par le Congrès en 1882, sous la présidence de Julio Roca, le Concejo Delibera (...)

20Avant son approbation législative, une première crémation, effectuée le 26 décembre 1884 dans la Casa Municipal de Aislamiento57, est autorisée par le directeur de l’Assistance publique en Argentine. Faite en la présence exclusive des médecins de cette institution58, dans le but de sauvegarder la santé de la population et de la maintenir à l’abri de la contagion59, cette crémation n’a pas suscité beaucoup d’intérêt ni provoqué de réaction de la part de la population et passa, en quelque sorte, inaperçue en dehors de la sphère médicale bonaerense. Elle fut ensuite pratiquée officieusement sur les décédés de maladies contagieuses, lorsqu’un crématorium fut installé sur l’Île de Martin Garcia, à la fin de l’année 1885. Puis, en 1886, voit le jour d’un projet de loi, approuvé par le Concejo Deliberante60, et autorisant officiellement la crémation dès juillet 1887.

  • 61 J. Penna, op. cit., p. 280.
  • 62 Ibid., p. 291.

21Mais lorsque le choléra apparut à Buenos Aires à la fin de l’année 1886, Ramos Mejía autorisa l’incinération des victimes du fléau et de quelconque maladie à caractère transmissible. Initialement prévue pour être réalisée seulement à la Casa de Aislamiento, la crémation fut aussi pratiquée dans le lazaret de la Boca del Riachuelo61, où le nombre d’incinérations fut de 83, d’après son directeur, le Dr Seco. Frappées davantage, les villes de l’intérieur du pays et certaines provinces côtières ont installé des lazarets où de nombreuses incinérations ont eu lieu62, contribuant ainsi à une normalisation de la pratique, avant son autorisation officielle, mais une fois l’épidémie maîtrisée, le seul crématorium continuant à fonctionner de manière continue étant celui de la Casa de Aislamiento de Buenos Aires.

L’épreuve technique de la crémation

  • 63 J. Penna, op. cit., p. 268.
  • 64 Ibid., p. 278.
  • 65 Lettre de José Maria Astingueta à Guillermo Cranwell, 6 août 1888, dans Memoria de la Intendencia M (...)
  • 66 Baca Eduardo J., Breve reseña del crematorio de Buenos Aires, Buenos Aires, Talleres Gráficos Ferra (...)

22Décisive pour la mise en pratique de l’incinération, la question technique occupa une place importante en Argentine. Suivant de très près les inventions européennes, les crématistes ont passé en revue les divers fours inventés aussi bien en Italie qu’en Allemagne, afin de trouver celui qui, combinant au mieux les performances et le coût, pourrait s’adapter aux besoins et modestes moyens économiques locaux. Cependant, malgré leurs connaissances précises des fours en usage dans les divers pays d’Europe, la première incinération a dû se faire sur un bûcher rudimentaire improvisé par les médecins. Ce manque d’appareils convenables pour réaliser les incinérations allait perdurer encore longtemps. Lors des incinérations effectuées en 1886, les moyens appropriés pour cette tâche manquèrent encore et les membres de l’institution médicale ont dû réaliser l’opération à l’air libre, sur un four improvisé constitué d’un lit en fer sous lequel on plaça suffisamment de bois pour allumer un feu, démarche nécessitant l’utilisation d’une énorme quantité de combustible à cause d’un courant d’air permanent63. La recrudescence de la maladie et le nombre croissant de victimes obligèrent les médecins à construire d’autres appareils pouvant répondre aux besoins hygiéniques de la situation. Encore défectueux, deux appareils furent ainsi utilisés jusqu’à ce qu’un ingénieur fût appelé pour construire un four moins rudimentaire. Mais il fut construit sans contrôle ni supervision scientifique et sans prendre en compte les modèles existants, par des ouvriers ignorant le degré de progrès atteint par ces appareils, voulant accomplir leur tâche au plus vite dans la peur de se voir touchés par la maladie ; ce four fut donc encore imparfait. Son seul avantage fut de consumer les corps en peu de temps64. Pourtant, bien que primitif du point de vue technologique, il continua à fonctionner encore longtemps. Début août 1888, José Maria Astingueta, directeur de l’Assistance publique, présente à l’Intendant de la capitale un projet d’installation d’un nouveau four pour la Casa de Aislamiento. Conçu par l’ingénieur du Département National d’Hygiène, il est du type Gorini, l’un des plus connus en Italie grâce à son excellence. Vantant son faible coût, la rapidité avec laquelle il serait construit et insistant sur le fait qu’il sera énormément utilisé, Astingueta espère que sa demande sera entendue et rapidement acceptée65, mais l’autorisation gouvernementale n’arrivera qu’à la fin du siècle. Les sources consultées ne permettent pas de confirmer que ce four a bien été installé et mis en marche. La seule information dont nous disposons ne concerne pas le four qui a été utilisé, mais les installations elles-mêmes. Ce premier crématorium, installé dans la Casa de Aislamiento, n’a cessé de fonctionner qu’en 1904, date d’inauguration d’un nouveau crématorium dans le cimetière de l’ouest, construit par l’intendant de la ville avec l’accord de José Penna, alors directeur de l’Assistance publique66.

La légalisation de la pratique crématiste

  • 67 Né le 18 août 1851 en France, le médecin Benjamin Dupont, fraichement diplômé de l’Université de Pa (...)
  • 68 J. Penna, op. cit., p. 262-263.
  • 69 Ibid., p. 264.

23L’utilisation continue des cimetières intra-urbains bonaerenses du Nord et des Dissidents, malgré le décret de mars 1871 annonçant leur fermeture, se trouve à l’origine de la loi autorisant l’incinération en Argentine, en avril 1886. Une Commission d’Hygiène fut nommée par le Concejo Delibertante, laquelle, présidée par le médecin français Benjamin Dupont67, devait trouver une solution à la difficile situation des cimetières de la capitale. Dupont s’exprime sur la dangerosité, qu’il dit scientifiquement prouvée, des cimetières intra-urbains et signale que le mode d’inhumation en caveaux, utilisé dans le cimetière du Nord, est le plus dangereux qui existe. Le Dr Blancas, également membre de la commission, va dans le même sens en déclarant que seuls devaient être admis dans le cimetière du Nord les cadavres embaumés ou les cendres après incinération68. Leurs arguments ont convaincu les membres du Concejo Deliberante, qui approuva le projet de résolution devant entrer en vigueur le 1er juillet 1887. Stipulant la fermeture définitive des cimetières intra-muros et la conduite obligatoire de tous les cadavres au cimetière de la Chacarita, il mentionnait l’installation d’un crematorium dans le cimetière général pour incinérer, sans exception, les décédés de maladies épidémiques, les déchets des hôpitaux et de l’école anatomique de sciences médicales, mais aussi les cadavres de ceux qui l’ont sollicité ou dont les familles le demandent69. La liberté individuelle de choisir entre inhumation et incinération fut ainsi décrétée et autorisée par la loi, faisant de l’Argentine le premier pays latino-américain à se prononcer en faveur de la crémation.

Conclusion

  • 70 La Sociedad Científica Argentina organise des concours dont les thématiques reflètent l’inquiétude (...)
  • 71 J. Penna, op. cit., p. 249.

24Dès que le premier discours pro-crémation fut prononcé en Argentine, au sein d’une jeune société scientifique soucieuse de mener à bien des projets scientifiques ou techniques pouvant favoriser l’essor national dans tous les domaines70, les crématistes ne cessèrent de faire des efforts pour voir leur objectif matérialisé. La tentative de création d’une Société de Crémation, malgré son échec71, en dit long sur la forte motivation du corps médical d’introduire la pratique dans le pays. Par ces démarches, l’Argentine s’est démarquée du cas de l’Uruguay qui, a contrario, s’est caractérisé par la quasi-absence de discours scientifiques en faveur de l’incinération, ce qui porte à croire que l’instauration de cette pratique n’était pas considérée comme une nécessité première et, en conséquence, que le corps médical n’a pas été amené à mettre en cause l’inhumation ni à réfléchir à d’autres moyens pouvant remédier au manque de place dans les nécropoles.

  • 72 A. Brian, op. cit., p. 116.

25Les entraves matérielles72 évoquées par Angel Brian comme étant le motif empêchant d’effectuer des incinérations pendant la dernière épidémie de choléra de Montevideo ne suffisent pas pour expliquer la bifurcation scientifique qui s’est opérée entre les deux rives de la Plata puisque, confrontée au même défi, l’Argentine a su pallier le manque d’appareils appropriés et réalisa, avant même son autorisation, un nombre significatif d’incinérations dans des conditions matérielles pour le moins rudimentaires.

  • 73 F. Morato, La cremación, Montevideo, Tipografía Británica, 1895, p. 55.
  • 74 Ibid.

26Le fait que deux médecins ouvertement catholiques se sont insurgés contre la crémation est très significatif et révélateur des dissensions présentes au sein du corps médical uruguayen et de sa nature institutionnelle, peu homogène et plutôt chancelante, ce qui explique le fait que des tentatives de création des sociétés pro-crémation n’aient pu vu le jour. À la fin du siècle, une thèse dénonce le piètre avancement scientifique du pays, où aucun progrès n’a été fait en ce qui concerne la crémation73, et son auteur exprime le besoin de créer des sociétés de crémation facultatives qui, à l’initiative des hommes de science, devraient soumettre aux pouvoirs publics une loi en faveur de la liberté des funérailles et d’organiser des conférences publiques pour convaincre la population que la pratique crématiste n’est pas incompatible avec les sentiments religieux et les hommes de science, qu’elle ne présente pas de danger pour la médecine légale74.

 

  • 75 Rapporteur désigné pour étudier la question, Brouardel appuie sa décision, tout comme le fit l’Urug (...)
  • 76 Tels sont les mots utilisés par le Journal d’Hygiène de Paris lorsqu’il a été pris connaissance des (...)

27En autorisant la crémation facultative, alors même que le pays était loin de disposer de toutes les conditions matérielles requises pour une telle opération, l’Argentine signe un moment capital pour la médecine locale et se démarque ainsi des pays voisins et même de la France, où la demande d’autorisation pour la construction d’appareils crématoires dans les cimetières de Paris reçut une réponse négative de la part de Paul Brouardel75. De ce fait, le pays s’est vu rapidement désigné par la sphère scientifique européenne comme étant à l’avant-garde de la science en Amérique du Sud76. Le fait que ce fût, en grande partie, grâce à Benjamin Dupont que la loi de promulgation de la crémation facultative a été passée en Argentine en dit long sur l’influence française dans la région et sur les liens étroits entretenus entre les scientifiques de part et d’autre de l’Atlantique.

Notes

1 Région très peu peuplée et jusqu’à très tard sans identité propre, le territoire de l’Uruguay, connu jusqu’au moment de son indépendance en 1828 comme La banda oriental, fut très convoité par l’Argentine, l’Angleterre et le Brésil dès la fin du XVIIIe siècle. C’est finalement avec le soutien de ce dernier que l’Uruguay a pu conquérir son indépendance et devenir un pays à part entière. Les luttes internes permanentes entretenues par les divers partis politiques argentins et uruguayens, ajoutées aux conflits qui ont perduré jusqu’en 1852 entre les deux pays, ne pouvant pas être retracées ici de fait de leur complexité, nous ne donnerons ici que quelques renseignements qui peuvent expliquer les raisons qui nous mènent à étudier les deux pays en parallèle.

2 Adolphe Brunel, Observations topographiques, météorologiques et médicales faites dans le Rio de la Plata pendant le blocus de Buenos-Ayres : présentées à l’Académie Royale de Médecine de Paris le 7 décembre 1841, Paris, Desloges, 1842, p. 23.

3 Joseph-Honoré Bouffier, Relation médico-chirurgicale de la campagne de la corvette à vapeur le Gassendi pendant les années 1845, 1846, 1847, 1848, 1849, 1850 dans La Plata et l’Océanie, thèse présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Montpellier, Montpellier, Boehm, 1857, p. 19.

4 Louis-Alexandre Petit, Considération médicales sur la campagne de la frégate Érigone dans la rivière de la Plata (Amérique du Sud) de 1845 à 1849, thèse présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Montpellier, Montpellier, J. Martel Ainé, 1850, p. 38.

5 Albert De Dax, Guide de l’émigrant partant de Port du Havre pour le Rio de la Plata, Montevideo et Buenos Ayres, Havre, Imprimerie de H. Brindeau et Comp, 1856.

6 Emilio Coni, Memorias de un médico higienista, Buenos Aires, Felix Lajouane, Ed., p. 184.

7 Adolphe Brunel, Mémoire sur la fièvre jaune qui, en 1857, a décimé la population de Montevideo, Paris, Rignoux, p. 31.

8 Voir, par exemple : Memoria de la Municipalidad de la ciudad de Buenos Aires correspondiente a los años 1856 y 1857, Buenos Aires, Imprenta del Orden, 1858, p. 11-15 ; Memoria presentada a la Municipalidad de Buenos Aires por el Presidente saliente, enero de 1872, Buenos Aires, Imp. Americana, 1872, p. 17-18.

9 Diego Del Pino, La antigua Chacarita de los Colegiales, Secretaría de cultura, Instituto Histórico, Ciudad de Buenos Aires, Cuaderno n° 5, p. 40.

10 L’ouverture permanente de ce cimetière devait conduire à la fermeture définitive des trois cimetières placés à l’intérieur de la ville, mais seulement celui du sud fut effectivement clôturé, situation qui aura, comme nous le verrons, des conséquences importantes sur la législation funéraire ultérieure et sur l’issue donnée à l’incinération.

11 Memoria de la comisión extraordinaria encargada de los cometidos de la Junta Económico-Administrativa, desde el 16 de octubre de 1871 hasta el 31 de diciembre de 1872, Montevideo, Imprenta a vapor de El Siglo, 1873, p. 61.

12 Ibid., p. 62.

13 Déposées aussi bien par les voisins du cimetière que par des membres de certaines instances administratives, les plaintes concernent pour la plupart les employés du cimetière qui n’hésitent pas à faire du commerce au sein des cimetières, mais contestent aussi l’emplacement du nouveau camposanto. Archivo Histórico de la Provincia Autónoma de Buenos Aires, Fondo Corporación Municipal, Inventario Patrimonial I 76 – ¾ GOB, Secretaria de Gobierno, Caja 14, 1867 G 15, Cementerios. Cementerio del Sur. Construcción. Nota de la Municipalidad de J. José de Flores. ; Cementerios. Cementerio del Sud. Denuncias. ; Cementerios. Cementerio del Sud. Cementerio provisional. Consideraciones sobre su ubicación e inconvenientes. Epidemia de cólera.

14 Né en 1821 dans la ville de San Juan, Rawson fut reçu Docteur en Médecine en 1844. Il occupa plusieurs postes politiques aussi bien dans sa ville natale qu’à Buenos Aires. Sénateur de la République au moment où a lieu une réorganisation des études de médecine, il est nommé directeur de la Chaire d’Hygiène Publique en 1873 puis, l’année suivante, devient membre de l’Académie Nationale de Médecine. Après avoir été à la tête de la Chaire d’Hygiène, Rawson dédie la plupart de ses recherches à cette matière et à la manière dont elle pourrait être facilement mise en pratique et profitable à l’Argentine, surtout à la ville de Buenos Aires. Parmi ses écrits les plus importants se trouvent la Statistique Vital de la ville de Buenos Aires, qu’il présente devant le Congrès international de Philadelphie, travail sur la démographie et l’hygiène publique de la ville (Vital statistics of the city of Buenos Ayres, New York, D. Appleton and Company, 1876), et une monographie consacrée à l’étude des bidonvilles de Buenos Aires, où il étudie les problèmes du paupérisme, de la misère et de l’entassement des personnes, ainsi que les conséquences de ceux-ci sur la salubrité. À propos de Rawson voir : Eliseo Cantón, Conferencia sobre el Dr. Guillermo Rawson, su obra de legislador e higienista en ocasión del primer centenario de su natalicio, Academia y Facultad de Medicina de Buenos Aires, Buenos Aires, 25 juin 1921.

15 Fondateur en 1864, avec Ángel Gallardo, de la Revista Médico-Quirúrgica, Pedro Mallo est l’une des figures emblématiques de la médecine argentine. Professeur de Médecine légale, il fut connu par son service dans l’Armée argentine, dont il devint le premier Chirurgien Général en avril 1879. Son activité au sein de l’Armée jusqu’en 1896 et les nombreux travaux qu’il écrivit sur l’hygiène navale lui valurent d’être surnommé le « Patriarche de la Santé Navale Argentine ». Comme un grand nombre de ses confrères, Mallo fut aussi un franc-maçon engagé dès les années 1870. Voir le site web de la Logia Constancia Argentina http://www.logiaconstancia.org.ar/index.html. Biographie consultée en ligne le 12 juillet 2014 : http://www.logiaconstancia.org.ar/semblanza_de_pedro_mallo.html.

16 Nous avons recensé environ 30 thèses soutenues à la Faculté de Médecine de l’Université de Buenos Aires pour la période allant de 1870 à 1900 centrées sur cette problématique. Nombre d’entre elles évoquaient l’état sanitaire de la région comme étant l’un des responsables de l’apparition de la variole, de la fièvre jaune et du choléra, maladies les plus ravageuses à cette période.

17 Dr. Féris, « Contributions à la géographie médicale. Montevideo », Archives de médecine navale, 1879, n° 32, Paris, J. Baillière, 1879, p. 246-251.

18 Concernant ces thématiques, nous avons recensé 14 thèses, dont seulement deux se rapportant aux quarantaines.

19 Notre corpus documentaire ne prétend pas être exhaustif. De plus, il est certainement plus complet en ce qui concerne l’Argentine. En effet, pour ce qui concerne l’Uruguay, nous savons que quelques documents sont apparus à la fin du siècle concernant la crémation, mais avons eu du mal à les obtenir, d’où le déséquilibre entre les sources des deux côtés de la Plata utilisées pour cette recherche.

20 M. A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales, série 1, tome 23, CRE – CRU, A. Lacassagne, P. Dubuisson, « crémation », p. 5-90, consulté en ligne le 10 avril 2011 : http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/page?extbnfdechambrex023&p=9.

21 Juan A. Kelly, La cremación, Buenos Aires, Facultad de Ciencias Médicas, Imprenta de M. Biedma, 1876, p. 9.

22 Florentino Felippone, Una cuestión de higiene pública, Montevideo, Imp. de la Nación, 1883, p. 37.

23 Il craint, surtout, « que la pratique crématiste puisse devenir obligatoire au nom d’une fausse science », voir : Felippone Florentino, Una cuestión de higiene pública, Montevideo, Imp. de la Nación, 1883, p. 30-38.

24 Luis Pedro Lenguas, Juan Risso Herrera, Cremación, Artículos publicados en colaboración en el Diario El Bien, agosto de 1889, Montevideo, Tipografía Uruguaya, 1889, p. 98-102.

25 José Francisco López, La cremación, Buenos Aires, Imprenta y Librería de Mayo, 1879, p. 17.

26 Pedro N. Castro, Cremación, Buenos Aires, Imprenta de Juan A. Alsina, 1883, p. 47.

27 Eliseo Cantón, op. cit., p. 71.

28 Pedro Mallo, « Paralelo entre los varios destinos de los restos humanos », Anales de la Sociedad Científica Argentina, Tomo VIII, entrega IV, 2e semestre, 1879, p. 163-175, p. 169. Mallo fait une différence entre enterrement et inhumation, le premier étant le « simple ensevelissement du cadavre en terre, avec le moindre ornement possible », alors que la dernière se pratique « en espaces clos, à l’abri de l’air, par exemple dans des fosses hermétiques, sarcophages… ou tout procédé arrachant le cadavre à l’action des agents extérieurs », voir p. 172. Nous préférons garder l’appellation d’inhumation lorsqu’il est fait référence aux « enterrements », car son passage sur les inhumations est beaucoup plus proche de celui sur l’embaumement, qu’il aborde, d’ailleurs, à la suite de celui sur les inhumations.

29 Louis-Auguste Cadet, Hygiène, Exhumation, crémation ou incinération des corps, Paris, Baillière, 1877, p. 31. p. 51.

30 José Francisco López, op. cit., p. 17.

31 « Crémation à Paris », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, série 2, n° 45, 1876, Paris, J.B. Baillière, 1876, p. 573-574.

32 Ibid.

33 Luis Pedro Lenguas, Juan Risso Herrera, Cremación, Artículos publicados en colaboración en el Diario El Bien, agosto de 1889, Montevideo, Tipografía Uruguaya, 1889, p. 80-85.

34 Comme étudiant, Samuel Gache fut très actif aussi bien dans le milieu associatif que dans la production scientifique et ses travaux ont été reconnus un nombre considérable de fois. Lauréat du concours du Círculo Médico Argentino en 1881, avec la médaille d’argent, pour son travail « El estado mental de la sociedad de Buenos Aires ». Devenant par la suite président du Círculo Médico Argentino Gache soutint sa thèse en 1886 à la Faculté de Médecine de Buenos Aires. Dans la dernière décennie du XIXe siècle et au début du XXe siècle, nombre de ses travaux furent publiés en français et connurent un grand succès. Gagnant du Prix Godard en 1897 pour sa « Climatologie médicale de la République Argentine et des principales villes d’Amérique », qui retint l’attention de la Société d’anthropologie surtout pour son chapitre intitulé « Caractère ethnique de la population de la République Argentine », sujet dont, disent les rapporteurs, les documents connus sont peu nombreux, Gache fut reconnu par le monde scientifique international comme « l’une des personnalités les plus remarquables de Buenos Aires », qui apprit à son pays, par l’intermédiaire de toutes ses activités scientifiques et intellectuelles, « le moyen de prévenir le danger inconnu des maladies ». Voir : A. Chervin, G. Papillault, « Rapport sur le prix Godard », Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, IV série, Tome 8, Paris, Masson, 1897, p. 480-482. ; Sobre – C. Casas, « Nécrologie. Samuel Gache », Annales de Gynécologie et obstétrique, 2e série, tome V, Paris, G. Steinheil, 1908, p. 127-128.

35 Samuel Gache, « La cremación », Anales del Circulo Medico Argentino, abril 1884, Buenos Aires, Imp. La Universidad, p. 9.

36 Ibid., p. 10.

37 Florentino Felippone, op. cit., p. 39.

38 Pedro Mallo, op. cit., p. 176.

39 En effet, d’après plusieurs mémoires de médecins, les inhumations prématurées furent courantes lors des crises épidémiques sur les rives de la Plata, ce qui suscita la peur dans la population et provoqua leur méfiance vis-à-vis du corps médical.

40 José Penna, La cremación en América y particularmente en la Argentina, Buenos Aires, El Censor, 1889, p. 292-294.

41 Félix Gannal, Inhumation et crémation. Mémoire adressé au Conseil Municipal de Paris, Paris, Muzard et fils, 1876, p. 7.

42 Luis Duprat, « Cremación », La Unión, janvier–février 1887, Buenos Aires, Tip. Y Enc. Del Colegio Pio IX de Artes y Oficios, 1887, p. 12.

43 Luis Duprat, op. cit., p. 15.

44 Ibid., p. 16.

45 Ibid.

46 Ainsi, par exemple, Kelly commence par vanter ses convictions spiritualistes avant de manifester qu’il ne s’occupera pas de ce qui a trait au côté métaphysique, se dédiant uniquement à l’étude de la partie matérielle de la question, en espérant pouvoir prouver que le cadavre est une matière organique séparée de l’âme, qui est immortelle. Mallo fait sa « profession de foi » se déclarant spiritualiste et croyant dans un être suprême, architecte de l’univers avant d’affirmer que la crémation assure aussi bien que l’inhumation le dogme de la résurrection. Voir Juan A. Kelly, op. cit., p. 26-53 ; Pedro Mallo, « Paralelo entre los varios destinos de los restos humanos », p. 163-176.

47 Pedro N. Castro, La cremación, Buenos Aires, Imp. de Juan A. Alsina, 1883, p. 56.

48 Pedro Mallo, op. cit., p. 176.

49 José Francisco López, op. cit., p. 6-7.

50 José Francisco López, op. cit., p. 4.

51 « La crémation interdite par l’Église », Cosmos. Revue des sciences et de leurs applications, trente-cinquième année, 1886, tome IV, p. 451.

52 Luis Duprat, Cremación. Artículos publicados en el diario La Unión en enero y febrero de 1887, Buenos Aires, Tip. y Enc. del Colegio Pio IX de Artes y Oficios, 1887, p. 5.

53 Ibid., p. 9.

54 Luis Duprat, op. cit., p. 27.

55 Nous regrettons de ne pas avoir pu trouver les écrits de celui-ci sur la crémation. Mais nous tenons à signaler qu’il est cité à plusieurs reprises et considéré par Lenguas et Risso Herrero comme une « victime d’un positivisme corrupteur » et un hérétique qui fait prévaloir son point de vue hygiénique avant la question religieuse. Lenguas Luis Pedro y Risso Herrera Juan, op. cit., p. 84.

56 Luis Pedro Lenguas y Juan Risso Herrera, op. cit., p. 134.

57 Connue simplement comme Casa de Aislamiento (maison d’isolement), ce lazaret a ouvert ses portes le 23 décembre 1882. Il a été créé lorsque l’hôpital de Buenos Aires devint insuffisant pour répondre aux besoins sanitaires toujours grandissants de la population et doit son nom « aux idées modernes qui consacraient l’isolement comme une des meilleures pratiques de la prophylaxie contre la contagion ». Voir José Pena, La administración sanitaria y la asistencia pública de la ciudad de Buenos Aires, Tomo II, Buenos Aires, Kraft, 1910, p. 287-288. La première crémation fut faite alors que José Penna, promoteur de la cause crématiste en Argentine, était le directeur de la Casa de Aislamiento. Voir José Eduardo Baca, Breve reseña del Crematorio de Buenos Aires, Buenos Aires, Talleres Gráficos Argentinos, 1934, p. 4.

58 José Penna, La cremación en América y particularmente en la Argentina, Buenos Aires, El Censor, 1889, p. 259.

59 En effet, cette première crémation fut réalisée sur une victime de la fièvre jaune. José Penna, La cremación en América y particularmente en la Argentina, Buenos Aires, El Censor, 1889, p. 251-252.

60 Issu d’une loi dictée par le Congrès en 1882, sous la présidence de Julio Roca, le Concejo Deliberante était l’organe législatif de la Municipalité. Composé de deux habitants de chaque quartier, il était chargé, entre autres, de promulguer des ordonnances. Toutefois, ses initiatives pouvaient être rejetées par l’Intendente, chargé du département exécutif et nommé par le Président de la nation en accord avec le Sénat. Voir Miguel De Luca, Mark Jones et María Inés Tula, La ciudad de Buenos Aires. Política y Gobierno en su último medio siglo, document présenté au Séminaire de recherche urbaine « El nuevo milenio y lo urbano », organisé par l’Instituto Gino Germani de la Facultad de Ciencias Sociales (UBA), el Instituto de Geografía de la Facultad de Filosofía y Letras (UBA), CEUR-CEA (UBA), la Universidad Nacional de Quilmes y el Instituto del Conurbano de la Universidad Nacional de General Sarmiento, novembre 1998 ; Revista Mundo Urbano, 2000, n° 7, Universidad de Quilmes, consulté en ligne le 20 avril 2014 http://www.mundourbano.unq.edu.ar/index.php/ano-2000/43-numero-7--noviembre/140-3-la-ciudad-de-buenos-airespolitica-y-gobierno-en-su-ultimo-medio-siglo.

61 J. Penna, op. cit., p. 280.

62 Ibid., p. 291.

63 J. Penna, op. cit., p. 268.

64 Ibid., p. 278.

65 Lettre de José Maria Astingueta à Guillermo Cranwell, 6 août 1888, dans Memoria de la Intendencia Municipal de la Capital de la República correspondiente a 1888, presentada al H. Concejo Deliberante, t. I, Buenos Aires, Imprenta Sud-América, 1889, p. 103.

66 Baca Eduardo J., Breve reseña del crematorio de Buenos Aires, Buenos Aires, Talleres Gráficos Ferrari Hnos., 1934, p. 4.

67 Né le 18 août 1851 en France, le médecin Benjamin Dupont, fraichement diplômé de l’Université de Paris, est parti en Argentine où il entame sa carrière, d’abord au sein du corps médical militaire, en participant à des campagnes et expéditions dans l’intérieur du pays, puis s’établit à Buenos Aires et participe activement à l’évolution de la médecine nationale. Son empathie pour la cause crématiste, dont il s’est fait l’un des plus fervents partisans, le fait exprimer son souhait d’être incinéré à sa mort, ce qui a été accompli le 27 décembre 1930. Voir « Necrología Dr Benjamín Dupont », Semana médica, Buenos Aires, Año 38, n° 5, enero 29 de 1931, p. 332.

68 J. Penna, op. cit., p. 262-263.

69 Ibid., p. 264.

70 La Sociedad Científica Argentina organise des concours dont les thématiques reflètent l’inquiétude de leurs membres allant dans ce sens. Ainsi, par exemple, en 1876, les sujets des mémoires que la Sociedad mettait à concours portaient sur la recherche du meilleur système pour la construction des autoroutes, sur le système le plus économique pour la construction des logements ouvriers ou sur les améliorations pouvant être faites pour la navigation dans les fleuves du pays. Voir « Programa del concurso de 1876 », Anales de la Sociedad Científica Argentina, Tome I, 1er semestre de 1876, Buenos Aires, Imprenta de Pablo E. Coni, p. 14-15. Dans ce contexte, l’intervention de Mallo et son initiative d’ouvrir un concours cherchant le four qui pourrait le mieux s’adapter aux besoins du pays ne pouvaient se faire dans un terrain plus propice. Cependant, nous n’avons pas trouvé de traces sur la mise en œuvre de ce concours.

71 J. Penna, op. cit., p. 249.

72 A. Brian, op. cit., p. 116.

73 F. Morato, La cremación, Montevideo, Tipografía Británica, 1895, p. 55.

74 Ibid.

75 Rapporteur désigné pour étudier la question, Brouardel appuie sa décision, tout comme le fit l’Uruguay, sur le fait que la France manque des appareils nécessaires permettant l’incinération d’un nombre important de corps et que, par ailleurs, rien n’a démontré qu’un cadavre inhumé puisse être un réel agent propagateur du choléra, épidémie qui faisait des ravages à ce moment, voir : P. Brouardel, « La crémation dans les cimetières de Paris en temps d’épidémie », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, série 3, n° 10, 1883, p. 315-327.

76 Tels sont les mots utilisés par le Journal d’Hygiène de Paris lorsqu’il a été pris connaissance des expériences crématistes, puis de l’approbation de la loi concernant cette pratique (Anales del círculo médico argentino, t. IX, 1886, Buenos Aires, Imp. De M. Biedma, 1886, sección « noticias », 8/10/1885, p. 50-51).

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site