Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Du cimetière consacré à la crémation (XIXe-XXe siècle)

La crémation : bref panorama de la Révolution à aujourd’hui

Jacqueline Lalouette

Résumé

En français, deux mots, crémation et incinération, désignent la combustion des corps. Si incinération concurrença un temps crémation, ce dernier mot est désormais le seul usité.
Interdite depuis Charlemagne, la crémation fut envisagée comme un possible mode de sépulture sous la Révolution. Mais le décret du 23 prairial an XII sur les cimetières ne la mentionna pas. Durant plusieurs décennies, elle apparut à certains esprits comme une pratique funéraire noble et plus digne que l’inhumation, mais malheureusement impraticable.
À partir des années 1870, des républicains anticléricaux, notamment des médecins, luttèrent pour la reconnaissance légale de la crémation, ce qui se produisit grâce à un décret, en 1889. L’Église catholique, elle, condamna cette pratique en 1886 et 1892.
Cette condamnation ne fut certainement pas étrangère à l’hostilité dont la société française fit preuve envers la crémation durant pratiquement un siècle. En effet, il fallut attendre les années 1980 pour que le recours à la crémation commence à progresser.
Cette pratique atteignit un pourcentage important (environ 35 %) en 2014. Depuis 1963, l’Église catholique admet la crémation, dont les règles ont été précisées par une instruction du 25 octobre 2016. La progression de la crémation correspond à une mutation anthropologique et spirituelle fondamentale. Elle doit aussi être analysée sous l’angle de l’écologie ; à l’origine, la crémation était présentée comme un moyen d’assurer la pureté des nappes phréatiques, mais elle est maintenant dénoncée comme un possible mode de pollution de l’atmosphère.

Cremation. Short Overview from the French Revolution to Nowadays
In french, two words, « crémation » and « incinération » (cremation and incineration), designate the action of burning corpses. If the word incineration was once used just as much as cremation, the latter is today the only one used out of the two. Forbidden ever since Charlemagne’s reign, cremation was seen as an alternative to burying during the French Revolution. But the decree of the 23 Prairial an XII (12 of June 1804) on cemeteries did not mention it. For decades, it appeared to many as a noble funeral practice, more honorable than a burial, but alas impracticable.
From the 1870’s, anticlerical republicans, including doctors, fought for the legal recognition of cremation, which happened thanks to a decree, in 1889. The Catholic Church, though, convicted the practice in 1886 and 1892.
This conviction was in no way stranger to the hostility that the french society felt towards cremation for almost a century. Indeed, before the 1980’s, the usage of cremation was frowned upon, and did not progress until then.
This practice reached an important percentage (about 35%) in 2014. Since 1963, the Catholic Church acknowledges cremation, but under certain conditions, the rules which have been specified by an instruction of 25 October 2016. The progression of cremation corresponds to a fundamental spiritual and anthropological mutation. It must also be analyzed under an ecological angle; originally, cremation was sold as a way to assure the purity of water tables, but it is today denounced as a possible pollution mode of the atmosphere.

Texte intégral

1Après un oubli de longs siècles, l’idée de brûler les morts resurgit en France durant la Révolution ; longuement débattue, elle ne fut cependant pas adoptée. Exprimée discrètement durant la première moitié du XIXe siècle, elle fut défendue avec force dès les premières années de la Troisième République et la crémation fut reconnue comme un mode de sépulture légal en 1887. Mais il fallut des décennies pour qu’elle devînt d’un usage courant.

2Il convient tout d’abord de préciser que le terme de « crémation » rencontra un concurrent sérieux : « incinération ». Les deux mots eurent leurs partisans et leurs détracteurs, et alternèrent.

Une pratique, deux mots

3En matière funéraire, les mots « crémation » et « incinération » s’appliquent tous deux à la combustion des corps ; on ne peut toutefois en faire de stricts synonymes puisque le premier se rapporte à l’acte même de brûler tandis que le second insiste sur les conséquences de cet acte : la réduction en cendres.

  • 1 Trésor de la langue française [TLF], tome 10, p. 11.
  • 2 On le rencontre, par exemple, chez Robert Gaguin, dans « La vie de Charles V » – contenue dans les (...)
  • 3 TLF, tome 6, p. 454.
  • 4 Dissertation traduite de l’anglais de M. Jamieson par A.M.H.B. [Boulard], Paris, 1821.

4« Incinération », qui existait depuis la fin du XIVe siècle1, ne fut pas usité sous la Révolution. Quant au mot « crémation », rare en ancien et en moyen français2, il fallut, selon le Trésor de la langue française, attendre la sixième édition du Dictionnaire universel de Boiste (1823), pour le voir réapparaître3. François Gaudin nous signale cependant un ouvrage traduit de l’anglais antérieur de deux années : De l’origine de la crémation ou de l’usage de brûler les corps4.

  • 5 Rapport sur les sépultures présenté à l’Administration centrale du département de la Seine par le c (...)
  • 6 Discours qui a partagé le prix proposé par l’Institut national de France, au nom du Gouvernement, e (...)
  • 7 Eugène Fournier mentionne d’ailleurs les « ustionnistes », sans que l’on sache très bien s’il forge (...)

5Dans les années 1790, les partisans du recours au bûcher parlaient tout simplement de « brûler les corps », recouraient à des expressions comme « consumer par le feu5 », mentionnaient le choix « entre la terre et le feu6 » et disposaient d’un terme aujourd’hui inusité, celui d’« ustion7 », qui demeura encore longtemps dans son acception médicale de « cautérisation ».

  • 8 La Lancette française. Gazette des hôpitaux civils et militaires, 7 mai 1881, p. 423. Le ministre d (...)
  • 9 Bulletin de la Société pour la propagation de l’incinération [BSPI], n° 13, mai 1894, p. 26-27.
  • 10 Voir Jacqueline Lalouette, « La crémation en France (1794-2014). Des sources multiples et diversifi (...)

6Sous la troisième République, lorsque la propagande en faveur de la combustion des corps se développa, « crémation » et « incinération » étaient interchangeables. Ainsi, le 24 décembre 1880, le préfet de la Seine transmit au ministre de l’Intérieur, en l’appuyant, une demande du Conseil municipal de Paris « tendant à ce que le gouvernement présent[ât] à bref délai un projet de loi pour la crémation des corps, et subsidiairement autoris[ât], dès à présent, des expériences d’incinération sur les corps ayant servi de sujets de dissection8 ». Puis « incinération » l’emporta. Lors de l’assemblée générale du 31 mars 1894, les membres de la Société pour la propagation de la crémation, fondée en novembre 1880, adoptèrent la suggestion de Francisque Sarcey – pour qui incinérer était « plus poétique de sens » et « plus agréable d’aspect que crémer » – et substituèrent incinération à crémation. Mais, précisa le secrétaire général, Georges Salomon, « entre nous, gens convaincus, nous pourrons continuer à nous servir, indifféremment, de l’un ou l’autre terme9 ». Pour mesurer la faveur dont jouirent ces deux termes dans les décennies suivantes, il faudrait analyser très attentivement les titres de toutes les publications propagandistes, en scruter les textes, ainsi que ceux des thèses de médecine, de sociologie… consacrées à ce sujet10.

  • 11 Voir le titre III du décret n° 76-435 du 18 mai 1976 modifiant le décret du 31 décembre 1941 codifi (...)

7L’application du mot « incinération » à la destruction des déchets et détritus dut être déterminante pour le faire éliminer du vocabulaire relatif aux sépultures. Le décret du 18 mai 1976 substitua « crémation » à « incinération » et ce changement fut définitif11. Autre marque de l’exclusion d’« incinération », la Société pour la propagation de l’incinération finit par prendre le nouveau titre d’Association nationale crématiste.

  • 12 Le TLF cite Sartre, Situations I, 1947, p. 153 et Les mots, 1964, p. 80, tome 6, p. 456.
  • 13 François Michaud-Nérard, La révolution de la mort, préface de Didier Sicard, postface de Bertrand D (...)
  • 14 Renée Greusard, « Crémation : ce qui se passe derrière la vitre », Nouvel Obs, 25 octobre 2013, htt (...)
  • 15 Voir Michel Hanus, « Le cadavre crématisé », Études sur la mort, n° 129, 1/2006, p. 133-143. http:/ (...)

8En revanche, en ce qui concerne les verbes et les participes, le mot « incinérer » l’emporte, même si on peut relever ici ou là l’usage de « crémer12 ». Venu du latin cremare, ce verbe peu courant semble aujourd’hui totalement oublié puisque François Michaud-Nérard, directeur général des Services funéraires de la Ville de Paris, estime que « manque malheureusement le verbe » correspondant aux substantifs « crémation » et « crématorium ». Il avance le néologisme « crématiser », mais n’y est guère favorable ; la construction, dit-il, en serait « impropre » car elle correspondrait à un autre substantif, « crématisation » ; il se tourne alors vers « crémater », puis le repousse, comme n’étant « franchement pas beau13 ». D’après un autre auteur, les professionnels de la crémation utilisent l’adjectif « crématisé », « incinéré » évoquant trop à leurs yeux l’univers des détritus14 ; ce terme est également employé par Michel Hanus, psychiatre et psychanalyste15. Quant aux appareils nécessaires à la crémation, ils sont appelés, du moins dans les textes législatifs et réglementaires, « appareils de crémation » ou « fours de crémation » ; le mot « incinérateurs » paraîtrait injurieux, toujours à cause des déchets et des ordures ménagères, et l’expression de « fours crématoires », courante avant la Deuxième Guerre mondiale, évoquerait de trop sinistres souvenirs. Enfin « crématorium », absent du Trésor de la langue française, désigne le lieu où se déroulent les crémations. L’expansion de la crémation l’a introduit dans le langage courant et il n’est pas rare de voir, dans des villes, des panneaux indiquer la direction du crématorium.

Les débats de la période révolutionnaire

  • 16 Piotr Kuberski, Le christianisme et la crémation, préface de François Bœspflug (O.P.), Paris, les é (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 178-180.

9Lorsque la question de la crémation surgit, durant la Révolution française, ce mode de sépulture avait été abandonné depuis plus de dix siècles. Charlemagne en avait en effet interdit l’usage, en 785 – et non 789, comme cela est souvent écrit –, par le Capitulaire saxon (ou Capitulaire de Paderborn), « fruit de la réunion de Paderborn, un concile mixte réunissant les évêques francs et les nobles16 », où furent traitées des questions politiques et religieuses. Ce capitulaire sanctionna avec rigueur tout ce qui relevait des pratiques païennes – la crémation, mais aussi l’inhumation sous un tumulus païen – et fixa la peine de mort pour toute personne « ayant fait brûler le corps d’un défunt et réduit des os en cendres17 ». Pour Piotr Kuberski, cette décision ne reposait sur aucune « justification théologique » et il ne faut donc y voir que la volonté « d’uniformiser les diverses pratiques en usage dans le monde saxon » afin d’« incorporer » celui-ci dans le territoire dominé par Charlemagne18.

Urne ayant contenu les cendres de Beauvais de Préaux.

Urne ayant contenu les cendres de Beauvais de Préaux.
  • 19 Le 1er floréal an VIII, le préfet de la Seine, le comte Frochot, autorisa une citoyenne à brûler le (...)
  • 20 Dans son histoire de Montpellier sous la Révolution, J. Duval-Jouve mentionne l’événement sans expl (...)
  • 21 Charles Théodore Beauvais de Préaux (1745-1794) fut élu, à Paris, à la Législative et réélu à la Co (...)
  • 22 Corps législatif. Conseil des Cinq Cents. Rapport fait au nom d’une commission spéciale sur les inh (...)
  • 23 Rapport sur les sépultures présenté à l’Administration centrale du département de la Seine par le c (...)
  • 24 Ibid., p. 66.

10C’est donc après une mise entre parenthèses multiséculaire que la Révolution, époque fascinée, comme l’on sait, par les usages et les mœurs de l’Antiquité gréco-romaine, songea à revenir à la sépulture par le feu. Cependant, il n’y eut alors qu’une seule crémation19, celle du corps du Dr Beauvais de Préaux, conventionnel montagnard, brûlé à Montpellier le 29 mars 179420 ; l’urne contenant ses cendres fut expédiée à la Convention, puis déposée aux Archives nationales21. La question fut examinée essentiellement sous l’angle théorique, ce dont témoignent concours, rapports et projets de loi ou de résolution, que nous ne pouvons tous mentionner ici. Abordée par la Convention, elle le fut ensuite par le Conseil des Cinq Cents ; dans la séance du 21 brumaire an V (11 novembre 1796), François Antoine Daubermesnil déposa un rapport contenant un « projet de résolution » d’après lequel il serait « libre à tout individu de faire brûler ou inhumer dans tel endroit qu’il jugera convenable le corps de ses proches, ou des personnes qui lui furent chères, en se conformant aux lois de police et de salubrité22 ». Il n’y eut pas de suite. En l’an VII, Jacques Cambry présenta un rapport à l’Administration centrale du département de la Seine ; il s’y montra favorable à l’ustion des corps et se prononça pour la liberté des modes de sépulture : « Celui qui veut confier ses dépouilles à la terre doit pouvoir les lui confier : celui qui veut que le feu les décompose doit avoir la liberté de les répandre dans l’espace ». Son rapport est suivi d’un projet d’arrêté du département de la Seine sur les sépultures, daté du 14 floréal an VII ; l’un des considérants témoigne de la méfiance que l’auteur nourrissait envers « les opinions religieuses », responsables de l’abandon de « l’usage de brûler les corps23 ». Les articles XXI-XXIV de ce projet se rapportent aux urnes funéraires, au droit de la famille et des amis du défunt d’assister à l’ustion du corps et d’emporter les cendres. Des gravures représentent le champ de repos établi au sommet de la montagne « vulgairement appelée Montmartre » ; les foyers, installés dans une pyramide, ne devaient pas être alimentés au bois, « denrée devenue rare », mais devaient fonctionner grâce à la « chymie moderne24 ».

  • 25 Voir Madeleine Lasserre, Villes et cimetières de France de l’ancien régime à nos jours, Paris, L’Ha (...)
  • 26 Amaury Duval, Des sépultures. Ouvrage couronné par l’Institut national, Paris, chez la Veuve Pancko (...)
  • 27 F. V. Mulot, Discours qui a partagé le prix proposé par l’Institut national de France, au nom du Go (...)

11Les cimetières étant alors dans un déplorable état d’abandon25, le ministre de l’Intérieur, Lucien Bonaparte, proposa à l’Institut d’examiner la question ; en l’an IX, celui-ci ouvrit un concours relatif aux funérailles et au mode de sépulture. Sur une quarantaine d’auteurs, deux se virent attribuer, ex æquo, le premier prix, Amaury Duval26 et François Valentin Mulot. Ce dernier, tout en privilégiant l’inhumation, précisa qu’il n’avait pas l’intention de proscrire les bûchers ; il voyait dans la volonté de conserver les cendres d’êtres chers une manifestation d’égoïsme, mais reconnaissait que « le désir de cette jouissance [n’était] pas indigne d’un être délicat et tendre ». La loi, estimait-il, n’avait pas le droit de s’opposer à la transformation des corps « en une substance diaphane à jamais incorruptible » et l’État devait simplement « prescrire tout ce qui [pouvait] prévenir les incendies » et veiller à ce que le feu ne servit pas à « faire disparaître les traces d’un crime27 ». Ainsi, deux thèmes qui seront mis en avant plus tard sont déjà présents dans ces lignes : le refus du pourrissement du corps et la disparition des preuves d’un crime.

12Sous le Consulat, la signature de la Convention de l’an IX et la reconnaissance du catholicisme comme religion « de la grande majorité des Français », ne se prêtèrent pas à la reconnaissance de telles pratiques. Muet sur les funérailles par le feu, le décret du 23 prairial an XII relatif aux cimetières servit ultérieurement aux adversaires de la crémation pour proclamer le caractère illégal de celle-ci.

La crémation, un idéal à conquérir

  • 28 La question du mode de sépulture en usage chez les Gaulois était débattue ; tous les auteurs ne se (...)
  • 29 Jean Reynaud, Considérations sur l’esprit de la Gaule, Paris, imprimerie L. Martinet, 1847, p. 57.
  • 30 Ibid., p. 59.

13Exclue des usages funéraires, la destruction des cadavres par le feu n’en demeura pas moins, pendant plusieurs décennies, un idéal auquel se référèrent des auteurs ayant rompu avec le christianisme. En 1847, dans ses Considérations sur l’Esprit de la Gaule, Jean Reynaud vanta la beauté des bûchers funéraires des Grecs et des Gaulois28. À propos des premiers, il écrivit que « ces souverains maîtres du goût et de la convenance » traitaient avec un grand respect les corps de leurs défunts qu’ils « faisaient pieusement évanouir dans les splendeurs de l’incendie avant que les injures de la décomposition les eussent déshonorés. Il n’en restait qu’une blanche poussière, doux et décent symbole d’un passé enseveli pieusement dans des cœurs amis ». Les Gaulois eux aussi « s’empressaient de satisfaire le défunt en dissipant derrière lui, comme une insensible vapeur, son dernier rebut » et « rendaient sans retard à la nature, celui qui désormais n’appartenait plus à personne29 ». Au « mode triomphal de disparition dans les magnificences du feu », Jean Reynaud opposait « l’odieuse et désolée religion des cimetières30 ».

14Michelet, lui aussi, jugeait le passage par le feu supérieur à l’inhumation. L’idée de la putréfaction des corps inhumés lui était odieuse et il souffrit de ne pouvoir livrer aux flammes les corps de son père et de sa fille :

  • 31 Mme Michelet, La tombe de Michelet, Paris, imprimerie Simon Raçon et Cie, 1875, p. 69.

Quoi ! Le corps vénéré de mon père, le corps de ma fille (ravissante dans le cercueil même) doivent subir, quoi que je fasse, l’outrage de la pourriture ! Qu’ai-je fait pour naître si tard et non aux jours de la beauté antique où, de son lit au lit funèbre, l’objet aimé était posé avec respect sur le bûcher, était délivré par la flamme, et passait dans la lumière évanoui dans un rayon31.

  • 32 Cité par le Dr Pietra Santa, « La crémation en France et à l’étranger », Annales d’hygiène publique (...)
  • 33 Mme Michelet, La tombe de Michelet…, op. cit., p. 5-6.

15Ces deux êtres que Michelet aimait moururent en effet longtemps avant que la crémation ne fût permise en France, son père en 1846, et sa fille, Adèle, en 1855. Durant le Second Empire, précisément, quelques médecins français s’intéressèrent à la question, comme le docteur Caffe, pour qui la crémation était un « antique, noble et digne procédé de conservation des siens » – tandis que l’inhumation était, elle une « dangereuse et dégoûtante méthode de putréfaction32 ». Michelet aurait aussi souhaité pour lui-même « ces funérailles de l’Orient où “l’on ne cache point l’être aimé, où on ne le bannit point du jour, où l’on place le mort sur une pierre élevée, devant la lumière”33 », mais il ne put davantage y avoir droit.

  • 34 Voir Serenella Nonnis Vigilante, « Mourir deux fois. Le devenir des soldats sur les champs de batai (...)

16Quelques années avant sa mort, un redoutable problème pratique s’était posé aux pouvoirs publics, par suite d’un amoncellement considérable de cadavres, tout d’abord à Sedan, où les soldats atteints de la variole et du typhus avaient péri par milliers, puis à Paris, à l’issue de la Semaine Sanglante. À Sedan, les corps des soldats furent recouverts de chlorure de chaux puis de goudron de houille, le tout étant enflammé avec de l’huile de pétrole34 ; quant à ceux des communards, ils le furent de chaux vive.

La quête et l’obtention de la reconnaissance légale

  • 35 Bulletin de la Société pour la propagation de la crémation [BSPC], première année, n° 1, p. 19. Dan (...)
  • 36 Toujours actuelle, cette préoccupation est exprimée par la devise « La terre aux vivants » inscrite (...)
  • 37 La liste de ces 103 membres fondateurs fut donnée à part, et in extenso, dans le BSPI, n° 17, 1898, (...)
  • 38 Voir Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France. 1848-1940, préface de Maurice Agulhon, Paris, (...)
  • 39 BSPC n° 8, 1889, p. 14. Voir aussi la fiche de l’association, Archives de la préfecture de police B (...)

17La fin de l’Ordre moral et le triomphe de la République dite « des républicains » donnèrent naissance à un nouveau climat politique. La pratique associative en fut favorisée ; en novembre 1880, sous l’impulsion de Georges Salomon, ingénieur, et de Kœchlin-Schwartz, maire du VIIe arrondissement de Paris, fut fondée la Société pour la propagation de la crémation, conçue pour réunir tous ceux qui avaient « horreur de la décomposition lente et putride des cadavres au sein de la froide terre » et qui souhaitaient que leur dépouille fût « transformée promptement par un feu purificateur en quelques poignées de cendres blanches35 ». Toutefois, cette société ne militait pas seulement au nom de sensibilités individuelles, mais se préoccupait aussi de la pollution des eaux souterraines due à la décomposition des corps et de l’espace occupé par les morts, aux dépens des vivants36. Parmi les 103 membres fondateurs figuraient des personnalités politiques (Paul Bert, Léon Gambetta, Victor Schœlcher…), des savants (Paul Bert, Marcelin Berthelot…), des sénateurs et des députés, une douzaine de médecins, dont certains fort connus (le docteur Lacassagne), des anticléricaux et des libres penseurs (Paul Bert, Douville-Maillefeu, Anatole de la Forge, André-Saturnin Morin…)37. La cause crématiste était également défendue par le Grand-Orient de France. Cet engagement d’individus et d’organismes anticléricaux ne fut pas étranger à la condamnation de la crémation par l’Église les 19 mai et 15 décembre 1886, puis le 27 juillet 189238. En 1889, la Société rassemblait 598 membres, dont 73 femmes, ce qui était remarquable pour l’époque39.

18Le premier but des crématistes était de faire reconnaître la crémation comme mode de sépulture légal. Ils menèrent leur combat au Conseil municipal de Paris et au Parlement. En 1874, le conseiller Louis Cadet invita en vain le préfet de la Seine à organiser un concours relatif au « meilleur procédé pratique d’incinération des corps ». La demande fut réitérée en 1880, 1882 et 1883. La permission de faire fonctionner un appareil pour brûler les débris humains provenant de l’amphithéâtre de dissection fut accordée par le ministre de l’Intérieur le 21 mars 1885 ; ce fut une première victoire.

  • 40 La crémation devant le Parlement. Discours prononcés par MM. A. Blatin & Frédéric Passy, députés, d (...)

19La lutte se déroula aussi au Parlement. Le 8 août 1882, Paul Casimir-Périer, député de la Seine-Inférieure et frère de Jean Casimir-Périer (élu président de la République en 1894), déposa à la Chambre une proposition de loi signée, entre autres, par Paul Bert et Gambetta, « ayant pour objet de donner à tous les citoyens ou à leurs familles la faculté du choix entre l’inhumation ou la crémation des corps, dans des conditions déterminées par la loi et par des règlements d’administration publique ». Mais, conscients qu’il leur faudrait attendre longtemps une loi spécifique, les crématistes optèrent pour une voie détournée. Le 30 mars 1886, lors de la discussion sur la liberté des funérailles, provoquée par la question des enterrements civils, alors que Gabriel de Mortillet venait de déposer un amendement portant sur « le caractère civil ou religieux » des funérailles, Antoine Blatin, franc-maçon, proposa une nouvelle rédaction : « Tout majeur ou mineur émancipé en état de tester peut déterminer librement le mode de sa sépulture, opter pour l’inhumation ou l’incinération, […] et régler les conditions de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner40. » Adopté par la Chambre, le texte fut transmis au Sénat, qui supprima le mot « incinération », au motif que l’expression « modes de sépulture » le rendait inutile. Mais les sénateurs crématistes arrachèrent à leurs collègues un amendement relatif à un règlement d’administration publique devant déterminer « les conditions applicables aux divers modes de sépulture » ; le 27 avril 1889 parut effectivement un décret portant « règlement d’administration publique déterminant les conditions applicables aux divers modes de sépulture », dont le titre III traite de l’incinération.

  • 41 La Flamme, n° 169, 4e trimestre 1989, p. 13.
  • 42 BSPI, n° 19, 1900, p. 11.
  • 43 Il y a, bien sûr, le contre-exemple de l’Italie.

20À cette date, la France ne comptait qu’un crématorium, celui du cimetière du Père-Lachaise mis en service en 1887 pour les « débris d’hôpitaux ». Avant la Première Guerre mondiale, n’ouvrirent que quatre autres crématoriums, à Rouen (1899), Reims (1903), Marseille (1907) et Lyon (1914). En outre, pendant de longues années on brûla surtout des embryons et des « débris d’hôpitaux », bien que le nombre d’incinérations, stricto sensu, augmentât sensiblement d’année en année. Au crématorium du Père-Lachaise, la première incinération d’un mort intégral, si l’on ose dire, eut lieu le 30 janvier 1889, soit trois mois avant le décret d’avril 1889 ; il s’agissait du corps d’un enfant de onze ans, fils du docteur Jacoby41. De 1889 à 1899, dans le four du Père-Lachaise furent brûlés 21 855 débris d’hôpitaux, 13 517 embryons et 1 696 corps à la demande des familles42, soit une moyenne de 154 corps par an. La condamnation de l’Église catholique devait peser dans un pays où la pratique religieuse demeurait forte43 ; mais, en dépit de l’incinération de personnalités anticléricales, d’anciens communards, on éprouvait de fortes réticences envers la crémation même dans les milieux libres penseurs ; jouant sur les mots, L’Action quotidienne, anticléricale, républicaine, socialiste put ainsi écrire le 14 octobre 1909 : « le four crématoire est doublement un four ».

L’évolution des pratiques crématistes

Une longue période d’atonie, suivie d’une expansion fulgurante

21Contrairement à d’autres pays, la France demeura hostile, indifférente ou étrangère à la crémation durant de longues décennies. En 1975, 2 400 crémations y furent pratiquées, un peu plus de 5 000 en 1980, soit environ 1 % des décès ; ce pourcentage très faible atteste de la fidélité des Français au mode de sépulture classique, celui de l’inhumation. La barre des 10 000 crémations fut franchie en 1982, des 20 000 en 1987, des 30 000 en 199044. En 1993, il y eut 49 743 crémations, soit 10 % des décès. En 2014, avec 193 178 crémations pour 559 293 décès, le pourcentage atteignit 34,54 %45, mais il est supérieur dans les grandes villes, où il s’élève à 47 %. En 1990, 40 crématoriums étaient en service en France46, en 1995, 75, en 2014, 176 auxquels s’ajoutaient 28 projets avancés47. « Les installations de crémation poussent à travers la France tels des champignons en automne », constata Le Monde48.

  • 49 Voir, par exemple, François Michaud-Nérard, Une révolution rituelle : accompagner la crémation, édi (...)

22Cette récente mutation est le reflet de profonds changements spirituels et mentaux et a, à son tour, provoqué une véritable mutation anthropologique pour tout ce qui touche à la mort et aux morts. Que les crémations aient un caractère religieux ou civil il faut inventer de nouveaux rituels49. La fréquentation des cimetières s’en ressent aussi, quand bien même les urnes seraient placées à l’intérieur du caveau ou scellées sur le monument funéraire, car le rapport à une urne n’est, semble-t-il, pas le même que celui à un cadavre, même décomposé, couché sous terre. En outre, la dispersion des cendres dans la nature, choix minoritaire il est vrai, enlève au cimetière son caractère de lieu de « rencontres » entre les vivants et les morts ; la mort se trouve en quelque sorte délocalisée, éparpillée.

Les raisons des nouveaux choix

23Le « décollage » de la crémation s’explique par la levée de l’interdiction catholique, survenue le 8 mai 1963, et par le décret du 20 août 1976, très libéral quant au devenir des cendres, qui pouvaient être dispersées ou conservées au sein des familles, dans une urne. Mais le devenir des urnes funéraires – objets d’un intense marketing – s’est avéré incertain ; on a ainsi pu en voir dans des vide-greniers, des brocantes, voire sur des décharges. Aussi la loi du 19 décembre 2008 a modifié les dispositions de 1976 et établi une réglementation plus stricte ; le partage des cendres entre les proches du défunt et leur transformation en objets (bijoux ou autres) sont interdits ; leur possession à domicile est prohibée et les communes de plus de 2 000 habitants sont tenues d’aménager un site cinéraire. L’aspect des cimetières, avec leurs cavurnes, petites concessions destinées à la réception d’une urne (ou de plusieurs), les colombariums, les jardins du souvenir, s’en est d’ailleurs trouvé modifié.

24D’après le « funescope » publié en 2014 par la Chambre syndicale de l’art funéraire [CSNAF] et le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie [CREDOC] portant sur les années 2005, 2007, 2009 et 2014, les personnes choisissant la crémation se disent surtout guidées par la volonté de « ne pas embarrasser la famille » (37 %) ou par des motifs écologiques (27 % en 2009, mais seulement 16 % en 2014). Le sentiment de répulsion suscité par l’inhumation joue toujours son rôle (24 % en 2014), mais la peur explicite de la décomposition du corps n’est invoquée que par 11 %. La part des protestants et des athées est proportionnellement plus importante que celle des catholiques ; le 25 octobre 2016, la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié une circulaire réaffirmant la préférence de l’Église pour l’inhumation – qui répond mieux que la crémation à l’espérance de la résurrection des corps –, tout en précisant que la crémation est permise, certes, mais que le devenir des cendres ne doit pas engendrer des pratiques traduisant une conception théologiquement erronée de la mort50. Quant aux orthodoxes, ils admettent la crémation depuis 2006, mais celle-ci demeure formellement interdite aux juifs et aux musulmans.

Nouveaux problèmes

25Alors que les premiers crématistes avançaient la nécessité d’en finir avec la pollution des eaux souterraines, les écologistes dénoncent désormais celle de l’atmosphère, due aux particules fines contenues dans les fumées des crématoriums et aux gaz. Certes, des normes strictes réglementent les appareils crématoires qui doivent être munis de systèmes de filtration puissants. Il n’en demeure pas moins que la combustion d’objets métalliques51 (les prothèses, vis et plaques, le mercure et l’argent contenus dans les amalgames dentaires…) est génératrice de gaz ; les écologistes regrettent que le respect du seuil fixé pour le rejet de mercure et de dioxines ne soit pas obligatoire avant 2018. Les crématoriums, pensent certains, pourraient, pour compenser leurs inconvénients, jouer un rôle énergétique grâce à la récupération de la chaleur des systèmes de refroidissement des fumées52.

  • 53 Voir Le Monde du 31 octobre 2015.

26Par ailleurs, le nombre des crématoriums rend délicat l’équilibre financier de ceux qui ne procèdent pas à un nombre annuel de crémations garantissant leur rentabilité. Enfin, l’implantation d’un nouveau crématorium peut s’avérer difficile, les riverains ne tenant pas à contempler les cheminées des appareils crématoires et craignant les fumées53.

Conclusion

  • 54 La Fédération française de crémation fédère actuellement 122 associations. Information donnée au si (...)
  • 55 Damien Le Guay, La mort en cendres. La crémation aujourd’hui, que faut-il en penser ?, Paris, les é (...)

27En quelques décennies, les mœurs funéraires des Français ont été bouleversées. La dispersion des familles et la baisse des croyances religieuses jouent un rôle important dans cette mutation, mais la crémation n’y est pas non plus étrangère. Certains partisans de la crémation, une minorité, vont au-delà d’un simple choix individuel pour leurs obsèques et militent dans des associations54, souvent en parallèle avec diverses appartenances associatives (Libre Pensée, franc maçonnerie, autres mouvements laïques). Ils font valoir la plus grande dignité de la crémation ainsi que son caractère progressiste et altruiste puisqu’elle laisse « la terre aux vivants ». Ses détracteurs, comme Damien Le Guay55, l’accusent au contraire d’escamoter le cadavre, de déshumaniser la mort et de rendre plus long et plus difficile le travail de deuil ; ils voient en elle l’expression majeure de la mise à l’écart de la mort qui caractérise les sociétés occidentales modernes et traduit un important déficit de spiritualité.

Notes

1 Trésor de la langue française [TLF], tome 10, p. 11.

2 On le rencontre, par exemple, chez Robert Gaguin, dans « La vie de Charles V » – contenue dans les Grandes chroniques de France. Au XVIIIe siècle, Gilles Ménage, dans l’article « turlupin » de son Dictionnaire étymologique de la langue française (Paris, 1750, p. 556), François Bruys, dans son Histoire des papes depuis saint Pierre jusqu’à Benoît XIII inclusivement (tome troisième, p. 495), citèrent le passage où il figure, comme nous l’a aimablement signalé François Gaudin. Se référant à un passage du Digeste, XLVIII, 19, 28 prol., Jean Céard précise qu’il s’agissait d’un emprunt au latin juridique et que le mot s’appliquait alors aux personnes condamnées à être brûlées vives (communication particulière).

3 TLF, tome 6, p. 454.

4 Dissertation traduite de l’anglais de M. Jamieson par A.M.H.B. [Boulard], Paris, 1821.

5 Rapport sur les sépultures présenté à l’Administration centrale du département de la Seine par le comte Cambry, Paris, imprimerie de Pierre Didot l’Aîné, an VII, p. 81 (article XXI de son projet d’arrêté du département de la Seine sur les sépultures).

6 Discours qui a partagé le prix proposé par l’Institut national de France, au nom du Gouvernement, et décerné le 15 vendémiaire an IX de la République française sur cette question : « Quelles sont les cérémonies à faire pour les funérailles, et le règlement à adopter pour le lieu de la sépulture ? », par F.V. Mulot, ex-législateur, membre du lycée des Arts et de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Paris, Paris, an IX.

7 Eugène Fournier mentionne d’ailleurs les « ustionnistes », sans que l’on sache très bien s’il forgea lui-même le mot ou si celui-ci était en usage sous la Révolution, Eugène Fournier, « La crémation », Revue internationale de sociologie, novembre 1911, p. 771.

8 La Lancette française. Gazette des hôpitaux civils et militaires, 7 mai 1881, p. 423. Le ministre de l’Intérieur, Constans, opposa un refus très ferme à cette demande : « Mais la question soulevée par le Conseil municipal de Paris n’a paru au Gouvernement ni assez étudiée par la science ni réclamée avec assez d’insistance par l’opinion pour qu’il prît la responsabilité de la soulever devant le Parlement. »

9 Bulletin de la Société pour la propagation de l’incinération [BSPI], n° 13, mai 1894, p. 26-27.

10 Voir Jacqueline Lalouette, « La crémation en France (1794-2014). Des sources multiples et diversifiées », Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Éditions universitaires d’Avignon, 2015, p. 83-99.

11 Voir le titre III du décret n° 76-435 du 18 mai 1976 modifiant le décret du 31 décembre 1941 codifiant les textes relatifs aux opérations d’inhumation, d’exhumation, d’incinération et de transport de corps ainsi que le décret du 12 avril 1905 sur le taux des vacations funéraires, JORF, 20 mai 1976, p. 3008 (http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000855596&pageCourante=03008).

12 Le TLF cite Sartre, Situations I, 1947, p. 153 et Les mots, 1964, p. 80, tome 6, p. 456.

13 François Michaud-Nérard, La révolution de la mort, préface de Didier Sicard, postface de Bertrand Delanoë, Paris, Vuibert, 2007, p. 171.

14 Renée Greusard, « Crémation : ce qui se passe derrière la vitre », Nouvel Obs, 25 octobre 2013, http://rue89.nouvelobs.com/2013/10/25/cremation-passe-derriere-vitre-246896.

15 Voir Michel Hanus, « Le cadavre crématisé », Études sur la mort, n° 129, 1/2006, p. 133-143. http://www.cairn.info/revue-etudes-sur-la-mort-2006-1-page-133.htm.

16 Piotr Kuberski, Le christianisme et la crémation, préface de François Bœspflug (O.P.), Paris, les éditions du Cerf, 2012, p. 177.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 178-180.

19 Le 1er floréal an VIII, le préfet de la Seine, le comte Frochot, autorisa une citoyenne à brûler le corps de son jeune fils, mais cette mère préféra finalement l’inhumer, Arnaud Esquerre, Les os, les cendres et l’État, Paris, Fayard, 2007, p. 64.

20 Dans son histoire de Montpellier sous la Révolution, J. Duval-Jouve mentionne l’événement sans expliciter les raisons d’une telle décision, sauf à considérer que le fait d’avoir vu en Beauvais de Préaux un « martyr de la liberté » constitue en soi une explication suffisante, Montpellier pendant la Révolution. 2e période. La République du 21 7bre 1792 au 18 brumaire an VIII, Montpellier, Camille Goulet, 1881, p. 162-163.

21 Charles Théodore Beauvais de Préaux (1745-1794) fut élu, à Paris, à la Législative et réélu à la Convention. Envoyé en mission à Toulon, il se trouvait dans cette ville lorsqu’elle tomba aux mains des royalistes et des Anglais (septembre 1793). Il fut emprisonné et le bruit courut à Paris qu’il avait été pendu par les Anglais (cette erreur est reproduite dans le Dictionnaire des parlementaires (1789-1889) de Robert et Cougny (tome I, p. 230). En réalité, Beauvais de Préaux fut libéré et transporté malade à Montpellier, où il mourut le 28 mars 1794 (Dictionnaire des Législateurs, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2007, p. 44). Son corps fut brûlé, et ceci constitue en soi un événement exceptionnel. Le procès-verbal de sa « pompe funèbre » est reproduit dans la Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique du 15 octobre 1880 (p. 212-215). Ornée de rubans tricolores et de fleurs, l’urne contenant ces cendres fut expédiée à la Convention, où des voix s’élevèrent pour que Beauvais de Préaux fût déclaré martyr et panthéonisé, mais des contestations surgirent, cela ne se fit finalement pas et il fut décidé d’envoyer l’urne aux Archives nationales, voir Michel Biard, La liberté ou la mort. Mourir en député. 1792-1795, Paris, Tallandier, 2015, p. 236-244 (référence signalée par Philippe Bourdin). Soit que la décision eût été immédiatement appliquée, soit que l’urne eût été versée en même temps que les archives de la Convention aux Archives nationales (on ne peut apporter de précision sur ce point), c’est bien là qu’elle se trouve désormais. En albâtre, de forme antique, elle est exposée dans le Grand Cabinet de l’Hôtel de Soubise, vide et sans son couvercle, qui a été volé. L’inventaire la présente comme ayant conservé les cendres de Beauvais-Saint-Sauveur, représentant du peuple, mort en mission à Toulon (AE/VIa/81), alors que le dossier documentaire correspondant contient bien des notes manuscrites sur Beauvais de Préaux ; en outre, un autre document des Archives nationales mentionne « l’urne en marbre blanc contenant les cendres du représentant Beauvais de Préau (sic), décédé à Montpellier, à la suite de la rigoureuse captivité qu’il subit à Toulon (C 182, n° 146), AE VIa 81 ». Informations communiquées par Madame Stéphanie Marqué du Département de l’action culturelle et éducative des Archives nationales, que nous remercions. Inexplicable, le nom de « Beauvais Saint-Sauveur » se trouve également dans la Revue du monde catholique, tome 132, 1897, p. 7, alors que la personne dont il s’agit est indubitablement Beauvais de Préaux. L’urne de ce conventionnel est assez souvent signalée (rapidement) dans les écrits relatifs à l’histoire de la crémation. Dans son « carnet », le Monde du 30 mars 1994, publia une annonce ainsi rédigée : « Pour la première fois en Europe, depuis la fin de l’Antiquité, un bûcher était allumé non pour détruire un hérétique, ou par mesure d’hygiène, mais par respect, pour rendre hommage. La Convention nationale avait voté le transfert des cendres de Beauvais de Préaux au Panthéon. Les crématistes n’oublient pas. »

22 Corps législatif. Conseil des Cinq Cents. Rapport fait au nom d’une commission spéciale sur les inhumations par Daubermesnil, séance du 21 brumaire an V, Paris, Imprimerie nationale, Brumaire an V, art V, p. 5.

23 Rapport sur les sépultures présenté à l’Administration centrale du département de la Seine par le comte Cambry, Paris, imprimerie de Pierre Didot l’Aîné, an VII, p. 76.

24 Ibid., p. 66.

25 Voir Madeleine Lasserre, Villes et cimetières de France de l’ancien régime à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1997.

26 Amaury Duval, Des sépultures. Ouvrage couronné par l’Institut national, Paris, chez la Veuve Panckoucke, an IX.

27 F. V. Mulot, Discours qui a partagé le prix proposé par l’Institut national de France, au nom du Gouvernement et décerné le 15 vendémiaire an IX de la République française sur cette question « Quelles sont les cérémonies à faire pour les funérailles et le règlement à adopter pour le lieu de la sépulture », À Paris, an IX, p. 39-40. Sur ce concours, voir Pascal Hintermeyer, Politiques de la mort tirées du concours de l’Institut. Germinal an VII-Vendémiaire an VIII, Paris, Payot, 1981.

28 La question du mode de sépulture en usage chez les Gaulois était débattue ; tous les auteurs ne se rallaient pas à la thèse de la crémation.

29 Jean Reynaud, Considérations sur l’esprit de la Gaule, Paris, imprimerie L. Martinet, 1847, p. 57.

30 Ibid., p. 59.

31 Mme Michelet, La tombe de Michelet, Paris, imprimerie Simon Raçon et Cie, 1875, p. 69.

32 Cité par le Dr Pietra Santa, « La crémation en France et à l’étranger », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, deuxième série, tome XLII, p. 218. Sans donner de références précises, le Dr Pietra Santa se réfère à des articles du Dr Caffe publiés en 1856 et 1867.

33 Mme Michelet, La tombe de Michelet…, op. cit., p. 5-6.

34 Voir Serenella Nonnis Vigilante, « Mourir deux fois. Le devenir des soldats sur les champs de bataille pendant la Première Guerre mondiale », Frontières, vol. 19, n° 1, 2006, p. 82. Des problèmes identiques s’étaient posés durant les guerres napoléoniennes.

35 Bulletin de la Société pour la propagation de la crémation [BSPC], première année, n° 1, p. 19. Dans son numéro n° 12, de 1893, ce Bulletin publia sept photos de cadavres inhumés depuis plusieurs mois ou plusieurs années, avec des commentaires peu ragoûtants, entrecoupés de sentences laudatives pour la crémation.

36 Toujours actuelle, cette préoccupation est exprimée par la devise « La terre aux vivants » inscrite sous le titre de Transition, organe de la Fédération française de crémation.

37 La liste de ces 103 membres fondateurs fut donnée à part, et in extenso, dans le BSPI, n° 17, 1898, p. 3-4.

38 Voir Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France. 1848-1940, préface de Maurice Agulhon, Paris, Albin Michel, 1997, p. 362-366 ; id., « La Libre Pensée, l’Église et la crémation », Le Mouvement social, n° 179, avril-juin 1997, p. 81-91 ; id., « Le résidu léger de la vie », Less is more. Stratégies du moins, Les Cahiers de médiologie, n° 9, premier semestre 2000, p. 173-177.

39 BSPC n° 8, 1889, p. 14. Voir aussi la fiche de l’association, Archives de la préfecture de police Ba 128.

40 La crémation devant le Parlement. Discours prononcés par MM. A. Blatin & Frédéric Passy, députés, dans la séance du 30 mars 1886, Extrait du Journal officiel du 31 mars 1886, Paris, imprimerie des Journaux officiels, 1886, p. 3-4.

41 La Flamme, n° 169, 4e trimestre 1989, p. 13.

42 BSPI, n° 19, 1900, p. 11.

43 Il y a, bien sûr, le contre-exemple de l’Italie.

44 Transition-La Flamme, premier semestre 1995, p. 18-19.

45 D’après le journal Transition, mais pour l’Association française d’information funéraire [AFIF], le pourcentage atteint en 2014 était de 37 %.

46 La Flamme, n° 173, 4e trimestre 1990, p. 20.

47 Transition, n° 84, octobre 2015, p. 22. Dans ce numéro voir les statistiques des crémations (France métropolitaine et ultramarine), p. 19-21. Les données fournies par l’AFIF sont inférieures : 142 crématoriums en 2014, http://www.afif.asso.fr/francais/conseils/conseil33.html#INFORMATIONS%20GENERALES%20.

48 http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/31/l-essor-contrarie-des-crematoriums-en-france_4800641_3234.html.

49 Voir, par exemple, François Michaud-Nérard, Une révolution rituelle : accompagner la crémation, éditions de l’Atelier, 2012 et Bernard Maitte, « La théologie liturgique du corps comme éclairage du rapport corps et crémation », La Maison-Dieu. Revue d’études liturgiques et sacramentelles, Des rites funéraires en mutation, n° 281, 2015/1, p. 95-110.

50 https://www.la-croix.com/Journal/LEglise-catholique-precise-regles-cremation-2016-10-25-1100798823.

51 Avant la crémation, ne sont retirés que les pacemakers et les prothèses à pile.

52 association-nationale-crematiste.fr/36.html.

53 Voir Le Monde du 31 octobre 2015.

54 La Fédération française de crémation fédère actuellement 122 associations. Information donnée au siège de la Fédération le 3 février 2016.

55 Damien Le Guay, La mort en cendres. La crémation aujourd’hui, que faut-il en penser ?, Paris, les éditions du Cerf, 2012. Voir aussi « Incinération ou crémation : qu’en penser ? », s.d., http://site-catholique.fr/index.php?post/Incineration-ou-cremation-pas-Catholique.

Table des illustrations

Titre Urne ayant contenu les cendres de Beauvais de Préaux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site